Genève

  • 78ème Coupe de Noël

    Imprimer

    78è Coupe de Noël au Jardin Anglais à Genève

    DEM_9419.jpg

    DEM_0014.jpg

    DEM_0029.jpg

    DEM_0044.jpg

    DEM_0046.jpg

    DEM_0122.jpg

    DEM_0160.jpg

    DEM_0177.jpg

    DEM_0192.jpg

    DEM_0220.jpg

    DEM_0232.jpg

    DEM_0242.jpg

    DEM_0279.jpg

    DEM_0322.jpg

    DEM_0354.jpg

    DEM_0387.jpg

    DEM_0421.jpg

    DEM_0429.jpg

    DEM_0441.jpg

    DEM_0474.jpg

    DEM_9085.jpg

    DEM_9096.jpg

    DEM_9102.jpg

    DEM_9134.jpg

    DEM_9135.jpg

    DEM_9150.jpg

    DEM_9167.jpg

    DEM_9173.jpg

    DEM_9177.jpg

    DEM_9192.jpg

    DEM_9194.jpg

    DEM_9201.jpg

    DEM_9209.jpg

    DEM_9230.jpg

    DEM_9261.jpg

    DEM_9289.jpg

    DEM_9291.jpg

    DEM_9297.jpg

    DEM_9305.jpg

    DEM_9313.jpg

    DEM_9352.jpg

    DEM_9359.jpg

    DEM_9450.jpg

    DEM_9461.jpg

    DEM_9478.jpg

    DEM_9512.jpg

    DEM_9525.jpg

    DEM_9538.jpg

    DEM_9543.jpg

    DEM_9553.jpg

    DEM_9588.jpg

    DEM_9591.jpg

    DEM_9620.jpg

    DEM_9639.jpg

    DEM_9646.jpg

    DEM_9651.jpg

    DEM_9654.jpg

    DEM_9668.jpg

    DEM_9677.jpg

    DEM_9712.jpg

    DEM_9723.jpg

    DEM_9734.jpg

    DEM_9736.jpg

    DEM_9744.jpg

    DEM_9765.jpg

    DEM_9779.jpg

    DEM_9783.jpg

    DEM_9794.jpg

    DEM_9797.jpg

    DEM_9834.jpg

    DEM_9840.jpg

    DEM_9854.jpg

    DEM_9859.jpg

    DEM_9888.jpg

    DEM_9927.jpg

    DEM_9972.jpg

    DEM_9991.jpg

    DEM_0456.jpg

    Pour voir la suit des Photos: 

    http://www.photographygeneva.com/gallery/78e-coupe-de-noel/

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

     

    Lien permanent Catégories : Fête, Genève, Suisse 0 commentaire
  • Genève, Valais et Neuchâtel fêtent les 200 ans de leur entrée dans la Confédération

    Imprimer

    Genève, Valais et Neuchâtel  fêtent les 200 ans de leur entrée dans la Confédération 

    DSC_4640.jpg

    DSC_4666.jpg

    DSC_4674.jpg

    DSC_4690.jpg

    DSC_4694.jpg

    DSC_4721.jpg

    DSC_4724.jpg

    DSC_4726.jpg

    DSC_4728.jpg

    DSC_4734.jpg

    DSC_4741.jpg

    DSC_4751.jpg

    DSC_4755.jpg

    DSC_4758.jpg

    DSC_4759.jpg

    DSC_4761.jpg

    DSC_4764.jpg

    DSC_4766.jpg

    DSC_4768.jpg

    DSC_4769.jpg

    DSC_4775.jpg

    DSC_4785.jpg

    DSC_4797.jpg

    DSC_4803.jpg

    DSC_4817.jpg

    DSC_4829.jpg

    DSC_4841.jpg

    DSC_4843.jpg

    DSC_4870.jpg

    DSC_4881.jpg

    DSC_4886.jpg

    DSC_4899.jpg

    DSC_4902.jpg

    DSC_4917.jpgAllocution de Monsieur François LONGCHAMP, 

    Président du Conseil d'Etat
     
    A l'occasion de la célébration du
    Bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse,
    A Berne, place fédérale, le 10 septembre 2014 à 13h25


    Monsieur le Conseiller fédéral,

    Mesdames et Messieurs les représentants des autorités cantonales,

    Mesdames, Messieurs,
     
    Ce que nous célébrons aujourd'hui, réunis sur la place fédérale, au fond, n'est pas un anniversaire. C'est bien plus que cela. En réalité, ce bicentenaire est un révélateur, voire un projecteur éclairant, non pas la Suisse d'il y a 200 ans, mais bien celle d'aujourd'hui.

    Nous parlons, d'abord, d'un pays qui s'est redessiné en 1814  pour  stabiliser l'Europe. C'est l'instauration par les Empires d'un Etat-tampon, respecté pour sa neutralité, et renforcé dans ses frontières. Un Etat stabilisateur. Cet Etat, c'est la Suisse. Pas encore la Suisse contemporaine, qui naîtra en 1848. Mais bien, déjà, la Suisse moderne.  

    En quoi cette Suisse pouvait-elle alors rassurer les Etats voisins ? Ce n'est pas sa taille qui en imposait mais son système. La Prusse, la Savoie, l'Autriche et la France d'un Napoléon au crépuscule, mais craint comme on peut craindre un animal blessé ; ces voisins royaux ou impériaux répondaient à des pouvoirs souverains et centralisés. Par essence, le sceptre et la couronne ne se partagent pas.

    La Suisse pour sa part avait imaginé et mis en pratique la cohabitation des souverainetés, le pacte d'assistance. La Suisse allait inventer encore la libre circulation entre ses Etats membres, et le principe de délégation des compétences. Les Etats fédérés se rapprocheront si bien que, 34 ans plus tard, ils aboliront  entre eux les droits de douane et frapperont monnaie commune.

    Mesdames et Messieurs,

    Nous parlons, ensuite, de trois cantons qui se sont fondus dans une nouvelle nation pour en faire leur patrie.

    La patrie, c'est le territoire de la nation, ce groupe humain conscient de son unité.  La patrie n'est pas un don mais une construction. Genève et ses enfants y ont leur part. Par exemple…

    -      Charles Pictet de Rochemont a fait reconnaître par les puissances étrangères la neutralité et l'intégrité territoriale de la Confédération.

    -      Guillaume-Henri Dufour a donné à la Suisse son drapeau, son armée, sa paix confessionnelle et même sa cartographie.

    -      Louis Favre a percé les montagnes pour relier entre eux les hommes et les femmes de notre pays.

    -      James Fazy a doté la Suisse d'un parlement bicaméral qui préserve la diversité cantonale.

    -      Gustave Ador a obtenu le siège de la Société des Nations, ancrant  le destin de la "Suisse internationale par Genève".

    -      Henry Dunant a donné au monde une conscience en initiant le droit humanitaire et les conventions dont la Suisse est dépositaire.

    Nous parlons, enfin, d'une Suisse enviée, tenaillée parfois par ses contradictions mais solide. Et surtout, tellement diverse. Diverse par ses paysages de lacs et de montagnes; par la variété de ses villes et ses campagnes. Diverses par ses traditions locales. Diverses par les nations qui la composent. A Genève, ville construite par des étrangers, on compte près de 200 nationalités et toujours 60% de Suisses, car n'en déplaise à certains contempteurs, Genève reste suisse.

    Mesdames et Messieurs, la nature du fil de ces 200 années, s'étirant de l'entrée de nos cantons dans la Confédération à l'instant que nous vivons ensemble pour se le rappeler, sa matière, c'est la diversité.

    Notre système politique singulier fait de la coalition le principe et non l'exception. Ce système valorise les niveaux – commune, canton, Confédération – en prenant soin d'éviter, en principe, les redondances. Ce système n'est pas celui de la "démocratie directe": c'est celui du "pouvoir partagé."

    Il importe que cette diversité demeure. C'est une protection et la seule attitude possible dans un monde de circulation immédiate. Il importe que les cultures demeurent. Leur réunion donne à la Suisse une identité. Il importe que l'on apprenne la langue de l'autre, dans ce pays, et résiste à la tentation de communiquer entre nous en anglais – langue à maîtriser pour d'autres usages. Il importe de chérir cet oxymore: la Suisse pluraliste est singulière!

    Et de proclamer à nouveau ensemble:

    Vive Genève! Vive le Valais! Vive Neuchâtel !

    Et

    Vive la Confédération suisse !DSC_4932.jpg

    DSC_4943.jpg

    DSC_4944.jpg

    DSC_4978.jpg

    DSC_4981.jpg

    DSC_4998.jpg

    DSC_5011.jpg

    DSC_5016.jpg

    DSC_5019.jpg

    DSC_5021.jpg

    DSC_5024.jpg

    DSC_5026.jpg

    DSC_5029.jpg

    DSC_5030.jpg

    DSC_5032.jpg

    DSC_5035.jpg

    DSC_5037.jpg

    DSC_5046.jpg

    DSC_5050.jpg

    DSC_5054.jpg

    DSC_5058.jpg

    DSC_5062.jpg

    DSC_5064.jpg

    DSC_5067.jpg

    DSC_5072.jpg

    DSC_5079.jpg

    DSC_5081.jpg

    DSC_5086.jpg

    DSC_5096.jpg

    DSC_5109.jpg

    DSC_5114.jpg

    DSC_5120.jpg

    DSC_5123.jpg

    DSC_5124.jpg

    DSC_5128.jpg

    DSC_5137.jpg

    Pour suivre les photos:

     

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent Catégories : Fête, Genève, Histoire, Suisse 3 commentaires
  • Genève honore le président Didier Burkhalter

    Imprimer

    Le président Suisse qui a gagné le cœur des genevois, Didier Burkhalter, a reçu lundi le prix de la Fondation pour Genève qui marque l'entrée du canton dans la Confédération. Cette remise du prix distingue également l’homme d’État qui a placé la Genève internationale au cœur de la stratégie de la politique étrangère du Conseil fédéral. Par cette distinction, la Fondation pour Genève souhaite saluer l’activité du diplomate qui cherche à consolider la relation de la Suisse avec l’Union européenne, en particulier avec nos voisins, et à développer des partenariats stratégiques avec les principales puissances émergentes et les acteurs de la mondialisation dans une série de domaines-clés de la vie internationale. Il s'est engagé à renforcer la Genève internationale: "un don pour la Suisse et au service de l'humanité" pour le citer. Il a exprimé sa conviction que "Genève donne une autre couleur au monde, en faisant rayonner sur lui la lumière du droit et de la paix". Didier Burkhalter a relevé que les efforts pour renforcer Genève résultent d'un travail d'équipe entre les services de la Confédération, les Nations - Unies et les autorités genevoises, représentées à la cérémonie par le président du Conseil d'Etat François Longchamp.

    Monsieur Ivan Pictet, président de la Fondation pour Genève, Monsieur Michael Møller, directeur par intérim des Nations-Unies, M. Sami Kanaan, maire de Genève et M. François Longchamp, conseiller d’État ont pris la parole pour venter les qualités d’un président qui fait l’unanimité.

