08/06/2017

Célébration du Nouveaux Maire de la Ville de Genève Mr.Rémy Pagani

Célébration du Nouveaux Maire de la Ville de Genève Mr.Rémy Pagani

D4A_7412.jpg

D4A_7494.jpg

Cérémonie d’investiture du mercredi 7 juin 2017
Discours de M. Rémy Pagani, Maire de la Ville de Genève
Mesdames et Messieurs, Chers amis,

C’est un honneur et un plaisir pour moi de vous accueillir aujourd’hui toutes et tous sur la promenade de la Treille pour fêter ensemble l'investiture comme nouveau Maire de Genève.

C’est d’ailleurs un honneur et un plaisir renouvelés puisque c’est la troisième fois que je suis au service de ce poste prestigieux, traversé par un sentiment de responsabilité bien sûr, mais surtout d'audace.

Comment en effet ne pas apprécier à sa juste valeur le fait de pouvoir pendant une année représenter Genève, notre ville, cette ville qui possède tant d’atouts et de valeurs à transmettre et à partager.

J’ai d’ailleurs eu, à maintes reprises, l’occasion de m’en rendre compte lors de rencontres à Genève, en Suisse et de par le monde.

Le simple fait d’évoquer le nom de Genève et les regards de vos interlocuteurs changent. Ils s’éclairent d’un seul coup !

Parce que Genève, notre ville, ville d’ouverture envers toutes les cultures, toutes les nationalités, toutes les origines, est la ville de la paix et des droits humains, et elle est porteuse d’un immense espoir pour les peuples du monde entier.

Cet espoir, c’est celui de voir l’humanité trouver un jour des stratégies renouvelées en vue de régler les conflits, de trouver des solutions par le dialogue. Qu'advienne enfin la justice sociale, le respect de l’autre et la solidarité face aux atrocités et à la férocité du monde.

La tradition d’accueil de notre ville, sa longue histoire forgée à l’aune des valeurs de solidarité et d’humanité représentent toujours une promesse et une espérance pour toutes celles et tous ceux qui sont forcés de quitter leur pays, leur maison et leur famille.

Nous ne le mesurons sans doute pas assez ici, mais toutes les activités internationales qui se déroulent à Genève ont aujourd’hui un impact direct sur l’ensemble de la planète.

Et dans un monde qui est devenu plus complexe et plus imprévisible, plus incertain et plus fragile, mais aussi plus redoutable, un monde marqué en ce début de 21e siècle par le drame des migrants dû principalement à des guerres, par la montée des autoritarismes, par le fascisme religieux, par le fossé qui ne cesse de se creuser entre les riches et les pauvres, il faut tout mettre en œuvre pour que Genève représente encore et toujours une solution pour un monde meilleur, plus juste.

Genève, Mesdames et Messieurs, sera toujours du côté de la solidarité et des droits humains !

Et je compte bien faire reposer cette année de mairie sur ces valeurs-là – celles qui ont fondé ce qu’on a appelé l’esprit de Genève.

En effet, je suis convaincu que cet esprit de Genève continue de souffler aujourd’hui et qu’il n’a jamais été d’une nécessité plus urgente.

Je vais donc m’efforcer durant toute cette année de le mettre en lumière pour montrer à quel point cette ville est un rempart contre l’intolérance, contre l’injustice et les inégalités, combien elle est solidaire et généreuse, et qu’elle n’oublie jamais toutes celles et tous ceux qui vivent des situations difficiles, ici ou ailleurs, en s’engageant résolument contre la précarité et l’exclusion, mais aussi contre la baisse du pouvoir d'achat de toute la population.

Genève doit être capable de participer encore mieux et encore plus à l’élaboration d’un monde meilleur, mais elle doit aussi tout faire pour qu’ici, chacune et chacun puissent avoir la meilleure existence possible, pour que personne ne soit laissé sur le côté du chemin.

Il existe en effet une autre Genève, celle des défavorisés et des plus modestes, celle que la vie n’a pas ménagé et qui aujourd’hui subit la crise et se retrouve toujours plus en difficulté.

Il faut ici aussi parler de la Genève de l'écrasante majorité des habitants, Mesdames et Messieurs, cette Genève qui éprouve de plus en plus de peine à boucler ses fins de mois, à trouver un logement abordable, un travail bien payé, une place en crèche ou des transports publics bon marché et efficaces, cette Genève-là doit également être l’une de nos principales préoccupations.

Et le Maire se doit d’être aux côtés de toute la population pour faire face à cette dégradation des conditions de vie et, évidemment, pour proposer et mettre en œuvre des solutions. J'entends bien être au coude-à-coude avec celles et ceux qui créent tous les jours la vraie richesse de notre région et qui n’en récoltent pas les fruits.

Plusieurs actions sont d’ailleurs prévues pendant cette année pour relever tous ces défis, notamment en créant et en soutenant la promotion des emplois dans le domaine des énergies renouvelables et la baisse des loyers généralisée. En poursuivant la création de nouvelles places en crèches ou en se donnant les moyens nécessaires pour garantir des structures de santé accessibles et donc une meilleure qualité de vie pour toutes et tous.

Et puis, en cette période marquée par des conflits internationaux très graves, Genève devra continuer à porter des messages de paix et à défendre les droits humains à travers le monde.

A mes yeux, il est fondamental que la défense des principes inscrits dans les Conventions de Genève reste l’une de nos préoccupations majeures.
Et le Maire de Genève doit pouvoir incarner cet objectif, en soutenant des démarches et des processus qui conduisent à la paix.

Je m’y efforcerai !

Mesdames et Messieurs,

Au fil des siècles, Genève s’est construite un destin exceptionnel qui repose sur l’idée que le monde forme une seule et même communauté qui partage des valeurs d’humanité, de solidarité et de justice sociale et de protection de la planète.

En d’innombrables occasions, Genève a montré sa capacité à défendre l’idée que la paix passe obligatoirement par le respect des droits humains, notamment la justice et la dignité humaine.

Aujourd’hui, ici à Genève et partout dans le monde, nous devons continuer à défendre avec audace et détermination ces idées.

Et grâce à l’engagement et à la solidarité de toutes et de tous, je suis convaincu qu’elles pourront continuer à résonner avec force et conviction.

Voilà le message auquel je souhaitais vous associer aujourd’hui.

Et maintenant, place au partage et à l’amitié !

Place à la fête, sur les rythmes endiablés de la Fanfare Revuelta !

Je vous remercie toutes et tous pour votre présence et vous souhaite une très très belle soirée.

Rémy Pagani
Maire de Genève

D4A_7595.jpg

D4A_7467.jpg

ALLOCUTION DU PRESIDENT DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE GENEVE, M. JEAN CHARLES LATHION A L’OCCASION DE L’INVESTITURE DU NOUVEAU MAIRE, M. REMY PAGANI

Mesdames et Messieurs,

Chers concitoyens et concitoyennes,

Les salutations protocolaires ayant été faites, je souhaite féliciter chaleureusement M. Rémy Pagani de son accession à la mairie de Genève. Mes félicitations vont également à Mme Sandrine Salerno qui assumera, durant cette année législative, la vice-présidence du Conseil administratif.

C’est pour moi l’occasion de remercier le maire sortant, Guillaume Barazzone, du travail effectué durant son année de mairie. Notre système démocratique fait qu’un maire n’est élu que pour une année et qu’il passe ensuite le témoin à l’un ou l’une de ses 4 collègues. Il conserve durant cette année son dicastère, ce qui constitue une double charge. C’est l’année où le magistrat-maire se trouve sous la loupe de ses concitoyens. Notre maire sortant a dû répondre aux nombreuses sollicitations qu’impose la ville internationale qu’est Genève.

En outre, fort des compétences de son département de l’environnement urbain et de la sécurité, il s’est employé – et c’était normal, il va continuer à le faire – à embellir notre ville, en améliorant la qualité de nos parcs, en amenant de la verdure dans nos quartiers très urbains. Il a planté ses petites graines, qui se transformeront à l’automne en tournesols magnifiques dans toute notre ville. Il nous a fait rêver à une nouvelle rade en organisant un concours d’idées qui a suscité pas moins de 70 propositions, dont celles qui ont été retenues par un jury international sont présentées jusqu’au 30 juin sur les quais des deux rives. Au politique de la Ville et de l’Etat de se saisir du dossier pour faire en sorte que les meilleures idées puissent se concrétiser dans la réalité !

Cher Rémy Pagani, pour la troisième fois, vous êtes élu Maire de Genève. Vous avez manifesté votre souci d’une Genève plus solidaire aux côtés des Genevois qui subissent la crise et qui sont de plus en plus nombreux. Nous avons tous dans nos familles un enfant qui peine à trouver du travail, un parent qui l’a perdu et qui, à plus de 50 ans, peine à en retrouver.

La Ville de Genève a un budget de plus d’un milliard. Elle bénéficie d’un tissu associatif très dense. Vous êtes de plus à la tête d’un département des constructions et de l’aménagement qui, à travers les nombreux chantiers activés, permet de fournir de l’emploi, contribuant ainsi à l’essor de notre économie. Nous vous souhaitons le plus grand des succès dans les projets qui sont les vôtres pour améliorer une société qui se dit prospère, mais où l’égoïsme et l’individualisme des uns et des autres peuvent conduire à la misère.

Mais foin de la morosité !

Mesdames et Messieurs,

Vous êtes aujourd’hui dans la Vieille-Ville, sur la Treille qui, de génération en génération, entend bruire les enfants du quartier sous l’œil attentif des mamans et des papas qui s’y retrouvent volontiers. A côté du légendaire marronnier annonçant le printemps, vous pouvez vous asseoir sur le plus long banc existant au monde (120,21 mètres au Guiness Book !). Cette Treille, située juste sous les fenêtres du Conseil d’Etat, surplombe le Parc des Bastions où les Réformateurs veillent sur la population et les touristes. Comme l’écrit si justement la présidente de l’Association des Habitants du Centre et de la Vieille-Ville, Madame Sira Montero Aparicio, dans l’éditorial du dernier Journal de l’AHCVV : « La réalité que nous percevons est conditionnée par notre propre regard. Sachons apprécier la chance que nous avons de vivre ou de travailler dans ce quartier d’une beauté et d’une animation particulière. La vie culturelle y est d’une grande richesse». Calvin, Rousseau, Voltaire hantent ce quartier et l’imprègnent de leur histoire. Ils y ont leur rue, leur maison, leurs livres…Il suffit de lever la tête lorsque l’on s’y promène pour y retrouver toute l’histoire de Genève et y rencontrer les illustres familles qui en sont encore les vivants acteurs.

A lui seul le centre-ville est un quartier d’animation, de culture et d’histoire. Il symbolise aussi ce qu’est la Ville de Genève avec ses nombreuses associations d’habitants, de parents d’élèves, ses maisons de quartiers, son partenariat social sans nul autre pareil. Vivre dans ce quartier est un choix de sociabilité, d’échange, de partage et de tolérance, nous rappelle la présidente de l’AHCVV.
 
Notre Ville est belle ! Le devoir des autorités est de la préserver et de l’améliorer sans cesse, non seulement physiquement en sachant l’embellir, mais aussi socialement et culturellement en la rendant toujours mieux vivable et agréable pour tous.
 
Voilà ce que les citoyens attendent de nous au-delà des clivages de la gauche et de la droite. Sachons les écouter et honorer leur confiance...

D4A_7479.jpg

D4A_7289.jpg

D4A_7310.jpg

D4A_7331.jpg

D4A_7354.jpg

D4A_7371.jpg

D4A_7375.jpg

D4A_7380.jpg

D4A_7394.jpg

D4A_7396.jpg

D4A_7416.jpg

D4A_7455.jpg

D4A_7451.jpg

D4A_7486.jpg

D4A_7597.jpg

D4A_7612.jpg

D4A_7631.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

Commentaires

Pagani, le seul maire qui gare sa Volvo sur le trottoir lorsqu'il va à la BCGe à la Jonction, qui roule en péclot sur les trottoirs et engueule les piétons qui l'empêche de circuler. Qui prétend défendre les petits commerçants mais était un responsable de la manif anti-OMC et encourageait les casseurs de se rendre à Plainpalais ! Le seul, lorsqu'il était député au Grand Conseil, coupait la parole au représentant des commerçants qui avaient eu leurs vitrines cassées et leurs magasins dévalisés par les "camarades gauchistes" de ce triste sire !!!

Écrit par : Octave Vairgebel | 10/06/2017

Les commentaires sont fermés.