01/10/2016

Des milliers de manifestants dans rue contre les renvois Dublin

Samedi après midi à Lausanne plus de 3000 personnes ont manifesté sous la pluie pour dénoncer la politique d'asile de la Suisse, stop aux renvois Dublin et aux violations des droits humains.

DEM_2050.jpg

Stop aux renvois Dublin, stop aux violations des droits humains

Le règlement Dublin tend à se substituer à un véritable droit d’asile : il est utilisé pour restreindre l’accès des personnes en fuite à une procédure en Suisse.

Les autorités doivent faire usage de la clause de souveraineté et traiter sur le territoire suisse toutes les demandes d’asile qui y sont déposées
.

Cette politique d’asile toujours plus restrictive devient une machine à fabriquer des sans-papiers. Exclus de l’asile parce qu’ils fuient la pauvreté ou parce que leurs motifs de fuite ne sont pas reconnus, ils vivent dans la peur permanente d’une expulsion. Pourtant, leurs droits fondamentaux doivent également être respectés.

L’accès des sans-papiers aux assurances sociales et aux tribunaux doit être garanti, sans risque d’expulsion. L’obtention d’un permis de séjour ou de travail doit être facilitée.

Plutôt qu’un lieu sûr pour les personnes qui recherchent une protection, l’Europe est devenue une forteresse aux murs infranchissables. Avec leur agence Frontex et son opération Triton qui vise avant tout la traque aux passeurs et non pas le traçage et sauvetage de personnes en difficulté en haute mer, l’UE et la Suisse, préfèrent causer des milliers de morts en Méditerranée plutôt que de mettre en place des voies légales et sûres pour que les personnes migrantes puissent accéder sans risque au continent européen. Celles qui parviennent néanmoins à franchir les murs et les contrôles se retrouvent bloquées dans les pays situés aux frontières de l’Europe, repoussées systématiquement vers ceux-ci par la mécanique du règlement Dublin.

La Suisse doit réintroduire la possibilité de demander l’asile dans les ambassades, faciliter l’octroi de visas humanitaires et accueillir un contingent d’au moins 50’000 réfugiés.

Pour protéger la forteresse, l’UE a conclu un accord avec la Turquie pour y renvoyer les réfugiés qui arrivent en Grèce. Les autorités suisses négocient en ce moment un accord similaire avec le gouvernement d’Erdogan, alors même que celui-ci renvoie des personnes en quête de protection vers la Syrie, l’Afghanistan et d’autres pays, où ils sont menacés de persécution. Avec plus de 3 millions de réfugiés sur son territoire, la Turquie n’arrive pas non plus à garantir des conditions d’accueil décentes. De plus, ce régime persécute sans pitié ses opposants politiques et se livre à un véritable massacre de la population kurde.

La Turquie n’est pas un pays sûr pour les réfugiés. Les autorités suisses doivent mettre un terme aux négociations avec le gouvernement d’Erdogan.

Alors que le règlement Dublin se fissure au profit de politiques nationalistes et racistes qui ne font que renforcer la forteresse, il est urgent de s’y opposer dans une optique de défense d’un véritable droit d’asile.

Contre le repli identitaire :
pour un véritable
droit d’asile solidaire !

DEM_2081.jpg

DEM_2008.jpg

DEM_2017.jpg

DEM_2141.jpg

DEM_2156.jpg

DEM_2163.jpg

DEM_2165.jpg

DEM_2175.jpg

DEM_2208.jpg

DEM_2222.jpg

DEM_2252.jpg

DEM_2256.jpg

DEM_2272.jpg

DEM_2278.jpg

DEM_2287.jpg

DEM_2324.jpg

DEM_2352.jpg

DEM_2356.jpg

DEM_2383.jpg

DEM_2443.jpg

DEM_2455.jpg

DEM_2464.jpg

DEM_2490.jpgPour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

Commentaires

Merci, Demir. Al Jazeera anglais a couvert cette manifestation (à 9h dimanche matin) - un peu plus que notre TSR !

Écrit par : Carol Scheller | 02/10/2016

Faudrait savoir ce qu'on veut ! d'un coté on veut plus d'argent pour l'AVS d'un autre on veut sauver tout le monde tandis que les assurances prennent l'ascenseur et qui sera le bouffon du Roi qui depuis le Net n'est plus l'Etat mais les Bobos c'est l'ouvrier qui doit la roter jour après jour
Car tous ceux qui sont assistés sont aussi entretenus par les contribuables qui en payant leurs impôts participent aux charges sociales
En Politique on doit laisser ses émotions au vestiaire tout comme les anciens ouvriers qui devaient laisser les leurs aussi au vestiaire afin d'avoir l'esprit concentré sur leur travail et rien d'autre
Ce que le monde du travail doit être rasant et usant de nos jours ,trop parler nuit dit le dicton que tous ces manifestants pour beaucoup jeunes apprennent d'abord à se responsabiliser avant d'attendre encore et toujours que ce soit l'ouvrier qui paye les pots cassés
Heureusement que d'autres cantons romands sont moins râleurs qu'à Genève et si la TSR parle moins de ces manifestations c'est que de plus en plus de gens en ont marre tout simplement
Si en plus elles portaient des fruits ou apportaient des solutions intelligentes ,les seules vraiment durables mais non ,elles empêchent même les ouvriers ou employés de se concentrer sur leur travail
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 03/10/2016

Les commentaires sont fermés.