     

    DSC_4023.jpg

    DSC_4024.jpg

    DSC_4032.jpg

    DSC_4037.jpg

    DSC_4039.jpg

    DSC_4042.jpg

    DSC_4048.jpg

    DSC_4049.jpg

    DSC_4050.jpg

    DSC_4052.jpg

    DSC_4053.jpg

    DSC_4054.jpg

    DSC_4056.jpg

    DSC_4057.jpg

    DSC_4059.jpg

    DSC_4060.jpg

    DSC_4061.jpg

    DSC_4063.jpg

    DSC_4065.jpg

    DSC_4070.jpg

    DSC_4078.jpg

    DSC_4081.jpg

    DSC_4093.jpg

    DSC_4094.jpg

    DSC_4095.jpg

    DSC_4098.jpg

    DSC_4118.jpg

    DSC_4124.jpg

    Discours de M. Michael Møller

    Secrétaire général adjoint des Nations Unies Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève


    DGRemarks_FondationPourGeneva_ForCirculation.pdf

    DSC_4144.jpg

    DSC_1868.jpg

    DSC_4165.jpg

    DSC_4182.jpg

    DSC_4209.jpg

    Discours de Monsieur François LONGCHAMP

    Président du Conseil d'Etat


    Monsieur le Président de la Confédération,

    Monsieur le Directeur général a.i. de l'Organisation des Nations Unies à Genève,

    Monsieur le Président du Grand Conseil, Monsieur le Maire de la Ville de Genève,

    Monsieur le Président de la Fondation pour Genève, Mesdames, Messieurs,

    Difficile, Monsieur le Président de la Confédération, d'ajouter une pierre à ce panégyrique. Surtout si cette pierre qu'on me demande d'ajouter ce soir au socle de la statue du Commandeur est en réalité déjà entre vos mains.

    Cette pierre vient de loin. Elle est homérique. Elle est camusienne. Elle roule et n'amasse pas toujours mousse. Mais vous, inlassablement, au pied de la montagne, face aux affaires du monde et de la Suisse, vous la ramassez. Même cabossée, vous la remontez. Sans faiblir, vous la faites rouler. Au soir du 9 février 2014, dans la dignité qui sied à votre fonction et contenant vos sentiments, vous avez sobrement déclaré, en commentant le résultat du scrutin

    sur l'immigration: "Ce n'est pas la fin du monde". La fin du monde, certainement pas. Mais à nouveau, l'assurance du recommencement et d'un long cheminement – ça oui. Sisyphe !

    Monsieur le Président de la Confédération, Albert Camus ne vous a pas connu – tant pis pour lui – mais il a décrit la patience tenace qui vous caractérise.

    "Je vois cet homme redescendre, d'un pas lourd mais égal, vers le tourment dont il ne connaîtra pas la fin".

    C'est dans Le Mythe de Sisyphe. L'essai a paru en 1942 – six mois avant L'Etranger – augmenté d'un texte sur Kafka lui-même tiré de la revue… L'Arbalète. Appréciez l'enchaînement. Sisyphe, l'Etranger, Kafka, l'Arbalète... Vous qui aimez larder vos discours de paraboles – je dis larder, pas truffer, parce que le lard sec aux herbes appartient au terroir neuchâtelois – vous qui lardez volontiers vos interventions de métaphores devriez trouver, dans celle que je vous propose aujourd'hui, matière à vous reconnaître.

    Monsieur le Président, je vous vois souriant – cela fait partie de votre personnalité – et je me dis toujours avec Camus que… Si "la lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme", alors oui, vous devez être le plus heureux des hommes.

    Mais ne vous trompez pas. Je ne parle pas ici de la lutte vers les sommets politiques, que vous incarnez comme Président de la Confédération suisse et – parce que cette charge échoit à notre pays

    – comme président de l'Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe. Je parle de la lutte vers les sommets de vos idéaux. C'est à dire, vers un accomplissement qui dépasse et transcende votre personne.

    Nous fêterons, vendredi prochain, le Bicentenaire de l'entrée de votre canton, Neuchâtel, dans la Confédération. De la défunte Prusse, vous avez gardé quelques séquelles: celle du sens du devoir et de l'identification à l'Etat, s'en regardant comme les premiers serviteurs. A l'arrogance, à la brutalité, vous préférez la bienveillance. La politesse même, non dans ce qu'elle a de plus conventionnel, mais de plus noble: celle fde aciliter les rapports sociaux en permettant à ceux qui en usent d'avoir des échanges respectueux et équilibrés. Rien de tout cela n'est feint, car vous avez toujours été ainsi. Et je puis en témoigner personnellement, moi qui ai le privilège de vous connaître depuis trente ans, à la faveur de fonctions ou de combats communs.

    Je sais que cela forge un regard sur les autres. Un regard d'ouverture

    – au sens propre. Récemment un grand journal romand titrait : "Didier Burkhalter, un président qui prend le peuple au sérieux". Cela décrit une forme d'élégance. Cependant que le peuple tient de moins en moins ses édiles en estime, vous, président de la Confédération, ne lui en tenez pas rigueur. Nourrie du flegme et du sens du devoir qui sont les vôtres, cette attitude vous confère une stature parfaitement suisse. Mouvement et proximité, grandeur et humilité. Un jour, dîner protocolaire et le lendemain, schübling. Un jour, palais officiel et le jour suivant, ferme de montagne. Un jour, gyrophares à Moscou et le lendemain, ballade à Neuchâtel.

    Monsieur le Président de la Confédération, cher Didier, c'est cela qui frappe : vous êtes à l'aise partout. Romand mais suisse allemand. Discret mais attentif. Placide mais agile. Réservé mais offensif.

    Aujourd'hui, ministre des affaires étrangères et président du gouvernement suisse, vous veillez à cette "Suisse internationale par Genève" – vous employez souvent cette formule – qui donne à votre action un sens si particulier. Nous vous en sommes tous ici reconnaissants.

    "Il faut imaginer Sisyphe heureux" concluait Camus. C'est cette abnégation, cet engagement que la Fondation pour Genève honore en vous remettant son Prix. Le Conseil d'Etat de la République et canton de Genève se réjouit de ce choix. Avec lui, la cité entière vous salue, ce soir, en ce lieu évocateur, la Salle des assemblées du Palais des Nations à Genève.

    Je vous remercie.

    FL_Prix de la FpG_DB.pdf

    DSC_4215.jpg

    DSC_4228.jpg

    DSC_4234.jpg

    Conférence par Mesdames Nina Egger et Simone Fehr, 

    représentantes de la jeunesse suisse auprès des Nations Unies (Youthrep) 

    DSC_4249.jpg


    Monsieur le Président de la Confédération,

    Mesdames et Messieurs,

    Permettez-nous tout d’abord de nous présenter : Simone Fehr et Nina Egger, représentantes de la jeunesse suisse aux Nations Unies. Nous avons pour mission de sensibiliser les jeunes de notre pays à l’ONU et d’engager avec eux un dialogue sur des thèmes de portée mondiale. Nous sommes également les porte-voix de la jeunesse suisse sur la scène internationale. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour vous faire part, en qualité de représentantes de la jeunesse, de notre vision de la Suisse et de la Genève internationale de demain.1

    Depuis la création du Comité international de la Croix-Rouge il y a 150 ans, qui a marqué les débuts de la Genève internationale telle que nous la connaissons aujourd’hui, l’architecture politique mondiale n’a cessé de changer, et nous avec elle. Les défis n’ont pas manqué et nous avons toujours dû faire preuve de ténacité et de combativité.

    Aujourd’hui encore, les nombreuses crises qui secouent le monde nous rappellent douloureusement que la paix, la sécurité et la prospérité sont loin d’aller de soi. Nombre de problèmes et de défis auxquels nous sommes confrontés revêtent un caractère transversal et universel. Ce n’est donc qu’en nous unissant que nous pourrons en reconnaître toute la complexité et trouver des solutions adéquates. L’engagement de chacun est requis !

    Cela implique que nous nous interrogions une nouvelle fois sur la contribution que nous pouvons apporter, ainsi que sur le rôle qui doit revenir à la Genève internationale et, par conséquent aussi, à la Suisse.


    1 Il faut encore régler la question de notre présentation par les organisateurs. Nous préférerions ne pas avoir à nous présenter, car cela entraverait la fluidité et l’impact de notre allocution.

    D’un côté, Genève représente l’un des principaux piliers sur lesquels repose l’engagement de la Suisse en faveur d’un monde meilleur et plus juste. De l’autre, elle constitue un lieu où l’on s’attache à relever conjointement les défis mondiaux, à promouvoir la stabilité et à renforcer la confiance. Genève est une ville d’ouverture, de paix et de démocratie. Ce haut lieu de la coopération internationale réunit des personnes aux origines, aux religions et aux langues les plus diverses, qui s’efforcent, ensemble, de relever les grands défis de notre époque.

    Genève est source de lumière

    Genève, c’est bien sûr nous tous ! Genève n’existe pas indépendamment de la Suisse ; elle est notre contribution à un monde meilleur, une plateforme pour diffuser nos valeurs au-delà de nos frontières nationales et participer activement aux débats si importants de notre époque. A Genève, nous avons le privilège d’accueillir des personnes du monde entier. Par conséquent, la question de l’avenir de Genève est étroitement liée aux questions suivantes:

    Qui voulons-nous être ?

    et

    Comment pouvons-nous contribuer à façonner le monde tel que nous le souhaitons ?

    En suivant les débats sur le développement de Genève, on se rend vite compte qu’il existe deux types de politiques : une politique menée pour Genève et une politique menée à travers Genève. Ces deux politiques sont indissociables et interdépendantes, mais leur impact diffère selon l’ordre dans lequel elles sont abordées.

    Privilégier la question de savoir ce qui peut se faire pour Genève ou œuvrer uniquement dans cette perspective-là ne peut être notre objectif premier. Il faut éviter que la Genève internationale devienne une fin en soi, à laquelle nous nous accrocherions pour de mauvaises raisons.

    Il est bien plus important de savoir ce que nous entendons atteindre à travers Genève. Nous avons besoin d’avoir une vision claire de nos objectifs, de ce que nous voulons atteindre d’ici 20 ans. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous saurons comment nous devons et pouvons façonner l’instrument qu’est la Genève internationale et de quels moyens nous avons besoin pour Genève.

    Permettez-nous de recourir à une analogie pour illustrer cette idée :

    Imaginons qu’un week-end, nous décidions de faire une excursion en Suisse. Nous commencerions par choisir une destination. Nous le faisons toujours avant de préparer notre sac à dos, car nous savons que notre équipement dépend de la destination et de l’activité choisies. Nous n’emporterons en effet pas le même matériel pour l’ascension du Säntis que pour une dégustation de vin en Valais ou une balade en bateau sur le lac de Lugano. Nous aurions donc bien du mal à faire notre sac à dos sans connaître le but de notre excursion.

