30/09/2018

Brésiliens de Suisse:le fascisme ne nous représente pas et ne nous représentera jamais!

Samedi après midi, environ 200 Brésiliens de Suisse se sont rassemblés sur la Place des Nation à Genève contre le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro à la présidentielle dans leur pays et contre la discrimination contre les femmes et les LGBT.

L1110991.jpg

Bonjour à tous. Premièrement nous voulons remercier chacun d’entre vous pour votre présence, merci d’être venus nous soutenir.

Nous voudrions vous expliquer un peu pourquoi nous avons décidé de nous mobiliser aujourd’hui, ce 29 septembre 2018. Cette journée entrera dans l’histoire comme un jour de lute et de resistance des femmes (mais pas que, des hommes sont aussi présents aujourd'hui) contre la montée du fascisme dans notre pays, le Brésil. Nous nous joignons à des milliers, des millions d’hommes et de femmes dans le monde qui comme nous s’opposent à ce discours fasciste qui met notre jeune démocratie en péril. Notre démocratie a été fragilisée depuis le coup d’état parlementaire de 2016 qui a amené à la destitution de la présidente Dilma Roussef. Ce coup d’état parlementaire a aussi mené à d’autres crimes politiques envers des défenseurs des droits humains : ainsi nous n’oublions pas non plus Marielle Franco, assassinée brutalement, et la prison politique de l’ex-président Luis Inacio Lula da Silva.

A l’heure d’aujourd’hui, nous sommes à l’aune des élections présidentielles au Brésil, et l’un des candidats se nomme Jair Bolsonaro. Mais qui est-il? Cet homme est un candidat d’extrème droite, un ancien militaire nostalgique de la dictature militaire qui avait contrôlé le pays de 1964 à 1985. Son idole, le colonel Brilhante Ustra était chef d’un centre d’emprisonnement, de torture et de la mort à Sao Paulo. Au moins 50 personnes ont perdu la vie sous le commandement d’Ustra et sous ses ordres plus de 300 personnes ont été torturées, dont beaucoup de femmes, et même une femme alors enceinte.

Son discours est fasciste, raciste, homophobe, misogyne, intolérant, autoritaire et fait l’éloge de la violence. Ses mots menacent nos droits, notre liberté et notre démocratie.

Cet homme a profité d’un moment de fragilité politique dans notre pays et se présente comme la solution miracle contre la corruption et la violence. Il y a cependant un problème : il souhaite bannir la violence des rues en imposant un régime violent, il veut bannir la violence en la remplaçant par encore plus de violence. Quant à la corruption, je dois vous dire que sa fortune s’est multipliée de manière douteuse depuis son entrée en politique il y a 22 ans.

Le projet politique de ce candidat d’extrême droite vont à l’encontre des droits de l’homme et dont le programme politique et économique amèneront notre pays dans le chaos.

Voici quelques exemples:

-diminution de la majorité pénale à 16 ans -armer la population

-Diminuer le quotat de places à l’université

-la privatisation de nos richesses et de nos ressources naturelles

Nous nous tenons donc ici aujourd’hui, nous faisons partie d’un mouvement de millions de femmes qui s’est créé sur les réseaux sociaux. Notre revendication commune se résume en deux mots : PAS LUI (elenao en portugais). Sur facebook ce groupe rassemble près de 4millions de femmes organisant, comme nous, des manifestations dans plus de 100 villes au Brésil et 65 villes dans le monde entier.

Nous sommes ensemble, unies par une même cause, mais nous souhaitons cultiver la diversité, nous souhaitons montrer notre respect pour la différence : oui, nous soutenons différents programmes politiques différents candidats. Mais LUI, ne nous représente pas. Nous sommes ici aujourd’hui pour clamer PAS LUI, JAMAIS LUI. Nous sommes ici pour poursuivre la lute contre tout ce que cet homme représente : non à la répression, non au totalitarisme, non à la violence. Nous sommes beaucoup plus fortes que la haine.

L’histoire même du Brésil est une ode à la diversité. Cette diversité est aujourd’hui notre banière. Le fascisme ne nous représente pas et ne nous représentera jamais

Pour la liberté, pour l’égalité et pour une vie exempte de violence! PAS LUI, LUI JAMAIS

 

L1110968.jpg

L1110972.jpg

L1110977.jpg

L1110999.jpg

L1120007.jpg

L1120025.jpg

L1120034.jpg

L1120049.jpg

L1120061.jpg

L1120072.jpg

L1120075.jpg

L1120085.jpg

L1120106.jpg

L1120113.jpg

L1120115.jpg

L1120124.jpg

L1120142.jpg

L1120144.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

L1120149.jpg

24/09/2018

Manifestation nationale pour l'égalité salariale et contre les discriminations

Des femmes et des hommes venus de toute la Suisse ont défilé à Berne en faveur de l’égalité salariale entre hommes et femmes et contre la discrimination, dans une loi qui sera soumise au Conseil national le 24 septembre prochain.Ce rassemblement a été convoqué par plus de 40 organisations.

L1110258.jpg

APPEL À TOUTES LES FEMMES « pour une grève des femmes* et féministe"
 
Comme dans de nombreux pays, en Suisse nous manifestons pour l’égalité, contre le sexisme et les discriminations.
Mais cette fois, nous voulons aller plus loin : jusqu’à une grève des femmes*, une grève féministe qui aura lieu le 14 juin 2019.
 
Nous en avons assez d’attendre : 37 ans que le peuple a voté un article constitutionnel sur l’égalité. 22 ans que nous avons une Loi sur l’égalité. Mais nos salaires et nos retraites sont toujours plus bas, trop souvent misérables. Si nous travaillons à temps partiel, c’est que nous assurons les deux tiers du travail domestique, éducatif et de soins : le ménage, la cuisine, la lessive, les enfants, les petits-enfants, les proches malades ou âgés. Ce travail, sans lequel la Suisse ne fonctionnerait tout simplement pas, n’est pas rémunéré, mais produit de la richesse. Ce travail doit être valorisé !
Nous en avons assez du sexisme et de toutes les formes de violence. L’égalité, c’est vivre sans la peur d’être agressée, travailler sans la crainte d’être harcelée, rentrer à la maison sans l’angoisse d’être maltraitée. Respecter nos corps, nos vies, c’est mettre fin à toutes les violences à l’encontre des femmes* et reconnaître notre droit à décider par et pour nous-mêmes.
 
Nous voulons une société fondée sur l’égalité et la solidarité, sans discriminations, sans sexisme et sans violence à l’encontre des femmes* quels que soient notre couleur de peau, notre culture, origine ou religion, notre passeport, notre orientation sexuelle ou
identité de genre, notre âge ou statut.
 
C’est pourquoi, le 14 juin 2019, nous ferons grève.
 
Notre grève sera globale : sur les lieux de travail et à la maison. Elle sera adaptée aux possibilités de chacune: croiser les bras un moment ou toute la journée, déranger au lieu de ranger, occuper l’espace public la journée et la nuit ! Notre grève ne sera pas contre les hommes, mais contre un système patriarcal qui a fait son temps. Le 14 juin 2019, les hommes solidaires seront invités à soutenir les femmes* en grève.
 
Participez, vous aussi !
Collectif pour une grève des femmes* et féministe

L1100743.jpg

L1100762.jpg

L1100765.jpg

L1100767.jpg

L1100780.jpg

L1100791.jpg

L1100803.jpg

L1100804.jpg

L1100813.jpg

L1100827.jpg

L1100830.jpg

L1100854.jpg

L1100855.jpg

L1100857.jpg

L1100879.jpg

L1100885.jpg

L1100900.jpg

L1100935.jpg

L1100943.jpg

L1100952.jpg

L1100955.jpg

L1100964.jpg

L1100972.jpg

L1100973.jpg

L1100998.jpg

L1110026.jpg

L1110035.jpg

L1110042.jpg

L1110048.jpg

L1110059.jpg

L1110110.jpg

L1110131.jpg

L1110143.jpg

L1110168.jpg

L1110183.jpg

L1110197.jpg

L1110224.jpg

L1110240.jpg

Pour voir la suit des photos

http://www.photographygeneva.com/gallery/manifestation-po...

L1110257.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

 

20/09/2018

Manifestation pour les droits des paysan.ne.s

Á l'occasion de la tenue de la 39e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce matin sur la Place des Nations à Genève, plusieurs dizaines de représentant-e-s des organisations paysannes membres de la Vía Campesina à travers le monde et des militants locaux se sont rassemblés pour s'exprimer en faveur:
    • de la souveraineté alimentaire
    • du maintien de la biodiversité et de la protection de l'environnement
    • de plus de justice, d'un monde solidaire et des conditions de vie saines pour tous !

Ils ont réclamé l'adoption sans délai de la Déclaration sur les droits des paysans qui est négociée au sein du Conseil des droits de l'homme depuis de nombreuses années.

Selon Melik Özden, Directeur du CETIM, "Ne vous fiez pas à l''apparence. Certes, nous sommes ici avec quelques dizaines de leaders paysan.ne.s, mais ces personnes représentent des centaines de millions de paysan.ne.s. Ce sont elles qui nourrissent l'humanité. Ce sont elles qui sont garantes de la biodiversité et de la protection de l'environnement. Pour qu'ils-elles puissent remplir leur rôle, on doit leur offrir des conditions de vie et de travail dignes. C'est ce que vise la Déclaration onusienne. C'est pourquoi, nous appelons tous les États membres du Conseil des droits de l'homme à voter en faveur de cette Déclaration la semaine prochaine." 

DEM_8059.jpg

DEM_7968.jpg

DEM_7972.jpg

DEM_7979.jpg

DEM_7986.jpg

DEM_7995.jpg

DEM_8001.jpg

DEM_8015.jpg

DEM_8026.jpg

DEM_8041.jpg

DEM_8043.jpg

DEM_8050.jpg

DEM_8062.jpg

DEM_8067.jpg

DEM_8079.jpg

DEM_7949.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

Le magazin Yves Rocher de Genève bouclée par les grévistes!

Une délégation de travailleurs de l'usine de cosmétiques Flormar en Turquie et de dirigeants syndicaux d'IndustriALL et de Sendicat petrol-is ont manifesté devant le magasin Yves Rocher France dans le centre de Genève avant de se rendre à une réunion de l'Organisation internationale du travail dans l'entreprise.

DEM_7817.jpg
 
Au début de cette année, l’usine de cosmétiques Flormar en Turquie a licencié 132 travailleurs pour avoir rejoint le syndicat Petrol-İş. La marque Flormar est majoritairement détenue par Yves Rocher. Petrol-İş a suivi la procédure judiciaire turque et a été reconnu à Flormar par le ministère du Travail. Lorsque la reconnaissance du syndicat a été accordée, l'entreprise a licencié les travailleurs syndiqués. IndustriALL a lancé une campagne internationale appelant l'entreprise à réintégrer les travailleurs.
 
Les travailleurs sont sur le piquet de grève à l’extérieur de leur usine depuis 128 jours. ils ont amené le piquet de grève en Europe. Demain, ils iront au siège de la société à Paris, où ils remettront 123 000 pétitions signées demandant à Yves Rocher de réintégrer les travailleurs licenciés et de reconnaître le syndicat.
 
Flormar est une marque de cosmétiques possédée à 51% par le Groupe Rocher qui détient également la marque Yves Rocher. En effet, le 16 août 2016 Groupe Rocher annonçait avoir acquis 51% de Flormar, son concurrent turc, en poursuivant ainsi son internalisation.
 
Basée à Rennes, Yves Rocher est une marque mondiale de cosmétiques et de produits de beauté. L’entreprise est présente dans 88 pays et emploie 13.500 personnes, outre plus de 215.000 personnes employées indirectement. Kosan cosmétique emploie 400 travailleurs et produit pour l’enseigne Flormar, numéro un du maquillage en Turquie, avec 21% de la part du marché. L’usine exporte aussi ses produits aux marchés de 104 pays, principalement vers les pays en développement. 

DEM_7806.jpg

DEM_7827.jpg

DEM_7828.jpg

DEM_7845.jpg

DEM_7859.jpg

DEM_7868.jpg

DEM_7878.jpg

DEM_7895.jpg

DEM_7906.jpg

DEM_7894.jpgDEM_7916.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

19/09/2018

Cent kilos de charbon déversés devant le consulat d'Allemagne à Genève

Retour à l'expéditeur. Les membres du collectif BreakFree Suisse ont déversé tôt ce matin 100 kilos de charbon devant le consulat d'Allemagne à Genève. Ils demandent l'arrêt immédiat de l'offensive contre la forêt millénaire de Hambach, un moratoire sur l'importation d'électricité carbonée Allemande et l'accélération de la transition énergétique Suisse.

DEM_7695.jpg

Loin d'être un champion de la transition écologique, l'Allemagne est extrêmement impliquée dans l'exploitation et la combustion du charbonqui représentait encore en 2017 36,6% de son mix énergétique.

La République Fédérale n'atteindra pas- et de très loin - son objectif national de diminution de ses émission de gaz à effet de serre fixé à - 40% (par rapport à 1990) pour 2020[1]. Et pour cause, en 2017 elle a exporté 55 Terawatt-heure d'électricitémajoritairement produite via des sources d'énergies fossiles (charbon, fuel, gaz) ; ce volume d'exportation représente en "équivalent carbone", les émissions annuelles d'un pays commela Hongrie[2].

Le premier pays consommateurde son électricité est la Suisseavec 17,7 Terawatt-heureachetés en 2017 à RWE, une des plus grands producteurs allemands d'électricité. La demande helvétique, qui était de plus de 12 Terawatt-heure en 2016, est d'ailleurs en forte augmentation. En plus de ses émissions territoriales, la Suisse participe donc à cet immense volume de gaz à effet de serre et aux destructions directes qu'il génère.

RWE exploite trois mines géantes de ligniteen Rhénanie, en ayant avalé villages, cultures et forêts sur une centaine de kilomètres carrés. La forêt la plus précieuse est celle de Hambach près de Cologne. Elle a pu se développer sans intervention au cours des derniers 12 000 ans. Par sa composition d'essences et sa faune riche d'espèces en voie de disparition, la forêt de Hambach est unique en Europe[3]. La mine voisine en avale chaque année un peu plus, tant et si bien qu'il n'en reste aujourd'hui que moins de 10 pourcent. Elle constitue un patrimoine commun essentiel. Des centaines de protectrices et protecteursy ont construit des maisons des cimes et tentent d'empêcher la déforestation permettant la progression des excavatrices[4].

L'exécutif de la région a débuté la semaine dernière des opérations d'expulsion et de coupedans la forêt, ouvrant des voies d'accès pour de plus gros engins de chantier. Plusieurs milliers de policierset des dizaines de blindés sont en ce moment même en action[5]. L'intervention extrêmement violente fait scandale dans un pays très attaché à son patrimoine forestier et dont une partie de l'opinion est consciente de sa responsabilité climatique. Dimanche, une marche de soutienen direction de la forêt a réuni entre 4000 et 8000 personnes, tandis que plusieurs actions de blocage de la mine ont été mises en œuvre[6].

Les membres du collectif BreakFree ainsi que de très nombreux citoyen.ne.s Suisses refusent d'être complices de la destruction de la forêt millénaire, de l’extension de la mine et de l'aggravationdu péril climatique. Nous avons décidé de renvoyer symboliquement le charbon à l'envoyeur.

Nous appelons 1) à l’arrêt immédiat de l'offensivecontre la foret millénaire de Hambach, 2) à un moratoire sur l'importation d'électricité carbonée allemandeet 3) à l'accélération de la transition énergétiqueau sein de la Confédération.

La Suisse doit respecter les engagements climatiques pris lors de la COP21 et cesser d'importer de l'électricité allemande produite à partir d'énergies fossiles. Il en va de l'avenir immédiat de nos enfants et de la vie de plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde entier.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Collectif BreakFree Suisse

Contact Médias

Olivier de Marcelluselviejo@riseup.net

Guillaume Durin guillaume_durin@hotmail.com

[1]https://allemagne-energies.com/2018/01/09/le-paysage-ener...

[2]https://sandbag.org.uk/project/carbon-haven/

[3]https://foretdehambach.org/information-sur-la-foret/la-fo...

[4]https://www.democracynow.org/2017/11/15/special_report_fr...

[5]https://www.dw.com/en/german-police-arrest-hambach-forest...

[6]https://hambachforest.org/blog/2018/09/16/press-announcem...

DEM_7692.jpg

DEM_7717.jpg

DEM_7727.jpg

DEM_7728.jpg

DEM_7736.jpg

DEM_7743.jpg

DEM_7753.jpg

DEM_7771.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com 

18/09/2018

Plus de 2000 Tamouls manifestent à Genève

Lundi après midi environ 2000 Tamouls venu de toute l’Europe se sont rassemblés au parc des Cropettes pour défiler avec des banderoles jusqu’à la place des Nations pour demander justice et dénoncé le génocide du peuple Tamoul. Arrivés, ils ont rendu honneur à Ratnasingam Senthilkumaran qui s’est immolé devant la place des nations le 5 septembre 2013, la famille du décédé était elle aussi sur place. Les pleurs et la tristesse étaient au rendez-vous de cet hommage.

Parmi les revendications:  demande de l’ouverture de l’enquête internationale indépendante sur la crimes de guerre, les crimes contre humanité et le génocide commis contre le peuple tamoul par les gouvernement sri lankais depuis 1948.
L1100699.jpgL1100586.jpgL1100595.jpgL1100596.jpgL1100604.jpgL1100612.jpgL1100614.jpgL1100617.jpgL1100621.jpgL1100623.jpgL1100625.jpg
 L1100626.jpgL1100630.jpg

L1100632.jpg

L1100636.jpg

L1100648.jpg

L1100661.jpg

L1100666.jpg

L1100672.jpg

L1100688.jpg

L1100693.jpg

L1100696.jpg

L1100703.jpg

L1100706.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com 

17/09/2018

 Cortège de la fête des vendanges de Russin 2018

La fête des vendanges met un point d'honneur à mettre en avant les produits du terroir genevois, un véritable hommage au vignoble genevois.

L1100274.jpg

L1100178.jpg

L1100180.jpg

L1100190.jpg

L1100175.jpg

L1100200.jpg

L1100207.jpg

L1100222.jpg

L1100212.jpg

L1100214.jpg

L1100218.jpg

L1100239.jpg

L1100228.jpg

L1100259.jpg

L1100223.jpg

L1100272.jpg

L1100231.jpg

L1100277.jpg

L1100284.jpg

L1100291.jpg

L1100296.jpg

L1100306.jpg

L1100308.jpg

L1100327.jpg

L1100333.jpg

L1100337.jpg

L1100351.jpg

L1100381.jpg

L1100394.jpg

L1100400.jpg

L1100402.jpg

L1100410.jpg

L1100425.jpg

L1100434.jpg

L1100436.jpg

L1100447.jpg

L1100494.jpg

L1100508.jpg

L1100530.jpg

L1100551.jpg

L1100559.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

15/09/2018

Rassemblement contre l’exécution des activistes Kurde!

Environ d'une centaines de kurdes vivant en Suisse se sont rassembles sur la place des Nation Unies à Genève contre la violations des droits de l’homme, depuis le début de l’année, des nombreux prisonniers politiques majoritairement kurdes ont été exécutés par les autorités iraniennes. Depuis les derniers jours, 4 autre prisonniers politique Kurde ont été exécutés. Actuellement, des dizaines de prisonniers politiques et des activistes kurdes et iraniennes sont dans l’attente de leurs exécutions. De plus, il y a juste quelque jour que le gouvernement iranien a pris pour cible, un camp des réfugiés et des militants  politiques pacifistes Kurdes iraniens en Iraq, par les missiles Balistiques. Plusieurs personnes ont été tuées et blessées.  

L1100128.jpg

L1100064.jpg

Appel des manifestants pour mettre fin à l'agression et les attaques du gouvernement iranien contre le peuple kurde !

Le 08 septembre 2018, la République islamique d'Iran a commis d'autres crimes contre le peuple kurde à l'est du Kurdistan (nommé Kurdistan d'Iran).

Ce jour-là, trois prisonniers politiques kurdes, Ramin Hussein Panahi, Zaniyar et Loghman Moradi, ont été pendus en même temps.

En outre, le camp des familles et le bureau des deux partis principaux politiques Kurde opposés au régime iranien, le Parti démocratique du Kurdistan et le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran qui se battent pour la résolution pacifique de question kurde en Iran depuis de nombreuses années, ont été pris pour cible par les missiles iraniens.

Le camp et les bureaux politiques se situent à Koy Sanjaq à 200 km de la frontière entre l'Iran et l'Irak.

À la suite de ces attaques de missiles, 15 personnes ont perdu la vie et des dizaines ont été blessées, et les habitants du camp de réfugiés Kurdes iraniens ont également quitté leurs maisons pour protéger leurs vies et se sont réfugiés dans les montagnes environnantes.

Malheureusement, à ce jour aucune organisation ou institution international n'a condamné ces attaques du régime iranien. Même le gouvernement irakien ne s’est pas opposé à cette violation de la souveraineté de son territoire, et ne s’est pas engagé pour aider des victimes de l'attaque.

Nous, les manifestants sur la Place des Nations, condamnons fermement toutes les formes d’attaque contre les militants politiques et pacifistes Kurde, l’exécution et l’assassinat d’activistes environnementaux et civils et les actes subversifs du gouvernement iranien dans d’autres pays du monde, et nous demandons aux Nations Unies et à ses Etats membres de :

1-    Condamner l'exécution et l'assassinat systématiquement de militants politiques, civils et environnementaux par le gouvernement iranien, et faire pression sur la République islamique d’Iran pour qu’il mette un terme à toutes les peines et les punitions inadmissible visant les militants pacifiste Kurdes.

2-    Condamner les bombardements et les attaques contre les bureaux des partis politiques kurdes et le camp des familles de réfugiés kurdes iraniens en Irak, et de les prendre sous la protection internationale,

3-    Condamner la violation de la souveraineté irakienne et la région fédéral du Kurdistan et le lancement des missiles sur le territoire de ce pays.

4-    Former une commission internationale pour enquêter sur ces attaques et les exécutions arbitraires par le gouvernement iranien.

Genève, le 15 septembre 2018

courriel : contact@zagros-centre.org

 

L1100072.jpg

L1100075.jpg

L1100077.jpg

L1100081.jpg

L1100092.jpg

L1100098.jpg

L1100111.jpg

L1100120.jpg

L1100138.jpg

L1100143.jpg

L1100146.jpg

L1100154.jpg

L1100152.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

Evacuez les Erythréens de Lybie!

Vendredi après midi des dizaines Erythréen·ne·s et ses amies se sont rassemblés en face le Palais de Wilson pour demander l'évacuation des migrant·e·s africains (en l'occurrence des Erythréen·ne·s) de Lybie, où ils subissent des exactions.

DEM_7160.jpg

DEM_7126.jpg
“Nous relayons ici l'appel d'une grande partie de la communauté érythréenne à Genève qui est profondément préoccupée par la situation de chaos que vivent les réfugié·e·s érythréen·ne·s, notamment en Lybie. Ils·elles subissent d’atroces sévices (exploitation, privations, détention dans des conditions inhumaines, tortures, viols, etc.)... autant de traitements qui, dans un déni absolu des droits fondamentaux, de la dignité la plus élémentaire et au su de la communauté internationale, provoquent d’indescriptibles souffrances et de profonds traumatismes.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) se doit d’urgemment prendre une action holistique. Le fait que les Erythréen·ne·s ne puissent pas s’attendre à une quelconque protection de la part de leur gouvernement devrait précisément renforcer la responsabilité du HCR et de la communauté internationale, Suisse comprise.

Un réseau de communautés érythréennes à travers le monde est résolu à se mobiliser aussi longtemps que des solutions tangibles ne seront pas mises en œuvre afin d’évacuer les réfugié·e·s érythréen·ne·s vers des lieux sûrs”.

 

DEM_7134.jpg

DEM_7144.jpg

DEM_7153.jpg

DEM_7175.jpg

DEM_7189.jpg

DEM_7201.jpg

DEM_7228.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

 

09/09/2018

Rassemblement à Genève: Un monde Zéro carbone

Le 8 septembre, des milliers de rassemblements ont lieu partout dans le monde et à Genève à la place du Molard plus une centaine de manifestant.e.s se sont rassemblés pour demander à leur politiques de s’engager à construire un monde Zéro carbone, accessible à tous. 

A Genève, cette manifestation sera aussi l'occasion de préparer la marche climat du 13 octobre, avec un débat ouvert à tous sur les mutations nécessaires pour arriver à une société "climato-compatible".

Les Manifestants demandent une politique climatique ambitieuse !
 
Notre parlement peine à mettre en œuvre les engagements pris lors de la signature de l’Accord de Paris. Nous avons besoin de changements radicaux pour préserver au-delà de 2050 le climat tel que nous le connaissons.
 
Descendons dans la rue
 
Samedi, 13 octobre 2018 à 13h30  à Rue du Mont -Blanc zone piétonne

 

L1090380.jpg

L1090341.jpg

L1090347.jpg

L1090349.jpg

L1090352.jpg

L1090354.jpg

L1090359.jpg

L1090363.jpg

L1090366.jpg

L1090369.jpg

L1090371.jpg

L1090392.jpg

L1090404.jpg

L1090407.jpg

L1090412.jpg

L1090420.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

 

04/09/2018

Sami Kanaan,  "une journée sur l’avenir du journalisme »

Sami Kanaan, le maire de Genève organise une journée sur l’avenir du journalisme, des conférences, débats et hackathon nourriront l’événement qui se tiendront le 14 septembre au Musée d’ethnographie.

L1080734.jpg

LE TEMPS DES ACTES

Y aura-t-il encore un seul titre de la presse écrite sur support papier en Suisse romande d’ici 2 ou 3 ans ? Un « vrai » journal, imprimé sur du papier ? Au rythme où se succèdent les restructurations, ou plutôt les liquidations, on peut sérieusement en douter. Plutôt que de rester dans une attitude réactive, il devient urgent de faire preuve de lucidité et de se poser quelques bonnes questions, afin de tenter de trouver des réponses adéquates, même si c’est ardu. C’est précisément ce que je souhaite faire en proposant une journée comme #ACTMedia. Une journée pour remettre les modèles en question. Une journée pour mettre l’intelligence collective au service du bien commun. Car il s’agit bien là d’une affaire qui nous concerne toutes et tous.

Qui d’autre comme rempart à la désinformation que des médias libres ? Qui d’autres pour garantir un contre-pouvoir qui permet à la démocratie de fonctionner, plus ou moins correctement ?

J’ai également souhaité que le programme d’#ACTMedia soit dédié en partie à la nouvelle loi sur les médias électroniques. Cette révision est une opportunité pour donner au service public les moyens de ses ambitions et surtout d’éviter de laisser le champ libre aux Google, Amazon et autres Facebook... C’est pour cette raison que les travaux qui nous occuperont le 14 septembre 2018 seront restitués à la Confédération dans le cadre de la consultation fédérale.

Dans l’attente de vous voir et de partager autourde cette thématique, je vous adresse à toutes et à tous mes meilleurs messages.

Sami Kanaan

L1080756.jpg

L1080720.jpg

Communique de presse

4 Septembre 2018

ACTMedia, une journée pour penser ensemble

l’avenir du journalisme

Des rédactions qui ferment, la manne publicitaire qui s’effrite, un domaine économique qui essaye de se recomposer autour de la nouvelle donne digitale. La situation de la presse romande est mauvaise. C’est face à ces difficultés et aux craintes qu’elles suscitent que Sami Kanaan, Maire de Genève, souhaite réunir les journalistes, les élus politiques, les milieux académiques et plus largement toute personne 

intéressée, le 14 septembre 2018 au Musée d’ethnographie de Genève pour un événement baptisé #ACTMedia.

La diversité des médias et les moyens nécessaires pour développer une activité journalistique de qualité sont une condition nécessaire à l’épanouissement d’une démocratie solide et vivante. Il est donc urgent de trouver une réponse adéquate à l’appauvrissement du paysage médiatique romand. Mais la formule magique n’existe pas. #ACTMedia a été imaginé comme un jalon dans une réflexion plus large qui devra se poursuivre.

#ACTMedia questionnera ainsi les soutiens publics aux médias, la notion de service public, les différents modèles de financement existant mais aussi, faisant le lien avec l’année de mairie de Sami Kanaan, les enjeux posés et les opportunités offertes par la digitalisation.

 L’événement s’inscrit de plus dans le cadre de la consultation en cours sur la nouvelle loi sur les médias électroniques (LME), établissant les conditions du soutien de la Confédération aux médias. Les résultats des travaux de la journée nourriront donc la position de la Ville de Genève, qui sera transmise au Conseil fédéral.

Enfin, partant du principe qu’il n’est pas envisageable de penser en dehors du cadre actuel en se cantonnant aux outils habituels des conférences et débats, Sami Kanaan a souhaité intégrer à #ACTMedia l’association OpenGeneva qui proposera d’aborder de manière participative différentes problématiques dans le cadre d’un hackathon.

 

#ACTMedia

Une journée publique de débats, de conférences et de hackathons pour penser l’avenir du journalisme.

14 Septembre 2018, Musée d’ethnographie de Genève, 9h-19h30 

PROGRAMME

9h : Lancement du hackathon de la presse

12h30 : Débat : Médias locaux et collectivités publiques de proximité : quels modèles de soutien ?

Conférences :

14h30 :  Faits et chiffres 2018 de la presse régionale, un avenir sans pub 

Par Philippe Amez-Droz, Collaborateur scientifique et chargé de cours Medi@Lab, Université de Genève

15h30 :  Les médias et le numérique : Une opportunité pour repenser le lien aux publics

Par Nathalie Pignard-Chesnel, Professeure, Académie du journalisme et des médias, Université de Neuchâtel

16h15 :  Googlization et concentration des médias : le paradoxe de la raréfaction de l’information de qualité

Par Patrick-Yves Badillo, Directeur de Medi@LAB / Université de Genève

18h : Panel National LME : Quel cadre pour les médias électroniques en Suisse ?

L1080719.jpg

PROGRAMME

CAFÉ-CROISSANT

Dès 9h

HACKATHON DE LA PRESSE

De 9h30 à 17h

Les thèmes médias, démocratie, digitalisation vous

intéressent et vous avez envie de proposer, élaborer

et partager des solutions originales, pratiques et

concrètes sur ces sujets ? #ACTMedia est fait pour

vous. Saisissez l’opportunité de passer de la parole

aux actes !

DÉFI I Open source : une solution au service

des médias ?

DÉFI II Consommation numérique :

Quels enjeux pour la démocratie ?

DÉFI III Philanthropie : Nouvelle source

de financement des médias ?

DÉFI IV Mutualisation des coûts et des

technologies : Quelles opportunités pour servir

le journalisme ?

DÉFI V Mission de service public du journalisme :

Quels moyens pour garantir sa qualité ?

DÉJEUNER-DÉBAT

Collation dès 12h

Débat à 12h30 Médias locaux et collectivités

publiques de proximité : quels modèles de soutien ?

Modération NAPPEY Grégoire, ancien rédacteur

en chef du Matin

CONFÉRENCES : ACTES ET FAITS

14h30 Faits et chiffres 2018 de la presse

régionale, un avenir sans pub.

15h30 Médias et numérique : une opportunité

pour repenser le lien aux publics.

16h15 Googlization et concentration des

médias : le paradoxe de la raréfaction de

l’information de qualité.

JURY HACKATHON DE LA PRESSE

17h15 Présidé par Sami Kanaan,

Maire de Genève

PANEL NATIONAL LME

18h Quel cadre pour les médias électroniques

en Suisse ?

Modération FAVRE Alexis, RTS

APÉRITIF

19h30

L1080724.jpg

L1080745.jpg

L1080750.jpg

L1080767.jpg

L1080774.jpg

L1080781.jpg

L1080806.jpg

L1080820.jpg

L1080824.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com