10/12/2010

La Police a battu une femme enceinte, elle a perdu son bébé !

La Police a battu une femme enceinte, elle a perdu son bébé !

 

La Police a battu une femme enceinte, elle a perdu son bébé !

 

Une manifestante de 19 ans,   enceinte, a été violemment battue  par la police turque pendant une manifestation.

Elle  a perdu son bébé.


La jeune femme O.E .jpg

 

Les étudiants  qui protestaient samedi dernier, contre la rencontre du Premier Ministre avec les recteurs de l'Université au Palais de Dolamabahçe, à Istambul, ont été violemment attaqués par les forces de police qui ont aussi déployés des gaz lacrymogènes  pour contenir la manifestation.


kadin 1.jpg

 

07gozaltinda_dovulen_gencin_fotograflari_1.jpg

La jeune femme O.E a été battue sur l'abdomen plusieurs fois malgré ses  cris et ses affirmations qu'elle était enceinte.

A04151139.jpg

 

Elle a été emmené à l'hôpital Taksim et a perdu son bébé après avoir perdu beaucoup de sang.

O.E. a déclaré aux services turcs de l'ANF que plusieurs policiers l'ont battue et qu'elle était à moitié inconsciente à cause des gaz répandus par la police.

Elle déclare aussi que la police a demandé aux  médecins de la soigner quand on l'a amenée  à l'hôpital.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme en Turquie, 403 enfants kurdes ont été tués par les forces de l’ordre durant ces 20 dernières années.

 

police_gundem.jpg

A Young Woman Lost Her Baby Under Police Brutality

The police intervened with tear gas and beating against students who were going to protest Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan and the Higher Education Council (YÖK) on Sunday (5 December). The students had gathered in front of Dolmabahçe Palace on the European banks of the Bosporus where PM Erdoğan was having a meeting with university rectors.

A 19-year-old woman lost her unborn baby as a result of beating. Gülüzar Tuncer, joint attorney of the Human Rights Association (İHD) Istanbul Branch, told bianet that the young women applied to the Turkish Human Rights Foundation (TİHV) and is currently trying to overcome the trauma she experienced.

In a statement made to journalists the woman said, "Even though I told the police 'Don't beat me, I am pregnant', they kicked my stomach and hit me with batons".

Hüseyin Çelik, Deputy Chairman of the ruling Justice and Development Party (AKP) commented afterwards, "The youth are our heart and soul".

As reported by the Turkish news channel CNN Türk, members of the Students Youth Union (Genç-Sen) encountered a brutal intervention by the police when they tried to walk towards the Prime Minister's office. Last week, Genç-Sen members had already protested Erdoğan by throwing eggs at him.

About 150 students came by bus from Eskişehir (central Anatolia) and Ankara to join the protest. However, they were stopped on the Asian side of Istanbul and were not allowed to enter the area.

Students who gave a break at a service station in Kurtköy (Asian side of Istanbul) encountered a police intervention with tear gas.

A riot emerged after the police intervention. 40 students were taken into custody, 37 of whom were released later on after they had given their statements. Students Emre Ö., Aziz G. and Didem A. were taken to court because of "resistance to the police" and were then released by the Beyoğlu (Istanbul) 1st Magistrate Court on duty.

The youth is our heart and soul

AKP politician Çelik provided the press with information on the meeting. He said that a "Dolmabahçe Meeting" was scheduled with representatives from youth organizations for January 2011. Regarding the question whether the young people who joined the protest would be invited as well he replied:

"We do not discriminate between supporters and dissidents when we invite the young people, the students. Our invitations to the youth do not have anything to do with the protestors. No matter if they protest or not, they are our youth, they are our heart and soul. We love our youth, our country and our people".

"We only wanted to submit a file"

Student Işıl Kurt from the Eskişehir Osmangazi University told Milliyet newspaper about her experiences in the course of the police intervention.

"The riot forces police pressed down my calves and made me lay down on the ground. They beat me on my chest, my face and my back. They were cursing while they beat me. I remember shouting 'We only wanted to submit a folder' when they dragged me to the police bus. Then I passed out".

Çağlar Kara from Istanbul University, one of the students who were taken into custody, recalled, "They sprayed gas without warning. Two policemen tried to squeeze me into a crowd of about a hundred policemen. They only stopped when they saw the reporters. I can say that the journalists saved me. We are anyways exposed to harassment, insult and beating when the journalists are not there".

Student İlke Acar from Marmara University (Istanbul) said that they were not given anything to eat or drink during the whole time they were kept in custody.

Parliamentary Human Rights Investigation Commission

Akın Birdal, Member of Parliament for the Peace and Democracy Party (BDP), urged the Parliamentary Human Rights Investigation Commission to convene as soon as possible in order to investigate who was responsible for the police violence against the students.

Commission member Birdal submitted a petition reading, "The right to democratic criticism and demonstrations are considered fundamental human rights in international human rights documents and agreements. It is one of the Commissions prime duties and responsibilities to investigate this disproportional use of force against students who joined the protest by using their rights".

"Is protest a crime?"

Democratic Left Party (DSP) Member of Parliament Süleyman Yağız submitted a resolution of questions addressing PM Erdoğan.

Yagız wrote, "The police never ever allow any kind of protest. They are very careful on this subject and they do not give any respite to the protestors. So, even without resorting to violence, is protesting a crime for you, is it forbidden? Is there any related provision in our laws that is not known by the public? In which other democratic country can we see such applications?" (BIA, Erol Önderoğlu - Erhan Üstündağ - Berivan Tapan, 7 December 2010)

 

========================================================================

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

Case postale 1141

1211 Genève1

Suisse

 

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut être versé au compte suivant :

Banque cantonale de Genève (BCG) Compte : 5021.30.88 (pour franc suisse)

IBAN : CH4200788000050213088 (montant étrange)

SWIFT/BIC : BCGECHGGXXX

Clearing/CB : 788

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut

être versé au compte suivant : BCGe CCP 12 – 1 - 2, numéros

de compte : 5021.30.88


22:10 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Signature de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

Communiqué de presse

Signature de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

10.12.2010

 

Le Conseil fédéral a décidé ce jour de signer la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. En adhérant à cet instrument, la Suisse contribue à lutter contre une grave violation des droits humains.

 

La Convention internationale de 2006 pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, qui doit entrer en vigueur le 23 décembre 2010, est le plus récent des principaux accords onusiens en matière de droits humains. Toute disparition forcée est considérée comme une violation injustifiable des droits humains. Plus de 52 000 disparitions forcées ont été signalées dans plus de 90 pays au groupe de travail de l’ONU qui œuvre dans ce domaine depuis 1980. Plus de 42 000 cas restent non élucidés à ce jour.

Des interventions ont été déposées au Conseil national pour réclamer la signature puis la ratification de la convention dans les meilleurs délais. Le 1er mars 2010, plusieurs parlementaires et représentants d’organisations non gouvernementales ont remis au Conseil fédéral une pétition ayant recueilli 9000 signatures. Elle réclamait une adhésion immédiate à la Convention.

Le système juridique suisse est d’ores et déjà conforme au principe de base qui sous-tend la convention, à savoir un degré de tolérance zéro par rapport aux disparitions forcées. Certaines modifications légales seront cependant nécessaires pour satisfaire pleinement aux exigences de la convention. En collaboration avec le DFJP, le DFAE élabore un message à ce sujet. Dans ce cadre, la possibilité d’exprimer certaines réserves regardant la ratification de la convention sera examinée, ceci afin de tenir compte de la position des cantons.

http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/recent/media/single.h...

 

 

20:17 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

08/12/2010

La Police a battu une femme enceinte, elle a perdu son bébé !

La Police a battu une femme enceinte, elle a perdu son bébé !

 

Une manifestante de 19 ans,   enceinte, a été violemment battue  par la police turque pendant une manifestation.

Elle  a perdu son bébé.


La jeune femme O.E .jpg

 

Les étudiants  qui protestaient samedi dernier, contre la rencontre du Premier Ministre avec les recteurs de l'Université au Palais de Dolamabahçe, à Istambul, ont été violemment attaqués par les forces de police qui ont aussi déployés des gaz lacrymogènes  pour contenir la manifestation.


kadin 1.jpg

 

07gozaltinda_dovulen_gencin_fotograflari_1.jpg

La jeune femme O.E a été battue sur l'abdomen plusieurs fois malgré ses  cris et ses affirmations qu'elle était enceinte.

A04151139.jpg

 

Elle a été emmené à l'hôpital Taksim et a perdu son bébé après avoir perdu beaucoup de sang.

O.E. a déclaré aux services turcs de l'ANF que plusieurs policiers l'ont battue et qu'elle était à moitié inconsciente à cause des gaz répandus par la police.

Elle déclare aussi que la police a demandé aux  médecins de la soigner quand on l'a amenée  à l'hôpital.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme en Turquie, 403 enfants kurdes ont été tués par les forces de l’ordre durant ces 20 dernières années.

 

police_gundem.jpg

 A Young Woman Lost Her Baby Under Police Brutality

The police intervened with tear gas and beating against students who were going to protest Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan and the Higher Education Council (YÖK) on Sunday (5 December). The students had gathered in front of Dolmabahçe Palace on the European banks of the Bosporus where PM Erdoğan was having a meeting with university rectors.

A 19-year-old woman lost her unborn baby as a result of beating. Gülüzar Tuncer, joint attorney of the Human Rights Association (İHD) Istanbul Branch, told bianet that the young women applied to the Turkish Human Rights Foundation (TİHV) and is currently trying to overcome the trauma she experienced.

In a statement made to journalists the woman said, "Even though I told the police 'Don't beat me, I am pregnant', they kicked my stomach and hit me with batons".

Hüseyin Çelik, Deputy Chairman of the ruling Justice and Development Party (AKP) commented afterwards, "The youth are our heart and soul".

As reported by the Turkish news channel CNN Türk, members of the Students Youth Union (Genç-Sen) encountered a brutal intervention by the police when they tried to walk towards the Prime Minister's office. Last week, Genç-Sen members had already protested Erdoğan by throwing eggs at him.

About 150 students came by bus from Eskişehir (central Anatolia) and Ankara to join the protest. However, they were stopped on the Asian side of Istanbul and were not allowed to enter the area.

Students who gave a break at a service station in Kurtköy (Asian side of Istanbul) encountered a police intervention with tear gas.

A riot emerged after the police intervention. 40 students were taken into custody, 37 of whom were released later on after they had given their statements. Students Emre Ö., Aziz G. and Didem A. were taken to court because of "resistance to the police" and were then released by the Beyoğlu (Istanbul) 1st Magistrate Court on duty.

The youth is our heart and soul

AKP politician Çelik provided the press with information on the meeting. He said that a "Dolmabahçe Meeting" was scheduled with representatives from youth organizations for January 2011. Regarding the question whether the young people who joined the protest would be invited as well he replied:

"We do not discriminate between supporters and dissidents when we invite the young people, the students. Our invitations to the youth do not have anything to do with the protestors. No matter if they protest or not, they are our youth, they are our heart and soul. We love our youth, our country and our people".

"We only wanted to submit a file"

Student Işıl Kurt from the Eskişehir Osmangazi University told Milliyet newspaper about her experiences in the course of the police intervention.

"The riot forces police pressed down my calves and made me lay down on the ground. They beat me on my chest, my face and my back. They were cursing while they beat me. I remember shouting 'We only wanted to submit a folder' when they dragged me to the police bus. Then I passed out".

Çağlar Kara from Istanbul University, one of the students who were taken into custody, recalled, "They sprayed gas without warning. Two policemen tried to squeeze me into a crowd of about a hundred policemen. They only stopped when they saw the reporters. I can say that the journalists saved me. We are anyways exposed to harassment, insult and beating when the journalists are not there".

Student İlke Acar from Marmara University (Istanbul) said that they were not given anything to eat or drink during the whole time they were kept in custody.

Parliamentary Human Rights Investigation Commission

Akın Birdal, Member of Parliament for the Peace and Democracy Party (BDP), urged the Parliamentary Human Rights Investigation Commission to convene as soon as possible in order to investigate who was responsible for the police violence against the students.

Commission member Birdal submitted a petition reading, "The right to democratic criticism and demonstrations are considered fundamental human rights in international human rights documents and agreements. It is one of the Commissions prime duties and responsibilities to investigate this disproportional use of force against students who joined the protest by using their rights".

"Is protest a crime?"

Democratic Left Party (DSP) Member of Parliament Süleyman Yağız submitted a resolution of questions addressing PM Erdoğan.

Yagız wrote, "The police never ever allow any kind of protest. They are very careful on this subject and they do not give any respite to the protestors. So, even without resorting to violence, is protesting a crime for you, is it forbidden? Is there any related provision in our laws that is not known by the public? In which other democratic country can we see such applications?" (BIA, Erol Önderoğlu - Erhan Üstündağ - Berivan Tapan, 7 December 2010)

 

========================================================================

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

Case postale 1141

1211 Genève1

Suisse

 

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut être versé au compte suivant :

Banque cantonale de Genève (BCG) Compte : 5021.30.88 (pour franc suisse)

IBAN : CH4200788000050213088 (montant étrange)

SWIFT/BIC : BCGECHGGXXX

Clearing/CB : 788

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut

être versé au compte suivant : BCGe CCP 12 – 1 - 2, numéros

de compte : 5021.30.88

09:15 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15/11/2010

Dix enfants kurdes tués par l’Etat turc en 8 mois

 

Dix enfants kurdes tués par l’Etat turc en 8 mois


Au moins dix enfants kurdes tués depuis le début du mois d’avril 2010 par les forces de l’ordre ou des explosifs militaires. La dernière victime était une fillette de 6 ans, tuée par un engin explosif à 20 mètres d’un point de garde militaire au Kurdistan de Turquie.


Les deux frères, Nujiyan et Besir, sont grièvement blessés le 11 novembre à Sirnak, ville kurde au sud de la Turquie, par un engin explosif de nature encore indéterminée, alors qu’ils jouaient sur un terrain militaire à 20 mètres loin d’un point de garde où les soldats prennent la garde chaque jour. Nujiyan, la fillette de 6 ans, a perdu la vie et Besir, son frère de 4 ans, est grièvement blessé. Les autorités n’ont fait aucune déclaration sur l’explosion.

Les reformes du gouvernement de l’AKP, le parti pour la justice et le développement, n’ont pas corrigé la tragédie des enfants kurdes, victimes de « salle guerre » qui dure depuis 30 ans. En Turquie, les forces de l’ordre bénéficient de l’impunité, souvent critiqué par les organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty International.

Au moins 15 enfants kurdes sont tués depuis début de l’année 2009, dont 10 au cours de huit derniers mois de l’année en cours, par les forces de l’ordre ou des explosifs militaires, selon l’agence de presse Firat. La première victime était un enfant de 14 ans, Abdulsamet Erip, tué au mois d’avril 2009.

Selon les organisations des droits de l’homme, au moins 403 enfants kurdes sont tués entre les années 1998 et 2009. Avec la mort de dix enfants en 2010, ce chiffre remonte à 413 enfants. Dramatiquement, la première information de l’année en cours sur la mort d’un enfant kurde par les forces de l’ordre, est tombée au mois d’avril, comme l’année dernière.

Voici les enfants tués en 2010

11 Novembre : L’explosion d’un engin dans une zone militaire dans le district d’Idil à Sirnak a tué Nujiyan, (Saliha Rojivan İdem une fillette de 6 ans et a blessé Besir, son frère de 4 ans.

10 Octobre : Umut Furkan Akcil, un enfant de 7 ans, tué par une bombe de gaz lacrymogène de la police, touché à la tête lors d’une manifestation dans le district de Silopi à Sirnak.

6 Octobre : Un engin explosif a causé la mort d’Ahmet Imre, un enfant de 12 ans, et a blessé un autre enfant dans le district de Guclukonak, à Sirnak, près d’une zone militaire.

29 Septembre : Un enfant kurde iranien Isa Kemalizade, 14 ans, tué par les tirs des soldats turcs près de la frontière iranienne dans le district de Yuksekova, à Hakkari.

17 Septembre : Enver Turan, 15 ans, tué par un officier turc lors d’une manifestation au premier jour de la fête musulmane de l’Aïd al Adha.

22 Juillet : Canan Saldik, une fille de 16 ans, tué par un tir en pleine tête à Kurubas, un village de Van, alors qu’elle était au pique-nique. Le tir venait de la caserne militaire de Hacibekir.

22 Juin : L’adolescent de 14 ans, Birhem Basan, percuté par un véhicule blindé de la police à Sirnak, est décédé.

25 Mai : L’explosion d’un engin, seulement un mètre loin du fil de fer barbelé qui entoure la caserne de Orgeneral Mustafa Muglali, a tué Oguzcan Akyurek, un adolescent de 14 ans et a blessé quatre autres enfants alors qu’ils jouaient sur le terrain. Un soldat aurait jeté un engin explosif, selon les témoins.

23 Avril : Izettin Boz, 14 ans, tués par un engin de l’armée turque qu’il a trouvé dans le district de Yesilli, à Mardin, alors qu’il faisait paître les moutons.

2 Avril : Mehmet Nuri Tançoban, un lycéen de 14 ans, tué par les soldats turcs à 10 km de la frontière iranienne dans le village de Hangedik, à Van.

Par Maxime Demiralp

Vendredi, 12 Novembre 2010

 

http://www.assmp.org/spip.php?article530

http://www.kurdish-info.eu/News-sid-Dix-enfants-kurdes-tu...

 

 

08:00 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

25/10/2010

20ème jour la grève de la faim à la prison de Frambois à Genève Silence ne sauvera pas la vie de M. Yürüklü. Réagissez !

20ème jour la grève de la faim à la prison de Frambois à Genève

Silence ne sauvera pas la vie

de M. Yürüklü. Réagissez !

M. Yürüklü poursuit une grève  de la faim depuis le 7 octobre 2010 à Frambois (Genève)

pour protester contre son renvoi de Suisse.

 

AUX AUTORITÉS GENEVOIS, SUISSES, AUX DÉPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPÉEN, DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, DES DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ET AUX MÉDIAS.


Arrêt immédiat de l’expulsion forcée !

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521

 

Il y a une nouvelle expulsion forcée à l’ordre du jour.

Passé par la Grèce pour arriver en Suisse il y a 7 mois, Onur Yürüklü a été arrêté dans son centre d’accueil le 7 octobre pour être placé dans une prison destinée aux expulsions forcées. Les autorités helvétiques veulent renvoyer en Grèce Onur Yürüklü, condamné à 3 ans de prison ferme en Turquie pour des raisons politiques et en attente d’un jugement pour 20 ans supplémentaires pour d’autres dossiers.

Actuellement détenu en prison à Genève et en grève de la faim, Onur Yürüklü est en train de se faire expulsé en contradiction du droit international. Alors que récemment un demandeur d’asile nigérian à été assassiné par la police à Zurich lors de son expulsion par la force, de nouveau un demandeur d’asile est expulsé par la même méthode. Ce comportement contre les droits humains doit immédiatement cesser.

Onur Yürüklü a subi des pressions lors de son passage par la Grèce, il a été insulté par les autorités locales malgré le fait qu’il a affirmé qu’il ne voulait pas faire une demande d’asile et qu’il voulait partir vers la Suisse. Malgré les déclarations faites par les autorités helvétiques, son expulsion vers la Grèce la Grèce est illégale. C’est une violation des droits humains.

Le refoulement vers la Grèce de Onur Yürüklü, uniquement enregistré en Suisse, est contraire aux Conventions de Genève. La Suisse doit cesser immédiatement ces pratiques. Onur Yürüklü doit être libéré immédiatement et sa situation doit être garantie par la loi.

Nous les signataires, privés et publics, demandons la libération de Onur Yürüklü. Son processus de demande d’asile doit se poursuivre et nous voulons que ce droit lui soit accordé.

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521

 

Les signataires : IGIF, MAISON POPULAIRE GENEVE et BERNE, CCA(Centre Culture Anatolienne), BEKSAM, ZEKM

 

Maıson Populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

assmp@assmp.org

www.assmp.org

23:35 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

21/10/2010

16ème jour la grève de la faim à la prison de Frambois à Genève

16ème jour la grève de la faim à la prison de Frambois à Genève !

M. Yürüklü poursuit une grève  de la faim depuis le 7 octobre 2010 à Frambois (Genève)

pour protester contre son renvoi de Suisse.

 

AUX AUTORITÉS GENEVOIS, SUISSES, AUX DÉPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPÉEN, DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, DES DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ET AUX MÉDIAS.


Arrêt immédiat de l’expulsion forcée !

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521...

 

Il y a une nouvelle expulsion forcée à l’ordre du jour.

Passé par la Grèce pour arriver en Suisse il y a 7 mois, Onur Yürüklü a été arrêté dans son centre d’accueil le 7 octobre pour être placé dans une prison destinée aux expulsions forcées. Les autorités helvétiques veulent renvoyer en Grèce Onur Yürüklü, condamné à 3 ans de prison ferme en Turquie pour des raisons politiques et en attente d’un jugement pour 20 ans supplémentaires pour d’autres dossiers.

Actuellement détenu en prison à Genève et en grève de la faim, Onur Yürüklü est en train de se faire expulsé en contradiction du droit international. Alors que récemment un demandeur d’asile nigérian à été assassiné par la police à Zurich lors de son expulsion par la force, de nouveau un demandeur d’asile est expulsé par la même méthode. Ce comportement contre les droits humains doit immédiatement cesser.

Onur Yürüklü a subi des pressions lors de son passage par la Grèce, il a été insulté par les autorités locales malgré le fait qu’il a affirmé qu’il ne voulait pas faire une demande d’asile et qu’il voulait partir vers la Suisse. Malgré les déclarations faites par les autorités helvétiques, son expulsion vers la Grèce la Grèce est illégale. C’est une violation des droits humains.

Le refoulement vers la Grèce de Onur Yürüklü, uniquement enregistré en Suisse, est contraire aux Conventions de Genève. La Suisse doit cesser immédiatement ces pratiques. Onur Yürüklü doit être libéré immédiatement et sa situation doit être garantie par la loi.

Nous les signataires, privés et publics, demandons la libération de Onur Yürüklü. Son processus de demande d’asile doit se poursuivre et nous voulons que ce droit lui soit accordé.

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521

 

Les signataires : IGIF, MAISON POPULAIRE GENEVE et BERNE, CCA(Centre Culture Anatolienne), BEKSAM, ZEKM

 

Maıson Populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

assmp@assmp.org

www.assmp.org

13:23 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

17/10/2010

M. Yürüklü poursuit une grève de la faim depuis le 7 octobre 2010 à Frambois (Genève)

M. Yürüklü poursuit une grève  de la faim depuis le 7 octobre 2010 à Frambois (Genève)

pour protester contre son renvoi de Suisse.

 

AUX AUTORITÉS GENEVOIS, SUISSES, AUX DÉPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPÉEN, DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, DES DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ET AUX MÉDIAS.


Arrêt immédiat de l’expulsion forcée !

Libérez Onur Yürüklü

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521...

 


Il y a une nouvelle expulsion forcée à l’ordre du jour.

 

Passé par la Grèce pour arriver en Suisse il y a 7 mois, Onur Yürüklü a été arrêté dans son centre d’accueil le 7 octobre pour être placé dans une prison destinée aux expulsions forcées. Les autorités helvétiques veulent renvoyer en Grèce Onur Yürüklü, condamné à 3 ans de prison ferme en Turquie pour des raisons politiques et en attente d’un jugement pour 20 ans supplémentaires pour d’autres dossiers.

Actuellement détenu en prison à Genève et en grève de la faim, Onur Yürüklü est en train de se faire expulsé en contradiction du droit international. Alors que récemment un demandeur d’asile nigérian à été assassiné par la police à Zurich lors de son expulsion par la force, de nouveau un demandeur d’asile est expulsé par la même méthode. Ce comportement contre les droits humains doit immédiatement cesser.

Onur Yürüklü a subi des pressions lors de son passage par la Grèce, il a été insulté par les autorités locales malgré le fait qu’il a affirmé qu’il ne voulait pas faire une demande d’asile et qu’il voulait partir vers la Suisse. Malgré les déclarations faites par les autorités helvétiques, son expulsion vers la Grèce la Grèce est illégale. C’est une violation des droits humains.

Le refoulement vers la Grèce de Onur Yürüklü, uniquement enregistré en Suisse, est contraire aux Conventions de Genève. La Suisse doit cesser immédiatement ces pratiques. Onur Yürüklü doit être libéré immédiatement et sa situation doit être garantie par la loi.

Nous les signataires, privés et publics, demandons la libération de Onur Yürüklü. Son processus de demande d’asile doit se poursuivre et nous voulons que ce droit lui soit accordé.

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LIBERTE Monsieur ONUR YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521

 

Les signataires : IGIF, MAISON POPULAIRE GENEVE et BERNE, CCA(Centre Culture Anatolienne), BEKSAM, ZEKM

 

Maıson Populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

assmp@assmp.org

www.assmp.org

 

 

 

 

22:47 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

16/10/2010

9ème jour la grève de la faim à Frambois

 

Menacé d’expulsion, il fait la grève de la faim à Frambois

 

ASILE - Au nom des Accords de Dublin, le statut de réfugié politique est refusé à un militant de gauche turc qui craint incarcération et torture.


Une pétition lancée par la Maison populaire de Genève demande la libération de Monsieur Y., requérant d'asile turc détenu au centre de Frambois. Risquant l'expulsion forcée, il fait la grève de la faim depuis huit jours. Selon Nadine Mudry, secrétaire adjointe au Département de la sécurité, de la police et de l'environnement, «il reçoit le suivi médical requis par la procédure». M. Y. a déposé une demande d'asile en mars dernier. L'Office fédéral des migration a pris la décision de non-entrée en matière en juin. Contrairement à ce qu'affirment les pétitionnaires, Henri Rothen, chef du service de la population de l'Etat de Vaud, certifie que M. Y. a déjà déposé une demande d'asile en Grèce le 29 octobre 2008. Liée par les accords de Dublin qui visent à empêcher qu'une requête d'asile soit examinée simultanément dans plusieurs pays membres, la Suisse exige le retour du requérant en Grèce.




«Une procédure correcte»



«La procédure a été très correcte, explique M. Rothen. Nous favorisons toujours le départ volontaire du requérant débouté. M. Y. a été avisé qu'il irait en prison s'il refusait de quitter la Suisse.» Il a donc été arrêté le 7 octobre dernier au centre d'accueil de Lausanne. «S'il refuse toujours de partir, nous serons contraints de procéder à un renvoi forcé.»


Selon les dires de Demir Sönmez, de la Maison populaire, le requérant aurait été impliqué dans l'hebdomadaire turc Yürüyüs, à orientation socialiste révolutionnaire, ainsi que dans l'association de soutien aux familles de prisonniers politiques Tayad. Pour ces raisons, il aurait été condamné à trois ans de prison ferme et risquerait jusqu'à vingt ans dans une deuxième procédure en cours.


Le journal est actuellement interdit en Turquie et ce n'est pas la premières fois que ses défenseurs payent très cher leur militantisme.




Un retour en Turquie ?



Amnesty International et Human Rights Watch avaient réclamé justice pour le jeune Ferhat Gercek, 18 ans, qui, en 2007, avait été paralysé à vie par des tirs policiers parce qu'il distribuait Yürüyüs dans les rues d'Istanbul. L'année suivante, alors qu'il contestait l'impunité de ce crime en compagnie d'autres militants, Engin Çeber avait été arrêté et torturé à mort.


L'association Tayad ne plaît pas non plus aux autorités turques. Tekin Tangün, l'ancien président, avait été incarcéré et torturé en 2004.


Or, pour M. Y., un retour en Grèce signifierait très probablement un retour en Turquie. L'avocate Victoria Banti, enquêtrice pour Amnesty, rapportait dans nos colonnes (édition du 14 juin) que l'obtention du statut de réfugié en Grèce était chose «quasi impossible». En 2009, 20 requêtes sur 20 000 avaient été acceptées. De surcroît, la Grèce et la Turquie ont signé le 12 mai dernier un accord bilatéral permettant à la Grèce de renvoyer à son voisin les migrants illégaux en sa provenance.


Si l'Office fédéral des migrations estimait que la vie de M. Y. était mise en danger par ce renvoi, il pourrait faire valoir l'article 3, alinéa 4, des Accords de Dublin qui permet à tout Etat membre d'examiner une requête d'asile même s'il n'en est pas le premier préposé.


«S'il était débouté en Suisse, il devrait rentrer directement en Turquie, et non en Grèce», répond M. Rothen.


Pour l'heure, 111 personnes ont signé la pétition, dont certains élus de gauche, comme René Longet, Jean-Charles Rielle, Carlo Sommaruga ou Josef Zisyadis.

Signez la Pétition pour liberté Onur YÜRÜKLÜ

http://www.assmp.org/spip.php?article521

 

Vendredi 15 octobre 2010

Le courrier

ISALINE THORENS

http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&fil...

17:41 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

11/10/2010

10 ans du jardin des disparus et 3 jours de projections de films sur la disparition forcée

3 jours de projections de films sur la disparition forcée

Vendredi 15, 20h: Un jardin des disparus. (Suisse, 2010) Première en présence du réalisateur Pascal Baumgartner, et Escadrons de la mort, l'école française (France 2003)

Samedi 16, 14h: Snijeg, Premières neiges (Bosnie, 2008) 17h: La terre a promis au ciel (France, Bosnie, 2003), 19h: Chanson pour Amine (Espagne, 2009), 21h: Nos lieux interdits


Dimanche 17, 15h: Algo habra hecho (Elle a bien dû faire quelque chose) (Argentine, 2008), 17h: Tierra de nadie (Nulle part) (Suisse, 2009).

Programme détaillé sur:

http://www.jardindesdisparus.org/doc%20event/04_programme.pdf

http://www.jardindesdisparus.org/default.htm



ENTRÉE GRATUITE - Buvette

10 ans du jardin des disparus -09 octobre 2010  Inauguration nouvel aménagement
66565_159960460694363_159910300699379_400511_4617199_n.jpg
66565_159960510694358_159910300699379_400526_868898_n.jpg
66565_159960330694376_159910300699379_400473_6258252_n.jpg
66565_159960347361041_159910300699379_400478_3062074_n.jpg
66565_159960344027708_159910300699379_400477_2553816_n.jpg
66565_159960354027707_159910300699379_400480_3941172_n.jpg
66565_159960350694374_159910300699379_400479_5471304_n.jpg
66565_159960337361042_159910300699379_400475_7442159_n.jpg
66565_159960360694373_159910300699379_400482_4759176_n.jpg
66565_159960370694372_159910300699379_400485_3570847_n.jpg
66565_159960364027706_159910300699379_400483_4472201_n.jpg
66565_159960377361038_159910300699379_400487_5652996_n.jpg
66565_159960374027705_159910300699379_400486_4953611_n.jpg
66565_159960384027704_159910300699379_400489_1034229_n.jpg
66565_159960387361037_159910300699379_400490_3586606_n.jpg
66565_159960334027709_159910300699379_400474_7933302_n.jpg
66565_159960400694369_159910300699379_400493_8076334_n.jpg
66565_159960397361036_159910300699379_400492_7415686_n.jpg
66565_159960407361035_159910300699379_400495_5580918_n.jpg
66565_159960414027701_159910300699379_400497_1741242_n.jpg
66565_159960410694368_159910300699379_400496_2000635_n.jpg
66565_159960430694366_159910300699379_400502_658079_n.jpg
66565_159960420694367_159910300699379_400499_3469927_n.jpg
66565_159960437361032_159910300699379_400504_1724569_n.jpg
66565_159960434027699_159910300699379_400503_1022450_n.jpg
66565_159960444027698_159910300699379_400506_8329340_n.jpg
66565_159960440694365_159910300699379_400505_2384132_n.jpg
66565_159960450694364_159910300699379_400508_2011526_n.jpg
66565_159960447361031_159910300699379_400507_5764680_n.jpg
66565_159960474027695_159910300699379_400515_241302_n.jpg
66565_159960467361029_159910300699379_400513_956576_n.jpg
66565_159960487361027_159910300699379_400519_3813437_n.jpg
66565_159960497361026_159910300699379_400522_4103641_n.jpg
66565_159960494027693_159910300699379_400521_1419772_n.jpg
66565_159960534027689_159910300699379_400533_2696059_n.jpg
66565_159960520694357_159910300699379_400529_2664621_n.jpg
66565_159960544027688_159910300699379_400536_2311069_n.jpg
66565_159960560694353_159910300699379_400541_685229_n.jpg
66565_159960557361020_159910300699379_400540_6053125_n.jpg
66565_159960567361019_159910300699379_400543_5135361_n.jpg
66565_159960564027686_159910300699379_400542_6810259_n.jpg
66565_159960580694351_159910300699379_400547_1144883_n.jpg
66565_159960574027685_159910300699379_400545_604061_n.jpg
66565_159960337361042_159910300699379_400475_7442159_n.jpg
66565_159960584027684_159910300699379_400548_641390_n.jpg
33776_160110600679349_159910300699379_401599_2468040_n.jpg
66565_159960294027713_159910300699379_400462_7189170_n.jpg
66565_159960304027712_159910300699379_400465_7126434_n.jpg
66565_159960500694359_159910300699379_400523_4367637_n.jpg
66565_159960504027692_159910300699379_400524_3521220_n.jpg
66565_159960320694377_159910300699379_400470_74120_n.jpg
66565_159960507361025_159910300699379_400525_5928353_n.jpg66565_159960454027697_159910300699379_400509_4615237_n.jpg

Le « Jardin des disparus » est un lieu consacré à la mémoire et érigé en l’honneur des victimes de la disparition forcée dans le monde. Quelqu’un est « disparu » lorsqu’il est privé de liberté par des agents de l’Etat, ou par des personnes agissant avec son assentiment, et que les autorités nient sa détention et dissimulent son sort. Ce fléau sévit encore aujourd’hui, dans de nombreux pays, tous continents confondus.   

Les États parties à la présente Convention,

Considérant que la Charte des Nations Unies impose aux États l'obligation de promouvoir le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales,

S'appuyant sur la Déclaration universelle des droits de l'homme,

Rappelant le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et les autres instruments internationaux pertinents dans les domaines des droits de l'homme, du droit humanitaire et du droit pénal international,

Rappelant également la Déclaration sur la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 47/133 du 18 décembre 1992,

Conscients de l'extrême gravité de la disparition forcée, qui constitue un crime et, dans certaines circonstances définies par le droit international, un crime contre l'humanité,

Déterminés à prévenir les disparitions forcées et à lutter contre l'impunité du crime de disparition forcée,

Ayant présents à l'esprit le droit de toute personne de ne pas être soumise à une disparition forcée et le droit des victimes à la justice et à réparation,

Affirmant le droit de toute victime de savoir la vérité sur les circonstances d'une disparition forcée et de connaître le sort de la personne disparue, ainsi que le droit à la liberté de recueillir, de recevoir et de diffuser des informations à cette fin.

Préambule de la  Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

Vendredi 15, 20h: Un jardin des disparus. (Suisse, 2010) Première en présence du réalisateur Pascal Baumgartner, et Escadrons de la mort, l'école française (France 2003)

Samedi 16, 14h: Snijeg, Premières neiges (Bosnie, 2008) 17h: La terre a promis au ciel (France, Bosnie, 2003), 19h: Chanson pour Amine (Espagne, 2009), 21h: Nos lieux interdits


Dimanche 17, 15h: Algo habra hecho (Elle a bien dû faire quelque chose) (Argentine, 2008), 17h: Tierra de nadie (Nulle part) (Suisse, 2009).

Programme détaillé sur:

http://www.jardindesdisparus.org/doc%20event/04_programme.pdf



ENTRÉE GRATUITE - Buvette

00:17 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

07/10/2010

Une victoire pour la liberté religieuse

ACOR SOS Racisme communique

Aïn el Hammam: une victoire pour la liberté religieuse

Le 9 août 2010, à la veille du ramadan, le Ministre algérien des affaires religieuses, Abdellah Ghoullamallah, en contradiction avec l’article 36 de la Constitution algérienne qui affirme le caractère inviolable de la liberté de conscience et de la liberté d'opinion déclare: «La liberté est assurée en Algérie. Seulement cette liberté ne concerne que la politique et non la religion!» (cf. «Pas le droit à la différence en religion», El Watan, 10 août 2010).

Le 13 août 2010, La police arrête deux ouvriers sur leur chantier. Hocine Hocini, et Salem Fellak sont accusés d’avoir rompu le jeûne, inculpés d’infraction à l’article 144 bis du Code pénal algérien. Le 18 août, un sit in spontané devant le tribunal empêche la tenue du procès. Il est reporté au 21 septembre. A l’initiative de SOS Racisme Suisse commence la mobilisation internationale qui attire l’attention de la presse et renforce la société civile. Le 21 septembre bravant un impressionnant dispositif de sécurité, des centaines de manifestant-e-s exigent l’acquittement. Le procureur demande 3 ans de prison. Le tribunal rendra le jugement le 5 octobre.


Hocine Hocini, et Salem Fellak, les «non-jeûneurs» de Aïn el Hammam ont été relaxés

Le tribunal a prononcé un non-lieu car «aucun article ne prévoit de poursuite» dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan, selon une traduction des propos en arabe du magistrat.

Le juge a suivi la défense qui avait plaidé la relaxe lors de la comparution libre de Hocine Hocini et Salem Fellak. Le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme.

"Je suis heureux du verdict", a déclaré M. Hocini à l'AFP. "Dès le premier jour du procès, j'avais demandé que justice soit faite. Justice a été faite", a ajouté cet ouvrier journalier.


A l'extérieur du tribunal, le jugement a été applaudi par des centaines de personnes.


Cette victoire est un premier pas. D’autres procès sont attendus.
La mobilisation se poursuit en Algérie. La solidarité internationale ne doit pas fléchir.


Le 10 octobre, quatre chrétiens seront jugés à Larbâa-Nath-Irathen, également en Kabylie, pour création d'un lieu de culte sans autorisation. Le 8 novembre un autre procès de neuf non-jeûneurs non chrétiens est prévu dans la région d'Akbou, en petite Kabylie.

ACOR SOS Racisme est attachée au respect des droits démocratiques et par voie de conséquence au respect de la liberté religieuse.


La liberté de l’individu est inaliénable. L’institution de la laïcité n’oblige pas les croyants à renoncer à leur foi et fait des citoyens d’un même pays, musulmans, juifs ou chrétiens des êtres égaux.

Au nom des principes universels des droits humains comme  au nom du droit algérien ACOR SOS Racisme demande qu’aucune charge ne puisse peser contre des citoyens-ne-s qui expriment librement leurs croyances ou leurs convictions.


A l’heure où l’intolérance religieuse menace les musulmans en Europe
ce verdict porte un message qui doit être entendu:
Il n’y a pas de justice où s’impose la discrimination.
Contre cette dernière la mobilisation est nécessaire au triomphe de la justice

 

Apparue à l’extrême droite de l’échiquier politique, le racisme s’est élargi à un large éventail de partis. Il conditionne aujourd’hui de nombreux gouvernements. La remise en cause des politiques sociales et les intérêts économiques transnationaux affaiblissent les Etats au profit de mythes communautaires qui valorisent l'origine au détriment du débat démocratique.

En novembre 2009, en interdisant la construction de minarets la Suisse ouvrait la voie à de nombreuses initiatives contre le port de voiles ou de niqab, contre la construction de mosquées…

ACOR SOS Racisme est engagée en faveur d’un monde laïc, démocratique et solidaire


Tous ensemble contre l’arbitraire, la répression, l’extrémisme religieux et le racisme!

Il faut développer la solidarité et la mobilisation internationale!




Premiers participant-es à l’appel lancé par ACOR SOS Racisme - Suisse :
Europe solidaire - Olivier Rabache – France ; POP : Parti ouvrier populaire – Suisse ;
J'aimerais que les religions restent dans la sphère privée mais... Philippe Crêteur ;
solidaritéS – Suisse ;
Les Jeunes Verts – Genève ;
Mouvement Alternatif pour les Libertes Individuelles (Maroc) ;
Fondation de l'Entre-Connaissance-Genève" - Hafid Ouardiri ;
NPA Nouveau parti anticapitaliste - Section du Vaucluse ;
Collectif TAKRIZ Tunisie ;
NPA 74 (Chablais, Faucigny, Annecy) ;
Jeunesses socialistes genevoises ;
Fédération nationale de la libre pensée – France ;
Maroc forum citoyen - Ahmed Benani (Suisse) ;
L'Alternative Révolutionnaire Socialiste Combat ;
France- Wassyla Tamzali, Essayiste ; -
Luc Recordon, Conseiller aux Etats du Canton de Vaud ; -
Jacques Neirynck, Professeur honoraire EPFL, Conseiller national PDC
Maison Populaire de Genève


Acor SOS Racisme Suisse remercie les milliers de personnes (près de 15 000) des quatre coins du monde, qui se rejoint à cet appel, participé à sa diffusion et contribué à animer les innombrables débats qui ont nourri cette mobilisation.

Mardi 5 octobre 2010
ACOR SOS Racisme
Pour information: Karl Grünberg
079 771 68 47


01:22 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

28/09/2010

S.O.S NESSMA, REFUGIEE LIBYENNE LESBIENNE

NESSMA, REFUGIEE LIBYENNE LESBIENNE, DOIT RESTER EN

FRANCE !

NESSMA, REFUGIEE LIBYENNE LESBIENNE, DOIT RESTER EN FRANCE !

Dénonciation publique et harcèlement

Nessma a fuit son pays d’origine, la Libye, pour cause de persécution avérée en raison de son orientation sexuelle. Elle poursuivait en Libye de brillantes études supérieures, qu’elle a dû interrompre pour échapper au harcèlement dont elle était victime depuis la dénonciation publique de son homosexualité sur le web. Depuis deux ans, les agressions n’ont pas cessé : vandalisme à son domicile, menaces, insultes, pressions sur sa famille …

Risque de 3 à 5 ans de prison, chantage, abus et viols par un haut fonctionnaire

En Libye, l’homosexualité est passible de 3 à 5 ans d’emprisonnement. Nessma a également été dénoncée auprès des services de sécurité. Elle a été arrêtée, emprisonnée, insultée, brutalisée, et inculpée pour homosexualité. Elle a en outre été soumise à un odieux chantage par un haut fonctionnaire, qui l’a tenue à sa merci avec la menace d’emprisonnement et l’a violée à de multiples reprises pendant deux ans. Par ailleurs, sa famille a voulu la contraindre à un mariage forcé et n’a pas renoncé à ce projet.

Demande d’asile : le parcours du combattant

Nessma a vainement tenté à plusieurs reprises d’obtenir un visa français. Elle a pourtant fourni à chaque fois tous les justificatifs nécessaires, y compris le certificat d’hébergement fourni par des ami-e-s français-e-s déterminé-e-s à l’aider, l’accueillir, l’héberger et à pourvoir à ses besoins matériels le temps nécessaire. Pour pouvoir fuir la Libye, elle a fini par demander un visa Italien qu’elle a obtenu rapidement. Il y a 6 mois, après une escale de quelques heures en Italie, Nessma a rejoint ses amis en France. Elle s’est rendue immédiatement à la Préfecture de Moselle pour y déposer une demande d’asile. En vertu de la réglementation Dublin II qui stipule que sa demande doit être instruite par le pays européen qui lui a délivré le visa, la Préfecture de Moselle a entamé une procédure de réadmission vers l’Italie. Toutefois, la législation Dublin II, autorise la France à statuer sur sa demande d’asile.

Nessma doit rester en France !

Nessma est sous le choc des violences graves qu’elle a subi ces deux dernières années. Elle est aussi lourdement affectée par le fait d’avoir du tout abandonner : ses études, ses ami-e-s, sa famille, ses racines … En France, elle est entourée et hébergée par ses ami-e-s, qui lui apportent stabilité affective et matérielle, et elle est soutenue par un large réseau associatif. Elle a entamé un suivi médical et prend des cours de français. Elle trouve ici les conditions propices à sa reconstruction. La renvoyer en Italie revient à lui imposer un deuxième exil, une précarité et un isolement qui menaceront son équilibre déjà très fragilisé. En outre, Nessma est terrorisée à l’idée d’aller en Italie, où vit un membre de sa famille qui peut la contraindre à se plier à la volonté familiale. Elle redoute également une expulsion vers la Libye. Plusieurs rapports émanent d’ONG (FIDH, Migreurop) et du Haut Commissiariat aux Réfugiés sont alarmants quand à la situation catastrophique des demandeurs d’Asile en Italie depuis la signature d’un accord de réadmission avec la Libye.

Nous demandons :

- Que les autorités Françaises opposent la clause de souveraineté au règlement Dublin II
- Qu’elles accordent une protection durable à Nessma et lui permettent ainsi de reconstruire sa vie en France



PREMIERES ORGANISATIONS SIGNATAIRES

ADHEOS Centre LGBT de Charente-Maritime (Saintes-La Rochelle), Affinités Colmariennes , Angel 91 (Massy), ARDHIS - Association pour la Reconnaissance des personnes Homosexuelles et transexuelles à l'Immigration et au Séjour (National), Association des Parents Gais et Lesbiens - APGL - Grand Est (Metz), Bagdam espace lesbien (Toulouse), Centre LGBTI Alsace (Strasbourg), Centre LGBT Paris-Ile-de-France , Chrysalide (Lyon), Collectif Uni(e)s Contre une Immigration Jetable - Moselle (Metz), Comité IDAHO - International Day Against Homophobia (International) Coordination Interpride France (National), Couleurs Gaies (Metz), David et Jonathan Cher (Bourges), Editions Dans L'engrenage (Mont de Marsan), Fédération Anarchiste de Metz , Fédération LGBT (National), Fier-e-s et Révolutionnaires - collectif du PCF contre les discriminations des personnes LGBT (National), Forum Gai et Lesbien (Lyon), F.R.I.S.S.E (Lyon), Groupe Action Gai et Lesbien - Loiret (Orléans), Homogêne 72 Centre Gay et Lesbien du Mans , Homos Musulmans de France (National), La Lune (Strasbourg), La quincaillerie lesbienne et féministe (Lyon), Le Nouveau Phare (Strasbourg), Le Refuge (National), LesBienNées (Nancy) Le Torchon Brûle Toujours (national), LeZ Strasbourgeoises (Strasbourg), Maison des diversités - Centre LGBT de Normandie (Caen), Mouvement des Jaunes Socialistes de Charente Maritime , Mouvement Français Pour le Planning Familial - Côte d'Armor (St Brieuc), Nouveau Parti Anticapitaliste - Moselle (Metz), Obectif Respect Trans' (Paris), Paris-T (National), Quazar - Centre LGBT d'Anger , Respaix (Paris), SOS homophobie (National), Support Transgenre Strasbourg, TaPaGeS 67 (Strasbourg), Trans Europe (international/Poissy), Vendredi 13 Groupe Trans Féministe (Nontron), Vigilance LGBTI Aix (Aix-en-Provence), Yagg (National), Zerose (Toulouse)




POUR SIGNER LA PETITION



POUR LES ORGANISATIONS SIGNATAIRES :
Merci d'envoyer un mail à scumlambda@no-log.org en indiquant le nom exact de l'organisation, la localité et le site web.

13:45 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20/09/2010

Appel à boycotter les écoles en Turquie

Semaine revendicative pour la défense de la langue kurde


Le Mouvement pour la langue kurde et pour l’éducation (TZP-Kurdi) appelle toutes les familles kurdes, à l’issue de sa conférence de Diyarbakir, à ne pas envoyer leurs enfants à l’école la semaine du 20 au 25 septembre prochains. Il entend ainsi protester contre l’attitude de la République de Turquie qui continue à nier l’identité kurde : "il n’y a aucune reconnaissance officielle de la langue kurde dans la constitution, déclare Adil Ercan, porte parole de TZP-Kurdi, et la culture kurde est, de ce fait, en danger de mort ; si une langue meurt, c’est une nation tout entière qui agonise". Les étudiants kurdes sont appelés à faire la grève des cours et les familles à soutenir le mouvement en gardant à la maison leurs enfants, y compris ceux qui fréquentent les jardins d’enfants (ouverts aux moins de six ans), "des outils d’assimilation pour Etat turc", précise-t-on.

L’assimilation ? – "c’est un crime contre l’humanité" pour le bouillant Premier Ministre turc Erdogan, quand il s’agit de défendre l’identité turque à l’étranger, comme il l’a déjà fait en 2008 à Cologne et en 2010 à Paris ; que ne met-il en pratique cette même détermination quand il s’agit de faire respecter la diversité culturelle dans son propre pays !

Le succès de son référendum, que nul ne conteste, lui donne quelques avantages sur les partisans du "non", c’est évident, mais lui confère aussi des devoirs, sous peine d’être accusé de forfaiture, vis-à-vis des Kurdes qui, eux aussi, ont, en réussissant le boycott de la consultation référendaire, renforcé leur position ; ce résultat impose au chef de gouvernement d’ouvrir de vraies négociations sur la question kurde, avec, comme corollaire, le vote d’une nouvelle constitution garantissant les droits culturels et politiques de tous les citoyens de Turquie, quelle que soit leur origine.

Cette revendication est soutenue par tout un peuple qui se sent différent au sein de ce pays, précise, dans une interview au quotidien anglophone pro-gouvernemental "Todays Zaman", Ahmet Türk, co-président, avec Aysel Tugluk, du Congrès pour une société démocratique (DTK) : "un peuple qui n’accepte plus que soient ignorées sa langue, sa culture et son identité".

"La reconnaisse de l’identité kurde, dit encore Ahmet Türk, ne relève d’aucune faveur particulière ; ce faisant, l’État et son gouvernement ne feraient que prendre acte d’une réalité politique que les luttes menées par le peuple kurde leur imposent".

André Métayer

http://akbdrk.free.fr/spip.php ?article284

12:10 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

15/09/2010

Assassinat de Hrant Dink : la Turquie condamnée par la CEDH

La Turquie a été condamnée mardi dans le cadre de l'assassinat en 2007 du journaliste Hrant Dink, la Cour européenne des droits de l'Homme estimant notamment que Ankara n'avait pas protégé le journaliste assassiné par un nationaliste.

La décision a été saluée par les proches du journaliste turc d'origine arménienne, assassiné le 19 janvier 2007 alors qu'il dirigeait à Istanbul l'hebdomadaire bilingue turco-arménien Agos. Ankara a pour sa part promis de faire amende honorable et a renoncé à faire appel.

arton20752-480x451.jpg


La publication dans ce journal d'articles sur la question de l'identité des citoyens turcs d'origine arménienne, avait valu à Hrant Dink d'être reconnu coupable en 2006 de "dénigrement de l'identité turque".

Le journaliste s'était notamment attiré la colère des nationalistes pour avoir qualifié de génocide les massacres d'Arméniens commis en Anatolie entre 1915 et 1917, un terme rejeté par Ankara.

Il avait été assassiné de trois balles dans la tête à la sortie des bureaux d'Agos par un jeune nationaliste.

Invoquant le droit à la vie, les plaignants affirmaient devant la CEDH que l'Etat turc a failli à son obligation de protéger la vie du journaliste. Selon eux, le jugement de culpabilité à son égard aurait fait de lui une cible pour les groupes ultranationalistes.

L'arrêt de la CEDH observe que "l'on peut raisonnablement considérer que les forces de l'ordre étaient informées de l'hostilité intense des milieux ultranationalistes contre l'intéressé".
"Elles auraient dû savoir qu'il était tout particulièrement susceptible de faire l'objet d'une agression fatale et ce risque pouvait passer pour réel et imminent", selon les juges de Strasbourg.

Ils ont par ailleurs conclu que la confirmation du verdict de culpabilité pris à l'encontre de Hrant Dink par les juridictions pénales "a constitué une atteinte injustifiée à son droit à la liberté d'expression".

La CEDH a alloué 105.000 euros aux plaignants pour dommage moral.

Le ministère turc des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué que la Turquie ne ferait pas appel de la décision.

"Des travaux seront menés pour appliquer les attendus de la décision et toutes les mesures seront prises pour qu'à l'avenir de telles violations se produisent", a-t-il poursuivi.

Réunis devant les locaux d'Agos, les proches de Hrant Dink ont salué le verdict.

"Après cette décision, nous voulons croire que beaucoup de choses vont changer sur le plan de la justice et de la politique en Turquie", a déclaré la veuve du journaliste, Rakel Dink.

"Nous espérons que l'Etat turc (...) abandonnera son attitude de condamnation de l'innocent et accomplira les premiers pas vers le comportement d'un Etat digne de la confiance de la société", a-t-elle ajouté, en larmes, tandis que l'avocate Fethiye Cetin décrivait l'arrêt comme un "document de la honte pour la justice turque".(AFP, 14 sept 2010)

 

http://www.info-turk.be/385.htm#Assassinat

12:53 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

07/09/2010

George Soros s’engage à verser 100 millions de dollars à Human Rights Watch

 

Cette « subvention - défi » octroyée par Open Society Foundations permettra à Human Rights Watch d’élargir sa présence au niveau mondial

SEPTEMBRE 7, 2010

« Human Rights Watch est l’une des organisations les plus efficaces parmi celles que je soutiens. Les droits humains servent de base à nos plus grandes aspirations : ils sont au cœur des sociétés ouvertes. »

 

2010-09-07 George SOROS.jpg

George Soros, fondateur et président d’Open Society Foundations.

(New York, le 7 septembre 2010) - George Soros, philanthrope et financier, a annoncé aujourd'hui l'attribution à Human Rights Watch d'une « subvention-défi » (« challenge grant ») d'un montant de 100 millions de dollars sur 10 ans. La subvention par Open Society Foundations, la plus importante que cette fondation ait jamais octroyée à une organisation non gouvernementale, sera employée à élargir et approfondir la présence de Human Rights Watch au niveau mondial, afin de protéger et de promouvoir plus efficacement les droits humains dans le monde entier.

Cette subvention est assortie d'un défi pour Human Rights Watch, qui n'accepte aucun financement de la part de gouvernements, et qui s'engage à tâcher de collecter une somme équivalente de 100 millions de dollars en contributions privées pour égaler le don d'Open Society Foundations. Human Rights Watch espère que la combinaison de la subvention et des fonds de même hauteur devant être levés, ainsi que d'autres actions de collecte de fonds, lui permettront de mettre en œuvre un plan stratégique pour devenir une organisation réellement mondiale. Ce plan exigera de Human Rights Watch une augmentation de son budget annuel de 48 millions de dollars à 80 millions de dollars dans les cinq ans à venir.

« Human Rights Watch est l'une des organisations les plus efficaces parmi celles que je soutiens », a déclaré Soros, fondateur et président d'Open Society Foundations. « Les droits humains servent de base à nos plus grandes aspirations : ils sont au cœur des sociétés ouvertes. »

George Soros a indiqué qu'il est particulièrement intéressé à encourager les philanthropes au delà de la communauté des partisans traditionnels des droits humains en Europe et en Amérique du Nord.

La subvention est destinée à soutenir le développement international de Human Rights Watch, en lui permettant de doter en personnel des bureaux de défense des droits humains dans les capitales régionales clés du monde entier et de renforcer la présence de ses chercheurs dans les pays concernés. Human Rights Watch prévoit en particulier d'accroitre sa capacité à influencer les puissances émergentes dans l'hémisphère Sud afin de promouvoir des politiques en faveur  des droits humains.

« Human Rights Watch peut avoir un impact encore plus grand en acquérant une portée réellement internationale », a ajouté George Soros. « L'organisation doit être présente dans les capitales mondiales, en s'attaquant aux problèmes locaux, en collaboration avec les groupes locaux de défense des droits humains et en rencontrant les représentants locaux des gouvernements. D'ici cinq ans, Human Rights Watch a pour objectif que la moitié de ses ressources et une majorité des membres de son comité directeur soient issus de l'extérieur des États-Unis. »

En attirant l'attention internationale sur les situations où les droits humains sont violés, Human Rights Watch donne une voix aux opprimés et exige que les oppresseurs répondent de leurs crimes. Les enquêtes objectives et rigoureuses de Human Rights Watch, ainsi qu'un plaidoyer ciblé et stratégique, permettent d'exercer une pression intense en faveur du changement et accroissent le prix à payer pour les auteurs d'atteintes aux droits humains. Depuis 1978, Human Rights Watch lutte pour des améliorations profondes des pratiques en matière de droits humains et contribue à apporter plus de justice et de sécurité aux peuples du monde entier.

« Dans un monde de plus en plus multipolaire, nous devons veiller à ce que le message de Human Rights Watch résonne dans les capitales les plus influentes du monde », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. « Mettre fin aux pires abus exige de générer des pressions de la part de tout gouvernement influent, notamment les puissances émergentes de l'hémisphère Sud. »

Disposant d'une équipe de près de 300 collaborateurs qui étudient la situation des droits humains dans environ 90 pays, Human Rights Watch publie chaque année une centaine de rapports et plusieurs centaines de communiqués de presse. La subvention de type « challenge grant » permettra à Human Rights Watch d'investir des ressources supplémentaires pour combler des lacunes significatives dans ses zones de recherche, notamment dans certaines régions de l'Afrique et de l'Asie. La subvention permettra aussi à Human Rights Watch d'approfondir ses recherches concernant des thèmes actuellement traités par un nombre insuffisant de chercheurs.

En outre, afin d'accroître l'impact de ses recherches, Human Rights Watch augmentera le nombre de ses collaborateurs dont le rôle sera d'une part de contribuer efficacement au plaidoyer auprès de divers gouvernements nationaux à propos de questions locales et régionales préoccupantes, et d'autre part de développer des relations avec certains journalistes afin de toucher les populations locales. En accroissant le nombre de chercheurs et de chargés de plaidoyer dans divers pays clés, Human Rights Watch sera mieux placé pour rencontrer des représentants de gouvernements, des journalistes ainsi que des membres de la société civile, et sera mieux à même d'obtenir des changements positifs.

« Nous espérons que l'exemple donné par George Soros bénéficiera à l'ensemble du mouvement des droits humains au niveau mondial, en encourageant d'autres philanthropes à investir dans les idéaux des droits humains », a conclu Kenneth Roth.

 

http://www.hrw.org/fr/news/2010/09/07/george-soros-s-enga...

23:30 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

23/07/2010

Crime de Guerre


Crime de Guerre

La guerre menée actuellement par l’armée turque au

Kurdistan est injuste et totalement contraire au droit

 

 

Nous souhaitons attirer votre attention sur les crimes de guerre commis par l’armée turque. Depuis des siècles, l’humanité tente d’élaborer un droit de la guerre. Depuis plus de 150 ans, les guerres sont régies par des conventions internationales. La Turquie est partie à la plupart de ces conventions. Mais il est malheureux de constater que quand il s’agit d’appliquer ces normes et en particulier lorsqu’il est question des Kurdes, les autorités turques ne respectent pas leurs engagements. Cette attitude ne concerne pas uniquement les Kurdes. On ne connaît par exemple toujours pas le sort des 1612 Chypriotes faits prisonniers durant l’invasion de Chypre en 1974.
Depuis 26 ans que dure la guerre dans notre pays, l’armée turque et le gouvernement n’ont jamais respecté le droit de la guerre et ont commis de nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Durant cette guerre, des milliers de villages ont été brûlés, de nombreuses forêts ont été incendiées et des millions de personnes ont été déplacées. Des centaines de milliers de personnes ont par ailleurs été torturées et des milliers d’autres ont été tuées sous la torture ou exécutées arbitrairement dans la rue ou après avoir été enlevées. On a utilisé des armes interdites, les guérilléros faits prisonniers ont été exécutés après avoir été interrogés sous la torture, leurs corps ont été brûlés ou mutilés.



Depuis deux mois, on assiste à une intensification de la guerre. L’armée turque continue ses anciennes pratiques. Au cours des vingt derniers jours, les corps des guérilléros tués dans les combats dans les régions de Siirt, Hakkari et Gumushane ont été sauvagement mutilés. On a arraché les yeux de certains. A d’autres, on a coupé les oreilles, le nez, les organes génitaux, les bras ou les doigts. D’autres encore ont la tête coupée ou tout le corps mutilé, à tel point qu’ils sont méconnaissables. Pourtant, la convention de Genève de 1949 sur le droit de la guerre, à laquelle la Turquie est partie, prohibe les mutilations sur les corps des personnes tuées et prescrit l’enterrement honorable des corps ainsi que le respect et l’entretien convenable de leur tombe. Les actes commis par l’armée turque sont des crimes de guerre.



On continue encore à dévaster les milieux naturels en brûlant les forêts, ceci afin d’empêcher les guérilléros du PKK de s’y cacher. On empêche la population d’éteindre le feu par ses propres moyens. Jusqu’à aujourd’hui, des dizaines de milliers d’hectares de forêts ont été réduits en cendre. La convention précitée contient pourtant des dispositions qui protègent l’environnement et prohibent clairement la dévastation des milieux naturels: “La guerre sera conduite en veillant à protéger l'environnement naturel contre des dommages étendus, durables et graves. Cette protection inclut l'interdiction d'utiliser des méthodes ou moyens de guerre conçus pour causer ou dont on peut attendre qu'ils causent de tels dommages à l'environnement naturel, compromettant, de ce fait, la santé ou la survie de la population.” Ici encore, l’armée turque commet un crime de guerre.



Si on ne prend pas de mesure, l’armée turque va continuer et diversifier ses pratiques anti-conventionnelles. Les faits cités ci-dessus sont des exemples manifestes de ces pratiques. Ils sont chaque jour publiés par les organes de presse. Vous trouverez ci-joint un dossier relatif à ce sujet, accompagné d’un document audiovisuel. Nous sommes convaincus que vous y témoignerez l’attention et la considération requises.

 


Photos de guérilléros kurdes - June 2010

Les yeux des guérilléros ont été arrachés, Leurs têtes ont été défoncées, leurs bras, leurs jambes et leurs corps ont été mutilés.

 

NOUS SOMMES DESOLES DE VOUS ENVOYER CES IMAGES!

Pour voir les photos du massacre visiter le lien



N’EST-CE PAS UN CRIME DE GUERRE ?

QUI EST RESPONSABLE DE CES ATROCITES?

 

 

La commissions des affaires étrangères de la KNK

15.07.2010

01:30 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

26/06/2010

Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture Nulle circonstance ne permet de tolérer la torture



 

Communiqué de presse que SOHRAM et l'OMCT organisent ensemble Concernant le 26 juin Journée internationale pour

le soutien aux victimes de la torture

 

Turquie: la lutte anti-terroriste ne doit pas justifier l’utilisation de la torture à l’encontre

 

des enfants


26 juin 2010, Genève-Ankara. A l’occasion de la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, l’OMCT et SOHRAM souhaitent dénoncer la situation des enfants[1] arrêtés et détenus dans le cadre de la lutte anti-terroriste en Turquie. Ces dernières années, des centaines d’enfants de 12 à 17 ans ayant participé à des manifestations et réunions publiques ont été durement réprimées dans le cadre de la loi anti-terroriste dont la modification en 2006 (loi n°3713) permet la poursuite des enfants de plus de 15 ans au même titre que les adultes. Cette répression est contraire au droit international, en particulier à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. L’immaturité et la manipulation évidente dont les enfants sont victimes par certains groupes politiques n’atténuent aucunement la répression et les violences policières à leur encontre.



[1] Selon l’article 1 de la Convention des Nations Unies relatives aux droits de l’enfant, « un enfant s'entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable ».

 

Au-delà des 14 enfants qui ont été tués lors de manifestations entre 2000 et 2009, les enfants qui sont arrêtés dans le cadre de la loi anti-terroriste sont victimes de mauvais traitements et de tortures de manière quasi-systématique lors de leur interrogatoire. Les traitements subis sont généralement les mêmes que ceux infligés aux adultes mais ils entraînent des souffrances immédiates bien plus aiguës à cause de la vulnérabilité inhérente des enfants et des conséquences à long terme particulièrement néfastes à leur développement. Ce sont par exemple la falaka , le matraquage de toutes les parties du corps, la privation de sommeil, de nourriture, d’eau et de faire ses besoins, diverses menaces de torture supplémentaires et plus sévères y compris à l’encontre de la famille, des abus sexuels incluant des viols, l’arrosage par jets puissants d’eau froide, les injures, l’interdiction de bouger, l’obligation d’écouter des cris enregistrés de personnes torturées, etc.

 

Une fois des aveux obtenus sous la torture, les enfants sont poursuivis, jugés et condamnés par des tribunaux anti-terroristes également appelés « tribunaux pénaux spéciaux » en totale contradiction avec le droit international pourtant reconnu par la Turquie qui énonce que « la procédure applicable aux jeunes gens qui ne sont pas encore majeurs au regard de la loi pénale tiendra compte de leur âge et de l’intérêt que présente leur rééducation » (article 14.4 du Pacte International relatif aux droits civils et politiques). Ces enfants sont souvent condamnés à des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à plusieurs années de prison. A cet égard, le 23 avril 2010 le Directeur général des prisons de Turquie annonçait que 276 enfants, soit plus de 10% des 2559 enfants détenus dans les prisons turques, étaient emprisonnés en vertu de la loi anti-terroriste. Selon des chiffres officiels, entre janvier et avril 2010, 16 enfants ont été emprisonnés en vertu de cette loi en Turquie.