    Il en va de même pour le contexte qui nous intéresse ici. La question la plus importante doit être posée dès le départ : quel but la Suisse et la Genève internationale poursuivent-elles ?

    Forte d’une longue tradition en matière de médiation, de recherche du dialogue et d’instauration de la confiance, la Suisse s’efforce toujours de parvenir à des solutions intégratives et participatives. Ce sont là des atouts sur lesquels nous devons continuer à bâtir et que nous nous devons de diffuser au-delà de nos frontières.

    Il ne fait aucun doute qu’en définissant clairement la voie que nous entendons imprimer à notre coopération, nous influençons indirectement le contenu de tels processus. Dans ce sens, Genève devrait être un lieu qui montre la voie.

    Pour ce faire, nous pouvons nous appuyer sur de précieuses expériences, puisque dans notre pays, nous sommes parvenus à franchir les barrières culturelles et linguistiques pour créer un espace de partage et de compréhension mutuelle. Nous savons que seul un dialogue sincère permet de trouver des solutions durables. Cette tradition suisse a conduit au développement de nombreux instruments politiques régionaux et nationaux susceptibles d’être transposés dans le système international, où ils pourraient être d’une grande utilité.

    Il suffit par exemple de penser à notre procédure de consultation, qui a largement fait ses preuves. Tandis qu’en Suisse, de nombreux groupes d’intérêt sont appelés à se prononcer avant une prise de décision importante, cet exercice se révèle plus délicat dans le contexte de la coopération internationale. La jeunesse, en particulier, a encore de la peine à se faire entendre sur la scène internationale. Nous pouvons changer cela à travers Genève et pour Genève !

    Pour favoriser des changements durables à l’échelle mondiale, il est indispensable d’associer les jeunes aux processus et débats politiques à Genève. La jeunesse n’est pas seulement l’avenir de notre planète, elle incarne aussi une chance pour le monde d’aujourd’hui : elle détient les clés de l’innovation et du progrès et peut nous fournir les solutions non conventionnelles dont nous avons urgemment besoin.

    Quelques rares programmes permettent d’ores et déjà aux jeunes de participer activement aux processus décisionnels à l’échelle internationale, par exemple les programmes nationaux des délégués de la jeunesse de l’ONU, dont nous faisons partie, et le Modèle de l’OSCE. De plus, si nous débattons aujourd’hui de la création d’un mécanisme permanent pour la participation des jeunes à l’ONU, c’est grâce à la volonté et aux visions des jeunes. L’heure est clairement au changement !

    Si nous reconnaissons aujourd’hui, à Genève, la valeur et le potentiel de la jeunesse, alors nous parviendrons, au cours des prochaines décennies, à développer un réseau mondial de la jeunesse, à travers lequel des impulsions pourront être données et reçues. Il faut encourager les jeunes à s’engager, à participer activement aux discussions menées à Genève, ainsi qu’à rechercher et à proposer des solutions aux problèmes existants. L’impact d’un tel échange serait double : d’une part, il enrichirait Genève de nouvelles idées créatives ; d’autre part, il relayerait la voix de Genève dans le reste de la Suisse et dans le monde entier en créant un effet multiplicateur.

    Il nous semble important de souligner que Genève est non seulement un instrument de politique extérieure, mais aussi une chance de sensibiliser les jeunes de notre pays à des thèmes de portée mondiale. Il s’agit là d’un besoin urgent, car nous constatons régulièrement qu’en dépit de la petite taille de notre pays, nombre de jeunes citoyens et citoyennes de notre pays ressentent Genève et sa politique internationale comme étant très éloignées d’eux. Nous qui sommes Suisses alémaniques et prononçons notre allocution devant vous en français souhaitons jeter des ponts entre les communautés linguistiques, surmonter la « barrière de rösti » et familiariser la jeunesse suisse à la Genève internationale.

    Si la Genève internationale – par extension vous-mêmes aussi, Mesdames et Messieurs – s’emploie à établir des contacts institutionnalisés et durables avec la jeunesse en Suisse, mais aussi à l’étranger, alors Genève sera en mesure de modifier durablement la coexistence internationale au XXIème siècle. Nous pourrions alors élaborer des décisions et des solutions qui auraient le mérite de gagner en légitimité, en efficacité et en durabilité. Si nous n’associons pas la jeunesse, qui se trouve au cœur de tant de thématiques-clés, nous n’arriverons pas à atteindre ce but.

    Dans l’allocution qu’il a prononcée le 1er août dernier à l’occasion de la Fête nationale, le président de la Confédération a souligné que la Suisse devait rester jeune. Cela s’applique également à Genève. Il s’agit de rester en phase avec notre époque et de prendre les bonnes décisions maintenant. Notre vision est celle d’une Genève jeune aujourd’hui, dans 20 ans, dans 40 ans.

    Nous sommes reconnaissantes à notre président de la Confédération de se faire le porte-parole de la jeunesse, et heureuses qu’il instaure une relation d’égal à égal avec les jeunes et qu’il leur donne l’espace nécessaire pour exprimer leurs idées.

    Par ailleurs, nous souhaitons remercier vivement la Fondation pour Genève de nous avoir donné l’occasion de vous faire part de nos réflexions sur l’avenir de la Suisse et de la Genève internationale, et de passer cette magnifique soirée en votre compagnie.

    Monsieur le Président de la Confédération, recevez, au nom de la jeunesse suisse, nos chaleureuses félicitations pour la distinction qui vous est remise aujourd’hui.

    Nous vous remercions de votre attention.

    14761_FR_Allocution_jeunes_ONU_ version finale FR.pdf


    DSC_4267.jpg

    DSC_4253.jpg

    DSC_4261.jpg

    DSC_4268.jpg

    DSC_4275.jpg

    DSC_4307.jpg

    DSC_1977.jpg

    DSC_1979.jpg

    DSC_1988.jpg

    DSC_1996.jpg

    DSC_2013.jpg

    DSC_2016.jpg

    DSC_4379.jpg

    DSC_4397.jpg

    DSC_4430.jpg

    Discours du Président de la Confédération M. Didier Burkhalter,

    Chef du Département fédéral des affaires étrangères


    Monsieur le Directeur général,

    Monsieur le Président du Conseil d’Etat,

    Monsieur le Maire,

    Monsieur le Président de la Fondation pour Genève,

    Mesdames et Messieurs,

    Chers amis de Genève, de la Suisse, du Monde,

    Il y a trente ans, presque jour pour jour, je suis venu à Genève pour travailler. Avec celle qui allait devenir mon épouse, nous avions une petite chambre au centre de la ville. Nous l’avons vécu comme un point de départ – c’était en fait un cadeau de la vie ; l’un de ces…vrais cadeaux qui n’ont pas de prix

    Si Genève fut un cadeau dans notre vie, cette cité est un don pour la Suisse. Cette cité est un don pour le monde.

    En particulier depuis un 22 août : il y a …quelques jours et 150 ans. C’était en 1864, lorsque les délégués de douze pays signèrent la première Convention de Genève, à l’issue d’une conférence imaginée par Henry Dunant, présidée par le général Dufour et réunie par le Conseil fédéral. Ce 22 août 1864, à l’hôtel de ville de Genève, est né le droit international humanitaire. Depuis lors Genève donne une autre couleur à l’humanité en faisant rayonner sur elle la lumière de l’humanitaire : cette lumière si pure qu’elle semble éteindre les bruits, comme lorsque le soleil se met à éclairer les montagnes à l’aube...

    Peut-être est-ce d’ailleurs pour cela qu’à l’occasion de ce 150e anniversaire, j’ai écrit voici quelques jours au canton du Valais et à la commune de Zermatt, pour leur proposer non pas de déplacer, mais de rebaptiser une montagne : « l’Ostpitze » située si haut, à 4632mètres, dans le Mont-Rose, non loin du sommet de la Suisse.

    Quel beau symbole ce serait que de nommer le deuxième plus haut point de Suisse et de réunir ainsi au sommet de nos valeurs comme de nos montagnes, les co-fondateurs de la Croix-Rouge avec, à côté de la pointe Dufour, et à une altitude comparable, la pointe Dunant !

    Quelques années après la Convention de Genève, c’est une autre naissance qui allait avoir lieu dans la même salle de l’Hôtel de Ville de Genève, le 15 septembre 1872. Avec l’arbitrage dit de « l’Alabama » deux puissances importantes, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, acceptaient de se soumettre, non pas aux juges étrangers, mais à la décision d’une Cour internationale pour régler pacifiquement un important différend. Cette décision exceptionnelle ouvrait la voie à un nouveau type de relations entre les Etats, basée sur le droit non plus sur la seule force, une évolution faite de sagesse qui permit le développement du droit international public tel que nous le connaissons aujourd’hui. Depuis lors Genève donne une autre couleur au monde, en faisant rayonner sur lui la lumière du droit et de la paix : cette autre lumière si pure qu’elle devrait éteindre les souffrances. Elle devrait…

    Au fil des ans, de nombreux autres combats vinrent s’ajouter au catalogue des vertus irriguant le cœur de Genève : pour les droits de l’homme, la santé, le développement ; pour l’environnement, les conditions de travail, le commerce ; pour les communications, et bien d’autres domaines qui marquent de leur empreinte l’évolution du monde entier et la vie de chacun de nous au quotidien.

    Il suffit de regarder défiler les images du passé pour voir que la Confédération suisse a vite compris le don de Genève. Elle s’est engagée fortement et de longue date pour déployer les ailes internationales de cette ville: de Giuseppe Motta et Felix Calonder – au temps de la Société des Nations – à Max Petitpierre ou Willy Spühler en passant par Friedrich Traugott Wahlen, notamment.

    Des conseillers fédéraux venus des quatre régions linguistiques et de tous les partis ont compris, avec d’autres, que Genève est réellement un don, pour le monde et pour la Suisse. Un atout exceptionnel pour défendre ses intérêts et porter haut ses valeurs, aussi haut que ses plus belles montagnes.

    Et ils ont saisi le sens d’une histoire à écrire à l’encre qui ne sèche jamais : si Genève est un don, c’est surtout pour les générations suivantes. Ici on construit un monde meilleur, pour demain, pour les générations en devenir. Ici, on revendique la jeunesse – et on refuse l’amertume.

    Nous sommes tous les successeurs de ces pionniers. Ce soir, nous devons être reconnaissants de leur travail, de leur vision, car sans eux nous ne serions pas là.

    Ils furent les « bons travailleurs qui pour les autres ensemencent », pour reprendre les paroles d’un chant de ma région, l’hymne neuchâtelois, au moment où l’on célèbre les 200 ans de l’adhésion simultanée des trois cantons de Genève, de Neuchâtel et du Valais à la Confédération.

    Nos prédécesseurs ont donc créé, construit, fait croître et prospérer le rôle international de Genève, cette « lumière de Genève ». Aujourd’hui il nous appartient d’en prendre soin.

    Mais il faut faire bien plus encore : nous devons anticiper, préparer l’avenir, mettre en place les conditions pour que Genève reste un don, demain aussi. Un don pour les vagues incessantes de la jeunesse.

