27/03/2018

Manifestations pour liberté prisonniers politique Catalan

Environ une centaines de Catalans et leurs amies se sont rassemblées  à l’appel de la section suisse de l’Assemblée nationale catalane sous la pluie sur la Place des Nation pour soutien les prisonniers politique Catalan, demandé  libération de leur leader Carles Puigdemont et tout les prisonniers politiques.

DEM_2711.jpg

DEM_2756.jpg

Discours de Juan Tortosa
 
Le vendredi 23 mars, le juge Llarena a donné un nouveau coup à la démocratie, en emprisonnant et en lançant des mandats d’arrêt contre différent-e-s représentant-e-s du peuple de Catalogne. 
 
Pour cela, il a utilisé une fausse accusation de rébellion (en appliquant, en outre, de manière également abusive, la prison préventive, grâce à des jugements préconçus aussi aberrants comme la supposée conclusion à propos des inculpé-e-s selon laquelle « on n’apprécie pas dans leur sphère politique interne un élément puissant permettant d’apprécier que le respect envers les décisions de ce juge instructeur soit permanente ») contre ceux et celles qui simplement, avec plus de 2 millions de personnes, ont participé à un processus de mobilisation populaire, de forme non-violente, afin d’exercer leur droit à voter pour pouvoir décider de leur futur.
 
Le 25 mars, l’arrestation par l’Allemagne, de Carles Puigdemont, relégitimé comme président de la Généralité de Catalogne lors des élections du 21 décembre 2017, et la menace latente de son extradition dans une prison espagnole supposent un nouveau saut dans l’imposition d’un faux « empire de la loi », face à la volonté démocratique exprimée par la majorité de la société catalane.
 
Ce fut et c’est la violence de l’Etat qui a voulu et qui veut s’imposer contre la légitime majorité parlementaire obtenue par les forces politiques souverainistes et républicaines, le 21 décembre 2017.
 
Cette nouvelle escalade répressive confirme une fois de plus la dérive autoritaire et anti-démocratique d’un régime monarchique et corrompu, qui n’hésite pas à recourir au droit pénal de l’ennemi non seulement contre l’indépendantisme catalan, mais aussi contre les différentes formes de dissidences exprimées dans tout l’Etat (que ce soit par des manifestations de rue, comme en Murcie, par l’exercice de libertés de base comme celles d’expression ou de réunion, ou simplement pour réclamer le droit à une vie digne comme à Lavapies. Ce n’est pas une question d’indépendantisme, il en va de la démocratie ! En Catalogne et dans tout l’Etat, c’est la démocratie qui est en jeu !
 
Face à cette brutale régression anti-démocratique, il est urgent que toutes les organisations sociales, politiques et culturelles, en Suisse, comme ailleurs, disposées à défendre nos libertés et nos droits fondamentaux forment un large front solidaire pour marcher ensemble vers une démocratie réelle, basée sur le droit des peuples à décider leur futur. 
 
Dans cette lutte vous pouvez conter avec le soutient de solidaritéS
Catalans et Catalanes, vous n’êtes pas seul-e-s ! 
Liberté pour les prisonnier-e-s politiques !
Visca Catalunya Lliure!!!

DEM_2742.jpg

DEM_2730.jpg

DEM_2685.jpg

DEM_2668.jpg

DEM_2661.jpg

DEM_2767.jpg

DEM_2796.jpg

 

DEM_2800.jpg

DEM_2815.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

24/03/2018

Manifestation: "March for Our Lives!" « Marchons pour nos vies »

Les jeunes et les adolescents se sont rassemblés sur place des Nations contre les armes à feu et une réaction spontanée au massacre le 14 février de 17 personnes dans un lycée de Floride.

DEM_1955.jpg

La sécurité des enfants devrait être une priorité et, en tant qu'étudiants, nous sommes solidaires avec tous les étudiants aux États-Unis qui ne sont pas en sécurité à cause de la violence armée. Nous n'avons pas d'autre programme politique que de simplement vouloir que les étudiants soient placés au-dessus de la possession d'armes à feu.
 
Nous invitons tous les étudiants et adultes qui partagent ces valeurs. Cette manifestation / manifestation est en solidarité avec les étudiants qui ont besoin de se battre pour que leur vie devienne une priorité.
 
Nous sommes ici pour prendre position, pour nous assurer que les voix des étudiants aux États-Unis soient entendues. Nous sommes ici dans l'espoir de ne plus avoir à entendre aux nouvelles qu'il y avait encore une autre fusillade dans une école aux États-Unis. Nous sommes ici pour demander que des changements soient faits pour protéger les étudiants et non les armes de la violence. Nous sommes ici pour veiller à ce que ce qui est dit ne soit pas rejeté. C'est le moment du changement, et un moment pour que les voix des jeunes à travers le monde soient entendues.
 
17 vies ont été perdues en Floride et 7000 enfants sont morts de la violence armée depuis Sandy Hook. Il n'y a pas de place pour un manque de volonté de changer cela.
 
En savoir plus sur: https://marchforourlives.com
 

DEM_1939.jpg

DEM_1941.jpg

DEM_1943.jpg

DEM_1946.jpg

DEM_1949.jpg

DEM_1952.jpg

DEM_1962.jpg

DEM_1965.jpg

DEM_1966.jpg

DEM_1971.jpg

DEM_1974.jpg

DEM_1978.jpg

DEM_1979.jpg

DEM_1983.jpg

DEM_1986.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

Justice pour Marielle Franco

Plus d’une centaines de manifestant se sont rassemblé sur la place des Nations pour manifester contre l’assassinat de Marielle Franco, qui a été tué à Rio le mercredi 14 mars, elle étais conseillée municipale de Rio et défendait les droits des femmes, des pauvres, des Noirs et des LGBT.

DEM_1811.jpg

DEM_1677.jpg

DEM_1697.jpg

DEM_1708.jpg

DEM_1767.jpg

DEM_1773.jpg

DEM_1782.jpg

DEM_1788.jpg

DEM_1801.jpg

DEM_1809.jpg

DEM_1817.jpg

DEM_1830.jpg

DEM_1831.jpg

DEM_1834.jpg

DEM_1836.jpg

DEM_1840.jpg

DEM_1845.jpg

DEM_1863.jpg

DEM_1865.jpg

DEM_1878.jpg

DEM_1884.jpg

DEM_1895.jpg

DEM_1912.jpg

DEM_1915.jpg

DEM_1932.jpg

DEM_1934.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

23/03/2018

CARLO SOMMARUGA: PRÉVENIR ERDOĞAN COMME HITLER

Carlo Sommaruga à Erdoğan sur Afrin:

 

Qui est le vrai terroriste?

Le député du Parti socialiste suisse Carlo Sommaruga a vivement critiqué l'invasion d'Afrin par l'Etat turc et a demandé au président turc Erdoğan "Qui est le vrai terroriste?"

La grève de la faim lancée lundi devant le bureau des Nations Unies à Genève, exigeant des mesures pour Afrin, qui est sous l'invasion de l'Etat turc et des gangs affiliés, est restée quatre jours en retard.

La grève de la faim lancée par les élus et les co-maires est également soutenue par les Kurdes et leurs alliés. Demir Çelik, HDP Muş et HDK-Europe, HDP Şırnak MP Faysal Sarıyıldız, HDP Van MP Özdal Üçer, Maire de Cizre Leyla İmret, Maire de Karakoçan Burhan Kocaman, Maire de Suruç Orhan Şansal, Maire de Maire Fatma Şık Barut, le maire de Londres-Haringey, Aligül Özbek, la joueuse de football Deniz Naki, le journaliste Filiz Koçali et Feyzullah Tunç du HDK participent à la grève de la faim pour une durée indéterminée.

LES NÉGOCIATIONS À L'ONU
Les militants qui poursuivent la grève de la faim autour de la tente qu'ils ont installée sur la place devant l'ONU ont des entretiens avec des responsables de l'ONU pendant la journée.
Jeudi, un groupe de grévistes de la faim a tenu une réunion avec des représentants du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et a soumis des dossiers sur ce qui se passe à Afrin en détail. Le groupe a souligné que le silence de l'ONU face aux événements devenait inacceptable pour les Kurdes au stade actuel.

SOMMARUGA: PRÉVENIR ERDOĞAN COMME HITLER

Le député socialiste Carlo Sommaruga, député du Parti socialiste suisse, a rendu une visite de solidarité aux grévistes de la faim et a souligné la solidarité avec le peuple kurde, soulignant qu'il n'accepterait jamais l'invasion d'Afrin par l'Etat turc.

Appelant l'attention sur le silence de l'Europe contre l'Etat turc et le président turc Erdoğan, M. Sommaruga a déclaré que cette attitude de l'Europe était inacceptable. Rappelant que l'Europe avait pris position contre Hitler, a déclaré Sommaruga; "L'Europe devrait agir contre la dictature d'Erdoğan comme si elle avait agi contre le fascisme hitlérien à l'époque."

"QUI EST LE VRAI TERRORISTE?"

Mettant l'accent sur la structure démocratique du Rojava, M. Sommaruga a déclaré que l'invasion d'Afrin, l'endroit le plus sûr en Syrie pendant 7 années de guerre, ne peut avoir aucun fondement raisonnable. Le député suisse a vivement critiqué le président turc Erdoğan qualifiant le PYD et YPG de terroristes, et a déclaré: "Nous demandons à Erdoğan, qui est le vrai terroriste?"

"NOUS POLITICIENS SONT AVEC VOUS"

Soulignant l'importance des actions du peuple kurde en Europe, Sommaruga a continué; "Nous, en tant que politiciens, sommes avec vous. Même si les États restent silencieux sur ce qui s'est passé, vous devriez rassembler les peuples de la Suisse et de l'Europe. Vous devriez frapper à leurs portes et demander de l'aide pour votre lutte. L'unité des peuples est importante. "

Sommaruga a terminé ses mots avec:

"Vive le Kurdistan, Vive le Rojava, Vive les Kurdes".

DEM_1502.jpg

DEM_1463.jpg

MP to Erdoğan on Afrin:  

 

Who is the real terrorist?

 
Switzerland Socialist Party MP Carlo Sommaruga strongly criticized the Turkish state’s invasion of Afrin and asked Turkish President Erdoğan “Who is the real terrorist?”
 

The hunger strike launched in front of the United Nations office in Geneva on Monday demanding action for Afrin that is under the invasion of the Turkish state and affiliated gangs, has left four days behind.

The hunger strike launched by elected MPs and Co-mayors is also supported by Kurdistanis and allies. Former HDP Muş MP and HDK-Europe Spokesperson Demir Çelik, HDP Şırnak MP Faysal Sarıyıldız, HDP Van MP Özdal Üçer, Cizre Co-mayor Leyla İmret, Karakoçan Co-mayor Burhan Kocaman, Suruç Co-mayor Orhan Şansal, Sur Co-mayor Fatma Şık Barut, London-Haringey Mayor Aligül Özbek, football player Deniz Naki, journalist Filiz Koçali and Feyzullah Tunç from the HDK are participating in the indefinite hunger strike.

 

TALKS AT THE UN

Activists that continue with the hunger strike around the tent they set up at the square in front of the UN is having talks with UN officials during the day.

On Thursday, a group from hunger strikers held a meeting with officials from the UN High Commissioner for Human Rights and submitted files telling about what is happening in Afrin in detail. The group stressed that the silence of the UN in the face of happenings became unacceptable for the Kurds at the current stage.

SOMMARUGA: PREVENT ERDOĞAN LIKE HITLER

Switzerland Socialist Party National Parliament MP Carlo Sommaruga paid a solidarity visit to the hunger strikers and highlighted solidarity with the Kurdish people, stressing that they will never accept the invasion of Afrin by the Turkish state.

Calling attention to the silence of Europe against the Turkish state and Turkish President Erdoğan, Sommaruga said this attitude of Europe is unacceptable. Recalling that Europe had taken a stand against Hitler, Sommaruga said; “Europe should act against Erdoğan dictatorship like they acted against Hitler fascism together back then.”

“WHO IS THE REAL TERRORIST?”

Putting emphasis on the democratic structure of Rojava, Sommaruga said the invasion of Afrin, the safest place in Syria during 7 years of war, can have no reasonable grounds. The Swiss MP strongly criticized Turkish President Erdoğan labelling PYD and YPG as terrorists, and said; “We ask Erdoğan, who is the real terrorist?”

“WE POLITICIANS ARE WITH YOU”

Pointing out the importance of Kurdish people’s actions in Europe, Sommaruga continued; “We as politicians are with you. Even if states remain silent on what has been happening, you should gather the peoples of Switzerland and Europe to yourself. You should knock at their doors and ask for support for your struggle. The unity of peoples is important.”

Sommaruga ended his words with: “Long Live Kurdistan, Long Live Rojava, Long Live the Kurds”.

https://anfenglish.com/news/swiss-mp-to-erdogan-on-afrin-who-is-the-real-terrorist-25670

DEM_1442.jpg

DEM_1446.jpg

DEM_1449.jpg

DEM_1458.jpg

DEM_1478.jpg

DEM_1483.jpg

DEM_1486.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

20/03/2018

La grève de la faim pour Afrin sur la place des Nations

Des centaines de kurdes se sont rassemblé sur la place des Nations pour protester contre l’occupation d’Afrin par l’armée turque et ses alliés djihadistes. Les manifestants ont poursuivi la protestation avec une grève de la faim pour une durée indéfinie, à laquelle participent des députés, des maires et des intellectuels, pour protester contre la silence des Nations-Unies, de l’Union Européenne et de la communauté internationale face à l’occupation d’Afin par l’armée Turque et ses partenaires qui sont l’état islamique al-Nosra et Al-Qaïda.

Les revendications sont:

- Fermeture de l’espace aérien d’Afrin.

- L'ONU doit envoyer une force d'observation à Afrin.

- La Croix-Rouge doit intervenir le plus rapidement possible pour répondre aux besoins vitaux des centaines de milliers de personnes qui ont dû quitter Afrin et vivent dans des conditions inhumaines.

- Les habitants d'Afrin qui ont été expulsés de leurs maisons doivent être autorisés à rentrer chez eux.

- Dans le cadre de la protection du droit à la propriété individuelle, les maisons, magasins et autres biens qui ont été usurpés doivent être restitués à leurs propriétaires.

- Des mesures de sécurité doivent être prises pour veiller à ce que les personnes rentrant chez elles ne soient pas torturées, disparues, tuées ou agressées.

- Les personnes qui ne sont pas originaires d'Afrin ne devraient pas être autorisées à s'installer ailleurs que dans les camps surveillés par l'ONU pour éviter le changement dans la composition démographique d'Afrin.

- Une commission de l'ONU doit être formée pour enquêter sur les violations du droit à la vie et les crimes de guerre commis sur les civils . 

DEM_0243.jpg

DEM_0246.jpg

DEM_0254.jpg

DEM_0258.jpg

DEM_0263.jpg

DEM_0274.jpg

DEM_0284.jpg

DEM_0285.jpg

DEM_0292.jpg

DEM_0301.jpg

DEM_0312.jpg

DEM_0334.jpg

DEM_0387.jpg

DEM_0401.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

11/03/2018

Action: « NETTOYONS NOS PLACEMENTS »

Aujourd'hui, 21 militant-e-s du collectif Breakfree se sont rendus au Crédit Suisse à la place Bel-Air (Genève) pour aider les investisseurs de CS à bien voir le monde extérieur où ils investissent et pour aider les passants à voir ce que CS fait avec le capital qui leur est confié. Ils ont utilisé des balai-brosses et on méticuleusement nettoyé les baies vitrées de la banque. Une banderole déployait le slogan « NETTOYONS NOS PLACEMENTS ».

Crédit Suisse est l’investisseur principal dans des compagnies qui construisent des pipelines à travers les USA, y compris sur des réservations autochtones, mettant en danger les aquifères. Ces pipelines servent à acheminer le pire résidu fossile au monde, le sable bitumineux, extrait en Alberta avec des procédés interdits en Europe. « CS s’obstine pour l’instant dans ces placements et contrevient à ses propres règles éthiques, nous n’arrêterons pas nos actions tant que la banque n’aura pas corrigé ses placements » a déclaré Olivier de Marcellus, de Breakfree.

« Nous avons adressé des courriers a des orchestres prestigieux et à des ONG qui reçoivent du sponsoring de CS ou qui ont un compte chez CS, leur demandant de changer de banque ; cette campagne est engagée pour durer, nous sommes déterminés » à déclaré Lars Toedter de Breakfree.

Le nettoyage s'inscrit dans le cadre de la Journée internationale d’action contre la construction du pipeline KinderMorgan. Ce même jour, une mobilisation de masse se déroule en Colombie-Britannique où plus de 7000 personnes s'apprêtent à faire front aux côtés des leaders autochtones pour résister au projet de pipeline de sables bitumineux de Kinder Morgan! A Montréal un rassemblement similaire est prévu.

L’ère des énergies fossiles doit toucher à sa fin. L’accord de Paris reconnaît que la transition est nécessaire ; mais sans pression le changement reste tragiquement lent. Que ce soit pour le climat ou pour les droits humains des populations impactées par les pipelines, les investissements de banques comme CS doivent cesser !

Communiqué de presse de Breakfree Suisse

Samedi 10 mars 2018 

L1300184.jpg

L1300174.jpg

L1300173.jpg

L1300176.jpg

L1300181.jpg

L1300180.jpg

L1300187.jpg

L1300189.jpg

L1300193.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

09/03/2018

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, a été marqué par plusieurs événements à Genève. Les femmes Congolaises ont manifesté contre le viol et pour l’égalité des sexes, les femmes kurdes ont montré leur soutien à la lutte des femmes dans la résistance d’Afrin. Les Genevoises sont descendues dans la rue pour une marche nocturne en mixité choisie sans homme pour poursuivre la lutte féministe contre le sexisme, et en soutien aux victimes des violences sexistes. Enfin un grand rassemblement a eu lieu au jardin Anglais pour dire stop au dumping salarial sur le dos des femme et pour combattre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard des femme au travail, à la maison et dans la rue. Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes un moment important de la lutte pour l’égalité. 

DEM_9003 copie.jpg

DEM_8666.jpg

DEM_8686.jpg

DEM_8704.jpg

DEM_8680.jpg

DEM_8776.jpg

DEM_8788.jpg

DEM_8791.jpg

DEM_8794.jpg

DEM_8801.jpg

DEM_8821.jpg

DEM_8823.jpg

DEM_8865.jpg

DEM_8878.jpg

DEM_8890.jpg

DEM_8899.jpg

DEM_8917.jpg

DEM_8948.jpg

DEM_8950.jpg

DEM_8957.jpg

DEM_9020.jpg

DEM_9026.jpg

DEM_9033.jpg

DEM_9052.jpg

DEM_9054.jpg

DEM_9059.jpg

DEM_9061.jpg

DEM_9076.jpg

DEM_9089.jpg

DEM_9114.jpg

DEM_9127.jpg

DEM_9146.jpg

DEM_9150.jpg

DEM_9153.jpg

DEM_9175.jpg

DEM_9220.jpg

DEM_9236.jpg

DEM_9250.jpg

DEM_9301.jpg

DEM_9319.jpg

DEM_9321.jpg

DEM_9204.jpg

Pour voir la suite des photos

http://www.photographygeneva.com/gallery/8-mars-journee-i...

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

 

07/03/2018

Manifestation pour Afrin: le silence des nations, est une complicité!

Les Kurdes et leurs amis organisent une manifestation devant le palais des Nations Unies à Genève, appelant l'ONU à agir contre l'Etat turc.

L1190173.jpg

Les Kurdes et leurs amis en Suisse ont mis en place une manifestation indéfinie devant l’office des Nations Unies à Genève pour protester contre les attaques de l'Etat turc et des bandes alliées sur Afrin et signaler ainsi le silence de l'ONU sur ces mêmes attaques barbares. La manifestation se tient parallèlement à la 37ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en cours depuis le 26 février. Les manifestants attirent l'attention sur les attaques actuelles de l'État turc et sur les massacres perpétrés contre des civils à Afrin en dépit de la résolution de l'ONU pour un cessez-le-feu de 30 jours à travers la Syrie. 

Les initiants de cette manifestation attirent l’attention sur le silence de l’ONU malgré sa résolution de cessez-le-feu face au massacre des kurdes. Ce silence est interprété comme une complicité avec les oppresseurs.
 
Près d'un millier de personnes ont rejoint la manifestation devant l'ONU et la place des Nations est couverte de banderoles sur lesquelles on peut lire: "Kurdes de Turquie, l'ONU reste silencieuse", "Hier Kobane, aujourd'hui Afrin, hier ISIS, aujourd'hui Turquie" et "Turquie massacres, Europe, L'OTAN et l'ONU sont silencieux ". Des cercueils sont exposés pour mettre l’accent sur le massacre d'Afrin, et les noms des pays qui jouent un rôle dans cette tuerie massive sont exposés avec des écritures sur des banderoles. En criant « Assassin Erdogan », « Envahissant l'Etat turc", "Les massacres de la Turquie, les Nations Unies", les manifestants exhortent les Etats membres de l'ONU à agir immédiatement contre l'Etat turc.
 
La manifestation c’est terminé avec une Chaîne humaine pour la solidarité avec la ville d’Efrin bombardée depuis un mois et demi par l’aviation turque.

L1190116.jpg

L1190119.jpg

L1190122.jpg

L1190127.jpg

L1190135.jpg

L1190139.jpg

L1190148.jpg

L1190159.jpg

L1190166.jpg

L1190180.jpg

L1190193.jpg

L1190199.jpg

L1190213.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

06/03/2018

Erdogan doit être jugé pour crime contre l'humanité!

Norman Paech: Cizre events correspond to crimes against humanity

 

Professor of International Law and the Constitution Norman Paech said, “The events in Cizre, Sur and Nusaybin correspond to crimes against humanity and war crimes according to international law.”
 
L1190085.jpg
Peoples’ Democratic Party (Halkların Demokratik Partisi - HDP) prepared a 135 page report on the Turkish state’s genocidal attacks against Şırnak’s Cizre district titled “The Anatomy of An Atrocity”, which was shared with the public in a press conference held in the headquarters of Switzerland Press Club in Geneva, Switzerland.
 

L1190055.jpg

NORMAN PAECH: “THE EVENTS CORRESPOND TO WAR CRIMES”

HDP Şırnak MP Faysal Sarıyıldız, first hand witness to the Cizre Massacre, and Norman Paech, professor of International Law and the Constitution, participated in the press conference where Norman Paech gave a speech following Sarıyıldız’s presentation of the report. Paech stated that the Turkish state’s massacres during the self-government resistances in Cizre, Silopi, Nusaybin and Sur constitute war crimes according to international law.

Norman Paech said the Turkish state prepared for and implemented systemmic attacks in these areas and added: “The Turkish state presented the people in the areas they attacked as PKK members, but that does not reflect the truth. Because the people targeted in these regions were merely civilians. Attacks against civilians and the displacement of civilian populations are clearly defined as crimes against humanity and war crimes.”

“UN SECURITY COUNCIL COULD HOLD A TRIAL IF THEY WISH TO”

Paech said Turkey can’t be put on trial for war crimes and crimes against humanity directly in the International Criminal Court (ICC) because the country is not a signatory in many international treaties, and added: “But the ICC could put Turkey on trial on the UN Security Council’s demand. The path to Turkey’s trial on international courts is not completely shut off. Making this a reality is a matter of politics, as much as a matter of law. The stance international forces and the UN takes in this issue will play a determining role at this point.”

“TURKEY’S EXCUSE IS NOT VALID”

“The Turkish state claims the incidents in the region don’t constitute war but rather security operations, but both reports by the UN and other institutions and the Turkish state practices implemented at the time openly show that there was a war there,” said Paech and continued: “At the time, cities were torn to the ground as part of the collapse plan being implemented. The Turkish state didn’t only commit massacres in the region, but also forced mass migration on the population. An example of this was seen in Sur. Displacing populations outside of times of war and changing demographic makeups of evacuated areas clearly constitute war crimes and crimes against humanity according to international law.”

“IT WAS AN ATROCITY”

Paech stated that experts of international law consider the incidents in Cizre, Sur and Nusaybin to be war crimes: “The dismemberment of the people who lost their lives by soldiers is a blatant affront to human dignity. What we are talking about here is not mere deaths, but atrocities. The Turkish state defends itself on this issue, but their actions only correspond to two things: crimes of war and crimes against humanity. As I stated in the beginning, the UN Security Council should intervene to put Turkey on trial.”

SARIYILDIZ: “THERE IS A HITLER GROWING IN THE MIDDLE EAST, PREVENT HIM”

L1190039.jpg

HDP Şırnak MP Faysal Sarıyıldız answered questions after Paech’s speech and said: “In Cizre, where I was also born and raised, crimes against humanity and war crimes were committed completely out in the open. This happened in front of the whole world to see, and the international institutions are aware of this. We are calling on the UN once more here. As per the reason for your existence, pursue the events of Cizre and put those responsible on trial.”

Sarıyıldız said, “A dictator with blood on his hands is growing in Turkey and the Middle East like Hitler and Mussolini,” and concluded his words with: “If this dictator growing in Turkey and the Middle East is not stopped, this will pose a great danger to us all. We are calling on the UN and international forces to review their policies and state once more that these massacres can never be covered up

 
 
Norman Paech: Les événements de Cizre correspondent à des crimes contre l’humanité
 
Norman Paech, professeur de droit international et de la Constitution, a déclaré: « Les événements de Cizre, Sur et Nusaybin correspondent aux crimes contre l'humanité et aux crimes de guerre selon le droit international".
 
Parti démocratique populaire (Halkların Demokratik Partisi - HDP) a préparé un rapport de 135 pages sur les attaques génocidaires de l'Etat turc contre le district de Cizre de Şırnak intitulé "L'Anatomie d'une atrocité", qui a été partagé avec le public. Suisse Press Club à Genève, Suisse.
 
NORMAN PAECH: "LES ÉVÉNEMENTS CORRESPONDENT AUX CRIMES DE GUERRE"

L1190095.jpg

 
Le député de HDP Şırnak Faysal Sarıyıldız, témoin de première main du massacre de Cizre, et Norman Paech, professeur de droit international et de la Constitution, ont participé à la conférence de presse où Norman Paech a prononcé un discours après la présentation du rapport par Sarıyıldız. Paech a déclaré que les massacres perpétrés par l'État turc pendant les résistances de l'autonomie gouvernementale à Cizre, Silopi, Nusaybin et Sur constituent des crimes de guerre selon le droit international.
 
Norman Paech a déclaré que l'Etat turc avait préparé et mis en place des attaques systémiques dans ces zones et a ajouté: "L'Etat turc a présenté les personnes dans les zones attaquées en tant que membres du PKK, mais cela ne reflète pas la vérité. Parce que les personnes ciblées dans ces régions étaient simplement des civils. Les attaques contre les civils et le déplacement de populations civiles sont clairement définis comme des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre. "
 
"LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU POURRAIT TENIR UN ESSAI SI ILS SOUHAITENT"

L1190099.jpg

 
M. Paech a indiqué que la Turquie ne peut pas être jugée pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité directement devant la Cour pénale internationale (CPI) parce que le pays n'est pas signataire de nombreux traités internationaux. sur la demande du Conseil de sécurité de l'ONU. La voie vers le procès de la Turquie sur les tribunaux internationaux n'est pas complètement fermée. Faire de cela une réalité est une question de politique, autant qu'une question de droit. L'attitude des forces internationales et de l'ONU dans ce dossier jouera un rôle déterminant à ce stade. "
 
"EXCUSE DE LA TURQUIE N'EST PAS VALIDE"
 
"L'Etat turc prétend que les incidents dans la région ne constituent pas une guerre mais plutôt des opérations de sécurité, mais les rapports des Nations Unies et d'autres institutions et les pratiques turques mises en place à l'époque montrent ouvertement qu'il y a eu une guerre". et a poursuivi: «À l'époque, les villes ont été déchirées dans le cadre du plan d'effondrement en cours d'exécution. L'Etat turc a non seulement commis des massacres dans la région, mais a également forcé la migration de masse sur la population. Un exemple de ceci a été vu dans Sur. Le déplacement de populations en dehors des périodes de guerre et l'évolution des démographiques des zones évacuées constituent clairement des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité selon le droit international. "
 
"C'ÉTAIT UNE ATROCITÉ"
 
Paech a déclaré que les experts du droit international considèrent les incidents de Cizre, Sur et Nusaybin comme des crimes de guerre: "Le démembrement des personnes qui ont perdu la vie par des soldats est un affront flagrant à la dignité humaine. Ce dont nous parlons ici, ce ne sont pas de simples morts, mais des atrocités. L'Etat turc se défend sur cette question, mais leurs actions ne correspondent qu'à deux choses: les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. Comme je l'ai dit au début, le Conseil de sécurité de l'ONU devrait intervenir pour juger la Turquie. "
 
SARIYILDIZ: "IL Y A UN HITLER CROISSANT AU MOYEN-ORIENT, PREVENTION"
 
Le député de HDP Şırnak, Faysal Sarıyıldız, a répondu aux questions après le discours de Paech et a déclaré: «A Cizre, où je suis né et j'ai grandi, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre ont été totalement dévoilés. Cela s'est passé devant le monde entier et les institutions internationales en sont conscientes. Nous appelons une fois de plus l'ONU ici. Selon la raison de votre existence, poursuivez les événements de Cizre et mettez les responsables à l'épreuve. "
 
Sarıyıldız a déclaré: «Un dictateur avec du sang sur ses mains grandit en Turquie et au Moyen-Orient comme Hitler et Mussolini» et a conclu ses mots avec: «Si ce dictateur qui grandit en Turquie et au Moyen-Orient n'est pas arrêté, cela posera un problème. grand danger pour nous tous. Nous appelons l’ONU et les forces internationales à revoir leurs politiques et à réaffirmer que ces massacres ne peuvent jamais être dissimulés. "

HDP report on Cizre announced in Geneva

 
A 135-page report prepared by the Peoples’ Democratic Party (HDP) on the Turkish state’s genocidal attacks in Şırnak’s Cizre district in 2015, has been announced in Geneva.

Peoples’ Democratic Party (HDP) prepared a comprehensive and updated report on Turkey’s blockade on Şırnak’s Cizre district. The report, titled “The Anatomy of Brutality” and based on investigations by national and international institutions in Cizre, has been announced at a press conference at Switzerland Press Club Headquarters in Geneva.

The press conference was attended by HDP Şırnak MP Faysal Sarıyıldız, a close witness to the Cizre massacre, and International Law and Constitution Professor Norman Peach. Many international journalists followed the press conference where Sarıyıldız made the report public. He described the Cizre events as a direct war crime and shared the evidences of massacre with the press. He said; “The United Nations and international powers are still silent despite so many blatant war crimes, this is unacceptable.”

As of October 2016 a total of 114 curfews had been declared, in 9 provinces and at least 35 districts. In Diyarbakır 63, Mardin 18, Şırnak 13, Hakkâri 11, Muş, Batman and Bingöl two and in Dersim one. Again, as of October 2016, since curfews began in August 2015 in Cizre, Silopi, İdil, Şırnak, Yüksekova, Nusaybin and Sur, a total of 863 people had died and the right to life and right to access health of at least 1 million 671 thousand people was adversely affected. As a result this groups fundamental rights where severely violated. Such rights included the right to freedom and security, travel, communication, environment, respect for private and family life, freedom of assembly; freedom of religion, freedom to access information, right to protection of property, right to education, prohibition of torture and inhuman or degrading treatment, the right to life and physical integrity were severely violated.

During the curfews announced in December numerous crimes were committed, first and foremost mass killings and forced depopulation, as curfews began to last for months. It has been established that no precautions whatsoever were taken to protect fundamental rights and freedoms during these long-lasting curfews. During this process, while absolutely no measures were taken to evacuate civilians from the conflict areas, groups of people attempting to leave urban areas carrying white flags were fired upon. Cizre was the place were the worst incidents occurred.

During the curfew which was declared in Cizre lasted for 79 days, as far as is known by public opinion, 31 peopled died in the first basement,  62 in the second basement and 50 in the third basement. It is known that a total of 177 bodies were carried from the area.

In reality, many people, including 41 children, one a baby, lost their lives during the curfew in the entire Cizre area. Due to bodies not being handed over to families and the difficulties in identifying bodies, on account of the damaged state of corpses and the failure to carry out effective and transparent investigations, the total of dead is estimated to be 280. Of these only 262 have been identified. 18 corpses remain in common graves. There is still delay in the process of matching DNA samples given by families with human remains. 

Full text of the report can be found at:

Cizre Report in English 5th March2018 by firat nuce on Scribd

 
 
Un rapport de 135 pages préparé par le Parti démocratique du peuple (HDP) sur les attaques génocidaires de l'État turc dans le district de Cizre de Şırnak en 2015 a été annoncé à Genève.
Le Parti démocratique populaire (HDP) a préparé un rapport complet et actualisé sur le blocus de la Turquie dans le district de Cizre de Şırnak. Le rapport, intitulé "L'Anatomie de la brutalité" et basé sur des enquêtes menées par des institutions nationales et internationales à Cizre, a été annoncé lors d'une conférence de presse au siège du Swiss Press Club à Genève.
 
Le député de HDP Şırnak, Faysal Sarıyıldız, proche témoin du massacre de Cizre, ainsi que le professeur de droit international et de la Constitution, Norman Peach, ont assisté à la conférence de presse. De nombreux journalistes internationaux ont suivi la conférence de presse où Sarıyıldız a rendu public le rapport. Il a décrit les événements de Cizre comme un crime de guerre direct et a partagé les preuves de massacre avec la presse. Il a dit; "Les Nations Unies et les puissances internationales sont toujours silencieuses malgré tant de crimes de guerre flagrants, ce qui est inacceptable".
 
En octobre 2016, 114 couvre-feux avaient été décrétés dans 9 provinces et au moins 35 districts. En Diyarbakır 63, Mardin 18, Şırnak 13, Hakkâri 11, Muş, Batman et Bingöl deux et en Dersim un. En octobre 2016, les couvre-feux ont commencé en août 2015 à Cizre, Silopi, İdil, Şırnak, Yüksekova, Nusaybin et Sur, soit un total de 863 morts et le droit à la vie et au droit à la santé d'au moins 1 million 671 000 personnes ont été touchées. En conséquence, cela regroupe les droits fondamentaux lorsque ceux-ci sont violés. Ces droits comprennent le droit à la liberté et à la sécurité, les voyages, la communication, l'environnement, le respect de la vie privée et familiale, la liberté de réunion; la liberté de religion, la liberté d'accès à l'information, le droit à la protection des biens, le droit à l'éducation, l'interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants, le droit à la vie et à l'intégrité physique ont été violés.
 
Lors des couvre-feux annoncés en décembre, de nombreux crimes ont été commis, en premier lieu des massacres et des dépeuplements forcés, les couvre-feux ayant duré plusieurs mois. Il a été établi qu'aucune précaution n'avait été prise pour protéger les droits et libertés fondamentaux pendant ces couvre-feux de longue durée. Au cours de ce processus, bien qu'aucune mesure n'ait été prise pour évacuer les civils des zones de conflit, des groupes de personnes tentant de quitter les zones urbaines portant des drapeaux blancs ont été pris pour cible. Cizre était l'endroit où les pires incidents se sont produits.
 
Pendant le couvre-feu qui a été déclaré à Cizre pendant 79 jours, à la connaissance de l'opinion publique, 31 personnes sont mortes au premier sous-sol, 62 au deuxième sous-sol et 50 au troisième sous-sol. On sait qu'un total de 177 corps ont été transportés de la région.
 
En réalité, de nombreuses personnes, dont 41 enfants, dont un bébé, ont perdu la vie pendant le couvre-feu dans toute la région de Cizre. En raison de la non-remise des corps aux familles et des difficultés d'identification des corps, compte tenu de l'état de dégradation des cadavres et de l'absence d'enquêtes efficaces et transparentes, le nombre total de morts est estimé à 280. Parmi eux, 262 été identifié. 18 cadavres restent dans des fosses communes. Il y a encore du retard dans le processus d'appariement des échantillons d'ADN donnés par les familles avec des restes humains.
 
Le texte complet du rapport peut être trouvé à : 
 
 
https://anfenglish.com/news/norman-paech-cizre-events-correspond-to-crimes-against-humanity-25305
 
 

03/03/2018

Soirée du PSG et Débat réussi du Groupe PSG60+ sur les thématiques des seniors, avec les 3 candidat-e-s socialistes au Conseil d'Etat genevois!

Ce vendredi 2 mars 2018, à la Salle du Môle aux Pâquis à Genève, 120 personnes sont venus écouter les 3 candidat-e-s socialistes au Conseil d’Etat genevois. Le débat organisé par le Groupe PSG60+ et son Président Jean-Pierre Thorel a permis à la Conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, au Conseiller administratif verniolan Thierry Apothéloz et à la Conseillère administrative de la Ville de Genève Sandrine Salerno de débattre de thèmes liés aux seniors. Le débat fut  remarquablement modéré par la journaliste de la Tribune de Genève Laurence Bézaguet.


Le débat s’est poursuivi avec la salle, puis avec un apéro-dînatoire, où chacune et chacun a pu directement s’entretenir avec les 3 candidat-e-s au Conseil d’Etat et avec les nombreux candidat-e-s au Grand Conseil présents. Une animation musicale avec Pancho Gonzales (guitare et chant) et Christophe Henchoz (DJ) à clôturé la soirée. Merci à la Présidente du PSG Carole-Anne Kast d’avoir cru en ce débat du PSG60+ et d’avoir ainsi permis cette si belle soirée!

 

DEM_8320.jpg

DEM_8326.jpg

DEM_8290.jpg

DEM_8332.jpg

DEM_8345.jpg

DEM_8348.jpg

DEM_8352.jpg

DEM_8353.jpg

DEM_8361.jpg

DEM_8366.jpg

DEM_8371.jpg

DEM_8378.jpg

DEM_8383.jpg

DEM_8387.jpg

DEM_8389.jpg

DEM_8391.jpg

DEM_8393.jpg

DEM_8395.jpg

DEM_8396.jpg

DEM_8398.jpg

DEM_8410.jpg

DEM_8431.jpg

DEM_8432.jpg

DEM_8435.jpg

DEM_8440.jpg

DEM_8444.jpg

DEM_8449.jpg

DEM_8452.jpg

DEM_8454.jpg

DEM_8459.jpg

DEM_8467.jpg

DEM_8472.jpg

DEM_8486.jpg

DEM_8493.jpg

DEM_8526.jpg

DEM_8541.jpg

DEM_8548.jpg

DEM_8558.jpg

DEM_8563.jpg

DEM_8573.jpg

DEM_8580.jpg

DEM_8583.jpg

DEM_8585.jpg

DEM_8588.jpg

DEM_8594.jpg

DEM_8606.jpg

DEM_8610.jpg

DEM_8616.jpg

DEM_8640.jpg

DEM_8648.jpg

DEM_8658.jpg

DEM_8628.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

02/03/2018

Réagissons contre cette méthode honteuse du régime répressif d'Ankara visant ses opposants

Le despote islamo-fasciste turc Recep Tayyip Erdogan fait recours à une méthode la plus honteuse de son régime répressif installé en Turquie étape par étape depuis sa montée au pouvoir.

Le ministère turc de l'Intérieur appelle tout le monde en Turquie et dans les pays étrangers à dénoncer en échange d'un montant important tout ce qui se trouvant dans une liste des "terroristes recherchés".

 

chasse.jpg


Au total, il y a 880 noms sur cinq listes - rouge, bleu, vert, orange et gris.

Les dénonciateurs sont récompensés avec montants différents selon la liste dans laquelle se trouve la personne recherchée:

Liste rouge: 851.063 Euros
Liste bleue: 319.149 Euros
Liste verte: 212.766 Euros
Liste orange: 127.660 Euros
Liste grise: 63.830 Euros

Le ministère turc de l'intérieur annonce dans sa page Internet que même les "terroristes" ne figurant pas dans ces listes différentes peuvent être dénoncés en échange d'une récompense.

Récemment, Salih Muslim, ancien dirigeant du Parti de l'union démocratique kurde (PYD) syrienne et Mihraç Ural, leader du THKP-C ont été ajoutés à la liste rouge.

Salih Muslim se trouve actuellement à Bruxelles pour dénoncer l'opération militaire de l'Armée turque dans la région Afrin du Kurdistan syrien.

Quant à Mihraç Unal, il été parmi les personnalités représentant des organisations syriennes invitées par la Russie à la conférence de Sochi.

Dans la liste rouge, se trouvent déjà plusieurs personnalités kurdes vivant en Belgique comme les anciens membres de lu Parlement turc Zübeyir Aydar et Remzi Kartal.

Parmi ceux qui ont été ajoutés par le ministère de l'Intérieur à la liste verte, se trouve également le citoyen belge Bahar Kimyongür.

Il avait été arrêté à trois reprises, aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne en raison de l’existence d’une « notice rouge » délivrée par Interpol à la demande de la Turquie. La Belgique avait prêté son concours à l’exécution de son arrestation aux Pays-Bas.

Cette « notice rouge » de la police turque avait à chaque fois été déclarée illégale par les juridictions des différents pays concernés. Le 22 août 2014, Interpol avait officiellement retiré la « notice rouge » visant le ressortissant belge.

Il faut que l'opinion publique belge réagisse contre cette nouvelle opération honteuse du régime d'Ankara visant centaines d'opposants qui sont soit citoyens belges soit réfugiés politiques en Belgique.

Dogan Özgüden
Rédacteur en chef

http://www.info-turk.be <http://www.info-turk.be/>