19/01/2019

Les étudiant-e-s font la grève pour sauver la planète 

Plus de 5000 milles  d’écoliers, apprentis et étudiants sont descendus dans la rue à Genève  pour défendre le climat et destinée à réclamer des mesures politiques urgentes en matière d'environnement.  

L1000383.jpg

L1000338.jpg

L1000342.jpg

le 18 janvier, des milliers de jeunes ont manifesté dans 16 villes de Suisse, inaugurant ainsi l’année climatique 2019.

Ce vendredi, plus de 22 000 écolières, écoliers et sympathisants ont répondu à l’appel du Mouvement de la grève pour le climat suisse et sont descendus dans la rue. Cette grève est la plus grande protestation d’écolières et d’écoliers en Suisse depuis 16 ans, et ce malgré les menaces de sanctions disciplinaires de la part de nombreux établissements scolaires. Aux villes qui avaient déjà fait grève en décembre se sont ajoutées Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, Lucerne, Zoug, Baden, Aarau, Delémont, Bienne, Soleure et Coire. Au total, des grèves ont eu lieu dans 16 villes suisses.

Ce nouveau mouvement de jeunes suisse a fait de la grève son instrument principal. L’objectif : dénoncer la faiblesse de la politique climatique en place, en Suisse et dans le monde. Les jeunes s’organisent via des chats Whatsapp et des conférences téléphoniques ; la mobilisation, elle, se fait via les réseaux sociaux.

"Je trouve cela bien que des milliers d’écolières et d’écoliers se soient retrouvés dans toute la Suisse pour critiquer l’état actuel de la politique climatique et exprimer leur mécontentement! Nous avons peur pour notre avenir, c’est pour cela que nous descendons dans la rue” a déclaré Constantin, gréviste à Baden.

Dans les rues, les manifestantes et manifestants ont scandé des slogans sur l’avenir, le climat et la planète. Dans de nombreuses villes, ils ont également tenu une minute de silence pour le climat et les vies humaines déjà victimes de la catastrophe climatique.

"Nos politiciens portent une immense responsabilité dans la catastrophe climatique en cours, et tel est le message que je veux leur faire passer aujourd’hui. Si tant de jeunes doivent désormais descendre dans la rue pour exiger une politique climatique acceptable, c’est en partie à cause d’eux”, explique Maude Suarez, originaire de Le Locle (Neuchâtel), qui a participé pour la première fois à la grève.

En décembre 2018 déjà, plus de 4000 jeunes de Bâle, Berne, St-Gall et Zurich avaient suivi l’appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg, militante pour le climat, et avaient manifesté contre la crise climatique au lieu d’aller à l’école.  

Toutes les informations sur le mouvement ainsi que ses revendications se trouvent sur le site Internet climatestrike.ch.

 

L1000396.jpg

L1000420.jpg

L1000438.jpg

L1000472.jpg

L1000478.jpg

L1000494.jpg

L1000499.jpg

L1000507.jpg

L1000512.jpg

L1000513.jpg

L1000540.jpg

L1000542.jpg

L1000557.jpg

L1000567.jpg

L1000574.jpg

L1000626.jpg

L1000631.jpg

L1000635.jpg

L1000640.jpg

L1000651.jpg

L1000676.jpg

L1000691.jpg

L1000753.jpg

L1000780.jpg

L1000787.jpg

L1000790.jpg

Pour voir la suit des photos

http://www.photographygeneva.com/gallery/la-greve-pour-le...

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com  

Les commentaires sont fermés.