Erdogan : hors de Syrie ! Stop le massacre !

Imprimer

Des Centaines de kurdes se sont assemblés avec ses alliés du parti Vert, socialiste et solidarité le 10 octobre à 19h à la place de Neuve contre les bombardements et l’offensive de l’Etat turc sur la population de Rojava

DSC_2625.jpg

DSC_2665.jpg

DSC_2672.jpg

DSC_2640.jpg

 
"Nous sommes ici ce soir afin de soutenir le Rojava. Depuis hier les forces armées turques et leurs alliés islamistes mènent une guerre contre le nord-est de la Syrie. Après avoir tout donné dans la lutte contre Daesh, les peuples du Rojava sont abandonnés au jeu des grandes puissances impérialistes. L'état fasciste turc tente de détruire par tous les moyens une soit disante menace à sa frontière. Cette menace est en fait un projet révolutionnaire concret, démocratique, féministe et écologiste.

Nous devons réaliser que cette guerre qui parait si lointaine commence ici, en Occident. Nombre de multinationales, banques ou autres entités capitalistes profitent de cette situation. En Suisse, le fabricant d'armes RUAG ou le Crédit Suisse et UBS qui investissent dans le commerce d'arme en sont les principaux bénéficiaires. Il y a beaucoup d'autres exemples et c'est  pour cela qui nous devons agir ici en occident. En agissant ici nous pouvons enrayer la machine de guerre.

La résistance des peuples du Rojava est la nôtre, car la révolution au Rojava nous appartient aussi. Elle nous prouve que les révolutions de sont pas seulement dans les livres d'histoire. Elle nous montre le chemin et doit nous servir d'exemple. Pour cela, nous nous devons de défendre et soutenir le Rojava par tout les moyens.

Longue vie au Rojava, à bas le fascisme turc, à bas l'impérialisme !

Biji bexwedana Rojava ! Serkeftin jibo Rojava !"

Secours Rouge Genève
 
 

Erdogan : hors de Syrie !

Un autre drame se profile à l'horizon dans le nord de la Syrie aux yeux de l'opinion publique mondiale. Après le retrait précipité des troupes américaines, le président turc Erdogan a lancé une nouvelle action militaire sur territoire syrien, aggravant ainsi la guerre de huit ans qui a fait plus d'un demi-million de morts et presque sept millions de fugitifs. Alors que les forces kurdes ont assumé pendant des années le sale boulot de l'Occident dans la lutte contre les terroristes de l'Etat islamique , elles sont maintenant plongées dans un nouveau conflit.

 
Dans le jeu des puissants, le peuple kurde a toujours été utilisé et trahi. Dans ce contexte, il est indispensable que la communauté internationale soutienne les Kurdes par tous les moyens diplomatiques, politiques et économiques. La mise sous pression de la Turquie est indispensable. Il faut empêcher que les Kurdes redeviennent victimes de violence et d'arbitraire. La Suisse doit elle aussi élever la voix contre tous ceux qui ordonnent à des les chars d'assaut d'entrer en Syrie dès lors que cela provoquera encore plus de souffrances.
 

L'escalade de la violence accable les grandes puissances responsables par leurs jeux stratégiques et tactiques du chaos sanglant en Syrie. C'est pourquoi il est d'autant plus important que la Suisse joue un rôle actif et s'engage en faveur du droit international. Le 20 mars 2018, à la demande du PS, le Conseil national a adopté la déclaration suivante intitulée "Stop aux crimes de guerre en Syrie", qui n'a rien perdu de son urgence :

« Le Conseil national, 
rappelant la résolution 2401 (2018) du Conseil de sécurité de l'ONU du 24 février 2018, qui demande à toutes les parties au conflit de cesser les hostilités immédiatement et pour une durée d'au moins 30 jours consécutifs; 
se fondant sur l'art. 32 de son règlement (RCN; RS 171.13); 

  1. condamne avec la plus grande fermeté les nombreuses cruautés et violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire commises dans le conflit syrien; 
  2. rappelle aux parties au conflit que, en vertu du droit international, elles portent la responsabilité des crimes abjects commis en Syrie et que ceux qui, Etats ou individus, se rendent coupables de tels crimes devront en répondre; 
  3. c. appelle toutes les parties concernées à cesser immédiatement leur intervention militaire, contraire au droit international, et à retirer leurs troupes de la Syrie; 
  4. invite le Conseil fédéral à faire tout ce qui est dans le pouvoir de la Suisse pour que l'ONU appelle à nouveau à un cessez-le-feu immédiat en Syrie et engage un processus de paix incluant toutes les parties au conflit, y compris les Kurdes. » 

Le Conseil fédéral doit tenir compte de cette déclaration, faire entendre sa voix contre l’invasion et utiliser toutes les possibilités de politique de paix - y compris les sanctions - pour revenir à l'ordre juridique international et cesser toute coopération avec les responsables.

Un autre massacre en Syrie doit être évité à tout prix

https://www.sp-ps.ch/fr/publications/blog/erdogan-hors-de-syrie

DSC_2626.jpg

DSC_2629.jpg

DSC_2631.jpg

DSC_2649.jpg

DSC_2655.jpg

DSC_2689.jpg

DSC_2695.jpg

APPEL A LA GRAND MANIFESTATION SUR LA PLACE DES NATIONS UNIES

vendredi le 11 octobre 2019 de 15h à 17h 

L’état Turc attaque la population du nord de la Syrie depuis 48h. 

Erdogan n’a toujours pas cessée le feu.
 
Une guerre écologique et ethnique que l’Etat turc veut mener au nom « d’une zone de sécurité » 
 
C’est pourquoi, la communauté internationale peut et doit se mobiliser davantage pour dire stop au génocide du peuple au nord de la Syrie, notamment les Kurdes.
N’oublions pas les 11 000 personnes qui ont perdu leur vie contre la lutte d’Etat Islamique.
 
L'attitude des Américains, qui ont poignardé les Kurdes dans le dos, doit être condamné « La jeunesse de la diaspora kurde à Genève appelle ce vendredi le 11 octobre 2019 de 15h à 17h à se manifester contre l’offensive turque au nord de la Syrie à la place des Nations » sollicite aussi Latcheen MASLAMANI 
 
une des organisatrices de la manifestation (au nom de la jeunesse kurde de Genève) les partis politiques; Socialistes, Vert et Solidarité à descendre dans les rues et briser le silence pour défendre les personnes qui sont mortes pour la sécurité internationale contre Daech.

DSC_2731.jpg

DSC_2755.jpg

DSC_2710.jpg

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bravo pour votre prise de position, erdogan est un dictateur dangereux! Le peuple kurde nous a montrer milles fois qu'il est un noble peuple, qui n'aspire qu'à une seule chose, avoir son pays le Kurdistan!

  • Erdogan a sur son territoire 50 armes nucléaires en otage comme les 3 millions de migrants !
    En septembre il aurait déclaré à son parti qu'il ne pouvait accepter que son pays ne dispose pas d'armes nucléaires...

    -A quand un pays pour les Kurdes, le Kurdistan est le pays des Kurdes. Et, comme tous peuples, les opinions divergent ainsi que les croyances. Ce peuple souffre depuis tant d'années, mais ses divisions n'ont pas amélioré les choses.

    Trump a eut raison de partir, c'est la méthode qui est très discutable. Poutine se retrouve indirectement le maître du jeu avec l'islamonazi Assad dont il se moque comme de son premier froc, car ce qui compte ces sa stratégie et sa géopolitique. Trump et Poutine s'occupent de leurs pays contrairement aux idiots utiles de l'ouest européen.

    Quand à l'islamonazi Erdogan, il joue avec le feu, en voulant profiter de la situation.

    Les marchands d'armes, pendant ce temps, vivent des jours heureux que demander de plus?

    Pauvres Kurdes, ils vous ont pris pour des cons, vous aurez toujours mon soutien vous êtes très courageux, unissez-vous plutôt que vous diviser, vous êtes des gens très bien.

    Ca se complique, bon courage.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel