28/11/2014

POST TENEBRAS ROM

Ce jeudi soir, sur le Bateau Genève, une fête célébrait la publication aux éditions d’en bas du livre Post Tenebras Rom d’Eric Roset. Fruit de 10 ans de travail auprès des migrants roms de passage à Genève, ce livre illustre avec beaucoup d’émotions la réalité du vécu des roms à Genève. Il est  très loin de l’image misérabiliste ou délinquante qu’une certaine presse s’évertue à mettre en avant et de celle véhiculée par des politiciens utilisant les roms à des fins électorales. Où étaient-ils d’ailleurs ce soir les politiciens et les journalistes, ceux qui parlent des roms sans les connaître ? Où étaient-ils les journalistes corrompus de Temps Présent tournant des reportages dégueulasses et xénophobes enseignant le mépris des roms ? Ils n’étaient pas sur le bateau genève, non,  ils n’étaient pas là. La moitié du public était composée de roms et l’autre moitié de genevois-e-s curieux de découvrir le travail d’Eric Roset,  d’aller au-delà des préjugés.

 

En première partie de soirée, Tiberiu, Mihail, Ilie, Sarita et Viorel ont parlé de leur migration, des difficultés et des joies qui ont parcouru leur trajectoire de migrants. Animé par Sylvain Thévoz, cet échange a permis de mettre en avant une réalité que les genevois ne veulent pas voir et de soulever le poids des préjugés.  Jean Richard, éditeur, Dina Bazarbachi, membre de Mesemrom, Stéphane Herzog et d’Eric Roset ont retracé la façon dont ce livre est né, remerciant la Ville de Genève, le Canton, la commune de Plan les Ouates, la Loterie Romande, pour leur soutien, avant que l’orchestre de Vagabontu et son Balamouk orchestra ne fasse lever tout le monde pour une soirée folle, où les frontières n’existaient plus, au son des cuivres et des claquements de mains.  

Achetez le livre d’Eric Roset, photographe, vous ne verrez plus jamais les roms de la même façon ! Et peut-être vous découvrirez-vous aussi autrement dans le miroir.

DSC_5790.jpg

 

POST TENEBRAS ROMS, Eric Roset, images de Roms migrants de passage à Genève, 2004-2014. Textes d’Eric Roset, de Dina Bazarbachi, de Sylvain Thévoz et de Stéphane Herzog., 222pages.

DSC_5768.jpg

DSC_5771.jpg

DSC_5775.jpg

DSC_5776.jpg

DSC_5779.jpg

DSC_5783.jpg

DSC_5792.jpg

DSC_5795.jpg

DSC_5797.jpg

DSC_5798.jpg

DSC_5802.jpg

DSC_5809.jpg

DSC_5818.jpg

DSC_5819.jpg

DSC_5827.jpg

DSC_5856.jpg

DSC_5861.jpg

DSC_5863.jpg

DSC_5866.jpg

DSC_5877.jpg

DSC_5885.jpg

DSC_5900.jpg

 

DSC_5902.jpg

DSC_5906.jpg

www.photographygeneva.com

15:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | | |

27/12/2013

“ En fer sur terre”

Depuis le 27 septembre  (jusqu’à16 février 2014) au musée d’Ariana, une exposition: “ En fer sur terre” de Jean Fontaine, un céramiste. Si vous êtes pas parti en vacances, vous devez absolument aller visiter ces œuvres à voir et à toucher.
L’univers débridé du céramiste Jean Fontaine (France, 1952) est peuplé d’humanoïdes hybrides, à mi-chemin entre l’homme, l’animal et la machine. Une carapace hermétique voile la douceur d’un corps dénudé, que des boulons, pistons et autres plaques métalliques s’emploient à déshumaniser. 

copyright 266666-6812.jpg

copyright 266666-6843.jpg

copyright 266666-6791.jpg

copyright 266666-6793.jpg

copyright 266666-6800.jpg

copyright 266666-6802.jpg

copyright 266666-1110681.jpg

copyright 266666-1110683.jpg

copyright 266666-1110684.jpg

copyright 266666-1110685.jpg

copyright 266666-1110688.jpg

copyright 266666-1110689.jpg

copyright 266666-1110691.jpg

copyright 266666-1110693.jpg

copyright 266666-1110696.jpg

copyright 266666-1110697.jpg

copyright 266666-1110701.jpg

copyright 266666-1110704.jpg

copyright 266666-1110706.jpg

copyright 266666-1110708.jpg

copyright 266666-1110709.jpg

copyright 266666-1110711.jpg

copyright 266666-1110713.jpg

copyright 266666-1110716.jpg

copyright 266666-1110718.jpg

copyright 266666-1110721.jpg

copyright 266666-1110722.jpg

copyright 266666-1110725.jpg

copyright 266666-1110729.jpg

copyright 266666-1110732.jpg

copyright 266666-1110736.jpg

copyright 266666-1110742.jpg

copyright 266666-1110753.jpg

copyright 266666-6864.jpg


20:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

16/06/2013

Festival Baz'art, rue Lissignol et Enfances volées


Genève, le 15 –16  juin 2013. Festival Baz'art, rue Lissignol. 

BAZ’ART est une plateforme de création contemporaine pluridisciplinaire, opérant pour une diffusion artistique urbaine vivante, ouverte et démocratisée, en transformant la rue en un heureux espace indiscipline.

Conception efficace, BAZ’ART voit le jour en 2010 dans la rue Lissignol, dont la vie de quartier et le dynamisme en terme d’action civique (intempestive) pour la cohabitation solidaire en font un îlots urbain inédit à Genève, sinon un modèle d’habitat communautaire en ville.

Regorgeant d’artistes issus des milieux alternatifs (ou pas), Lissignol se présente comme un lieu idéal pour les expérimentations artistiques qui agitent le désir audacieux qu’incarne BAZ’ART: offrir des espaces d’expression et d’exposition urbains qui stimulent, encouragent, et développent la relation entre les artistes, les commerçants, les habitants et les usagers de l’espace public.

Débordant les frontières du public et du privé, depuis les façades jusque dans les recoins insoupçonnés des immeubles, caves et cours intérieures, quand ce n’est pas à l’intérieur des appartements eux-mêmes, BAZ’ART ouvre des portes, distille la création contemporaine avec un souci de proximité et d’accessibilité, et s’invente, par là, en véritable moteur de lien social.

Non seulement rassembleur, BAZ’ART est au fond l’espace de création en soi.

 

DSC_6892.jpg

DSC_6893.jpg

DSC_6894.jpg

DSC_6896.jpg

DSC_6897.jpg

DSC_6899.jpg

DSC_6902.jpg

DSC_6904.jpg

DSC_6905.jpg

DSC_6907.jpg

DSC_6908.jpg

DSC_6910.jpg

DSC_6913.jpg

DSC_6915.jpg

DSC_6923.jpg

DSC_6929.jpg

DSC_6931.jpg

DSC_6939.jpg

DSC_6948.jpg

DSC_6957.jpg

DSC_6964.jpg

DSC_6968.jpg

DSC_6970.jpg

DSC_6971.jpg

DSC_6973.jpg

DSC_6974.jpg

DSC_6978.jpg

DSC_6982.jpg

DSC_6985.jpg

DSC_6986.jpg

 

DSC_6997.jpg

DSC_6999.jpg

DSC_7000.jpg

DSC_7004.jpg

DSC_7007.jpg

DSC_7009.jpg

DSC_7014.jpg

DSC_7022.jpg

DSC_7038.jpg

Exposition Enfances volées - regards et témoignages d'enfants placés

DSC_7084.jpg

DSC_7066.jpg

DU 4 MAI AU 7 JUILLET 2013


Partenariat entre l'association Enfances volées et St-Gervais Genève Le Théâtre
Avec le soutien de la République et Canton de Genève, de la Loterie Romande, de la Conféderation Suisse, de Pro Helvetia, d'Unicef
Que se passe-t-il lorsqu'un enfant est séparé de sa famille et qu'il grandit dans un environnement qui lui est étranger ? Comment surmonte-t-il le déracinement, l’absence de ses proches, le manque de sécurité affective, l’exclusion ? En quoi ces expériences marquent-elles l'enfant et de quelle manière les intègre-t-il dans sa vie d'adulte ?

L’exposition ENFANCES VOLÉES – VERDINGKINDER REDEN veut préserver de l’oubli un chapitre de l’histoire suisse et donne la parole à des personnes qui ont été placées dans des familles ou des institutions durant les années 1920 à 1960. Ces témoignages ont été sélectionnés parmi des entretiens réalisés dans le cadre de deux projets de recherche sur le placement d’enfants en Suisse romande et en Suisse alémanique. Les personnes touchées parlent de leur vie et de leurs souvenirs.

Depuis 2009, une dizaine de cantons a déjà accueilli cette exposition itinérante. Chaque étape donne un aperçu des spécificités locales de l'histoire du placement d'enfants. Le volet régional présenté à Genève montre les mécanismes mis en place dès la fin du 19e siècle pour dépister les enfants jugés comme dangereux ou en danger et le développement d'une politique interventionniste de protection de l'enfance dans le canton.

Plus d'information et dossier complet à télécharger sur www.enfances-volees.ch
http://www.saintgervais.ch/programme/detail/exposition-en...

DSC_7083.jpg

DSC_7082.jpg

DSC_7081.jpg

DSC_7080.jpg

DSC_7079.jpg

DSC_7078.jpg

DSC_7075.jpg

DSC_7074.jpg

DSC_7073.jpg

DSC_7072.jpg

DSC_7071.jpg

DSC_7070.jpg

DSC_7069.jpg

DSC_7068.jpg

DSC_7064.jpg

DSC_7063.jpg

DSC_7062.jpg

DSC_7061.jpg

DSC_7060.jpg

DSC_7059.jpg

DSC_7058.jpg

Photos: Demir SÖNMEZ

 

copyright.jpg


23:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

06/06/2012

Manifestation des cinéphiles: Sauver le Cinélux!

Hier après midi devant Hôtel de la ville une vingtaine cinéphiles se mobilisent pour sauver le Cinélux ,ils ont été déposée une pétition de 6800 signatures auprès des autorités municipales de la ville de Genève, montrant l’intérêt populaire à sauvegarder le Cinélux mais aussi à défendre le cinéma indépendant.
Les signataires de la pétition demandent aux autorités municipales de tout entreprendre pour qu’un des dernier cinémas de quartier en ville de Genève ne disparaisse pas.

 

DSC_6707.jpg

DSC_6710.jpg

DSC_6712.jpg
DSC_6714.jpg
DSC_6716.jpg
DSC_6720.jpg
DSC_6722.jpg
DSC_6726.jpg
DSC_6727.jpg

DSC_6729.jpg

 
DSC_6736.jpg
DSC_6741.jpg
DSC_6743.jpg
DSC_6746.jpg

DSC_6749.jpg

DSC_6753.jpg

Photos : Demir SÖNMEZDSC_6732.jpg

copyright.jpg

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

11:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

24/05/2012

Jean Jacques Rousseau est retourné au Conservatoire et Jardin botaniques


"Je raffole de la botanique" Rousseau

Exposition promenade,

Du 25 mai au 14 octobre 2012 au jardin botaniques



«Je raffole de la botanique: cela ne fait qu'empirer tous les jours. Je n'ai plus que du foin dans la tête; je vais devenir plante moi-même un de ces matins». Lettre de Rousseau à d'Ivernois, 1er août 1765.  

Ecrivain, philosophe et musicien, Jean-Jacques Rousseau a été aussi un botaniste enthousiaste, comme l'illustre ce passage de lettre adressé à un correspondant genevois. C'est tout particulièrement à partir de 1765 que le plus célèbre citoyen de Genève manifestera sa passion grandissante pour l'étude du monde végétal.

L’exposition des Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève, mettra en exergue la figure de Rousseau botaniste. Elle se présentera pour le visiteur sous la forme d'un parcours-promenade comportant onze postes à « thèmes » récapitulant l'activité de Jean-Jacques en botanique et présentée dans son contexte historique scientifique et social. Tour à tour seront évoqués ses rapports avec la thématique des jardins, du paysage alpin, de la botanique « exotique », des botanistes genevois et de la valeur utilitaire des plantes. Sa formation en botanique, comme son legs à l’histoire de cette discipline scientifique seront aussi commentés, de même que quelques-uns de ses écrits les plus célèbres sur le sujet comme ses Lettres élémentaires sur la botanique. Une large iconographie rassemblée spécialement pour l'occasion illustrera magnifiquement le propos de l’exposition.

Deux postes « repos » permettront aux visiteurs de s'immerger dans l'écriture même de Rousseau, dans la sérénité de la nature humanisée du Jardin botanique. Cette immersion se fera soit au travers de la lecture libre et autonome de ses ouvrages, soit au travers de l'écoute de quelques passages célèbres tirés de ses écrits illustrés de musique

La pièce de théâtre «Rousseau, une promenade», écrite par Catherine Fuchs et mise en scène par Cyril Kaiser pour sa compagnie du Saule rieur, sera montée dans le Jardin botanique, en nocturne et dès la mi-août 2012, autour de Rousseau et sa botanique. Un événement à ne pas manquer qui se prolongera jusqu’à la mi-septembre dans notre écrin de verdure voué à la conservation et à l’interprétation du monde végétal.

 

DSC_4771.jpg
DSC_4755.jpg
DSC_4768.jpg
DSC_4765.jpg
DSC_4762.jpg
DSC_4761.jpg
DSC_4760.jpg
DSC_4758.jpg
DSC_4752.jpg
DSC_4750.jpg
DSC_4748.jpg
DSC_4739.jpg
DSC_4737.jpg
DSC_4734.jpg
DSC_4694.jpgDSC_4731.jpg
DSC_4729.jpg
DSC_4727.jpg
DSC_4726.jpg
DSC_4723.jpg
DSC_4722.jpg
DSC_4720.jpg
DSC_4716.jpg
DSC_4714.jpg
DSC_4713.jpg
DSC_4710.jpg
DSC_4709.jpg
DSC_4706.jpg
DSC_4705.jpg
DSC_4702.jpg
DSC_4701.jpg
DSC_4700.jpg
DSC_4697.jpg
DSC_4696.jpg
DSC_4693.jpg
DSC_4689.jpg
DSC_4685.jpg
DSC_4683.jpg
DSC_4681.jpg
DSC_4680.jpg
DSC_4677.jpg
DSC_4598.jpg
DSC_4591.jpg
DSC_4590.jpg
DSC_4584.jpg
DSC_4586.jpg
DSC_4587.jpg
DSC_4588.jpg
DSC_4593.jpg
DSC_4595.jpg

DSC_4756.jpg

 

DSC_4620.jpg

 

DSC_4610.jpg
DSC_4613.jpg
DSC_4621.jpg
DSC_4618.jpg

 

DSC_4625.jpg
DSC_4628.jpg
DSC_4632.jpg
DSC_4642.jpg
DSC_4649.jpg

 

DSC_4673.jpg

Renseignements

Exposition bilingue français/anglais
Exposition : entrée libre
Spectacle : entrée payante
Ouvert tlj 8h-19h30
T 022 418 51 00
Détails programme dès mars 2012
sur www.ville-ge.ch/cjb/

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

Photos : Demir SÖNMEZ

23:24 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18/04/2012

Alain Berset en visite au MAMCO

Ce soir, M. Alain Berset a visité le musée d’art moderne et contemporain (MAMCO) avec les Conseillers et Conseillères d'Etat Pierre-François Unger, président, ainsi que Charles Beer, David Hiler, François Longchamp, Isabel Rochat et la Chancelière Anja Wyden Guelpa.

Le Conseiller fédéral Alain Berset, chef du Département fédéral de l’intérieur, reste à Genève pendant deux jours afin d’aborder les différents dossiers qui concernent le canton et la Confédération.

DSC_0041.jpg
DSC_0027.jpg
DSC_0033.jpg
DSC_0043.jpg
DSC_9827.jpg
DSC_9830.jpg
DSC_9832.jpg
DSC_9833.jpg
DSC_9838.jpg
DSC_9834.jpg
DSC_9846.jpg
DSC_9848.jpg
DSC_9850.jpg
DSC_9906.jpg
DSC_9851.jpg
DSC_9903.jpg
DSC_9852.jpg
DSC_9900.jpg
DSC_9853.jpg
DSC_9899.jpg
DSC_9855.jpg
DSC_9888.jpg
DSC_9859.jpg
DSC_9885.jpg
DSC_9880.jpg
DSC_9920.jpg
DSC_9866.jpg
DSC_9923.jpg
DSC_0058.jpg
copyright.jpg

22:44 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

17/04/2012

Attribution du 25ème Prix Littéraire Lipp Suisse

Aujourd’hui Attribution du 25ème Prix Littéraire Lipp Suisse dans la bibliothèque de la Cité de Genève.

25ème prix littéraire LIPP SUISSE 2012 a été remis à << Un roi >> de
Corrine DESARZENS (Editions Grasset) et 6ème Bourse Anton JAEGER 2012 a été <<Rengaine>> de Julien MARET (Edition Corti)

Le Prix Littéraire Lipp fait partie des éléments institutionnels de la Brasserie Lipp de Paris. Monsieur Anton Jaeger, fondateur des Brasseries Lipp en Suisse a instauré cette même tradition à l'égard de la littérature Suisse.

Ce geste de la gastronomie envers la littérature a récompensé chaque année depuis 1988 l'oeuvre d'un(e) écrivain(e) suisse de langue française.

Dès 2002, le Prix Littéraire Lipp récompense en alternance annuelle une oeuvre d'un(e) écrivain(e) suisse de langue française, ou une oeuvre d'un(e) écrivain(e) suisse non-francophone, traduite en français.

Le prix veut contribuer ainsi à l'échange culturel entre les différentes régions linguistiques de la Suisse.

Le Prix Littéraire Lipp est attribué chaque année à Genève, au début de l'automne. Il est doté de Frs. 10'000.- pour l'auteur d'une oeuvre de langue française et de Frs 8'000.- pour l'auteur d'une oeuvre traduite et de Frs 2'000.- pour la traduction.

Lauréats de la prix littéraire LIPP Suisse

2011 OHIO de Ruth Schweikert

2010 Tout là-bas avec Capolino de Jean-Marc Lovay

2009 Melnitz de Charles Lewinsky

2008 Les créatures du Bon Dieu  de Daniel Magge
tti

2007 Le Livre de mon père de Urs Wi
dmer

2006 La Pension Marguerite de Metin Arditi

2005 « Comme si de rien n’était », de Rut Plouda
traduite par Gunhild Hoyer. (Sco scha nüglia nu
füss)

2004 Un étang sous la glace d'Yvette Zgraggen

2003 Fleurs d'Ombred'Alberto Nessi (La Dogana)

2002 Evangile selon Judasde Maurice Chappaz (Editions Gallimard)

2001 Les Vivantsde Pascale Kramer (Editions Calmann-Lévy)

2000 Les Dérives du Jarsde Pierre Louis Péclat (Edition l'Age d'Homme)

1999  Le Harem en péril de Rafik Ben Salah (Edition l`Age d'homme)

1998  Le Feu au lac de Jean-Luc Benoziglio (Edition du Seuil)

1997  L'Homme seul de Claude Frochaux (Edition de l`Age d'homme)

1996  Le Miel du Lac de Gilbert Salem (Bernard Campiche Editeur)

1995 Isola Bella d'Armen Godel (Bernard Campiche Editeur)

1994 La Matta d'Adrien Pasquali (Editions Zoé)

1993 La Griffe de J.E. Bovard (Bernard Campiche Editeur)

1992 Le Triomphe des Eléphants de Claude Delarue (Editions du Seuil)

1991 Un Balcon sur la Mer de Mireille Kuttel (Editions l'Age d'homme)

1990 L'Ombre de Mémoire de Bernard Comment (Editions Christian Bourgeois)

1989 Arrêt sur Image de Luc Weibel (Edition
s Zoé)

1988 La Parole volée de Michel Bühler
(Bernard Campiche
Editeur)


LA BOURSE ANTON JAEGER

Afin d’encourager et de développer une dynamique littéraire en Suisse, la Brasserie Lipp Genève a décidé de créer en 2007 la Bourse Anton Jaeger qui a pour objectif de récompenser une première œuvre ou un auteur en devenir. La bourse est dotée d'une prime de Frs. 5'000.-

Lauréats de la Bourse Anton Jaeger

2011 ANATOMIE DE L’HIVER d’Elisabeth Jobin

2010 BISEAUX d’Odile Cornuz

2009 La Symphonie du Loup de Marius Daniel Popescu

2008 Train Fantôme de David Collin

2007 Vorace de Anne-Sylvie Sprenger

L1006373.JPG
L1006376.JPG
L1006379.JPG
L1006381.JPG
L1006391.JPG
L1006393.JPG
L1006395.JPG
L1006398.JPG
L1006407.JPG
L1006415.JPG
Corrine DESARZENS
L1006418.JPG
L1006424.JPG
L1006429.JPG
L1006434.JPG
Julien MARET

L1006444.JPG
Julien MARET L1006454.JPG
L1006439.JPG
copyright.jpg

 

21:02 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

29/03/2012

Place de la Fusterie ; Le musée à ciel ouvert !


MARCHE GENEVOIS DES ARTISANS CREATEURS

Venez découvrir le monde de l'artisanat au centre de la ville. Les artisans-créateurs de la Fusterie vous présentent leur travail chaque semaine tout au long de l'année.

Le marché des Artisans-Créateurs de la Place de la Fusterie à Genève - tous les jeudis - 9h à 20h
Plus informations : www.createurs-fusterie.ch
L1006077.jpg
L1006079.jpg
L1006080.jpg
L1006081.jpg
L1006082.jpg
L1006083.jpg
L1006084.jpg
L1006085.jpg
L1006087.jpg
L1006088.jpg
L1006089.jpg
L1006090.jpg
L1006091.jpg
L1006092.jpg
L1006093.jpg
L1006096.jpg
L1006097.jpg
L1006099.jpg
L1006101.jpg
L1006098.jpg

 

L1006109.jpg
L1006111.jpg
L1006112.jpg
L1006116.jpg
L1006119.jpg
L1006124.jpg
L1006126.jpg
L1006128.jpg
L1006129.jpg
L1006131.jpg
L1006132.jpg
L1006134.jpg
L1006138.jpg
L1006139.jpg
L1006140.jpg
L1006141.jpg
L1006144.jpg
L1006145.jpg
L1006149.jpg
L1006151.jpg
L1006152.jpg
L1006154.jpg
L1006171.jpg

 

17:09 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

11/03/2012

Soirée de clôture du Fifdh haute en couleurs !

 

La soirée de clôture du 10ème Festival du Film et Forum International sur les droits humains a eu lieu ce 10 mars 2012 au Bâtiment des Forces Motrices (BFM) à Genève.

Cette soirée a été accompagnée par la présence de
Claude Wil
d, Ambassadeur, Chef de la Division Sécurité humaine du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE),
Nicolas Niemtchinow, Ambassadeur de France auprès de l'ONU à Genève,
Isabel Rochat, Conseillère d'Etat, République et canton de Genève,
Sandrine Salerno(excusée), Conseillère administrative de la Ville de Genève,
Gerald Staberock, secrétaire général de l'OMCT,
Barbara Hendricks, cantatrice, Ambassadrice de bonne volonté du HCR.
Ainsi que de nombreuses et nombreux amis des droits humains.

La chanteuse américaine BARBARA HENDRICKS a donné un magnifique concert et spectacle du BALLET JUNIOR DE GENÈVE “Flabbergast”, une chorégraphie de Gustavo Ramirez Sansano : par une gestuelle quotidienne, avec une drôlerie et une légèreté assumée, ce spectacle fulgurant a illustré le choc des cultures. La bande son, inspirée des rythmes de salsa et de conga, est extraite de films célèbres des années 1950 et 1960.

Le palmarès a été dévoilé lors de cette même soirée de clôture. Le voici !

