30/11/2009

MANIFESTATION ANTI-OMC GENÈVE 28 NOVEMBRE 2009

P1000712.JPG
photo 4.jpg
photo 2.jpg
photo 3.jpg
photo.jpg
P1000710.JPG
P1000707.JPG
P1000705.JPG
P1000706.JPG
P1000703.JPG
P1000704.JPG
P1000701.JPG
P1000702.JPG
P1000699.JPG
P1000700.JPG
P1000697.JPG
P1000698.JPG
P1000695.JPG
P1000696.JPG
P1000693.JPG
P1000694.JPG
P1000689.JPG
P1000691.JPG
P1000687.JPG
P1000688.JPG
P1000683.JPG
P1000684.JPG
P1000681.JPG
P1000678.JPG
P1000679.JPG
P1000676.JPG
P1000677.JPG
P1000670.JPG
P1000674.JPG
P1000667.JPG
P1000668.JPG
P1000662.JPG
P1000660.JPG
P1000658.JPG
P1000659.JPG
P1000656.JPG
P1000657.JPG
P1000655.JPG
P1000652.JPG
P1000653.JPG
P1000648.JPG
P1000645.JPG
P1000646.JPG
P1000644.JPG
P1000641.JPG
P1000638.JPG
P1000639.JPG
P1000635.JPG
P1000636.JPG
P1000633.JPG
P1000634.JPG
P1000630.JPG
P1000631.JPG
P1000630.JPG
P1000624.JPG
P1000622.JPG
P1000623.JPG
P1000621.JPG
P1000624.JPG
P1000619.JPGP1000643.JPG
P1000636.JPGP1000649.JPGP1000642.JPGP1000620.JPG
P1000650.JPG
P1000625.JPG
P1000628.JPG
P1000606.JPG
P1000599.JPG
P1000587.JPG
P1000589.JPG
P1000595.JPG
P1000596.JPG
P1000598.JPG
P1000601.JPG
P1000607.JPG
P1000608.JPG
P1000617.JPG
P1000618.JPG
P1000603.JPG

11:09 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

24/11/2009

MANIFESTATION INTERNATIONALE ANTI-OMC,28 NOVEMBRE 2009, 14H PLACE NEUVE, GENÈVE

CONTRES LES FAUTEURS DE CRISES

MANIFESTATION INTERNATIONALE ANTI-OMC

28 NOVEMBRE 2009, 14H PLACE NEUVE, GENÈVE

 

ET SEMAINE D'ACTION ET DE DÉBATS À L'OCCASION DE LA RÉUNION MINISTERIELLE DE L'OMC À GENÈVE

 

Crises alimentaire, économique, sociale, climatique· Faillite globale du système ! Il est temps de changer de cap !

 

Du 30 novembre au 2 décembre, une conférence ministérielle de l’OMC se tiendra à Genève : une semaine avant le sommet sur le climat à Copenhague. Le commerce et le climat sont liés. Dans ces deux domaines, la faillite des politiques suivies a des conséquences catastrophiques. Mais les dirigeants de nos Etats ne remettent rien en question !

Le « libre » échange de l’OMC : toujours la loi du plus fort !

 

Trente ans de politiques néolibérales et de mondialisation n’ont fait qu’accroître de manière intolérable les inégalités : misère et famine au Sud, chômage et précarité au Nord, inégalités entre hommes et femmes partout. Nous sommes précipité dans la plus grave crise économique depuis 1929.

 

L’OMC promet de nous en sortir... en poursuivant sur la même voie : la libéralisation du commerce mondial. Augmenter cette « libéralisation » des échanges durcirait la concurrence, éliminerait nombre de petites entreprises et exercerait une pression accrue sur l’emploi, les salaires et les conditions de travail, mais aussi sur les budgets publics et la sécurité sociale. Par ailleurs, la libéralisation de la circulation des marchandises et des capitaux va de pair avec la multiplication des entraves multiples à la libre circulation des personnes et avec la violation de leurs droits fondamentaux.

 

La libéralisation des marchés agricoles ne renforce que l’agro-business, appauvrit les petits paysans, empêche toute souveraineté alimentaire, et aggrave la crise alimentaire mondiale. Enfin, au nom de la concurrence, l’OMC justifie le démantèlement des services publics, ouvrant ainsi la porte à leur privatisation, ainsi que l’élimination des normes et règlements protégeant les salariés et plus généralement les populations.

Le climat victime du commerce mondialisé !

Les politiques de l’OMC ont aussi des conséquences les plus néfastes pour le climat. Elles induisent la faillite de paysans par millions au profit de l’agriculture industrialisée, alors que celle-ci – fortement dépendante des énergies fossiles - est une source majeure de l’effet de serre. Elles provoquent une déforestation criminelle des principales forêts tropicales, poumons de la planète et lieu de vie des communautés indigènes.

Elles ont créé un réseau de production mondialisée, avec ses transports transnationaux, gros consommateurs d’énergie, dans le seul but de maximiser les profits, et au mépris de l’environnement et des salariés. Malheureusement, à Copenhague ce seront les mêmes dirigeants politiques, qui défendront les mêmes intérêts et qui « inventeront » les mêmes « solutions de marché », alors que leur faillite est patente partout. Douze ans après Kyoto, les émissions de gaz à effet de serre des pays développés sont plus importantes que jamais ! Nous ne pouvons pas leur faire confiance !

Le Titanic vous tente ? Nous pas !

Ni la crise économique et sociale, ni la crise alimentaire, ni la crise climatique ne seront résolues avec la logique qui les a créées.

Ce système économique actuel augmente partout l’injustice et la violence. De plus, aujourd’hui, nous sommes face à la nécessité - toujours plus urgente – de renoncer à l’absurdité d’une croissance sans fin sur une planète finie ! Mais les dirigeants des Etats ne cherchent pas sincèrement la sortie. Nous savons que nous pourrons vivre bien – et même mieux – tout en renonçant aux gaspillages insoutenables d’un système où le rendement du capital impose une croissance sans limite sous peine de faillite. Pour nos enfants et petits-enfants, les intérêts de la société et de l’environnement doivent primer sur le profit aveugle. Des centaines de représentants de mouvements populaires du monde entier seront à Genève, puis ils se déplaceront en caravane, à travers la France et l’Allemagne, jusqu’à Copenhague, pour exiger un changement radical de cap !

Toutes et tous à Genève, pour manifester et débattre des alternatives au désastre actuel !

 

Contre l’OMC, parce qu’un monde meilleur est urgent ! Manifestation, samedi 28 novembre, Place Neuve, 14H

 

Organisations et collectifs signataires

Les signataires de l’Appel à manifester à Genève en novembre décembre 2009

ATTAC-Suisse/Schweiz Gauche Anticapitaliste Action Consommation NPA- Nouveau Parti Anticapitaliste Europe solidaire sans frontières (ESSF) Marche Mondiale des Femmes M’PEP - Mouvement politique d’éducation populaire ATTAC-Genève L’Union Syndicale Solidaires SSP/VPOD - Syndicat des Services Publics CGAS - Communauté genevoise d’action syndicale Les Alternatifs Uniterre La Confédération Paysanne Gauchebdo Forum Social Lémanique SolidaritéS CADTM - Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde Association Maison du peuple de Genève 
 l.e.l - la ligue des ecrivains libres.en tunisie 
 Comedia - le syndicat des médias La Déclaration de Berne ATTAC-France POP & Gauche en mouvement MPS- Mouvement pour le socialisme Solifonds Les Verts Suisses et Genevois CEDETIM - IPAM PSG - Parti Socialiste Genevois PCF Aix les bains AITEC Antifa Bern CUEA - Syndicat étudiant SIT - Le syndicat UNIA - Le syndicat interprofessionel OWINFS - Our World is not for Sale Network Corporate Europe Observatory (CEO) Seattle to Brussels Network

 

http://www.anti-omc2009.org/

 

www.assmp.org

 

21:31 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

23/11/2009

Liberté pour les enfants emprisonnés en Turquie

Communiqué de presse

 

 

Liberté pour les enfants emprisonnés en Turquie








Genève le ,20 novembre 2009







Le 20 novembre dernier, nous avons célébré la journée internationale des droits de l’enfant qui coïncidait avec le 20ème anniversaire de l’adoption de la Convention internationale sur les droits de l’enfant (1989).



Les autorités turques se targuent d’avoir proclamé « la seule fête nationale » pour les enfants. Or, pour ces derniers, la réalité est tout autre dans ce pays.



En effet, si on se réfère à l’histoire récente, Erdal Eren a été exécuté par pendaison le 13 décembre 1980 alors qu’il n’avait que 16 ans. Pour justifier ce crime, le chef de la junte militaire le général Kenan Evren déclara :



« Doit-on les [prisonniers politiques] nourrir en prison ? Bien sûr qu’on les pendra un à un. »



Depuis, l’armée turque mène une politique de terre brûlée contre le peuple kurde, rappelant les répressions féroces (massacres en masse, destructions de villages et de biens, tortures, déplacements forcées, expropriations, etc...) durant les années 1920-40 pour soumettre ce peuple.



Nous ignorons le nombre exact d’enfants tués ou morts lors de déplacements forcés d’environ quatre millions de paysans kurdes suite à la destruction de 3848 villages entre 1989 et 1999.



Selon les organisations de défense des droits de l’homme de Turquie, durant les 20 dernières années, 372 enfants kurdes ont été tués par les forces de l’ordre.



Un exemple parmi tant d’autres : le 21 novembre 2004, Ugur Kaymaz (12 ans) et son père ont été tués par les forces de l’ordre devant leur logement à Kiziltepe (sous-préfecture de Mardin). Le médecin légiste a extrait 13 balles du corps fébrile d’Ugur.



Bien que les dirigeants politiques tentent de se soustraire à leur responsabilité, tous ces crimes sont commis avec leur complicité, sinon suite à leur instigation à l’instar du Premier Ministre actuel qui déclara lors des émeutes de mars 2006 au Kurdistan turc: «Femme ou enfant, peu importe, nos forces de sécurité feront le nécessaire. Les parents de ces enfants pleureront demain en vain.»





Ainsi, entre le 28 mars et le 1er avril 2006, cinq enfants ont succombé sous les balles de la police. Il s’agit de Abdullah Duran (9 ans), Enez Ata (8 ans), Mahsum Mýzrak (17 ans), Emrah Fidan (17 ans) et Ýsmail Erkek (8 ans).



Faut-il le rappeler, les tueurs d’enfants, à une ou deux exceptions près, bénéficient d’une impunité totale en Turquie. En effet, seuls deux des policiers qui ont tué Ugur Çetin et Baran Tursun ont été condamnés respectivement à un et deux ans de prison alors qu’un enfant de 10 ans écope de 25 ans de prison pour avoir lancé des pierres…



Actuellement, les prisons turques abritent 2’637 enfants (2'814 selon la société civile) dont une grande majorité de Kurdes. Entre juin 2008 et avril 2009, 67 enfants ont été condamnés à 290 ans et trois mois de prison pour avoir lancé des pierres contre les forces de l’ordre lors des manifestations. Ces milliers d’enfants sont jugés dans des cours d’assises en vertu de la loi anti-terroriste « pour être membre » ou « pour avoir créé une organisation terroriste » !



Comme on vient de voir, les autorités turques utilisent un double langage : d’un côté elles lancent officiellement un processus dit «d’ ouverture démocratique » pour trouver une issue pacifique à la question kurde, mais en parallèle elles continuent à réprimer les revendications démocratiques et légitimes du peuple kurde, en s’en prenant aux enfants.



En tant que Maison populaire de Genève, nous appelons les autorités turques à abandonner leur politique hypocrite menée depuis 87 ans. Au lieu de se glorifier de la célébration de la « seule fête » des enfants, elles doivent :



·    Demander pardon aux enfants kurdes pour leurs crimes contre l’humanité qu’elles ont commis et libérer immédiatement les enfants emprisonnés.



·    Mettre fin aux jugements des enfants dans des cours d’assise en vertu de la loi anti-terroriste.



·    Respecter et appliquer leurs engagements en vertu du droit internationale en matière des droits de l’homme, en particulier la Convention internationale sur les droits de l’enfant, tout en retirant ses réserves concernant les articles 17, 29 et 30 de cette convention.



Demir SÖNMEZ
http://www.assmp.org

assmp@assmp.org


10:24 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

13/11/2009

Lettre ouverte à l'International socialiste

Lettre ouverte à l'International socialiste

L'International socialiste doit exclure de ses rangs le parti populaire républicain de Turquie (CHP) qui prône le racisme, la discrimination et la " solution finale " contre les Kurdes.


Genève le, 12 novembre 2009



Le parti populaire républicain de Turquie (CHP) a franchi hier (10 novembre 2009) une nouvelle étape dans ses prises de position contre la paix, en appelant à l'extermination du peuple kurde en Turquie.

En effet, à l'initiative du gouvernement turc " l’ouverture " concernant la question kurde dans ce pays est débattue dans l'opinion publique depuis plusieurs mois. Le gouvernement a même entamé des négociations avec le mouvement kurde le PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) afin de trouver une issue pacifique au conflit armé. Le PKK a d'ailleur récemment envoyé une délégation de paix, composée de combattants et de réfugiés kurdes d'Irak, pour accélérer les pourparlers. Une autre délégation, composée de réfugiés Kurdes en Europe, est attendue.

Dans ce contexte, la grande assemblée nationale (parlement turc) a débattu le 10 novembre 2009 l'organisation d'un débat sur cette question. Au nom de son parti, M. Onur Öymen (CHP), s'opposant à cette initiative, a appelé la poursuite de la guerre contre les Kurdes. Rappelant, entre autres, les massacres fait lors des révoltes Kurdes en Turquie (Cheik Said et Dersim en particulier) et lors de l'occupation du Nord de Chypre, il a appelé le gouvernement turc actuel qui ne serait pas assez courageux comme les précédents à " finir le travail " contre " les terroristes ".




AINSI, LE CHP PROPOSE, TOUT COMME DANS LE PASSE, LA SOLUTION MILITAIRE À LA QUESTION KURDE DANS CE PAYS.


Pour rappel, le CHP a été l'unique parti autorisé en Turquie entre 1923 et 1950. Il a dirigé ce pays avec une main de fer (au sens propre du mot) ; de nombreux massacres et de graves violations des droits humains ont été commis sous son règne.

En effet, les fondateurs de la Turquie dite " moderne ", sous l'étiquette du CHP, ont bâti ce pays sur le génocide des peuples et de leurs cultures. Leurs successeurs ont poursuivi la même sale besogne.


En voici quelques exemples

  • L’expulsion brutale de 1.2  million de Grecs (1923-1924)


  • Les massacres des Kurdes et des  Assyriens après la révolte de Sheikh Said  (1925-1928)


  • Les massacres des Kurdes, Alévis  et Kizilbachs de Dersim : 70'000 – 90’000 morts et 12’000 personnes déplacées  (1935-1938)

  • Les lois iniques et les  déportations d’Arméniens, de Juifs, de Grecs  (1942)


  • La guerre contre les Kurdes, de  1984 à ce jour, a fait plus de 40’000 morts.


  • La destruction de 3848 villages  kurdes et les déplacements forcés de trois à quatre millions de paysans kurdes  entre 1989 et 1998. Le but des auteurs de ces crimes contre l’humanité était  de " turquiser " les terres de ces peuples, en exterminant d’abord les  non-musulmans, puis les musulmans non-turcs et/ou, à défaut, de les  assimiler.


  • La guerre contre les Kurdes -  depuis 1984 à ce jour, plus de 40’000 kurdes ont perdu la  vie.


  • Le massacre de 36 manifestants  lors de la célébration du 1er mai 1977.


  • Les massacres de 102 personnes  en 1978 à Kahramanmaras et de 7 étudiants le 16 mars 1978 à Beyazit  (Istanbul).

  • Le massacre de 50 personnes le 5  juillet 1980 à Çorum.

  • Le massacre de 37 intellectuels  le 2 juillet 1993 à l’hôtel Madimak à Sivas.

  • Le massacre de 33 personnes  le 12 mars 1995 à Gazi -Ümraniye. (Istanbul).


  • Les massacres dans les prisons :  3 détenus de Buca (21 septembre 1995), 3 prisonniers à Ümraniye (4  janvier1996), 10 prisonniers Diyarbakir (24 septembre 1996), 10 prisonniers  Ulucanlar (26 septembre 1999) et 28 prisonniers politiques abattus et des  centaines de prisonniers blessés simultanément dans plusieurs villes avec  l’opération intitulée " Retour à la vie " (19- 21 décembre  2000)


  • Du 20 octobre 2000 au 22 janvier  2007, la tenue d'une grève de la faim jusqu’à la mort ; 94 personnes dont des  prisonniers politiques et leurs proches sont mortes dans le cadre de cette  grève de la faim et de son soutien, dans et hors des prisons. 600 personnes  environ sont soit au bord de la mort, soit dans des états physiques et mentaux  gravement détériorés. Les prisonniers protestaient contre le plan du  Gouvernement prévoyant leur transfert forcé dans des prisons à cellule  d’isolement dite de " type F ", ainsi que contre les tortures, la répression  et la législation prétendument " antiterroriste " de l’état turc qui bafoue  les règles démocratiques minimales.

  • La destruction de 3848 villages kurdes  et les déplacements forcés de trois à quatre millions de paysans kurdes entre  1989 et 1998


C'est ce parti (CHP), militariste, raciste, chauviniste et ultra nationaliste, qui est membre de l'International socialiste depuis 1976. C'est aussi le président de ce parti, M. Deniz Baykal, qui a appelé l'armée turque il y a moins de deux ans à faire un coup d’état et pour lequel il a été hué lors de la réunion de l'International socialiste à Genève. Le dernier exemple démontre que ce parti n'a aucune volonté de défendre la démocratie, encore moins le socialisme. Pourtant, mêmes certains dirigeants ultranationalistes turcs de l'époque, à l'instar de Ihsan Sabri Caglayangil, ont fait leur mea culpa s'agissant de la cruauté de leurs actes contre les Kurdes : " nous les avons tous massacré, de 7 à 77 ans, et gazé comme des rats ceux et celles qui s'étaient réfugiés dans des grottes.
"


Un parti qui bafoue les principes élémentaires de l'international socialiste n'a donc pas sa place au sein de cette organisation. C'est pourquoi, nous, en tant que Maison populaire de Genève, appelons les organes dirigeants de l'international socialiste à prendre la décision qui s'impose : exclure le CHP de ses rangs.



Demir SÖNMEZ


 

08:47 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

10/11/2009

Soirée de soutien à Murad AKINCILAR

 

 

Chères et Chers Collègues,

Murad est en détention depuis le 30 septembre. Plusieurs interventions et actions ont permis d’attirer un très large soutien à notre camarade. Si la mobilisation a été très remarquable, Murad n’en est pas moins au fond d’un cachot froid et humide. Il souffre des yeux et il existe un sérieux danger pour sa santé.

Les besoins matériels d’un détenu existent malgré tout. Des vêtements et un soutien financier pour lui assurer une défense juridique solide sont primordiaux. Afin de récolter un maximum de fonds et maintenir la mobilisation, le comité de soutien à Murad a décidé d’organiser une soirée en signe de solidarité.

murad-akincilar.gif

 

le vendredi 4 décembre 2009,

dès 18h00

dans la grande salle d’Unia,

chemin Surinam 5.

1211 Genève

 

Pour une soutien financier

 

Contribution : CCP 10-717752-9, mention "soutien Murad"

 

Cette campagne aura aussi pour objectif de lui redonner du moral ainsi qu’à Eylem.

Il s’agit d’un apéro dinatoire accompagné par des groupes de musique, un diaporama avec des photos de Murad. Toutes et tous les militantes et militants sont cordialement invité-e-s à y participer.

Des billets d’entrée seront d’un montant minimal de 20.00 francs. Tous les bénéfices de la soirée seront versés sur le compte du comité de soutien qui pour rappel se réunit tous les lundis à 18h00. Je vous prie de réserver d’ores et déjà cette soirée et de diffuser largement cet appel. Des infos complémentaires suivront par la suite.

Avec mes salutations militantes.

 

Libérez Murad Akincilar

Syndicaliste et militant des droits humains

Emprisonné injustement en Turquie

 

Jamshid Pouranpir

Unia, Le Syndicat. Région Genève

5 chemin du Surinam

Case postale 288

1211 Genève 13

Tél : 022 949 12 00

Portable (par SMS uniquement) : 079 827 86 27

Fax : 022 949 12 20

jamshid.pouranpir@unia.ch

http://www.unia.ch/Solidaritaet-mit-Murad-Akincil.3855.0....

 

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 


 

10:35 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

07/11/2009

Güler Zere est libre

Güler est libre !

 

 

Cet après-midi, le président de la République de Turquie Abdullah Gül a signé le décret de grâce présidentielle pour la prisonnière politique Güler Zere, incarcérée depuis 14 ans pour son appartenance au mouvement marxiste DHKP-C et atteinte d’un cancer en phase terminale.


Vers 22h00, heure turque, Güler Zere est sortie, un masque couvrant la bouche et le nez, par la porte de la morgue en chaise roulante, en compagnie de sa famille, de ses aides-soignants et de son avocat Taylan Tanay.

 

gulerlibre3.jpg

Elle a été accueillie par des sympathisants qui lui ont offert un bouquet d’œillets aux cris de « Güler Zere est notre dignité », « les prisonniers révolutionnaires sont notre dignité ».

 

Güler a à son tour salué ses nombreux camarades qui campaient depuis 121 jours devant cet hôpital de Balcali à Adana (sud de la Turquie ) où elle était soignée dans une unité réservée aux prisonniers.

 

Une ambulance l’attendait pour être emmenée vers un hôpital privé d’Adana où elle passera la nuit.

 

Güler Zere sera ensuite transférée vers l’hôpital universitaire de Capa à Istanbul par avion.

 

gulerlibre4.jpg

Sa libération, est une victoire pour tous les amoureux de la justice et de l’humanité qui, indépendamment de leurs sensibilités politiques, ont lutté avec acharnement pour défendre son droit à la vie, même si, comme elle l’a murmuré à son avocat ce soir, victime de l’arbitraire cruel de l’Institut médicolégal et de la bureaucratie, elle a finalement gagné « non pas le droit de guérir, mais de mourir en liberté ».

 

Un nouveau combat désespéré s’annonce : celui de la lutte pour la guérison de Güler en dépit de toutes les prévisions médicales résolument pessimistes.

 

Vendredi 6 novembre, 22h30

Comité des libertés

Email : comitedeslibertes@gmail.com

 


Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

08:50 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

28/10/2009

86e anniversaire de la proclamation de la République de Turquie et Murad Akincilar est en détention !

 

image001.jpg

 Genève, 29 octobre 2009

 Monsieur Murad Akincilar (né en 1962) a été arrêté mercredi 30 septembre devant son domicile à Istanbul, par des policiers en civil.

 Murad est secrétaire syndical d'Unia, en Suisse. Il y défend les intérêts des travailleurs des métiers du second œuvre de Genève et siège dans plusieurs commissions paritaires et tripartites. Il est aussi un militant des droits humains. Docteur en économie, ancien professeur à l’université populaire d’Istanbul, Murad est un intellectuel connu et apprécié.

 En congé de courte durée, Murad a repris contact en Turquie avec ses collègues syndicalistes, et a rédigé quelques articles pour la presse. Nous avons toujours apprécié son intégrité morale et son attachement à la justice sociale.

 Notre espoir est qu'en l'occurrence la police turque ne fasse que se livrer à une manœuvre d'intimidation des syndicalistes, et que Murad sera rapidement libéré. Il aura alors la possibilité de retrouver son emploi de secrétaire syndical à Unia Genève.

 Durant sa détention, il a été soudainement hospitalisé avec des atteintes graves à la vue qui ont nécessité des opérations le 21 octobre. D’après les informations obtenues par les autorités, Murad a été opéré des deux yeux et il serait en train de récupérer sa capacité visuelle de l’œil gauche. La situation de son œil droit resterait toutefois incertaine. Le retard de l’intervention médicale, tout comme les raisons de son état de santé, restent inexplicables.

 En 1993, la Turquie a signé la convention 87 de l’OIT garantissant la liberté d’association. L’arrestation de Murad est une violation de cet engagement international.

 Murad doit bénéficier des droits élémentaires, à savoir les contacts avec sa famille et son avocat, connaître les charges retenues contre lui et avoir des conditions de détentions décentes, conformément aux engagements internationaux de la Turquie.

 

  Libérez Murad Akincilar !

 

86th anniversary of the proclamation of the Republic of Turkey, Murad Akincilar is in custody !


Geneva, 29th October 2009



Mr Murad Akincilar (born in 1962) was arrested Wednesday 30th September outside his home in Istanbul, by civilian policemen.

Murad is a secretary of the Trade union Unia, in Switzerland. He defends the interests of construction workers in the Geneva headquarters and is member of several official committees. He is also a human rights activist. PhD in economics, former professor at People's University of Istanbul, Murad is an intellectual known and appreciated.

In short leave, Murad resumed contact in Turkey with his trade union colleagues, and has written several articles for the press. We have always appreciated his integrity and his moral commitment to social justice.

Our hope is that the Turkish police is just using intimidation on trade unionists, and that Murad will be released soon. He will then be able to regain his job as secretary to Unia Geneva.

During his detention, he was suddenly brought to hospital with serious injury to the view that required operations on the 21st October. According to information obtained by the authorities, Murad had surgery on both eyes and he would be retrieving the visual capacity of the left eye. The situation in his right eye remains uncertain. The delay in medical intervention, and the reasons for his health deterioration, remain unexplained.

In 1993, Turkey signed the Convention 87 of ILO guaranteeing freedom of association. Murad's arrest is a violation of this international commitment.

Murad must enjoy basic rights, namely the contact with his family and his lawyer about the charges against him and have decent conditions of detention in accordance with international commitments of Turkey.



Free Murad Akincilar !

 Comité de soutien

5, ch. Surinam – CP 288

 1211 Genève 13                                                                                                                                           

 

T : 022 949 1200

geneve@unia.ch

19:42 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

25/10/2009

LA JOURNEE D'ACTION AUTOUR DU CLIMAT A GENEVE

Le Plan - 24 octobre

 

clima 1.jpg

Nous faisons appel aux gens du monde entier pour qu’ils organisent, le 24 octobre, une journée d´action 350 dans un endroit emblématique de leur communauté et qu’ils mettent une photo de l´événement sur le site de 350.org. Nous récolterons les photos du monde entier, et avec votre aide, nous les enverrons aux médias et aux leaders de chaque pays de la planète. En une seule journée, nous montrerons l’ampleur, la beauté et l´unification de notre mouvement à notre monde et à ses responsables politiques.

 

climat 3.jpg

Afin de vous aider à participer à la journée mondiale autour du climat le 24 octobre, nous allons réaliser les activités suivantes :

 

climat 5.jpg
  • Nous allons mettre en place un programme de sensibilisation du public visant à prouver le besoin d´un traité climatique afin d´atteindre 350 ;

 

climat 6.jpg
  • Nous aiderons à créer une coalition de milliers d´organisations engagées dans cette vision d´un monde plus durable ;

 

climat 12.jpg
climat 11.jpg
  • Nous vous mettrons en relation avec d´autres gens de votre communauté et de la planète qui participent à ce mouvement;

 

photo 3.jpg
  • Nous vous fournirons des ressources en ligne et des outils qui faciliteront le regroupement de personnes pour votre événement.

 

climat 10.jpg
photo 4.jpg
  • Nous établirons un lien entre votre événement du 24 octobre et des milliers d´autres actions ayant lieu dans des endroits emblématiques autour du monde;

 

climat 9.jpg
photo 5.jpg
  • Et nous allons faire de cette journée d´action le levier d’un changement politique significatif.
photo 6.jpg

350.org est une campagne « open-source »: ce sont vos idées, votre investissement personnel, et votre énergie qui vont faire du 24 octobre et de ce mouvement pour le changement un succès.

 

 

photo 7.jpg

10:46 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

23/10/2009

L’ETAT TURC CONTUNIE A TUE ! Y - A –T - IL QUELQU’UN POUR ARRÊTER ?

Un membre du DTP meurt dans un poste de police

 

A Idil, les forces spéciales de la police sont tenues pour responsable de la mort de Resul Ilçin (52 ans et père de 8 enfants), membre du DTP (parti politique pro kurde en Turquie) retrouvé sans vie après seulement 15 minutes passées au poste de police. Selon les déclarations de la police, à l’origine du traumatisme crânien du défunt une chute grave tandis que les proches concluent à un assasinat.

Selon une information du journal Ozgür Politika, Resul Ilçin, membre du DTP, serait décédé d’un traumatisme crânien 15 minutes après être entré dans le poste de police. L’homme aurait reçu plusieurs coups sur la tête. ” Ils l’ont emmené à l’intérieur et 15 minutes plus tard ils m’ont dit que mon oncle était mort. Je suis parti le voir, il baignait dans son sang” a déclaré Mehmet Ilgin, membre du conseil municipal de Idil (Şırnak) arrêté en même temps que Resul Ilçin.

 

L’homme âgé de 52 ans partait, en compartie de Mehmet Ilgin, à Batman quand ils se font arrêtés, à 23h30, par les forces spéciales de la police qui, les jugeants suspects, décident de les emmener au poste de police d’Idil où ils se seront séparés. 15 minutes plus tard, Resul Ilçin meurt à la suite des coups qu’il aurait reçu sur le corps et la tête. Après une autopsie à la morgue de l’hospital public de Diyarbakir, le corps du défunt a été envoyé à sa famille, à Batman, pour être y enterré.

Le corps du défunt présentant la trace des coups portés sur son corps et sa tête, les membres de la famille de Mr Resul Ilçin contestent la version des forces de police et dénoncent son assassinat. Malgré les témoignages et les photos qui attestent du contraire, les forces de police persistent et leur version est confirmée par le Préfet de Şırnak qui, sur le site internet de la préfecture, se contente de relater les faits tels qu’énoncés par la police.

 

Averti de la mort de Mr Resul Ilçin, les députés Aysel Tuğluk, Ayla Akat Ata, Sevahir Bayındır ainsi que Firat Anli et Resul Sadak, tous membres du DTP, se sont rendus à l’hopital. ” On parle de processus de paix mais les pratiques restent les mêmes à Şırnak. C’est presque une République de Şırnak qui s’est créée. Quand bien même certains créateurs de cette République de Sirnak comme le JITEM ou Cemal Temizöz seraient jugés, ceux qui sont à l’heure actuelle à la tête du régime bénéficient d’une impunité. Il faut que la Justice montre aux citoyens qu’elle les protège de ce genre de conduite. Pour que ces cas ne soient plus, il faut en punir les responsables. Les Kurdes sont toujours traités comme des terroristes potentiels à la manière de faire de Devlet Bahçeli [NDLR: Président du MHP, parti turc ultra nationaliste et violent] ” a déclaré Firat Anli.

 

Sevahir Bayindir a quant à elle rappelé l’obligation, pour les autorités publiques, de mener l’enquête lorsqu’un citoyen meurt dans un poste de police et a rappelé que deux membres du DTP avaient été assassinés le 25 juillet suite au festival Berxbir et qu’aucune enquête n’avait été menée.


Source: Ozgur politika

 

 

 http://bersiv.com/zoom-sur-les-droits-de-lhomme-en-turqui...

 

resul_ilcin_idil_poliskatletti.jpg
resul_ilcin_idil_poliskatletti2.jpg

 

Mort suspect d'un prisonnier dans les geôles turques

 

 Condamné à 12 ans de prisons et incarcéré depuis 11 mois dans la prison fermée de type E d'Iskenderun (anciennement Alexandrette), M. Ekrem BARDAKÇI est décédé deux jours après son hospitalisation (21 octobre 2009) à l'hôpital de Numune d'Adana. Selon l'officier chargé des exécutions des peines de la prison d'Iskenderun, un tumeur -non traité à temps- dans le cerveau de M. BARDAKÇI serait la cause de son décès. Quant à la famille de M. BARDAKÇI, elle a déclaré que leur fils ne souffrait d'aucun problème de santé et qu'elle a constaté des contusions sur ses bras et jambes. Une autopsie est prévue pour déterminer la cause du décès de M. BARDAKÇI.

 

 

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

 

15:55 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

LETTRE OUVERTE AUX AUTORITES TURQUES !

LETTRE OUVERTE AUX AUTORITES TURQUES !

 

DETENTION ARBITRAIRE ET MENACE SUR

L’ETAT DE SANTE

ET DE VIE DE M. MURAD AKINCILAR

 

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Messieurs les Ministres,

 

Nous sommes alarmés par la récente information concernant l’état de santé de M. Murad AKINCILAR (47 ans), arrêté injustement le 30 septembre dernier par les forces de l’ordre de votre pays. Depuis, il a été incarcéré avec des accusations fallacieuses.

 

En effet, nous venons d’apprendre que notre collégue serait hospitalisé, aurait déjà subi une opération à l’Hôpital d’Edirne (Edirne Tip Fakültesi) et aurait perdu la vue à hauteur de 95 %. Or, lors que Murad travaillait à Genève et quand il est parti pour son voyage en Turquie, il ne souffrait d’aucun mal.

 

Tous les amis et collègues de Murad, en Suisse et en Turquie, sont extrêmement inquiets, car il a déjà passé plusieurs années en prison et a été torturé en Turquie pour ses activités syndicales.

 

Bénéficiaire d’une autorisation de séjour illimitée en Suisse (permis C), Murad est secrétaire syndical d’Unia à Genève. Il est aussi un militant des droits humains. Docteur en économie, ancien professeur à l’Université d’Istanbul, Murad est un intellectuel connu et apprécié.

 

Nous craignons sérieusement pour sa vie, sachant que les conditions de détention dans vos prisons ne sont pas rassurantes.

 

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Premier Ministre,

Messieurs les Ministres,

 

A l’instar de tout gouvernement démocratique, votre gouvernement est tenu de veiller sur l’état de santé de tout détenu. Nous vous tenons responsable donc de la détérioration de l’état de santé de M. AKINCILAR. Nous osons espérer que votre gouvernement honorera ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme qui consiste, entre autres, à la présomption d’innocence, au droit à la défense et aux conditions de détention digne.

 

Nous sommes convaincus de l’innocence de M. AKINCILAR et nous attendons sa libération immédiate.

 

Nous vous informons d’ores et déjà que, en cas de non action de votre part, nous porterons le cas de Murad AKINCILAR devant les instances internationales.

 

En comptant sur votre compréhension pour nos craintes à propos de la vie et de la santé de M. AKINCILAR, nous vous prions de recevoir l’expression de notre haute considération.

 

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

 

 

 

15:32 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

19/10/2009

"Groupes de Paix"

Les premiers "Groupes de Paix" se présenteront lundi à Silopi

Suite à l'appel d'Abdullah Ocalan, Leader du Peuple kurde, les deux "Groupes de Paix", venant l'un de Maxmur, l'autre du Mont de Qandil, vont se rendre à Silopi, district de Sirnak, le 19 octobre 2009. Le bureau de DTP de la ville de Sirnak en a donné l'information lors d'une conférence de presse, en précisant que les "Groupes de Paix" seront accueillis à 10h par la population à Tilqebin, et en appelant les habitants de Botan à participer à la cérémonie d'accueil.


Il a souligné l'importance de l'arrivée de ces "Groupes de Paix" dont le but est de montrer la sincérité du peuple kurde quand il préconise une solution pacifique à la question kurde : " ils sont les messagers du peuple kurde et de ceux qui militent en faveur d'une paix honorable ; nous sommes prêts, nous aussi, à faire tout ce qu'il faudra pour la paix".


Déclaration de la présidence du Conseil Exécutif du KCK:


"Lors de son entretien historique du 9 octobre 2009, le Président Abdullah OCALAN, a appelé notre mouvement à mettre sur pieds de nouveaux « groupes pour la paix » afin d'outrepasser l'impasse causée dans la résolution de la question par les solutions militaires et politiques inadéquates et de d'ouvrir la voie à une solution politique s'insérant dans le cadre d'une nouveau processus démocratique. Hier, cet appel a été relayé à l'opinion publique par la presse. La direction de notre Mouvement ayant analysé la proposition de notre Leader a trouvé l'appel parfaitement fondé et opportun. Ainsi pour répondre à cette invitation et aux attentes formulées par certains de nos amis, nous avons décidé d'envoyer trois « groupes pour la paix » en Turquie. "


"Le but de ces trois groupes, l'un partant du Mont Qandil, l'autre du camp de réfugiés de Makhmur et le dernier d'Europe, est d'accélérer le processus pacifique en Turquie, d'apaiser le climat actuel et de permettre le développement d'une atmosphère psychologique favorable à la paix. Ce geste fait, sur appel de notre Président, est aussi un appel et un message adressés à l'Etat turc. En répondant à cet appel, nous réitérons une fois encore notre volonté et notre détermination dans l'obtention d'une résolution démocratique et pacifique. Ce positionnement est lié à notre attachement à nos peuples et au droit à une vie libre et démocratique. Nous espérons que ce pas contribuera au développement positif du processus actuel.


Malheureusement, ces derniers temps notre Leader a été une nouvelle fois condamné à une peine d'isolement alors qu'il est le seul détenu de l'Île-prison d'Imrali. Les opérations militaires se sont multipliées. Les arrestations et la diffamation à l'encontre des hommes politiques kurdes se développent. Les provocations de certains milieux qui trouvent leur intérêt non pas dans la paix mais dans un affrontement contrôlé se font de plus en plus incessantes. Nous avons pu voir à Caldiran encore un exemple d'assassinat sommaire, avec le cas de Ceylan Onkol. La déclaration officielle à ce sujet s'est contentée de dire « elle n'a pas été tuée par un obus de mortier, nous ne sommes donc pas responsables ». Vu ce climat délétère, il faut que chacun comprenne à sa juste valeur l'envoie de ces groupes par notre Mouvement. Par cette avancée, nous aspirons à débloquer la situation, évoluer les mentalités et nous tenir aux côtés des peuples dont la seule volonté est de voir une solution démocratique.


Le processus d'ouverture démocratique initié par notre Mouvement à travers la déclaration de non-affrontement du 13 avril 2009 et repris par la suite sous différentes appellations par le gouvernement a République de Turquie est à l'heure actuelle dans une impasse. Malgré toutes les annonces des dirigeants de l'AKP, le processus est en train de ralentir et par la même de laisser présager de futurs problèmes et dangers. Les approches dénuées de sérieux et provocatrices mettent ouvertement en danger le processus de paix. Il faut bien comprendre que notre but premier est d'éviter de possibles violents affrontements et les pertes humaines.


Tous les pacifistes et démocrates doivent s'impliquer d'avantage et fournir plus d'efforts pour que nous puissions outrepasser cette impasse et progresser. De même, au niveau national comme international l'opinion publique et tous les partisans de la paix et de la stabilité doivent prendre leur responsabilité pour soutenir le processus. Nous appelons toutes les puissances concernées à faire plus d'efforts en vue de la concrétisation d'une solution démocratique.


Il faut que notre Peuple patriote et dévoué analyse correctement ce geste de notre Président Apo et qu'il participe avec ferveur à ce processus. Il doit s'approprier les groupes pour la paix et les recevoir comme des émissaires de paix afin de démonter à tous son attachement et sa détermination dans la résolution démocratique de la question kurde. Tout le peuple kurde doit savoir que nous ne sommes pas dans une phase d'accalmie et qu'au contraire nous sommes au seuil d'une ère très critique, qui nécessite de sa part une plus grande lutte et donc une plus grande vigilance, une meilleure capacité d'autodéfense et surtout de plus grandes actions civiles pour réussir à contrer les partisans de la guerre.


Nous appelons toutes les organisations et instituons démocratiques du Kurdistan et de la Turquie à s'approprier les groupes pour la paix et à œuvrer activement. "(Kurdish Info, 17 octobre 2009)

 

www.assmp.org

 

09:45 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

15/10/2009

JUSQU'À LA LIBERATION DE MURAD AKINCILAR

Libérez Murad Akincilar !

 

à signer l'appel en

ligne en faveur de Murad Akincilar sur le site d'Unia.

 

 

http://www.unia.ch/Appel-de-solidarite.3856.0.html?&L=1

 

 

 

Monsieur Murad Akincilar (né en 1962) a été arrêté mercredi 30 septembre à son domicile à Istanbul, par des hommes en civil.

 

Depuis 2 semaines (soit 20'160 minutes), Murad a eu seulement droit à 25 minutes d’entretien avec Eylem Akincilar Pamukci son épouse.

 

Il connaît Genève pour y avoir participé aux sessions de l'OIT, lors desquelles il représentait les salariés dans la délégation tripartite turque.

 

Tous les collègues de Murad, en Suisse et en Turquie, sont extrêmement inquiets !

 

Murad Akincilar, après plusieurs années de prison et de tortures en Turquie, pour activités syndicales, s'est réfugié en Suisse au début des années 2000.

 

Il a obtenu en Suisse le statut de réfugié, puis le permis C, de même que son épouse Eylem Akincilar Pamukci, qui a suivi le même parcours que son mari dans les prisons de son pays, pour les mêmes motifs.

 

Murad est secrétaire syndical d'Unia, en Suisse. Il y défend les intérêts des travailleurs des métiers du second œuvre de Genève et siège dans plusieurs commissions paritaires et tripartites. Il est aussi un militant des droits humains.

 

Docteur en économie, ancien professeur à l’université d’Istanbul, Murad est un intellectuel connu et apprécié.

 

Au début de l'été dernier, Murad a demandé à Unia un congé sabbatique, dans l'intention de rendre visite à sa vieille mère malade. Il avait en effet obtenu des garanties de la part de la justice turque qu’aucune poursuite n’existait contre lui. C'est dans cette phase qu'il a été arrêté sans raison, malgré les garanties qu'il avait obtenues.

 

Nous connaissons très bien notre collègue, assez pour être certains que Murad ne s'est livré à aucune activité illégale. Il a repris contact en Turquie avec ses collègues syndicalistes, et a rédigé quelques articles pour la presse de gauche. Nous sommes convaincus de l'innocence totale de Murad, eu égard à son esprit civique. Nous avons toujours apprécié son intégrité morale et son attachement à la justice.

 

Son épouse Eylem se trouve à Istanbul, mais conserve ses papiers déposés à Genève. Elle a subi 8 ans d’emprisonnement en Turquie avant l’obtention de son statut de réfugiée politique en Suisse. Sa détention a été des plus dures. Eylem Akincilar Pamukci a enduré des tortures dont elle porte encore des séquelles.

 

Le 29 octobre 2009, plusieurs cérémonies vont marquer le 86e anniversaire de la proclamation de la République de Turquie en Suisse.

 

En 1993, la Turquie a signé la convention 87 de l’OIT garantissant la liberté d’association. L’arrestation de Murad est une violation de cet engagement international.

 

La diaspora turque résidente en Suisse est une forte communauté qui par son travail aide chaque année par des millions de francs à l’économie de son pays d’origine.

 

Notre espoir est qu'en l'occurrence la police turque ne fasse que se livrer à une manœuvre d'intimidation des syndicalistes, et que Murad sera rapidement libéré. Il aura alors la possibilité de retrouver son emploi de secrétaire syndical à Unia-Genève.

 

Nous craignons cependant, pour connaître quelques précédents (dont ceux de Eylem et de Murad avant qu'ils n'obtiennent l'asile politique en Suisse…), que de telles arrestations puissent conduire à des emprisonnements de très longues durées, et à des mauvais traitements.

 

C'est pourquoi nous exigeons la libération immédiate de Murad Akincilar.

 

Murad doit bénéficier des droits élémentaires, à savoir les contacts avec sa famille et son avocate, connaître les charges retenues contre lui (que nous ignorons à ce jour) et avoir des conditions de détentions décentes, conformément aux engagements internationaux de la Turquie.

 

 

 

Comité de soutien à Murad Akincilar, 12 octobre 2009, Jamshid Pouranpir

Unia, Sit, Syna, SSP, Comedia, SSM, Syndicom, Jean Ziegler (rapporteur de l’ONU), Robert Cramer (conseiller d’Etat), Andi Gross (conseiller national), Jacques Robert (secrétaire national Unia), Amélia Christinat-Petralli (conseillère nationale), Carlo Sommaruga (conseiller national), Maria Roth-Bernasconi (conseillère nationale), Ueli Leuenberger (président des Verts et conseiller national), Jean-Charles Rielle, conseiller national et médecin, Loly Dolores Bolay (députée), Nicole Valiquer (conseillère municipale), General Centrale of the Branshed Unions in Bulgaria, René Longet (président PSG et maire d’Onex), Maria Casares (conseillère municipale), Parti du Travail, Laurence Fehlmann Rielle députée Genève, Fédération des Travailleurs Immigrés en Suisse (IGIF), UITBB, Albert Rodrik ancien député Genève, Andreas Rieger Co-Président Unia, Matteo Pronzini Unia Tessin, Jean-Michel Dolivo avocat Lausanne, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti socialiste genevois, Solidarités, Vasco Pedrina vice-président de l’IBB (Fédération internationale du Bâtiment et du Bois), Demir SÖNMEZ président de la Maison du peuple de Genève, GSsA, Alessandro Pelizzari secrétaire régional Unia Genève, SIT, L’Autre Syndicat, Gauche anticapitaliste, CETIM, Romolo Molo avocat, Olivier Baud, président SPG, Yves Gurando, Montano José, Michèle Künzler députée, Charles Lichtschlag, Drahusak Boris, Bayram Bozkurt, Temel Muharrem, Hubert Nimian, Domba Kasohgo, Alfa Dramé, Didié Nsasa, Jean Batou, Paolo Gilardi historien et syndicaliste, Gilles Godinat, Jelk-Peila Andrée (IEtat), Meierhofer Charlotte, Gérard Scheller, Hemmeler Maïga Valentina, Roger Deneys député, Gilliéron Patrich Lopreno, Daniel Kunzi, Eolo Morenzoni, Alfredo Camelo, Vera Figurek présidente du Conseil municipal, Manuela Baud, Fabrice Chaperon, Jamshid Pouranpir, Anahid Pasha Khani, Manuel Fazendeiro, Joël Varone, Charles Simon, Marisa Pralong présidente Unia Genève, Cédric Kamerzin, Olivia Chaperon, Jacquelin Roiz, Micheline Lichtschlag, Régis de Battista, Véronique Pürro, Catherine Metford Perroulaz administratrice Unia, Michalis Papanicolaou General Secretary Cyprus Building, Wood, Mine & General Workers Trade Union PEO, John Sutton National Secretary Construction, Forestry, Mining and Energy Union of Australia, Dario Lopreno enseignant SSP, MPS, René Simon Meyer (vice-président CGAS), Dan Gallin, Global Labour Institute, Hans Oppliger, Luisa Crivellin, Jean-Hubert Lichtschlag ; Christiane Brunner (ancienne conseillère aux Etats), LAB

Nous vous rappelons par ailleurs qu'une pétition électronique pour la libération de Murad est en ligne sur le site www.unia.ch <file://www.unia.ch> et que les comités de soutien se réunissent tous les lundis à 18h au syndicat Unia, 5 ch. Surinam (bus 6, 10 et 19 arrêt Charmilles) à Genève, et ce JUSQU'À LA LIBERATION DE MURAD AKINCILAR.


Meilleures salutations.

 

 

10:14 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

13/10/2009

Le Ministère de la Justice refuse les soins hospitalier à un prisonnier kurde de 15 ans

Le Ministère de la Justice refuse les soins hospitalier à un prisonnier kurde de 15 ans

En Turquie, alors que le gouvernement turc a annoncé  des modifications dans le domaine de la représsion des mineurs accusés de terrorisme et une amélioration de leurs conditions de vie dans les prisons - le gouvernement prévoit notemment un allégement des peines et la comparution des mineurs devant le tribunal pour enfants ce qui n’est actuellement pas le cas- l’agence de presse kurde Firat News Agency nous informe que le Ministère de la justice a refusé le transfert à l’hopital de l’enfant T.N atteint de quelques difficultés respiratoires en raison de gonflements au niveau de la gorge.

Selon une information de l’agence de presse kurde, l’enfant T.N (15 ans), en prison depuis maintenant 1 an et demi pour avoir jeté des pierres et en attente de son procès qui aura lieu devant la sixième chambre de la Cour d’assises de Diyarbakir, n’est effectivement pas autorisé à bénéficier de soins médicaux à l’hopital en raison du refus du Ministère de la Justice.

Arrêté en février 2008 lors d’une manifestation à Cizre ( Şırnak) et placé dans la prison de Mardin, l’enfant âgé de 15 ans est accusé d’appartenance à une “organisation terroriste” (PKK) et risque une peine d’emprisonnement de 15 ans.

Depuis le mois de juillet 2009, en raison des gonflements au niveau de la gorge, l’enfant peine à parler et à respirer. Des difficultés qui l’empêchent notamment de dormir la nuit et qui exigent l’intervention fréquente de ces compagnons de chambre.

Son état de santé se dégradant au mois de juillet, l’enfant a été transporté à la Faculté de médecine de Diyarbakir. Les gonflements étaient devenus particulièrement importants et l’équipe médicale a dû saisir quelques morceaux pour identifier le problème. Les examens terminés, les médecins ont demandé à revoir l’enfant.

Problème: le Ministère de la Justice a refusé le transfert de l’enfant à l’hopital dans la mesure où il ne s’agissait pas d’un recours urgent.

Selon les parents de l’enfant, les gonflements persistent pourtant, s’aggravent et ont raison de ses difficultés respiratoires et de ses douleurs.

Seulement, le transfert de l’enfant ne serait possible qu’avec l’autorisation du Ministère de justice qui n’accorde l’autorisation que pour les maladies graves. Or, le problème dont souffre l’enfant T.N n’a pas été identifié comme une maladie grave.

L’association des droits de l’Homme de Mardin (IHD) a réagit à la réaction du Ministère de la Justice en rappelant les conditions de vie des enfants kurdes emprisonnés à de lourdes peines pour de minces “délits”, a demandé le transfert immédiat de l’enfant T.N à l’hopital pour bénéficier de soins médicaux et a exigé sa libération.

(Bersiv.com-Firat News Agency, 11 octobre 2009)

 

http://www.info-turk.be/374.htm#Justice

 

 

www.assmp.org

 

 

 

 

 

11:26 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

11/10/2009

Les accords turco-arméniens signés dans une grande confusion de dernière minute

Les accords turco-arméniens signés dans une grande confusion de dernière minute

La Turquie et l'Arménie ont signé samedi à Zurich (Suisse) des accords historiques visant à normaliser leurs relations, hantées depuis près d'un siècle par le souvenir des massacres d'Arméniens. Toutefois, une confusion a régné jusqu'au bout lors de la cérémonie à l'Université de Zurich et la signature a été retardée de près de trois heures et demie en raison d'une "difficulté de dernière minute" soulevée par la délégation arménienne concernant le discours que devait prononcer M. Davutoglu.

Finalement, pour régler le problème, il a été décidé qu'aucune allocution ne serait prononcée: le choix était "de tuer le processus ou de ne faire aucun discours".

Le litige a provoqué une valse-hésitation durant l'après-midi: peu avant 17h00 locales (15h00 GMT), l'heure prévue pour la cérémonie, la voiture transportant la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton vers l'Université a fait demi-tour pour revenir à l'hôtel où elle avait établi ses quartiers.

Des conciliabules se sont alors engagés avec le secrétaire d'Etat adjoint américain pour les affaires européennes et eurasiennes Phil Gordon.

Le ministre arménien et Mme Clinton sont finalement arrivés à l'Université de Zurich avec deux heures de retard sur l'horaire prévu. Le ministre turc et toutes les autres délégations les attendaient: la ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey, leurs homologues russes Sergueï Lavrov et français Bernard Kouchner et le chef de la diplomatie européenne Javier Solana.

Il a fallu attendre encore près d'une heure et demie pour que la cérémonie puisse avoir lieu, à 20h20 locales (18h20 GMT).

Outre la question de génocide d'Arméniens, le conflit du Nagorny-Karabakh a envenimé le contentieux entre les deux pays. Au terme d'une guerre de six ans (de 1988 à 1994), Erevan a pris le contrôle de cette enclave peuplée d'Arméniens en Azerbaïdjan, allié de la Turquie qui a fermé en 1993 sa frontière avec l'Arménie en guise de représailles.

Les accords signés samedi prévoient notamment la réouverture de la frontière dans les deux mois suivant leur entrée en vigueur.

Après avoir signé ces accords, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et son homologue arménien Edouard Nalbandian se sont serré la main froidement avant de se congratuler avec les chefs des délégations européenne, française, suisse, américaine et russe.

Pour entrer en vigueur, les accords doivent encore être ratifiés par les parlements des deux pays, un processus qui pourrait traîner en longueur en raison de l'hostilité de nombreux députés à Ankara et à Erevan.

Dans ce contexte de ressentiments et de conflit, le rapprochement se heurte en effet à de profondes résistances dans les populations des deux pays ainsi que dans la diaspora arménienne.

S'adressant solennellement à la nation, le président arménien Serge Sarkissian a assuré samedi qu'il n'y avait "pas d'alternative" aux accords, au lendemain d'une manifestation à Erevan de plusieurs milliers d'adversaires du rapprochement avec Ankara.

Les Etats-Unis et l'Union européenne se sont au contraire réjouis.

Ces accords sont "historiques" et mettent fin à "des décennies d'hostilité et de division", a déclaré Phil Gordon.

La Commission européenne s'est félicitée "d'un pas courageux (...) vers la paix et la stabilité dans la région du sud du Caucase". La présidence suédoise de l'UE a aussi jugé que la normalisation contribuerait "à la sécurité, la stabilité et la coopération" dans la région.

Retard causé par le projet de discours turc

Des "formulations inacceptables" dans le discours que devait prononcer la partie turque sont la cause du retard de plus de trois heures de la signature de l'accord entre Ankara et Erevan samedi à Zurich (Suisse), a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères.

"Il y avait des formulations inacceptables pour la partie arménienne dans cette déclaration. Au cours de négociations, il a été décidé que les discours ne seraient pas prononcés et que la cérémonie de signature se déroulerait sans eux", a déclaré le porte-parole du ministère arménien, Tigran Balayan, cité par l'agence de presse Novosti-Armenia.

M. Balayan, qui s'exprimait à Zurich, a refusé de spécifier quelles étaient les parties contestées du discours turc.

L'opposition arménienne: L'Arménie court "de grands risques" après l'accord avec Ankara

L'Arménie court "de grands risques" après son accord avec la Turquie ouvrant la voie à une normalisation des relations entre les deux pays, a affirmé dans la nuit de samedi à dimanche un des leaders de l'opposition arménienne.

"Avec la signature de ces protocoles, nous sommes entrés dans une période de grands risques et de lourdes incertitudes", a déclaré à l'AFP Stepan Safarian, un des dirigeants du parti Heritage.

Les adversaires des accords accusent le gouvernement arménien d'avoir fait des concessions à la Turquie, en particulier en acceptant la création d'une commission chargée d'étudier les différends historiques entre les deux pays.

Près de 10.000 personnes ont manifesté vendredi à Erevan pour protester contre les accords.

L'opposition turque: Une abdication d'Ankara

L'opposition turque a déploré la signature samedi par la Turquie et l'Arménie de deux protocoles ouvrant la voie à une normalisation des relations entre les deux pays, dénonçant une "abdication" d'Ankara.

"Je suis très triste. C'est un exemple d'abdication (du gouvernement turc) face aux pressions extérieures, c'est très inquiétant pour l'avenir de notre pays", a affirmé Onur Öymen, vice-président du principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), sur la télévision CNN-Türk.

Regrettant l'absence, dans les documents signés samedi à Zurich (Suisse) par les ministres turc et arménien des Affaires étrangères, de toute référence à la question du Nagorny-Karabakh, M. Öymen a assuré que sa formation voterait contre leur ratification.

"Ce jour est un jour noir pour la Turquie. La Turquie a fait un pas qui met en danger l'alliance stratégique avec nos frères d'Azerbaïdjan", a pour sa part déclaré Mehmet Sandir, vice-président du groupe parlementaire du Parti de l'action nationaliste (MHP, nationaliste). (AFP, 10 oct 2009)


http://www.info-turk.be/374.htm#accords

www.assmp.org

11:06 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

10/10/2009

Candidat au Grand Conseil ÖZDEN Melik !

ÖZDEN Melik, candidat au Grand Conseil


(liste n° 3, Les socialistes)

 

Madame, Monsieur,

Cher-e-s ami-e-s,

Nous nous permettons vous adresser le présent message afin de solliciter votre soutien à la candidature de ÖZDEN Melik au Grand Conseil genevois le 11 octobre 2009. Militant socialiste et de solidarité international, défenseur des droits des plus démunis (jeunes, personnes âgées, migrants, sans-emplois, « sans-papiers »...) et porte-voix des peuples opprimés auprès du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, nous sommes témoins (depuis plus de 20 ans) de l'engagement de ÖZDEN Melik dans ces luttes.

Nous vous remercions d'avance de votre soutien à sa candidature.

 

Maison Populaire de Genève

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

ÖZDEN Melik-400×600.jpg

 

Melik Özden, candidat au Grand Conseil (liste n° 3, Les socialistes)

Membre du Parti socialiste genevois et engagé depuis 25 ans dans le milieu associatif (membre fondateur de la Maison des associations entre autres), je milite activement pour des relations pacifiques, respectueuses et solidaires entre les pays ; le respect et la promotion des droits humains, en particulier des droits économiques, sociaux et culturels (droits à l’alimentation, au logement, à l’éducation, etc.) ; la justice sociale et pour un développement harmonieux et durable.

 

J'estime que l'engagement politique est indispensable pour contribuer à la construction d'un monde meilleur. A part mes engagements

associatifs, je suis conseiller municipal dans la commune de Confignon.

Election du Grand Conseil de Genève

Le 11 octobre 2009, les genevois éliront les membres de leur Grand Conseil. Dans un contexte de crises multiples (économique, financière, environnementale, sociale...) et de mutation, Genève est confronté à de nombreux défis. Si les problèmes posés paraissent complexes à certains égards, les attentes principales des citoyens et citoyennes sont simples et légitimes: une éducation et formation de qualité, un logement adéquat, un emploi offrant des conditions respectueuse de la dignité humaine, un accès aux soins de santé et aux prestations sociales de qualité.

Pourtant, les orientations politiques suivies ces dernières années ont exacerbé les inégalités et les discriminations. Elles ont en même temps permis l'envahissement de l'espace politique par des discours populistes prônant l'exclusion, la discrimination et la répression comme seule réponse à une population aux abois.

Les citoyens et citoyennes d'une cité disposant d'un héritage culturel remarquable, d'une société multiculturelle pleine de richesse et de moyens non négligeables (à tous les niveaux) ne peuvent pas céder aux sirènes des marchands du temple. C'est pourquoi, il est temps de choisir un Grand Conseil de gauche le 11 octobre prochain.

En effet, il est impératif qu'une majorité de gauche reconquière le parlement genevois qui est capable d'élaborer et de surveiller la mise en oeuvre des lois en faveur de la justice sociale et d'une société solidaire.

 

Votez et faites voter pour la liste no 3 et les candidat-e-s de gauche !

18:02 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

07/10/2009

le FMI et la violence policière à Istanbul !

Manifestation de la jeunesse contre le FMI et la violence policière à Istanbul

La police turque a fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser mardi à Istanbul près de 2.000 jeunes et en a arrêté près de 80 au cours d'une manifestation émaillée d'incidents contre le FMI et la Banque mondiale, qui ont leur réunion annuelle dans la capitale économique de la Turquie.

IMF.jpg

Aux cris de "Vive la liberté!" et "FMI, casse-toi de notre ville!", les manifestants s'étaient rassemblés sur la place Taksim, près du centre de conférences où se déroulait la séance inaugurale. Des unités de la police anti-émeutes ont chargé pour les repousser.

Certains jeunes ont érigé des barricades avec des poubelles métalliques et des chariots de supermarchés, tirant sur la police avec des frondes.
IMF 2.jpg

Embedding disabled by request
En fin de matinée, environ 300 jeunes ont saccagé, et dans certains cas pillé, au moins sept agences bancaires et deux supermarchés, dans le centre-ville, tandis que des passants et habitants du quartier avaient trouvé refuge dans deux hôpitaux proches.

IMF 3.jpg


Le gouverneur d'Istanbul, Muammer Güler, a fait état d'environ 80 arrestations et d'un policier blessé dans les heurts sporadiques qui se sont déroulés toute la journée.

IMF 4.jpg


"Aujourd'hui, les syndicats ont fait des déclarations sur la place Taksim. C'était leur droit, mais des groupes clandestins ont jeté des coktails Molotov (...) sur la police pour créer un incident. C'est dans ce contexte que la police a utilisé la force", a déclaré M. Güler, cité par l'agence de presse Anatolie.

IMF 5.jpg



Un homme âgé de 55 ans qui se trouvait dans la zone des manifestations a par ailleurs succombé à un malaise cardiaque, a rapporté Anatolie.

IMF 8.jpg

15:15 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

SIGNEZ LA PETITION EN FAVEUR DE MURAD AKINCILAR ! LIBEREZ MURAD AKINCILAR !

Un syndicaliste et militant des droits humains détenu

injustement en Turquie :

LIBEREZ MURAD AKINCILAR !

SIGNEZ LA PETITION EN FAVEUR DE Murad AKINCILAR

 

Il faut cliquer sur ce lien

http://www.unia.ch/Appel-de-solidarite.3856.0.html ?&L=1

 

LIBEREZ MURAD AKINCILAR !

Rassemblement vendredi 9 octobre à 12h00,

au Place des Nations, au pied de la Chaise,

Ensuite une délégation se rendra à la Mission Turquie à 12h45. Venez

nombreux-ses pour exiger la libération immédiate et sans conditions de

notre collègue et ami Murad Akincilar !

 

 

LIBEREZ MURAD AKINCILAR !

Rassemblement vendredi 9 octobre à 12h00,

au Place des Nations, au pied de la Chaise,

Ensuite une délégation se rendra à la Mission Turquie à 12h45. Venez

nombreux-ses pour exiger la libération immédiate et sans conditions de

notre collègue et ami Murad AKINCILAR  !

 

 

Pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de Murad Akincilar !

 

antic 056.jpg
LIBEREZ MURAD AKINCILAR !

Le mercredi 30 septembre 2009, notre collègue monsieur Murad Akincilar a été arrêté à Istanbul à son domicile par des agents en civil. Son épouse a été témoin de son arrestation.

 

Murad Akincilar est un syndicaliste et militant des droits humains connu et engagé en Turquie comme ailleurs en Europe. Il a notamment travaillé durant de nombreuses années comme secrétaire syndical Unia à Genève. Citoyen de Genève, au bénéfice d’un permis C, il est retourné en juillet dans son pays natal, la Turquie, afin d’y poursuivre ses engagements syndicaux et d’y faire progresser les droits humains.

 

Aucun motif n’a été donné à son épouse et nos tentatives pour rentrer en contact avec les autorités pénitentiaires sont restées vaines. Son avocate à Istanbul a finalement pu s’entretenir avec son client après plus de 30 heures de détention. Monsieur Murad Akincilar n’a pas été autorisé à contacter les siens. Après plus de 48 heures, son épouse a pu s’entretenir pendant 10 minutes avec Murad. Nous sommes d’autant plus inquiets que son épouse se trouve dans une situation périlleuse et le sort de notre collègue pourrait avoir des conséquences tragiques sur la santé de sa famille.

 

Nous sommes convaincus de l’innocence totale de monsieur Murad Akincilar eu égard de son respect pour les lois turques et pour son esprit civique. Nous avons toujours apprécié son intégrité morale et son attachement à la justice.

 

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de monsieur Murad Akincilar. Murad doit bénéficier des droits élémentaires à savoir contact avec sa famille et son avocate, connaître les charges retenues contre lui, avoir des conditions de détention décentes conformément aux engagements internationaux de la Turquie.

 

Appel soutenu jusqu’à présent par :
Unia, Sit, Syna, Parti du Travail, Laurence Fehlmann Rielle députée Genève, Fédération des Travailleurs Immigrés en Suisse (IGIF), UITBB, Albert Rodrik ancien député Genève, Andreas Rieger Co-Président Unia, Matteo Pronzini Unia Tessin, Jean-Michel Dolivo avocat Lausanne, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti socialiste genevois, Solidarités, Vasco Pedrina vice-président de l’IBB (Fédération internationale du Bâtiment et du Bois), Maison du peuple de Genève, GSsA, Alessandro Pelizzari secrétaire régional Unia Genève, SIT, L’Autre Syndicat, Gauche anticapitaliste, CETIM, Romolo Molo avocat, Olivier Baud, président SPG.

 

Rassemblement vendredi 9 octobre à 12h devant la Mission

 

de Turquie,

Ch. du Petit-Saconnex 28,

(en face de l’Hôtel Intercontinental),

Pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de

 

Murad Akincilar !

 

Comité de soutien : Unia Genève, 5 ch. Surinam, cp 288, 1211 Genève 13 / tél : 022 949 12 00

 

 

15:00 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

02/10/2009

Emprisonnement d'un syndicaliste Unia en Turquie ! MURAD AKINCILAR

UN SYNDICALISTE D’UNIA ET MILITANT DES DROITS DE L’HOMME

DETENU ARBITRAIREMENT EN TURQUIE


 
antic 056.jpg

 

 

                                           

                                                                                                                                    MURAD AKINCILAR

 

 

 

 

Le mercredi 30 septembre 2009, notre collègue monsieur Murad Akincilar a été arrêté à Istanbul à son domicile par des agents en civil. Son épouse a été témoin de son arrestation.

 

 

Aucun motif n’a été donné à son épouse et nos tentatives pour rentrer en contact avec les autorités pénitentiaires sont restées vaines. Nous savons seulement qu’un grand poste de police pourrait nous donner des nouvelles. Son avocate à Istanbul n’a pas pu s’entretenir avec son client et monsieur Murad Akincilar n’a pas été autorisé à contacter les siens.

 

 

Nous sommes d’autant plus inquiets que son épouse est enceinte et la situation de notre collègue pourrait avoir des conséquences tragiques sur la santé de la famille.

 

 

Nous sommes convaincus de l’innocence totale de monsieur Murad Akincilar eu égard de son respect pour les lois turques et pour son esprit civique. Nous avons toujours apprécié son intégrité morale et son attachement à la justice.

 

 

Les évolutions politiques de Turquie durant ces dernières années donnent un immense espoir à tous les démocrates et montrent un exemple pour toute la région du moyen orient. Il serait extrêmement dommageable pour la Turquie d’entacher sa réputation par de tels procédés arbitraires.

 

 

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de monsieur Murad Akincilar. Murad doit bénéficier des droits élémentaires à savoir contact avec sa famille et son avocate, connaître les charges retenues contre lui, avoir des conditions de détention décentes conformément aux engagements internationaux de la Turquie.

 

 

D’ores et déjà, un comité de soutien va se constituer afin d’organiser cette campagne pour la libération de notre collègue. La première réunion se tiendra le

 

 

Lundi 5 octobre à 18h

Au syndicat Unia

5 ch. Surinam (bus 6, 10 et 19 arrêt Charmilles)

 

 

Unia Genève, 5 ch. Surinam, cp 288, 1211 Genève 13 / tél 022 949 12 00

 

 

 

Maison du Peuple de Genève

 

Maison Populaire de Genève

 

www.assmp.org

 

07:55 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

01/10/2009

UN SYNDICALISTE D’UNIA ET MILITANT DES DROITS DE L’HOMME DETENU ARBITRAIREMENT EN TURQUIE

UN SYNDICALISTE D’UNIA ET MILITANT DES DROITS DE L’HOMME DETENU ARBITRAIREMENT EN TURQUIE

 

antic 056.jpg

 

Le mercredi 30 septembre 2009, notre collègue monsieur Murad Akincilar a été arrêté à Istanbul à son domicile par des agents en civil. Son épouse a été témoin de son arrestation.

 

 

Aucun motif n’a été donné à son épouse et nos tentatives pour rentrer en contact avec les autorités pénitentiaires sont restées vaines. Nous savons seulement qu’un grand poste de police pourrait nous donner des nouvelles. Son avocate à Istanbul n’a pas pu s’entretenir avec son client et monsieur Murad Akincilar n’a pas été autorisé à contacter les siens.

 

 

Nous sommes d’autant plus inquiets que son épouse est enceinte et la situation de notre collègue pourrait avoir des conséquences tragiques sur la santé de la famille.

 

 

Nous sommes convaincus de l’innocence totale de monsieur Murad Akincilar eu égard de son respect pour les lois turques et pour son esprit civique. Nous avons toujours apprécié son intégrité morale et son attachement à la justice.

 

 

Les évolutions politiques de Turquie durant ces dernières années donnent un immense espoir à tous les démocrates et montrent un exemple pour toute la région du moyen orient. Il serait extrêmement dommageable pour la Turquie d’entacher sa réputation par de tels procédés arbitraires.

 

 

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de monsieur Murad Akincilar. Murad doit bénéficier des droits élémentaires à savoir contact avec sa famille et son avocate, connaître les charges retenues contre lui, avoir des conditions de détention décentes conformément aux engagements internationaux de la Turquie.

antic 003.jpg

 

D’ores et déjà, un comité de soutien va se constituer afin d’organiser cette campagne pour la libération de notre collègue. La première réunion se tiendra le

 

 

Lundi 5 octobre à 18h

Au syndicat Unia

5 ch. Surinam (bus 6, 10 et 19 arrêt Charmilles)

 

Unia Genève, 5 ch. Surinam, cp 288, 1211 Genève 13 / tél 022 949 12 00

 

 

Demir SÖNMEZ

 

www.assmp.org

 

18:41 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

28/09/2009

Marche des candidates pour le Grand Conseil

09:38 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

27/09/2009

Le réve des femmes ! 50% au Grand Conseil

"Marche des candidates pour le Grand Conseil"

le 26 septembre 2009 à Genève

 

 

 

IMG_0217.JPG
IMG_0225.JPG
IMG_0227.JPG
IMG_0229.JPG
IMG_0233.JPG
IMG_0235.JPG
IMG_0238.JPG
IMG_0239.JPG
IMG_0240.JPG
IMG_0241.JPG
IMG_0246.JPG
IMG_0247.JPG
IMG_0249.JPG
IMG_0252.JPG
IMG_0254.JPG
IMG_0255.JPG
IMG_0260.JPG
IMG_0263.JPG
IMG_0266.JPG
IMG_0267.JPG
IMG_0268.JPG
IMG_0272.JPG
IMG_0273.JPG
IMG_0274.JPG
IMG_0276.JPG
IMG_0277.JPG
IMG_0278.JPG
IMG_0279.JPG
IMG_0281.JPG
IMG_0285.JPG
IMG_0286.JPG
IMG_0291.JPG
IMG_0293.JPG
IMG_0295.JPG
IMG_0298.JPG
IMG_0301.JPG
IMG_0302.JPG
IMG_0303.JPG
IMG_0304.JPG
IMG_0306.JPG
IMG_0307.JPG
IMG_0308.JPG
IMG_0314.JPG
IMG_0317.JPG
IMG_0318.JPG
IMG_0320.JPG
IMG_0322.JPG
IMG_0324.JPG
IMG_0326.JPG
IMG_0328.JPG
IMG_0339.JPG
IMG_0332.JPG
IMG_0333.JPG
IMG_0340.JPG
IMG_0343.JPG
IMG_0225.JPG

19:24 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | |

25/09/2009

63 victimes de la police turque selon la Fondation BARANSAV

Selon le rapport de la Fondation des victimes de la police nommée Fondation Baran Tursun(BARANSAV), 63 personnes ont été tuées, blessées ou handicapées par des policiers turcs entre 2007 et 2009. La fondation précise dans ce rapport que les policiers responsables n’ont pas été poursuivis pour l’essentiel des cas, qui par ailleurs n’ont pas été médiatisés. La fondation rapporte quelques cas parmi lesquels:

Lire la suite

19:09 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | |

21/09/2009

Nous sommes 30 000 dans les rues de Berne !

 

14:53 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

20/09/2009

Nous sommes plus 30 000 dans les rues de Berne !

DSC00665.JPG
19092009423.jpg
DSC00677.JPG
DSC00670.JPG
DSC00665.JPG
DSC00684.JPG
DSC00663.JPG
DSC00668.JPG
DSC00669.JPG
DSC00679.JPG
DSC00664.JPG
berne 1.jpg
berne 3.jpg

19:18 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | |

18/09/2009

Candidature, candidatures aux Grand Conseil,

 Candidature, candidatures aux Grand Conseil,
 
Nous vous invitons à la participation et mobilisation pour la grande

 

Manifestation du 19 septembre à Berne contre la crise, avec les

 

travailleurs –es



Un rendez-vous général est donné au 19 septembre

 

2009 à 8h30 à la Place du  Molard

 

 

 

Départ du train à Cornavin 10h51

 

!cid_3336139724_1367843.jpg

 

Salutations

Demir SÖNMEZ

 

 

 

 

 

D’appel aux Genevois pour la manifestation du 19 septembre à Berne !

 

 

 

D’appel aux Genevois pour la manifestation du 19 septembre à Berne

 

Un rendez-vous général est donné au 19

septembre 2009 à 8h30 à la place du

Molard,

 

nous nous déplacerons vers Cornavin en

cortège pour prendre le train spécial de

10h51 (train de retour en partance de Berne à 16h40)

 

 

 

Le système capitaliste est frappé par une crise sans précédent dont l’aspect le plus brutal est l’augmentation massive du chômage partout dans le monde. En Suisse, le premier semestre de l’année a vu le nombre de chômeurs-euses croître de 40% ; les prévisions officielles nous annoncent plus de 200’000 demandeurs d’emploi d’ici la fin de l’année. Le chômage technique a littéralement explosé : 50’000 personnes sont aujourd’hui touchées, contre 760 l’année passée. Il va sans dire que cette situation pèse lourd sur les conditions de travail de ceux qui en ont encore : le patronat annonce que le maintien de postes de travail se monnaiera au prix d’une baisse des salaires réels.

 

Face aux conséquences néfastes de cette crise sur les conditions de vie des travailleurs-euses, que font les autorités politiques ? Le gouvernement suisse a aligné une série de modestes « programmes conjoncturels » dont les montants et la portée (ca. 2 milliards de francs) relèvent de l’indécence face au plan de sauvetage débloqué pour l’UBS : plus de 68 milliards d’argent public, alors que la grande banque licencie des centaines de travailleurs-euses. C’est inacceptable !

 

Pire encore, le gouvernement suisse semble vouloir utiliser cette crise pour renforcer la politique néolibérale des dernières décennies : au nom du renforcement de la place financière suisse, une série de réformes fiscales en faveur des nantis et du capital sont actuellement en préparation. Cela ne fera que creuser le déficit public, prévu pour les années qui suivent à plusieurs milliards de francs, qui sera reporté sur le dos des travailleurs-euses à travers des plans de démantèlement massifs des services publics et l’accélération de la politique de privatisation, notamment à la Poste.

 

Mais le Conseil Fédéral et la majorité de droite aux Chambres fédérales ont pris aussi les droits sociaux des salariés en ligne de mire : après la décision de baisser de 10% des rentes LPP pour éponger les pertes des spéculateurs, ce sont toutes les assurances sociales qui sont désormais attaquées : AI, AVS, assurance chômage, sans parler des hausses scandaleuses de l’assurance maladie !

 

A Genève, le Conseil d’Etat en collaboration avec les partis bourgeois proposent d’exonérer les grandes fortunes et les grandes entreprises. Résultat prévu : une réduction de plus de 400 millions par an des revenus de l’Etat. Qui va en bénéficier ? Certainement pas les jeunes en recherche d’emploi, les chômeurs-euses, les travailleurs-euses précaires, les retraités, etc. C’est pourquoi il faudra voter NON le 27 septembre !

 

La Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) et le collectif genevois anti-crise appellent les travailleuses et travailleurs à se mobiliser massivement le samedi 19 septembre contre cette politique inique de « gestion » de la crise et pour exiger un véritable changement de cap.

 

A Genève, une large coalition de syndicats, mouvements sociaux et partis politiques appellent également à manifester pour exiger :

 

La création et la garantie des emplois pour répondre aux besoins des plus démunis

 

• Non aux licenciements, notamment dans les entreprises qui continuent à faire des bénéfices ou qui bénéficient d‘aide étatique, de rabais fiscaux ou du chômage partiel ;

 

• Pour la réduction générale du temps de travail sans réduction de salaire ;

 

• Pour le maintien du pouvoir d’achat par une hausse des salaires et l’instauration d’un salaire minimum légal ainsi que le refus de toute forme de précarité et de sous-enchère salariale ;

 

• Pour une politique volontariste en matière de création d’emplois : à travers le développement des services publics (crèches, assistance aux personnes âgées, soutien scolaire, etc.), la construction de logements et la rénovation écologique des bâtiments existants ;

 

• Pour le renforcement des droits syndicaux sur les lieux de travail (protection contre les licenciements des représentants des salariés).

 

Un véritable plan de sauvegarde des travailleurs-euses en lieu et place des cadeaux aux spéculateurs

 

• Pour l’augmentation des prestations de chômage et de leur durée à 540 jours et l’abolition des délais d’attente ;

 

• Pour le maintien de prestations sociales qui permettent un niveau de vie digne et l’augmentation de l’aide sociale ;

 

• Pour le renforcement des formations professionnelles de base et continue ainsi que des vrais programmes de retour à l’emploi liés à des formations ;

 

• Pour le maintien des rentes (LPP et AVS), et de mesures d‘assainissement à la charge des employeurs ;

 

• Pour l’augmentation des allocations familiales, pour des primes des caisses maladie en fonction des revenus ;

 

• Pour la baisse immédiate des loyers et la gratuité des services élémentaires (transports, etc.).

 

PS : Premiers signataires : Communauté genevoise d’action syndicale CGAS avec notamment APC, Comedia, Communication, SIT, SSP/VPOD, Syna, Unia, puis solidaritéS, Parti socialiste genevois PSG, Parti du Travail PdT, Attac, Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné, Gauche anticapitaliste, IGIF (Fédération des travailleurs immigrés kurdes de Suisse), Les Communistes, Association « 25 de Abril » de Genève, Jeunesses socialistes, United Black Sheep, Maison du Peuple de Genève, Comité du FSL, Mouvement pour le socialisme MPS, Comité Interdiction des Licenciements

 

!cid_3336139724_1367843.jpg

17:47 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

16/09/2009

A L'ATTENTION DES ASSOCIATIONS, ORGANISATIONS, MOUVEMENTS MULTICULTURELS,

A L'ATTENTION DES ASSOCIATIONS, ORGANISATIONS, MOUVEMENTS MULTICULTURELS, 
 
Venez fêter ensemble la diversité culturelle de Genève. 

 

 

L'ASSMP de Genève vous invite à la Fête multiculturelle  et au débat sur l’intégration avec le Conseiller d’Etat Charles Beer et la Députée Véronique Pürro, le Président du Parti socialiste genevois René Longet, l’anthropologueNinian Hubert Van Blyenburgh, et les communautés étrangères de Genève. 

 

 

 

 

 
Entrée libre. Merci de confirmer votre présence à cet événement à : psg@ps-ge.ch
 
Demir SÖNMEZ


Samedi 26 septembre 

de 11h30 à 15h30 

à la Fumisterie 

Rue des Noirettes 21 - Acacias

Trams 15 et 17, arrêt Industrielle 

Venez fêter ensemble la diversité culturelle de Genève. 

Programme: 
  •  
    • 11h30 Débat sur l’intégration avec le Conseiller d’Etat Charles Beer et la Députée Véronique Pürro, le Président du Parti socialiste genevois René Longet, l’anthropologue Ninian Hubert Van Blyenburgh, et les communautés étrangères de Genèv
    • 12h30 Spécialités culinaires préparées par Camarada
    • 13h15 Musique afro-acoustique avec Kara
    • 14h15 Musique mexicaine avec Mariachi Quetzal
    • entrée libre

Vous trouverez ci-joint le flyer de la fête avec le détail du programme. 
N'hésitez pas le diffuser autour de vous !!!




IMPORTANT 
Afin de faciliter la logistique pour le repas, 
merci à celles et ceux qui souhaitent venir 
de bien vouloir nous confirmer votre présence à cet événement par courriel à : 
psg@ps-ge.ch 


Au plaisir de vous retrouver prochainement et avec nos meilleurs messages 

14:17 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | |

13/09/2009

Les bourreaux de Cüneyt Ertuş toujours en liberté

Les bourreaux de Cüneyt Ertuş toujours en liberté

 

Les bourreaux de Cüneyt Ertuş toujours en liberté

 

En Turquie, l’immunité dont bénéficie les forces de l’ordre est toujours d’actualité. Protégé par le système judiciaire, qui fait de la protection de l’Etat et de l’idéologie officielle son principale combat, les fonctionnaires armés peuvent officier sans recevoir le moindre signe de remontrance ou de pénalité.

 

De cette façon, les agents de force de l’ordre - qui avaient, le 22 mars 2008, lors des festivités du Newroz à Hakkari, brisé le bras d’un jeune kurde âgé de 14 ans, et ce devant les caméras - ne seront pas poursuivis en justice puisque la plainte portée par les avocats du jeune enfant, pour mauvais traitements, a été rejetée selon l’information de l’agence kurde Firat News Agency.

 

Pour rappel, le 22 mars 2008, à Hakkari, des affrontements avaient eu lieu entre les forces de l’ordre et la population locale qui avait décidé de fêter le nouvel an kurde bien que les festivités organisées par le DTP avaient été interdites. Lors de ces évènements, un jeune enfant, Cüneyt Ertuş, avait été arrêté par des policiers en civils qui, devant la caméra, lui ont brisé le bras. Arrêté et conduit dans les prisons de Hakkari, l’enfant n’a cessé de recevoir de mauvais traitements. La famille de l’enfant a alors porté plainte contre le comportement arbitraire du personnel pénitencier, des policiers, du directeur de la prison et du médecin qui sont dénoncés pour avoir détourner et fait mauvais usage de leurs fonctions.

 

 

Vous pouvez voir comment un membre d´une unité spéciale en civil fracture le bras à Cüneyit Ertus qui a 15 ans !

Voir le vidéo

 

 

 

 

La décision de rejet de la plainte, qui intervient 19 mois après l’évènement, atteste non seulement de l’immunité accordée par l’appareil judiciaire aux fonctionnaires pourtant à l’origine de mauvais traitements et de tortures sur des citoyens mais également de la lenteur de la justice dans ce genre d’affaire.

 

Après avoir rappelé que les bourreaux de l’enfant responsables de son bras cassé avaient été récompensés, l’avocat de Cüneyt Ertuş, Maitre Fahri Timur, a déclaré que le rejet de la plainte pour ce qui concerne les mauvais traitements subis en prison allait être contesté par voie de droit et qu’il n’était pas valable eu égard à toutes les preuves apportées mais rejetées, parmi lesquels des rapports médicaux de la TIHV (Fondation pour les Droits de l’Homme) qui attestent et prouvent l’existence de mauvais traitements subis par l’enfant. L’avocat a également ajouté que la présente décision de rejet n’était pas conforme, sinon contradictoire, avec l’ “ouverture démocratique” dont se vente le gouvernement turc actuel.


Source: Firat News Agency

 

Maison du Peuple de Genève

 

www.assmp.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:55 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

12/09/2009

Le 29e anniversaire du coup d'état du 12 septembre: L'armée turque est toujours au pouvoir

Le 29e anniversaire du coup d'état du 12 septembre: L'armée

turque est toujours au pouvoir



Le communiqué de la Fondation Info-Türk:



Le 12 septembre 2009 est le 29e anniversaire noir du coup d'état militaire de 1980 qui était la deuxième phase d’un processus de militarisation dans tous les domaines du pays. Auparavant, le coup d'état du 12 mars 1971 avait déjà aboli ou détruit plusieurs droits et institutions démocratiques par l'application d'une répression sans précédent. Le coup d'état de 1980 a complété la militarisation en imposant au pays une constitution raciste et despotique après une répression encore plus sauvage.


La constitution de 1982 nie les droits fondamentaux du peuple kurde et des minorités arménienne, assyrienne et grecque de la Turquie. Les articles 3, 42 et 66 prônent la supériorité et le monopole de la race et de la langue turques. L'article 4 déclare que l'article 3 ne pourra jamais être modifié, même la modification de cet article ne pourra jamais être proposée.


Depuis 29 ans, malgré les manifestations des forces démocratiques, les pouvoirs politiques ont toujours passé sous silence la demande de traduire devant la justice les auteurs de ce putsch criminel. La constitution imposée par la junte reste toujours en vigueur. Les gouvernements successifs gèrent le pays en se soumettant toujours aux menaces et chantages de la hiérarchie militaire.


Rappelons qu'en plus des coups d'état de 1971 et 1980, l'armée turque a effectué depuis douze ans deux autres interventions directes dans la politique, le 28 février 1997 et le 27 avril 2007. D'ailleurs, comme il est constaté à la lecture de l'acte d'accusation du procès d'Ergenekon, les officiers auraient préparé trois plans d'intervention en 2003 et 2004.


Alors que ces derniers sont actuellement jugés simplement pour la tentative de coup d'état, les militaires qui ont réalisé les coups d'état de 1971 et 1980 ainsi que les interventions directes de 1997 et 2007 restent toujours immunisés contre toute poursuite judiciaire.



C'est la raison pour laquelle, à l'occasion du 29e anniversaire du coup d'état militaire de 1980, plusieurs manifestations sont organisées dans les grandes villes de Turquie.



Vendredi à Ankara, plusieurs organisations démocratiques organisent une marche contre l'Ambassade des Etats-Unis afin de protester le rôle de Washington dans ce coup d'état.



Samedi 12 septembre auront lieu plusieurs meetings notamment à Ankara, Istanbul, Izmir et Adana.



A Izmir, après un panel sur le coup d'état militaire du 12 septembre, les participants marcheront vers la résidence de l'ancien général Kenan Evren, putschiste principal de l'époque.



Les organisations démocratiques réclament que les putschistes de 1980 soient jugés pour les crimes suivants qu'ils ont commis après le coup d'état:

 

·        En deux ans, plus de 650.000 personnes ont été arrêtées et soumises à la torture.

 

 

·        Des fichiers ont été ouverts sur 1.683.000 personnes.

 

 

·        210.000 procès politiques ont été ouverts devant les cours militaires.

 

 

·        98.404 personnes ont été jugées en raison de leurs opinions.

 

 

·        71.500 personnes ont été jugées sous les articles 141, 142 et 163 de l'ancien code pénal

 

 

·        6.353 personnes ont été jugées sous la menace de la peine capitale.

 

 

·        517 personnes ont été condamnées à la peine capitale.

 

 

 

·        50 personnes ont été exécutées à l'issue des procès politiques.

 

 

·        21.764 personnes ont été condamnées à de lourdes peines de prison.

 

 

·        171 personnes ont perdu la vie sous la torture.

 

 

·        299 personnes ont perdu la vie en prison en raison de mauvais traitements ou lors d’une grève de la faim.

 

 

·        348.000 personnes se sont vues refuser l'obtention de passeports.

 

 

·        30.000 personnes ont cherché asile politique à l'étranger.

 

 

·        14.000 personnes ont été déchues de leur citoyenneté.

 

 

·        Les universités ont été placées sous l'autorité du Conseil Suprême de l'Education (YOK), dépendant du pouvoir politique.

 

 

·        15.509 personnes ont été chassées de leurs postes universitaires sous la loi N°1402.

 

 

·        3.854 enseignants ont été licenciés.

 

 

·        Tous les partis politiques ont été dissous.

 

 

·        Les activités de 23.667 associations ont été arrêtées.

 

 

·        La presse a été soumise à la censure.

 

 

·        4.509 personnes ont été déportées par les commandants de la loi martiale.

 

 

·        937 films ont été interdits.

 

 

·        2.792 auteurs, traducteurs et journalistes ont été traduits devant les tribunaux.

     

·        Le total des peines de prison prononcées contre journalistes et écrivains s'élevait à 3.315 ans et 3 mois.

 

 

·        31 journalistes ont été emprisonnés, des centaines de journalistes attaqués et trois abattus.

 

 

·        113.607 livres ont été brûlés.

 

 

·        39 tonnes de livres, de revues et de journaux ont été détruites par des usines de papier de l'Etat.

 


La dernière initiative timide lancée par le gouvernement sous l'appellation "ouverture démocratique" est tout à fait ridicule, car elle ne prévoit rien pour une véritable démocratisation digne des normes européennes par la modification radicale de la constitution de 1982.



Comme nous avons annoncé depuis des décennies, une des premières choses à faire dans le processus de démilitarisation est de soumettre le chef d'état-major à l'autorité du ministre de la défense nationale, de raboter les pouvoirs excessifs du Conseil de Sûreté Nationale (MGK) et du Conseil Militaire Supérieur (YAS).


Les mesures suivantes doivent être prises pour l'éradication de tous les vestiges de la dictature fascisante de l'Armée:

 

 

·        Inculpation des responsables des coups d'état pour crimes contre l'humanité.

 

 

·        Interdiction de l'ingérence des commandants actuels dans la vie politique, sociale et culturelle du pays.

 

 

·        Eloignement immédiate de leurs postes des commandants qui poursuivent leurs menaces et provocations.

 

 

·        Entière modification de la constitution actuelle imposée par les militaires; suppression des articles 3, 4, 42 et 66 prônant la supériorité et le monopole de la race et de la langue turques.

   

·        Diminution du budget des dépenses militaires utilisé pour opprimer le peuple kurde et menacer les pays avoisinants.

 

 

·        Modification radicale du système électoral imposant un seuil national de 10% au détriment des partis politiques représentant des opinions différentes, notamment pro kurde ou de gauche.

 

 

·        Une amnistie générale doit être déclarée pour tous les prisonniers ou inculpés politiques.

 

 

·        Suppression de tous les articles anti-démocratiques du code pénal turc et de la loi anti-terreur et d'autres lois répressives.

 

 

·        Arrêt des poursuites judiciaires contre des journalistes, écrivains, artistes, enseignants.

 

 

·        Reconnaissance sans exception et sans restriction des droits fondamentaux du peuple kurde et des minorités assyrienne, arménienne et grecque.

 

 

·        Reconnaissance du génocide commis au début du siècle contre les Arméniens et les Assyriens.

 

 

·        Arrêt de toute ingérence d'Ankara dans la vie politique et sociale des pays accueillant des ressortissants de Turquie.

 

  

Ceci est également un rappel aux dirigeants de l'Union européenne et des pays membres de l'UE qui flirtent toujours avec le pouvoir politique en Turquie pour des intérêts stratégiques, économiques et commerciaux et n'hésitent pas à promouvoir les serviteurs du lobby turc dans les partis politiques et dans les organes législatifs et exécutifs au détriment des valeurs démocratiques acquises grâce aux luttes historiques des peuples européens.

 

http://www.info-turk.be/373.htm#29e

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

www.assmp.org

 

 

01:58 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

04/09/2009

Lettre de la prisonnière politique Güler Zere, peut-être la dernière !

 

Lettre de la prisonnière politique

Güler Zere,

peut-être la dernière !

 

GulerZere2.jpg

 

Lettre de Güler Zere

Bonjour,

 

 

En ce moment, quelque part dans la nuit, j’entends votre voix, une fois de plus.

 

 

Comme votre voix me parvient, je sais que vous entendez la mienne. Vos battements de cœur se mêlent aux miens. Et c’est un cœur immense qui naît sous mon flanc gauche.

 

 

Le cœur… comme il est plein notre cœur… Que n’avons-nous pas réussi à contenir dans nos coeurs.

 

 

Dans mon cœur, il y a tant de choses. Tout d’abord, le grand bien aimé, puis nos parfums d’œillets, ceux qui sont à mon chevet et dont l’odeur s’est mêlée à celui des fleurs des montagnes, vous, les âmes qui me sont chères, tous ceux que j’aime, toutes les choses que j’ai laissées à moitié, tous ceux dont je ressens l’affection...

 

 

A chaque fois que mon cœur se resserre, que mon corps se tord de douleur, je vous ressens au bout de mes doigts, vos yeux effleurent les miens, cette petite cellule se mêle à la multitude et une polyphonie vocale en jaillit. J’en demeure pétrifiée. Je réponds à chaque son par un sourire. De manière involontaire, spontanée. Et vous accueillez chaque râle qui s’arrache de mes entrailles avec vos yeux souriants.

 

 

Que vous soyez à mon chevet, sur le pas de ma porte, à un pas de moi, dans la rue, dans n’importe quelle ville, que vous soyez assis devant l’Institut médicolégal ou ailleurs, je vous ressens. Votre chaleur, votre force et vos voix m’enlacent. C’est pour cela que je garde la tête haute à chaque fois que le mal me traque. C’est grâce à cela que je me prête à lui faire un croche-pied. Vous êtes avec moi, dès lors, qu’importe le reste !

 

 

Lorsqu’au détour d’un court chemin, vos yeux croisent les miens, mon cœur s’affole comme un moineau.

 

 

Oui, c’est de vous que je parle, mes cœurs braves aussi ardents que les canicules d’Adana aux yeux aussi étincelants que le reflet de la lune dans le fleuve Seyhan. Je vous aime. Vous ne campez pas devant ma porte, mais au beau milieu de mon coeur.

 

 

Et puis il y a ceux qui attendent, assis, dans la ville de mon combat. Vous êtes là depuis des jours et qui sait le nombre de fois que je me suis étendue vers vous ? Je m’allonge et vous atteins en touchant votre espérance. Vous savez, cet état de sublimation où la voix de vos cœurs se mêle à la sueur de vos yeux. Je suis sans cesse avec vous. A tel point que c’est en me multipliant que je m’en retourne à ma cellule. Et à chaque fois, c’est avec votre force que je terrasse ma cellule. J’enlace vos mains de tout mon cœur, de toutes mes forces.

 

 

Et puis il y a ceux qui se trouvent dans les profondeurs tumultueuses de mon âme. Ceux qui inlassablement viennent à moi, la plume chargée de tendresse, de camaraderie, d’amitié. Eux, les coursiers de l’espoir. Ces camarades qui sont l’âme de mon âme. Comment exprimer la douleur engendrée par votre absence ? Vous me manquez tant. Je vous aime tant...

 

 

Et puis, il y a tous nos amis dans ce combat. Vous, dont le cœur amical a toujours été à mes côtés. Vous n’avez cessé de faire ressentir votre présence. En joignant votre voix à la mienne, vous m’avez empli de ce sentiment particulièrement réconfortant que procure la présence d’un ami dans le combat. Je vous envoie un sourire amical empli d’amour et de lutte... Saluts à vous tous.

 

 

Quoique je dise ou que je fasse, cela sera insuffisant, incomplet, je le sais. Le mieux est donc que je prenne congé de vous ici même. Mais je garde les yeux plantés dans les profondeurs de vos yeux afin que vous voyiez la profondeur de l’amour que je vous porte. En finissant ma lettre, je veux le redire : je vous aime, je vous aime tant !

 

 

Güler Zere

 

 

1er septembre 2009

 

Hôpital de Balcali, Adana

 

 

 

 

 

Nous publions une lettre de Güler Zere, prisonnière du DHKP-C (Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple), d’origine kurde, âgée de 37 ans, capturée en 1995 lors d’une opération de ratissage de l’armée visant la guerilla du DHKP-C dans les montagnes du Dersim, condamnée par la Cour de sûreté de l’Etat (DGM) de Malatya à perpétuité en tant que membre du mouvement marxiste, incarcérée depuis 14 ans, atteinte d’un cancer terminal à la bouche et libérable pour raisons de santé mais arbitrairement maintenue en détention alors que les militaires putschistes du réseau fasciste « Ergenekon » accusés de vouloir renverser le gouvernement AKP ont récemment été libérés pour de simples maux de tête après seulement quelques semaines de détention.

 

 

Güler Zere a écrit cette lettre le 1er septembre 2009 depuis l’hôpital de Balcali (Adana, sud de la Turquie) où elle est soignée en captivité. Cette lettre est adressée avant à ces amis et camarades qui campent devant l’hôpital, à ceux qui tiennent un sit-in devant l’Institut médico-légal à Istanbul mais aussi à ces innombrables soutiens qui luttent pour sa libération.

 

Güler est mourante. Güler ne peut plus se nourrir. Güler ne peut plus parler.

 

 

Elle peut encore juste nous écrire. Mais pour combien de temps encore ?

 

 

A cet Etat cruel qui l’a laissé mourir à petits feux, nous disons haut et fort :

 

 

Laissez-là au moins mourir sans menottes aux poings !

 

 

Laissez-là mourir libre !

 

 

(comitedeslibertes@gmail.com, le 3 septembre 2009)

 

 

http://www.info-turk.be/373.htm#Lettre

 

 

www.assmp.org

 

 

13:58 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | |

02/09/2009

Les kurdes veulent une paix honorable !

Manifestation de Kurdes pour réclamer une paix "honorable"

 

 

 

Des milliers de Kurdes se sont rassemblés mardi sur une place de Diyarbakir (sud-est), la principale ville kurde de Turquie, pour réclamer une paix "honorable" dans l’attente de réformes promises par le gouvernement pour mettre fin au conflit kurde.

 

Venus des provinces du sud-est anatolien, peuplé majoritairement de Kurdes, à l’appel du Parti pour une société démocratique (DTP, pro-kurde), les manifestants dansaient aux mélodies des chants folkloriques sur la place de la gare, en centre-ville, a constaté l’AFP.

 

Les Kurdes de Turquie fêtent le 1er septembre comme une journée de la paix.

Les manifestants portaient des effigies du chef rebelle kurde emprisonné Abdullah Öcalan et arboraient des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire : "La solution du problème kurde ne peut être reportée".

 

La manifestation, baptisée "Oui à une paix honorable", intervient alors que le gouvernement turc mène depuis juillet une campagne politique pour venir à bout d’une rébellion armée kurde vieille de 25 ans et qui a coûté la vie à 45.000 personnes.

 

Une manifestation similaire était organisée par le DTP à Istanbul où environ 5.000 personnes se sont rassemblées sur la place de Kadiköy (sur la rive asiatique), selon les médias.

 

L’opposition parlementaire est très hostile aux efforts du gouvernement, craignant pour l’unité du pays tandis que les milieux kurdes, dont le DTP, jugent qu’ils n’iront pas assez loin.

 

Le chef du PKK Öcalan devrait de son côté annoncer depuis sa prison une "feuille de route" pour la question kurde. (AFP, 1 sept 2009)

 

 

 

http://www.info-turk.be/373.htm#Manifestation

www.assmp.org

13:24 Publié dans Associations | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | |