26/05/2017

GUILLAUME BARAZZONE INTERDIT EN VILLE DE GENEVE UNE EXPOSITION SUR l’île JEAN JACQUES ROUSSEAU

 

LETTRE OUVERTE

GUILLAUME BARAZZONE INTERDIT EN VILLE DE GENEVE UNE EXPOSITION SUR L’ÎLE JEAN-JACQUES ROUSSEAU

 

APRÈS PLUS DE DEUX SIÈCLES, LE CÉLEBRE PHILOSOPHE GENEVOIS N’EST TOUJOURS PAS RÉHABILITÉ DANS SA VILLE NATALEBARAZZONE INTERDIT_ FACEBOOK.jpg

Mon projet, consistant à exposer 112 photographies prises entre 2010 et 2016 en Ville de Genève et portant sur des luttes sociales concernant les conditions de vie de personnes résidant sur ce territoire et bien d’autres, a récemment été refusé par M. Guillaume Barazzone, Maire de Genève, sans motivation.

En effet, intitulé « La lutte sociale continue », hommage à Jean-Jacques Rousseau, à l’occasion du 255ème anniversaire de la publication de son célèbre « Contrat social », mon exposition constitue un témoignage historique et un outil pédagogique pour toute la population genevoise et ceux·celles qui la visitent.

Ce projet entravé bénéficie pourtant déjà du soutien de plusieurs communes et d’organisations genevoises - telles que les Villes de Lancy, de Vernier, de Meyrin, de Grand-Saconnex, la Société Jean-Jacques Rousseau SJJR, la CGAS (Communauté genevois d’action syndicale), Unia, le Cartel intersyndical du personnel de l'Etat et du secteur subventionné, le Syndicat des Services Publics SSP, Sydicom, la Fédération des Associations des Maîtres du Cycle d’Orientation, la Maison Populaire de Genève, le Centre Europe-Tiers Monde, le Théatre de Saint-Gervais...

Dès lors, comment comprendre ou interpréter la décision de M. Barazzone ?

Ignore-t-il l’héritage de Jean Jacques Rousseau ?

Souhaite-il l’effacer ?

Où s’agit-il d’une tentative de censure de certains faits politiques ?

Dans ce dernier cas, il faut se demander si un élu peut, tout seul et dans un système démocratique, prendre des décisions arbitraires, avec effet ostracisant ?

J’attends les réactions et le soutien des genevois pour la tenue de l’exposition sur Jean-Jacques Rousseau face à la décision peu mesurée de Guillaume Barazzone.

Demir SÖNMEZ

  http://www.photographygeneva.com

Commentaires

Barrazzone a choppé la grosse tête il serait temps de le remettre à sa place.

Écrit par : norbert maendly | 26/05/2017

une réincarnation de Voltaire ?!?

Écrit par : Ana Sailland | 26/05/2017

M. Barrazzone fait de l'abus de pouvoir dans cette affaire. Qu'en pense le Conseil administratif dans son ensemble ? Refuser l'exposition est un acte bien plus politique que l'expo elle-même.

Écrit par : Gérard Scheller | 26/05/2017

Il serait adéquat de mentionner les raisons du refus, et je suis persuadé que les arguments de Monsieur Barazzone sont justifiés

Écrit par : Anker Cedric | 26/05/2017

Vous vous revendiquez de Rousseau et du Contrat social ?

En décembre 2016 il y a eu un coup d'Etat en Suisse qui a confisqué la volonté générale du peuple suisse sur la votation du 9 février.

Je ne vous ai pas entendu vous soulever.

Vous ne pouvez pas aujourd'hui vous réclamer de Rousseau alors qu'hier vous avez fait semblant de rien.

Écrit par : Michel Piccand | 26/05/2017

La Suisse et Genève sont des dictature, même s'il y a toutes sortes de dictatures, de la pire a la moins pire! En tout cas les droits humains des simples citoyens de ce pays, de cette ville, ne sont respectés par personne, pas même par la justice, qui est aveugle comme on le sait tous!

Écrit par : dominique degoumois | 27/05/2017

Je remercie ici Mr Sönmez pour son ouverture en laissant passer ici mon précédent commentaire.

Quant à la question de savoir si Mr Barazzone, maire de Genève, ignore l'héritage de Rousseau ?

La réponse est oui, définitivement oui.

Avec ses correligionaires genevois du PDC il fait partie des gens qui ont confisqué la volonté générale du peuple suisse en violant la Constitution fédérale en décembre 2016 au Conseil national.

Son vote qui vidait de toute substance les dispositions constitutionnelles le 21 septembre, puis son vote vide du 16 décembre, montrent qu'il n'a jamais eu l'intention de respecter notre constitution et qu'il est donc un parjure.

Nous sommes sans doute beaucoup à souhaiter désormais que sa carrière politique s'arrête.

Écrit par : Michel Piccand | 27/05/2017

Cher "Michel Piccand@" faites lui un mail directement sur le site de la ville de Genève! Je proposais une animation tous les jours de la semaine dans le square de Chante-Poulet, réaménagé il y a quelques mois, mais totalement sans vie! Là aussi il semble que c'est impossible, cette ville est vraiment moribonde, dangereuse et totalement abandonnée aux mafias!

Écrit par : dominique degoumois | 27/05/2017

Les commentaires sont fermés.