enfants

  • Fête de l'école de Genève

    Imprimer

     

    DSC_5638.JPG
    DSC_5625.JPG
    DSC_5644.JPG
    DSC_5652.JPG
    DSC_5656.JPG
    DSC_5661.JPG
    DSC_5672.JPG
    DSC_5680.JPG
    DSC_5692.JPG
    DSC_5695.JPG
    DSC_5702.JPG
    DSC_5704.JPG
    DSC_5713.JPG
    DSC_5717.JPG
    DSC_5721.JPGDSC_5725.JPG
    DSC_5726.JPG
    DSC_5728.JPG
    DSC_5731.JPG
    DSC_5736.JPG
    DSC_5740.JPG
    DSC_5747.JPG
    DSC_5766.JPG
    DSC_5767.JPG
    DSC_5769.JPG
    DSC_5772.JPG
    DSC_5773.JPG
    DSC_5776.JPG
    DSC_5780.JPG
    DSC_5782.JPG
    DSC_5783.JPGDSC_5874.JPG
    DSC_5877.JPG
    DSC_5887.JPG
    DSC_5890.JPG
    DSC_5893.JPG
    DSC_5899.JPG
    L1001605.JPG
    L1001607.JPG
    L1001606.JPG
    DSC_5905.JPG
    DSC_5907.JPG
    DSC_5909.JPG

    DSC_5912.JPG

    DSC_5920.JPG
    DSC_5932.JPG
    DSC_5934.JPG
    DSC_5937.JPG
    DSC_5939.JPG

     

    Demir SÖNMEZ

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : enfants 0 commentaire
  • Place des Nations: Manifestations contre le travail des enfants

    Imprimer

     

    Place des Nations:  manifestations contre le travail des enfants


    DSC_1723.JPG

    DSC_1734.JPG
    DSC_1751.JPG
    DSC_1760.JPG
    DSC_1772.JPG

     

    DSC_1776.JPG
    DSC_1780.JPG
    DSC_1792.JPG
    DSC_1812.JPG
    DSC_1820.JPG
    DSC_1827.JPG
    DSC_1844.JPG
    DSC_1857.JPG
    DSC_1875.JPG
    DSC_1881.JPG
    DSC_1882.JPG
    DSC_1889.JPG
    DSC_1899.JPG
    DSC_1902.JPG
    DSC_1907.JPG
    DSC_1909.JPG
    DSC_1912.JPG
    DSC_1917.JPG
    DSC_1919.JPG
    L1000949.JPG
    L1000953.JPG
    L1000958.JPG
    L1000964.JPG
    L1000966.JPG
    L1000969.JPG
    L1000972.JPG
    L1000981.JPG
    L1000983.JPG
    L1000989.JPG
    L1000995.JPG
    L1001002.JPG
    L1001005.JPG
    L1001010.JPG
    L1001015.JPG
    L1001017.JPG
    L1001024.JPG
    L1001028.JPG
    L1001033.JPG
    L1001036.JPG

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : enfants 0 commentaire
  • Journée mondiale contre le Travail des Enfants.

    Imprimer

    Journée mondiale contre le Travail des Enfants.

    Vendredi 10 juin 2011 à 14H00 – 15H30

     

    sur la Place des Nations à Genève !


    “Libérez les Enfants”

    Paroles et musique de Daniel Beaume

     

    Programme de la journée mondiale contre le travail des enfants_2011.pdf

     

    Fr_poster_2011-mod-JF-vectw.jpg


    L’estimation globale la plus récente du BIT parle de 115 millions d’enfants accomplissant des travaux dangereux. Des travaux qui, par leur nature ou les circonstances dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité des enfants. Les enfants travaillant dans un grand nombre de secteurs et d’occupations différents peuvent être exposés à ces risques ; le problème est mondial et affecte tant les pays industrialisés que ceux en développement.

    Les travaux dangereux font partie des pires formes de travail des enfants que la communauté internationale veut abolir jusqu’en 2016. Le besoin d’actions urgentes pour atteindre cet objectif a fait l’objet de la Conférence mondiale sur le travail des enfants, à La Haye, en 2010, qui a adopté une Feuille de route en vue de l’élimination des pires formes de travail des enfants, qui a été avalisée dans le Plan d’action mondial de l’OIT.


    Parmi les pires formes de travail des enfants spéci­ées dans les normes de l’OIT se trouvent également l’esclavage ou pratiques analogues, la prostitution des enfants et l’utilisation des enfants dans des activités illicites.

    La Journée mondiale contre le travail des enfants de 2011 va mettre en lumière au niveau mondial le travail dangereux des enfants et demander des actions urgentes pour résoudre le problème. À l’occasion de cette Journée mondiale, nous demandons:

    Une nouvelle urgent des l'identification et la lutte contrele travail dangereux des enfants, comme moyen important de progresser vers l’objectif mondial d’abolir les pires formes de travail des enfants.


    La reconnaissance que le travail dangereux fait parti du problème plus large du travail des enfants, l’accélération des efforts aux niveaux mondial, national et local en faveur d’actions contre toutes les formes de travail des enfants au moyen de l’éducation, de la protection sociale et de stratégies destinées à promouvoir le travail décent et productif pour les jeunes et les adultes.


    La mise en place d'actions tripartites fortes sur la question du travail dangereux des enfants, en utilisant les normes internationales et l’expérience des organisations d’employeurs et de travailleurs dans le domaine de la sécurité et de la santé.


    QUEL TYPE DE TRAVAIL EST EN CAUSE ET QUEL

    EN EST L'IMPACT SUR LES ENFANTS ?


    Certains secteurs ou types de travail comportent des risques particuliers, mais toute forme de travail des enfants peut être ou devenir dangereuse, en fonction des conditions de travail. Plus le travail est dangereux, plus extrêmes sont les conséquences. La recommandation n° 190 de l’OIT fournit des orientations quant à certains des facteurs à prendre en compte pour déterminer ce qui est du travail dangereux. À savoir :


    ·  des travaux qui exposent les enfants à des sévices physiques, physiologiques, au sexuels;


    · des travaux qui s'effectuent sous terre, sous l'eau, à des hauteurs dangereux, ou dans des espaces confinés;

    ·   des travaux qui s'effectuent avec des machines, du matériel ou des outils dangereux, ou qui impliquent de manipuler ou porter de lourdes charges;

    ·  des travaux qui s'effectuent dans un milieu malsain pouvant, par exemple, exposer des enfants à des substances, des agents ou des procédés dangereux, ou à des conditions de température, de bruit ou de vibrations préjudiciables à leur santé; et


    · des travaux qui s'effectuent dans les conditions particulièrement difficiles, par exemple pendant de longues heures, ou la nuit, ou pour lesquels l'enfant est retenu de manière injustifiée dans les locaux de l'employeur.


    En fonction de ces facteurs, l’impact du travail des enfants peut aller d'une blessure relativement mineure à un handicap, voire à la mort. De surcroît, certains des problèmes physiques ou psychologiques causés par le travail ne sont pas évidents ou restent cachés pendant de nombreuses années, comme dans les cas de l'empoisonnement aux métaux lourds ou de problèmes pour le développement intellectuel ou social.

     

    ===============================================================================================

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : enfants 0 commentaire
  • Des enfants kurdes au siège des Nations - Unies !

    Imprimer

     

    Deux cent enfants Kurdes manifestent sur la Place des Nations pour leurs droits à l'éducation dans leur langue maternelle.

    Des enfants Kurdes ont transmis leurs doléances cet après-midi aux Nations-Unies

    DSC_1689.jpg
    DSC_1678.jpg
    DSC_1660.jpg
    DSC_1647.jpg
    DSC_1673.jpg
    DSC_1630.jpg
    Reportage photos: Bengül YAGIBASAN
    ---------------------------------------------------------------
    Appel des enfants kurdes aux organisations internationales (ONU, UE UNICEF et toutes les autres)

    Par le traité de Lausanne du 24 juillet 1923, notre pays, le Kurdistan, a été morcelé entre la Turquie (Kurdistan du Nord), l'Iraq (Kurdistan du Sud), l'Iran (Kurdistan du l'Est) et la Syrie (Kurdistan de l'Ouest). Mais il n'y avait pas seulement cette répartition, il y a aussi la répression de notre langue maternelle, le kurde. Les pays colonialistes ont non seulement essayé de nous anéantir par les armes, mais aussi par l'assimilation. La Turquie a déclaré le turc comme seule langue nationale et interdit ainsi le kurde, notre langue maternelle.

    En plus, le gouvernement turc a proclamé le patrimoine culturel des Kurdes comme étant l'héritage des Turcs. Et maintenant encore, l'administration turque déclare qu'il y a seulement une seule nation et une seule langue dans la République turque et elle continue i. enseigner la langue turque au monde entier. Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a par exemple lancé un appel au gouvernement allemand en 2008 en lui rappelant que l'assimilation des Turcs en Allemagne signifie une violation des droits humains, car par elle l'identité culturelle est reniée. Le même premier ministre a martelé quelques mois plus tard dans la ville de Colemêrg (Hakkari, Kurdistan du Nord) pendant un congrès de son parti AKP qu'il n'existe qu'une seule nation et qu'une seule langue dans la République turque: la nation turque et la langue turque. Ceux qui ne peuvent pas accepter ce fait doivent quitter le pays et en chercher un autre.

    Le même Etat célèbre chaque année une journée des enfants le 23 avril. Lors de cette fête, les enfants kurdes et ceux d'autres minorités doivent se présenter comme des enfants turcs. Comme ce courant de pensée est obligatoire, des dizaines d'enfants kurdes comme Ceylan Onkol ou Ugur Kaymaz ont été tués par des unités des forces de l'ordre légales et illégales, violés ou emprisonnés à cause de leur revendication de parler leur langue maternelle, le kurde. Les tribunaux donnent généralement une peine de détention particulièrement longue à ces enfants.

    La situation des Kurdes dans les autres pays est plus ou moins pareille, seulement les méthodes sont différentes: l'Iran et la Syrie essayent d'assimiler les Kurdes et d'anéantir leur identité culturelle en utilisant des méthodes primitives. En 2010, le gouvernement iran ien a exécuté trois enseignants à cause de leur activité culturelle et mis en prison beaucoup d'autres enseignants illégitimement. La Syrie connait comme la Turquie une seule identité, c'est la nation arabe. Seulement dans la partie sud du Kurdistan, la situation s'est améliorée ce qui nous remplit, nous les enfants kurdes, d'espoir.

    Le traité de Lausanne a fait souffrir des millions de Kurdes. A cause de ça, les enfants kurdes font appel aux organisations internationales comme l'ONU, DE, UNICEF et toutes les autres pour intenter une action commune contre cette assimilation, car elle représente, comme le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a dit, une violation des droits humains. C'est non seulement la faute des pays colonialistes (Turquie, Syrie, Iran et Iraq), mais aussi des autres pays qui ont signé le traité à Lausanne en 1923.

    Depuis 88 ans, les Kurdes souffrent du reniement et de l'extirpation. C'est pourquoi nous, les enfants kurdes, nous disons: Ne touchez pas au futur des enfants kurdes et du peuple kurde!

    Nous prions l'ONU de prendre les problèmes des Kurdes au sérieux et d'adopter les mesures suivantes:

    1) L'ONU doit, dans une séance urgente, installer une commission qui est responsable des problèmes kurdes et d'une campagne urgente pour la langue kurde

    2)  L'Europe doit assumer la responsabilité de l'assimilation et de l'extirpation de l'identité culturelle en combattant plus activement contre la Turquie et les autres pays

    3)  Comme mesure alternative, nous proposons à l'Union Européenne de développer et de réaliser un projet pour la langue kurde

    For it check you the Int. article : Das Buch 'MeDschRi Menschenrechte û Menschenrechtechartal 6. Auflage 2010 Art. 12 Seite 419,Art. 28 Seite 424,Art. 29 Seite 425,Art. 30 Seite 425(Kulturelle Identitiit),Art.l Seite 354,Art. 37 Absatz abc und d Seite 426,Art.26 Seite 9 und Absatz 3,Art.30 Seite 10 û hwd.
    Comité des enfants kurdes en Suisse
    PO Box
    3616, CH-B021 Zurich

    Reportage photos: Haykel Ezzeddine

    20110518_7272.jpeg20110518_7270.jpeg20110518_7279.jpeg

    20110518_7269.jpeg
    20110518_7276.jpeg
    20110518_7277.jpeg
    Des enfants kurdes au siège des Nations - Unies ! .jpeg
    20110518_7272.jpeg

    Reportage photos: Haykel Ezzeddine

    ===========================================

    Maison Populaire de Geneve

    Case postale 1141

    1211 Genève1 Suisse

    Tel : 0041(0)79 256 30 11

     

    Lien permanent Catégories : enfants 0 commentaire
  • L’amour que Jimmy Carter porte à sa mère

    Imprimer

    L’amour que Jimmy Carter porte à sa mère

    Vally Cater est candidate sur la liste du parti socialiste aux élections municipales de la Commune de Lancy. Il n’y a rien d’anormal à cela mais son fils Jimmy est un enfant de dix ans et il a préparé une vidéo pour soutenir la candidature de sa mère. Et de manière relativement professionnelle, quand on considère le matériel dont il dispose…

    Je me suis dit: Ce qu’un enfant de dix ans pourrait faire pour soutenir sa mère;

    Je me suis dit: Le sentiment de responsabilité qu’un enfant de dix ans pourrait avoir envers sa mère;

    Je me suis dit: L’amour qu’un enfant de dix ans pourrait porter envers sa mère;

    Je me suis dit: Les sentiments profonds qu’éprouvait cet enfant de dix ans en préparant cette vidéo;

    Je me suis dit: Ce dont un enfant de dix ans rêvait pour sa maman;

    Je me suis dit: Si Vally échouait aux élections, quel impact sera aurait sur l’imagination de cet enfant;

    Je me suis dit: Vally avait gagné le plus bel amour au monde, celui de son fils Jimmy!

    Pensez-y également!

    Demir SÖNMEZ

    Voici la vidéo que Jimmy Carter a préparée pour la campagne életoral de sa mère .

    Lien permanent Catégories : enfants 3 commentaires
  • Manifestation du personnel de la petite enfance

    Imprimer


     

    Résolution de l’Assemblée générale du personnel de la petite enfance du 10 juin 2010

     

    Le personnel des institutions de la petite enfance, réuni en Assemblée générale de ce jour, a pris connaissance du projet de loi du PDC (PL 10636) déposé au Grand Conseil et de la motion (M 1952) approuvée par ce dernier.

     

    Ces projets, révisant à la baisse les exigences en matière de formation, de construction, de dotation et de conditions de travail dans les institutions de la petite enfance, ne manqueront pas d’avoir des conséquences importantes sur la qualité de l’accueil des enfants et sur les mesures de protection de la santé et de la sécurité du personnel comme des enfants. Ces projets, qui cherchent aussi à permettre la conclusion de conventions collectives de travail au rabais pour le personnel des crèches d’entreprise ou non subventionnées, sont inacceptables.

     

    Aujourd’hui, la mission des institutions de la petite enfance n’est plus uniquement d’assurer la garde des enfants en l’absence de leurs parents. Elle est aussi d’accueillir et de co-éduquer de jeunes enfants en leur offrant des situations de découvertes et d’apprentissages variés. Elle prend en compte les appartenances culturelles de chacun-e ; elle offre aux enfants un contexte favorisant le développement de leur personnalité, leurs interactions avec le groupe et l’environnement; elle prévient d’éventuelles difficultés; accompagne les familles; intègre des enfants à besoins spéciaux et encore prépare la transition vers l’école. Cette mission socioéducative et pédagogique et l’évolution professionnelle qui la sous-tend ne sont pas prises en compte par ces projets, qui visent à augmenter le nombre d’enfants par adulte et à diminuer les exigences en matière de niveau de formation.

     

    L’Assemblée générale se prononce sur les principes suivants:

     

    · Pour des locaux garantissant la sécurité et le bien-être des enfants et du personnel.

     

    · Pour l’intégration des CFC ASE dans les institutions, tout en maintenant la proportion d’éducateurs-trices diplômé-e-s ES ou au bénéfice d’un titre reconnu équivalent prévue par le règlement.

     

    · Contre la modification des normes d’encadrement qui garantissent la sécurité des

    enfants et la qualité des prestations.

     

    · Pour une convention collective de travail étendue à l’ensemble du canton garantissant

    une harmonisation des conditions de travail dans les institutions privées et subventionnées.

     

    · Contre des dérogations aux conditions d’autorisation pour les crèches non subventionnées, car la qualité doit être assurée dans toutes les institutions.

     

    · Appelle les employeurs à renforcer leurs efforts pour permettre au personnel d’accéder à une formation qualifiante (VDA, CFC, formation en cours d’emploi).

     

    · Appelle à une véritable politique petite enfance visant non seulement à augmenter le nombre de places d’accueil mais à les créer dans un esprit de promotion de la qualité pédagogique.

     

    · Appelle la population genevoise à voter l’initiative constitutionnelle « Pour une véritable politique d’accueil de la Petite enfance » instaurant le droit à une place d’accueil de jour pour chaque enfant.

     

    · Appelle la Confédération à prolonger la loi sur les aides financières à l’accueil extrafamilial au-delà de 2011 et à renforcer les montants alloués à la création de nouvelles places.

     

    Syndicat SIT- Syndicat SSP/VPOD section Genève -AGEJE (Association genevoise des éducateurs-trices du jeune enfant) -ACIPEG (Association des cadres des institutions de la petite enfance) -

    P1020077.JPG

    P1020076.JPG

     

    P1020078.JPG

     

    P1020079.JPG
    P1020081.JPG
    P1020082.JPG
    P1020083.JPG
    P1020084.JPG

    P1020085.JPG

    P1020087.JPG
    P1020089.JPG
    P1020090.JPG
    P1020096.JPG
    P1020097.JPG
    P1020098.JPG
    P1020104.JPG
    P1020110.JPG
    P1020112.JPG
    P1020113.JPG
    P1020114.JPG
    P1020115.JPG
    P1020117.JPG
    P1020118.JPG
    P1020119.JPG
    P1020120.JPG
    P1020121.JPG
    P1020122.JPG
    P1020124.JPG
    P1020125.JPG
    P1020126.JPG
    P1020127.JPG
    P1020128.JPG
    P1020129.JPG
    P1020130.JPG
    P1020131.JPG
    P1020132.JPG
    P1020139.JPG
    P1020140.JPG
    P1020141.JPG
    P1020142.JPG
    P1020143.JPG
    P1020144.JPG
    P1020145.JPG
    P1020146.JPG
    P1020150.JPG
    P1020152.JPG
    P1020154.JPG
    P1020158.JPG

    P1020159.JPG




    Lien permanent Catégories : enfants 3 commentaires