 

Les programmes officiels de réinsertion n’existent pas. Ce sont les associations comme SOHRAM qui prennent en charge la réhabilitation et la réinsertion des enfants victimes, y compris ceux qui ont été condamnés à la prison.

 

L’OMCT et SOHRAM sont également préoccupés par les manipulations des enfants opérées par divers groupes politiques dans le cadre de leurs activités politiques. Cette utilisation stratégique des enfants au profit de ces seuls groupes les expose à des violations graves de leurs droits.

 

En cette journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, l’OMCT et SOHRAM appellent les autorités turques à ouvrir un débat national sur les violences officielles commises à l’encontre des enfants dans le cadre de la répression anti-terroriste et à mettre en œuvre, conformément aux articles pertinents de la Convention relative aux droits de l’enfant et de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, les mesures suivantes :


- réformer la loi anti-terrorisme en conformité avec la Convention relative aux droits de l’enfant de façon à ce que tous les enfants de moins de 18 ans soient exemptés de l’application de cette loi ;

- garantir que tout enfant arrêté soit interrogé par des agents de la police spécialisés et formés au respect des droits particuliers des enfants ;


- assurer que les enfants suspectés, accusés ou convaincus d’infraction à la loi pénale, y compris la loi anti-terrorisme, soient poursuivis et jugés dans le cadre d’un système de justice pour mineurs par une autorité compétente, indépendante et impartiale et selon des procédures spéciales respectant le meilleur intérêt de l’enfant ainsi que ses droits, y compris ses droits de la défense ;

- en cas d’allégation de torture ou de mauvais traitement, garantir une enquête immédiate, efficace, exhaustive, indépendante et impartiale dont les conclusions seront rendues publiques, et ce afin d’identifier les responsables, de les traduire devant un tribunal civil indépendant, compétent et impartial et d’appliquer les sanctions pénales, civiles et/ou administratives prévues par la loi ;

- déclarer irrecevables les éléments de preuve ou les déclarations extorqués sous la torture ou les mauvais traitements ;

- garantir un recours effectif et une réparation adéquate, y compris l’indemnisation et la réhabilitation des victimes ;

- mettre en œuvre les recommandations du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies énoncées aux paragraphes 18 et 19 du document CRC/C/OPAC/TUR/CO/1 appelant notamment l’Etat turc à « modifier la loi antiterroriste afin de garantir que des enfants ne soient pas jugés en tant qu’adultes devant les « tribunaux pénaux spéciaux ». Les enfants doivent bénéficier de la protection des normes de la justice pour mineurs dans les tribunaux ordinaires et tous les procès doivent être conduits avec diligence et impartialité, conformément aux règles minimales d’une procédure régulière ».

 

Contact :

SOHRAM : Yavuz Binbay, Tel. +90 532 345 34 42, Email :

sohram@hotmail.com

OMCT : Cécile Trochu Grasso, Tel. +41 22 809 49 39, Email :

omct@omct.org

=========================================== 1

Selon l’article 1 de la Convention des Nations Unies relatives aux droits de l’enfant, « un enfant s’entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable ».

Le plus souvent ces enfants sont accusés, à tort ou à raison, d’avoir jeté des pierres pendant les manifestations.

La falaka est une forme de torture qui consiste à frapper la plante des pieds de la victime avec un bâton de bois, une matraque, etc.

Se référer également à l’article 40 de la Convention relative aux droits de l’enfant selon lequel « tout enfant suspecté, accusé ou convaincu d’infraction à la loi pénale [a] le droit à un traitement qui soit de nature à favoriser son sens de la dignité et de la valeur personnelle, qui renforce son respect pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales d’autrui, et qui tienne compte de son âge ainsi que de la nécessité de faciliter sa réintégration dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci » (article 40.1) et qui


2

réintégration dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci » (article 40.1) et qui énonce « que [la] cause [de l’enfant] soit entendue sans retard par une autorité ou une instance judiciaire compétentes, indépendantes et impartiales, selon une procédure équitable aux termes de la loi, en présence de son conseil juridique ou autre et, à moins que cela ne soit jugé contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant en raison notamment de son âge ou de sa situation, en présence de ses parents ou représentants légaux » (article 40.2-b).

=================================================

 

 


13:43 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

30/05/2010

Aux entrepreneurs de la nouvelle Constitution genevoise

Aux entrepreneurs de la nouvelle Constitution genevoise

 

pas de pouvoir sans éthique

 

 

Tous les êtres vivants, dans les sociétés humaines ou dans la nature ont droit à la vie. Depuis plusieurs décennies les droits des individus sont garantis par des traités internationaux ratifiés par une majorité des gouvernements de la planète Terre. Y compris, sur le papier, dans des régimes anti-démocratiques et totalitaires. Toutefois, personne n'a applaudi le monde imaginé par les dictateurs ou les régimes antidémocratiques, le monde les a plutôt maudits.

Un pays démocratique qui respecte les droits et libertés de ses citoyens met à leur service des moyens pour évaluer en tout temps l'état réel du respect des droits humains et de la nature. Ce n'est pas nouveau : toutes les civilisations ont placé au centre de leur code juridique la protection des droits humains.

Aucun système, y compris du temps de l'esclavage, des sociétés féodales ou du totalitarisme, n'a nié les droits de ses citoyens. Cette continuité est au cœur de nos sociétés et de nos actuelles références juridiques.

La Suisse porte l'image, aux yeux du monde, d'un pays exemplaire en matière démocratique, du fait qu'elle est considérée comme l'un des berceaux des libertés démocratiques et du respect des droits de l’homme. Ce n'est pas seulement une image, une forme de maquillage de la réalité,

c'est bien vrai !

Actuellement une nouvelle Constitution est en phase d'élaboration à Genève... mais les nouvelles sont mauvaises.

Pourquoi ?

L'ensemble de l'Assemblée constituante (à majorité de droite 25 mai 2010) a voté en bloc contre la primauté des droits humains sur d'autres considérations.

Pour gagner des voix et sans aucun respect de l'éthique les partis de droite continuent à salir la bonne image qu'avaient la Suisse et ses habitants. Exemple: la récente et désastreuse votation sur les minarets.

En s'attaquant au noyau de l'éthique garanti par les droits fondamentaux : la liberté d'expression, la liberté religieuse, le droit à la formation, droit à la santé, au logement, à la circulation des personnes, l'interdiction des mauvais traitements, des discriminations, du racisme, etc. la droite et l'extrême droite helvétique jouent avec le feu !

Imaginons des gens qui joueraient à lancer une initiative pour fermer les églises chrétiennes. Comment réagirait la population suisse, même non pratiquante ?

« Je suis fort, je représente la majorité, c'est moi qui décide », c'est ce qu'on entend chez certains ténors de la droite genevoise... Cela signifie-t-il que les jugements tranchés, l'absence d'écoute seraient la nouvelle morale en politique.

Être fort, détenir le pouvoir ne veut pas dire être sans scrupule. Il n'y a pas de pouvoir sans éthique.

N'oublions pas que les élus n'ont pas toujours raison et ne sont pas toujours représentatifs de la démocratie. Hitler et Mussolini ont été élus à la majorité sans toutefois être des démocrates.

Ils ont tous deux entraîner le monde dans un bain de sang et de misères.

Les politiciens populistes, ont divisé la population en catégories et en gonflant des faits-divers à la dimension de catastrophes nationales.

Les électrices et les électeurs espèrent des élus qu'ils élaboreront une Constitution pour que la vie des habitants du canton et de la nature environnante soit respectée, une Constitution dont elles et ils pourraient êtres fiers pendant des siècles !!!

 

Genève le 27 mai 2010

 

Maison Populaire de Genève

 

Demir SÖNMEZ

 

www.assmp.org

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

jeudi 3 juin dès 16h30 devant l’entrée du Grand Conseil

 

 





















EGALITE ET DROITS SOCIAUX DANS LA CONSTITUTION

Nous ne voulons pas d’une constitution machiste, conservatrice et rétrograde
APPEL A UN RASSEMBLEMENT
ROUGE DE COLERE ET BRUYANT-E-S
Venez avec vos instruments pour faire du bruit


La séance plénière du 26 mai 2010 de la Constituante Genevoise marque un tournant alarmant et regressif très important pour les droits sociaux.

Une majorité de constituants et de constituantes a balayé plusieurs droits sociaux du projet de Constitution : l’égalité entre femmes et hommes, le refus des discriminations, le minimum vital, le droit au logement, l’obligation de suivre une scolarité, les allocations familiales, les libertés syndicales. Si ce projet de Constitution est adopté, ces droits fondamentaux ne seront plus garantis.

A l’heure où les banques sont renflouées avec l’argent des contribuables, que les cadeaux aux riches sont de plus en plus grands, alors que la crise touche principalement les salariéEs et les petits revenus, cette nouvelle provocation de la droite ne peut être acceptée. Elle nous impose sa volonté et voudrait supprimer des droits sociaux obtenus de longue lutte.

Face à ces attaques de la droite néolibérale et la droite populiste, nous devons réagir et montrer notre mécontentement et désapprobation. Nous devons créer un rapport de forces et constituer une mobilisation sociale forte.


Jeudi 3 juin dès 16h30

Devant l’entrée du Grand Conseil

Rue de l’Hôtel-de-Ville 2

Coordination Genevoise de la MMF

Des féministes en colère

 

 

 

 


21:49 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |