15/07/2017

Erdogan poursuivi en Suède pour "génocide"

Des parlementaires suédois ont saisi lundi la justice de leur pays contre le président turc Recep Tayyip Erdogan qu'ils accusent de "génocide" dans les régions kurdes depuis la reprise en 2015 des combats entre l'armée et les séparatistes.

Cinq élus du Parti écologiste et du Parti de gauche ont déposé une plainte devant la Chambre internationale du parquet à Stockholm pour "génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre", a déclaré Annika Lillemets, une députée des Verts, au cours d'une conférence de presse.

Erdogan dictateur et Terroriste ! Jugeons le pour ses crimes ! Pour la paix, la justice sociale et la démocratie _.jpg

Erdogan visé
Cette plainte "met en cause le président turc Recep Tayyip Erdogan ainsi que plusieurs de ses ministres", parmi lesquels le Premier ministre et les ministres de l'Intérieur et de la Défense, a-t-elle ajouté.

"Agression" turque
Invoquant des rapports du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH) et de l'ONG Amnesty International, les députés suédois affirment que "de vastes parties du Kurdistan turc ont subi une agression militaire et la destruction du fait de l'Etat/gouvernement turc" entre juillet 2015 et décembre 2016.

"Exécutions"
Dans son rapport publié en mars, le HCDH dénonce "les exécutions extrajudiciaires et le recours excessif à la force" et affirme avoir recensé de "nombreux cas de disparitions, de tortures, de destructions d'habitations et d'édifices du patrimoine culturel".

Compétence universelle
Les élus à la manoeuvre s'appuient sur une loi de 2014 précisant les qualifications de génocide, crime contre l'humanité et crime de guerre, ainsi que sur la compétence universelle de la justice suédoise qui ces dernières années a ouvert plusieurs enquêtes sur des faits présumés commis en Syrie.

"Effet sur sa politique"
Carl Schlyter, un élu écologiste, dit espérer que d'autres parlementaires en Europe les imiteront. "Si (Erdogan) est empêché de parcourir l'Europe et d'influencer les pays européens comme il veut, j'espère que cela aura un effet sur sa politique", a-t-il fait valoir.

"Cela peut prendre du temps"
Le parquet a confirmé avoir reçu la plainte des parlementaires. "La police va traiter la plainte et nous déciderons ensuite d'ouvrir ou non une enquête préliminaire, cela peut prendre du temps", a indiqué un représentant de la chancellerie.

Conflit
Le sud-est de la Turquie est le théâtre d'un conflit entre les séparatistes kurdes et Ankara qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. Les combats ont repris en 2015 après la rupture d'une trêve qui a sonné le glas des pourparlers de paix avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).


http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3205...

Commentaires

Les suédois ont toujours été un peuple franc et courageux. Malheureusement, Erdogan est trop porté sur le populisme ultra-nationaliste pour réagir autrement qu`en en rajoutant encore. Je crains que tout cela ne finisse mal pour le peuple turc et il faut espérer que l`erdoganisme ne va pas faire de gros dégats en-dehors de ses frontieres également.

Écrit par : Orm | 16/07/2017

Malheureusement Erdogan est un criminel d'origine paysanne qui a pu jouir d'une chance de cocu, porté dans les urnes non par la population de Turquie mais à quasi 50% par la diaspora turque bien confortablement installée en Allemagne, pour partie composée de clans criminels aux fortunes issues de méthodes maffieuses, une population simili-musulmane organisée type clanique size hors Turquie mais aux ordres & liens forts sur sol turc (plusieurs de ces énergumènes sont employeurs aux black ici à Genève et en Suisse), qui ne veut rien savoir d'un hypothétique avenir démocratique des citoyens turcs - d'autant qu'un Etat de droit pourrait entraîner l'indépendance revendiquée par les kurdes.

Pour rappel, les turcs ont exilé et exproprié les kurdes de leurs terres ce qui représente une très grosse partie du territoire turc, des fortunes personnelles détournées et capturées par Erdogan, sons & Co ainsi que leur main-mise sur ressources pétrolières, etc.

Écrit par : divergente | 16/07/2017

"Les suédois ont toujours été un peuple franc et courageux. Malheureusement, Erdogan est trop porté sur le populisme ultra-nationaliste pour réagir autrement qu`en en rajoutant encore."

Au contraire, sauf à verser dans le révisionnisme, il faut admettre que la soi disant Suède neutre et la Turquie ont déjà convergé politiquement par le passé. Les deux ont été de francs alliés nazis. La Suède est toujours restée emprunte de cette idéologie, la Turquie national-islamiste le redevient à vitesse V.

Écrit par : Giona | 16/07/2017

précision corrective, quant à la diaspora turque pro Erdogan - je parlais de l'Allemagne, pour y avoir connu les crimes des "loups gris" & l'impact de cette diaspora sur les turcs et turques non affiliés à leurs clans en Allemagne.

Cette diaspora turque et son pouvoir ne sont bien sûr pas limités à l'Allemagne.
On se rappelle, entre autres "emprises" de la criminalité maffieuse turque, de cette consulaire française qui faisait son beurre sans aucun problème sur sol turc, avec les passeurs. (de Syrie vers la Grèce ou l'Italie).

Écrit par : divergente | 16/07/2017

Giona, votre avis n'est-il basé que sur clichés?, me paraît de l'ordre de l'a-priori et superficiel - pas grave ;-)

à moins que votre vécu ne vous aie exposé aux crimes de turcs - vous y auriez constaté une criminalité de tous ordres, allant de l'incendie de commerces turcs ne payant pas leurs "taxes sécuritaires", aux assassinats de commerçants concurrents etc, sans parler des acides et autres moyens employés contre les femmes, sous couvert de crime d'honneur devant être exonéré bien sûr selon lois ancestrales supérieures à celles du monde entier.

Écrit par : divergente | 16/07/2017

Giona voit des nazis dans les Suédois peut-etre a cause du cliché "grand blond aryen = SS". Giona n`a probablement pas entendu parler du diplomate suédois Raoul Wallenberg qui sauva des quantités de juifs hongrois de la déportation en leur remettant des passeport suédois.

Écrit par : Orm | 16/07/2017

Les deux sont à mettre dans le même sac!

Histoire de la Suède pendant la Seconde Guerre mondiale — Wikipédia
https://fr.wikipedia.org/.../Histoire_de_la_Suède_pendant_la_Seconde_Guerre_mondi...
.... La neutralité ... considéré comme l'option la plus valable. D'autant plus qu'elle était une voie de sortie privilégiée de l'or nazi volé aux populations déportées.
‎La Suède pendant la ... · ‎La Suède pendant le ...

Les Suédois brisent la loi du silence sur leur passé nazi - Libération
www.liberation.fr/.../les-suedois-brisent-la-loi-du-silence-sur-leur-passe-nazi_35348
6 avr. 2006 - La Suède n'en finit plus de fouiller son passé et le quotidien Dagens Nyheter de l'exposer. Après ses révélations sur l'achat d'or nazi, puis sur ...

La neutralité suédoise écornée par un passé nazi. Au moins 260 ...
www.liberation.fr/.../la-neutralite-suedoise-ecornee-par-un-passe-nazi-au-moins-260-s...
8 janv. 2000 - «La Suède doit s'attaquer à la période nazie», a déclaré Alf Svensson. Celui-ci, président du parti chrétien-démocrate, est le premier à avoir ...

Suède : une voiture bardée de symboles nazis lancée sur des ...
https://francais.rt.com/.../39741-suede-il-fonce-sur-migrants-avec-voiture-barde-symb...
15 juin 2017 - En 2016, la Suède a été confrontée à une résurgence des mouvements néo-nazis avec 3 064 activités documentées selon la fondation ...

Suède. Où l'on reparle du passé nazi du fondateur d'Ikea | Courrier ...
www.courrierinternational.com/.../ou-l-on-reparle-du-passe-nazi-du-fondateur-d-ikea
26 août 2011 - Le passé nazi du fondateur d'Ikea revient à la une de l'actualité en Suède. Le fait qu'Ingvar Kamprad avait été membre du parti nazi suédois ...

Suède: une trop parfaite démocratie - L'Express
www.lexpress.fr/informations/suede-une-trop-parfaite-democratie_624334.html
18 sept. 1997 - De 1935 à 1976, le plus souvent contre leur gré, plus de 60 000 Suédois ont été stérilisés. Après les révélations sur les achats d'or nazi, ...
**************

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0tr/6history/20_wwii.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_d%27amiti%C3%A9_turco-allemand

Écrit par : Patoucha | 16/07/2017

@Orm

Comment ignorer qui fut ce grand homme? Je n'ai pas manqué le documentaire réalisé sur ce héros! Et pour rappel:

Travail en Hongrie
Articles détaillés : Royaume de Hongrie (1920-1946), Gouvernement d'unité nationale (Hongrie) et La destruction des Juifs de Hongrie.

En 1938, la Hongrie du régent Miklós Horthy édicta une série de mesures antisémites qui limitaient pour les Juifs les professions autorisées, réduisaient leur nombre dans les emplois publics et interdisaient les mariages mixtes. Lauer avait de plus en plus de mal à voyager en Hongrie, si bien que Wallenberg devint son homme de confiance. (..)

L'armée allemande à Budapest.
En avril et mai 1944, quand leur défaite apparut comme inévitable, les Allemands et leurs alliés en Hongrie commencèrent à déporter massivement les Juifs hongrois au rythme de 12 000 par jour, principalement vers Auschwitz13. Cette persécution fut bientôt parfaitement connue à l'étranger, à la différence de la Shoah, dont on savait l'existence sans pour autant en mesurer l'étendue exacte. Vers la fin du printemps 1944, George Mantello publia ce qu'on appelle maintenant le rapport Vrba-Wetzler. Churchill, Roosevelt et d'autres travaillèrent alors pour aider Horthy à faire cesser les déportations14.

Au printemps 1944, le président Roosevelt envoya à Stockholm Iver Olsen comme représentant officiel du War Refugee Board américain. Celui-ci chercha quelqu'un qui fût à la fois motivé et capable pour se rendre à Budapest et organiser un programme de sauvetage pour les Juifs15. Il vit dans Wallenberg l'homme qu'il lui fallait11.

En 2003, un examen des correspondances soviétiques pendant la guerre a indiqué que c'est peut-être le communiste hongrois Vilmos Böhm qui a dénoncé Wallenberg à Staline comme un individu suspect.

En avril 1945, W. Averell Harriman, du Département d'État américain, offrit son aide au gouvernement suédois pour rechercher ce qu'il était arrivé à Wallenberg, mais l'offre fut refusée.

(..) ses deux oncles, Markus et Jakob, refusèrent, par leur silence, toute tentative d'éclaircissement sur son sort. Contacté en 1947 par le Président des États-Unis Harry Truman, Markus Wallenberg ne donna pas suite. Plus tard, lorsque Simon Wiesenthal désira fonder un Comité Wallenberg en France, il se heurta au même silence.

(..)Pavel Soudoplatov a assuré que Raoul Wallenberg avait été empoisonné par Mairanovski, le « médecin de la mort » de Staline. (..)

1953 : préparation d'un procès-spectacle en Hongrie sur l'affaire Wallenberg

Le 7 avril 1953, au petit matin, Miksa Domonkos, l'un des chefs de la communauté juive de Budapest, fut enlevé par des agents de l'ÁVH, la police secrète communiste56. C'était la préparation d'un procès-spectacle à Budapest destiné à prouver que Raoul Wallenberg n'avait pas été emmené en Union soviétique en 1945, mais avait été la victime de sionistes cosmopolites. (..)

L'idée que les « assassins de Wallenberg » étaient des « sionistes » de Budapest était soutenue principalement par le dirigeant communiste hongrois Ernő Gerő, comme le montre une note envoyée par lui au Premier secrétaire Mátyás Rákosi. Ce procès-spectacle avait été imaginé à Moscou et faisait suite à la campagne antisioniste de Staline. (..)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Raoul_Wallenberg

Ne jamais oublier également Carl Lutz!

"Carl Lutz - Le Suisse qui sauva des dizaines de milliers de Juifs ..."
houseofswitzerland.org/.../carl-lutz-le-suisse-qui-sauva-des-dizaines-de-milliers-de-jui...

Écrit par : Patoucha | 17/07/2017

"Giona voit des nazis dans les Suédois peut-etre a cause du cliché "grand blond aryen = SS". Giona n`a probablement pas entendu parler du diplomate suédois Raoul Wallenberg qui sauva des quantités de juifs hongrois de la déportation en leur remettant des passeport suédois."

Amusante récupération. Si Raoul Walenberg a été élevé au rang de Juste parmi les nations, il n'en reste pas moins qu'une hirondelle n'a jamais fait le printemps et donc la Suède s'est bien compromise - et pas qu'un peu - avec le régime nazi. Par ailleurs il y avait même un parti nazi Suédois officiel et extrêmement influent. Aujourd'hui, la Suède s'illustre en plus par son antisémitisme importé et d'essence islamofasciste. Ceci explique cela.

Écrit par : Giona | 17/07/2017

@Patoucha La mort de Wallenberg n`a probablement rien a voir avec le sionisme. En Hongrie ou les événements ont eu lieu et ou pas mal de témoins ont survécu a la guerre, on sait que Wallenberg fut arreté sur ordre du général soviétique commandant les troupes qui prirent Budapest. Ce général n`était autre que Léonid Brejnev... Wallenberg fut ensuite détenu au secret par la NKVD dans la tristement fameuse prison de la Lubjanka a Moscou et mourut en captivité.

Écrit par : jean jarogh | 17/07/2017

@Giona

La Suède a le même comportement aujourd'hui qu'à l'époque nazie! Vous avez entièrement raison!

Écrit par : Patoucha | 17/07/2017

"@Patoucha La mort de Wallenberg n`a probablement rien ...."

Lisez ce qui est écrit en plus du lien!

Vous commentez pour vous lire, et il en ressort que des mensonges - Genevois? LOL - et divagations!

Interview: Historian Susanne Berger On The Fate Of Raoul Wallenberg

"Berger: Le problème, c'est que nous n'avons pas de témoignage corroboré indépendamment de la survie de Wallenberg après 1947. Cependant, il y a des témoignages très importants qui doivent encore être vérifiés.

Compte tenu du fait qu'il est maintenant question de savoir si Wallenberg était éventuellement en vie après sa date officielle de décès indirectement et directement donne plus de crédibilité à ces rapports, ou du moins, il augmente la nécessité de vérifier ces déclarations.

Il est encore possible que Raoul Wallenberg ait été tué quelque temps vers le mois de juillet 1947. Il est également possible qu'il soit strictement isolé et détenu en tant que prisonnier sous enquête pendant de nombreuses années. Si Wallenberg a survécu après juillet 1947, toutes les autres questions sur sa survie demeurent sur la table.

https://www.rferl.org/...susanne-berger...raoul-wallenberg/246659...
3 août 2012 - Susanne Berger, a U.S.-based German historian has done extensive research on the case of Raoul Wallenberg, the Swedish diplomat who ...

Raoul Wallenberg, vient d'être déclaré officiellement mort par la Suède.
"En revanche, la date, le lieu et les circonstances exactes de son décès restent mystérieux, otages des secrets staliniens que la Russie de Vladimir Poutine rechigne à dévoiler."

".. A l’époque, rappelle Ingrid Carlberg, «la priorité de la diplomatie suédoise est de maintenir Staline de bonne humeur, de sorte que le dossier sera géré avec une prudence démesurée».

Ce n’est qu’en 1957 que la Suède exige enfin la libération de Raoul Wallenberg. Les Soviétiques le soupçonnaient d’être un capitaliste de la pire espèce, doublé d’un espion à la solde des Alliés. Washington en fera un symbole, en pleine guerre froide, lui octroyant le titre rare de citoyen d’honneur américain en 1981. «Il était le héros de la Shoah, qui avait lutté contre une tyrannie, pour succomber à une autre», indique Ingrid Carlberg. Convaincue que la vérité sur sa mort se trouve cachée dans les archives de l’URSS.

http://www.liberation.fr/planete/2016/04/11/soixante-dix-ans-apres-wallenberg-enfin-mort_1445485

"Arkadi Vaksberg, Le Laboratoire des poisons : de Lénine à Poutine ...
www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2007_num_29_1_2317_t1_0176_0000_1
de C Philippe - ‎2007

"Ce qui lui importait était de sauver les Juifs sur place à Budapest, pas de se livrer à des tractations politiques. C’est tout le contraire de ce que fait l’Europe aujourd’hui.»"

http://www.lefigaro.fr/international/2016/11/02/01003-20161102ARTFIG00307-71-ans-plus-tard-le-mystere-demeure-autour-de-la-mort-du-juste-raoul-wallenberg.php?redirect_premium

Les secrets de l'affaire Raoul Wallenberg: du juste de Budapest au premier martyr de le guerre froide

17 janvier 1945. Budapest est en flammes. En quittant les faubourgs de l'Est, la partie orientale de la capitale hongroise, une voiture se dirige vers Debrecen. Sur la chaussée enneigée, elle zigzague entre les carcasses de chars détruits et les cadavres... A un premier barrage, le véhicule est stoppé par des soldats de l'armée soviétique. L'un des passagers, âgé de 32 ans, présente un passeport diplomatique suédois au nom de Raoul Wallenberg. (..) Mais à ce barrage, des officiers appartenant au NKVD, la terrible police politique de Staline, l'arrêtent. Un piège implacable s'est refermé sur lui. On ne le reverra jamais."

Claudine Pierrejean, Daniel Pierrejean
Harmattan, 1 janv. 1998 - 302 pages

Partie 1/

Écrit par : Patoucha | 17/07/2017

P/2 Fin
Wallenberg, le mystère sans fin (Que je poste dans son intégralité)

LE MONDE | Mis à jour le 04.08.2011 à 16h59 | Par Marie Jégo

En saura-t-on plus, un jour, sur le sort de Raoul Wallenberg, le diplomate suédois qui sauva des dizaines de milliers de juifs hongrois de l'extermination en 1944 et dont les traces se perdirent ensuite en Union soviétique ? L'homme, né en 1912, aurait 99 ans aujourd'hui. Il est certainement mort, mais quand et comment ?

Selon la version officielle, il aurait succombé à une crise cardiaque en prison en 1947. Faux, il a été empoisonné sur ordre de la direction stalinienne, affirme l'ex-agent Pavel Soudoplatov. A moins qu'il n'ait vécu jusqu'aux années 1980, trimbalé de camps de travail en hôpitaux psychiatriques, comme l'ont affirmé dans les années 1970 d'anciens prisonniers du goulag (système des camps staliniens) tout juste libérés.

Soixante-six années durant, historiens, journalistes, parents ont tenté de percer le mystère, en vain. De Staline à Poutine, les mêmes questions reviennent : pour quelles raisons Raoul Wallenberg a-t-il été arrêté en Hongrie par le Smerch (contre-espionnage soviétique) puis transféré à Moscou en janvier 1945 ? Quand est-il mort ? Pourquoi la Russie est-elle si réticente à ouvrir ses archives ?

Issu d'une famille suédoise influente, Raoul Wallenberg est arrivé à Budapest en juillet 1944, mandaté par une organisation américaine, le War Refugee Board, pour aider les juifs de Hongrie, dont la déportation avait commencé en mai. La Suède, qui avait de bonnes relations avec les Alliés et avec l'Allemagne hitlérienne, disposait d'une légation sur place. Wallenberg en prit la tête. Sa mission ? Donner des papiers aux juifs, négocier auprès des nazis la survie des habitants du ghetto.

En janvier 1945, les Soviétiques entrent en Hongrie et arrêtent le "Juste de Budapest". Pour eux, le diplomate est un espion. Lorsqu'il décide de se rendre à Drebecen, le QG de l'armée soviétique, deux motards russes l'escortent. "Je ne sais pas s'ils sont là pour me surveiller ou pour me protéger", confie alors Wallenberg. Lui et son chauffeur disparaissent. Les Soviétiques rassurent la famille : le diplomate est sous leur protection. Deux ans plus tard, volte-face de Moscou : "Cette personne, explique Andreï Vychinski, l'ancien procureur de Staline devenu l'étoile montante de la diplomatie soviétique,n'a jamais été détenue en URSS ni dans aucun des territoires sous son contrôle."

Il faudra attendre 1957 pour en savoir plus. Le dossier Wallenberg est retrouvé ! Il ne comporte qu'un seul document, le rapport d'un certain Smoltsov, médecin de la Loubianka, la prison de la police politique, selon lequel le prisonnier est mort d'un infarctus le 17 juillet 1947. "Wallenberg a sans doute été transféré dans une cellule spéciale du laboratoire X (le laboratoire des poisons, situé rue Varsonofievski, au centre de Moscou) où, sous couvert de soins de santé, on lui a fait une injection mortelle. Dans le même temps, la direction soviétique continuait d'affirmer aux Suédois qu'elle ne savait rien de lui", écrit Pavel Soudoplatov (1907-1996) dans ses Mémoires, publiés en 1994.

Peu encline à révéler de quoi Wallenberg était mort, la direction soviétique interdit l'autopsie. Il fallait effacer toute trace du prisonnier. Selon Soudoplatov, le corps fut incinéré au monastère Donskoï à Moscou.

A la faveur de la perestroïka gorbatchévienne, en 1989, l'affaire Wallenberg refait surface. Le passeport et quelques effets personnels du Suédois sont retrouvés et remis à la famille. En cette période d'ouverture, on peut penser que la vérité va triompher.

En 1991, l'URSS est morte, la Suède et la Russie esquissent un rapprochement, une commission mixte est créée, chargée de faire la lumière sur l'affaire Wallenberg, sans résultats.

Les Russes ne sont pas avares de chrysanthèmes mais ne livrent rien de leurs archives. Wallenberg est réhabilité en 2000. En 2001, son buste est érigé dans la cour de la Bibliothèque de littérature étrangère à Moscou. Sur la plaque commémorative, un point d'interrogation remplace la date de la mort.

Rivés à ce point d'interrogation, les chercheurs Suzanne Berger et David Birstein déplorent la mauvaise volonté de Moscou. Membre de la commission mixte, l'historien David Birstein explique n'avoir jamais eu accès aux archives. Ses recherches l'ont mené, entre autres, sur les traces d'un certain Willy Rödel, un ex-conseiller politique de l'ambassade du Reich en Roumanie qui, de 1945 à 1947, partagea la même cellule que Raoul Wallenberg à Moscou.

A plusieurs reprises, l'historien a réclamé au FSB - les services russes de sécurité, gardiens des archives secrètes - les procès-verbaux d'interrogatoires du codétenu de Wallenberg. La réponse était invariable : il n'y a aucun PV d'interrogatoire relatif à cette personne. En juillet 2011, nouveau coup de théâtre : les archivistes du FSB, Vassili Khristoforov et Vladimir Makarov, publient un livre, "Les secrets de la diplomatie du IIIe Reich". Y figurent les protocoles d'interrogatoires de diplomates allemands capturés par les Soviétiques et ramenés à Moscou pour y être interrogés, dont ceux de Willy Rödel ! David Birstein est d'autant plus surpris que le directeur des archives, à qui il a adressé toutes ses requêtes, n'est autre que le général Khristoforov, l'un des auteurs du livre ! "Les archives sur Raoul Wallenberg doivent être repassées au crible ", réclame l'historien sur son site (www.vadimbirstein.com).

Aux Russes maintenant de dire la vérité. Le veulent-ils ?

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/04/wallenberg-le-mystere-sans-fin_1556129_3232.html

Écrit par : Patoucha | 17/07/2017

"Affaire Wallenberg, suite et (peut-être) fin" Extrait

Des documents publiés par la presse russe confirment que le Suédois, qui a sauvé des milliers de juifs hongrois, a été éliminé sur ordre de Staline.
Par Yves Cornu
Publié le 09/08/2016 à 07:13 | Le Point.fr

Une des dernières grandes énigmes de la Deuxième Guerre mondiale a peut-être été résolue avec la publication, dans la presse russe, des souvenirs d'un ancien chef du KGB. Raoul Wallenberg, un homme d'affaires suédois qui a contribué à sauver des milliers de juifs hongrois en 1944-1945, a bien été assassiné par les Soviétiques et sur ordre de Staline.

C'est Ivan Serov qui l'affirme, ou plus exactement un document écrit de la main de celui qui fut le premier directeur de la police politique mise en place par le « petit père des peuples ». Ce témoignage a été publié il y a quelques semaines, mais sa découverte remonte à quatre ans.

Une cache dans la datcha

À l'époque, le petit-fils de feu Serov entreprend des travaux dans la datcha ayant appartenu à son grand-père et située à la périphérie de Moscou. En abattant un mur, les ouvriers découvrent plusieurs valises pleines de papiers qui sont autant de témoignages sur la férocité du régime et le rôle joué par Serov en sa qualité de premier flic.

Sur l'un d'eux, la phrase qui confirme ce que les historiens subodoraient depuis longtemps sans pouvoir étayer leurs accusations : « Je n'ai aucun doute que Wallenberg ait été liquidé en 1947. » Et le Kgbiste d'expliquer que l'ordre a été donné par Staline et Vyacheslav Molotov, son ministre des Affaires étrangères, dont le nom est indissociable du Pacte germano-soviétique, signé en 1939.

La guerre froide ayant succédé au conflit mondial, la paranoïa du maître du Kremlin (...)

L'issue de la guerre ne faisant plus de doute, le gouvernement suédois, dont la neutralité n'a pas toujours été défavorable à l'Allemagne nazie, cherche à restaurer l'image du pays. Raoul Wallenberg est envoyé en Hongrie pour tenter de venir en aide à la communauté juive, victime de persécutions croissantes avec l'arrivée au pouvoir des Croix fléchées, mouvement pro-nazi et frénétiquement antisémite.

Un prisonnier encombrant

Le jeune homme (il a alors 32 ans)(..)

Le 16 janvier 1945, (..)Dans un premier temps, les autorités soviétiques accusent les Croix fléchées de l'avoir fait disparaître. Il faudra attendre 1957 pour que Moscou admette que le Suédois a été transféré à la Loubianka, le siège du KGB, où il serait mort d'une crise cardiaque le 17 juillet 1947.

C'est cette version des faits que démentent les archives d'Ivan Sverov. Elles révèlent que dans les années 1950, il avait été chargé d'enquêter sur les activités de Wallenberg et en avait conclu que l'accusation d'espionnage ne tenait pas. Elles confirment surtout que l'encombrant prisonnier a bien été liquidé avant d'être incinéré ; c'est Viktor Abakoumov, l'officier ayant reçu l'ordre de Staline, qui l'avait confirmé à Serov. Cela ne lui a pas porté chance : pris dans des intrigues de palais, Abakoumov a été fusillé quelques années plus tard.

http://www.lepoint.fr/monde/affaire-wallenberg-suite-et-peut-etre-fin-09-08-2016-2059914_24.php

Écrit par : Patoucha | 17/07/2017

@Patoucha Foin des journaleux et de leurs tuyaux percés, j`ai mes propres sources bien plus fiables et je sais donc pourquoi le général Brejnev a fait arreter Wallenberg et pourquoi celui-ci ne devait pas en revenir vivant. Cela est beaucoup plus prosaique qu`on ne pourrait le penser et, bien que je n`aie guere de sympathie pour les sionistes, ceux-ci sont blancs comme neige dans cette affaire.

Écrit par : jean jarogh | 17/07/2017

Journaleux? LOLLLLLL Et vous, qui êtes-vous?

Vous pouvez raconter vos BULLSHIT à votre émule, la plagiaire analphabète, propagandiste et antisionisto-antisémite Charles 05. OK!

ABE

Bibliographie -
En langue française

Jacques Derogy, Raoul Wallenberg, le Juste de Budapest, Stock, 1994 (ISBN 2-234-04310-7)
Marek Halter, La Force du bien, Robert Laffont, Pocket, (ISBN 2-221-08056-4)
Frederick E. Werbell et Clarke Thurston, Wallenberg, le héros disparu, Belfond, 1987
Patrick Imhaus, Les Deux Raoul et les Autobus Blancs, Éditions Espaces et Signes, décembre 2012 (ISBN 978-2-95359-650-2).
Fabrice Virgili et Annette Wieviorka (dir.), Raoul Wallenberg Sauver les Juifs de Hongrie, Payot, 2015

En langues étrangères

(de) John Bierman, Raoul Wallenberg, der verschollene Held. Dt. Erstausg., Droemersche Verlagsanstalt Knaur, München 1983. (ISBN 3-426-03699-1)
(de) Christoph Gann, Raoul Wallenberg: so viele Menschen retten wie möglich. C.H. Beck Verlag, München 1999. (ISBN 3-406-45356-2) (auch: Schriftenreihe dtv 30852. Dt. Taschenbuch Verlag, München 2002. (ISBN 3-423-30852-4))
(de) Victor Karelin, Damals in Budapest Herder Verlag GmbH (1982) (ISBN 3-451-19546-1)
(de) András Masát, Márton Méhes, Wolfgang Rackebrandt, Raoul Wallenberg – Mensch in der Unmenschlichkeit. Ergebnisse der internationalen Forschung. Leipzig; Berlin 2002. (ISBN 3-933816-14-9)
(de) Jonny Moser, Wallenbergs Laufbursche Picus Verlag Wien, 2006. (ISBN 978-3-85452-615-5)
(it) Domenico Vecchioni, Raoul Wallenberg, l'uomo che salvo' 100.000 ebrei, préface de Giovanni Spadolini, Eura Press, Milano, 1994
(en) Bengt Jangfeldt, The Hero of Budapest: The Triumph and Tragedy of Raoul Wallenberg, éditions I.B.Tauris & Co Ltd, 2013, 352 p. (ISBN 978-1-78076-682-9).
(su) Ingrid Carlberg, "Det står ett rum här och väntar på dig ..." : berättelsen om Raoul Wallenberg, éditions Norstedts, 2012, 352 p. (ISBN 978-9-11302-880-4).
(en) Paul A. Levine, Raoul Wallenberg in Budapest: Myth, History and Holocaust, éditions Vallentine Mitchell & Co Ltd, 2007, 416 p. (ISBN 978-0-85303-727-9).

Ouvrages généraux

Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, Fayard, 1961 ; Gallimard, « Folio », 2006

-
1985 Wallenberg : A Hero's Story, téléfilm de fiction de Lamont Johnson avec Richard Chamberlain
1990 Godafton, herr Wallenberg, film de fiction de Kjell Grede avec Erland Josephson, Inhaltsangabe [archive]
1994 Wallenberg, Autopsie d'une disparition : Wallenberg, où est la vérité?, documentaire de Jean-Charles Deniau
2002 Searching for Raoul Wallenberg, documentaire, Intrepid Documentaries, Inc.
2004 Der Fall Raoul Wallenberg, documentaire de Klaus Dexel, Bayerischer Rundfunk, Inhaltsangabe [archive], Arte
2005 Dead Men's Secrets : Whatever Happened To Raoul Wallenberg?, documentaire, The History Channel
2006 Raoul Wallenberg, l'Ange de Budapest, de Marcel Collet

Notes et référence


↑ « Pour la Suède, Raoul Wallenberg, sauveur de milliers de juifs hongrois, enfin déclaré mort » [archive], sur Le Monde (consulté le 1er novembre 2016)
↑ a et b German's Death Listed; Soviet Notifies the Red Cross Diplomat Died in Prison. ; New York Times du 15 février 1957, consulté le 14 février 2007
↑ a et b « Raoul Wallenberg » [archive], Notable Names Database (consulté le 12 février 2007)
↑ Notice de Yad Vashem [archive].
↑ Discours du 17 janvier 2005 prononcé par le ministre canadien Irwin Cotler pour le soixantième anniversaire de la disparition de Raoul Wallenberg.
↑ Scholars Run Down More Clues To A Holocaust Mystery [archive] - ABCNews, consulté le 26 août 2008.
↑ La rue Raoul-Wallenberg, dans le 19e arrondissement de Paris, a été inaugurée le 24 mars 2007.
↑ a et b Actions done by Raoul Wallenberg's brother, [archive] Guy von Dardel [http://www.raoul-wallenberg.eu/researcher/dardel/
↑ a, b, c, d, e, f et g « Raoul Wallenberg » [archive], Jewish Virtual Library, 2007
↑ Holocaust Hero's Parents Committed Suicide in Despair [archive] Yahoo News, 2 mars 2009
↑ a, b, c et d Penny Schreiber, « The Wallenberg Story » [archive] (consulté le 14 février 2007)
↑ a, b et c Lester, Elenore and Werbell, Frederick E.; The Last Hero of Holocaust. The Search for Sweden's Raoul Wallenberg.; New York Times Magazine; March 30, 1980, Sunday; consulté le 14 février 2007
↑ The Holocaust Chronicle PROLOGUE: Roots of the Holocaust, page 526 [archive]
↑ Winston Churchill écrit dans une lettre à son ministre des affaires étrangères datée du 11 juillet 1944 : « There is no doubt that this persecution of Jews in Hungary and their expulsion from enemy territory is probably the greatest and most horrible crime ever committed in the whole history of the world…. » « Winston Churchill's The Second World War and the Holocaust's Uniqueness »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013), Istvan Simon.
↑ United States Holocaust Memorial Museum; « Holocaust Encyclopedia »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 1er juin 2017); consulté le 27 janvier 2007
↑ (en) Ilya Garger, « Milestones: Died. Per Anger. », Time (magazine),‎ 2 septembre 2002 (lire en ligne [archive])
↑ « Témoignage de Gabor Forgacs »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013) : le bureau de Wallenberg à l'ambassade.
↑ « The Wallenberg Effect » [archive], The Journal of Leadership Studies (consulté le 15 février 2007)
↑ « Wallenberg Legacy »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Raoul Wallenberg International Movement for Humanity (consulté le 14 février 2007)
↑ [hhttp://www.raoul-wallenberg.eu/category/background/ Raoul Wallenberg and the rescue Mission "Budapest Jews“ 1944/45] Light in the darkness, By Christoph Gann, consulté le 19 septembre 2008. Gann is the author of Raoul Wallenberg: So Viele Menschen Retten Wie Moglich (Germany, 2002). (ISBN 3-423-30852-4)
↑ « Final Report of the War Refugee Board from Sweden »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 14 février 2007)
↑ « Lantos's list »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Jerusalem Post (consulté le 15 février 2007) : « Born in Hungary in 1928 to assimilated Jewish parents, he escaped from a forced-labor brigade, joined the resistance and was eventually, with his later-to-be-wife Annette, among the tens of thousands of Hungarian Jews rescued by the Swedish diplomat Raoul Wallenberg. »
↑ a et b LaFraniere, Sharon; Moscow Admits Wallenberg Died In Prison in 1947. Washington Post; December 23, 2000
↑ "Jews in Hungary Helped by Swede". The New York Times; April 26, 1945, Thursday; consulté le 14 février 2007.
↑ a, b et c « Report of Swedish Russian Working Group » [archive] [PDF] (consulté le 13 février 2007)
↑ "Well Taken Care Of". [archive] Time; February 18, 1957; consulté le 14 février 2007.
↑ « "Soviet double agent may have betrayed Wallenberg" »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013); Reuters; May 12, 2003; consulté le 14 février 2007.
↑ See Braham, Randolph (2004): Rescue Operations in Hungary: Myths and Realities, East European Quarterly 38(2): 173-203.
↑ « Wallenberg fate shrouded in mystery »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013); CNN; January 12, 2001; Retrieved on February 14, 2007
↑ a et b Rachel Oestreicher Bernheim, « A Hero for our Time »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), 1981 (consulté le 12 février 2007
Open Society Archives, « Raoul Wallenberg, Life and Work », New York Times,‎ 6 septembre 1991 :

« The K.G.B. promised today that it would let agents break their vow of silence to help investigate the fate of Raoul Wallenberg, the Swedish diplomat who vanished after being arrested by the Soviets in 1945. »

↑ « The Last Word on Wallenberg? New Investigations, New Question » [archive] (consulté le 12 février 2007)
↑ « Stuck in Neutral: The Reasons behind Sweden's passivity in the Raoul Wallenberg case » [archive] [PDF] (consulté le 12 février 2007)
↑ Wallenberg, héros tragique [archive]
↑ Soviets Give Kin Wallenberg Papers. New York Times; October 17, 1989; Retrieved on February 14, 2007
↑ « Raoul Wallenberg, Life and Work »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 12 février 2007)
↑ Cause of Death Conceded. [archive] Time (magazine); Monday, August 7, 2000
↑ Vadim J. Birstein. The Perversion Of Knowledge: The True Story of Soviet Science. (p.138) Westview Press (2004) (ISBN 0-8133-4280-5)
↑ « Grigori Maïranovski, le "Docteur la mort" de Staline » [archive], Le Figaro, 18 juillet 2007.
↑ « Moscow releases Wallenberg files »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013); CNN; December 22, 2000; Retrieved on February 14, 2007
↑ a et b « Moscow releases Wallenberg files »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), JTA, 2007 (consulté le 29 juillet 2007)
↑ Search for Swedish Holocaust hero [archive]; BBC; Monday, January 17, 2005
↑ Chronology - Who is Raoul Wallenberg? [archive] « https://web.archive.org/web/20081010185251/http://www.raoulwallenberg.org/who/stone.html »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), 10 octobre 2008 - The Raoul Wallenberg Committee of the United States. Consulté 2008-09-19
↑ (en) Harvey Rosenfeld, Raoul Wallenberg: The Mystery Lives On, Lincoln, iUniverse, 2005 (ISBN 978-0-595-35544-0, OCLC 77563607, lire en ligne [archive]), p. 164
↑ (en) Efim Moshinsky, Raoul Wallenberg Is Alive! The Amazing Autobiography of the KGB Officer Who Arrested Him In 1945, Jerusalem, Rescue Publishing, 1987
↑ December 1993 interview by investigator Marvin Makinen (en) of the University of Chicago. Makinen examined prison records and found additional evidence which seemed to possibly corroborate this. Scholars run down more clues to abiding Holocaust mystery [archive] By ARTHUR MAX and RANDY HERSCHAFT, Associated Press, April 28, 2008.
↑ (en) Bill Keller, « Soviets Open Prisons and Records to Inquiry on Wallenberg's Fate », New York Times,‎ 28 août 1990 (lire en ligne [archive])
↑ List of von Dardel's actions [archive]
↑ Report of the Swedish-Russian Working Group, Stockholm 2000 [archive], p. 15
↑ « Missing in Action: Raoul Wallenberg »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013); Jerusalem Post
↑ « Excerpt from 1993 working group session »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013)
↑ mwm_adk_rpt.PDF [archive]
↑ Fac-similé de sa réhabilitation [archive]
↑ (en) Joshua Prager, « The Wallenberg Curse: The Search for the Missing Holocaust Hero Began in 1945. The Unending Quest Tore His Family Apart », The Wall Street Journal,‎ 28 février 2009 (lire en ligne [archive])
↑ a et b Ms. Louise von Dardel's February 2005 talks in the Knesset and the Jerusalem Begin Center and her interviews at the time to Israel TV English news, Jerusalem Post, VESTY (Russian) and Makor Rishon (Hebrew). Also, numerous conversations with Ms. Louise von Dardel
↑ a et b Interview with István Domonkos [archive], son of Miksa Domonkos who died after the show trial preparations (hu)
↑ József Szekeres: Saving the Ghettos of Budapest in January 1945, Pál Szalai "the Hungarian Schindler" (ISBN 963-7323-14-7), Budapest 1997, Publisher: Budapest Archives, Page 74
↑ http://www.raoul-wallenberg.eu/testimony/show-trial-preparations-1953-in-hungary/ [archive]
↑ Kenedi János: Egy kiállítás hiányzó képei [archive] (hu)
↑ Hungarian Quarterly [archive] (hu)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Raoul Wallenberg, sur Wikimedia Commons

« Mémoire de la Shoah »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 1er juin 2017) Documents photographiques sur Raoul Wallenberg
Yad Vashem : Documents photographiques sur Raoul Wallenberg [archive]
« Institut Raoul-Wallenberg »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 1er juin 2017)
(en) (es) Fondation Raoul-Wallenberg [archive]
(en) Une biographie de Wallenberg [archive]
« Assassinat et sauvetage des Juifs de Hongrie » [archive] : Raoul Wallenberg, conférence de Tal Bruttmann et al. sur Akadem
« L'énigme Raoul Wallenberg »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 30 mars 2013) Association Raoul-Wallenberg
(en) À la recherche des héros suédois de l'Holocauste (article) [archive]
Holocaust Memorial Budapest, testimony from the family Jakobovics in 1947 [archive]
"Karoly Szabo played a determining role among Wallenberg’s supporters" [archive]
Search for Raoul Wallenberg [archive]
Stuck In Neutral: The Reasons Behind Sweden's Passivity In The Raoul Wallenberg Case [archive] par Susanne Berger, 2005

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque nationale de Suède • WorldCat

https://fr.wikipedia.org/wiki/Raoul_Wallenberg

Écrit par : Patoucha | 18/07/2017

@Patoucha

Bonsoir Patoucha,

N’êtes guère aimable avec vos fans, ma Chère. En voilà un nouveau, « l’homme des sources fiables », qui, après vous avoir habillée pour la saison de noms d’oiseaux, cela sous différents pseudos, vient à résipiscence, demande l’aman en tendant les deux mains et n’espère rien que devenir l’interlocuteur privilégié de vos commentaires. Et vous, vous l’éconduisez comme un malpropre, le rembarrez par un « Et vous, qui êtes-vous ? » en qualifiant sa prose de bullshit… N’allez pas partir en vacances ensemble, je le pressens.

Rancunière que vous êtes, Patoucha , vous allez faire fuir toutes vos groupies... Pas étonnant que vous n’ayez plus que les bras de Morphée pour vous réfugier sous les plumes… (C’est vrai qu’il a l’avantage de ne pas ronfler celui-là !!!).

Bon, soyons sérieux, merci pour l’article bien étayé de la « journaleuse » Catherine Bellini de l’Hebdo (une descendante peut-être de Vincenzo, vous qui semblez aimer le bel canto ? :)))

Le courage de ces hommes et femmes - reconnus et anonymes, car ces derniers sont nombreux - sauve l’honneur, si faire se peut, et rachète la politique des gouvernants de notre pays pendant et après la guerre. Contrairement à la population, eux, comme le CICR, savaient ce qui se passait dans les camps. On peut encore comprendre leur attitude pendant la guerre, après tout il fallait surnager en louvoyant et composant pour ne pas énerver l’hégémonique voisinage, c’est l’argument qu’on nous sert habituellement. Mais pourquoi après 1945, les actions de ces hommes et femmes ont-elles été occultées ? Pour éviter les relents de mauvaise conscience, sauvegarder l’image ? Grüninger a été « réhabilité » dans les années 90… Nous aimons les héros posthumes.

Si le rapport Bergier a fait tant de vagues lors de sa parution, ce n’est pas sans raisons. Le conservatisme, l’antisémitisme ambiant et surtout la peur du communisme imprégnaient la pensée de l’establishment et du bon peuple de l’époque. Beaucoup en sont restés à la vision de l’Helvétie terre d’accueil (elle le fut bien d’ailleurs, surtout après Stalingrad…) et aux mythes de l’Histoire de G.A. Chevallaz. Ils n’ont pas goûté l’image que le rapport leur renvoyait. On pourrait en débattre des heures sans en épuiser le sujet.

Me suis souvent demandé, comme beaucoup de ceux de ma génération (l’après-guerre glorieuse, les vieux du papy-boom actuel) ce que j’aurais fait confronté à ces situations, à leur place, aurais-je été à la hauteur ? Je n’en suis pas vraiment sûr.

Avec ou sans Morphée, la meilleure des nuits.

PS C’est le bon blog cette fois ? Avec vous, je ne sais plus auquel me vouer… :))

Écrit par : Gislebert | 18/07/2017

"Si le rapport Bergier a fait tant de vagues lors de sa parution, ce n’est pas sans raisons" La première, c'est sa conclusion principale qui voudrait que par son attitude, la Suisse a prolongé la guerre. Or la Suisse n'avait pas d'autres choix que de commercer avec l'Allemagne, les puissances de l'Axe l'encerclant complétement, d'une part. D'autre part, les Alliés n'ont pas mis moins d'efforts à combattre l'Allemagne du fait de la Suisse. De plus, reportez-vous au discours de Churchill à Zurich...
Et ceci, trouvé dans un vieux livre :

"Le Premier Ministre au secrétaire des Affaires étrangères

3 décembre 1944

« Je note ceci pour les archives. De tous les pays neutres, c’est la Suisse qui mérite le plus d’être citée. Elle fut la seule force internationale à servir de lien aux nations horriblement séparées et à la nôtre en particulier. Quelle importance cela peut-il avoir qu’elle ait été capable de nous donner les avantages que nous recherchions sur le plan commercial ou qu’elle ait donné trop aux Allemands pour se sauver elle-même ? Elle a agi en État démocratique luttant pour la liberté au milieu de ses montagnes et fut, en esprit, malgré la différence de race, largement de notre côté. »

Winston Churchill

En exergue de : « Un général suisse contre Hitler »
L’espionnage au service de la paix
Jon Kimche Fayard (grandes études contemporaines) 1962

Écrit par : Géo | 19/07/2017

@Géo

Merci, Géo, mais l’objet du commentaire ne portait pas sur la politique menée entre 39-45 par le gouvernement suisse qui, on s’en doute bien, a dû composer aussi bien avec le Reich qu’avec les Alliés pour assurer la survie du pays, je l’ai d'ailleurs souligné, mais bien sur un aspect particulier : son attitude quant à l’accueil des réfugiés juifs dont une partie (même si elle minoritaire) a été refoulée, en tous cas jusqu’à fin 42.

On savait fort bien, du moins le CF Steiger qui détenait l’autorité sur les frontières en savait plus qu'il a bien voulu l'admettre, le sort funeste qui les attendait. Oh bien sûr, facile de refaire l’Histoire a posteriori, mais peut-être y avait-il mieux à faire. Le propos visait simplement à relever que les actions de « sauvetage » ont été le fait d’initiatives individuelles et que les gens qui se sont mouillés n’ont eu droit qu’à une reconnaissance pour le moins tardive et parcimonieuse, pour beaucoup bien au frais dans leur caveau.

Pour info deux liens intéressants et récents qui ne vous apprendrons peut-être rien :

http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F31878.php

http://www.hebdo.ch/ce_que_savaient_vraiment_les_suisses_82351_.html

J’ai également dans un coin de ma bibliothèque le bouquin de Kimche, à côté, dans le même ordre d’idées « La Guerre a été gagnée en Suisse » de Accoce et Quiet (1966). Ces ouvrages datent un peu… L’eau a coulé sous les ponts de l’Histoire, les documentalistes ont œuvré, à l’époque on trouvait dans chaque bistrot du canton de Vaud, encadré en place d’honneur, le portrait de Guisan. Je ne suis pas sûr que cela soit toujours le cas.

Quant à la caution de Churchill, la Suisse en a eu bien besoin, car d’aucuns parmi les conseillers de Roosevelt (Morgenthau entre autres) ne portaient pas notre pays dans leur cœur et comptaient bien lui faire payer sa "collaboration" au prix fort.Raison pour laquelle les accords de l’après-guerre (dits de Washington) n’ont pas été une sinécure pour les négociateurs.

Écrit par : Gislebert | 19/07/2017

"L’eau a coulé sous les ponts de l’Histoire, les documentalistes ont œuvré" C'est pourtant bien vous qui me preniez de haut lorsque je faisais remarquer que les historiens n'étaient pas plus neutres ou objectifs que les journalistes (dans le blog de S.Neidinger). L'eau a coulé sous les ponts et les historiens en Suisse sont devenus de plus en plus orientés à gauche ou à l'extrême-gauche. Si vous demandez à Jean Ziegler de faire l'histoire de la Suisse pendant la dernière guerre, il sera même capable de vous inventer un train de déportation en wagons de bestiaux passant par Thoune...
A propos des Américains, puisque vous en parlez, il vous serait profitable d'étudier leur rôle dans la venue au pouvoir d'Adolf Hitler. Américains qui ont refusé obstinément de recevoir les Juifs qui cherchaient à fuir l'Allemagne avant la guerre, soit dit en passant. Les Allemands ont éliminé six millions de Juifs. La Suisse aurait-elle pu tous les accueillir s'ils s'étaient présentés à la frontière ?
"dans chaque bistrot du canton de Vaud, encadré en place d’honneur, le portrait de Guisan. Je ne suis pas sûr que cela soit toujours le cas."
Certes, mais et alors ?

Écrit par : Géo | 19/07/2017

@Gislebert

"PS C’est le bon blog cette fois ? Avec vous, je ne sais plus auquel me vouer… :))"

C'est le bon! Je suis passée cet après-midi mais vous n'étiez pas là :( En revanche, les "Yéniches" ont reçu la visite de « l’homme des sources fiables » et vous laisse découvrir sa teneur.....

J'adore votre humour :) Pour le reste Chuuuuuuuuut :)
Cela va finir par: "Aimez-vous Brahms" LOLLL

" On pourrait en débattre des heures sans en épuiser le sujet."

C'est vrai! mais aussi réveiller de mauvais souvenirs. Et là j'ai plutôt sommeil! Suis encore passée tard.... Mais Géo, a pris la relève. Il a été le premier à monter aux barricades contre le Rapport Bergier. Je vous donnerai le lien dans l'après-midi.

Belle nuit bleue à vous

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

Patoucha@ La thèse de Jon Kimche serait qu'en fait la bourgeoisie suisse se serait trop vite accommodée de la situation issue de l'effondrement imprévu de l'armée française, en cherchant à déplaire le moins possible à Hitler. Et ce serait Guisan qui aurait en sous-main agi, en tordant le bras du CF, pour défendre le plus possible la neutralité armée du pays selon deux axes :
- la construction du Réduit, qui diminue fortement l'intérêt pour l'Allemagne d'envahir la Suisse pour s'assurer du passage vers l'Italie.
- la facilitation des contacts avec les services secrets alliés, en particulier avec Allen Dulles, patron de l'OSS (ancêtre de la CIA). La Suisse a fortement favorisé les Alliés (y compris l'URSS) dans ce domaine.

Écrit par : Géo | 20/07/2017

@Géo

Merci à nouveau, Géo, pour votre commentaire, tout empreint de l’aménité habituelle qui est votre marque d’écriture. Quelques précisions :

-Vous avez parfaitement raison, aucun convoi de déportés n’a traversé la Suisse entre 39 et 45, seulement un trafic de marchandises et de travailleurs italiens se rendant en Allemagne. Ils n’allaient pas à l’abattoir, mais ce n’était pas le Club Med non plus… Tout cela inclus dans des accords signés au nom d’une neutralité bien comprise.

- Par contre, vous jouez sur les chiffres. La Shoah s’est surtout exercée sur les Juifs de l’Europe de l’Est (Pologne, Pays baltes, Ukraine, Hongrie, Russie…). Si on estime généralement le chiffre à six millions de victimes, toutes ne sont pas venues frapper à la porte de la Confédération. Le chiffre exact, nul ne le connaît, mais il doit se compter en milliers. Il s’agissait de Juifs ressortissants français, autrichiens, italiens, allemands ou de réfugiés pris au piège dans ces pays. Du reste, S. Klarsfeld reconnaît que la Suisse a accueilli plus de Juifs qu’elle n’en a refoulé. Das Boot war nicht voll. Leurs organisations et réseaux les « dispatchaient » et les cornaquaient très bien.

-Merci encore pour vous inquiéter de mon savoir à propos de la politique US avant la guerre et de leur fin de non-recevoir des immigrants juifs. J’ai même entendu parler, figurez-vous, de l’isolationnisme, du lobby et des sympathies pronazies de leur establishment (Lindbergh) et des milieux d’affaires US. Pour reprendre vos termes, il vous serait profitable de lire le roman de Leonardo Padura « Les Hérétiques » qui transpose l’histoire du Saint Louis échoué à la Havane, mais peut-être ne lisez-vous plus de fictions.

- L’Histoire revisitée par des gauchistes ? Certainement, la sociologie a envahi le champ de l’Histoire, au même titre que d’autres disciplines. Difficile de trouver un sociologue de droite, je vous l’accorde. Jost, le porte-drapeau de cette "nouvelle" Histoire de Suisse ne fait pas mystère d’avoir été inscrit au PS. Mais moi, qui ne partage pas ses convictions, un historien, ancien pilote de chasse sur Mirage de l’Armée suisse, j’apprécie assez… La valeur de ses travaux n’a pas été contestée. Cf. Wiki à son sujet.

-Dernier point : Guisan. Ce qui m’a fait sourire, juste un peu, c’est le titre de l’ouvrage « Un général suisse contre Hitler ». S’il faut reconnaître au Général un talent pour s’entourer de gens compétents (Masson, Barbey entre autres) et d’avoir bien su manœuvrer dans les méandres de la barbouzerie qu’était devenu le pays. il est heureux que la confrontation n’ait pas eu lieu sur le terrain. J’ai encore le souvenir de mon père, alors jeune mobilisé en 40 et déplacé pour tenir l’éventuel choc des divisions blindées allemandes quand on croyait l’attaque imminente, lever les yeux au ciel sur l’impréparation de l’armée suisse. Sûr qu’elle aurait connu le sort peu enviable des armées de Gamelin.

- Dernier point : nous sommes tous deux de la même génération, à quelques années près, de formation scientifique, férus d’histoire et curieux. Peut-être pourrions-nous dialoguer sans donner de leçons, en laissant l’agressivité au vestiaire ?

Je vous souhaite une bonne journée.

Écrit par : Gislebert | 20/07/2017

1.- "Peut-être pourrions-nous dialoguer sans donner de leçons, en laissant l’agressivité au vestiaire ?"
Comme je l'ai déjà mentionné ci-dessus, vous m'avez repris avec pas mal de suffisance sur la question de l'objectivité des historiens dans le blog de S.Neidinger. Allez-y voir, vous serez surpris par vos propos, qui ont par ailleurs choqués la tenancière du blog...
2.- "Das Boot war nicht voll." Probablement pas et la question n'est pas là pour moi. Je déteste ces gens qui font des procès historiques après coup. Et qui oublient que la politique est affaire de personnes, aussi. Et il n'y a aucun doute qu'il y avait pas mal d'anti-sémitisme en Suisse. Comme partout ailleurs, soit dit entre nous. Et un jour il faudra bien étudier cette question...
Aujourd'hui, dans 24 heures, un article sur les représailles allemandes à St-Gingolph : le brigadier Julius Schwarz (mon père a servi comme officier sous ses ordres) a outrepassé les ordres et fait passer plus de trois cent Français en Suisse et a menacé les SS d'intervenir au cas où ils mettraient le feu à l'église où se trouvaient femmes et enfants. Cette attitude de Schwarz n'était pas non plus la politique de la Suisse, bien évidemment...
A la mort de Bergier, un blogueur présent sur cette plateforme, journaliste et député libéral bien connu, Jacques-Simon Eggli a révélé cette anecdote à la radio : croisant un jour l'historien médiéviste en charge de cette commission, il lui a fait remarquer que son rapport n'avait été écrit qu'à charge contre la Suisse. Réponse de Bergier : "Mais tout le monde sait le bien qu'a fait la Suisse durant la dernière guerre !"
Justement pas ! Grâce aux efforts de Jost et ses semblables, la Suisse paraît coupable de tous les maux. Encore un doigt et elle sera considérée comme seule responsable de la Shoah...
3.- "un historien, ancien pilote de chasse sur Mirage de l’Armée suisse, j’apprécie assez… La valeur de ses travaux n’a pas été contestée"
a/ pilote de chasse ayant oublié de faire le plein de son zinc, provoquant la perte de son appareil de 88 millions de CHF...
b/"La valeur de ses travaux n’a pas été contestée" par ses collègues de gauche. Bien évidemment...
4.- "jeune mobilisé en 40 et déplacé pour tenir l’éventuel choc des divisions blindées allemandes quand on croyait l’attaque imminente, lever les yeux au ciel sur l’impréparation de l’armée suisse"
Ce n'était en aucun cas imputable à Guisan, bien au contraire, mais aux politiques. C'est très bien décrit dans le livre de Kimche...

Bonne journée à vous aussi...

Écrit par : Géo | 20/07/2017

Argumentation, contre argumentation, thèses, antithèses, foutaises comme le disait note vieux prof d’anatomopathologie… Je romps là, je n’arriverais pas à vous convaincre, pas plus que vous n’y parviendrez.

Ai bien aimé l’expression « la tenancière » du blog, bien trouvé, cela vous a un petit air Madame Claude… J’espère que Mme Sylvie ne va pas s’en offusquer !

Le meilleur pour la suite avec votre nouvelle hanche titanisée.

Écrit par : Gislebert | 20/07/2017

@Géo,

Ma question était légitime! Je n'ai fait que remarquer la rudesse des dirigeants de l'époque envers des suisses de cœur, et l'étonnement de certains quant au rapport Bergier!? Désolée, mais devant tant d'inhumanité envers des personnes qui ont sauvé des vies au point d'en faire des parias, pose la question sur ce gouvernement? Point! N'exagèrez pas les faits. Ni vous, ni moi, n'étions présents contrairement à ces Suisses qui ont vécu cette guerre...... C'est le résultat qui m'importe! Ceci-dit! D'autres pays y ont eu une grande part de responsabilité...... Et l'histoire se répète aujourd'hui avec Israël, donc les Juifs, sous couvert d'"antisionisme" frère jumeau de l'antisemitisme des années 30! Je n'ai attendu personne pour l'écrire. J'ai même dit: "quand l'antisionisme sera considéré au même titre que l'antisemitisme dans la loi contre le racisme - et je pense que ce n'est plus qu'une question de temps - les antisemites de tous les bords en resteront pour leurs frais!

Je repasserai plus tard, non sans vous souhaiter une bonne journée ainsi qu'à Gislebert.

PS: Si la Tunisie n'avait pas été libérée en 43, les juifs auraient été exterminés, car des chambres à gaz étaient en préparation à Hammam Lif. Le lien suivra!

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

@ Gislebert
"à propos de la politique US avant la guerre"
Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?
Merci de répondre à ma question.

@ Géo
"a/ pilote de chasse ayant oublié de faire le plein de son zinc, provoquant la perte de son appareil de 88 millions de CHF..."
Peut-on en savoir plus? Quel "accident"? Quand?

Écrit par : Daniel | 20/07/2017

@Daniel

Bonjour Daniel,

L’establishment américain d’avant-guerre n’était pas philosémite, loin de là, ce qui peut paraître étonnant quand on connaît la suite… Encore que je ne sois pas sûr que dans le Middle-West et le Sud profond on le soit devenu davantage. Cela serait bien long à détailler, je vous ai mis en lien un article du Monde diplomatique (Géo va encore trouver que c’est un repaire de gauchos…), qui traite d’un cas emblématique, celui d’Henry Ford.

Vous pouvez aussi vous documenter sur les voyagesd'avant-guerre de Charles Lindbergh en Allemagne, à l’invitation du gros Hermann (entre pilotes, on se comprenait…). Je précise que Lindbergh (grosse influence médiatique) s’est montré, une fois la guerre déclarée, parfaitement loyal, mais a été affecté sur le Front du Pacifique. Quant à Ford, la guerre a évidemment été une aubaine industrielle. Dame Patoucha, ma documentaliste préférée, a certainement d'autres liens à vous proposer. Si vous le lui demandez gentiment...

https://www.monde-diplomatique.fr/2007/04/LOWY/14601

Pour ce qui est de votre deuxième question, je laisse à Géo le soin de la développer. Il semble que le premier lieutenant H.U. Jost – un officier socialiste, avis rara ! – ait été meilleur historien - à mon avis, pas à celui de Géo -que pilote d’avion de chasse… Dans mon commentaire, je mettais en avant son engagement, pas ses capacités aéronautiques.

Bien à vous.

Écrit par : Gislebert | 20/07/2017

"Peut-on en savoir plus? Quel "accident"? Quand?"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_Ulrich_Jost
Une personne m'a contacté pour me faire remarquer que les contrôles habituels de l'avion à l'armée sont de la responsabilité des mécaniciens et non du pilote. J'ai posé la question au blogueur spécialisé dans l'aviation sur la plate-forme de 24 heures...

Écrit par : Géo | 20/07/2017

@Géo

"Et il n'y a aucun doute qu'il y avait pas mal d'anti sémitisme... Et un jour il faudra bien étudier cette question..."

Voici deux liens qui pourront vous éclairer. J'en ai d'autres au cas où...

http://www.annefrank.org/fr/Education/Portail-des-enseignants/Francais/Antisemitisme/Outils-danalyse/

http://www.annefrank.org/ImageVaultFiles/id_18272/cf_21/AFH-antis-mitismeB-ressortsantis-mitisme-juin2016.PDF

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

@Géo

"Et il n'y a aucun doute qu'il y avait pas mal d'anti sémitisme... Et un jour il faudra bien étudier cette question..."

Voici deux liens qui pourront vous éclairer. J'en ai d'autres au cas où...

http://www.annefrank.org/fr/Education/Portail-des-enseignants/Francais/Antisemitisme/Outils-danalyse/

http://www.annefrank.org/ImageVaultFiles/id_18272/cf_21/AFH-antis-mitismeB-ressortsantis-mitisme-juin2016.PDF

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

@Gislebert

Bonsoir :)

Juste un saut et je quitte.

"Dame Patoucha, ma documentaliste préférée, a certainement d'autres liens à vous proposer. Si vous le lui demandez gentiment..."

Ben... je ne pense pas! Je n'ai pas d'atomes crochus avec ce Daniel du "clavier".....

Je lisais certains sujets sur l'antisémitisme et suis tombée sur Henry Ford!

J'ai lancé la recherche: "Henry Ford, antisémitisme nazisme"
etle lien que vous donnez y est... Je n'ai lu que ce que Wikipédia écrit sur lui - ce que je savais déjà - qui est à vomir! Un anti-juif dans l'âme! Cet idiot a cru dur comme fer aux "Protocoles des Sages de Sion", livre de chevet des arabes dits "Palestiniens" et des antisémites. Il me reste à savoir le Pourquoi? Car son antisémitisme tient également une place dans ses mémoires... Sans doute, l’historien Pierre Abramovici, pourra nous en apprendre plus dans l’article - à trouver - "Comment les firmes US ont travaillé pour le Reich"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Ford

Excellente fin de soirée Gislebert.

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

J'ai posté deux commentaires qui ne sont pas passés.....? Je repasserai plus tard!

Écrit par : Patoucha | 20/07/2017

C'est OK! Merci Demir SÖNMEZ!

Demain pour les liens promis.

Beaux rêves

Clic!

Écrit par : Patoucha | 21/07/2017

Voilà la réponse pour Daniel :
"A propos d'erreur humaine : dans l'armée, un pilote doit-il s'assurer que son avion est en état de voler avant de décoller ou est-ce de la responsabilité seule des mécaniciens ? Par exemple, que les réservoirs sont pleins ?

Écrit par : Géo | 20/07/2017

C'est le pilote qui s'assure que tout est en ordre sur son avion. En Suisse, c'est l'exception, le pilote reçoit les infos du chef mécaniciens qui lui certifie que l'avion est OK.

Écrit par : PK | 20/07/2017

J'ai donc accusé H.U. Jost à tort de négligence. Mais je ne suis pas seul à avoir fait cette erreur, je n'ai fait que répéter ce que j'avais lu quelque part. On apprend tous les jours quelque chose.

Mais si j'étais pilote, je ne pourrais pas m'empêcher de jeter un coup d'oeil sur la jauge des réservoirs avant de décoller...Il n'y en a peut-être pas sur les Mirage ?

Écrit par : Géo | 21/07/2017

On peut comprendre le protocole pour qu'en cas d'urgence le pilote puisse décoller sans perdre de temps avec une check-list, mais l'histoire de la panne sèche, elle est quand même hénaurme... Sait-on si on lui a confié un autre zinc après cela ?

Écrit par : Gislebert | 21/07/2017

C’est bien Géo, encore un effort à propos des mérites de notre historien-pilote et l’on sera presque d’accord sur tout, on pourra aller vider quelques décis ensemble ! :)))
N’empêche qu’il a connu l’expérience de l’éjection, paraît que l’expression « avoir une fusée où je pense… » n’est jamais plus justifiée…

Écrit par : Gislebert | 21/07/2017

Un dernier mot pour vous remercier, Demir, de nous offrir l’hospitalité sur votre blog, pour débattre de nos petites controverses qui n'ont plus de rapports avec le thème de départ (Erdogan !)

Écrit par : Gislebert | 21/07/2017

Patoucha@ J'ai lu votre doc de la "anne frank house". C'est un peu le catéchisme de base du parfait petit anti-raciste que je connais depuis disons 50 ans. Les Juifs sont des victimes et les Européens des méchants. Il y a une part de vrai là-dedans, on a vu l'Allemagne des années 30, mais tout cela est bien connu. Mais comment ont agi les Juifs en Europe ? Leurs moeurs ont-elles été vues comme anti-européennes (discriminations au mariage, réseautage en affaires, favoritisme clanique, supériorité de la loi religieuse sur la loi civile (pas en France depuis Napoléon...), attitudes racistes et dépréciatives envers les goys, sait-on jamais ?
Ce qui m'intéresse, c'est l'étude de l'autre côté : celui des Juifs. Et d'abord, le nom : anti-sémitisme. Pourquoi parle-t-on de sémites au lieu de Juifs ? Les Juifs ne sont ni une race, ni un peuple mais bien les adeptes d'une religion. Dans le langage contemporain, qui ne me convient pas vraiment, on devrait parler de judéophobie par analogie avec islamophobie. Quoi qu'il en soit, quand on veut analyser qqch, il convient déjà de bien le nommer. Et "antisémitisme" est déjà une erreur...
Cela dit, cette étude "du côté des Juifs", qui reste à faire et ne se fera pas en l'état actuel des choses, il ne sert à rien de l'aborder dans un blog : trop de subjectivité, d'incompréhensions, de partis pris et cela sans aucun contrôle, puisque ni vous ni moi n'avons de blog, et que si l'un d'entre nous en avait un, il lui resterait le choix de ne pas publier les commentaires de l'autre qui le dérangeraient. Philippe Souaille était un spécialiste de ce genre de procédés...
L'histoire des relations des Juifs avec les peuples européens me paraît franchement inaccessible ici.

Écrit par : Géo | 22/07/2017

@Géo

"J'ai lu votre doc de la "anne frank house". C'est un peu le catéchisme de base du parfait petit anti-raciste que je connais depuis disons 50 ans."

Désolée, mais je ne peux rien d'autre pour vous..... quand bien même je vous donnerai d'autres liens et pas des moindres!
Mais vous pouvez aussi vous contenter de WIKIPEDIA:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antis%C3%A9mitisme

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah

Bon dimanche. Je quitte!

Écrit par : Patoucha | 23/07/2017

@Géo Vous écrivez que "Les Juifs ne sont ni une race, ni un peuple mais bien les adeptes d'une religion." or la plupart des Juifs contemporains ne sont pas religieux et je suis bien placé pour le savoir. Etre juif pourrait donc se définir par l`appartenance a l`ethnie "juive" mais cela est une tautologie tant que l`ethnie juive n`est pas définie autrement que par les concepts de race et de religion. Pour certains sionistes, la qualité d`etre juif se confond avec la nationalité et c`est peut-etre la seule facon rationelle de résoudre la tautologie en question si l`on refuse le concept de race particuliere apparemment impossible a justifier génétiquement. Il se trouve scepndant que cela ne marche pas non-plus puisque la plupart de celles et ceux qui se réclament de l`identité juive ne vivent pas et ne souhaitent pas vivre dans un "État juif". Sacré casse-tete, isnt`it?

Écrit par : JJ | 23/07/2017

"Sacré casse-tete, isnt`it?" Il y a donc deux ensembles qui se recoupent en partie :
- l'appartenance à la communauté juive, religieuse à la base mais pas forcément constituée exclusivement de croyants. Comme moi élevé dans un milieu protestant mais qui ne suis plus croyant, je me sens avoir été influencé par ce milieu et cette culture.
- être citoyen d'Israël. Soit dit entre nous, que je sache, Israël se voit comme un état religieux, donc juif. Quel est le statut des Arabes israéliens dans cet état, je l'ignore...
Que je sache aussi, il y a aussi un certain communautarisme à l'intérieur d'Israël entre Ashkénazes et Sépharades. Et les Juifs orthodoxes qui refusent le service militaire...
Comme vous dites, un vrai casse-tête...

Écrit par : Géo | 23/07/2017

@ JJ
"Sacré casse-tête, isnt`it?"
Je pense sage de reconnaître que les définitions, comme les classifications en général, ne n'englobent (et donc n'excluent) jamais tout ce qu'elles sont censées définir ou classer, pour la simple raison que ces productions de notre intellect ne collent pas entièrement à la diversité de la nature et n'épuisent pas ses variantes.
Pour ce qui est du vivant, le système de Linné a permis de trancher des cas qui restaient très ambigus dans ce que l'on appelait autrefois les "classifications primitives" et qui, en raison de cette ambigüité même étaient riches de significations mythologiques et rituelles. C'était notamment le cas des chauve-souris et du pangolin. A noter que même une fois ce système adopté par la science occidentale, les savants sont restés médusés lorsqu'ils se sont trouvés face aux premières peaux d'ornithorynques. Pourant une fois ces cas tranchés à la satisfaction générale, des problèmes ont subsisté, notamment dans la définition des espèces et des races géographiques. La génétique en a tranché un certain nombre sans pour autant que le problème fondamental énoncé plus haut soit résolu.
Il est facile de comprendre que le problème est encore infiniment plus complexe lorsqu'ils s'agit d'êtres humains, dont les définitions et les classifications ne satisfont généralement et entièrement ni ceux à qui elles sont appliquées ni ceux qui l'appliquent. Une difficulté nouvelle et supplémentaire doit en effet être prise en compte dans ce cas, celle de la culture et de ses productions intellectuelles et sociales.
Elle est encore plus grande lorsque, comme les échanges sur ce blog le montrent, les croyances religieuses viennent se mêler aux appartenances ethniques ou nationales. Je m'y réfèrerai, de manière quelque peu trop cavalière peut-être, en prenant deux exemples tirés du monde de l'art, celui de Salman Rushdie et celui de Woody Allen.
Je crois que le premier se définit comme musulman et probablement même comme un bon musulman, bien qu'il ait été exclu comme apostat de cette religion par une haute autorité de cette foi, l'Ayatollah Khomeini, certainement approuvé en cela par la grande majorité des "bons" musulmans.
Woody Allen est, quant à lui, bien moins juif que Rushdie est musulman. Il ne l'est peut-être même pas du tout du point de vue strictement religieux. Pourtant, comme ceux que l'on qualifiait de "écrivains juifs américains (ou new-yorkais)" de la deuxième moitié du siècle passé, les Bellow, Salinger et Malamud par exemple, il lui est généralement accolé cet adjectif "juif" pour des raisons qui tiennent avant tout à sa manière d'exprimer sa vision du monde.
Nombre de Juifs ou de juifs (l'hésitation sur l'orthographie est en elle-même le signe de la multiciplité des significations véhiculées par le mot, moins peut-être de musulmans (la minuscule exprimerait le fait que ce nom ne se réfèrerait jamais à une nation ou à un Etat), se sentent ou se voient peut-être comme tels pour des raisons plus proches de celles de Woody Allen que de celles de Salman Rushdie. Quoi qu'il en soit de la pertinence de mon interprétation, je pense que l'observateur extérieur n'a nul besoin d'utiliser ces qualificatifs en leur donnant une valeur claire et univoque.
Il peut laisser cela à ceux qui se les appliquent à eux-mêmes, soit qu'ils fassent partie des élites ou des fondamentalistes de ces religions, soit qu'ils désirent insister en ce faisant sur la sincérité et la profondeur de leur foi.

Écrit par : Mère-Grand | 23/07/2017

@Mere-Grand "je pense que l'observateur extérieur n'a nul besoin d'utiliser ces qualificatifs en leur donnant une valeur claire et univoque.
Il peut laisser cela à ceux qui se les appliquent à eux-mêmes" Ok mais alors n`importe qui devrait pouvoir se prétendre juif or c`est la regle matrilinéaire qui est appliquée, c`est-a-dire "est juif celle ou celui dont la mere es juive" ce qui est une tautologie (raisonnement circulaire, pléonasme). Dans le cas de la classification Linné, il y a des criteres qui, pour etre remis en question, sont néanmoins de nature opérationnelle. Je crois que l`homme moderne peut de moins en moins batir une identité sur des raisonnements circulaires et c`est probablement le grand probleme de la judéité contemporaine, d`autant qu`il est difficle de se référer a un "État juif" sans qu`il soit défini de maniere opérationnelle la qualité d`etre juif. Je constate par ailleurs impartialement (en tant qu`observateur neutre) que les interdits, censure et auto-censure entourant cette question ne facilitent pas sa résolution.

Écrit par : JJ | 23/07/2017

@Géo Le hic, c`est qu`il est difficile de trouver une homogénéité culturelle entre des Juifs athées, religieux, nationalistes, cosmopolites, sionistes, antisionistes, capitalistes, socialistes etc. Peut-etre est-ce Israel la solution, au sens d`une identité nationale: en octroyant automatiquement la nationalité israélienne a toutes celles et ceux qui sont reconnus etre juifs et en rendant cette nationalité transmissible de parent a enfant mais alors ce serait une identité purement nationale avec tout le probleme de la double nationalité.

Écrit par : JJ | 23/07/2017

@Géo,

Incroyable qu'an il s'agit de déblatérer sur les Juifs vous devenez ami avec celui dont vous dites "Vous êtes certainement une des personnes les plus spectaculairement déplaisante des hôtes de ces bois..." JJ/Jean Jarogh! Plagiaire, troll aux XXL pseudos, usurpateur grossier et vulgaire de Patoucha, pollueur de blogs!

Géo, si les Juifs ne sont ni un peuple, ni ... ni... c'est ce que prétendent les arabes musulmans! Chasse le naturel il revient au galop! Ensuite vous vous étonnez d'être épinglé par la CICAD! Vous devez plutôt vous poser la question : Ce que le Christianisme doit aux Juifs! Occupez-vous donc de ce qui se passe dans votre Canton plutôt qu'en Israël! L'antisémitisme est né en Europe!
C'est dans ces blogs de la TdG que j'ai découvert l'antisemitisme en Suisse!

Le mot Juif, prononcé par quelqu'un qui ne l'est pas , est déjà de l'antisémitisme. Paul Morand

Désolée M. Sönmez, mais le sujet tourne à l'antisémitisme!

Écrit par : Patoucha | 24/07/2017

JJ@ Vous ne dites rien de l'identité des Arabes israéliens, citoyens d'un état juif...
Cela dit, il faut partir des faits. C'est un peu comme le débat sur les races. Les scientifiques ont beau dire qu'elles n'existent pas, le 99.99% de la population constate leur existence tous les jours...
(cf. André Pichot : la question des races, à laisser aux taxonomistes...)
Et la communauté juive existe...
Pour les races ou la communauté juive, je vois les choses sous forme de courbe de Gauss. Très utile à la compréhension du monde, la courbe de Gauss...

Écrit par : Géo | 24/07/2017

"Le mot Juif, prononcé par quelqu'un qui ne l'est pas , est déjà de l'antisémitisme. Paul Morand"
Voilà une parfaite illustration de ce que je voulais exprimer. Interdit de parler des Juifs et des races...
Merci pour la démonstration, patoucha...

Écrit par : Géo | 24/07/2017

@Géo Avec ou sans Gauss, on sait qu`il y énormément et de plus en plus de mariages mixtes dans la communauté juive, donc de moins en moins de Juifs mais il y a aussi une crise d`identité parmi les jeunes Juifs vivant en-dehors d`Israel du fait que, chez eux comme chez les chrétiens, la religiosité et la pratique des coutumes "ancestrales" régresse a grand pas. Qu`on le veuille ou non, a terme l`existence de l`État juif se trouve menacée par cette crise d`identité or Israel est un élément important de l`histoire contemporaine et son affaiblissement (je ne rentre pas dans les détails), est un facteur de chaos. Personnellement, je verrais donc d`un bon oeil le renforcement du l`identité juive. Ne croyez pas que le concept de race pourrait solutionner le probleme car les faits scientifiques sont tétus. Pour ce qui est des Arabes israéliens, ils ne font pas partie de la communauté juive et donc leurs éventuels problemes d`identité sont d`un autre ordre.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

@Patoucha Votre omniprésence sur ces blogs serait encore plus agréable pour vos interlocuteurs si vous consentiez a discuter de maniere civilisée au lieu de jouer les grands inquisiteurs.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

"Ne croyez pas que le concept de race pourrait solutionner le probleme car les faits scientifiques sont tétus."
Vous m'avez mal compris. je n'ai jamais parlé de race juive...
J'indiquais qu'il y a un tabou qui pèse sur les deux concepts. Les scientifiques sont têtus ? Les faits le sont encore plus, et on a jamais vu deux parents pygmées donner naissance à un géant blond viking. Il s'agit bien là de génétique, non ?
On a appris il y a quelques années que lorsque nos "scientifiques" très, très idéologues du vivre ensemble, du métissage et du multi-culti ont produit leur célèbre exposition : "Tous parents, tous différents", seul le 1% du génome humain avait été décrypté. Ils ont simplement décrété que les 99% restants du génome était de l'ADN trash, poubelle, qui ne servait à rien.
De toute façon, depuis ces années, les scientifiques reconnaissent qu'il y a cinq groupes humains différents dans notre humanité actuelle. Alors, on peut décider de ne pas les appeler "races". Un peu comme les concierges sont devenus des techniciens de surface...
Encore un petit plus, sur notre différenciation : non seulement il existe des races, mais il a existé deux espèces d'humains sur Terre en même temps, et peut-être plus, sait-on jamais ? Il ressort des dernières études qu'une partie des humains a des restes de Néandertal, d'autre pas. Alors que cherchent ceux qui veulent nier la notion de race ? Réinventer un monde idéal, où tout le monde serait pareil parce que eux l'ont décidé ? Ne sont-ils pas tout simplement fous ?

Écrit par : Géo | 24/07/2017

"@Patoucha Votre omniprésence sur ces blogs serait encore plus agréable pour vos interlocuteurs si vous consentiez a discuter de maniere civilisée au lieu de jouer les grands inquisiteurs."

Jean Jarogh/JJ

Vous n'êtes qu'un triste plagiaire! Servir ce qu'on vous sert aux autres!? Quel manque de personnalité!

Écrit par : Patoucha | 24/07/2017

@Géo

Et c'est tout ce que vous avez retenu de mon commentaire?!!!!!!

Vous ne faites, avec Jean Jarogh/JJ, que copier des textes en rajoutant une petite touche de votre cru! Cous pensez d'un dialogue!

Que feriez-vous de vos journées sans ce site de la TdG:?


Je profite de ce passage pour corriger "Incroyable "quand"...

Écrit par : Patoucha | 24/07/2017

Voici un peu d'ouverture (d'esprit) musicale,

Ecoutez Nem Kaldı chanter Derya Yıldırım & Grup Şimşek ("quel espoir?, Anatolie")
https://www.youtube.com/watch?v=hQS0PgsIOFE

Ecoutez du hang drum divinement joué par Golshifteh Farahani, dans le film "sweet pepper land"
https://www.youtube.com/watch?v=sFjwsUInJ0c

Écrit par : divergente | 24/07/2017

Juste de passage pour survoler les blogs, et m'aperçois que mon iPad a encore fait des siennes :( Je corrige donc: "Vous" pensez..." Je ne me relis jamais!

Merci divergente pour cet agréable moment! Belle voix pour la première, et un drôle d'instrument pour une sacrée musicienne :)
même si cela n'est pas mon univers musical.

Bonne fin d'après-midi. Je quitte!

Écrit par : Patoucha | 25/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.