Le Grand prix du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) - Offert par l’Etat de Genève

“Duch, le Maître des Forges de l'Enfer”

Prix de la fondation Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation. En mémoire de Sergio Vieira de Mello

“Better This World” de Katie Galloway et Kelly Duane de la Vega a aussi été primé. Le film dénonce avec brio et sans concession le système judiciaire le système américain.

Mention spéciale du jury

«Heart of Sky - Heart of Hearth» de Frauke Sandig et Eric Black, qui s'interrogent sur la disparition d'un peuple victime de la mondialisation.

Le Grand prix de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT)

“Belarussian Dream”, qui met en lumière le combat des défenseurs des droits de l'homme en Europe obtient.

Prix du jury des Jeunes

«The Ambassador», un documentaire tourné en partie en caméra cachée qui dénonce le néocolonialisme en République centrafricaine.

Cette édition a connu une fréquentation semblable à la précédente avec plus de 20'000 festivaliers. «A noter une très forte présence de jeunes et surtout une participation active aux débats», précisent les organisateurs. Au total, 46 films et 11 débats et tables rondes figuraient au programme. La prochaine édition aura lieu du 1er au 13 mars 2013.

 

DSC_6334.jpg

DSC_5999.jpg

 

DSC_6001.jpg

 

DSC_6013.jpg
DSC_6142.jpg
DSC_6144.jpg
DSC_6171.jpg
DSC_6187.jpg
DSC_6212.jpg
DSC_6368.jpg

DSC_6092.jpgDSC_6385.jpg

DSC_6390.jpg
DSC_6217.jpg
DSC_6221.jpg
DSC_6224.jpg

 

DSC_6235.jpg
DSC_6236.jpg
DSC_6239.jpg
DSC_6252.jpg
DSC_6255.jpg
DSC_6259.jpg
DSC_6264.jpg
DSC_6277.jpg
DSC_6280.jpg
DSC_6281.jpg
DSC_6297.jpg
DSC_6307.jpg
DSC_6354.jpg
DSC_6351.JPG
DSC_6356.jpg
DSC_6359.jpg
DSC_6353.jpg
DSC_6340.jpg
DSC_6095.JPG

 

 

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

 

02:38 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

04/03/2012

Genève, pas Los Angeles!

10ième Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain cérémonie d'ouverture ont eu lieux le 2 mars 2012 , salle arditi à Genève.

M. Didier Burkhalter, Conseiller fédéral, Chef du Département fédral des affaires étrangères, Mme Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme (excuse et envoyé représentent), M. Ridha Bouabid, Ambassadeur de l'Organisation Internationale de la Francophonie auprès des Nations Unies, M. Sami Kanaan, Conseiller administratif de la Ville de Genève, Département de la culture et du sport, Mme Michelle Bachelet, Sous-secrétaire générale des Nation Unies et directrice exécutive de l'ONU Femmes (par vidéo) Ainsi que les membres du Jury international et notre chères et chers amis des droits humains ont participé le soirée 10ième Festival du Film et Forum International sur les droit d'humain cérémonie d'ouverture


Genève, pas Los Angeles.

Genève s'est encore prouvée être la capitale internationale des droits de l'Homme. Pendant que les Oscars étaient distribués à Los Angeles, à Genève il n'y avait pas de représentant des médias internationaux. Il n'y avait pas non plus les stars internationaux du tapis rouge mais les militants internationaux des droits de l'homme. cette rencontre fut amicale sans gala ni glamour.

C'est cela la différence entre le festival du film à Los Angeles et à Genève. Cette différence était visible dans les discours et la pensée des personnes présentes.

Toutes les conférences faisaient référence aux violations des Droits de l'Homme de notre époque. Dans son discours Sami Kanaan a dit que la votation du 11 mars sur la loi sur les manifestation était également une violation des droits fondamentaux et constitutionnels et a appelé à voter contre cette dernière. Et voici ci-dessous un discours de Sami Kanaan “

M. Didier Burkhalter, Conseiller fédéral, Chef du Département fédral des affaires étrangères a remercié les participants et a réaffirmé son soutien à ce festival.

Pour soutenir le cinéma et la lutte pour les Droits de l'Homme j'invite tout les résidents de la capitale internationale des Droit de l'Homme à se rendre dans les cinémas.

 

 

Voici le lien pour accéder au riche programme du FIFDH, qui se déroulera à partir du 2 mars jusqu’au 11 mars 2012.

http://www.fifdh.org/2012/index.php?rubID=1&lan=fr

======================================

 

Ouverture FIFDH / note intervention Sami Kanaan

 

Monsieur le Conseiller fédéral,

Madame le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme,

Madame la Sous-secrétaire générale des Nations Unies qui s’est adressée à nous par un message vidéo,

Monsieur le Représentant permanent de l’Organisation internationale de la francophonie,

Mesdames les ambassadrices, Messieurs les Ambassadeurs

Mesdames et Messieurs les Députés (du Grand Conseil),

Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

Mesdames et Messieurs les Constituants,

Messieurs les Directeur général et Directeur général adjoint du Festival du Film et Forum international sur les droits humains,

Mesdames et Messieurs les membres du Jury,

Mesdames et Messieurs,

Et surtout chères et chers amis des droits humains

Voici dix ans que le Festival du film et forum international sur les droits Humains (FIFDH) poursuit la mission qu’il s’est fixé : être une tribune libre, sans tabous, dédiée au respect des droits humains.

Le FIFDH nous rappelle à quel point il est important que l’art se saisisse de sujets tels que les droits humains. La culture, exceptionnelle caisse de résonnance, joue un rôle évident dans la défense de ces droits. Il l’est plus encore à Genève, ville de paix, ville internationale, carrefour d’organisations internationales et non gouvernementales. Je me réjouis ainsi du rôle que joue désormais le FIFDH dans la cour des défenseurs de la dignité et de la justice, à Genève, qui accueille, à la même période, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU.

 

Très récemment nous avons pu apprécier un autre exemple d’expression artistique au service des droits humains, celui du spectacle « Human Writes » de la célèbre compagnie de danse William Forsythe au sein même du Palais des Nations à Genève, dans la salle des pas perdusLe respect des droits humains, c’est d’abord le respect des personnes. C’est affirmer que la vie, chaque vie, est une réalité à prendre en considération et une valeur à protéger. C’est aussi la lutte pour les droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels. C’est un combat permanent, incessant, qui implique un engagement sans complaisance, et qui est au cœur de la démarche du FIFDH.

Le FIFDH s’attache à présenter des œuvres fortes, comme autant de témoignages qui permettent de focaliser les débats sur des problématiques d’actualité. Les rencontres avec les cinéastes, les écrivains, les intellectuels qui mettent leurs expériences et leurs talents au service de la cause permettent d’impliquer un public nombreux - plus de 20'000 spectateurs l’an passé !Nous célébrons donc ce soir les 10 ans du festival, mais nous pourrions tout aussi bien souhaiter que la manifestation ait perdu sa raison d’être, faute de thèmes à traiter et d’injustices à dénoncer. Malheureusement, le rêve n’est pas prêt de devenir réalité.

Comme jamais, les indignations suscitent la révolte des peuples. Les colères, les soulèvements et les crimes d’état se manifestent aux quatre coins de la planète, tandis que les dérives du néo-populisme menacent même l’Europe. Même en Suisse, même à Genève, le risque de dérives néo-populistes et réactionnaires existe ; preuve en est la révision de la Loi sur les manifestations, soumise au vote populaire le dimanche 11 mars, et qui constitue une forte régression des droits démocratiques fondamentaux, une régression inacceptable. Il faut donc encore compter sur le rendez-vous annuel avec des cinéastes, des écrivains et des intellectuels engagés, ou tout simplement des militants eux-mêmes, qui risquent souvent leur vie, pour briser l’ignorance, dépasser l’indifférence et dénoncer les silences qui entrainent les sociétés sur les voies de l’oppression et de la manipulation.

Tout particulièrement cette année, on pensera au peuple syrien, à qui est dédié cette édition du festival, mais aussi à l’opposante birmane Aung San Suu Kyi, figure emblématique s’il en est d’une volonté de résistance inébranlable et non-violente.

La Ville de Genève et l’Etat de Genève, au nom de qui je m’exprime aussi aujourd’hui, soutiennent pleinement cette indispensable tribune libre qu’est depuis dix ans le FIFDH. Je me félicite aussi du partenariat fort avec les Nations Unies, notamment le Haut commissariat aux droits humains, ainsi qu’avec la Confédération, dont la présence ici ce soir du Conseiller fédéral Didier Burkhalter constitue une belle preuve. J’ai d'ailleurs appris avec plaisir qu’aujourd'hui même M. Burkhalter a publié les priorités du Conseil fédérale en matière de politique étrangère, et que la promotion des droits humains et de la Genève internationale figure en bonne place. Et souhaite que ces dix jours de projections et de débats contribuent à faire passer auprès du public un message essentiel : en matière de droits humains, le combat pour la dignité contre le silence est l’affaire de tous.

Merci aux organisateurs et aux membres du jury international pour cette piqûre de rappel bienvenue...

L1005448.jpg

DSC_4259.jpg
DSC_4247.jpg
DSC_4256.jpg
DSC_4262.jpg
DSC_4286.jpg
DSC_4257.jpg
DSC_4300.jpg
DSC_4340.jpg
DSC_4258.jpg
L1005486.jpg
DSC_4360.jpg
DSC_4365.jpg
DSC_4379.jpg
L1005473.jpg
L1005489.jpg
L1005491.jpg

Demir SÖNMEZ
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org


21:51 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

28/02/2012

10 ANS D'ENGAGEMENT en faveur des droits humain


BANNERFIFDH12-GENEVE-FR_noir.jpg

Le FIFDH fête ses 10 ans Une décennie d’engagement pour la dignité humaine

 

Une édition rebelle


Les résistants et les rebelles, les révoltes citoyennes, les faiseurs de paix, celles et ceux qui engagent leur vie sur le terrain en faveur des droits humains, c’est à eux que le FIFDH dédié sa dixième édition. Et tout particulièrement au peuple syrien et à l’opposante birmane Aung San Suu Kyi.

10 ans, c’est non seulement l’occasion de faire la fête, mais aussi de faire le point sur les avancées et l’avenir des droits de l’homme. Les débats thématiques de cette année s’intéressent au futur des démocraties en devenir après le printemps arabe (avec notamment le regard croisé de quatre femmes venues de Tunisie, d’Iran, d’Egypte et du Bahreïn) ; aux médiateurs qui osent la paix ; à la justice internationale par le biais des procès khmers rouges ; au dialogue entre Israël et la Palestine ; à la contestation des Indiens d’Amazonie contre l’establishment économique ; au combat des défenseurs pour les droits humains en République démocratique du Congo. La crise financière est également au cœur des discussions, tout comme la montée du national populisme en Europe.

Documentaire emblématique du FIFDH 2012, Sri Lanka’s Killing Fields - sur les crimes de guerre commis contre la population tamoule -, montre l’impact concret de l’image et du cinéma dans la lutte pour les droits humains : la diffusion du film devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a provoqué la constitution d’une commission d’enquête. L’équipe de réalisation est nominée au Prix Nobel de la Paix 2012.

Le Jury international


Présidé par le grand cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako, avec également : Tarun J. Tejpal, le chantre de l’anti-corruption en Inde ; Shumona Sinha, l’auteure indienne francophone de Assomons les pauvres, roman nominé au prix Renaudot 2011 ; la cinéaste franco-israélienne Michale Boganim ; le dissident hongrois et professeur de cinéma Lázló Rajk ; le réalisateur et producteur suisse Nicolas Wadimoff.

Rencontres avec des personnalités d’exception


La tribune libre du FIFDH rassemble des défenseurs des droits de l’homme, tant ceux qui œuvrent en avant scène que ceux qui agissent dans l’ombre : Stéphane Hessel ; le sociologue français Edgar Morin ; Louise Arbour ; Jean Ziegler ; Micheline Calmy-Rey ; Roberto Lavagna, ex-ministre de l’économie argentine qui a dit NON aux plans d’austérité du FMI ; le leader de la résistance syrienne Haytam Al-Maleh et Samar Yazbek, opposante syrienne exilée en France ; la bloggeuse et militante tunisienne Lina Ben Mehnni ; le rapporteur spécial de l’ONU Louis Joinet ; Elias Sanbar, Ambassadeur de Palestine à l’UNESCO ; Davi Kopenawa, Chef des indiens Yanomami.

Echanges avec des cinéastes


Seront présents les ciné
astes et les réalisateurs : Rithy Panh (Duch, le maître des forges et Gibier d’élevage), Manon Loizeau (Chronique d’un Iran interdit), Karl Zéro (Dans la peau de Poutine), Thierry Michel (L’affaire Chebeya), Sofia Amara (Syrie, dans l’enfer de la répression), Michale Boganim (Land of Oblivion), Davy Chou (Le Sommeil d’or), Janez Burger (Silent Sonata)...

Temps forts


Hommage à Vaclav Havel, le dissident devenu président qui a mis les droits universels et la liberté au centre de sa politique. Projection de son premier et unique film Leaving La Nuit des droits humains, avec les ONG qui ont accompagné le FIFDH ces 10 dernières années, un concert de Barbara Hendricks et Flabbergast ou le choc des civilisations dansé par le Ballet Junior de Genève

8 mars, journée internationale des femmes : le cinéma oriental décliné au féminin La Révolution tunisienne : vue de l’intérieur par le collectif de photographes tunisiens Dégage !

Voici le lien pour accéder au riche programme du FIFDH, qui se déroulera à partir du 2 mars jusqu’au 11 mars 2012.

http://www.fifdh.org/2012/index.php?rubID=1&lan=fr

AFFICHE_FIFDH12_A5web_twitter_profile1-294x300.jpg



Maison des Arts du Grütli, CP 5251 - 1211 Genève 11 - T. +41 22 809 69 00 - Direction : Léo Kaneman Contacts Presse : Sylvie Cohen M +41 76 562 86 32 – Eva Cousido M +41 78 928 94 07 communication@fifdh.ch / www.fifdh.org

================================
Maison populaire  de Genève
Case postale 1141
Téléphone: + (41) 79 256 30 11
1211 Genève
www.assmp.org

Inscription / désinscription
listes Maison Populaire de Genève
http://www.assmp.org/mail_listes/listes.html



 

 

13:23 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

17/02/2012

l’AUTRE CÔTE DU MONDE

l’AUTRE CÔTE DU MONDE
Histoires de la Suisse humanitaire


Film documentaire interactif et Exposition


Du 17 février  au 31 mars 2012
Mardi -  vendredi 10h – 19h, samedi 10h – 19h
Bibliothèque de la Cité
Place des Trois-Perdrix 5, 1204 Genève

humem_flyer_bild.jpg



Nombreux sont les Suissesses et les Suisses qui s’engagent quotidiennement au cœur des crises et dans des régions en guerre, lors de catastrophes naturelles, dans la coopération au développement ou pour les droits humains. Un travail exigeant, épuisant, excitant, tantôt couronné de succès et tantôt dominé
par la frustration.

Réalisé par humem (Humanitarian Memory) ce film documentaire interactif

vous invite à un voyage de l’autre côté du monde.

Il raconte l’histoire de la Suisse humanitaire à travers le regard des Suissesses et des Suisses qui se sont engagés sur le terrain depuis 1945 pour un monde meilleur et plus juste.

Le public décide du déroulement du film au moyen d‘une télécommande individuelle.

Une nouvelle expérience de cinéma documentaire à ne pas manquer!

Visionner aussi le film interactif L’autre côté du monde sur bornes interactives dans les Bibliothèques municipales de : Jonction, Saint-Jean, Pâquis, Vieusseux

Bibliothèque municipale de la Cité
DI /LU : fermé
MA /ME / JE / VE : de 10h à 19h  
SA : de 10h à 17h

Des éléments d’exposition accompagnent le film :

- 2 bornes interactives pour découvrir le film individuellement

- 1 borne interactive qui présente les films réalisés dans le cadre du concours de courts-métrages sur la Suisse humanitaire (2010-2011)

- des photos et des textes qui vous informent sur l’histoire de l’aide humanitaire et la coopération

 

jeudi 23.02 18h30    
Bibliothèque de la cité

rencontre/table ronde sur le thème de la coopération


En marge de l’exposition audiovisuelle interactive L’autre côté du monde – histoires de la Suisse humanitaire

Genève, ville internationale par excellence et siège de nombreuses organisations internationales, vient en aide aux plus démunis à travers le monde. Quel bilan peut-on tirer de l’engagement de la Ville de Genève et des très nombreuses ONG genevoises à l’heure où l’on constate que l’écart entre riches et pauvres continue de croître, que les famines déciment des populations entières et que l’accès à l’eau potable et à la santé font encore défaut dans de nombreuses régions du globe? Quelles sont les perspectives d’avenir pour une coopération plus efficace et pour réduire les injustices à travers le monde?

 

Avec la présence de M. Gérard Perroulaz du Fonds de la Ville de Genève dédié à la Solidarité internationale


et M. Olivier Berthoud de la Fédération genevoise de coopération.

Modération : M. Benito Perez,  corédacteur en chef du journal Le Courrier

vendredi 09.03 18h30    
Bibliothèque de la cité

rencontre/table ronde sur le thème de l’humanitaire


En marge de l’exposition audiovisuelle interactive L’autre côté du monde – histoires de la Suisse humanitaire

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et Médecins Sans Frontières (MSF) sont deux organisations majeures qui agissent dans les régions en crise depuis des décennies.

MSF est fondé au début des années 1970 par des médecins français qui travaillent pour le CICR au Biafra. Ils créent une organisation qui se permet de dénoncer les injustices et qui prend le parti des victimes, ce que le CICR tenant à une stricte neutralité ne pouvait pas faire. Aujourd’hui, les deux organisations interviennent souvent ensemble. Les divergences du passé ont-elles disparu ? Quels sont les nouveaux enjeux pour l’action humanitaire du XXIe siècle?

Avec la présence de M. Yves Daccord du CICR

et M. Bruno Jochum de MSF

Modération : Mme Esther Mamarbachi,  productrice et présentatrice d’INFRAROUGE

 

Flyer_EXPO_HUMEM_CITE_20121.jpg


 



Pour plus d’infos : M. Marc- Antoine Schüpfer, Membre du comité de direction (Mob. +41 (0) 78 66791 02)

www.humem.ch <http://www.humem.ch>  et <http://www.ville-ge.ch/bm>


Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

12:13 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

03/02/2012

Arméniens et Kurdes réunis autour de Gülizar

 

Ce jeudi 2 février 2012  À 20H, au Théâtre St-Gervais Gazin, chanteuse dengbej, a donné un récital ont participé à cette soirée Anahide Ter Minassian, historienne et Gazin, chanteuse dengbej, soirée animée par Anna Barseghian, artiste, et Stefan Kristensen, philosophe.

Gülizar, une jeune fille arménienne de l’Empire Ottoman, est enlevée à sa famille par un chef de tribu kurde en 1889. Contrairement à beaucoup d’autres jeunes filles, Gülizar a résisté; elle a même dénoncé les crimes de son ravisseur. Cela a fait d’elle une héroïne commune aux Arméniens et aux Kurdes jusqu’à aujourd’hui. 123 ans après cette histoire, la petite-fille de Gülizar, Anahide Ter Minassian, rencontre Gazin, une des très rares femmes dengbej (chant traditionnel kurde). Gazin s’est battue durant toute sa vie pour être reconnue comme femme dengbej en référence à la figure de Gülizar. Cette soirée ravive une mémoire blessée et donne l’occasion d’un dialogue autant parlé que chanté.

Les dengbej sont des chanteurs kurdes, dépositaires des traditions orales, des légendes et de l'identité du peuple kurde. Ils sont en quelque sorte la conscience et la parole du peuple, au-delà et contre toute idéologie et tout nationalisme.

L'exposition "Spectrographie", au 1er étage de Saint Gervais, prolonge et creuse la rencontre de ce jeudi soir. Les artistes Anna Baarseghian & Stefan Kristensen et Uriel Orlow ont exploré, par la photo et la vidéo, la présence des fantômes de l'ancienne Arménie, aujourd'hui le Kurdistan turc. L'exposition est ouverte du mardi au samedi de 14h à 18h jusqu'au 10 mars.

 

 

DSC_1647.jpg

 

 

 

DSC_1651.jpg

 

DSC_1653.jpg

DSC_1656.jpg

DSC_1658.jpg
DSC_1664.jpg

 

DSC_1679.jpg
DSC_1685.jpg

 

DSC_1699.jpg

 

DSC_1701.jpg
DSC_1710.jpg

 

Théâtre St-Gervais 5 rue du Temple, 1201 Genève I réservation au 022 908 20 00  I www.saintgervais.ch <http://www.saintgervais.ch>  <http://www.saintgervais.ch

 

 

16:28 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

24/12/2011

Noël: A chacun son Cadeau!

 

JOYEUX NOEL A TOUS LE MONDE !!!

DSC_6188.jpg
DSC_6189.jpg
DSC_6249.jpg
DSC_6259.jpg
DSC_6262.jpg

DSC_6266.jpg

DSC_6270.jpg
DSC_6284.jpg
DSC_6286.jpg
DSC_6292.jpg
DSC_6295.jpg
DSC_6297.jpg

 

DSC_6300.jpg
DSC_6302.jpg
DSC_6304.jpg
DSC_6308.jpg
DSC_6309.jpg
DSC_6311.jpg
DSC_6327.jpg
DSC_6329.jpg

DSC_6331.jpg

DSC_6336.jpg
DSC_6338.jpg
DSC_6342.jpg
DSC_6346.jpg
DSC_6348.jpg
DSC_6353.jpg
DSC_6354.jpg
DSC_6356.jpg

DSC_6358.jpg

DSC_6364.jpg
DSC_6367.jpg
DSC_6369.jpg
DSC_6370.jpg
DSC_6374.jpg
DSC_6379.jpg

 

DSC_6380.jpg
DSC_6383.jpg
DSC_6387.jpg
DSC_6389.jpg
DSC_6390.jpg
DSC_6394.jpg
DSC_6396.jpg
DSC_6399.jpg

DSC_6402.jpg

DSC_6405.jpg
DSC_6407.jpg
DSC_6408.jpg
DSC_6430.jpg
DSC_6432.jpg
DSC_6434.jpg

DSC_6436.jpg

DSC_6439.jpg
DSC_6441.jpg
DSC_6443.jpg

DSC_6451.jpg

DSC_6473.jpg
DSC_6486.jpg
DSC_6487.jpg
DSC_6500.jpg

DSC_6505.jpg

DSC_6518.jpg
DSC_6524.jpg
DSC_6530.jpg
DSC_6531.jpg

DSC_6747.jpg

DSC_6773.jpg
DSC_6273.jpg

DSC_6278.jpg

DSC_6318.jpg
DSC_6319.jpg

DSC_6423.jpg

DSC_6515.jpg

DSC_6511.jpg

DSC_6467.jpg
DSC_6496.jpg
DSC_6497.jpg
DSC_6513.jpg

 

DSC_6766.jpg

DSC_6736.jpg

DSC_6456.jpg

DSC_6717.jpg

 

18:41 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

19/11/2011

4ème Forum du RAAC - Politiques Culturelles ?

Vendredi 18 et et samedi 19 novembre 2011 a eu lieu le 4ème Forum du Rassemblement des artistes et acteurs culturels (RAAC). Aujourd’hui, dans la matinée Sami KANAAN (Conseiller administratif en charge du département de la culture et du sport à la Ville de Genève) et Charles BEER (Conseiller d’Etat en charge du Département de l’instruction publique, de la culture et du sport à l’Etat de Genève) ont pris la parole dans le cadre de la “Réflexion sur la concertation en matière culturelle”.
Puis en début d’après midi divers organisations culturelles et plusieurs personnalités politiques ont pris part au débat dont MATHILDE CAPTYN (LES VERTS ), FRANÇOIS GILLET (PDC), RENE LONGET (PS)...

merci à tous et à toutes



DSC_0925.JPG
DSC_0966.JPG
DSC_0970.JPG

 

DSC_0972.JPG
DSC_0973.JPG
DSC_0976.JPG
DSC_0977.JPG

 

DSC_0982.JPG
DSC_0989.JPG
DSC_0993.JPG
DSC_1019.JPG
DSC_1022.JPG
DSC_1023.JPG
DSC_1025.JPG
DSC_1031.JPG
DSC_1152.JPG
DSC_1068.JPG

 

DSC_1071.JPG
DSC_1082.JPG

DSC_1137.JPG

DSC_1178.JPG

DSC_1203.JPG
DSC_1256.JPG
DSC_1259.JPG

 

DSC_1073.JPG

Photos : Demir SÖNMEZ

Maison Populaire de Genève
Case postale 1141
1211 Genève
www.assmp.org

 

17:40 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

15/09/2011

Une balade à travers les statues de la Haye

De retour des Pays-Bas, je tiens à partager avec vous mes coups decoeur. J'ai pris de nombreuses photos pour restituer les meilleurs moments de mon week-end hollandais. Une série de photos restituera l'art urbain dans toute sa splendeur à la Haye et puis s'ensuivra une seconde série sur la diversité des statues dans la même ville, un régal et enfin je terminerais mon voyage hollandais avec une compilation des meilleurs endroits que j'ai visité.

L1003141.JPG
L1003142.JPG
L1003151.JPG
L1003225.JPG
L1003186.JPG

 

L1003178.JPG
L1003176.JPG
L1003174.JPG
L1003170.JPG
L1003168.JPG
L1003166.JPG

 

L1003162.JPG
L1003160.JPG
L1003158.JPG

 

L1003021 - copie.JPG
DSC_3108.JPG

 

DSC_3103.JPG
DSC_2591 - copie.JPG
L1003041 - copie.JPG
L1003044 - copie.JPG
DSC_2555 - copie.JPG

 

10:00 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

14/09/2011

La Haye et ses graffitis

De retour des Pays-Bas, je tiens à partager avec vous mes coups de coeur. J'ai pris de nombreuses photos pour restituer les meilleurs moments de mon week-end hollandais. Une série de photos restituera l'art urbain dans toute sa splendeur à la Haye et puis s'ensuivra une seconde série sur la diversité des statues dans la même ville, un régal et enfin je terminerais mon voyage hollandais avec une compilation des meilleurs endroits que j'ai visité.

 

DSC_2875.JPG
DSC_2877.JPG
DSC_2878.JPG
DSC_2879.JPG
DSC_2880.JPG

 

DSC_2882.JPG
DSC_2883.JPG
DSC_2884.JPG
DSC_2885.JPG
DSC_2886.JPG
DSC_2887.JPG
DSC_2888.JPG
DSC_2889.JPG

 

DSC_2891.JPG
DSC_2896.JPG
DSC_2897.JPG
DSC_2899.JPG
DSC_2900.JPG
DSC_2930.JPG

 

DSC_2937.JPG
DSC_2989.JPG
DSC_3047.JPG
DSC_3048.JPG

 

DSC_3049.JPG
DSC_3050.JPG
DSC_3051.JPG
DSC_3052.JPG
DSC_3053.JPG

 

DSC_3054.JPG
DSC_3056.JPG
DSC_3057.JPG
DSC_3058.JPG
DSC_3059.JPG
DSC_3061.JPG

 

L1003133.JPG
L1003132.JPG

10:00 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

10/07/2011

La Lake Parade of Geneva 2011

La lake Parade of Geneva 2011

DSC_6717.JPG
DSC_6723.JPG
DSC_6732.JPG
DSC_6735.JPG
DSC_6737.JPG
DSC_6747.JPG
DSC_6757.JPG
DSC_6772.JPG
DSC_6793.JPG
DSC_6794.JPG
DSC_6795.JPG
DSC_6797.JPG
DSC_6805.JPG
DSC_6808.JPG
DSC_6813.JPG
DSC_6818.JPG
DSC_6820.JPG
DSC_6823.JPG
DSC_6831.JPG
DSC_6845.JPG
DSC_6857.JPG
DSC_6860.JPG
DSC_6862.JPG
DSC_6864.JPG
DSC_6865.JPG
DSC_6867.JPG
DSC_6868.JPG
DSC_6872.JPG
DSC_6873.JPG
DSC_6880.JPG
DSC_6881.JPG
DSC_6887.JPG
DSC_6888.JPG

 

DSC_6894.JPG
DSC_6895.JPG
DSC_6897.JPG
DSC_6919.JPG
DSC_6928.JPG

DSC_6938.JPG

DSC_6947.JPG
DSC_6953.JPG
DSC_6959.JPG
DSC_6966.JPG
DSC_7027.JPG
DSC_7034.JPG
DSC_7038.JPG
DSC_7043.JPG
DSC_7044.JPG
DSC_7046.JPG
DSC_7074.JPG
DSC_7077.JPG
DSC_7083.JPG
DSC_7108.JPG
DSC_7113.JPG
DSC_7117.JPG
DSC_7120.JPG
DSC_7126.JPG
DSC_7130.JPG
DSC_7137.JPG
DSC_7149.JPG
DSC_7156.JPG
DSC_7159.JPG
DSC_7166.JPG
DSC_7171.JPG
DSC_7174.JPG
DSC_7175.JPG
DSC_7183.JPG
DSC_7187.JPG
DSC_7231.JPG
DSC_7238.JPG
DSC_7241.JPG
DSC_7246.JPG
DSC_7250.JPG
DSC_7261.JPG
DSC_7263.JPG
DSC_7265.JPG
DSC_7268.JPG
DSC_7273.JPG
DSC_7277.JPG
DSC_7289.JPG
DSC_7310.JPG
L1001775.JPG
L1001778.JPG
L1001780.JPG
L1001781.JPG
L1001788.JPG
L1001790.JPG
L1001791.JPG
L1001792.JPG
L1001795.JPG
L1001798.JPG
L1001803.JPG
L1001812.JPG
L1001814.JPG
L1001819.JPG
L1001820.JPG
L1001828.JPG
L1001836.JPG
L1001838.JPG
L1001842.JPG
L1001843.JPG
L1001857.JPG
L1001869.JPG
L1001870.JPG
L1001872.JPG
L1001875.JPG

 

 

DSC_7319.JPG
DSC_7320.JPG

DSC_7325.JPG

12:11 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

06/07/2011

"La peinture pour le peuple"

 

DSC_6445.JPG
DSC_6444.JPG
DSC_6443.JPG
DSC_6442.JPG

 

DSC_6438.JPG
DSC_6431.JPG
DSC_6430.JPG
DSC_6406.JPG

 

 

 

00:14 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

21/05/2011

(Anti) fête foraine, sauvage et créative

 

DSC_0110.JPG

DSC_0114.JPG
DSC_0116.JPG
DSC_0119.JPG

DSC_0122.JPG

DSC_0125.JPG
DSC_0131.JPG
DSC_0138.JPG
DSC_0147.JPG
DSC_0156.JPG
DSC_0168.JPG
DSC_0172.JPG

DSC_0180.JPG

DSC_0181.JPG
DSC_0187.JPG
DSC_0191.JPG
DSC_0202.JPG
DSC_0225.JPG
DSC_0236.JPG
DSC_0240.JPG
DSC_0243.JPG
DSC_0251.JPG
DSC_0254.JPG
DSC_0260.JPG
DSC_0263.JPG
DSC_0266.JPG

DSC_0267.JPG

DSC_0271.JPG
DSC_0273.JPG
DSC_0274.JPG
DSC_0276.JPG
DSC_0281.JPG
DSC_0295.JPG
DSC_0296.JPG
DSC_0299.JPG
DSC_0302.JPG
DSC_0305.JPG
DSC_0310.JPG
DSC_0313.JPG

 

DSC_0097.JPG
DSC_0109.JPG

 

DSC_0104.JPG

 

DSC_0102.JPG

21:42 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27/04/2011

La Turquie déboulonne une statue célébrant l'amitié avec l'Arménie


La Turquie déboulonne une statue célébrant l'amitié avec l'Arménie

La Turquie a entamé mardi le démontage d'un imposant monument célébrant l'amitié avec l'Arménie près de la frontière entre les deux pays, après que le Premier ministre eut tourné en dérision la statue et demandé son enlèvement.

L'entreprise chargée par la ville de Kars (nord-est) de démanteler le "Monument de l'Humanité" - une statue en béton de 30 mètres de haut représentant un homme coupé en deux dont les deux faces s'opposent - a démonté une des deux têtes de la statue, a déclaré à l'AFP un témoin présent sur les lieux.

Le bloc, d'un poids de 19 tonnes, a été découpé puis déposé au sol par une grue, a déclaré cette source, interrogée par téléphone.

La statue, érigée en 2008, sera divisée en 18 morceaux qui seront remisés dans un hangar de la municipalité, a indiqué l'agence de presse Anatolie. Les travaux devraient prendre 10 jours.

Une panne d'un des instruments de découpe et un fort vent ont retardé le début des travaux, qui auraient autrement commencé lundi, au lendemain des célébrations par les Arméniens du 96e anniversaire des massacres de leurs ancêtres sous l'Empire ottoman.

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avait déclenché un torrent de critiques lors d'une visite à Kars en janvier au cours de laquelle il avait fustigé la statue comme "une monstruosité... une drôle de chose érigée" à proximité de la tombe d'un érudit musulman.

99229_la-statue-celebrant-l-amitie-turco-armenienne-a-kars-en-turquie-pres-de-la-frontiere-en-avril-2009.jpg

Les critiques avaient vu notamment dans ses propos des accents islamiques orthodoxes: les statues considérées comme idolâtres sont souvent rejetées par l'islam.

Le sculpteur Mehmet Aksoy a averti que la démolition de son oeuvre rappellerait la destruction des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan par les talibans et gênerait la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne.

Les autorités font valoir que cette oeuvre devait être détruite parce qu'elle a été érigée dans une zone interdite à la construction afin de préserver la nature et les monuments historiques environnants.

En 2009, la Turquie et l'Arménie avaient signé des accords historiques pour mettre fin à des décennies d'hostilité, établir des relations diplomatiques et rouvrir leur frontière.

Mais ce processus s'est enlisé dans des accusations mutuelles et l'Arménie a gelé la ratification des accords l'an dernier. (AFP, 26 avr 2011)

http://www.info-turk.be/392.htm#statue

 

 

20:18 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

21/04/2011

La Révolution des œillets

LE 30 AVRIL 2011 À LA UOG

L`ASSOCIATION 25 AVRIL FÊTERA

LA RÉVOLUTION DES OILLETS

QUI A RESTAURÉ LA DÉMOCRATIE AU PORTUGAL.

LA COMUNITE PORTUGAISE EN GENEVE

VOUS INVITE Á PARTICIPER.

 

 

25 avril 2011.jpg

Tôt Le 25 avril 1974, au Portugal(1) , des capitaines en rupture avec le système de Salazar(2) se révoltent et prennent le pouvoir. La voix calme d’un mystérieux « Commandement du Mouvement des Forces armées» transmise par les radios de Lisbonne, Renascenta et Radio Clube(3) donnant le signal de la révolte aux capitaines mutins, exhorte les gens à rester chez eux et à garder leur calme.

C’est compter sans les sentiments de la population. Ne tenant aucun compte de ces conseils, répétés à intervalles réguliers, ils envahissent les rues et les places en se mêlant aux militaires. Le Premier ministre Marcelo Caetano se réfugie dans la principale caserne de gendarmerie de Lisbonne où un jeune capitaine de cavalerie, Salgueiro Maia, accepte sa reddition.

Caetano, qui avait succédé en 1968 au dictateur Antonio Salazar, victime d’une attaque cérébrale (1899-1970), demande à remettre le pouvoir au général Antonio Spinola « pour qu’il ne tombe pas dans la rue». Puis le successeur du dictateur, est mis dans un avion avec un aller simple pour le Brésil. Seule la PIDE, la redoutable police politique qui a entretenu la terreur durant cinquante ans de salazarisme, oppose une résistance qui fera six morts. Elle est réduite durant la nuit. Toute la journée, une foule énorme s’est massée au centre-ville, près du marché aux fleurs, pour appuyer les rebelles de l’armée. Ce 25 avril 1974, c’est la saison des oeillets.

Le lendemain, Spinola, le « général au monocle », annonce la formation d’une Junte de salut national sous sa présidence, et lit la proclamation du Mouvement des Forces armée (MFA) qui propose de rendre le pouvoir aux civils après des élections libres et de mener la politique des « trois D » : démocratiser, décoloniser et développer. Pour le Portugal, la page est tournée presque sans effusion de sang. Indissociablement liées, la démocratisation et la décolonisation allaient être accomplies avec le concours des partis politiques :

le Parti communiste, seul doté de fortes assises dans le pays, dirigé dans la clandestinité par Alvaro Cunhal, le Parti socialiste, créé en Allemagne en 1973 par Mario Soares(4), ainsi que les nouveau-nés : Parti social démocrate (PSD, libéral) et le Centre démocratique social (CDS,droite). Rentrés d’exil, Soares et Cunhal vont célébrer ensemble, dans une ambiance fraternelle, la première fête du 1er mai non interdite.

Le sort de la révolution se noue durant l’année 1975. D’un côté, le général Spinola cherche à gagner du temps dans les colonies africaines. Modernisant un vieux mythe salazariste, il verrait bien le maintien de " l’empire portugais " sous forme d’une fédération. De l’autre, Mario Soares commence à parler du " socialisme du possible ". Entendez la mise en place d’un Portugal au capitalisme rénové, tourné vers l’Europe.

 



Les communistes appuyés sur les mouvements populaires dans la région de Setubal, dans l’Alentejo et au sein de l’armée, veulent consolider les conquêtes démocratiques par des conquêtes économiques et sociales. Enfin, au sein d’une armée délivrée de sa hiérarchie salazariste, les surenchères de gauche, pour ne pas dire gauchistes, font florès. Les affrontements les plus durs portent notamment sur la mise en place ou non d’un syndicat unique. Les socialistes s’affrontent durement sur cette question avec certains secteurs du MFA (Mouvement des Forces armées : mouvement des militaires fidèles au 25 avril). Maria de Lourdes Pintasilgo (elle fut premier ministre durant quelques mois a l’époque où le général Eanes était président de la République) juge durement cette époque .

La tentative de coup de force du général Spinola, le 25 novembre 1975, marque la fin de la première époque. Les formations de droite, organisées ou non, sont battues comme en témoigne la grande vague de nationalisations des banques et, dans la foulée, des terres et de l’essentiel des grandes entreprises portugaises. S’ouvre une ère de provocations en tout genres y compris gauchistes. Elles vont conduire à la chute des gouvernements, proches des communistes, du général Gonçalves, à la division et à l’extinction du MFA, et enfin à la mise en place d’un système politique et économique oscillant entre une droite réputée modérée et un socialisme menant une politique libérale bien tempérée. A la fin des années soixante-dix, l’économie portugaise est restructurée pour la préparer à l’adhésion à l’Europe de 1986. Dans le même temps, des révisions successives de la Constitution la vident de toutes ses conquêtes sociales (nationalisations, réforme agraire, contrôle des banques, droit d’interventions des salariés dans la gestion, etc.)...

(1) ; Portugal : officiellement République portugaise (en portugais, Répública portuguesa), pays du sud-ouest de l’Europe situé sur la façade atlantique de la péninsule Ibérique, bordé, au nord et à l’est, par l’Espagne et, au sud et à l’ouest, par l’océan Atlantique, où se trouvent les archipels portugais des Açores et de Madère. La superficie totale du pays est de 92 072 km2. Sa capitale est Lisbonne.

(2) ; António de Oliveira Salazar, (1889-1970), homme d’État portugais qui, de 1932 à 1968, régna en dictateur sur le Portugal étudia le droit et devint en 1918 professeur d’économie politique à l’université de Coimbra. En 1926, il se vit proposer le poste de ministre des Finances par la junte militaire qui venait de s’emparer du pouvoir sous la conduite du général Carmona, mais il le refusa, faute d’obtenir les pouvoirs spéciaux qu’il exigeait. Il l’accepta en 1928, après qu’on lui eut partiellement donné satisfaction. En un an, il équilibra le budget national et, peu de temps après, régla la dette étrangère. Nommé président du Conseil en 1932, il fonda le «Nouvel État» (Estado Novo), imposant une dictature dotée d’un parti unique et s’appuyant sur l’armée et l’autorité morale de l’Église. Fort également de l’appui des grands propriétaires terriens, des banquiers et des industriels, il résista à toute évolution sociale et politique et s’attacha à réprimer les mouvements nationalistes dans les possessions portugaises d’Afrique. Il soutint le général Francisco Franco pendant la Guerre civile espagnole et, pendant la Seconde Guerre mondiale, il défendit la neutralité du Portugal. Victime d’une hémorragie cérébrale en 1968, il dut abandonner le pouvoir à son ancien collaborateur Marcello Caetano. Son régime ne lui survécut pas longtemps ; en avril 1974, un groupe d’officiers, las de lutter contre les mouvements indépendantistes outre-mer, balayait l’Estado Novo.

(3) ; Communiqué du 25 avril 1974 à 04h26 le Présentateur Joaquim Furtado a fait la lecture de la première notification officielle du MFA, aux micros de la radio clube portugais :

"Aqui posto de comando do Movimento das Forças Armadas.As Forças Armadas portuguesas apelam para todos os habitantes da cidade de Lisboa no sentido de recolherem a suas casas, nas quais se devem conservar com a máxima calma. Esperamos sinceramente que a gravidade da hora que vivemos não seja tristemente assinalada por qualquer acidente pessoal, para o que apelamos para o bom senso dos comandos das forças militarizadas no sentido de serem evitados quaisquer confrontos com as Forças Armadas. Tal confronto, além de desnecessário, só poderia conduzir a sérios prejuízos individuais que enlutariam e criariam divisões entre os portugueses, o que há que evitar a todo o custo.Não obstante a expressa preocupação de não fazer correr a mínima gota de sangue de qualquer português, apelamos para o espírito cívico e profissional da classe médica, esperando a sua acorrência aos hospitais, a fim de prestar eventual colaboração, que se deseja, sinceramente, desnecessária."

Résumé bref : le commandant du mouvement des forces armées appèle la population a resté chez elle pour éviter toute confrontation avec les forces armées car cela pourrait créer des divisions entre les Portugais et faire couler le sang inutilement. De plus l’armée demande aux médecins si ils veulent apporter leur contribution aux Hôpitaux.

Chanson de José Afonso qui fut le signal du début de la révolution

Grândola, vila morena Terra da fraternidade, O povo é quem mais ordena Dentro de ti, ó cidade

(4) ; Mario Soares, (1924- ), chef d’État portugais, dirigeant du Parti socialiste portugais (PSP), Premier ministre (1976-1978, 1983-1985), et président de la République depuis 1986. Il naquit à Lisbonne et fit ses études à l’université de Lisbonne et à la faculté de droit de la Sorbonne, à Paris. Au sein du parti communiste, puis du parti socialiste dont il devint le secrétaire général en 1973, il fut l’un des principaux dirigeants de l’opposition démocratique face aux régimes d’António de Oliveira Salazar puis de Marcello Caetano. Emprisonné 12 fois, banni en 1968, il vécut en France en exil. En 1974, il revint au Portugal après le soulèvement d’avril et fut ministre du gouvernement provisoire, s’opposant à la confiscation du pouvoir par les communistes. Il accéda en 1976 au poste de Premier ministre à la suite de la victoire du parti socialiste, poste qu’il conserva jusqu’en 1978. Les élections de 1983 le ramenèrent au pouvoir ; il put alors s’engager en faveur de l’adhésion de son pays à la Communauté économique européenne. Il fut élu président de la République en 1986 et réélu en 1991.

http://www.latetocarhaix.org/article-30693548.html

22:18 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

24/01/2011

Mémoires blessées – 3ème édition du 28 janvier au 14 février 2011

Théâtre St-Gervais Genève

Mémoires blessées – 3ème édition du 28 janvier au 14 février 2011

Théâtre, expositions, concerts, lectures, films, conférences

Exposition Frans Masereel jusqu’au 2 avril Soirée d’ouverture - Vendredi 28 janvier

Pendant longtemps, l’histoire s’est développée dans les sociétés et leurs écoles dans la seule perspective d’une identité nationale à faire prévaloir. Dès lors, le passé traumatique de nombreux groupes ou communautés a été occulté, parfois écrasé par l’histoire d’en haut, par l’histoire des vainqueurs dénoncée par Walter Benjamin. Mémoires blessées évoquera plusieurs exem- ples de ces faits tragiques, leur histoire et leur mémoire, leurs victimes et leurs responsables, les témoins de l’époque et les témoignages d’aujourd’hui. Durant cette quinzaine, et ce pour la troisième édition consécutive, St-Ger- vais se transformera en un théâtre de la mémoire enfouie, vive, qui met en scène notre passé dans un rapport aigu au présent. Films, spectacle musical, récitals, conférences et expositions se répondront pour mieux dialoguer avec le public.

Expositions (1er et 2ème étage)

Vendredi 28 janvier à 18h30 : Vernissage.

du 29 janvier au 2 avril : Frans Masereel, artiste et pacifiste dans la Genève de la première guerre mondiale - exposition. A partir du 22 février, extension de l’exposition. Sous la responsabilité de Jean-Marie Antenen.

Frans Masereel (1889-1972) est un artiste flamand de grand talent, très engagé socia- lement, qui noua des liens intenses avec Genève. En 1915, en pleine guerre mondiale, Masereel trouve refuge dans notre ville où il fréquente des mouvements pacifistes et internationalistes. Illustrateur et graveur sur bois, Frans Masereel s’engage dans la lutte contre l’oppression et la violence suscitées par les guerres.

L’exposition présentée au Théâtre Saint-Gervais s’attachera particulièrement à la partie de son œuvre qui représente l’un des apports majeurs de Masereel à l’art du XXe siècle, rien de moins que l’invention du roman graphique.

du 29 janvier au 14 février : ADN de Martín Acosta et Huellas de

Desaparicio- nes (traces de disparition) d’Helen Zout - exposition.

 

Martín Acosta s’est penché sur une des facettes les plus inhumaines de la disparition for- cée en Argentine : les 400 bébés arrachés à leurs mères détenues et remis aux militaires. L’objectif des dictatures militaires ne s’arrête pas à la mort de la victime, mais va jusqu’à la disparition du cadavre. Helen Zout cherche donc à capter les marques indélébiles laissées sur les survivants et les familles proches des disparus.

Cette exposition nous a été confiée par l’association du Jardin des disparus de Meyrin, qui en a la responsabilité.

Spectacle

Vendredi 28 janvier à 20h : Déplumé – Pas qu’un rêve - théâtre. Spectacle de Rodrigó Balogh, joué par des adolescents Roms hongrois (com- pagnie Független Szinház). Spectacle en hongrois, surtitré en français.

Déplumé – Pas qu’un rêve aborde les réalités de la vie des Roms (éducation, logement, santé, marché du travail) avec leur cortège d’absurdités, d’hypocrisies et d’horreurs. Le sujet est traité avec un humour rageur et, à travers le regard de ces jeunes comédiens, sont révélées les failles d’un monde que la plupart d’entre nous méconnait.

Conférences, récitals, films, concert et rencontres

Samedi 29 janvier à 20h : D’exil en exil - récital. Les magnifiques poèmes de Nâzim Hikmet seront dits et chantés par Mathieu Chardet, accompagné au hautbois et piano par Ayser Vançin, qui signe également la musique.

Lundi 31 janvier à 20h : Autour du Jardin des disparus de Meyrin - films et débat.

Un Jardin des disparus et Tierra de nadie, deux films documentaires de Pascal Baumgartner, racontent l’expérience d’une disparition. En présence de Pascal Baumgartner, Jenny Bettencourt et Pierre-Alain Tschudi.

Le premier documentaire relate l’initiative de citoyens de Meyrin pour la création d’un Jardin des disparus.

Constatant que vivaient dans leur ville plusieurs communautés marquées par le trauma- tisme de disparitions forcées, le deuxième film relate l’histoire d’une réfugiée en Suisse sur les traces de son frère disparu.

Mardi 1er février à 20h : Les Conventions de Genève à l’épreuve de la réalité - film et débat.

A la guerre comme à la guerre, film de Lode Desmet sur les Conventions de Genève. Invité : Philippe Spoerri, directeur du droit international du CICR.

Filmé à New York, en Palestine, en Afrique et en France, ce documentaire nous emmène au cœur d’un débat parmi les plus importants de notre temps : Est-il possible de soumet- tre la guerre à des règles ? A qui imputer les responsabilités en cas de transgressions et d’abus ? Ce film constitue une réflexion sur les Conventions de Genève avec des images d’archives uniques.

Mercredi 2 février à 20h : Mémoires d’esclavage – conférence et débat. Les historiens Bouda Etemad et Eric Mesnard, spécialistes de l’histoire de l’esclavage et de sa transmission donneront une conférence à deux voix. Soirée présentée par Charles Heimberg.

Jeudi 3 au samedi 5 février à 20h, dimanche 6 à 17h : Mon livre d’heures – concert spectacle (création).

Le Fanfareduloup Orchestra présente un spectacle sur Mon livre d’heures de Frans Masereel d’après les gravures sur bois de cet artiste.

Samedi 5 février à 16h : Frans Masereel, artiste et pacifiste dans la Genève de la Première Guerre mondiale – table ronde.

Avec Jean-Marie Antenen, Jean-Charles Giroud, Charles Heimberg, Joëlle Kuntz, Sandro Rossetti et l’amicale participation du dessinateur Herrmann.

Mardi 8 février à 20h : Mémoire blessée – film et débat.

Invités : Mohamed Sahnoun, auteur de Mémoire blessée (édition Presses de la Renaissance) et Haitham al Katib, palestinien de Bil’in, photo-reporter et TV newsman.

Deux figures des droits humains sont rassemblées :

Mohamed Sahnoun, auteur de l’ouvrage Mémoire blessée, diplomate algérien de haut rang, puis conseiller du Secrétaire général de l’ONU, envoyé spécial lors de plusieurs conflits en Afrique. Une sensibilité rare puisée dans son engagement pour l’indépendance de l’Algérie. Encore étudiant, il connaîtra la torture par les paras mais aussi le soutien d’amis pieds noirs. Il préside actuellement en Suisse Initiatives et changements, un orga- nisme de médiation.

Haitham al Katib est natif de Bil’in, un village de Palestine qui lutte d’une manière non violente, pour sauvegarder sa terre. Ce photo reporter assure chaque semaine la couver- ture photo et vidéo des événements de son village. Il en projettera les images. Soirée présentée par André Gazut.

Mercredi 9 février à 20h : Paroles de bô d-ôi - lecture, conférence et débat. Lecture d’extraits du livre Dien Bien Phu, vu d’en face par Philippe Macasdar.

Invitée : Huyên Ðào Thanh, journaliste au Vietnam, co-auteure du livre Dien Bien Phu, vu d’en face, présentée par Carole Vann, journaliste à « Info Sud ».

Plus d’un demi-siècle après la chute de Dien Bien Phu, qui a marqué la fin de la guerre du Vietnam en 1954, des journalistes donnent pour la première fois la parole aux bô d-ôi, de simples combattants vietnamiens, dont les récits sont éloignés de l’histoire officielle.

Jeudi 10 février à 20h : Images de l’histoire - conférence à deux voix et ex- traits de films.

Invités : Vicente Sánchez Biosca et Gianni Haver, spécialistes de l’histoire de l’image.

Une histoire comparée de la propagande par l’image cinématographique : Comment deux dictatures, le fascisme et le franquisme, se sont filmées et ont utilisé l’image pour fabri- quer du consensus coercitif.

Soirée présentée par Charles Heimberg.

Vendredi 11 février à 20h : Gulizar - récital et rencontre.

Invités : Anahide Ter Minassian (Paris), historienne et petite-fille de Gulizar, et Gazin (Turquie), chanteuse traditionnelle kurde (dengbej).

Au printemps 1889, le chef d’une puissante tribu kurde lance ses hommes à l’assaut du village de Kharz au cœur de l’Arménie historique. Une adolescente arménienne, Gulizar, est enlevée, puis convertie de force à l’Islam. Le rapt de Gulizar a fourni le sujet d’une complainte, dont l’écho fut important à l’époque. 120 ans après l’événement, on verra à quel point ce passé est encore présent.

Soirée présentée par Stefan Kristensen.

Samedi 12 février à 14h : L’île (Ostrov) - film et conférence.

L’île (Ostrov) de Pavel Lounguine (2006), suivi par une conférence de Philippe Sers, philosophe, Collège international de philosophie, Paris.

L’Île (Ostrov) est un film spirituel, présenté en clôture du Festival de Venise en 2006. Le film est centré sur la repentance du Père.

Programmation de l’Espace St-Gervais dans le cadre du cycle L’image et le sacré.

Lundi 14 février à 20h : Les Années Schwarzenbach - film et débat. Un film documentaire de Salvatore Bevilacqua, Bruno Corthésy, Katharine Dominice et Luc Peter. Débat en présence des réalisateurs.

En 1970 et en 1974, le peuple suisse a été consulté sur les initiatives dites Schwarzen- bach. Leur acceptation aurait signifié le renvoi de 300’000 personnes, soit la moitié de la population étrangère de l’époque. Les deux initiatives ont été refusées, mais elles ont eu un effet traumatisant sur la population immigrée. Les Années Schwarzenbach réunit le témoignage de dix personnes immigrées ou issues de l’immigration, originaires d’Italie et d’Espagne.


En prologue à Mémoires blessées Jeudi

27 janvier : Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la préven- tion des crimes contre l’Humanité.

17h30 : Projection de Sometimes in April de Raoul Peck, film sur le génocide des Tutsi au Rwanda.

20h30 : Arménie, Shoah, Rwanda: regards croisés sur des crimes imprescrip- tibles. Conférence de Yves Ternon, historien, suivie d’un débat.

Journée organisée par le Département de l’Instruction publique en collabora- tion avec le Théâtre St-Gervais.


Informations pratiques

Théâtre Saint-Gervais Genève

5 rue du Temple, 1201 Genève

Réservation conseillée au 022 908 20 00

www.saintgervais.ch

Organisation : Jacques Bastianelli, André Gazut, Charles Heimberg, Stefan Kristensen, Philippe Macasdar.

Horaires : Les expositions sont ouvertes du mardi au dimanche de 12h à 18h et jusqu’à 21h les soirs de spectacle.

Tarifs : Concerts, récitals et théâtre : plein tarif 26.-frs retraité, chômeur, AI 14.-frs / étudiant 12.-frs

Projections : 8.-frs / 5.-frs

Expositions, conférences et débats : entrée libre

Le Pass des Mémoires : entrée libre à toutes les soirées, inclus une entrée pour le concert du Fanfareduloup Orchestra : tarif unique 50.-frs

Programme sous réserve de modifications.

Tous droits réservés. Avec le soutien du Fonds pour la Paix et de la Loterie Romande.

Théâtre St-Gervais Genève Mémoires blessées – 3ème édition du 28 janvier au 14 février 2011flyerMB3a1.jpg

Visuel recto : Danse Macabre, 1941

Visuels verso : Romain Rolland, Liluli, 1919

Frans Masereel (1889-1972), illustrateur et graveur sur bois flamand,

pacifiste ayant vécu à Genève de 1915 à1921.

Conception graphique : Daniel Kunzi BLVDR

 

20:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

29/12/2010

Je m'appelle Genève

Je m'appelle Genève

Je suis africain

Je suis asiatique

Je suis européen

Je suis américain

DSC_0302.JPG

Je suis juif

 

DSC_0346.JPG

 

 

Je suis musulman

 

DSC_0224.JPG

 

 

Je suis protestant

DSC_0307.JPG

Je suis orthodoxe

DSC_0301.JPG

Je suis catholique

 

DSC_0353.JPG


Je suis bouddhiste

DSC_0139.JPG

 

 

 

Je suis athée

 

A3_01-1.jpg

 

 

 

 

Je suis laïque

 

L1000077.JPG

Plus jamais ça !

 

DSC_0327.JPG

En 2011

Transformons le monde en Genève

 


 

23:24 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

24/12/2010

Bonne Année , Ser Sale We Piroz Be, HAPPY NEW YEAR,

 

Bonne Année ,

Ser Sale We Piroz Be, 

HAPPY NEW YEAR, 

Sera Sima ya newîyê pîroz bo.

GELUKLICHES NEUJAHR, 

MUTLU YILLAR.

Nous vous souhaitons une bonne et

heureuse année 2011

Qu’elle soit pleine de joie de liberté, de paix et de justice sociale

Colombe-de-la-paix-Affiches.jpg

Maison Populaire de Genève et Maison du Peuple de Genève

Demir SÖNMEZ

www.assmp.org

 

 

18:08 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

14/06/2010

55 000 spectateurs au concert de Grup Yorum à Istanbul

7 13 /06 /2010 11:15

 

Hier soir, le célèbre stade İnönü de Beşiktaş s'est transformé en une immense salle de concert à ciel ouvert pour fêter les 25 ans d'existence de Grup Yorum en présence de 55 000 spectateurs !

 

26-mai-2010 9028 copy-copie-1

25 ans d'existence sans s'arrêter, le slogan du concert de Grup Yorum à Istanbul

 

En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez lire l'article tout en profitant d'un enregistrement réalisé sur place

http://istanbul.ibelgique.com/384sesklibi.wav

 

26-mai-2010-9022-copy.jpg

 

Créé en 1985 par des étudiants d'Ortadoğu Teknik Üniversitesi à Ankara suite au coup d'Etat militaire qui a eu lieu cinq ans plus tôt, ce groupe a été influencé notamment par les chanteurs Ruhi Su, connu pour ses positions communistes, et Mazuni Şerif, célèbre interprète alévi.

 

26-mai-2010-9089-copy.jpg

 

 

Grup Yorum, dont le nom signifie  en turc "commentaire", se présente comme étant la voix des peuples et des terres anatoliennes, défendant droits et libertés d'expression, alliant musiques, chants populaires et politiques résolument gauchistes.

 

26-mai-2010-8993-copy.jpg

Sur ces banderoles, on peut lire à gauche "Ceux qui font des chansons sont beaucoup plus forts que ceux qui font les lois" et à droite "Les chansons ne se taisent pas, les danses continuent..."

 

L'esprit révolutionnaire de Grup Yorum fait également référence à différentes figures politiques révolutionnaires turques des années 70, tels Deniz Gezmiş  - étudiant  parmi les plus brillants de sa génération, marxiste-léniniste et qui finit pendu en 1972 - ou İbrahim Kaypakaya, autre figure révolutionnaire, connu pour ses ouvrages littéraires et mort le 18 mai 1973 dans la prison de Diyarbakır, pour n'en citer que quelques uns.

 

26-mai-2010-9106-copy.jpg

 

Kurdes, alévis, zazas, arméniens, de nombreuses communautés minoritaires de Turquie sont ici représentées. En outre, une trentaine d'instruments de musique classique et traditionnels, dont certains très peu connus, tels le mey (petit hautbois de l'est anatolien) ou le bağlama (luth à manche longue), offre une mixité des plus harmonieuses.

 

26-mai-2010-9115-copy.jpg

 

 

Près de 60 musiciens, solistes et choristes évoluent sur scène, ainsi que quelques chanteurs engagés turcs ou étrangers venus pour l'occasion.

 

26-mai-2010-9173-copy.jpg

 

26-mai-2010-9089-copy-copie-1.jpg

 

Certaines chansons sont interprétées en kurde, en arabe, quelques danseurs folkloriques rehaussent ce concert d'une qualité musicale et vocale de très haut niveau.

 

26-mai-2010-9138-copy.jpg

 

Pour des raisons politiques, Grup Yorum a fait l'objet d'interdictions en Turquie, durant ses premières années d'existence, ce qui ne l'a pas empêché de donner des concerts... et de la voix dans différents pays d'Europe, notamment en Allemagne, en Angleterre ou en France à l'initiative d'associations locales.

 

26-mai-2010-9004-copy.jpg

Plusieurs très très jeunes spectateurs et spectatrices étaient au concert de Grup Yorum

 

Malgré l'un ou l'autre discours syndicaliste ou chanson particulièrement dure (contre les Etats-Unis notamment), l'ambiance est restée bon enfant et festive. Les poings levés à l'occasion de certains refrains côtoyaient les danseurs d'un soir évoluant qui, sur la pelouse du stade, qui dans les tribunes.

 

26-mai-2010-9101-copy.jpg

 

26-mai-2010-9157-copy.jpg

 

Un tel événement aurait été inconcevable il y a encore dix ans, à fortiori dans les années 80 ou 90, où certains membres de ce groupe, perpétuellement renouvelé, ont eu maille à partir avec la justice en raison de leur position.

 

26-mai-2010-9206-copy.jpg

 

J'ai découvert hier, lors de ce concert, une nouvelle facette de la Turquie,  ce pays qui ne cessera jamais de me surprendre, c'est bien pour cela que je l'aime autant...

 

source "article publié le 13 juin 2010 sur le site Du bretzel au simit".

http://dubretzelausimit.over-blog.com/article-55-000-spectateurs-au-concert-de-grup-yorum-a-istanbul-52160446.html

 


11:34 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

24/12/2009

joyeux Noël... Merry Christmas..Froche Weihnachten...Mutlu Noeller..…


 

 

Joyeux Noël... Merry Christmas..

Froche Weihnachten...Mutlu Noeller..…

 

BONNE ANNEE... HAPPY NEW YEAR...
SER SALE WE PİROZ BE …
MUTLU YILLAR...
GELUKKIG NIEUWJAAR...

2010



La Maison Populaire de Genève est très heureuse de la sympathie que vous lui témoigner et fière de l’action que vous entre prenez en faveur des libertés, des droits humains et de la justice sociale.

Plus jamais ça !

 

PlusJamaisCa2.jpg
Maison Populaire de Genève

Case postale 1141

1211 Genève 1

www.assmp.org

assmp@assmp.org

Vous pouvez verser votre don directement au CCP : 10 - 185315 - 0

16:58 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

08/09/2009

SAUVONS LA MAISON DE LA CULTURE DE SAINT-GERVAIS ! MISE AU POINT

Référendum municipal

SAUVONS LA MAISON DE LA CULTURE DE SAINT-GERVAIS !

 

MISE AU POINT

 

Maison Populaire de Genève est contre toute suppression et/ou menace de fermeture des foyers culturels à Genève. C'est pourquoi, nous avons soutenu le comité référendaire (SAUVONS LA MAISON DE LA CULTURE DE SAINT-GERVAIS) contre la suppression des subventions du Centre pour l’image contemporaine (CIC) qui la condamne à la fermeture.

 

Les votations du 27 septembre prochain portent sur l'avenir des subventions municipales de la Ville de Genève concernant le CIC. Cette votation ne concerne pas le THÉATRE DE SAINT-GERVAIS.

 

Dans leur récente déclaration, Mme Renata Cornu, Présidente de la Fondation Saint-Gervais, et M. Philippe Macasdar, Directeur du Théâtre de Saint-Gervais, indiquent que LA MAISON DE LA CULTURE DE SAINT-GERVAIS n'est pas menacée. La déclaration de M. Macasdar est pour nous significative.

 

Nous avons participé à l'organisation de la manifestation Mémoires blessées, tenue au THEATRE SAINT-GERVAIS du 7 au 28 février 2009. Nous souhaitons poursuivre notre collaboration avec le THEATRE SAINT-GERVAIS dans les années à venir. C'est pourquoi nous ne pouvons accepter que l'existence du THEATRE SAINT-GERVAIS soit menacée.

 

Nous ne voulons pas croire que la Ville de Genève et M. Patrice MUNGY mettrons en danger l'avenir de LA MAISON DE LA CULTURE DE SAINT-GERVAIS.

 

maison%20de%20la%20culture%20stgervais.jpg

Nous saluons tout-e-s les militant-e-s luttant en faveur des centres culturels, car menacer ces institutions c'est menacer l'avenir des peuples.

 

 Demir SÖNMEZ

14:02 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

13/08/2009

Le Musicien Arménian Aram TIGRAN n'est pas enterré à Diyarbakir !

Le Ministère turc de l’intérieur a refusé de délivrer l’autorisation nécessaire pour réaliser le dernier souhait d’Aram Tigran. Ce musicien qui avait souhaité à sa mort se faire enterrer à Amed/Diyarbakir (Dikranakert en arménien)), n’as pas pu en raison de son ethnie et de la langue de ses musique.

Lire la suite

10:30 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

09/05/2009

Genève entends t-il les enfant kurdes ?

Communiqué de Presse

 

L’opération de séduction des autorités turques au  parc des Bastions réussira-t-elle à étouffer les cris des enfants kurdes emprisonnés en Turquie?

 

 

A l’initiative de l’ambassade de la Turquie en Suisse et avec le soutien des autorités cantonales et municipales genevoises, une journée culturelle turque sera organisée au parc des Bastions le 9 mai 2009 prochain.

 

Certes, Genève est une ville multiculturelle et a une tradition d’accueil.  Plus de 180 nationalités sont représentées dans notre ville. A ce titre, tous les peuples du monde peuvent faire connaître leur culture. Cependant, le fait que la journée culturelle turque soit placée sous le haut patronage dereprésentants du gouvernement turc pose problème. Pourquoi?

 

Pour répondre à cette question, il suffit de regarder l’histoire récente de ce pays. En effet, les fondateurs de la Turquie dite «moderne» ont bâti ce pays sur le génocide des peuples et de leurs cultures. Leurs successeurs ont poursuivi la même sale besogne. En voici quelques exemples:



 

 

 

 

 

  • Le génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens (1915-1917): 1,5 million d’Arméniens ont été massacrés par l’armée turque entre 1915 et 1917
  • Le massacre des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Koçkiri (1919-1921)
  • L’expulsion brutale de 1.2 million Grecs (1923-1924)
  • Le massacre des Kurdes et des Assyriens après la révolte de Sheikh Said (1925-1928)
  • Les massacres des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Dersim: 40’000 morts et 12’000 personnes déplacées (1935-1938)
  • Les lois iniques et les déportations d’Arméniens, de Juifs, de Grecs (1942)
  • Les pogroms d’Istanbul et d’Izmir contre les Grecs, les Arméniens et les Juifs (1955)
  • La guerre contre les Kurdes de 1984 à ce jour, plus de 40’000 Kurdes ont été tués.
  • La destruction de 3848 villages kurdes et les déplacements forcés de trois à quatre millions de paysans kurdes entre 1989 et 1998.

Le but des auteurs de ces crimes contre l’humanité était de «turquiser» les terres de ces peuples, en exterminant d’abord les non-musulmans, puis les musulmans non-turcs et/ou, à défaut, de les assimiler.

 

Actuellement, on ne compte que 76.000  Arméniens, 15’000 Grecs et 2’000 Assyriens vivant en Turquie. Quant aux Kurdes, s’ils constituent le plus grand peuple du monde sans Etat (environ 20 millions en Turquie), ils sont toujours opprimés et menacés dans leur existence.

 

Selon un récent rapport de l’UNESCO, 18 langues sont menacées d’extinction en Turquie. Le turc reste la seule langue officielle et de l’enseignement.

 

C’est dans ce contexte qu’il faut analyser l’opération de séduction des autorités turques.

 

Le café turc respire la tyrannie et les tortionnaires des enfants

 

“Vous savez tuer les enfants…”

 

C’est ce qu’avait reproché le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan au Président israélien Shimon Peres à Davos le 29 janvier dernier. En pleine campagne électorale, il versait des larmes de crocodile sur les enfants palestiniens morts sous les bombes israéliennes lors du massacre de Gaza.


Cependant,  il omettait de mentionner que dans son propre pays, l’Etat turc qu’il représentait était tout aussi expert dans le meurtre d’enfants kurdes.


Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la liste macabre (non exhaustive) de 351 enfants kurdes, dont des bébés, morts ces 20 dernières années sous les balles de l’armée ou de la police turques lesquelles avaient délibérément tiré sur des civils.

 

Plus récemment, plusieurs morts relèvent de la responsabilité directe d’Erdoğan notamment après qu’il ait déclaré lors des émeutes de mars 2006: “Femme ou enfant, peu importe, nos forces de sécurité feront le nécessaire. Les parents de ces enfants pleureront demain en vain.”

 

Actuellement, les prisons turques abritent 2’433 enfants dont une grande majorité de Kurdes. Entre juin 2008 et avril 2009, 67 enfants ont été condamnés à 290 ans et trois mois de prison pour avoir lancé des pierres contre les forces de l’ordre lors des manifestations.

 

Disparus au Kurdistan

 

Selon l’association des droits de l’Homme de Turquie (IHD), depuis 1990, près de 10’000 personnes sont mortes et 5'000 sont portées disparues suite à des gardes à vue. La Fondation turque des droits de l’homme estime que 4'122 personnes ont été victimes d’exécutions sommaires et extrajudiciaires entre 1990 et 2008. Selon le rapport de l’IHD de 2004, le sort de 834 personnes, des Kurdes pour la majorité, reste toujours inconnu. Quelques associations civiles contestent le nombre des disparus, l’estimant supérieur à 10,000 personnes. 

 

 

 

Liberté d’opinion et d’expression

 

 

Pour le seul premier trimestre de cette année, 110 personnes, dont 60 journalistes, sont poursuivies en justice avec des demandes de peines d’emprisonnement. A ce jour, 23 écrivains et journalistes croupissent dans des prisons turques pour avoir fait usage de leur droit à la liberté d'expression.

 

Outre les journalistes et écrivains, selon les chiffres officiels, il y aurait 5672 prisonniers politiques en Turquie.

 

Durant l'année 2008, 2’641 personnes ont été traduites en justice; 22 événements publics (manifestations, concerts, projections de films, pièces de théâtre, fêtes, conférences, etc.) ont été interdits; plus de 40 titres (livres, journaux, périodiques, etc.) ont été saisis; 45 titres (journaux et périodiques) et une chaîne de télévision ont été interdits de publication et d'émission; les locaux de 11 média (journaux et périodiques  en particulier, mais aussi une chaîne de télévision et une entreprise de diffusion) ont  été la cible d'une descente de police.

 

 

 

 

Plus récemment, le 14 avril 2009, une vaste opération d'arrestations a été lancée en Turquie contre les militants du Parti pour une Société Démocratique (DPT), lequel vient de remporter une large victoire aux dernières élections municipales du 29 mars 2009 dans le Kurdistan turc. Comme l'indique le Président du DTP M. Ahmet Türk: «Cette opération est une démonstration claire de l'incapacité du gouvernement [turc] à accepter le résultat des élections...».

 

A la botte des militaires, le gouvernement criminalise toute opposition: à deux reprises la semaine dernière, les milieux kurdes ont été la cible d’arrestations policières. Des opérations menées par la brigade antiterroriste dans 15 provinces kurdes de Turquie se sont soldées par l’arrestation de 80 personnes. Plusieurs vice-présidents ou responsables du DTP ont été arrêtés, mais aussi le rédacteur en chef d’une chaîne de télévision locale (Gün TV), ainsi que trois avocats d’Abdullah Öcalan, le leader du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) emprisonné sur l’île d’Imrali.

 

 

 

La politique négationniste, anti-démocratique, non respectueuses des droits des minorités, la stratégie de terre brûlée infligée aux peuples et à leur culture par les autorités turques porte un nom : terreur colonialiste.

 

Quelle est la signification de la «Journée culturelle turque» au parc de Bastions?

 

L’opération de séduction des autorités turques réussira-t-elle à étouffer les cris des enfants kurdes emprisonnés en Turquie? 

 

Genève les entendra-elle ?

 

 

 

 

 

Genève le, 7 mai 2009

 

Au nom du Maison du Peuple de Genève

 

Demir SÖNMEZ

 

www.assmp.org

10:08 Publié dans Culture | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |