16/12/2017

Comme toujours la police genevoise ne respecte pas la liberté d’expression, ni le travail des journalistes.

Monsieur Conseil d’Etat, Monsieur Maudet,
Madame Bonfanti,

Le 5 janvier 2016 à l’aéroport de Genève, mon matériel de photos a été endommagé par vos gendarmes et le 11 août on m’a cassé mes lunettes. Aujourd’hui, à la manifestation de la fonction publique devant à l'Hôtel de Ville, on m'empêche de travailler. J'ai montré ma carte de presse, sur demande la police pour entrer dans l'Hôtel-de-Ville afin de photographier la manifestation, et après un policier m’a demandé de passé plus loin. Je répond «Je travaille, ce n'est pas possible de photographier de plus loin, cet endroit est très sombre». Les autres policies crient sur moi «vous n'écoutez pas les ordres de police, vous avez fait déjà les mêmes choses devant la Place des Nations». Puis, un policier me bloque l'accès, je ne bouge pas, et je décide de quitter la cours de l'Hôtel de Ville.

Environ 30 minutes plus tard, deux policier me demande ma carte d' identité (les policiers qui déjà m’avaient demandé ma carte de presse). Je répond : «Je l'ai déjà présenté. Pourquoi il me l’a redemande? Pourquoi moi? Regardez sur la route, des dizaines personnes! Pourquoi moi? Toujours moi. C’est de la discrimination. Il m’insulte. Il me dérange. Avez-vous un problème avec moi? On m'a dit : «C’est parce que vous poussez notre collègue». Jamais je n’ai touché ou dérangé personnes. J'ai répondu : «Si j’ai poussé votre collègue, pourquoi vous ne m’avez pas arrêté avant ou demandé ma carte d'identité? Pourquoi maintenant? Vous faite exprès, ce n’est pas la première fois votre réaction contre moi. J’ai déjà écrit aux autorités de votre département pour que vous respectiez et facilitiez mon travail.». Un député et sa femme sont témoin de tout le discours.

Finalement, Je présente ma carte d' identité. Le policier m’informe qu’il va faire un rapport contre moi et que je vais recevoir une amende.

Je n'accepte aucune accusation de votre part. Vous êtes des gens avec des préjugés, et la police fait exprès de se comporter avec moi ainsi. Ce n’est pas la première fois que vous tentez de me déranger dans mon travail. Le seul seul problème est que je ne suis pas suisse d’origine et que mon activité est journalistique. À aucun autre journaliste il pose des questions semblables. Ils ne viennent s’en prendre exclusivement à moi.

L1110982.jpg

L1110995.jpg
Vous pouvez trouvé si dessous se que la police m’a déjà fait :

Manifestation à Genève: brutalité policière contre des militants Kurdes

Curieuse intervention policière cet après-midi à l’aéroport de Genève où s’est tenue une manifestation Kurde. La police genevoise est intervenue avec brutalité et a arrêté 4 manifestants pour "obstruction". Deux des manifestants ont été relâchés un peu plus tard. Ces derniers ont déposé une plainte contre la brutalité policière. C’est incompréhensible! Même ma carte de presse ne m’a pas protégé contre cette violence aveugle. J’ai été molesté et mon matériel de photos a été endommagé. Heureusement, nous sommes loin des terrains de guerre! Un policier m’a interpelé en me disant “je m’en fou des médias”, “je m’en fou de la presse” et si tu es Kurde tu as droit au même traitement que tes compatriotes”...(sic!) 

 Le fait que la “Manifestation" ne soit pas autorisée qui explique cette intervention disproportionnée? Non. A la fin de l'année 2015, les rues de Genève ont connu plusieurs manifestations interdites qui n’ont pas déclenché une telle violence policière. Décidément, les Kurdes ne bénéficient pas du même traitement que le commun des mortels dans la cité de Calvin. Il faut rappeler que cette énième manifestation kurde était  pour dénoncer la longue et interminable guerre de terre brûlée menée par l’Etat turc contre les kurdes.

http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2016/01/05/manifes...

“Erdogan pousse les kurde à la lutte l’armée”
Le Courrier 12 août 2016

Article: Christophe Koessler
L’ambiance s’est échauffée hier sur la place des Nations quand cinq jeunes ont escaladé les grilles de l’ONU pour, semble-t-il, tenter de mettre le drapeau turc en berne. Ils ont été arrêtés par la police. Autre incident: le journaliste photo Demir Sönmez, collaborateur occasionnel du Courrier (et qui signe les photos ci-contre), assure avoir été violement poussé au sol par un pandore alors qu’il se trouvait sur le trottoir, occasionnant un bris de lunettes.”
(Le Courrier <http://www.lecourrier.ch/node/141462> http://


Manifestation à Genève contre le dictateur Erdogan

C’est incompréhensible! Même ma carte de presse ne m’a pas protégé contre cette violence aveugle. Un policier m’a interpelé en me disant “Je vous connais bien, dégagez”. Je voudrais savoir comment la police genevoise me connais? 
Le monde entier me connais comme « Reporter-photographe, je pense que la police genevoise me prends pour un dictateur comme Erdogan. J’interpelle ici Monsieur Maudet, « vos services de police ou bien ils ne respectent pas la liberté d’expression ou bien on leur a donné comme consigne de me molester lors de mes couvertures de manifestations. 

Le 5 janvier 2016 à l’aéroport de Genève, mon matériel de photos a été endommagé par vos gendarmes, hier on m’a cassé mes lunettes et demain ? 

http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2016/08/12/manifes...

L1120020.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com 

 

Commentaires

Demir,
J'ai lu, avec surprise et c'est là un euphémisme, ce que tu rapportes sur ton blog au sujet des agissements de la police à ton égard en tant que photographe.
Si tu lances une pétition ou quelque chose dans le genre, ne manque pas de m'en informer.
Merci pour le travail que tu fais dans tous les mouvements sociaux du canton!
Et bonne journée tout de même
Dario Lopreno, membre du Syndicat des services publics, SSP

Écrit par : Dario Lopreno | 15/12/2017

Les commentaires sont fermés.