27/05/2018

Manifestation contre l’augmentation des primes d’assurance maladie

Le groupe de lutte contre l'augmentation des primes d'assurance maladie appelle à une grande manifestation simultanée dans plusieurs villes de Suisse, dont Genève plusieurs centaines manifestants dans rues de Genève pour dénoncer du monde politique face à la hausse des primes d'assurance-maladie. 

L1030397.jpg

L1030084.jpg

L1030097.jpg

L1030099.jpg

L1030118.jpg

L1030167.jpg

L1030183.jpg

L1030186.jpg

L1030189.jpg

L1030190.jpg

L1030193.jpg

L1030230.jpg

L1030254.jpg

L1030257.jpg

L1030328.jpg

L1030365.jpg

L1030369.jpg

L1030425.jpg

L1030442.jpg

L1030455.jpg

L1030471.jpg

L1030489.jpg

L1030492.jpg

L1030497.jpg

L1030502.jpg

L1030510.jpg

L1030516.jpg

L1030522.jpg

Pour voir la suit des photos

http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-co...

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com   

 

L1030532.jpg

Commentaires

Un grand merci de nous rendre l'ambiance de cette manifestation de rue où diverses personnes réagissent et disent leurs ras-le-bol.
En fait, il est difficile de savoir quel % de la population elles représentent.
En réalité, la hausse des primes n'est que la résultante d'une suite d'aberrations, de travestissementw de la réalité et du bon sens qui devrait l'accompagner.
C'est le peuple qui a voté la LAMal, peuple à qui on a brandi le slogan de solidarité. Or la solidarité est une qualité du coeur qui a la liberté de prendre la forme qui lui correspond. Ici, c'est un concept imposé par conséquent, comme toute dimension vivante, va se révolter suite à des abus.
Abus sur lesquels on retombe lourdement maintenant!

Le peuple a voté en faveur des médecines complémentaires en 2009. Comment en a-t-il suivi l'évolution? On voit que les assurances en ont récupéré le principe pour en faire une assurance complémentaire pas du tout sociale puisqu'elle exclut certains patients et que, d'autre part, elle retire à certains médecins généralistes le droit de les utiliser s'ils ne se sont pas imposé d'obtenir un diplôme selon les normes établies.
D'autre part, le système officiel a récupéré l'esprit des médecines complémentaires en les formatant selon des critères de médecine conventionnelle, à savoir des formations codifiées, sanctionnées par un diplôme fédéral.
Or, une caractéristique importante est que la formation en thérapies complémentaires nécessite tout autant le développement des connaissances que le développement personnel, cognitif, affectif et sensible du thérapeute. En codifiant les formations, on a beaucoup raboté cette dimension. Du reste, dans les pub pour inviter à faire des formations, il est indiqué dès le début : "remboursé ASCA".

Si le peuple veut réagir contre le mode de fonctionnement du système de remboursement des assurances maladie (et non pas "de la Santé" qui est de nouveau un abus de langage, il est opportun que chacun se mette à reprendre les rênes de la souveraineté de son organisme et de ce qui l'équilibre, afin de pouvoir lire les premiers signaux des problèmes et ne pas attendre que la maladie s'installe sous forme chronique, ce qui devient cher.
Seulement voilà, cette médecine précoce n'est pas reconnue par les assurances qui veulent la placer dans la médecine préventive afin de n'avoir pas à la rembourser.
Et vous qui me lisez, que proposez-vous?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27/05/2018

D'admettre, Madame, que l'assurance maladie nous contraint é faire ses propres volontés axées sur la rentabilité et d'en revenir aux promesses de l'assurance maladie digne de ce nom d'après guerre qui avait promis que les primes ne poseraient jamais aucun problème et que l'assurance, sécurité en cas de maladie, était facultative.

Adultes, refusant l'infantilisation ambiante nous sommes en mesure d'économiser chez nous et de garder nous-mêmes voire pour nous-mêmes en cas d'urgence nos économies en fonction de nos revenus.

La grève n'existe pas en Suisse (si je ne m'abuse) mais nous sommes en droit de ne plus payer les primes, les gens qui n'ont aucun problème parce que fortunés n'étant pas empêchés de ne plus payer leurs primes par esprit citoyen de solidarité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/05/2018

Merci pour votre réflexion, Myriam Belakovsky,
Il est vrai que l'assurance maladie nous contraint de faire ses volontés. Le pire pour nous, c'est qu'elle contraint le système des soins à être dépendant de la techno-science médicale qui est très délimitée. Bien des états maladifs lui échappent, où elle ne sait trop souvent que proposer des palliatifs, anti-douleurs, anti-inflammatoires, anti-allergiques, anti-migraineux etc, alors que des médecines alternatives savent procurer de réelles améliorations voire des guérisons. De ce fait, on devrait aussi évoquer la solidarité avec ces malades qui paient de leurs poches leurs traitements efficaces qui, de plus, reviennent beaucoup moins chers (donc sont solidaires de la santé publique!)
Tous ceux qui prétendent que les études scientifiques n'ont rien prouvé sont ceux qui ne se sont jamais donné la peine d'étudier la réalité de terrain.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 28/05/2018

A mon tour, Madame de Meuron, de vous souhaiter une belle journée.

Un instant, à propos de la prévention.

Le patient désormais client qui se rend chez un désormais "vendeur" médecin (clientèle nombreuse attendue requise sans quoi on ferme boutique (ex cabinet médical!) en très bonne santé n'avait besoin d'aucune prévention ("C'est ce que l'on redoute qui arrive" bouddhisme

A la limite ce patient, pour en revenir aux bons rapports soignants-soignés, aurait pu s'abstenir de consulter.
En revanche, le patient qui est atteint par la maladie a raté la prévention (sans quoi il ne serait pas malade (pas question maintenant des maladies génétiques, etc.

En ce cas où cibler la prévention?
Non au symptôme lui-même mais en amont, à la cause:

Sols, eau, air empoisonnés
Insécurité au travail, harcèlement, précarisation
professionnel, relationnel, etc.

environnemental
marchandisation de nos sociétés

HLM, selon lesquels: il faut pour l'équilibre de nos enfants, insistait Coué, non une andouille gâteuse répétitive, sa fameuse formule, mais un immense pharmacien... une "maison avec un jardin"

Que font nos politiciens, les médecins s'impliquent-ils suffisamment?

Au marché, ce samedi.
Des cerises bigarreaux naines... sans ce goût délicat les singularisant

Une sorte d'on ne sait quoi tout petit, sans parfum, quoi?
Des "pêches plates"!

A la revoyure, Madame.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/05/2018

Je me marre quand je vois ces personnes de gauche manifester contre la LaMal alors que c'est justement une conseillère fédérale gauchiste qui nous a mis dans le petchi ! Je vous rappelle que c'est Dreifuss, l'usurpatrice puisqu'elle a piqué le siège à Matthey élu démocratiquement et que le PS a interdit à Matthey d'accepter son élection sous peine d'être viré du PS ! Elle est belle la démocratie gauchiste ! Alors, avant de confier les yeux fermés au PS nos assurances maladies, il fallait réfléchir !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 28/05/2018

A la base c'était bien parti (sans parti) cependant comme à chaque fois, c'est récupéré par les mêmes qui ont leurs chefs de files dans les conseils d'administrations des banques et des assurances, c'est parti de bonnes intentions et ça va finir dans les poches des bobos écolos et gauchos de carrière !

Dommage !

Écrit par : Corto | 30/05/2018

Les commentaires sont fermés.