31/08/2011

Si je suis réélue au Conseil des Etats...par Mme Liliane Maury Pasquier


La candidate socialiste  Liliane Maury Pasquier répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

photo Liliane_flyer_[1].jpg

 

Réponse de Liliane Maury Pasquier :

Si je suis réélue au Conseil des Etats, je poursuivrai mon action pour défendre les personnes touchées par le chômage et/ou la pauvreté et pour prévenir ces phénomènes.

· CHÔMAGE

Au cours de cette législature, je me suis engagée pour une assurance-chômage solide, qui offre aux personnes perdant leur emploi une vraie protection sociale et qui leur ouvre un vrai chemin vers la réinsertion. Au sein de la commission de la sécurité sociale, j’ai tenté de modifier la nouvelle Loi sur l’assurance-chômage, en prônant une hausse des recettes plutôt que des coupes aveugles sur le dos des personnes les plus touchées par le chômage. Je continuerai, entre autres, de m’engager pour le déplafonnement des cotisations à l’assurance-chômage. A l’heure actuelle, en effet, la part  de salaire au-dessus de 126'000 francs est exemptée de cotisation ! Sans ce plafond, l’assurance aurait 600 millions de recettes en plus. Un chiffre qui correspond aux économies faites sur le dos des personnes au chômage dans la dernière révision…

Le partage du travail (notamment grâce à une diminution du temps de travail, comme celle demandée par l’initiative « six semaines de vacances pour tous », que j’ai soutenue aux Etats), la création d’emplois (dans laquelle l’Etat a un rôle actif à jouer, par exemple en soutenant le développement des technologies vertes) et l’amélioration de la protection des salarié-e-s (notamment des femmes enceintes) font aussi partie de mes combats. Par ailleurs, en tant que membre de la commission de la formation, je travaille et continuerai de travailler pour que la formation soit dotée d’assez de moyens et se donne pour objectif de réaliser l’égalité des chances, comme je l’ai fait dans le cadre de la loi sur l’aide aux hautes écoles.


· PAUVRETE

Je soutiendrai la revendication d’une augmentation des salaires bas et moyens, l’exigence d’un salaire minimum et celle d’une certaine équité salariale (grâce, notamment, à l’initiative 1 :12). J’ai eu l’occasion d’interpeller le Conseil fédéral sur la situation des indépendant-e-s non médecins : leurs tarifs immobiles depuis 15 ans ne suffisent souvent plus à leur garantir un revenu suffisant.


Pour soutenir le pouvoir d’achat, il faut bien sûr freiner la hausse des primes d’assurance-maladie et des autres formes de participation financière des assuré-e-s. C’est dans ce sens que je travaille à la commission de la santé. Je suis intervenue à plusieurs reprises au Conseil des Etats pour que les réserves excessives des assureurs-maladie soient entièrement redistribuées aux assuré-e-s de cantons comme Genève. La situation n’étant pas réglée de façon satisfaisante, il faudra revenir à la charge. J’ai aussi demandé la fixation d’un seuil maximal pour les réserves des caisses et davantage de transparence dans leur comptabilité. Je soutiendrai bien sûr l’initiative populaire pour la transparence de l’assurance-maladie et celle pour la caisse publique, qui permettent toutes deux d’affecter les primes aux prestations de l’assurance de base avec, à la clé, des primes plus justes et plus supportables. Je suis aussi intervenue, et j’interviendrai encore pour que les primes d’assurance-maladie des familles soient allégées.

A la commission de la sécurité sociale, j’ai œuvré pour que les allocations familiales soient octroyées à tous les enfants qui y ont droit, donc aussi aux enfants d’indépendant-e-s. J’ai aussi demandé qu’elles soient toujours versées aux personnes qui vivent avec l’enfant, dans l’intérêt bien compris des familles monoparentales. Je soutiendrai toute proposition de renforcement de ces allocations et d’augmentation de leur montant minimal. Sans oublier les prestations complémentaires pour familles dans le besoin et toute autre mesure en faveur d’une vraie politique familiale.

Comme le chômage, les risques de l’existence (l’âge, le handicap, la maladie) ne doivent pas entraîner, comme une double peine, la précarité. C’est pourquoi je me suis battue et me battrai encore :

-      pour une retraite flexible et sociale, et pour que des moyens d’existence suffisants soient assurés aux couples dont l’un-e des partenaires vit en EMS ;

-      contre le démantèlement de l’AI (dont le second volet de la 6ème révision reste à traiter) ;

-      pour qu’un congé rémunéré d’une durée suffisante soit accordé aux parents d’enfants gravement malades ou de nouveau-nés hospitalisés.


Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats

 

image001[1].jpg

Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats

http://www.maurypasquier.ch/index.php

08:00 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

29/08/2011

Apéro de la rentrée: Les socialistes se mobilisent pour une société pour toutes et tous, sans privilèges!

Dans un lieu particulièrement chaleureux, l'Espace solidaire aux Pâquis, les membres du PS genevois se sont réunis pour fêter la rentrée et le début de la campagne pour les élections fédérales 2011. Après un verre de l'amitié, nous avons écouté les interventions de René Longet qui nous a rappelé l'importance de mouiller sa chemise pour faire avancer la société dans le sens où on le souhaite. Nous avons aussi pu profiter de la recette aux cinq ingrédients pour une campagne réussie donnée par Christian Brunier et Liliane Maury Pasquier a rappelé la juste place que devait occuper l'argent dans nos vies. Après cette partie "officielle" et un bon repas, les membres ont poursuivi la fête en dansant grâce au talent de Sébastien et Sylvie.



Voilà de quoi recharger les batteries après les élections municipales et se lancer en campagne avec nos candidat-e-s Liliane Maury Pasquier, Carlo Sommaruga, Maria Roth-Bernasconi, Manuel Tornare, Valérie Boillat, Loly Bolay, Jacques Robert, Christine Serdaly-Morgan, Eric Peytremann et Françoise Joliat pour militer pour une société pour toutes et tous, sans privilèges! Comme nous le défendons dans nos initiatives sur la caisse maladie publique et le salaire minimum.

304870_1956547285481_1596716979_31823864_7985798_n.jpg
307188_1956563445885_1596716979_31823898_2126448_n.jpg
307960_1956547565488_1596716979_31823865_5937234_n.jpg

304194_1956562445860_1596716979_31823896_4086848_n.jpg

321191_1956565405934_1596716979_31823905_5794071_n.jpg
320172_1956548965523_1596716979_31823869_3046141_n.jpg
319240_1956546365458_1596716979_31823861_7779526_n.jpg
carlo_n.jpg
316330_1956545605439_1596716979_31823859_1187779_n.jpg312311_1956548645515_1596716979_31823868_3089048_n.jpg
315663_1956550125552_1596716979_31823872_4547972_n.jpg
310471_1956543125377_1596716979_31823853_7606941_n.jpg
311024_1956564525912_1596716979_31823902_1418670_n.jpg310052_1956564165903_1596716979_31823901_4101692_n.jpg
306978_1956557325732_1596716979_31823886_4042226_n.jpg
305066_1956544045400_1596716979_31823855_855856_n.jpg
304247_1956544725417_1596716979_31823857_6797423_n.jpg
304610_1956544485411_1596716979_31823856_1411233_n.jpg
300954_1956551165578_1596716979_31823874_1327661_n.jpg
299377_1956558165753_1596716979_31823888_2263762_n.jpg

 

297098_1956565125927_1596716979_31823904_3412698_n.jpg296432_1956543645390_1596716979_31823854_2234402_n.jpg
295770_1956546045450_1596716979_31823860_907502_n.jpg
294123_1956549645540_1596716979_31823871_8265949_n.jpg293242_1956552285606_1596716979_31823877_4810244_n.jpg
205902_1956547125477_1596716979_31823863_2340331_n.jpg297934_1956560045800_1596716979_31823892_2671473_n.jpg

12:12 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

28/08/2011

Si je suis élue au Conseil national...par Mme Maria Roth-Bernasconi

Si je suis élue au Conseil national...par Mme Maria Roth-Bernasconi


La candidate socialiste  Maria Roth-Bernasconi répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :


"Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

maria roth.jpg

 

Réponse de Maria Roth-Bernasconi :

Si je suis réélue au Conseil national, je continuerai d’agir contre le chômage et la pauvreté en Suisse en soutenant la régulation de l’économie, le développement de la formation pour toutes et tous et le renforcement de la sécurité sociale. Etant donné que le taux de chômage et le risque de pauvreté sont tous deux plus élevés chez les femmes, je continuerai de mettre l’accent, dans chacun de ces domaines, sur l’égalité entre femmes et hommes.

ECONOMIE. Il nous faut réformer en profondeur un système néolibéral qui chosifie le « capital humain », l’exploite et le jette au besoin, générant ainsi l’exclusion et des inégalités croissantes. En tant que présidente de la commission de gestion du Conseil national, j’ai chapeauté l’enquête sur l’affaire UBS et la crise financière, une crise qui a prouvé la folie et l’inaptitude du système. Au lieu de voler au secours des « big » banques à grand renfort de deniers des contribuables et sans aucune contrepartie, l’Etat doit imposer de vraies règles au monde financier (taxation de la spéculation, notamment) et économique. C’est ainsi qu’en 2008, j’ai proposé d’instaurer un quota de 30% de femmes (ou d’hommes) dans les conseils d’administration des entreprises cotées en bourse et de celles dont la Confédération détient des parts. Car les études le prouvent : les femmes ont une approche plus durable du maniement financier.

Dans le champ de l’activité économique, je me suis engagée et continuerai de le faire pour favoriser
la réduction du temps de travail et encourager le temps partiel (sans discrimination sociale et y compris pour les hautes cadres) : une façon de partager le travail, qui doit aller de pair avec de meilleurs salaires (sauf pour les hauts managers, cf. initiative 1 :12 !). Les gains de productivité réalisés ces dernières décennies y donnent largement droit ! Je soutiens donc l’instauration d’un salaire minimum, qui concerne particulièrement les femmes : en Suisse, une femme sur 5 qui travaille à plein temps gagne à peine 3000 francs par mois. Dans le contexte de la crise actuelle, la Confédération doit aider les seules entreprises qui s’engagent à ne pas licencier et à ne pas baisser les salaires, et soutenir particulièrement des secteurs créateurs d’emplois et d’une plus-value collective (économie sociale et solidaire, Cleantech, secteur du « Care »). Je poursuivrai aussi mon action pour concrétiser, enfin, l’égalité salariale, mais aussi pour évaluer et reconnaître la valeur des tâches familiales et domestiques. Enfin, je poursuivrai mon combat contre la discrimination au travail des personnes invalides psychiques (je suis aussi présidente de l’antenne romande de Pro Mente Sana), et continuerai de soutenir tout renforcement de la protection contre le licenciement et des droits syndicaux des travailleurs et travailleuses (j’ai un passé et un avenir professionnel dans le monde syndical !).

FORMATION. Le manque de formation est la principale cause de chômage et de précarité. Dans le contexte de la révision de la loi sur l’assurance-chômage, qui réduit les prestations accordées aux jeunes de moins de 25 ans, j’ai demandé au Conseil fédéral s’il prévoyait de prendre des mesures pour augmenter le taux de diplômé-e-s du secondaire II, notamment pour encourager la formation des jeunes femmes issues de la migration. Je suis précédemment intervenue en faveur de la promotion de l’apprentissage pour les personnes migrantes, et pour encourager la réflexion sur l’accès des femmes à la formation continue. Je continuerai d’agir pour une école qui offre une vraie égalité des chances (je me suis ainsi opposée au soi-disant « libre » choix entre école privée et publique, et préside l’association Education et accueil pour le développement de l’encadrement parascolaire), pour la promotion de l’apprentissage pour toutes et tous (j’ai été responsable romande du Projet 16+ pour des places d’apprentissage) et pour que de vraies perspectives de formation continue soient offertes aussi aux personnes peu qualifiées. Par exemple, grâce à la création d’un fonds national prenant en charge les coûts de formation et la perte de salaire en cas de formation au long cours, finançable par le déplafonnement des cotisations salariales dans l’assurance-chômage.

POLITIQUE SOCIALE. Je me suis engagée et continuerai de le faire pour l’harmonisation cantonale des prestations sociales. Partout en Suisse, l’aide sociale devrait être non remboursable –comme à Genève- pour les personnes en fin de droit, et des alternatives à l’aide sociale devraient être prévues. La coordination entre les différents intervenants étatiques et les autres acteurs de la lutte contre la pauvreté devrait être améliorée. Je soutiens aussi la création d’une caisse publique d’assurance-maladie pour des primes plus justes et plus supportables, et donc une augmentation du pouvoir d’achat. Je lutte et lutterai encore pour maintenir une solide assurance invalidité, pour une AVS forte, flexible et sociale sans relèvement de l’âge de la retraite. Et je continuerai de soutenir toutes les mesures de politique familiale qui permettent de lutter contre la pauvreté des femmes et des familles en favorisant la conciliation des vies familiale et professionnelle (développement de l’accueil extrafamilial, des congés parentaux etc.), en leur accordant une aide financière (renforcement des allocations familiales, prestations complémentaires pour familles au niveau fédéral, législation fédérale sur l’avance et le recouvrement des pensions alimentaires pour les familles monoparentales) et en améliorant les conditions cadre (logements abordables, service public fort, fiscalité équitable et plus favorable aux familles).

 

image001.jpg


Maria Roth-Bernasconi, conseillère nationale

 

 

02:26 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

25/08/2011

Recep Tayyip Erdoğan reste fidèle aux méthodes sinistres de ses prédécesseurs: massacres des civiles kurdes

Communiqué de presse

Recep Tayyip Erdoğan reste fidèle aux méthodes sinistres de ses prédécesseurs: massacres des civiles kurdes



Malgré aux apparences, la Turquie vit en ce moment une des pages la plus noire de son histoire: les violations massives des droits de l’homme, les pratiques anti-démocratiques dont la censure des médias et l’incarcération de dizaines de journalistes, la répression menée à l’égard du peuple kurde à tous les niveaux, y compris l’emprisonnement des enfants par centaines, accusés d’être membre et/ou d’avoir créé (sic) une organisation terroriste.

Le Premier ministre turc, M. Recep Tayyip Erdoğan, a déclaré la guerre totale à l’égard de toute personne qui ne pense pas comme lui. Pour ce faire, il a commencé à mettre au pas les médias d’opposition avec des censures, amendes très elévées, arrestations et condamnations des journalistes et dirigeants de ces dernières.

Actuellement, 57 journalistes dont 11 rédacteurs en chef ou directeurs de publication sont incarcérés. Ainsi, la Turquie tient le triste record du monde dans l’incarcération des journalistes. Aujourd’hui, seules les médias qui se font la porte parole du gouvernement ne sont pas inquiétées en Turquie.

Les prisons turques sont devenues une cimetière. Selon les données officielles, en 2010, 161 détenus sont décédés en raison de manque de soins et 38 autres se seraient suicidés. A l’heure actuelle, 385 prisonniers malades, dont l’état de santé de 122 d’entre eux nécessite un traitement urgent, attendent toujours d’être soignés. Faut-il le rappeler, on compte près de 7’000 prisonniers politiques dans les géoles turques et des milliers d’arrestations arbitraires chaque année (plus de 7’000 en 2010) qui indiquent le degré des politiques anti-démocratiques et répressives du gouvernement turc.


Toujours en 2010, 6 personnes ont été tuées sous la torture en garde à vue et 1349 personnes se sont plaintes d’avoir été torturées ou subis des mauvais traitements dans des lieux de détention.

L’aide humanitaire à la Somalie, des bombes pour les villages Kurdes

Le Premier Ministre turc s’est récemment rendu à Mogadischo, accompagnées de quelques vedettes de showbizz et d’un groupe de journalistes turcs, pour apporter de l’aide humanitaire aux affamés du corne de l’Afrique.

Au même moment, les chasseurs turcs, en concertation avec l’armée iranienne, bombardaient les villages kurdes en Irak faisant 7 victimes parmi les civiles, dont 4 enfants et 1 femme, et détruisant totalement 126 villages.

 

 

Kandil de katledilen aile.jpg

Famille kurde irakienne décimée lors des bombardements de l’armée turque


Il semblerait que le Premier Ministre turc n’a pas digéré la victoire électorale du parti BDP (pro-kurde) qui a obtenu 36 sièges au parlement turc lors des élections législatives du 12 juin 2011. Et ce, malgré une répresion féroce contre les élus, cadres et dirigeants de ce parti (1600 d’entre eux ont été incarcérés avant les élections avec des accusations fallacieuses) et une loi électorale défavorable aux minorités. D’ailleurs, 6 d’entre eux, élus au parlement lors des élections précitées, n’ont toujours pas été libérés. De plus, le gouvernement turc a fait annulé l’élection d’un des parlementaires kurdes emprisonnés (M. Hatip Dicle) en le remplaçant par un membre du parti de M. Erdogan, AKP. Ces exemples indiquent que les autorités turques, malgré leur discours officiel, n’ont aucune volonté politique de reconnaître les droits fondamentaux de ce peuple. Seule solution envisagée pour elles reste, comme depuis près d’un siècle, l’option militaire et le terrorisme d’Etat à l’égard du peuple kurde.

Pourtant, le PKK a proclamé depuis 1993 plusieurs fois un cessez-le-feu unilatéral. La réponse des autorités turques a été toujours l’intensification des opérations militaires non seulement contre les guérilleros du PKK mais aussi à l’égard des civiles kurdes. Il convient à cet égard de souligner le double langage du gouvernement turc qui, d’un côté, mène depuis plus d’une année des pourparles avec le leader du PKK, M. Abdullah Öcalan, et de l’autre, qualifie officiellement le PKK de groupe terroriste. D’ailleurs, M. Öcalan a déclaré récemment qu’il avait proposé à M. Erdogan de réunir dans un endroit sécurisé tous les guérilleros kurdes. Selon lui, une semaine suffirait à régler la question kurde en Turquie, mais M. Erdogan resterait silencieux à ses appels. M. Öcalan accuse le Premier Ministre turc d’être contre la paix et la solution démocratique alors qu’il déclare avoir accordé au gouvernement turc toutes les facilités pour une solution pacifique.

L’attitude du gouvernement turc actuel accrédite les propos de M. Öcalan. En effet, toutes les demandes du peuple kurde et de ses dirigeants en faveur de la paix, de la fraternité et d’une cohabitation avec le peuple turc reçoivent comme réponse de la part des autorités turques la guerre, la destruction, les massacres et la négation des droits élémentaires du peuple kurde.

Pourtant, il est clair qu’en un siècle de guerre, de négation, de destruction et de massacres, l’Etat turc n’a réussi ni éliminé ni assimilé complètement le peuple kurde. Durant ces 28 dernières années, l’armée turque a mené 26 opérations au nord de l’Irak pour massacrer et intimider les Kurdes. La dernière opération lancée le 17 août dernier, en concertation avec les autorités iraniennes, a le même but et se veut une menace contre l’unité d’un peuple écartelé entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie.

L’Histoire nous enseigne qu’aucune armée, aussi puissante soit-elle, ne peut vaincre ni arrêter un peuple soif de liberté qui lutte pour ses droits fondamentaux.

La question est de savoir si les Etats-Unis et l’Union européenne continuerons à fermer les yeux sur les violations graves des droits de l’homme voire des crimes contre l’humanité commis par leur allié turc à l’égard du peuple kurde, comme ils l’ont fait avec certains dirigeants arabes ces dernières décennies, ou tireront des leçons de leurs erreurs ?


Genève, le 25 août 2011

Maison Populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

 

08:33 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |

24/08/2011

Si je suis élu au Conseil national...par Mme Loly Bolay

Si je suis élue au Conseil national...par Mme Loly Bolay

La candidate socialiste Loly Bolay répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

 

loly bloay.jpg

Réponse de Loly Bolay :

Si je suis élue  à Berne au CN, je me battrai pour :

  • Changer la loi sur l'assurance   chômage sur plusieurs aspects :
C'est en premier lieu, la philosophie même de la loi qu'il faudrait revoir,  car  la loi sur l'assurance chômage est  Inique et Inacceptable.
Inique et inacceptable,  car elle considère les chômeurs/euses, comme  responsables de leur situation.
Alors que perdre son emploi est un drame humain avec des conséquences terribles,  pas seulement pour le-la chômeur/euse mais aussi pour tout leur entourage.
  • Revoir l'aspect formation: là aussi, la  loi  sur l'assurance chômage,  ne répond pas à la situation  économique actuelle .
Aujourd'hui, l'assurance chômage octroie des cours d'appoint, qui dans la grande majorité des cas ne servent à rien, alors que la prise en charge d'une vraie formation,  pourrait aider de nombreuses personnes à s'en sortir.

  • Aider les PMI, PME car ce sont elles qui  créent le plus d'emplois en Suisse.
Le  Parti socialiste avait déposé un projet de loi, demandant que l'Etat  octroie des déductions fiscales aux entreprises (PMI et PME) qui engageraient des demandeurs d'emploi.
La majorité de droite au parlement genevois  a refusé cette proposition.
  • Encourager ses entreprises à offrir des  places d'apprentissage, qui restent bien en deçà dans bcp de  domaines.
  • Lutter contre l'exclusion et la pauvreté  doit être une priorité.
E n 1993 lorsque j'ai crée avec d'autres l' association l es Colis du Cœur, qui vient en aide aux plus démunis, nous avions déjà à l'époque , tiré la sonnette d'alarme par rapport au nombre toujours croissant des personnes se trouvant après plus de deux ans de chômage, dans des situations de détresse profonde.
Le constat est que la situation est devenue encore plus dramatique.
Dans ce contexte, il est nécessaire et indispensable de soutenir l'économie sociale et solidaire.
Par ailleurs, il faut un renforcement du soutien des collectivités publiques aux personnes, aux familles et aux groupes sociaux les plus fragiles et les plus précarisés.

Outlook.jpg

CANDIDATURE POUR LES ELECTIONS NATIONALES DE 2011

Présentation: Candidate   Loly Bolay

Mariée

 

  • Indépendante, responsable qualité normes ISO, ancienne cadre bancaire,
  • Députée socialiste depuis 2001
  • Présidente du parlement cantonal de Genève en 2008
  • Présidente de la commission ad hoc justice 2011 depuis 2008 à ce jour
  • Présidente de la commission des visiteurs 2009/2010
  • Membre de la commission interparlementaire sur la détention pénale Présidente de la commission des grâces en 2007
  • Présidente de la commission de l’économie en 1998
  • Conseillère municipale 2003/2007
  • Membre de la Commission de Surveillance des Activités Médicales 1995/2005
  • Engagement associatif :
  • Présidente de l’association Fourchette Verte depuis 2005
  • Membre fondateur et présidente des Colis du Cœur 1993/1998
  • Membre des associations : de soutien aux Brigadistes Suisses Les Enfants de l'EspoirA  Nosa Galicia Membre du groupement Pro médiation Diverses associations communales du Gd-Saconnex

 

13:20 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

21/08/2011

Si je suis élu au Conseil national...par Ali ÜREGEN




Le candidat Parti du Travail Ali ÜREGEN à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

Réponse de Ali ÜREGEN:

Vos Question aux candidat-e-s aux élections nationales :
--------------------------------------------------------------
Vote pour la liste No: 18

Parti du Travail + Aînés

Nous revendiquons pour aujourd’hui…

Du travail pour toutes et tous

-l’application de l’égalité entre les salaires des hommes et des femmes

-l’instauration d’un salaire décent d’au minimum 4000 francs

-l’instruction de la semaine de 35 heures, sans réduction de salaire et avec engagement de personnel

-la mise en place d’une protection contre les licenciements

-application et renforcement des mesures d’accompagnement de la libre circulation avec l’UE

-la fin du dumping salarial

Notre But,

Nous arrivons à la conclusion que pour nous il n’y a rien à améliorer dans le capitalisme. Nous voulons vaincre le système existant et par un travail continuel édifier un ordre vraiment démocratique, un ordre socialiste. Mais nous ne voulons pas nous arrêter à cela. Notre but est une société communiste, ce qui signifie une société sans classe, dans laquelle la vie a un sens pour tous, dans la domination et l’aliénation auront été supprimées et l’équilibre écologique rétabli. Cette société est basée sur les valeurs de l’égalité des droits, du respect mutuel, de la paix et de la libération du contraire.

Dans ce sens nous sommes un parti révolutionnaire, qui se différencie de tous les autres partis politiques suisse.

AliSatigny.jpg


Ali ÜREGEN

Candidat au conseil national

Liste No: 18

Parti du Travail

Blog FR
http://uregen.blog.tdg.ch/

Blog TR
http://www.uregen.blogcu.com/

 

22:32 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20/08/2011

Si je suis élu au Conseil national...par Françoise Joliat

Le candidat socialiste Françoise Joliat à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

franfoise joilet 1.jpg

Réponse de Françoise Joliat:

Si j’étais élue au Conseil national, voilà quels seraient les points essentiels sur lesquels je centrerais mon action en ce qui concerne le chômage et la pauvreté :

Dans notre système économique ultralibéral dont le moteur essentiel est la cupidité et le profit, la pauvreté est liée à toute une série de conditions de vie sur lesquelles il faut agir avec détermination, de manière préventive, pour  limiter au maximum le recours impératif  à l’assistance sociale et à la stigmatisation, la honte et l’exclusion sociale qu’elle peut entraîner :

1.    Le manque de formation en général, de formation certifiée et de moyens pour acquérir une expérience professionnelle :

·     Lutte contre l’échec scolaire et repenser l’école comme un lieu d’acquisition d’autonomie et de compétences pour tous, permettant de penser, de communiquer, de créer et d’agir, de devenir autonome, favorisant la réussite pour tous et non d’une école utilitariste basée sur la sélection sociale, l‘exclusion et la compétition.

·     Mesures visant à permettre aux jeunes de se réapproprier un projet de vie et un projet professionnel (mentorat, remise à niveau) Mise en réseau des acteurs politiques, de la formation professionnelle et des milieux économiques)

·     Formation professionnelle et certification pour tous avec des mesures incitatives à la création de places d’apprentissage et à l’embauche des jeunes.

2.   Familles nombreuses, recomposées et monoparentales

·     Mises en place de lois cadre exigeant des cantons une réelle politique familiale permettant à la fois le travail des parents et un accueil de qualité des enfants, abaissant le taux de stress

·     Promotion d’une culture de l’égalité des sexes à tous les niveaux

·     Instauration d’une loi cadre exigeant un congé parental (temps pour créer le lien parents-enfants), un soutien à la parentalité (développement équilibré pour les enfants et prévention de difficultés)

·     Politique de logements subventionnés et accessibles à tous

·     Politique de redistribution fiscale plus juste (pas de cadeaux aux riches), permettant aux parents d’avoir les moyens d’éduquer leurs enfants .

3.    Salaires trop bas et endettement :

·     Passage par des CCT assurant des salaires permettant de vivre des revenus de son travail

·     Exigence d’un salaire minimum en lien avec le coût de la vie


·     Réduction de l’écart entre hauts et bas salaires (initiative 1 :12)

4.   Emploi et chômage :

·     En général : Mettre l’action sur une formation de base de qualité, rendre obligatoire et faciliter la formation continue (chèque formation – droit à congés de formation rémunérés, fonds pour apprentis, bourses…)

·     Soutenir les entreprises et secteurs économiques créateurs d’emplois, susceptibles d’absorber le chômage tout en développant des activités utiles à la collectivité ou dans de nouveaux domaines (cf. initiative Cleantech).

·     Renforcer la protection des travailleurs contre les licenciements abusifs et affermir les droits syndicaux

·     Mettre l’accent sur les mesures de prévention pour les personnes à risque, garantir l’intégration des personnes handicapées au marché du travail (subventions aux employeurs – quotas dans les grandes entreprises…)

·     Favoriser le partage des emplois et l’égalité des sexes

·     Pour les chômeurs : exiger que les cantons agissent positivement sur la qualification des chômeurs pour une politique active et rapide de réinsertion Exiger des mesures incitatives de réemploi (ARE..) et les prolonger pour les personnes de plus de 50 ans.

·     Renforcer les prestations de la LCI et la qualification des conseillers pour que les chômeurs ne deviennent pas des clients de l’aide sociale

·     Soutenir les organisations syndicales et associatives dans leur combat pour améliorer la protection des travailleurs et des travailleuses.

5.   Santé défaillante :

·     Lutte contre le démantèlement des assurances sociales, l’affaiblissement de la solidarité et de la cohésion sociale, le système de soins à deux vitesses

·     Création d’une caisse maladie publique sur le modèle de la SUVA

6.   L’immigration :

·     Mesures permettant une meilleure intégration dans le milieu de travail , à l’école, dans les réseaux sociaux, non limitées à l’apprentissage de la langue d’accueil.

·     Augmentation du contrôle des mesures d’accompagnement des accords bilatéraux contre le dumping salarial

7.    Toxicodépendances (déchéance, désinsertion professionnelle et sociale) :

·     Intensification de la politique de prévention et des soins . Financement de programmes nationaux, coordination…

·     Soutien accru aux associations actives auprès de ces personnes

·     Intensification de la lutte contre le trafic de drogues
image.jpg

Françoise Joliat

20 août 2011

 

 

 

18:54 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

19/08/2011

si je suis élu au Conseil national...par Soli Pardo

 

Cher Monsieur,

Je fais suite à l'invite contenue dans votre blog, et répond comme suit à vos deux questions :

1) Contre le chômage

Une partie importante du chômage en Suisse, et particulièrement à Genève, est due à l'application des accords de libre circulation, qui induisent une sous-enchère salariale, incitant les employeurs à embaucher des travailleurs de l'Union européenne à des conditions inférieures à celles que demandent les résidents suisses. Les mesures d'accompagnement prévues par ces accords bilatéraux n'ont jamais été mises en oeuvre par le Conseil fédéral. Je demanderai donc, si je suis élu à Berne, que le Conseil fédéral prenne ses responsabilités et entreprenne ce qui est nécessaire pour que  ce phénomène soit largement atténué.

D'autre part, La Suisse et Genève tentent d'attirer des entreprises de l'étranger en les appâtant par des facilités fiscales. Or, ces entreprises créent peu d'emplois adaptés à l'offre de main d'oeuvre locale. Il faut donc trouver des incitations à l'implantation ciblées sur des entreprises dont l'activité répond au marché de local de l'emploi et ont besoin des travailleurs qu'on y trouve.

2) Contre la pauvreté

Une des causes importantes de l'extension de la pauvreté en Suisse réside dans la place de plus en plus importante prise par l'assurance maladie de base dans le budget des ménages. Les primes d'assurance maladie ont atteint un tel sommet qu'une famille même de la classe moyenne doit y consacrer une partie colossale de son budget. La création d'une caisse maladie unique est le moyen approprié pour inverser ce phénomène. Une fois l'assurance maladie débarrassée des opacités dont elle souffre et débarrassée des conflits d'intérêts scandaleux entre assurance de base et assurance privée, la caisse unique est à même de réduire ces primes grevant tellement les ménages suisses et particulièrement les plus modestes. La SUVA est l'exemple frappant d'une caisse unique fédérale bien gérée. Alors même qu'elle dépense encore des sommes importantes pour la prévention des accidents (port du casque à vélo et ski, prévention des accidents domestiques et de chantier, etc.), la SUVA a annoncé récemment qu'elle diminuait ses primes de 7 %.

Voilà donc, en étant bref, deux moyens exemplatifs pour lutter contre le chômage et la pauvreté en Suisse.Ces matières mériteraient sans doute des réponses pus complètes, avec l'exposé de la véritable panoplie de mesures que propose le MCG. Mais, sachant qu'un questionnaire comme le vôtre, dont je vous félicite par ailleurs de l'initiative, est adressé à 110 candidats, il s'impose que les réponses soient le plus synthétique possible.

Cordialement,

Soli PARDO.jpg

 

Soli Pardo
Candidat MCG au Conseil national 2011-2015

 

 

 

18:40 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

18/08/2011

Si je suis élu au Conseil national...par Jacques Robert

Le candidat socialiste et syndicaliste Jacques Robert répond à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

"Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

Jacques ROBERT 1 MAI.jpg

 

Réponse de Jacques Robert:

Je veux faire court, mais il y a au moins trois niveaux de réponses :

- le système

Nous vivons dans un système qui engendre la pauvreté, parce qu'il est conçu autour de la performance, de la cupidité et de l'égoïsme avec, de la part des possédants, un mépris des pauvres de plus en plus outrancier (sous couvert de la déification de la responsabilité individuelle, dans ce monde là, on tient les victimes pour responsables de leur sort). En Suisse, c'est l'UDC qui donne le meilleur coup de main aux ultralibéraux, en grossissant, déformant, exploitant les cas d'abus, à des fins électoralistes et pour contribuer au démantèlement social. Toutes nos actions doivent tendre à changer de système économique et à résister au rouleau compresseur ultralibéral, qui vise à écraser les salariés, les prestations sociales, les services publics, la redistribution par l'impôt, au seul bénéfice de la cupidité et de l'égoïsme. Et ce avec des résultats conformes au dogme ultralibéral et à ses attentes : des riches de plus en plus riches, et de plus en plus de pauvres avec, en prime de son imprévoyance, la lente destruction de la planète elle-même !

- l'activité économique

En tant que syndicaliste, je ne peux pas me contenter d'oeuvrer à la construction d'un futur monde juste. Je veux et je dois aussi travailler au quotidien à l'amélioration des conditions de vie et de travail de la population modeste, des salariées et des salariés en Suisse et dans le monde. C'est pourquoi je partage la volonté de soutenir l'activité économique et les conditions dans lesquelles celle-ci doit se dérouler ( un emploi intéressant, sûr et bien payé est le meilleur rempart contre la pauvreté...). Quelques-unes de mes priorités du moment :

- la résistance face à l’offensive menée par la droite contre toutes les assurances sociales (offensive puissamment favorisée par le problème fabriqué de la dette…)

- l’égalité hommes/femmes

- la conciliation vie professionnelle/vie familiale

- la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

- le renforcement des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes

- l’initiative pour un salaire minimum légal

- la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

-  la caisse maladie unique

- une meilleure protection contre les licenciements, notamment des militants syndicaux

- la défense des droits syndicaux, dont la présence syndicale sur le lieu de travail

- la réorientation de la promotion économique, qui doit renforcer ses efforts vers les entreprises artisanales, locales et actives dans les technologies «vertes »

- la défense des services publics (dont l’initiative pour une poste forte)

- la régularisation des sans-papiers

- l’augmentation de l’aide au développement

- la construction de logements sociaux

- l'arrimage du franc suisse à l'euro, à un taux d'environ 1.40

- la régulation réelle et efficace de l'activité bancaire et spéculative

- les prestations

De la même façon qu'une chaîne n'a que la solidité de son maillon le plus faible, pour moi, la qualité d'une société se mesure aux conditions de vie des moins favorisés de ses membres. Je reprends donc en partie ici les propositions figurant ci-dessus qui sont de nature à réduire la pauvreté :


- maintien et développement des prestations des assurances sociales

- la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les  cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

- l’initiative pour un salaire minimum légal

- la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

-  la caisse maladie unique

- la défense des services publics, dont un pan important à trait à la lutte

contre les effets de la pauvreté

- l’augmentation de l’aide au développement

- la construction de logements sociaux

- le maintien et le développement de prestations "type RMCAS"


-  le droit à l'emploi

Jacques Robert.jpg

Bien cordialement

Jacques ROBERT
Unia, Le Syndicat.
Secrétaire national
Chemin Surinam 5
Case Postale 288
1211 Genève 13
Tél. +41 22 949 12 06
GSM +41 79 476 59 09
Fax + 41 22 949 12 45
jacques.robert@unia.ch <http://admin.blog.tdg.ch/posts/jacques.robert@unia.ch>

 

 

======================================================

Maison Populaire de Genève
Demir SÖNMEZ
www.assmp.org

03:49 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

16/08/2011

Question aux candidat-e-s aux élections fédérales :

Question aux candidat-e-s aux élections fédérales :

Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?

Vos réponses seront publiées sur mon blog à la Tribune de Genève et sur le site internet de la Maison populaire de Genève afin de les partager avec la population genevoise.

Mes meilleures salutations

Demir SÖNMEZ

23:34 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

08/08/2011

Washington demande à Ankara de faire pression sur la Syrie

Washington demande à Ankara de faire pression sur la Syrie

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a demandé dimanche au ministre turc des Affaires étrangères de demander à la Syrie de "renvoyer ses soldats dans leurs casernes".

Au cours d'un entretien téléphonique avec Ahmet Davutoglu, Mme Clinton a évoqué la situation en Syrie et les appels de la communauté internationale pour que cesse la répression militaire contre les opposants.

"La secrétaire Clinton a discuté de la position américaine selon laquelle la Syrie doit immédiatement renvoyer ses soldats dans leurs casernes et libérer tous les prisonniers", a déclaré le porte-parole du departement d'Etat Mark Toner.

"Elle a demandé au ministre des Affaires étrangères de répercuter ces messages au gouvernement syrien. Elle a également réitéré le soutien américain en faveur d'une transition démocratique en Syrie", a-t-il précisé.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé samedi que le chef de la diplomatie Ahmet Davutoglu se rendrait mardi en Syrie pour transmettre "avec détermination" au régime de Damas les "messages" d'Ankara, "à bout de patience" face à la violence de la répression dans ce pays.

"Nous sommes arrivés à bout de patience et c'est pourquoi j'envoie mardi le ministre des Affaires étrangères en Syrie", a déclaré lors d'un repas de rupture de jeûne du ramadan M. Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie.

"Il aura des entretiens là-bas au cours desquels il transmettra nos messages avec détermination", a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre a estimé que la Turquie "ne peut pas rester spectatrice" face à des événements survenant dans un pays avec lequel elle partage "une frontière de 850 km, des liens historiques, culturels et familiaux".

"Nous ne considérons pas les problèmes en Syrie comme une question de politique étrangère mais comme une affaire intérieure", a-t-il estimé. "Nous devons écouter les voix qui viennent de là-bas, nous les écoutons et nous faisons le nécessaire".

Ankara, dont les liens avec la Syrie se sont resserrés ces dernières années, a appelé le président syrien Bachar al-Assad à entamer des réformes, sans aller toutefois pour l'instant jusqu'à réclamer sa démission.

En juin, M. Erdogan, a accusé Damas d'avoir commis des "atrocités" à l'encontre des manifestants. Un terme dont la Turquie n'avait jamais usé auparavant pour critiquer la répression en Syrie.

Depuis le début le 15 mars de la contestation en Syrie, plus de 1.600 civils ont été tués et au moins 12.000 arrêtés, selon des organisations de défense des droits de l'Homme. (AFP, 7 août 2011)

20:03 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

05/08/2011

"Le risque d'islamisme existe en Turquie"

"Le risque d'islamisme existe en Turquie"


L'armée turque serait-elle sur le point d'être complètement mise en retrait de la vie politique de son pays ? Second régiment le plus important de l'Otan, elle a vu ses principaux dirigeants démissionner vendredi pour protester contre le refus du gouvernement d'accorder une promotion à leurs collègues incarcérés par le régime. C'est donc sous la présidence unique du Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan qu'a débuté lundi la réunion annuelle du Conseil militaire suprême (YAS), un fait sans précédent dans le pays. Nora Seni, directrice de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul (IFEA), explique au Point.fr dans quelle mesure on peut parler aujourd'hui de "dérive totalitaire" du gouvernement Erdogan.

Le Point.fr : La démission des généraux de l'armée risque-t-elle de bouleverser le paysage politique turc ?

Nora Seni : Nous ne pouvons à l'heure actuelle préjuger des conséquences d'un tel acte. Quoi qu'il en soit, celui-ci montre une prise de conscience des militaires hostiles au gouvernement. Ils se rendent compte qu'ils n'ont plus aucun pouvoir aujourd'hui en Turquie. Ils misent sur un bouleversement politique dans le pays en espérant provoquer un coup de tonnerre.


Quelle est la cause profonde de ce mécontentement de l'armée ?

Le gouvernement turc, dominé par le parti islamo-conservateur AKP, se montre intraitable envers elle. Il a invalidé la candidature de nombreux généraux pour le prochain remaniement de l'armée en août, ce qui équivaut à une mise à l'écart pure et simple. Deux cents hauts gradés demeurent actuellement en prison pour "conspiration contre l'État", suite à leur implication dans l'affaire Ergenekon (réseau politique informel qui voulait provoquer la chute du parti islamique au pouvoir depuis 2002).

Quelle est le rôle de l'armée en Turquie ?

L'institution a toujours possédé une place non négligeable, mais celle-ci n'est pas conforme aux critères occidentaux. On peut ainsi parler d'armée omnipotente. Elle a tout de même été à l'origine de quatre coups d'État en moins d'un demi-siècle, si bien que les différents responsables politiques ont toujours dû prendre en compte son avis.

N'est-elle pourtant pas considérée comme le garant de la laïcité ?

Certainement. À ce titre, nous sommes confrontés au risque d'une réécriture de la République kémaliste (basée sur les principes de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie). De l'autre côté, l'armée a prouvé qu'elle était une institution nationaliste, bancale, et très peu démocratique. Elle n'a de surcroît pas su régler la question des Kurdes de Turquie et a même tiré une certaine légitimité de la persistance du problème.

Peut-on parler de dérive totalitaire du gouvernement Erdogan ?

Nous sommes témoins d'une absence quasi totale d'instance d'opposition au gouvernement. L'armée en était la première, puis venait la presse, dont la liberté est contestée. Le pouvoir judiciaire, qui a récemment été réformé en faveur du gouvernement islamique, arrivait ensuite. Cette dégradation des droits n'est pas conforme avec la laïcité prônée par Atatürk.

Le pays va-t-il sombrer dans l'islamisme ?

Ce risque existe bel et bien. Mais il ne faut pas oublier que l'AKP a tout de même remporté trois fois d'affilée les élections législatives, avec toujours un nombre de voix supérieur au scrutin précédent. Son score a atteint en juin 50 % des votants. La grande victoire de ce parti, c'est avant tout d'avoir su promouvoir une classe moyenne inférieure grâce à certains signes de reconnaissance. Ces personnes cultivent un mode de vie conservateur et sont fidèles aux préceptes musulmans. Les femmes portent le foulard et les hommes ne boivent pas d'alcool. Ces classes, qui représentent une part non négligeable de la société turque, sont moins humiliées et plus prospères qu'auparavant. Mais il existe de l'autre côté toute une population qui ne veut ni des islamistes ni de l'armée, et qui est en quête d'un espace lui garantissant davantage de démocratie.

LE POINT.FR

07:38 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |

30/07/2011

Démission collective à la tête de l'armée turque

Démission collective à la tête de l'armée turque

pasalar123.jpg


Le chef d'état-major turc ainsi que les commandants des armées de terre, air et mer ont démissionné sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur sur la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de conspiration.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a nommé tard vendredi soir le commandant de la gendarmerie, le général Necdet Özel, chef d'état-major des armées en exercice, après la démission de l'actuel chef d'état-major sur fond de grave désaccord avec le gouvernement.

Le général Özel est par ailleurs nommé chef de l'armée de terre, l'actuel chef de cette armée ayant lui aussi démissionné, avec les chefs de l'armée de l'air et de la marine, a indiqué l'agence de presse turque Anatolie, citant un décret du Premier ministre et du président Abdullah Gül.

Les deux nouvelles fonctions occupées par le général Özel donnent à penser qu'il sera prochainement nommé comme successeur en titre du chef d'état-major des armées démissionnaire, le général Isik Kosaner, selon la presse turque.

Le général Kosaner et ses adjoints ont ouvert vendredi une grave crise politico-militaire en Turquie en démissionnant, sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur à propos de la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de complot contre le régime.

L'armée turque, autrefois intouchable et incontournable dans la vie politique, est depuis plusieurs années la cible de critiques et d'accusations, dont celle de complots présumés visant à renverser le gouvernement de M. Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP) est issu de la mouvance islamiste.

Quarante-deux généraux, soit un sur dix, et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite, sont actuellement incarcérés dans le cadre de ces complots présumés.

Les chefs de l'armée exigent que les militaires en détention puissent bénéficier de promotions, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, et se heurtent au refus du gouvernement, selon la presse.

Parmi eux se trouve un général quatre étoiles, qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

Depuis 1960, l'armée turque a renversé quatre gouvernements, dont celui, en 1997, de l'islamiste Necmettin Erbakan, mentor de l'actuel Premier ministre.

Plusieurs réunions se sont déroulées ces derniers jours entre le chef d'état-major, le général Isik Kosaner, et M. Erdogan avant une réunion la semaine prochaine du Conseil militaire suprême (YAS) qui décide des nominations dans la hiérarchie militaire.

Outre le général Kosaner, les commandants des armées de terre, air et mer ont quitté leur poste, ce qui constitue une première en Turquie, pays membre de l'Otan, ont indiqué les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.

L'agence semi-officielle Anatolie a précisé de son côté que le chef d'état-major et ses commandants avaient demandé un départ anticipé à la retraite.

Quarante-deux généraux et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite sont actuellement incarcérés dans le cadre de complots présumés visant à renverser le gouvernement du parti de la justice et du développement (AKP).

L'armée souhaiterait que ces militaires puissent a priori bénéficier d'une promotion, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, tandis que le gouvernement voudrait qu'ils partent en retraite.

Parmi eux se trouve un général quatre étoiles qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

La décision des généraux de quitter leur poste est symbolique en Turquie où l'armée a été affaiblie depuis 2007 avec le lancement de plusieurs enquêtes sur des projets de complots qui auraient visé à déstabiliser le gouvernement par le biais d'un coup d'Etat militaire.

Le général Kosaner avait été nommé pour trois ans en 2010. Les trois autres commandants devaient partir fin août à la retraite.

L'an dernier, s'appuyant sur l'offensive judiciaire anti-complot, les membres civils du YAS, en particulier le Premier ministre, avaient bousculé la routine habituelle des promotions.

Ils avaient refusé de promouvoir ceux dentre eux qui sont impliqués dans des affaires de complot, ce qui avait entraîné un retard inhabituel dans la nomination du chef d'état-major actuel.

L'AKP s'est confronté plusieurs fois à l'armée turque depuis qu'il a pris les rênes du pays dans le but de vouloir réduire son influence dans la vie politique et à chaque fois réussi à remporter la bataille. (AFP, 29 juil 2011)

3 militaires tués dans une embuscade

Trois soldats turcs ont été tués dimanche dans le sud-est de la Turquie dans une embuscade tendue par des rebelles kurdes tandis qu'un officier blessé vendredi dans des accrochages a succombé à l'hôpital.

L'embuscade s'est produite dans une zone rurale près de la petite ville d'Ömerli, dans la province de Mardin, a précisé une source de sécurité locale.

Par ailleurs, un officier grièvement blessé vendredi dans des heurts avec des rebelles à Semdinli, proche des frontières irakienne et iranienne, est décédé dans une clinique militaire d'Ankara, a annoncé dimanche l'armée sur son site internet.

Les accrochages entre les forces de sécurité et les rebelles se sont multipliés depuis les élections législatives du 12 juin.

Le 16 juillet, treize soldats et sept rebelles ont péri dans des combats dans le sud-est de la Turquie, région peuplée en majorité de Kurdes.

Cet incident, le plus meurtrier pour l'armée turque depuis octobre 2008, a suscité une vive émotion et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a prévenu que l'armée turque allait faire payer "un prix élevé" aux rebelles.

Les autorités ont depuis décidé de renforcer les forces de sécurité dans les zones de combats par des unités spéciales de la police. (AFP, 24 juil 2011)

http://www.info-turk.be/395.htm#collective

 

19:55 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27/07/2011

Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison

Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison



Un tribunal d'Istanbul a condamné lundi à près de 23 ans de prison le meurtrier du journaliste turc d'origine arménienne Hrant Dink, dont l'assassinat en 2007 avait bouleversé la Turquie et soulevé une vague de critiques sur l'incapacité de l'Etat à assumer son devoir de protection.

Le tribunal, une cour d'assises pour enfants, a dans un premier temps condamné Ogün Samast à la prison à vie, puis a réduit sa peine à 21 ans et demi du fait qu'il n'était pas majeur au moment des faits. Mais il l'a aussi condamné à 16 mois de prison supplémentaires pour possession illégale d'arme.

Chômeur originaire de Trabzon (nord-est), Samast avait 17 ans quand il a abattu Hrant Dink le 19 janvier 2007 devant les locaux de l'hebdomadaire bilingue turco-arménien Agos, que celui-ci dirigeait, à Istanbul.

Cet attentat avait créé une onde de choc à travers la Turquie, et quelque 100.000 personnes avaient assisté aux obsèques du journaliste, qui plaidait pour la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens au regard de leur passé sanglant.

Dink était cependant la bête noire des milieux nationalistes, qui lui en voulaient d'avoir employé pour le massacre des Armémiens sous l'Empire ottoman le terme de "génocide", qu'Ankara rejette farouchement.

Le meurtre avait aussi donné lieu à des accusations contre les services de sécurité, informés des menaces qui pesaient sur Dink mais qui ne sont pas parvenus à assurer sa sécurité.

Un tribunal a ainsi condamné le mois dernier un colonel de gendarmerie et cinq autres gendarmes de Trabzon à des peines allant de quatre à six mois de prison pour négligence en lien avec le meurtre de Dink.

A l'issue du procès, les avocats de la partie civile se sont dits satisfaits du verdict.

"La Cour a rendu un verdict qui est proche de la plus lourde sanction possible", a déclaré Me Fetiye Cetin à des journalistes.

"Cette punition est importante pour empêcher que de tels actes mettant en danger notre capacité à vivre ensemble se répètent", a-t-elle ajouté.

Lors de précédentes audiences, Ogün Samast a reconnu avoir abattu Dink parce qu'il était un "ennemi des Turcs".

Lundi, peu avant que la cour rende son verdict, l'accusé a mis en avant sa mauvaise éducation et a affirmé qu'il avait été manipulé par la presse.

"Où est-ce que j'ai entendu parler d'Agos ? Où est-ce que j'ai entendu parler de Hrant Dink, le traître à la patrie ? Dans (les journaux) Vatan et Hürriyet !" s'est écrié Ogün Samast.

Six mois avant sa mort, Dink avait été condamné à six mois de prison pour "insulte à l'identité turque" en raison d'un article sur la mémoire collective des massacres d'Arméniens de 1915-1917. Il avait alors été pris à partie par de nombreux quotidiens.

Bien que l'accusé ait admis le meurtre, son avocat, Me Levent Yildirim, a demandé en vain l'annulation du procès, arguant que le statut de mineur de son client n'avait pas été reconnu dès le début de la procédure.

Les poursuites concernant Samast ne sont pas closes, puisque celui-ci est également jugé pour sa participation à une organisation terroriste, avec 18 de ses complices supposés.

Les proches de Hrant Dink espèrent que ce deuxième procès sera l'occasion de faire la lumière sur le rôle joué par les forces de sécurité et de prouver la détermination de l'Etat turc à faire respecter l'état de droit.

Les procureurs affirment que la police avait connaissance dès 2006 d'un complot visant à tuer le journaliste, orchestré depuis Trabzon.

En septembre, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait estimé que les autorités turques n'étaient pas parvenues à prendre les mesures appropriées pour protéger Dink, et prévenir son assassinat. (AFP, 25 juil 2011)

http://www.info-turk.be/395.htm#meurtrier

05:54 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

25/06/2011

Solidarité avec la population grecque

Rassemblement devant la mission de Grèce à  Genève en solidarité
avec la population grecque

 

L1001386.JPG
DSC_4422.JPG
DSC_4429.JPG
DSC_4430.JPG
DSC_4434.JPGDSC_4444.JPG
DSC_4448.JPG
DSC_4457.JPG
L1001460.JPG
L1001400.JPG
L1001406.JPG
L1001419.JPG
L1001427.JPG
L1001439.JPG
L1001455.JPG
L1001460.JPG
L1001466.JPGL1001470.JPG
L1001393.JPG


Depuis plus d‘un an, la population grecque expérimente sur son dos les effets du plan euro. Privatisations accélérées des biens publics, réduction des salaires et des retraites, augmentation de la TVA, de la précarité et du chômage sont les conséquences des plans dits «de sauvetage» de la Grèce.

Demain, les populations d’autres pays, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, l’Italie pourraient subir le même sort. D’ailleurs, des mesures brutales contre les retraites, les salaires, le service public et les prestations sociales sont déjà en cours d’application. Elles n’en seraient qu’accélérées.

En Grèce, la population est bien décidée à ne pas se laisser faire. Par centaines de milliers elle occupe les rues et les places du pays. Comme elle, en Espagne, en Italie, au Portugal, des dizaines de milliers de personnes se sont levées contre la précarité, la misère et un avenir sans futur.

En Grèce comme en Espagne, une répression souvent brutale s’abat sur les manifestants, tandis que les provocations directement inspirées par la police se multiplient dans le but de criminaliser l’indignation citoyenne et la protestation sociale.

A l’occasion des mobilisations en Espagne du mouvement du 15M, nous nous sommes constitués à Genève en assemblée de soutien aux campements organisés à Madrid, Barcelone et dans tant d’autres villes d’Espagne.

Aujourd’hui, Democracia real Ya, Ginebra, invite toutes celles et tous ceux que le diktat des banques et du Fonds Monétaire International indigne à venir manifester leur soutien à la population grecque en se rassemblant de manière pacifique ce vendredi 24 juin à 18h30 devant la mission de Grèce.

Car, c’est aussi la solidarité avec le peuple grec aujourd’hui qui permettra de faire face aux autres attaques de demain.

=================================

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

01:11 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

24/06/2011

STOP aux Expulsions sans relogement!

 

Rassemblement le 23 juin devant l’Hôtel de Ville contre les expulsions
DSC_4336.JPG
DSC_4339.JPG
DSC_4341.JPG
DSC_4342.JPG
DSC_4345.JPG
DSC_4348.JPG
DSC_4349.JPG
DSC_4363.JPG
DSC_4371.JPG

 

DSC_4372.JPG
DSC_4379.JPG
L1001369.JPG
L1001371.JPG
L1001375.JPG
L1001376.JPG
L1001379.JPG

 

MOBILISATION CONTRE LES EXPULSIONS!

Cet été, plus de 800 nouveau cas d'expulsions de locataires devraient être jugés! Selon la nouvelle procédure accélérée, qui ne prévoit qu'une audience unique devant la Chambre des baux et loyers, la machine à expulser les habitants normaux de la ville s'emballe, et cela alors qu'aucune solution de relogement -même temporaire - ne soit proposée!

C'est inacceptable. Face à l'incurie des autorités et la violation toujours plus flagrante du Droit au logement, nous voulons nous organiser, c’est la seule façon de faire valoir nos droits !

Nous prévoyons plusieurs actions dès maintenant :

- Rassemblement le 23 juin devant l’Hôtel de Ville à 18h30, où se tiendra la dernière session du Grand Conseil avant la pause estivale. Venez nombreux avec du matériel pour faire du bruit !

- Présence lors des audiences au Tribunal où se décident les expulsions. Un premier cas, exemplaire (voir ci-dessous), se jugera le mardi 28 juin, à 13h45, 6 Rue de l'Athenée. Notre présence est importante! Venons à 13h30!


Laissez faire, c’est la honte!

En 2010, le nombre de procédures d'expulsion de locataires entamées à fait un bond de 25%. Les ménages effectivement expulsés de leur logement sont passés de 493 en 2009, à 559 en 2010.

Ce scandale est dû en partie au fait que les loyers dépassent les possibilités de paiement de plus en plus de personnes. En effet, les retards de loyer ont augmenté de 55%.

Mais à présent les spéculateurs ne sont même plus obligés de profiter d'un retard pour résilier un bail. Une jurisprudence récente leur donne même le droit de résilier le bail, simplement parce que l'état du marché leur font penser pouvoir louer plus cher à une autre personne ! Evidemment, ce n'est pas la peine même de proposer une augmentation au locataire modeste en place, quand on a l'intention de doubler ou tripler le loyer...

Un cas exemplaire:

Il y a deux ans, Maria prend un retard de deux mois dans son loyer, retard très vite rattrapé. Mais, le propriétaire, qui désire vendre, en profite pour lui résilier son bail. Habitant cet appartement depuis plus de trente ans, Maria risque de se retrouver à la rue, malgré des recherches intensives menées depuis des mois. La spéculation immobilière provoque toujours plus de situations dramatiques de ce genre. Soyons à ses côtés le mardi 28 juin, à 13h30, 6 Rue de l'Athenée !

 

 

08:33 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

23/06/2011

Les députes kurdes boycottent le parlement Turc

Les députes kurdes boycottent le parlement Turc

Les députés kurdes élus lors des élections législatives du 12 juin ont décidé de boycotter le Parlement turc après l’invalidation du siège d’un important militant. La colère kurde gronde après l’invalidation mardi soir de l’élection de Hatip Dicle, sous prétexte d'une condamnation à 20 mois de prison pour des propos relevant de la loi antiterroriste.

blokmps.jpg


Cette décision, qualifiée de « complot juridique et politique » par le principal parti kurde BDP, a déclenché de vives rections et des dizaines de milliers de personnes ont descendu dans la rue dans puiseurs villes à travers le pays, notamment à Diyarbakir et à Istanbul.

Le Congrès pour une Société Démocratique (DTK), une plateforme d'associations et mouvements kurdes, dont le BDP, a appelé mercredi 22 juin les 35 autres nouveaux élus à boycotter le Parlement lors de sa rentrée prochaine.

Dans un communiqué rendu public après une réunion extraordinaire,  le DTK a affirmé que les députés, soutenus par le BDP, "doivent déclarer leur position ouvertement, conformément à leur précédente décision de ne pas aller au Parlement si même un seul d'entre eux est manquant."

Aujourd’hui, les députés indépendants du Bloc « Travail, Démocratie et Liberté » à l’initiative du BPD se sont réunis à Diyarbakir, chef-lieu du Kurdistan de Turquie, pour clarifier leur position face à l’invalidation.

« La décision a été prise de ne pas aller au Parlement » lorsqu'il effectuera sa rentrée mardi, a déclaré le Block.« Nous n’allons pas au parlement tant que le parlement et le pouvoir n’auront pas pris des mesures concrètes et corrigé cette injustice afin d’ouvrir la voix à une solution démocratique » a souligné Serafettin Elci, le député kurde du Bloc.

Le siège du Dicle, a été attribué à une candidate du Parti de la justice et du développement (AKP) du premier ministre Recep Tayyip  Erdogan, qui dispose maintenant de 327 députés. Le parti au pouvoir a besoin de trois autres sièges pour la majorité des deux tiers des députés (330 sièges).

http://www.kurdish-info.eu/News-sid-les-d-putes-kurdes-bo...

21:47 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

07/06/2011

Prestation de serment des conseillers municipaux de la communes de Lancy

 

Prestation de serment des conseillers municipaux de la communes de Lancy

 

DSC_1597.jpg

 

DSC_1603.JPG

L1000878.JPG

M. François Baertschi, Vice-président

M. Frédéric Renevey, Maire

et

M. Francois Lance, Conseiller administratif

DSC_1678.JPG

Président du Conseil municipal de Lancy

M. Damien BONFANTI, Les Verts

DSC_1566.JPGDSC_1578.JPG

 

Conseillères Municipales de

Groupe de la Parti Socialistes Lancy

DSC_1573.JPG

Mme Maria Belen - Gomez et Mme Vally Carter

DSC_1575.JPG

L1000895.JPGL1000894.JPGL1000886.JPGL1000885.JPGL1000875.JPG

François Lance, Conseiller administratif

L1000873.JPG

M. François Baertschi, Vice-président

L1000871.JPG

M. Frédéric Renevey, Maire
L1000866.JPGDSC_1668.JPGMme. Vally CARTER

DSC_1627.JPG
DSC_1617.JPG
DSC_1636.JPG
DSC_1687.JPG
M. Roger GOLAY
DSC_1649.JPG
DSC_1631.JPG
DSC_1595.jpg

01:45 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

04/06/2011

Indignons–Nous à Genève

Indignons–Nous à Genève

Cet après midi à Genève, près de 50 jeunes,se sont rassemblées devant les Bains des Pâquis pour exprimer leur ras-le-bol envers le système politique et économique.

DSC_1242.JPG

DSC_1246.JPG
L1000861.JPG

DSC_1248.JPG

L1000849.JPG
L1000854.JPG
L1000847.JPG
L1000846.JPG
DSC_1245.JPG

L1000844.JPG
DSC_1254.JPG
DSC_1263.JPG

DSC_1266.JPG

 

DSC_1267.JPG
DSC_1268.JPG

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

18:26 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

01/06/2011

Vive nos communes, vive la République!


Cérémonie de prestation de serment des conseillers administratifs, maires et adjoints des communes genevoises, mardi 31 mai 2011 à la cathédrale Saint-Pierre

DSC_0681.JPG
DSC_0620.JPG

 

 



Mesdames et Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers administratifs,

Mesdames et Messieurs les Adjointes et Adjoints,



Vous venez de prêter serment devant le Conseil d'Etat. A l'aube de la nouvelle législature municipale, ce serment solennel marque votre engagement en faveur de la communauté genevoise.

Dans une collectivité publique organisée telle que la nôtre, les compétences des autorités sont précisément réglées et délimitées par les institutions et les lois qui nous régissent. Ce sont celles de l'exécutif communal et celles de votre 'conseil municipal, qui sont exercées dans le cadre des compétences cantonales et fédérales. C'est en respectant, et en faisant respecter strictement les prérogatives des uns et des autres, que vous accomplirez pleinement la mission dont vous êtes investis.

Votre charge est belle. Elle est aussi difficile et exigeante. Elle implique de fortes attentes de la part de la population qui vous a élu et qui vous fait confiance. De même, les autorités cantonales vous font confiance pour que vous remplissiez vos fonctions avec honneur, zèle et exactitude, comme vous venez de le jurer ou de le promettre. Cette confiance dont vous êtes investis recouvre également le domaine fiscal et le nécessaire secret à observer sur les informations que vous serez amenés à connaître.

Votre mandat débutera demain, 1er juin. Dès ce jour, chacune et chacun d'entre vous incarnerez l'autorité exécutive dans votre commune et la représenterez à l'extérieur. Vous serez les porteurs de ses projets et de ses réalisations. Vous aurez le privilège de partager, au quotidien, les joies et les peines de vos administré-e-s.

Votre mission est fondamentale pour nos institutions. Elle est fondamentale, car les enjeux de la législature municipale qui s'ouvre aujourd'hui sont majeurs: ils s'inscrivent dans le périmètre de vos communes, ils s'inscrivent dans le périmètre du canton, ils s'inscrivent encore plus largement au cœur d'une agglomération qui s'étend sur deux pays, sur deux départements fran'çais et sur deux cantons suisses.

Ensemble, nous devrons répondre aux besoins des habitant-e-s de la région. Ensemble, nous devrons construire des logements, assurer l'emploi et la sécurité, organiser la mobilité, tout en garantissant la préservation de l'environnement.

Dans un même temps, les collectivités publiques genevoises seront confrontées aux défis découlant des négociations complexes qui se déroulent actuellement entre l'Union européenne et la Suisse au sujet de la fiscalité des cantons.

Les communes doivent envisager la perspective de la suppression de la taxe professionnelle. Elles sont déjà étroitement associées aux réflexions du Conseil d'Etat pour trouver, ensemble, des solutions permettant d'en limiter les effets sur les finances publiques.

L'une des réponses à ces défis réside sans nul doute dans une intercommunalité accrue. L'intercommunalité permet tout à la fois de mutualiser les ressources et de mener une action publique mieux coordonnée et plus efficace.


Les décisions que vous serez amenés à prendre demandent responsabilité et courage. C'est pourquoi, et avant de conclure, je souhaite partager avec vous, en ce jour, une réflexion inspirée de la philosophe française Cynthia Fleury. Elle souligne l'importance du courage en politique. Non pas le courage sans risque, qui instrumentalise la déception individuelle ou collective, mais celui qui s'oppose à la lâcheté, au divertir et au plàire. Un tel courage est seul propre à garantir la pérennité des institutions, la liberté et le partage respectueux d'un pouvoir qui ne nous est que momentanément confié ..

Les défis qui vous attendent sont nombreux et passionnants. Vous avez la belle tâche d'y répondre pour construire, avec votre conseil municipal, l'avenir de notre communauté. Je . vous souhaite beaucoup de joie dans l'accomplissement de votre mandat et la force d'exercer le vrai courage.

Vive nos communes, vive la République!

Michèle Künzler

Conseillère d'Etat chargée du département de l'intérieur et de la mobilité

DSC_0612.JPG
DSC_0626.JPG
DSC_0636.JPG
DSC_0639.JPG
DSC_0640.JPG
DSC_0641.JPG
DSC_0642.JPG
DSC_0644.JPG
DSC_0651.JPG
DSC_0652.JPG
DSC_0655.JPG
L1000685.JPG
DSC_0658.JPG
DSC_0693.JPG
L1000687.JPG
L1000716.JPG
L1000718.JPG
DSC_0708.JPG
DSC_0701.JPG
DSC_0715.JPG
DSC_0722.JPG
DSC_0725.JPG
DSC_0728.JPG
DSC_0729.JPG
DSC_0737.JPG
DSC_0743.JPG
DSC_0745.JPG
DSC_0748.JPG
DSC_0750.JPG
DSC_0753.JPG
DSC_0757.JPG
DSC_0759.JPG
DSC_0761.JPG
DSC_0768.JPG
DSC_0772.JPG
DSC_0773.JPG
DSC_0785.JPG
DSC_0792.JPG
DSC_0797.JPG
DSC_0798.JPG
DSC_0801.JPG
L1000661.JPG
DSC_0575.JPG
DSC_0576.JPG
DSC_0579.JPG
DSC_0583.JPG
DSC_0820.JPG
DSC_0587.JPG
DSC_0586.JPG
DSC_0590.JPG
DSC_0805.JPG
DSC_0817.JPG
DSC_0824.JPG
L1000727.JPG
sami0001.png
prestation de serment 20001.pngprestation de serment 30001.png
DSC_0067.JPG
Vive nos communes, vive la République!

00:53 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

22/05/2011

Basta Ya ! ( Assez ! )

Dimanche à 11h00 devant le consulat d'Espagne à Genève. Une dizaine de manifestants ont soutenu avec le jeunes espagnoles.

 

Interview de Monsieur Alfonso Gomez CruzDSC_0102.JPG

DSC_0118.JPG
DSC_0124.JPG
DSC_0272.JPG
DSC_0275.JPG
DSC_0273.JPG

 

========================================================================================

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

20:58 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

09/05/2011

Manifestation pour la mobilité douce

 

DSC_0003.JPG
L1000482.JPG

 

L1000480.JPG

Intervention de Madame Conseillère

d'Etat Michèle Künzler

L1000478.JPG
L1000475.JPG
L1000473.JPG

Intervention de Madame Aurélie Anstett

L1000470.JPG
L1000468.JPG

Intervention de Madame Anne-Cécile Reimann

DSC_0011.JPG

DSC_0022.JPG
DSC_0023.JPG
DSC_0033.JPG

Intervention de Monsieur Thibault Schneeberger

 

DSC_0044.JPG
DSC_0046.JPG
DSC_0062.JPG
DSC_0065.JPG

Intervention de Monsieur Léonard Graf

DSC_0068.JPG

DSC_0069.JPG
L1000486.JPG

DSC_0091.JPG
DSC_0087.JPG
DSC_0073.JPG
DSC_0095.JPG
DSC_0103.JPG
DSC_0106.JPG
DSC_0113.JPG

DSC_0127.JPG

DSC_0123.JPG

Plus jamais ça

DSC_0145.JPG
DSC_0153.JPG

DSC_0156.JPG

DSC_0149.JPG
DSC_0152.JPG
DSC_0158.JPG
DSC_0167.JPG
DSC_0171.JPG
DSC_0166.JPG
DSC_0170.JPG
DSC_0168.JPG

DSC_0164.JPG

15:13 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

28/04/2011

1 mai 2011 : égalité salariale homme et femme + salaire minimum légal : CHF 4000


2011-05-01mai_salaires.png


programme 1er mai 2011


11h    monument aux Brigadistes engagés pour la défense de la République espagnole attaquée les franquistes (début de la rue Dancet à Plainpalais), allocutions de Margerite BOUGET Syna, puis d’Alexander ENILINE PdT, apéritif offert

15h départ du cortège du boulevard James-
Fazy empruntant place des 22-Cantons, rue de Chantepoulet, rue et pont du Mont-Blanc, place du Port, place Longemalle, rues Basses, rue de la Corraterie, place Neuve, puis finalement parc des Bastions

16h    place Neuve,
devant l’entrée du parc des Bastions, allocutions de Danielle PARMENTIER Unia, puis Jean BATOU de solidaritéS

17h parc des Bastions, partie f
estive

–dès 12h et jusqu’à 23h, restauration avec plus de 40 stands et un
manège

–au crépuscule, une projection organisée par
Spoutnik

 


2011-05-01mai_TRACT
_4a5.pdf
2011-05-01mai_TRACT_4a5-2.pdf


halte au d
umping salarial  !

–pas de salaire inférie
ur à 4000 francs  !

–de meilleurs salaires po
ur toutes et tous  !

–signons l’initiative fédérale pour le sal
aire minimum légal  !

Un salaire minimum léga
l pour vivre décemment

Toute personne travaillant à plein temps doit pouvoir vivre décemment. Ce n’est pas le cas des 400 000 salarié-e-s gagnant moins de 22 fr.de l’heure. Les primes d’assurance-maladie et les loyers élevés pèsent lourd sur leur budget. Nombre d’entre eux dépendent de l’aide sociale malgré un emploi à plein temps. Une personne sur sept en Suisse se situe sous le seuil de pauvreté. Avec un salaire minimum, on peut arrêter ce scandale  !

et pour l’égalité salariale

Les bas salaires existent dans de nombreuses professions. Mais ce sont, à plus de 70%, les femmes qui sont concernées  : elles sont discriminées sur ce plan. Un salaire minimum garanti représente donc un pas significatif vers l’égalité salariale.

En réponse au dumping   !

Les employeurs sans scrupules exercent une pression accrue sur les salaires en pratiquant la sous-enchère salariale  : non-respect des salaires d’usage, sous-traitance à bas prix, engagement d’intérimaires sous-payés… Les salaires du personnel fixe en pâtissent. Qui osera exiger une augmentation si son patron peut recourir à des emplois sous-payés ? Seul un salaire minimum garanti offre une protection générale contre le dumping salarial.

Renforcer les conventions collectives

Les branches ayant déjà des salaires minimums conventionnels plus élevés tireraient profit d’un salaire minimum légal  : les employeurs ne pourront plus facilement contourner les conventions collectives de travail (CCT) existantes et faire des économies au dépens du personnel. Un salaire minimum légal renforce donc les CCT et rend la conclusion de nouvelles plus aisée.

NON aux profiteurs

Bénéfices des actionnaires et rémunérations des managers explosent ces dernières années, malgré la crise. Dans les grandes entreprises, le rapport entre le salaire d’un cadre supérieur et le salaire le plus faible est déjà de 1 à 55. L’initiative contribue à ce que l’argent revienne à celles et ceux qui créent la richesse

Avec l’initiative fédérale  :

le droit à un salaire minimum décent sera ancré dans la Constitution fédérale ; le salaire minimum est fixé à 22 francs de l’heure, l’équivalent d’un salaire mensuel de CHF 4000 sur 12 mois (pour 42 h. par
semaine), indexé régulièrement ;

Confédération et cantons adopteront des mesures pour protéger les salaires, et encourageront la conclusion de conventions collectives
comportant des salaires minimums ;

les cantons pourront fixer un salaire minimum cantonal plus élevé. OUI à l’initiative cantonale

En 2008, plus de 12 300 citoyen-ne-s ont signé à Genève, en 3 mois, l’initiative cantonale "Pour le droit à un salaire minimum légal", qui sera votée en automne. Elle veut que le canton institue un salaire minimum légal "afin que toute personne exerçant une activité salariée puisse disposer d’un salaire lui garantissant des conditions de vie décentes". Un OUI majoritaire à cette initiative contribuera à faire aboutir un salaire minimum à l’échelle nationale. D’autre part, l’initiative cantonale donne l’obligation au canton d’édicter un salaire minimum, alors que l’initiative fédérale n’en ouvre que la possibilité. Or, à Genève, il faudra fixer un salaire minimum tenant compte du coût de la vie et du niveau des salaires du canton.

Il faut donc signer l’initiative fédérale et v
oter OUI à l’initiative cantonale   !

==========================================

Non à la suppression du RMCAS  !

Le projet de modification de la loi sur l’aide sociale se situe dans la droite ligne de la politique de gestion du chômage du Conseil d’Etat.

Son principal artisan, le Conseiller d’Etat François Longchamp, a introduit l’aide au mérite en 2006
pour les bénéficiaires de l’aide sociale.

En 2008, il réduisait drastiquement la durée de protection des chômeuses et chômeurs en supprimant les emplois temporaires. Dans la foulée, il ferma abruptement son service des mesures cantonales le 1er octobre 2010 dans la plus grande discrétion, réussissant à travestir les statistiques du chômage et celles de l’aide sociale. Début 2011, il poursuit son œuvre et tente d’envoyer massivement sur l’aide sociale les chômeurs et chômeuses en fin de droit, en supprimant le RMCAS.

Cet afflux de personnes précarisées a encore été accentué avec l’introduction, le 1er avril 2011, de la 4e révision de la loi sur l’assurance chômage (LACl), – largement refusée par la population genevoise. Celle-ci a privé de protection près de 10 % des assurés cactuels et précipité à Genève environ 2300 d’entre-eux et leurs familles à l’aide sociale. En envoyant les chômeurs en fin de droit à l’aide sociale, le Conseil d’Etat nie la réalité du chômage de longue durée et réduit ces conséquences collectives découlant de critères économiques à un problème individuel d’adéquation au marché local du travail.

Les syndicats et les partis de l’Alternative ont combattu par référendum le projet de loi accepté au Grand Conseil par la majorité bourgeoise et par les partis populistes.

Au travers de ce référendum, c’est toute la politique cantonale en matière de chômage qui est dénoncée. En effet celle-ci a démontré ces dernières années être une véritable antichambre de la précarité, avec des programmes de placement sans contrepartie en matière de formations qualifiantes et avec des rémunérations ne permettant aux bénéficiaires de sortir de la pauvreté.

Pour les syndicats et les partis de l’Alternative, lutter contre le chômage c’est d’un côté exiger que l’Etat cesse la politique d’austérité et de blocage des engagements dans le secteur public et parapublic, notamment dans le domaine de l’accompagnement et soin de personnes âgées, accompa gnement de l’enfance avant et durant la scolarité, etc. Et de l’autre, c’est développer une politique de ré-industria lisation durable, de soutien aux industries locales socialement utiles, notamment à travers la création d’un fond pour l’emploi.

Mais la lutte contre la paupérisation des actuels exclus du marché du travail doit aussi être entreprise contre la précarisation accrue des personnes en emploi. Si le Parti radical genevois a récemment revendiqué un policier par 1000 habitant-e-s ; le mouvement syndical réclame lui depuis plusieurs années l’engagement par l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail d’inspecteurs supplémentaires pour renforcer les contrôles sur le « marché du travail », pour constater et dénoncer les cas de sous enchères salariales, pour contrôler la sous-traitance dans les marchés publics  : un inspecteur pour 10’000 travailleurs - c’est la norme d’une recommandation de l’OIT.

Dans l’urgence, les syndicats et les partis de l’Alter native ont interpellé le gouvernement afin que le canton et la République de Genève prenne en charge des indemnités journalières compensant les réductions subies par la révision de la LACI ainsi qu’un droit à 120 jours d’indemnités cantonales pour tous les chômeurs et toutes les chômeuses en fin de droit.

================================
===========

l’égalité des salaires, maintenant  !

Bien que le principe d’un salaire égal pour un travail de valeur égale soit inscrit dans la Constitution fédérale depuis le 14 juin 1981, l’égalité des salaires entre femmes et hommes est encore loin d’être acquise en Suisse. Trente ans plus tard, les femmes gagnent en moyenne 20 % de moins que les hommes et, ces dernières années, les écarts se creusent à nouveau. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance. Les paiements extraordinaires, les bonus et les autres composantes variables du salaire augmentent. Les écarts entre les rémunérations les plus élevées et les bas salaires ne cessent de se creuser. La tendance des entreprises à instaurer le salaire au mérite favorise aussi les discriminations salariales.

Contrôler l’application de la loi sur l’égalité

La loi sur l’égalité entre femmes et hommes (LEg) en vigueur depuis 1986 ne suffit pas à éradiquer les inégalités salariales. C’est surtout dans le secteur public que des plaintes pour discrimination salariale ont pu aboutir au paiement d’arriérés de salaire. A cause du manque de transparence des salaires et de la peur du licenciement, les procédures devant les tribunaux sont plus rares dans le secteur privé où pourtant les inégalités de salaires entre femmes et hommes sont les plus fortes. Traiter la discrimination salariale au cas par cas ne suffit plus. L’absence de contrôle des entreprises voulue par les Chambres fédérales empêche de contrer efficacement les discriminations. Les syndicats veulent doter les autorités publiques de compétences d’investigation et d’intervention dans les entreprises pour faire appliquer la loi.

Garantir l’autonomie économique des femmes

400’000 personnes en Suisse gagnent moins de CHF 4000 par mois et 70 % d’entre elles – soit environ 300’000 – sont des femmes ! Les branches pratiquant des bas salaires sont aussi celles où les femmes sont les plus représentées, comme la vente, les soins, l’hôtellerie et la restauration, la coiffure, l’économie domestique, la garde d’enfants, etc. Il faut que cela change ! Le salaire des femmes n’est pas un salaire d’appoint. Il en va de leur indépendance économique. Elles élèvent souvent seules leurs enfants et il n’est pas normal d’avoir un travail et de devoir s’adresser aux services sociaux pour boucler les fins de mois. L’initiative syndicale pour instaurer un salaire minimum légal à CHF 4000 permettra de combattre efficacement les discriminations salariales.

14 juin 2011   : participez à la journée d’actions et de revendications  !

20 ans après la grève nationale des femmes, les discriminations demeurent dans tous les domaines, au travail comme dans les assurances sociales. Cela tient au fait que les femmes continuent à être responsables à titre principal du travail domestique et familial, ainsi que de l’éducation des enfants. L’égalité sur le papier ne suffit plus. Les femmes en ont assez des listes d’attente pour une place en crèche, des emplois précaires, des temps partiels contraints, des retraites minables, du harcèlement sexuel et des forces réactionnaires contre l’avortement. C’est pourquoi les syndicats appellent hommes et femmes à se mobiliser le 14 juin 2011.

=========================================== Portez la couleur violet-fuchsia et écoutez radio Resistencia (93.8 FM)

14h06   : organisez des actions sur votre lieu de travail, des pauses prolongées, rassemblements

17h30  : manifestation rassemblement zone piétonne du Mont-Blanc

19h   : soirée
festive aux Bastions

Visitez les sites !

Collec
tif genevois   : www.14juin2011-ge.ch

Sur le
harcèlement sexuel   : www.non-c-non.ch

Sur l’égalité salariale   : www.equality-salaire.ch

Sur la LEg   : www.leg.ch

=========================================

=============================================

Comité d’organisation du 1er Mai

Le Comité d’organisation des manifestations du 1er mai est constitué par les membres collectifs que sont les organisations suivantes : la Communauté genevoise d’action syndicale, le Parti du Travail, le Parti socialiste genevois, solidaritéS, Les Verts, des syndicats ou associations de personnel des organisations internationales sises à Genève.


Y participent également des organisations associées qui ont fait une demande d’affiliation auprès du Comité.
==============================================

2011 = CGAS, PdT, PSG, solidaritéS, Les Verts, le Syndicat du personnel du BIT et les associations de personnel du CERN, de l’OIM, de l’OMS et de l’UIT  : soutenu par AVIVO, les Indépendants de Gauche, OSEO Œuvre suisse d’entraide ouvrière, CCSI Centre de Contact Suisses-Immigrés Genève, ASSMP Association Maison Populaire de Genève, MPF Mouvement populaire des familles, LSDH Ligue Suisse des Droits de l’Homme, ATTAC Genève, CUP Collectif urgence Palestine, JSG Jeunesse socialiste genevoise, EuroMayDay, DAL Défense des Aîné-e-s des Locataires de l’Emplo
i et du Social



à la tombée du jour, « Chomsky et le pouvoir » de Daniel MERMET

La production cinématographique en plein air qannoncée sera réalisée par les opérateurs de Spoutnik à l’initiative du groupe « genève libertaire » dans le cadre d’un événement plus large appelé « jours de mai ».

Elle se déroulera dans le parc des Bastions devant le bassin au pied du Mur des Réformateurs.

Le film sélectionné cette année est celui produit par Daniel MERMET « Chmosky et le pouvoir », il sera visible dès la tombée de la nuit. En cas de pluie, sa production sera faite dans les murs de Spoutnik.

============================================

28logo-assmp2010bcgeR.jpg

 

 

18:08 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18/04/2011

Le triomphe de la gauche en 81 photos!

En Ville de Genève, l’Alternative place ses quatre candidat-e-s. Les brillantes élections de Sandrine SALERNO et de Sami KANAAN, démontrent, si besoin est, quela politique que nous appliquons depuis plus de 20 ans, avec une gauche unie, correspond pleinement aux attentes des Genevois-e-s. Privilégier la qualité de vie, favoriser une mobilité intelligente et une sécurité de proximité,se battre pour des logements acceptables, des prestations sociales de qualité et des emplois notamment pour les jeunes,sont autant de préoccupations qui touchent le coeur des habitant-e-s de la cité. Les Genevois-e-s ont continué à faire confiance aux partis qui se soucient de leurs vrais problèmes.


Dans les communes suburbaines, le parti socialiste confirme sa position. A Carouge, Stéphanie LAMMAR réussit l’exploitde prendre la place d’un magistrat sortante Elisabeth Gabus-Thorens fait son entrée à Confignon. Monique Boget à Meyrin, Carole-Anne Kast à Onex, Frédéric Renevey à Lancy confirment leur présence de terrain et sortent chaque fois en tête!Soulignons encore qu’à Vernier, une alliance républicaine parvient à bouter hors du Conseil administratif le représentant du MCG avec le renouvellement de confiance accordé à Thierry Apothéloz.

 

IMG_4168.JPG
DSC_0002.JPG
DSC_0006.JPG
DSC_0007.JPG
DSC_0008.JPG
DSC_0011.JPG

 

DSC_0018.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0037.JPG
DSC_0045.JPG
DSC_0067.JPG
DSC_0078.JPG
DSC_0070.JPG
DSC_0108.JPG
DSC_0110.JPG
DSC_0113.JPG
DSC_0117.JPG
IMG_4159.JPG
IMG_4162.JPG
IMG_4163.JPG
IMG_4164.JPG
IMG_4169.JPG
IMG_4170.JPG
IMG_4176.JPG
IMG_4179.JPG
IMG_4186.JPG
IMG_4187.JPG
IMG_4198.JPG
IMG_4200.JPG
IMG_4208.JPG
IMG_4215.JPG
IMG_4220.JPG
IMG_4223.JPG
IMG_4233.JPG
DSC_0043.JPG
IMG_4260.JPG
IMG_4264.JPG
IMG_4281.JPG
IMG_4298.JPG
IMG_4300.JPG
L1000079.JPG
L1000080.JPG
L1000081.JPG
L1000084.JPG
L1000086.JPG
L1000090.JPG
L1000091.JPG
L1000093.JPG
L1000094.JPG
L1000096.JPG
L1000097.JPG
L1000103.JPG
L1000106.JPG
L1000109.JPGDSC_0060.JPG
DSC_0132.JPG
DSC_0140.JPG
DSC_0154.JPG
IMG_4307.JPG
IMG_4319.JPG
DSC_0157.JPG
IMG_4315.JPG
DSC_0160.JPG
DSC_0164.JPG
DSC_0173.JPG
DSC_0178.JPG
DSC_0179.JPG
DSC_0182.JPG
DSC_0184.JPG
DSC_0190.JPG
DSC_0199.JPG
DSC_0202.JPG
DSC_0203.JPG
IMG_4323.JPG
DSC_0210.JPG
DSC_0213.JPG
DSC_0217.JPG
IMG_4265.JPG
IMG_4267.JPG
IMG_4269.JPG
IMG_4271.JPG
Le communiqué de presse sur les Elections au Conseil administratif dans les communes genevoises

Les Socialistes, plus que jamais le parti de la proximité, de la crédibilité et de l’engagement !


Les Socialistes confirment leur ancrage dans les communes. Après une campagne où l'entente n’a eu de cesse de fomenter des alliances externes soit pour profiter du MCG (les Radicaux à Vernier), soit pour le combattre (les Libéraux-UDC à Genève), les Socialistes, fidèles à leur position de parti de la proximité, ont bénéficié une fois encore de la confiance d’une population qui se reconnaît dans ses idéaux, et qui récompense un vrai bilan.


En Ville de Genève, l’Alternative place ses quatre candidat-e-s. Les brillantes élections de Sandrine SALERNO et de Sami KANAAN, démontrent, si besoin est, quela politique que nous appliquons depuis plus de 20 ans, avec une gauche unie, correspond pleinement aux attentes des Genevois-e-s. Privilégier la qualité de vie, favoriser une mobilité intelligente et une sécurité de proximité,se battre pour des logements acceptables, des prestations sociales de qualité et des emplois notamment pour les jeunes,sont autant de préoccupations qui touchent le coeur des habitant-e-s de la cité. Les Genevois-e-s ont continué à faire confiance aux partis qui se soucient de leurs vrais problèmes.


Dans les communes suburbaines, le parti socialiste confirme sa position. A Carouge, Stéphanie LAMMAR réussit l’exploitde prendre la place d’un magistrat sortante Elisabeth Gabus-Thorens fait son entrée à Confignon. Monique Boget à Meyrin, Carole-Anne Kast à Onex, Frédéric Renevey à Lancy confirment leur présence de terrain et sortent chaque fois en tête!Soulignons encore qu’à Vernier, une alliance républicaine parvient à bouter hors du Conseil administratif le représentant du MCG avec le renouvellement de confiance accordé à Thierry Apothéloz.


Aujourd’hui, les électeur-trice-s ont une fois de plus fait une confiance accrue dans la capacité des Socialistes à trouver des réponses aux problèmes quotidiens qu’ils/elles rencontrent sur leur lieu de vie. Crédibilité, écoute, efficacité sont les maîtres mots d’une action toujours orientée vers l’amélioration de la qualité de vie, le renforcement de la citoyenneté, mais également le soutien aux plus défavorisé-e-s et la promotion d’une solidarité active. Le Parti socialiste l’a démontré aujourd’hui, partout où il se présentait: il est le parti des Genevois-es.


Le Parti socialiste genevois tient à remercier tou-te-s les militant-e-s qui se sont impliqué-e-s dans cette campagne et qui en ont fait ce succès. Cette réussite est aussi celle de la cohésion qui a porté l'Alternative tout au long de ces derniers mois. Nous nous réjouissons de continuer dans le même esprit vers les élections nationales de cet automne.

René LONGET, Président

Arnaud MOREILLON, Secrétaire général
Aperçu Document[1].jpg

 

 

22:11 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

14/04/2011

Pourquoi élire Sandrine Salerno et Sami Kanaan au Conseil administratif ?

Pourquoi élire Sandrine Salerno et Sami Kanaan au Conseil administratif ?

On vote et on fait voter!

 

Sandrine SALERNO et Sami KANAAN.jpg


1. Genève a besoin de femmes et d’hommes qui trouvent des solutions aux défis sociaux actuels.
Genève a le taux de chômage le plus élevé de Suisse. Au même titre que l’accès au logement, le droit au travail et à un salaire décent reste encore à conquérir. Les Socialistes défendent une économie qui profite aux habitantes et habitants. Sous notre impulsion, 10 millions ont été débloqués pour favoriser l’emploi local de proximité.

2. Genève a besoin de personnalités travailleuses, déterminées et rassembleuses.
Sandrine Salerno et Sami Kanaan sont unanimement reconnu-e-s pour leurs compétences et leur ténacité, qui permettent de mener à bien des projets complexes et difficiles, même leurs adversaires politiques l’admettent. Ils savent écouter et peuvent faire évoluer leurs positions afin d’aboutir à une solution concertée.

3. Genève a besoin à sa tête de femmes et d’hommes qui osent faire des propositions courageuses.
Sandrine Salerno a réformé le logement social. Un travail de longue haleine où elle n’a pas hésité à supprimer les privilèges et bousculer les acquis du passé. Les Socialistes s’engagent à développer l’offre de logements à loyer accessible.
Sami Kanaan a défendu dès le début le projet CEVA, même lorsque la droite populiste l’a combattu avec des arguments fallacieux, car c’est un projet porteur d’avenir.

4. Genève a besoin d’élu-e-s à son image
Sandrine Salerno et Sami Kanaan sont représentatif-ve-s de la Genève multiculturelle et ouverte que nous souhaitons valoriser. 

21:59 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

10/04/2011

l'Alternative rose-verte-rouge de maintenir la majorité au Conseil Administratif

 

Madame la maire Sandrine SALERNO

et

Monsieur Sami KANAAN

(Candidates Parti socialiste pour conseil administrative de la ville de Genève)

Madame Esther ALDER

(Candidat les verts pour conseil administrative de la ville de Genève)

 

Monsieur Rémy PAGANI

 

(Candidat Ensemble à Gauche pour conseil administrative de la ville de Genève)

affiche alternative.jpg
DSC_0548.JPG
DSC_0552.JPG

Madame La mairie SandrineDSC_0567.JPG

DSC_0589.<mce:script type=
Monsieur Sami KANAAN
DSC_0542.JPG
Mesdames Esther ALDER et Aurore BUI
205547_1659822587549_1596716979_31478646_5825709_n-1.jpg Monsieur Rémy PAGANI (Ensemble à Gauche) DSC_0543.JPG
DSC_0581.JPG
DSC_0575.JPG
DSC_0538.JPG
DSC_0529.JPG
DSC_0533.JPG
Candidat-e-s pour Conseil administrative de la Commune de Carouge
Mme LAMMAR Stéphanie
Mme DE HALLER Jeannine
M. WALDER Nicolas
carouge ca.jpg
DSC_0493.JPG
DSC_0514.JPG

Mme Stéphanie LAMMAR
et
MmeJeannine DE HALLER

 

carouge.jpg
Mme LAMMAR Stéphanie
Mme DE HALLER Jeannine
M. WALDER Nicolas
DSC_0498.JPGDSC_0503.JPG
DSC_0504.JPG
DSC_0507.JPG
DSC_0509.JPG

Candidates pour Conseil administrative de Commune d'ONEX

Mme. Carole-ANNE KAST

et

Mme.Ruth BÄNZIGER

DSC_0008.JPGDSC_0599.JPG

Mme. Carole-ANNE KAST, Mme. Ruth BÄNZIGER et M. René LONGETDSC_0673.JPGDSC_0669.JPG

DSC_0655.JPG
DSC_0632.JPG
DSC_0623.JPG
DSC_0607.JPG
DSC_0671.JPG

Candidates pour Conseil administrative 

de la Ville de Lancy

M. Frédéric RENEVEY

et

M. François BAERTSCHI

DSC_0012.JPG
DSC_0454.JPG

M. Frédéric RENEVEY(Parti Socialiste)

F_Baertschi_2.jpg

M. François BAERTSCHI (Les Verts)

DSC_0472.JPG
DSC_0479.JPGDSC_0002.JPG

Candidats pour Conseil administrative

de la Commune de Vernier

M. Thierry APOTHELOZ

et

M. Yvan ROCHAT

1288397723.jpg
Thierry APOTHELOZ.jpg
Yvan ROCHAT.jpg

M. Yvan ROCHAT (Les Verts)

PS VERT MEYRIN.jpg

Candidats pour Conseil administrative
de la Commune de Meyrin

Mme Monique BOGET (Les Socialistes)
et
M. Pierre-Alain TSCHUDI
(Les Verts)

LES VETS PS MEYRIN.jpg
PS MEYRIN.jpg

Mme Monique BOGET (Les Socialistes)

Pierre_Alain2.jpg

M. Pierre-Alain TSCHUDI (Les Verts)
============================================

Candidat pour Conseil administrative 

de la Commune de Confignon

Mme. Elisabeth GABUS-THORENS
(Les Socialistes)
gabus CONFIGNON.jpg
Candidat pour Conseil administrative
de la Commune de Bernex
Madame Guylaine ANTILLE
Guylaine ANTILLE.jpg

Candidat pour Conseil administrative
de la Commune de Chêne-Bourg
Mme. Mireille MAHRER
(Les Socialistes)
Mireille MAHRER pour Chêne-Bourg.jpg

Nous Souhaitions bon courage et chance à tous les Candidat-e-s pour Conseil administrative de la ville de Genève et toutes les communes

La lutte Continue
Au nom du Maison populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

Case postale 1141

1211 Genève1 Suisse

Tel : 0041(0)79 256 30 11

Banque cantonale de Genève (BCG)

Compte : 5021.30.88 (pour franc suisse)

IBAN : CH4200788000050213088 (montant étrange)

SWIFT/BIC : BCGECHGGXXX

Clearing/CB : 788

Tout don, quel que soit son montant, sera le bienvenu. Il peut

être versé au compte suivant : BCGE ccp 12-1-2 compte : 5021.30.88

 

12:22 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

01/04/2011

Les candidats au Conseil Administratif sur la gril

 

La Tribune a rencontré les 10 candidats au Conseil administratif de la Ville de Genève

DSC_0627.JPG

DSC_0725.JPG

DSC_0410.JPG
DSC_0500.JPG
DSC_0423.JPGDSC_0398.JPG
DSC_0399.JPG
DSC_0414.JPG
DSC_0423.JPG
DSC_0445.JPG
DSC_0469.JPG
DSC_0573.JPG
DSC_0461.JPG
DSC_0492.JPG
DSC_0481.JPG
DSC_0496.JPGDSC_0502.JPG
DSC_0520.JPG
DSC_0522.JPG
DSC_0523.JPG
DSC_0529.JPG
DSC_0532.JPG
DSC_0554.JPG
DSC_0567.JPGDSC_0773.JPG
DSC_0765.JPG
DSC_0750.JPG
DSC_0742.JPG
DSC_0723.JPG
DSC_0721.JPG
DSC_0704.JPGDSC_0693.JPG
DSC_0682.JPG
DSC_0677.JPG
DSC_0665.JPG
DSC_0664.JPG
DSC_0663.JPG
DSC_0662.JPG
DSC_0567.JPG
L1000854.JPGDSC_0562.JPG
DSC_0601.JPG
DSC_0671.JPGDSC_0581.JPG

 

11:59 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

13/03/2011

Pour Conseil administrative de la ville de Genève et toutes les Communes , La lutte Continue

 

Nous félicitons tous les élues du conseil municipale de la ville de Genève et toutes les communes

Au nom du Maison populaire de Genève

Demir Sönmez

 

DSC_0280.JPG
DSC_0291.JPG
DSC_0301.JPG
DSC_0305.JPG
DSC_0306.JPG

 

DSC_0326.JPG
DSC_0439.JPG

 

DSC_0311.JPG
DSC_0314.JPG
DSC_0321.JPG
DSC_0332.JPG
DSC_0334.JPG
DSC_0337.JPG
DSC_0339.JPG

 

DSC_0343.JPG
DSC_0345.JPG
DSC_0350.JPG
DSC_0352.JPG
DSC_0377.JPG
DSC_0379.JPG

 

DSC_0380.JPG
DSC_0380.JPG
DSC_0382.JPG
DSC_0387.JPG

 

DSC_0390.JPG
DSC_0406.JPG
DSC_0409.JPG

 

DSC_0414.JPG
DSC_0417.JPG
DSC_0419.JPG
DSC_0429.JPG
DSC_0435.JPG

 

DSC_0443.JPG

 

DSC_0444.JPG
DSC_0450.JPG
DSC_0451.JPG
DSC_0458.JPG
DSC_0463.JPG
DSC_0466.JPG

 

DSC_0467.JPG
DSC_0470.JPG
DSC_0473.JPG
DSC_0493.JPG
DSC_0507.JPG

 

DSC_0508.JPG
DSC_0518.JPG
DSC_0523.JPG
DSC_0529.JPG
DSC_0536.JPGDSC_0496.JPG

Monsieur Rémy PAGANI,


Madame Sandrine SALERNO,


Monsieur Sami KANAAN,


Monsieur Boris DRAHUSAK


et


Madame Esther ALDER


Candidat-e-s pour Conseil administrative


de la ville de Genève,


La lutte Continue

 

 

 


23:47 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

11/03/2011

Parti socialiste fort, au sein d'une Alternative forte!

DSC_0156.jpg



J-3: Dernier moment pour voter et faire voter! (Lettre n° 5)
Ce dimanche nous connaîtrons la nouvelle configuration des Conseils municipaux des communes genevoises, et notamment celui de la Ville de Genève. A ce jour la participation est encore basse (cf. Service des votations et élections <http://www.ge.ch/elections/20110313/participation/> , 24.6% le 9 mars à 16h)! Il est donc URGENT de voter et faire voter, la liste des Socialistes <http://www.ps-geneve.ch/elections-votations/elections-mun...>  évidemment (n° 2)!

Chaque voix compte, réellement. Une abstention à gauche signifie un soutien aux forces populistes ou à la droite. Pensez-y! Si vous ratez le vote par correspondance (envoi jusqu'au jeudi 10 mars) allez dimanche matin dans votre local de vote, entre 10 et 12 heures, promenade sympathique avant ou après le brunch matinal, ou le culte ou la messe ou la balade du chien ou le passage au kiosque à journaux... ( vote, mode d'emploi <http://www.ge.ch/votations-elections/mode-d-emploi/welcom...> )

Dimanche soir, j'espère un parti socialiste fort, au sein d'une Alternative forte!

Cette semaine, encore une fois le logement et le fait que la droite a décidé de mener jusqu'au bout son combat en faveur de la spéculation immobilière, la sécurité, afin de rappeler qu'il ne faut pas prendre les Genevoises et Genevois pour des imbéciles, et le combat pour l'égalité entre femmes et hommes, encore et toujours...

Logement: C'est la droite qui a rompu l'accord sur le logement!

J
e recommande vivement de lire l'excellente et limpide contribution de Thierry Tanquerel sur son blog <http://ttanquerel.blog.tdg.ch/archive/2011/03/01/c-est-la...> , membre de l'Assemblée constituante sur la liste socialiste-pluraliste, qui montre que la droite a décidé de faire le jeu des spéculateurs immobiliers.

Sécurité : ne prenons pas les Genevoises et Genevois pour des imbéciles !

Le MCG a remis la compresse récemment avec sa proposition concernant les "patrouilles citoyennes". Cette idée est non seulement inutile pour améliorer la sécurité, mais en plus dangereuse pour les personnes qui auraient la naïveté de s'y engager.

A lire sur mon blog <http://samikanaan.blog.tdg.ch/archive/2011/03/08/securite...> !


L'Egalité aujourd'hui, l'égalité depuis toujours!
2011, c'est∑
40 ans du droit de vote des femmes suisses,
30 ans de l'article constitutionnel sur l'égalité,
20 ans de la Grève des femmes,
15 ans de la loi sur l'égalité entre femmes et hommes dans les rapports de travail.

Le 8 mars 2011, une occasion de se rappeler qu'il faut tous les jours un 8 mars!

En savoir plus <http://www.samikanaan.ch/actualites/09-03-2011/l%E2%80%99...>

Revue de presse
N'hésitez pas à aller consulter ma revue de presse <http://www.samikanaan.ch/medias/presse> !

Vous pouvez notamment prendre connaissance de mon article <http://samikanaan.ch/sites/default/files/scan_0093_0001.pdf>  dans la Tribune de Genève du mardi 8 mars 2011 et de mon interview <http://www.samikanaan.ch/sites/default/files/scan_0088_00...>  dans "Tout l'immobilier" du 28 février 2011.

Et la nouveauté de la semaine: Piedlib! ;-)

La solution à tous les problèmes de mobilité: PiedLib! Le nouveau système de marche à pied en libre service! A voir sur Youtube <http://www.youtube.com/watch?v=VfbsbnZlCOY> , une contribution souriante de l'Autre Salon!


Me  <http://www.samikanaan.ch/newsletter/confirm/remove/b391c6...> désabonner de ce bulletin <http://www.samikanaan.ch/newsletter/confirm/remove/b391c6...>


******************************************************************************************************************
Sami Kanaan

 

11:23 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

07/03/2011

Congrés Parti Socialiste Genevois

Assemblée générale ordinaire du 5 mars 2011

Projet de Déclaration politique

Proposition du Bureau du PSG du 25 février 2011

Les solutions aux préoccupations quotidiennes des Genevoises et des Genevois, ce sont les Socialistes qui les proposent !


Les Socialistes genevois, réunis en assemblée générale ordinaire en date du 5 mars 2011 proposent les solutions concrètes suivantes afin de répondre aux besoins du plus grand nombre :

EMPLOI

20’000 chômeurs à Genève c’est 20'000 chômeurs de trop. Nous demandons que le développement économique de Genève soit recentré sur les besoins locaux, et crée des emplois accessibles à tous par une orientation sur les énergies et les technologies propres (Cleantech) et les services à la personne. Nous demandons que ce développement se fasse avec les PME et les demandeur-euse-s d’emplois. Nous demandons un salaire minimum garanti et une généralisation des conventions collectives. Nous voulons que les entreprises engagent des apprenti-e-s et sommes prêt-e-s à les inciter et à les aider à le faire.

LOGEMENT

Ce besoin fondamental reste cruellement insatisfait et des prix surfaits, inabordables pour la classe moyenne et populaire, continuent à être pratiqués. Ces loyers représentent bien plus que ce qui est nécessaire à l’entretien du parc immobilier, qui est d’ailleurs loin d’être optimal. Nous demandons que le prix du loyer soit proportionnel au revenu et que les collectivités développent l’offre publique de logements libérés de la pression spéculative. Nous demandons que les projets de construction prévus se réalisent rapidement, notamment aux Communaux d’Ambilly, et sommes en faveur d’une forte densité, garante de qualité et de non-gaspillage du précieux terrain à bâtir.

SOUTIEN AUX PERSONNES AYANT CHARGE DE FAMILLE

Les couples avec trois enfants ou plus et les familles monoparentales sont surreprésentés dans l’aide sociale et concentrent pour l’essentiel les 10% de «working poor». Après l’initiative "Pour une véritable politique d'accueil de la petite enfance», déposée le 22 juin 2009, rejetée par le Grand Conseil qui lui préfèrera un contreprojet aux contours encore à définir, nous avons déposé le 4 janvier 2010 l’initiative «Pour des allocations familiales dignes de ce nom». Elle pourrait trouver le soutien d’une majorité du Grand Conseil.

COUTS DE LA SANTE ET ASSURANCE MALADIE

Nous dénonçons la (fausse et inutile) concurrence entre caisses maladie et demandons que le risque maladie soit assuré comme d’autres risques par une institution unique (comme la SUVA, l’AVS, l’AI). Les coûts de la santé augmentent aussi parce que la durée de vie augmente et que les soins sont performants. Ces coûts doivent être répartis entre tous sans que des tiers prélèvent une dîme sans apporter la moindre plus-value. Nous demandons aussi à ce que les programmes de prévention et de promotion de la santé cessent d’être les parents pauvres des investissements dans la santé.

SECURITE
La loi doit être la même pour tous. Nous demandons, et en particulier pour les quartiers populaires, une présence effective de policiers patrouillant à pied, un accueil respectueux et efficace des victimes, notamment dans les postes de police, un développement du mode d’exécution des peines par le travail d’intérêt général en lieu de peines pécuniaires ou de prison qui restent sans effet. Il n’est pas acceptable que le niveau de sécurité varie selon le quartier où l’on habite. Il n’y a aucune raison de revendiquer le droit de vote pour les étrangers établis et de ne pas faire appel à ce bassin de population pour le recrutement de nos policiers !

 

MOBILITE


Nous dénonçons le mythe de la liberté de circuler en automobile partout et en tout temps entretenu tant par la Droite libérale que la Droite populiste, et postulons une mobilité durable, composée de la coexistence intelligente de tous les moyens de transport. En l’état, le développement de la mobilité douce, la sécurisation du trafic routier et le développement de l’offre des transports publics sont prioritaires. C’est la seule façon d’assurer la mobilité dans notre agglomération d’un demi-million d’habitants.

Au surplus, les Socialistes :

Dénoncent les méfaits de la mise en compétition croissante des humains et des nations voulue par le néo-libéralisme qui érige la loi du plus fort en loi du monde. Ils constatent que dans notre canton ces forces sont représentées et soutenues par la Droite libérale, regroupée sous la dénomination de l’Entente. Chaque régulation au bénéfice des plus nécessiteux de protection et de l’intérêt général doit leur être arrachée.

Dénoncent les dangers du populisme qui érige en valeur absolue le ressenti et les ressentiments des personnes victimes d’une situation, et qui au lieu d’en faire avec elles l’analyse et de proposer des solutions, s’en prend à plus vulnérables qu’eux.

o Sous la forme du «MCG», le populisme prétend que la gauche ne fait rien et la droite non plus d’ailleurs, et que les problèmes seront réglés par le refus d’embaucher des frontaliers à Genève. Ces approches simplistes finissent par faire oublier l’essentiel: la nécessité de donner à la région franco-genevoise, qui est notre bassin de vie depuis 500 ans, une gouvernance économique et sociale forte. La politique du repli a toujours conduit dans le mur (et contre un mur). Sur le fond, nous constatons que le «MCG» prend des positions de plus en plus proches de la Droite (LHOM, amnistie fiscale, RMCAS).

o Sous la forme de l’»UDC», le populisme fait tout pour que la couleur du passeport ou de la peau occulte toute autre considération. L’UDC poursuit par ses votes une politique économique ultralibérale et ne soutient pratiquement jamais les mesures de politique sociale. Son approche prenant en otage le patriotisme sape les valeurs de la coexistence nationale et la mission de notre pays de servir les droits humains dans le monde. Elle se met à la solde des puissants dans le monde (affaire Kadhafi) et trahit nos valeurs humanistes. Elle crée un fossé entre la Suisse et les étrangers, entre la Suisse et l’étranger. A quand la division entre «vrais» Suisses et Suisses naturalisés ?

Ces engagements ne sont pas des promesses. Ils sont la réalité du travail quotidien de notre parti. A tous les niveaux : communal, cantonal et fédéral.


Les solutions aux préoccupations quotidiennes des Genevoises et des Genevois, ce sont les Socialistes qui les proposent !

 

DSC_0110.JPGDSC_0106.JPG
DSC_0112.JPG
DSC_0119.JPG
DSC_0120.JPG
DSC_0123.JPG
DSC_0137.JPG
DSC_0139.JPG
DSC_0143.JPG
DSC_0145.JPG
DSC_0147.JPG
DSC_0154.JPG
DSC_0156.JPG
DSC_0167.JPG
DSC_0169.JPG
DSC_0175.JPG
DSC_0190.JPG
DSC_0191.JPG
DSC_0201.JPG
DSC_0203.JPG
DSC_0111.JPGDSC_0225.JPG
DSC_0206.JPG
DSC_0012.JPG
DSC_0006.JPGDSC_0001.JPG
DSC_0004.JPG
DSC_0103.JPG

 

DSC_0209.JPGDSC_0018.JPG
DSC_0021.JPG
DSC_0026.JPG
DSC_0030.JPG
DSC_0031.JPG
DSC_0040.JPG
DSC_0044.JPG
DSC_0047.JPG
DSC_0048.JPG
DSC_0051.JPG
DSC_0054.JPG
DSC_0057.JPG
DSC_0059.JPG
DSC_0060.JPG
DSC_0061.JPG
DSC_0062.JPG
DSC_0067.JPG
DSC_0070.JPG
DSC_0074.JPG
DSC_0075.JPG
DSC_0077.JPG
DSC_0080.JPG
DSC_0082.JPG
DSC_0089.JPG
DSC_0098.JPG
DSC_0121.JPGDSC_0116.JPG
DSC_0116.JPG
DSC_0105.JPG

 

 

 

 

15:38 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |