30/01/2017

l’Action du groupe jeunes contre la RIE3!

Contre une RIE III dévoreuse d’emplois et d’avenir, la jeunesse se mobilise


Communiqué de presse • Lundi 30 janvier 2017 • Genève

La Réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) dessine un avenir sombre, en particulier pour la jeunesse. Les milliards de francs de cadeaux fiscaux aux grandes entreprises et aux actionnaires représentent autant d’argent qui manquera dans les caisses de l’Etat afin, notamment, de financer une formation accessible à toutes et tous et de créer de l’emploi. Au vu du saccage sans précédent prévu par la réforme, les jeunesses de différents mouvements, syndicats et partis de la gauche genevoise ont décidé d’unir leurs forces afin de combattre la RIE III. Ce matin, les différentes composantes du front ont mené une action devant Le Crédit Suisse à Bel-Air. En amenant des faux billets dans la banque pendant que d’autres manifestaient contre les destructions d’emplois , solidaritéS Jeunes, les Jeunes Vert•e•s, la Jeunesse Socialiste et Unia Jeunes dénoncent une réforme qui touchera de plein fouet la jeunesse, privée de nombreuses perspectives d’avenir.

La désolation programmée par la RIE III, qui s’inscrit dans l’agenda de la droite néolibérale, constitue un véritable transfert de richesses de la grande majorité de la population vers les privilégié•e•s. En situation de crise économique internationale, cette réforme cherche à maintenir les conditions de profit des grandes entreprises et des actionnaires en diminuant leur charge fiscale et donc en vidant les caisses de l’Etat. Ainsi, la RIE III n’offre pas d’autre perspective que l’austérité. « L’austérité, cela signifie moins de services publics, moins d’argent dépensé dans la formation, la santé, le social ou encore la culture. Et cela implique moins d’emplois dans tous ces domaines, quand on sait que l’Etat est le plus grand employeur du canton et que les dépenses étatiques génèrent indirectement de nombreux emplois, c’est complètement suicidaire d’offrir un tel cadeau aux grandes entreprises et aux actionnaires, qui créent, en comparaison, bien moins d’emplois ! », dénonce Donna Golaz de solidaritéS Jeunes. Partout où elles ont dernièrement été appliquées, que ce soit en Espagne, en Italie ou en Grèce, les politiques d’austérité se sont en effet révélées génératrices de chômage et de précarisation, particulièrement dans les classes d’âge les plus jeunes de la population. La jeunesse est donc en première ligne des effets de l’austérité et de la RIE3.

La politique d’austérité qui sera engendrée par la RIE III, en cas d’acceptation le 12 février, aura d’autres effets négatifs, tous aussi catastrophiques que la baisse des dépenses publiques. « L’austérité ne suffira pas à combler le trou budgétaire de la réforme, il faudra en plus augmenter les impôts et taxes pesant sur les classes moyennes et populaires ainsi que ceux des Petites et moyennes entreprises (PME). » s’inquiète Valentin Dujoux des Jeunes Vert•e•s. En effet, la RIE III, qui ne profitera absolument pas aux PME, prévoit d’ores et déjà une augmentation de la charge fiscale sur ces dernières. Et d’autres mesures suivront. « Les PME passeront à la caisse et offriront moins de places d’apprentissage et d’emplois en général ». De son côté, la grande majorité de la population va également devoir payer plus de taxes et d’impôts et verra son pouvoir d’achat diminuer. La réforme prendra inévitablement les plus fragiles et les plus précaires à la gorge. C’est inacceptable ! C’est exactement le contraire de ce qui devrait être fait ! », s’alarme Tristan Pun de la Jeunesse Socialiste. En conséquence, nous nous opposons fondamentalement à la compétition fiscale, car, en étant une course vers le bas, elle constitue une attaque généralisée et perpétuelle à la population. Par ailleurs, le coût de la réforme fait débat. Alors que la RIE II, budgétée à 700 millions, a finalement coûté quelque 7 milliards, la RIE III, dont le coût officiellement estimé s’élève à 3 milliards, risque de coûter bien plus cher.

En résumé, la RIE III promet une détérioration des conditions de vie de la grande majorité de la population afin d’engraisser les plus riches. « Même si RIE III ne signifie pas grand chose pour la plupart des jeunes, nous ne devons pas nous laisser berner par les arguments fallacieux de la droite, qui affirme que la RIE III va créer des emplois, les élu•e•s de droite construisent un monde dans lequel leurs ami•e•s privilégiés seront encore plus riches et la grande majorité de la population perdra énormément. La RIE III hypothèque notre avenir et détruit nos emplois. Le 12 février, la jeunesse vote NON ! », conclut Pablo Guscetti de Unia Jeunes.

solidaritéS Jeunes, Unia Jeunes et Jeunesse Socialiste

[1] N.B. La police est intervenue à la fin de cette action, pourtant bon enfant, et a interdit 3 militant·e·s d’accès au Crédit Suisse durant 3 ans (!).

D4A_5611.jpg

D4A_5551.jpg

D4A_5559.jpg

D4A_5570.jpg

D4A_5572.jpg

D4A_5578.jpg

D4A_5584.jpg

D4A_5617.jpg

D4A_5629.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

http://www.photographygeneva.com

 

24/01/2017

39ème édition du Festival International de Ballons de Château-d’Oex

Succès total pour ce premier week-end de la 39ème édition du Festival International de Ballons de Château-d’Oex. Le programme complet des deux jours a pu être proposé aux 17’000 spectateurs grâce à d’excellentes conditions météorologiques.

Sur l’ensemble du week-end, plus de 200 heures de vol ont été totalisées par les aérostiers. Le ballon à gaz Fribourg-Freiburg Challenge parti samedi, s’est posé dimanche matin dans le sud de la France après un vol de plus de 21 heures.

Le festival continue dès demain avec au programme la première dégustation ascensionnelle réalisée dans le cadre de la manifestation. Cette expérience unique a pour but de relever les changements de goûts que subissent un chasselas et un effervescent par paliers de 1000 mètres d’altitudes. L’envol du ballon avec à son bord des spécialistes de l’œnologie est fixé à 10h du matin. Mercredi après-midi, les enfants peuvent s’initier aux joies de l’aérostation avec les vols captifs mis en place dès 13h30. Le clou du festival est programmé pour vendredi avec le spectacle Sons et Lumières, Night Glow. Une décision définitive quant à sa mise en place est prévue jeudi midi.

Information : Frédéric Delachaux 079/575.39.00, Président du Comité d’organisation et directeur de Pays-d’Enhaut Tourisme

http://www.chateau-doex.ch/Z3558

L1000545.jpg

L1000462.jpg

L1000469.jpg

L1000474.jpg

L1000480.jpg

L1000493.jpg

L1000499.jpg

L1000510.jpg

L1000517.jpg

L1000527.jpg

L1000534.jpg

L1000548.jpg

L1000566.jpg

L1000579.jpg

L1000611.jpg

L1000618.jpg

L1000630.jpg

L1000634.jpg

L1000642.jpg

L1000646.jpg

L1000648.jpg

L1000679.jpg

L1000683.jpg

L1000695.jpg

L1000713.jpg

L1000736.jpg

L1000780.jpg

L1000797.jpg

L1000803.jpg

L1000811.jpg

L1000823.jpg

L1000841.jpg

L1000842.jpg

L1000846.jpg

L1000855.jpg

L1000858.jpg

L1000867.jpg

Pour voir la suite des photos

 

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-interna...

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

http://www.photographygeneva.com

L1000913.jpg

16/01/2017

Karwan raconte Genève « ONE SHOT - 300DPI »

« Karwan est un jeune kurde arrivé en Suisse en 2006. Graphiste de formation, il se passionne rapidement pour la photographie.

Il aime sa nouvelle ville d'adoption et transmet son enthousiasme à travers son art.

Karwan nb.jpg

Pour cela, Karwan utilise des techniques photographiques très particulières et sophistiquées : temps de pose très long, filtres spécifiques, vitesse du vent, lumière… rien n'est laissé au hasard.

L'exposition « ONE SHOT - 300DPI » rassemble un ensemble de prises de vues caractéristique des lieux clefs de la Cité de Calvin et du paysage urbain genevois. Son rendu photographique technique à la fois poétique, unique et aérien ne vous laissera pas insensible. Quand Karwan raconte Genève. »

Karwan invite tous les amoureux de la photo et de Genève au vernissage de sa première exposition genevoise ce jeudi 19 janvier de 18h30 à 20h30.

Invitation d'expo de Karwan.png

11/01/2017

Erdogan dictateur ! Arrêtons et jugeons-le pour ses crimes !

Erdogan dictateur ! Arrêtons et jugeons-le pour ses crimes ! Pour la paix, la justice sociale et la démocratie !

rassemblement jeudi 12-01-2017 à 12h

place des Nations


Venez nombreuses et nombreux pour dénoncer les crimes d’Erdogan à l’occasion de sa venue aux Nations Unies le jeudi 12 janvier 2017 à 12h. Unissons nos voix pour condamner le silence de la Suisse et de l’Europe qui contribue à renforcer la dictature d’Erdogan.

Si bien sûr nous soutenons une Chypre libre, unie et indépendante, nous condamnons la répression politique massive contre l’opposition démocratique en Turquie, qu’il s’agisse du mouvement politique du Parti démocratique des peuples (HDP), des syndicalistes, journalistes, associations de femmes ou encore de la société civile en Turquie. Les deux co-présidents du Parti démocratique des peuples (HDP) Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, et 9 autres parlementaires ont été arrêtés début novembre par la police turque. La police a également mené des perquisitions dans les locaux du HDP à travers le pays et incarcéré de nombreux responsables locaux et nationaux du même parti.

Ces campagnes de répression massives suivent d’autres mesures autoritaires. Depuis l’échec du coup d’état en juillet 2016, le gouvernement a poursuivi son coup d’Etat institutionnel en renforçant son pouvoir autoritaire et son emprise sur les institutions. Plus de 100 000 personnes ont déjà été licenciées ou suspendues et plus de 40 000 ont été arrêtées, tandis que 160 medias (journaux, magazines, sites web) ont été fermés.

Cette répression se déroule dans le cadre de l’état d’urgence qui a été prolongé à nouveau pour trois mois, et « la lutte contre le terrorisme » est utilisée comme un moyen pour attaquer toutes les formes d’opposition au gouvernement autoritaire de l’AKP. Toute opposition au « sultan » Erdogan et au gouvernement AKP est en effet considérée comme du terrorisme.

Nous dénonçons par ailleurs la guerre du gouvernement de l’AKP contre le peuple Kurde en Turquie et en Syrie qui provoque des destructions et massacres. Nous condamnons également les attaques et discriminations contres les minorités religieuses (en particulier les Alevis, Yezidis, Chrétiens) et ethniques en Turquie.

Dans ce cadre, nous réitérons notre soutien et notre solidarité aux résistances et aux mouvements populaires qui s’engagent à poursuivre la lutte pour la démocratie, la justice sociale, la paix et l’autodétermination du peuple kurde en Turquie.

NON aux politiques guerrières, anti-démocratiques et dictatoriales de l’AKP !
Libération de tous les prisonniers politiques ! Protection et immunité des députés HDP sur tout le territoire !

OUI au jugement d’Erdogan pour ses crimes !

Pour ces raisons :

Nous demandons à l’ONU qu’une commission indépendante soit mise sur pied et qu’Erdogan soit jugé pour ses crimes;


Nous appelons les autorités suisses à ne pas se limiter à de simples déclarations et à prendre des mesures concrètes et effectives face aux violations des droits démocratiques en Turquie. Le Conseil fédéral doit cesser ses relations diplomatiques, commerciales et militaires jusqu’à ce que l’état de droit et la démocratie soient restaurés en Turquie


Nous appelons le Conseil fédéral à exiger la libération immédiate des politicien•e•s, des journalistes, des enseignant-e-s et des militant-e-s, et toutes les personnes retenus prisonniers arbitrairement;


Nous appelons le Conseil Fédéral à condamner la guerre du gouvernement turc contre le peuple kurde et demander la reprise des négociations de paix

Soutiens :
HDK, solidaritéS, Parti de la reconstitution socialiste turque, Maison populaire de Genève, Centre Kurde des droits de l’homme Dem-Kurd, Mouvement des Femmes Kurdes, Fourmi Rouge - Vaud, POP – Renens et l’Uunion des femmes socialistes, CGAS, Parti socialiste genevois, Les Verts genevois, Peda, Kutüsch, ITIF, IGIF,

2017-01-12-ERDOGAN-def.jpg

09/01/2017

L’ONU et ses Etats membres ne doivent pas être complices des crimes contre l’humanité de Recep Tayip Erdogan !

Le président de la Turquie, Recep Tayip Erdogan, est un dictateur et a commis des crimes contre l’humanité. Il faut savoir que le(s) pays ou institutions qui lui ouvriront leurs portes pour l’accueillir seront complices de ses crimes face à l’histoire. Il doit être emprisonné sur le champ si le(s) pays ou institutions concernés ne veulent pas être complices de ses crimes. Le respect des normes internationales en matière de droits humains, entre autre la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’exige. L’inaction contre cet individu équivaut à l’hypocrisie. La crédibilité de l’ONU et ses Etats membres qui est en cause. Soit ils plient face au dictateur criminel, soit ils lui demandent des comptes.
 
La liste (non exhaustive) des crimes commis durant le pouvoir  d’Erdogan

- Durant les 14 années de pouvoir d’Erdogan, 17 153 (dix-sept mille cent cinquante trois) personnes dont 241 enfants ont été victimes d’exécution sommaire ou extrajudiciaire par les forces de l’ordre ;

- Plus récemment (entre août 2015 et août 2016), 321 civils dont 79 enfant et 71 femmes ont été tués par les forces de l’ordre ;

- Durant la période de couvre-feu à Cizre (du 14 décembre 2015 au 2 mars 2016), plus de 150 personnes brûlées vives dans les sous-sol de trois immeubles par les forces de l’ordre ;

- Entre 2015 et 2016 (reprise de la guerre contre les Kurdes), plus de 500'000 (1/2 million) personnes ont été victimes de déplacement forcé ;

- Toujours entre 2015 et 2016, 15 000 membres, dirigeants et élus (députés, maires et conseillers municipaux) du parti pro-kurde (HDP) et d’organisations de la société civile kurde ont été arrêtés dont plus de 7 000 d’entre eux sont incarcérés. Parmi ces personnes se trouvent les co-présidents du HDP, M. Selahattin Demirtas et Mme Figen Yüksekdağ ;

- Durant les 11 premiers mois de 2016, 1 622 personnes ont déclaré publiquement avoir été torturées en détention ou en dehors des lieux de détention ;

- Les minorités religieuses (Alévis, Yézidis et Chrétiens) et ethniques (Arméniens, Assyriens et Grecs) continuent d’êtres opprimés.


La liste (non exhaustive) des violations depuis le « coup d’Etat » avorté (15 juillet 2016)

- 115 475 fonctionnaires licenciés ;

- Plus de 100 000 personnes arrêtées dont 41 254 incarcérées ;

- 12 parlementaires membre du HDP et 70 co-maires sont incarcérés ;

- 53 mairies kurdes sont placées sous tutelles de l’Etat turc ;

- 2 099 écoles, internats et universités fermés ;

- 500 étudiants se trouvent derrière les barreaux pour avoir revendiqué leurs droits ;

- 6 337 universitaires ont perdu leur emploi ;

- 3 843 magistrats (juges et procureurs) licenciés ;

- 195 médias dont 15 médias kurdes ont été fermés ;

- 146 journalistes incarcérés ;

- Plus de 3 000 journalistes licenciés sans compensation ;

- Plus de 800 cartes de presse ont été annulées dont 32 journalistes accrédités auprès du Parlement ;

- L'accès à des milliers de sites internet (116 126) a été bloqué ;

- Plus de 1 600 associations, fondations et 19 syndicats ont été fermés ;

- 2 341 médecins d’hôpitaux publics licenciés ;

- Plus 80 mille personnes se sont vues retirés leur passeport.

 
Tous les violations des droits humains et/ou crimes précités (liste non exhaustive) sont documentés autant par les organisations de défense des droits humains turques (IHD, TIHV) que par les institutions internationales (Conseil de l’Europe, ONU, etc.).
 
De plus, il est de notoriété publique qu’Erdogan est un soutien important (logistique et financier) de l’Etat islamique qui commet des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, y compris crimes de génocide (à l’égard des Yézidi notamment), non seulement en Turquie et au Moyen-Orient mais aussi en Europe.
 
A noter que, l’ancien allié d’Erdogan, M. Fethullah Gülen a été complice des violations et/ou crimes jusqu’à ce qu’il tombe en disgrâce en raison de lutte de pouvoir entre ces deux individus.
 
La justice est la base de la démocratie. Il ne peut avoir une justice à deux vitesses. Erdogan ose interdire aux enquêteurs de l’ONU de se rendre en Turquie. Dans ce contexte, il est inconcevable que l’ONU lui ouvre ses portes. L’ONU et ses Etats membres, en particulier ceux du Conseil de sécurité, doivent assumer leur responsabilité. Erdogan doit être arrêté et jugé par la Cour pénale internationale.

Au nom du Maison Populaire de Genève  
Demir SÖNMEZ
Genève, le 09 janvier 20
 

2017-01-12-ERDOGAN-def.jpg