    Je suis heureux que la Fondation pour Genève ait décidé de remettre ce prix 2014, au fond, à la Confédération suisse ; une Confédération que j’ai l’honneur de représenter cette année dans la fonction présidentielle.

    Mais revenons à Genève : ce prix, si je l’accepte, et si je le prends avec moi, je ne le prends pas pour moi : j’aimerais faire comme mes prédécesseurs, regarder l’avenir – les prochaines vagues qui n’ont pas encore déferlé - et dédier cette reconnaissance aux générations futures, à la jeunesse qui est dans nos cœurs.

    La jeunesse, parlons-en ! Ou plutôt, laissons-la parler, comme ce soir ! Elle vient de s’exprimer, par la voix de Simone Fehr et Nina Egger Simone et Nina merci de vos propos et merci d’être là, tout simplement ; vous représentez la jeunesse suisse auprès des Nations Unies, ensemble avec Damian Vogt, aussi présent ce soir, Damian qui m’accompagnera dans quelques jours à New York, à l’occasion de l’ouverture de la 69e Assemblée générale de l’ONU.

    La jeunesse est aussi partout dans cette salle ; d’abord parce que nous avons invité les missions permanentes à venir représentées ce soir également par leur plus jeune collaboratrice ou collaborateur. Merci à tous ceux qui ont joué le jeu ! Des missions d’ailleurs dont je me réjouis qu’elles soient de plus en plus nombreuses à Genève, avec l’arrivée récente des Fidji - Bienvenue ! - et celle prévue de plusieurs

    autres Etats, ce qui nous rapproche d’une présence véritablement et nécessairement universelle.

    La jeunesse, ensuite, c’est aussi elle qui nous a accompagnés en musique lors de cette belle soirée. Merci de partager avec nous – et pour Genève - votre don !

    La jeunesse, enfin, elle est nichée dans le cœur de chacun de nous, sans se préoccuper de l’âge le moins…Cardu monde

    elle est au cœur de l’action des Nations, des organisations et ONG réunies à Genève.

    Mesdames et Messieurs,

    Les efforts conjugués au présent pour renforcer Genève résultent d’un travail d’équipe.

    Celui qui est fait au sein des services de la Confédération et plus particulièrement du Département fédéral des affaires étrangères : que tous ses collaborateurs en soient ici remerciés !

    C’est aussi un travail porté par les acteurs internationaux présents ici, qui font vivre Genève et qui la développent. J’aimerais exprimer ma gratitude à notre hôte de ce soir, les Nations Unies. Je pense en particulier à votre travail, M. le Directeur général, et à celui de toute votre équipe.

    Merci de nous accueillir ici, Merci de nous ouvrir ce Palais des Nations qui est avant la maison des peuples.

    Quant à M. Ban Ki-moon, son message est à la fois touchant et trop élogieux. J’aimerais surtout relever qu’avec tout ce qu’il fait pour le monde, il trouve encore le temps de penser à nous. C’est typiquement lui, et l’on peut dire en effet, qu’entre lui et Genève,…honeymoonc’estue.

    Enfin, le présent de Genève et la préparation de son avenir c’est aussi un travail d’ « équipe suisse » qui se base sur une relation de confiance et une forte volonté politique commune que la Confédération partage avec la Ville de Genève et la République et canton de Genève. Ainsi, la Suisse montre qu’elle sait partager le pouvoir pour en multiplier le potentiel en faveur du peuple.

    Au moment où Genève remercie la Suisse de son engagement, il me vient à l’idée que nous devrions peut-être créer un « prix miroir », celui d’une « Fondation pour la Suisse » qui permettrait au pays de remercier Genève d’être ce don, cette volonté, cet atout.

    Car, au fond, « l’Esprit de Genève », ce sens de responsabilité envers l’humanité, cette essence de volonté, cette science d’indépendance et d’ouverture au monde, cette conscience de solidarité avec les plus faibles et de foi dans le progrès humain, ce dense amour de la liberté et du droit ; tout cette danse de valeurs est devenu, peu à peu, « l’Esprit de la Suisse ».

    Mesdames et Messieurs,

    Si Genève est une orientation pour l’avenir, nous ne devons jamais perdre le passé, l’oublier. Cet été, le monde commémore beaucoup. Il devrait se souvenir autant.

    Fin juillet marquait les 100 ans des débuts du Premier conflit mondial. Cette guerre a engendré des millions de morts, d’innombrables drames et atrocités. Mais elle a aussi souligné la nécessité d’établir un endroit où les nations puissent se rencontrer, des mécanismes pour se concerter et régler leurs différends pacifiquement.

    Un lieu pour se parler, tout simplement mais aussi sincèrement ; car le dialogue est la base de toute compréhension de l’autre, puis de la paix, même lorsqu’elle donne l’impression de s’évanouir comme un mirage dans le désert des souffrances. Un lieu impartial au service de l’humanité. Ce lieu, c’est Genève qui, une fois encore dès 1918, a porté haut sa devise : Post Tenebras Lux. Après les ténèbres de la guerre, la lumière de la paix !

    100 ans après, nous gardons la tragédie de la Première guerre mondiale en mémoire, pour la comprendre et éviter qu’elle ne se reproduise. C’est aussi là une sorte de jeunesse. J’ai donc invité cette année des élèves de toute la Suisse à travailler, à réfléchir, à exprimer leurs sentiments sur la guerre et la paix dans le monde d’aujourd’hui, à penser au rôle de la Suisse aussi. J’ai eu le plaisir énorme de rencontrer cet après-midi, ici-même, au Palais des Nations, cette jeunesse pour qui la sincérité est naturelle.

    Ces élèves venus de toute la Suisse ont pu découvrir aujourd’hui le travail de l’ONU et du CICR, la valeur ajoutée de Genève. Avec les trois classes qui vont gagner le concours, nous ferons un vrai travail de mémoire : nous nous rendrons cet automne à Ypres, une ville qui n’est plus comme une autre parce qu’elle est devenue soudainement un champ de bataille, une cité-martyre, un témoin séculaire dans une Belgique qui était neutre...

    Pour nous souvenir, pour ne pas oublier, il faut aussi transmettre : la Suisse a décidé, aujourd’hui, d’émettre un signe fort, durable et concret à l’occasion de cette période de commémoration. Elle entend ériger, à Genève, un monument consacré au thème « du droit des victimes, et des devoirs des Etats ». Ce monument interactif sera offert aux Nations Unies. Il devrait trouver sa place ici même, au Palais des Nations, dans ce lieu qui appartient aux populations du monde, dans cette maison qui doit redonner l’espoir à ceux qui ont souffert.

    C’est en Europe qu’ont démarré les deux conflits mondiaux. C’est ce Palais qu’on a érigé dans l’Entre-deux-guerres pour promouvoir la paix. Genève est un lieu juste pour ce travail de mémoire.

    Cette œuvre se distinguera par son caractère universel : elle sera une marque de reconnaissance des souffrances de toutes les victimes des conflits, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides. Elle se veut aussi un message vers l’avenir, d’engagement de la Communauté internationale pour éviter une répétition de ces atrocités. Elle sera enfin un rappel des acquis du XXe siècle en matière de responsabilité des Etats et de devoir de protéger.

    Cette œuvre de mémoire sera réalisée suite à un concours de projets qui sera lancé ces prochains mois.

    Mesdames et Messieurs,

    Les efforts déployés dans cette ville et dans cette maison de paix n’ont pas suffi à éviter que les ténèbres réapparaissent, il y a 75 ans, avec le second conflit mondial et son cortège d’atrocités et de victimes par dizaines de millions.

    A la suite de ce nouveau cataclysme, il fallait que la lumière de Genève retrouve sa force et son flamboiement. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, Genève est devenu le premier centre de gouvernance mondiale. Les récentes discussions sur le nucléaire iranien ou sur les crises syrienne ou ukrainienne le soulignent ; elles montrent aussi que ces efforts ne sont pas suffisants, que la paix se gagne seulement à la force du cœur et seulement si ce cœur, ce courage et cette volonté sont incessants.

    Genève s’est développée. Elle a atteint une notoriété si forte que le monde est convaincu qu’elle est la capitale de la Suisse. Ce qui, d’ailleurs, ne dérange pas vraiment à Berne, au bord de l’Aar. C’est là, l’art de…la Suisse

    En revanche, ici à Genève, il y a parfois des interrogations surprenantes. Par exemple, peut-on vouloir se battre pour Genève en n’étant pas Genevois ? La réponse est simple : c’est toute la Suisse, d’où qu’on vienne, qui peut ressentir l’importance du rôle de Genève, pour tout le pays et pour le monde.

    Le prix de ce soir en est la preuve : même un Neuchâtelois peut le recevoir ; même un Neuchâtelois, né au bord d’un lac qu’il estime être le plus beau de Suisse, peut ressentir et vivre pleinement la beauté profonde de la cité du bout du Léman.

    Mesdames et Messieurs,

    Pour que Genève reste demain le don qu’elle est aujourd’hui pour le monde, la Suisse, le canton de Genève et la Ville de Genève ont décidé l’an dernier de conjuguer leurs efforts.

    Nous disposons enfin d’une stratégie commune. Pour améliorer les conditions matérielles de la présence internationale à Genève, à commencer par la rénovation de cet héritage universel des peuples, le Palais des Nations. Et pour renforcer les talents et les idées de Genève et à Genève.

    Le Conseil fédéral enverra cet automne ses propositions au Parlement suisse, son « message » comme l’on dit. Et ce message devra être clair : Genève doit devenir un aimant et une source. L’aimant qui attire les personnes et les entreprises communes afin de les mettre au service des défis de notre monde ; et la source des gestes et des idées que notre pays peut ensuite mettre au service de l’humanité.

    Le Conseil fédéral proposera au Parlement de se doter des moyens, techniques, financiers, matériels et intellectuels pour que le site international de Genève garde en son cœur une qualité d’avance. Sa concentration unique d’acteurs doit nous pousser à favoriser d’avantage les synergies. Car les défis de notre temps seront résolus par des réponses globales et multidisciplinaires. Ou mieux qu’à Genève peut-on envisager la mise en réseau d’autant de compétences essentielles?

    La stratégie commune de la ville, du canton et de la Confédération c’est d’agir pour rénover les bâtiments, faciliter les processus et les implantations, renforcer la qualité du contenu par des échanges et des mises en réseau et stimuler l’offre intellectuelle que Genève met à disposition du monde.

    Mesdames et Messieurs,

    Avec un savant mélange d’ambition et de modestie, la Suisse internationale par Genève est dépositaire de fragments utiles pour l’avenir de notre monde. Dépositaire – comme le gouvernement suisse l’est pour les conventions de Genève ; nous ne décidons pas seul, c’est plus difficile : nous consultons, facilitons, nous tentons de convaincre.

    C’est ce que nous voudrions tant en ce moment au sujet d’une réunion des Hautes-Parties Contractantes à la quatrième Convention de Genève pour renforcer le respect du droit international humanitaire.

    Les tâches du monde sont encore bien lourdes et sans fin. Mais Genève est véritablement dépositaire de fragments utiles pour l’avenir du monde à construire ensemble. Pour lutter contre les ravages de la pauvreté, pour contrer de terribles épidémies ; pour plus de justice à l’égard des peuples ; pour faire triompher la paix.
      

    Discours DBurkhalter Prix 2014.pdf

    DSC_4460.jpg

    DSC_4361.jpgDSC_4461.jpg

    DSC_2070.jpg

    DSC_2096 - copie.jpg

    DISCOURS DE MONSIEUR IVAN PICTET

    Discours final IP version site internet.pdf

    DSC_4470.jpg

    DSC_4471.jpg

    DSC_4484.jpg

    DSC_4488.jpg

    DSC_4498.jpg

    DSC_4507.jpg

    DSC_4515.jpg

    DSC_4518.jpg

    DSC_4528.jpg

    DSC_4550.jpg

    DSC_4551.jpg

    DSC_4556.jpg

    DSC_4557.jpg

    DSC_4562.jpg

    DSC_4563.jpg

    DSC_4567.jpg

    DSC_4571.jpg

    DSC_4573.jpg

    DSC_4575.jpg

    DSC_4579.jpg

    DSC_4582.jpg

    DSC_4583.jpg

    DSC_4591.jpg

    DSC_4596.jpg

    DSC_4598.jpg

    DSC_4599.jpg

    DSC_4601.jpg

    DSC_4603.jpg

    DSC_4607.jpg

     

     

    Pour suivre les photos:

     

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent Catégories : Genève, Suisse 1 commentaire
  • Lake Parade 2014 à Genève

    Imprimer

    Les photos de Lake parade 2014 à Genève

    Lake Parade 2014 à Genève-2904.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-2915.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-2931.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-2948.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-2950.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-2969.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3008.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3013.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3023.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3040.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3075.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3078.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3079.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3082.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3096.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3105.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3113.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3120.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3127.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3129.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3132.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3134.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3138.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3162.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3165.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3166.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3168.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3177.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3183.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3185.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3220.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3242.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3251.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3257.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021404.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021408.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021440.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021449.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021454.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021459.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021462.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021467.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021471.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021483.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021498.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3258.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3265.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3268.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3334.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3335.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3349.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3365.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3367.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3369.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3371.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3376.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3387.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3414.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3421.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3448.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3463.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3469.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3473.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3482.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3485.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3495.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3500.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3511.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3517.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3518.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3523.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3530.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3538.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3540.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3544.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3564.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3565.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-3576.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021404.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021506.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021513.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021523.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021534.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021535.jpg

    Lake Parade 2014 à Genève-1021536.jpg

    Plus 88 photos sur la site internet

    Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

    www.photographygeneva.com

    Lien permanent Catégories : Fête, Genève, Suisse 2 commentaires
  • 1000ime articles:les 200 ans de la commémoration officiel de la restauration de la République

    Imprimer

    Cher et Chère lectures,

    Aujourd’hui je publie mon millième articles sur mon blog de la tribune de Genève. Comme vous le savez, je vous rend service 365 jours sur 365, 24 heures sur 24, 4 saisons sur 4, Toutes les situations j’ai travaillé pour vous.

    Jusqu’à maintenant mille articles avec environ 25’000 photos et vidéos.

    Milles mercis, celle et ceux qui ont visité mon blog et mon soutenu dans mon travail.

    Les 200 ans-1120234.jpg

    En 1798, occupée militairement, Genève est annexée à la France et devient chef-lieu et préfecture du département du Léman. Suite aux défaites de l'armée napoléonienne, les troupes françaises se retirent de la ville le matin du 30 décembre 1813. Les troupes autrichiennes arrivent à Genève dans l'après-midi, annonçant la restauration de l'ordre ancien. Le 31 décembre, une proclamation d'indépendance est préparée et un gouvernement provisoire est constitué. Genève retrouve son statut de République indépendante.

    Chaque année, Genève commémore officiellement cet épisode important de son histoire. La population est invitée à participer à cette cérémonie, organisée cette fois-ci par l’Association GE200.CH dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse. 

     

    Les 200 ans-1120237.jpg

    Les 200 ans-7533.jpg

    Les 200 ans-7541.jpg

    Les 200 ans-7543.jpg

    Les 200 ans-7548.jpg

    Les 200 ans-7552.jpg

    Les 200 ans-7553.jpg

    Les 200 ans-7563.jpg

    Les 200 ans-7565.jpg

    Les 200 ans-7566.jpg

    Les 200 ans-7569.jpg

    Les 200 ans-7573.jpg

    Les 200 ans-7574.jpg

    Les 200 ans-7577.jpg

    Les 200 ans-7579.jpg

     

    Les 200 ans-7581.jpg

    Les 200 ans-7584.jpg

    Les 200 ans-7585.jpg

    Les 200 ans-7591.jpg

    Les 200 ans-7593.jpg

    Les 200 ans-7606.jpg

    Les 200 ans-7608.jpg

    Les 200 ans-7612.jpg

    Les 200 ans-7615.jpg

    Les 200 ans-7620.jpg

    Les 200 ans-7623.jpg

    Les 200 ans-7624.jpg

    Les 200 ans-1120248.jpg

    Les 200 ans-1120245.jpg

    Les 200 ans-7625.jpg

    Les 200 ans-7626.jpg

    Les 200 ans-7630.jpg

    Les 200 ans-1120248.jpg

     

    Les 200 ans-7632.jpg

    Les 200 ans-7636.jpg

    Les 200 ans-7637.jpg

    Les 200 ans-7639.jpg

    Les 200 ans-7640.jpg

    Les 200 ans-7647.jpg

    Les 200 ans-7666.jpg

    Les 200 ans-7673.jpg

    Les 200 ans-7674.jpg

    Les 200 ans-7676.jpg

    Les 200 ans-7677.jpg

    Les 200 ans-7679.jpg

    Les 200 ans-7680.jpg

    Les 200 ans-7688.jpg

    Les 200 ans-7691.jpg

    Les 200 ans-7694.jpg

    Les 200 ans-7696.jpg

    Les 200 ans-7699.jpg

    Les 200 ans-7700.jpg

     

    Les 200 ans-7714.jpg

    Les 200 ans-7702.jpg

    Les 200 ans-7705.jpg

    Les 200 ans-7706.jpg

    Les 200 ans-7707.jpg

    Les 200 ans-7712.jpg

    Les 200 ans-7714.jpg

    Les 200 ans-7717.jpg

    Les 200 ans-7718.jpg

    Les 200 ans-7721.jpg

    Les 200 ans-7723.jpg

    Les 200 ans-7725.jpg

    Les 200 ans-7727.jpg

    Les 200 ans-7495.jpg


    Lien permanent Catégories : Genève, Histoire, Suisse 1 commentaire
  • Tous les Genevois ont salué Madame Ruth Dreifuss

    Imprimer

    Se soir, le Victoria Hall à été témoin d’une soirée historique. Tous les Genevois ont salué Madame Ruth Dreifuss à qui a été décerné le prix “Fondation pour Genève” pour ses activités contre la peine de mort.

    A cette occasion, se sont présentés : M.Robert Badinter l’ancien ministre français de la justice, M.Rémy Pagani au nom du conseil administratif de la Ville de Genève et Maire de Genève, M.Pierre-François Unger président du Conseil d’Etat et de la République et canton de Genève, Jean-Charle Rielle président du conseil municipal de la Ville de Genève et les député-e-s, les conseiller-ère-s municipaux-ales, les militant-e-s défenseur-euse-s des droits humains, puis plus de 1500 personnalités.

     

    DSC_5815.jpg

    DSC_5894.jpg


    Discours de Madame Ruth Dreifuss

    Allocution prononcée à l’occasion de la réception du prix de la Fondation pour Genève

    Discours Madame Ruth Dreifuss

    Allocution prononcée à l’occasion de la réception du prix de la Fondation pour Genève

    SIDA, drogues et violences: agir… et ne pas nuire

    Ce prix distingue, m’a-t-on dit, un engagement militant. Par ce choix, la Fondation pour Genève reconnait que le rayonnement de la cité doit beaucoup aux idées et à l’action de citoyens et de citoyennes.

    Du Comité international de la Croix-Rouge de Dunant et Moynier au Geneva Call d’Elisabeth D
    ecrey Warner, du Bureau international de la paix d’Élie Ducommun à l’Association pour la prévention de la torture de Jean Jacques Gautier, nombre d’initiatives sont nées ici.

    Nombre d’organisations non-gouvernementales y sont venues, parce que ce lieu est prédestiné au dialogue entre militants et responsables politiques venus du monde entier. Ces derniers ne délibèrent pas ici dans une tour d’ivoire. Nulle part, la proximité entre la société et les institutions n’est plus grande. C’est cela qui donne son souffle à l’esprit de Genève.

    Mais comment devient-on militant? De mille et une façon, bien sûr, selon les temps et les lieux où se vivent les expériences déterminantes. En ce qui me concerne, je retiendrai trois circonstances qui fondent et expliquent mes engagements.

    Juive et fille…

    Premièrement, naître dans une famille juive au temps de la Shoah. Bien que la Suisse ait été un îlot au milieu de la tempête nazie, j’ai grandi dans le sentiment que rien n’est plus menaçant que la haine raciale, le nationalisme et la guerre. Cette angoisse m’a convaincue que notre première tâche, comme être social, est de débusquer le pire et de le combattre, d’en empêcher le retour. Qu’était ce pire, au temps de mon enfance et de mon adolescence? Les guerres que se livraient les super-puissances à travers des peuples sacrifiés, la démocratie trahie, l’holocauste nucléaire possible, le goulag, les lois raciales et les pratiques racistes persistant dans nombre de pays et dans les colonies. Ma première vision de la politique est dramatique. Il s’agit du combat entre l’humanité et la barbarie. Et je fais mienne cette injonction des Psaumes, suggérée par le journaliste François Maudoux: «ne pas abandonner le monde aux méchants».

    Deuxièmement, naître fille dans une famille heureuse et tendre, dont les parents assumaient les rôles traditionnellement dévolus au père et à la mère. Simone de Beauvoir dit qu’on ne naît pas femme, qu’on le devient. Elle exprime ainsi, avec force et à raison, le poids de l’éducation et les contraintes des traditions, les déterminismes sociaux qui limitent le libre épanouissement des femmes et des hommes. En ce qui me concerne, je dirais cependant que, née femme, je suis devenue, pas à pas, féministe. D’abord, par la confrontation aux dernières résistances contre la participation des femmes à la vie politique; ensuite par la découverte des multiples obstacles dressés contre l’égalité de droit et de fait entre les femmes et les hommes. Devoir conquérir ma place au soleil a vraisemblablement contribué à développer ma pugnacité… et mon endurance.

    Troisièmement, la mort précoce de mes parents puis mon travail en psychiatrie sociale m’ont fait attribuer à la santé publique une importance capitale. L’accès sans discrimination aux soins est un aspect de la question; pendant des décennies, j’ai plaidé pour une assurance-maladie obligatoire, afin que la solidarité atténue l’inégalité naturelle face à la maladie. Mais au-delà, il s’agit de combattre l’inégalité produite par la société, mise en évidence par les statistiques de morbidité et de mortalité désagrégées selon les niveaux de revenus et si cruellement différentes selon les continents. Comme l’a écrit Charles Darwin: «If the misery of the poor be caused not by the laws of nature but by our institutions, great is our sin!». Y a-t-il inégalité plus intolérable que celle qui réduit l’espérance de vie? Or, pour la combattre, il faut s’attaquer aux causes, à la pauvreté, à la promiscuité… à l’exclusion sociale.

    Un monde meilleur

    J’ai progressivement ajouté à l’obsession d’éviter le pire la conviction que le monde pouvait devenir meilleur. La conviction alimente mon goût de l’action; l’obsession impose un devoir de précaution. «Soigner… et ne pas nuire!». Cette injonction d’Hippocrate ne vaut pas que pour les médecins. En politique, elle implique une vigilance constante pour identifier ceux et celles qui, relégués dans un angle mort de la société, font les frais de choix erronés… et la volonté de les corriger. Elle oblige à débusquer et à extirper des lois et des pratiques de l’État les scories héritées d’un passé moins respectueux de la dignité humaine et des libertés individuelles. Combien de politiques, inspirées par les meilleures intentions, ont pavé l’enfer des vies méprisées.

    Au seuil de la vie adulte, le travail social m’avait attiré. S’il me montrait bien quels étaient les dysfonctionnements de notre société, il ne me permettait que d’agir au cas par cas, de réparer des dégâts. Et encore! Les institutions nécessaires n’existaient pas, les lois sociales étaient lacunaires, la morale dominante justifiait des contraintes intolérables. Ce cadre inadéquat renvoyait à la politique. C’est là que je voulais dorénavant agir. La Suisse m’a offert de nombreuses occasions de vivre cette passion… puis, à dix ans d’intervalle, deux occasions inespérées se sont présentées. De militante syndicale je suis «passée professionnelle», puis de citoyenne je suis devenue conseillère fédérale. Pendant deux décennies, j’ai eu ce privilège extraordinaire d’agir sous les yeux et sous le contrôle des collègues et des habitants de ce pays. De m’efforcer de les convaincre, de parler en leur nom et de leur rendre compte de mes actes.

    De syndicaliste à ministre

    Vous imaginez sans peine le bonheur qui fut le mien lorsque je me retrouvai à la tête du Département fédéral de l’intérieur: santé publique, sécurité sociale, égalité entre femmes et hommes, lutte contre le racisme… et j’en passe. Voilà que m’était confiée la responsabilité de faire des propositions, de prendre des initiatives, de développer des politiques dans des domaines qui avaient mobilisé, depuis des décennies, mes intérêts et mes énergies de militante socialiste, de travailleuse sociale, de syndicaliste.

    J’ai retrouvé sur mon bureau le dossier de l’assurance-vieillesse et survivants, après avoir porté, avec d’autres bien sûr, l’exigence de reconnaître aux femmes un droit individuel à la rente et de valoriser l’éducation des enfants. J’avais non seulement fait campagne pour l’article constitutionnel sur l’égalité des femmes et des hommes, mais encore participé à l’élaboration de l’avant-projet de la loi sur l’égalité; il prévoyait la création du Bureau de l’égalité, placé fort à propos dans mon Département. Peu après mon élection, le Parlement a adopté la loi sur l’assurance-maladie, garantissant la couverture universelle revendiquée depuis des décennies par la gauche. Ma tâche allait être de convaincre les citoyens et les citoyennes de cette réforme puis de la mettre en œuvre. Après avoir milité depuis une bonne quinzaine d’années pour l’instauration d’un congé maternité, et avoir essuyé deux échecs en votation populaire, j’allais, au nom du Gouvernement cette fois, remettre l’ouvrage sur le métier.

    En d’autres termes, je pouvais tenter, en tant que ministre, de faire aboutir des réformes que j’avais contribué, en tant que militante, à inscrire à l’agenda politique. Faire aboutir ou faire avancer?

    Conseillère fédérale, je devais négocier avec des représentants d’intérêts opposés, élaborer les bases d’un consensus, convaincre les autres membres du gouvernement… puis tout recommencer au Parlement, enfin rallier l’adhésion populaire au cas où le scrutin populaire décidait du sort de la proposition. Il m’est aussi arrivé d’être renvoyée à la case départ et de devoir tout reprendre à zéro, forte d’une connaissance des obstacles à franchir qui permettait d’augurer d’un succès futur. Ce succès serait alors le résultat d’un effort collectif, d’un compromis parfois boiteux, dont je devrais organiser la mise en œuvre et mettre en place les moyens d’en contrôler les conséquences pratiques, afin d’être en mesure d’en corriger les effets secondaires indésirés. Comme Camus nous l’a dit: «Il faut imaginer Sisyphe heureux!». J’ai pleinement vécu ce bonheur.

    Les dossiers choisis – ou non

    Le jour de mon élection, j’avais plagié Léon Blum. Au moment de former le gouvernement de Front populaire, il s’était écrié: «Enfin, les ennuis commencent…». En effet, ils n’ont pas manqué. Il ne s’agissait pas seulement des réformes que je viens d’évoquer et que je me réjouissais d’empoigner à bras-le-corps. Je fus d’emblée confrontée à deux périls majeurs, qui nourrissaient l’angoisse des habitants et le sentiment d’impuissance des autorités: l’épidémie du SIDA et l’irruption des problèmes liés aux drogues. Une danse macabre liait le sexe et la mort. L’épidémie faisait aussi rage parmi les consommateurs d’héroïne par voie intraveineuse. Elle s’étendait à leurs proches et à ceux qui achetaient leurs services sexuels. Le désespoir d’une maladie incurable alimentait la prise de risque.

    Le lien entre SIDA et drogues ne se réduit cependant pas à l’épidémiologie: dans les deux cas, le silence tue!

    Le virus responsable de l’immunodéficience humaine avait été identifié… mais les hommes et les femmes qui le portaient dans leur sang devaient le cacher. Le«sidéen», comme certains l’appelaient à l’époque, était un pestiféré… Pire qu’un pestiféré: il avait, par son comportement, offert son corps à la maladie. Dangereux et coupable! En Suisse, la loi ne condamnait, heureusement, ni l’homosexualité, ni la prostitution; mais la société, elle, le faisait encore! Il fallait briser le tabou, appeler un chat un chat, parler de pratiques sexuelles, placarder sur les murs de nos villes des affiches propres à choquer une société pudibonde, dire que les prisons resteraient des lieux à risque augmenté tant qu’on y priverait les détenus de préservatifs et de seringues propres.

    Le message de la prévention, pour être utile et acceptable, ne pouvait se limiter à énoncer des informations pratiques sur les voies de la propagation du virus et les moyens de la stopper: encore fallait-il susciter la sympathie envers les victimes. Même depuis que la maladie a cessé d’être mortelle et que l’épidémie est plus largement contrôlée, la stigmatisation persiste. Il n’est pas facile, pour les «personnes vivant avec le SIDA» de trouver un emploi, d’établir une relation, de constituer une assurance vieillesse ou d’obtenir un crédit bancaire. Comment éviter, par ailleurs, que les nouvelles générations banalisent le risque et que les groupes vulnérables baissent la garde? Comment s’adresser à des migrants encore sous l’influence des tabous qui règnent dans leur culture d’origine? Et comment toucher celles et ceux qui, travailleurs clandestins, vivent dans l’ombre? Il faut, encore et toujours, taper sur le clou.

    Lutter contre l’exclusion

    La drogue, elle, est interdite… Toutes les cultures connaissent l’usage de substances psychotropes, usage médical, cultuel, festif ou invitation aux paradis artificiels, usage contrôlé. occasionnel ou addictif. L’alcool est, sous nos latitudes, consommé le plus souvent de façon raisonnable, l’alcoolisme par contre est une maladie aux conséquences terribles, pour la personne directement touchée comme pour son entourage. Les analgésiques soulagent de nombreux patients alors que l’abus de médicaments en intoxique d’autres à petit feu. Le risque sanitaire et social est multiplié si le marché de ces substances est entre les mains d’organisations criminelles.

    La prohibition de l’alcool aux États-Unis d’Amérique, pendant l’entre-deux guerres, illustre le lien qui s’établit alors entre clandestinité, violence, misère et consommateurs en déréliction. Une interdiction inspirée par un souci sanitaire face à l’alcoolisme, mais plus encore par une condamnation morale d’inspiration religieuse, avait eu des conséquences pires que le mal qu’elle était censée empêcher. Or, une politique semblable est pratiquée, et cela à l’échelle internationale, pour les substances qui figurent sur les listes des drogues illicites. Les effets sont, en plus grave, similaires à ceux de la prohibition de l’alcool: montée en puissance du crime organisé à l’échelle globale, condamnation et marginalisation des personnes dépendantes, perte de contrôle sur des zones de clandestinité.

    Au cours des années 80 et 90, la propagation du VIH/SIDA a imposé la nécessité de faire sortir de l’ombre les usagers de drogue. Élargissement du spectre des thérapies, mise à disposition de seringues, dans la rue et dans les prisons, locaux d’injection offrant des appuis médico-sociaux, toutes ces mesures visent en fait un seul but: en reconnaissant la dignité et la responsabilité des personnes dépendantes, les réintégrer dans la société et leur permettre de «protéger leur prochain comme eux-mêmes», leur redonner l’espoir de «s’en sortir», un jour, pour de bon. L’ensemble de la population et chacun des intervenants sur le terrain devaient être associés à un tel changement des priorités politiques: préséance à la santé publique sur la répression dans la rue; lutte plus efficace, parce que plus ciblée, contre le crime organisé et le blanchiment de ses gigantesques profits.

    Les gens de mauvaise réputation

    La Suisse a engrangé des succès dans la lutte contre le SIDA ainsi que dans la prévention et le traitement de la dépendance aux drogues et dans la réduction des risques liés à leur consommation. Ces succès sont à mettre au crédit des chercheurs et des travailleurs du front, qui ont poussé les politiques à agir et les ont alimentés des informations les plus actuelles et les plus pertinentes. Aux côtés d’autres associations, les Églises ont été porteuses d’un message de solidarité et ont charitablement fermé un œil sur nos messages les plus crus. Ce dont je me souviens avec le plus d’émotion, c’est la mobilisation de celles et ceux qui étaient directement concernés… les associations d’homosexuels, les prostituées qui se faisaient agentes de prévention, les usagers de drogues qui veillaient à récolter les seringues usagées et à les échanger contre des seringues stériles. Les gens dits «de mauvaise réputation» ou «de mauvaise vie» ont été les premiers à donner l’alarme et à s’engager dans la bataille. Ils ont forcé le respect… et poussé à mettre en place une politique basée sur le respect.

    Certes, de nombreux problèmes demeurent, notamment ceux liés à un deal envahissant qui désécurise les habitants des quartiers les plus touchés. Ils ne pourront trouver de solution, à long terme, que si l’État parvient à reprendre en main ce marché et à le réglementer strictement, comme il le fait pour d’autres substances dont la consommation peut être dangereuse: médicaments, alcool, tabac…

    Dans un pays dont on moque souvent la lenteur des changements (Albert Einstein souhaitait mourir en Suisse parce que, disait-il, les échéances les plus inéluctables s’y présentent avec vingt ans de retard), l’urgence sanitaire a permis d’aller vite en besogne et de prendre des risques calculés. Il faut reconnaître que nous sommes au bénéfice de conditions particulièrement favorables: ressources intellectuelles et financière, cohésion sociale, système politique donnant visibilité aux minorités, culture de concordance, goût pour les solutions pragmatiques, etc. J’ajouterais qu’il est bien utile que les conseillers fédéraux n’aient pas à trop se préoccuper de leur score de popularité… «Faire ce que doit» en devient plus facile.

    Au-delà des frontières

    «Faire ce que doit» ne peut se limiter aux frontières de son pays. Surtout d’un pays si privilégié.

    La pandémie du SIDA concerne tous les pays et frappe plus particulièrement ceux qui ne parviennent pas, seuls, à faire face. Certains pays africains ont vu disparaître la majorité de leurs forces vives. Les tabous qui frappent les homosexuels, lorsque ce ne sont pas des lois qui les condamnent, ont souvent pour corollaire la discrimination des femmes par une société machiste. Des informations erronées sur la propagation ou la prévention de la maladie induisent des comportements inadaptés. Les médicaments, malgré les progrès réalisés ces dernières années grâce à une mobilisation sans précédent de ressources publiques et philanthropiques, grâce aussi à la fabrication de génériques, restent inabordables pour les plus pauvres. L’injection de drogues est toujours responsable d’un tiers des contaminations par le VIH en dehors de l’Afrique subsaharienne. La criminalisation des usagers les prive de l’accès aux soins et les repousse dans une clandestinité sur laquelle règnent les trafiquants.

    Les atteintes aux droits humains, justifiées par la «guerre contre la drogue», culminent dans l’application de la peine de mort. Plus de la moitié des personnes exécutées dans le monde le sont pour des violations des lois sur les stupéfiants.

    Conseillère fédérale, j’ai pu échanger informations et expériences lors de réunions internationales consacrées au SIDA et à la drogue. J’y ai plaidé pour que les groupes les plus vulnérables et les populations les plus pauvres bénéficient de l’attention et des soins nécessaires. Depuis, je continue simplement sur ma lancée.

    Contre la culture de mort

    Ces deux causes, je ne les ai pas choisies mais je les ai épousées. Je me suis demandé pourquoi. Je crois qu’elles renouent avec mes obsessions premières: lutter contre la culture de mort, de violence et d’exclusion. La peine de mort en est l’expression la plus évidente. Elle viole, de sang froid, le premier des droits de l’homme, le droit à la vie. Bessie Gilmore (dont le fils deviendra plus tard un assassin et sera exécuté) parlait ainsi de la peine capitale: «Ces meurtres sont les seuls que nous pouvons prédire – c’est-à-dire les seuls qui sont programmés – alors ils sont aussi les seuls que nous pouvons peut-être empêcher». Ce sont aussi les seuls qui sont décidés au nom du peuple, dans les pays qui n’ont pas renoncé à ce châtiment barbare. Dans le monde entier, de plus en plus de citoyennes et de citoyens s’y opposent et protestent: «Pas en notre nom! Jamais! Aucun acte, même le plus odieux, ne retranche un être humain de l’humanité!». Grâce à eux, grâce à des militants de l’intelligence et de l’endurance de Robert Badinter, l’abolition universelle de la peine de mort progresse.

    Le moment est venu d’exprimer ma gratitude. La liste de celles et ceux envers lesquels j’ai une dette de reconnaissance est interminable. Il me faut donc choisir.

    Merci à la Fondation de Genève. Elle m’a offert ce soir une tribune comme je n’en ai jamais rêvée, elle nous a donné à tous la joie d’entendre le Quatuor des solistes de l’Orchestre du Festival de Lucerne: Etienne Abelin, Anna Puig, Iseut Chuat et Jacques Zoon. Merci à ces quatre virtuoses.

    Merci à Genève, qui m’a tant donné: elle a éveillé en moi l’espoir de la paix, depuis le jour où j’ai manqué l’école pour voir passer Pierre Mendès France, qui s’était donné 20 jours pour mettre fin à la guerre d’Indochine. Elle l’a renforcé en abritant l’Initiative de Genève pour une paix juste et durable entre Israël et la Palestine. Merci pour l’éducation reçue dans cette ville, pour le Collège du soir et la bourse d’études qui m’ont ouvert les portes de l’Université.

    Merci à ma famille, à mes amis, à mes collègues et à mes camarades. Merci aux militants qui me servent d’exemple et auxquels me lient amitié et complicité. Je n’en citerai qu’un ce soir: Robert Badinter, ta présence à Genève est un cadeau pour nous tous.

    http://www.domainepublic.ch/articles/21537

     

    DSC_5728.jpg

    DSC_5732.jpg

    DSC_5736.jpg

    DSC_5738.jpg

    DSC_5740.jpg

    DSC_5743.jpg

    DSC_5747.jpg

    DSC_5750.jpg

    DSC_5756.jpg

    DSC_5764.jpg

    DSC_5766.jpg

    DSC_5767.jpg

    DSC_5779.jpg

    DSC_5782.jpg

    DSC_5785.jpg

    DSC_5786.jpg

    DSC_5787.jpg

    DSC_5788.jpg

    DSC_5789.jpg

    DSC_5792.jpg

    DSC_5795.jpg

    DSC_5810.jpg

    DSC_5812.jpg

    DSC_5821.jpg

    DSC_5825.jpg

    DSC_5843.jpg

    DSC_5846.jpg

    DSC_5855.jpg

    DSC_5859.jpg

    DSC_5868.jpg

    DSC_5894.jpg

    DSC_5929.jpg

    DSC_5964.jpg

    DSC_5969.jpg

    DSC_5972.jpg

    DSC_5989.jpg

    DSC_5997.jpg

    DSC_6000.jpg

    DSC_6006.jpg

    DSC_6008.jpg

    DSC_6021.jpg

    DSC_6025.jpg

    DSC_6036.jpg

    DSC_6041.jpg

    DSC_6049.jpg

    DSC_6082.jpg

    DSC_6087.jpg

    DSC_6118.jpg

    DSC_6130.jpg

    DSC_6160.jpg

    DSC_6163.jpg

     

    DSC_6168.jpg

    DSC_6201.jpg

    DSC_6204.jpg

    DSC_6205.jpg

    DSC_6207.jpg

    DSC_6218.jpg

    DSC_6221.jpg

    DSC_6233.jpg

    DSC_6241.jpg

    DSC_6242.jpg

    DSC_6249.jpg

    DSC_6254.jpg

    DSC_6257.jpg

    DSC_6261.jpg

    DSC_6268.jpg

    DSC_6272.jpg

    DSC_6274.jpg

    DSC_6276.jpg

    DSC_6281.jpg

    DSC_6286.jpg

    DSC_6289.jpg

    DSC_6191.jpg

    Photos: Demir SÖNMEZ

    copyright.jpg

    Maison Populaire de Genève

    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • “Rester à Genève, mais ouvrir une fenêtre sur le monde.”

    Imprimer


    Aujourd’hui Monsieur Kassym-Jomart Tokayev,Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève (ONUG), a invité les médias nationaux et régionaux concernant la Journée Portes Ouvertes 2012 de l’ONUG et le 10ème anniversaire de l’adhésion de la Suisse à l’ONU.

    En présence de Monsieur Alexandre Fasel, Ambassadeur, Représentant permanent adjoint de la Suisse auprès de l’Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève,de Madame Anja Wyden Guelpa, Chancelière d’Etat de la République et canton de Genève,et de Madame Sandrine Salerno,Vice-présidente du Conseil administratif de la Ville de Genève.

    Pour fêter les dix ans de l'adhésion de la Confédération aux Nations Unies, le conseiler fédéral Didier Burkhalter a offert un rucher pour l'installer au Palais des Nations le 10 septembre, le rucher en question sera habité par un demi million d’abeille autour de dix reine qui produiront jusqu’a 700 kilos de miel par année, celui ci sera donné et emballé avec une étiquette en six langue avec écrit «Pour un monde plus doux».

    Madame Sandrine Salerno à appelé les citoyens suisses et international à assisté a cette porte ouvert par le slogan : “Rester à Genève, mais ouvrir une fenêtre sur le monde.”

    Je vous partage un reportage que j’ai fais avec l’ambassadeur suisse sur le but de cette porte ouverte

    L1010111.jpg

    DSC_2685.jpg

    DSC_2695.jpg

    DSC_2697.jpg

    DSC_2710.jpg

    DSC_2748.jpg

    DSC_2753.jpg

    DSC_2760.jpg

    DSC_2769.jpg

    DSC_2770.jpg

    DSC_2773.jpg

    DSC_2775.jpg

    DSC_2775.jpg

    DSC_2775.jpg

    DSC_2777.jpg

    DSC_2780.jpg

    DSC_2783.jpg

    DSC_2787.jpg

    DSC_2797.jpg

    DSC_2798.jpg

    L1010143.jpg

    L1010148.jpg

    L1010157.jpg

    L1010163.jpg

    L1010166.jpg

    L1010163.jpg

    L1010166.jpg

    L1010169.jpg

    L1010171.jpg

    L1010183.jpg

    L1010187.jpg

     

    L1010194.jpg





             Nations Unies – Service de l'information Communiqué de presse

     

    www.onug.ch > Information et médias    


     M/12/31
     30 août 2012
     
     
     
    L'OFFICE DES NATIONS UNIES A GENÈVE TIENT SA JOURNÉE PORTES OUVERTES 2012

     
     
    L'Office des Nations Unies à Genève ouvrira au public une partie du parc de l'Ariana et du Palais des Nations le 15 septembre 2012 pour une journée d'activités ludiques et pédagogiques pour toute la famille. Organisé sous l'égide du Directeur-Général de l'Office des Nations Unies à Genève, M. Kassym-Jomart Tokayev, cet événement qui mobilise toute la famille des Nations Unies et ses états membres, se déroulera en partenariat avec la Confédération suisse, la République et canton de Genève, la Ville de Genève et la Fondation pour Genève, à l'occasion du 10ème anniversaire de l'adhésion de la Suisse aux Nations Unies.
     
    Embarquer pour un voyage cinématographique de courts-métrages produits par les Nations Unies et par d'autres organisations internationales, ou participer à une partie de foot dans le parc de l'Ariana : des activités pour tous les goûts et tous les âges se tiendront à l'intérieur et à l'extérieur du Palais de 11h à 18h. Les visiteurs pourront ainsi en apprendre davantage sur la vie dans un camp de réfugiés grâce à l'exposition de tentes et de matériel de secours, tandis que les adeptes de technologie pourront apprécier les démonstrations de véhicules aériens non pilotés qui photographient le Palais des Nations et son parc.
     
    Pourquoi ne pas célébrer également le 10ème anniversaire de l'adhésion de la Suisse aux Nations Unies? Les visiteurs pourront découvrir les ruches que le pays hôte a offert à l'Office des Nations Unies à Genève, participer à l'enregistrement de l'émission « Pardonnez-moi » de la Radio Télévision Suisse présentée par M. Darius Rochebin, avec la participation de Mme Micheline Calmy-Rey et de M. Paulo Coelho, ou encore visiter le stand d'information mis en place par le Département fédéral des affaires étrangères et le Centre d'Accueil-Genève Internationale.
     
    D'autres Etats membres des Nations Unies offriront un riche programme d'activités culturelles comprenant des spectacles de danse, des expositions thématiques, une cérémonie chamane, un défilé de mode, une cérémonie du thé et des concerts du monde entier.  Parmi les avant-premières figurent « Un stradivarius pour les Nations Unies », concert exceptionnel avec un violon d'origine d'Antonio Stradivari datant de 1726, ainsi qu'un récital de piano de l'artiste renommé Jorge Viladoms Weber.
     
    2012 est l'Année internationale de l'énergie durable pour tous, et les visiteurs pourront en apprendre davantage sur le nouveau type de panneau solaire qui sera prochainement installé à l'aéroport de Genève, participer à l'inauguration d'une station de recharge pour voitures solaires et suivre des conférences d'experts sur l'énergie. De plus, à l'occasion de la Journée internationale de la démocratie, qui coïncide avec la Journée Portes Ouvertes, et du 300ème anniversaire de la naissance de Rousseau, des conférences sur le thème « Jean-Jacques Rousseau, l'esprit des lumières et la démocratie » auront également lieu.
     
    Les jeunes générations pourront profiter d'un large choix d'activités ludiques et pédagogiques, de la peinture, calligraphie arabe ou gymnastique à des lectures de contes et de bandes dessinés. Ils pourront se faire maquiller, regarder un spectacle de marionnettes, participer à un quiz ou simplement se détendre dans le coin télévision ou jouer à des jeux vidéo.
     
    Surtout, la Journée Portes Ouvertes présente une opportunité fantastique pour découvrir le site et les bâtiments de l'Office des Nations Unies à Genève. Pourquoi ne pas participer à une de nos visites guidées et poser toutes vos questions sur le Palais des Nations à nos guides?
     
    Toute la journée, les différentes activités au sein du Palais des Nations et du parc de l'Ariana seront gratuites.
     
    Il n'y a pas besoin de s'inscrire ; il suffira de présenter un document d'identité en cours de validité (passeport, carte d'identité ou permis de conduire) à l'entrée située sur la Place des Nations.
     
    Une navette gratuite sera proposée par les Transports publics genevois de la Gare Cornavin jusqu'à la Place des Nations (toutes les 20 minutes entre 10h40 et 17h40; dernier départ de la Place des Nations à 18h00).
     
    Un service de restauration sera disponible, proposant plats chauds, sandwichs et boissons.
     

    _______


     

    Pour plus d'informations et demandes des médias
    sur la Journée Portes Ouvertes:


    Mme Alessandra Vellucci, Chef, Section de la presse et des relations extérieures, Service de l'information des Nations Unies à Genève, tel. 022/917.23.36, email: openday2012@unog.ch <mailto:openday2012@unog.ch>
     
    Pour plus d'informations et demandes des médias sur la Suisse et le 10ème anniversaire de son adhésion à l'ONU :
    M. Raphaël Saborit, Chef, Relations avec les médias internationaux, Mission permanente de la Suisse auprès de l'ONU à Genève, tel. 022/749.24.23, raphael.saborit@eda.admin.ch <mailto:raphael.saborit@eda.admin.ch>

    Restez à jour sur la Journée Portes Ouvertes: www.unog.ch/openday2012 <http://www.unog.ch/openday2012>
    and www.facebook.com/pages/Journee-Portes-Ouvertes-de-lONU <https://www.facebook.com/pages/Journ%C3%A9e-Portes-Ouvertes-de-lONU/146671288804596?ref=hl>
     
    Suivez-nous en ligne :

    Facebook:

    https://www.facebook.com/pages/UN-Geneva-Information-Service/ <https://www.facebook.com/pages/UN-Geneva-Information-Service/>

    Flickr:

    http://www.flickr.com/photos/unisgeneva/ <http://www.flickr.com/photos/unisgeneva/>

    Twitter:

    https://twitter.com/unisgeneva <https://twitter.com/unisgeneva>
     
    Site internet des Nations Unies à Genève: http://www.unog.ch/ <http://www.unog.ch/>

    Site internet de la Mission permanente de la Suisse auprès de l'ONU à Genève : http://www.dfae.admin.ch/geneve <http://www.dfae.admin.ch/geneve

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • L'amour de la lecture!

    Imprimer

    L1006362.JPG

     

    La vie continue.....

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • De la rue basses à l’Ile Rousseau...

    Imprimer

    DSC_3909.jpg

    DSC_3912.jpg

    DSC_3920.jpg
    DSC_3925.jpg
    DSC_3929.jpg
    DSC_3930.jpg
    DSC_3932.jpg

    DSC_3935.jpg

    DSC_3944.jpg
    DSC_3948.jpg
    DSC_3983.jpg
    DSC_3958.jpg

    DSC_3988.jpg

    DSC_3990.jpg
    DSC_3994.jpg
    DSC_4000.jpg
    DSC_4002.jpg
    DSC_4011.jpg

    DSC_4020.jpg

    DSC_4022.jpg
    DSC_4024.jpg
    DSC_4026.jpg
    DSC_4030.jpg
    DSC_4032.jpg

    DSC_4034.jpg

    DSC_4036.jpg
    DSC_4038.jpg
    DSC_4043.jpg
    DSC_4044.jpg

    DSC_4047.jpg

    DSC_4048.jpg
    DSC_4051.jpg
    DSC_4053.jpg
    DSC_4057.jpg
    DSC_4059.jpg
    DSC_4062.jpg
    DSC_4063.jpg

    DSC_4066.jpg

    DSC_4067.jpg
    DSC_4069.jpg
    DSC_4071.jpg
    DSC_4078.jpg

    DSC_4082.jpg

    DSC_4088.jpg
    DSC_4090.jpg

    DSC_4094.jpg

    DSC_4095.jpg
    DSC_4098.jpg

    DSC_4104.jpg

    DSC_4112.jpg
    DSC_4116.jpg
    DSC_4120.jpg
    DSC_4126.jpg
    DSC_4133.jpg


    Plus info et les photos :
    2012 Rousseau pour tous sur son île rénovée

     

    ©Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • 2012 Rousseau pour tous sur son île rénovée

    Imprimer

    2012 Rousseau pour tous sur son île rénovée

    C’est parti! Aujourd’hui l’île Rousseau a retrouvé ses promeneurs et à la même occasion a connu le début des célébrations du tricentenaire de son illustre philosophe. Dans une cérémonie qui a connu un grand succès et surtout une couverture médiatique très suivie en présence des autorités cantonales et fédérales. Ont pris part aux réjouissances Alain BERSET (conseiller fédéral), Pierre Losio (président du grand conseil), Charles BEER (conseiller d’Etat),  Pierre Maudet (Maire de la ville), sami Kanaan (responsable du département de la culture) et Remy PAGANI (responsable du département de l’aménagement).

    En présence des autorités municipales, cantonales et fédérales, cette cérémonie officielle est l’occasion de rappeler l’importance des commémorations en l’honneur du citoyen de Genève pour notre ville, de présenter les grandes lignes de sa riche programmation qui jalonnera l’année 2012 et de donner les principaux aspects de rénovation de l’Ile Rousseau. Celle-ci a retrouvé sa configuration d’origine avec entre autres la statue de Jean-Jacques Rousseau retournée selon sa première orientation et le pavillon selon sa silhouette initiale.

    DSC_0004.jpg
    DSC_023.jpg
    DSC_0062.jpg
    DSC_0076.jpg
    DSC_0081.jpg
    DSC_0091.jpg
    DSC_0095.jpg
    DSC_095.jpg
    DSC_0097.jpg
    DSC_0108.jpg
    DSC_0114.jpg
    DSC_0122.jpg
    DSC_0123.jpg
    DSC_0125.jpg
    DSC_0129.jpg
    DSC_0132.jpg
    DSC_0133.jpg
    DSC_0139.jpg
    DSC_0141.jpg
    DSC_0145.jpg
    DSC_0146.jpg
    DSC_0150.jpg
    DSC_0151.jpg
    DSC_0158.jpg
    DSC_0165.jpg
    DSC_0166.jpg
    DSC_0195.jpg
    DSC_0236.jpg
    DSC_0259.jpg
    DSC_0244.jpg
    DSC_0293.jpg
    DSC_0296.jpg
    DSC_0298.jpg
    DSC_0301.jpg
    DSC_0315.jpg
    DSC_0340.jpg
    DSC_0342.jpg
    DSC_0346.jpg
    DSC_0347.jpg
    DSC_9984.jpg
    DSC_0154.jpg
    DSC_0160.jpg
    DSC_9973.jpg
    DSC_047.jpg
    DSC_0143.jpg

    DSC_0366.jpg

    Photos : Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • TaPiGé, Alors les TPG ça marche?

    Imprimer

    Les genevoises et genevois étaient près d'une centaine cet après-midi pour dire leur mécontentement envers le nouveau réseau TPG. Les manifestant-e-s ont récolté des signatures à travers une pétition qui critique avant tout le concept de transbordement à Plainpalais et à Bel-Air et demande le retour des lignes 13 et 16. Surtout, c'est une volonté des citoyennes et citoyens d'être dorénavant associé-e-s par le biais d’associations notamment, aux nouveautés qui les concernent en premier lieu. Cette demande semble pertinente, lorsqu'on sait que les changements ont été fait par des techniciens, au nom de critères économiques qui permettent d'améliorer pour les TPG leur niveau d'exploitation, mais laisse de côté les préoccupations pourtant centrales des usagères et usagers. Augmenter l'offre à tout prix ne sert donc finalement pas les intérêts des TPG, qui devront à l'avenir faire primer le confort des usagers sur les intérêts économiques et la rentabilité. Par ailleurs, Genève doit clairement mettre l'accent sur la fluidité des transports publics. En effet, il ne suffit pas de construire une ligne de tram puis de décréter que Cornavin est désormais à 18 minutes de Bernex pour que l'efficacité suive (il faut non seulement le double de temps, mais en plus 1 tram sur deux fait marche arrière...). Dès lors il faut pour Genève une vraie politique qui mette en 1er lieu l'accent sur l'accès en voie propre des trams, la création d'une ligne qui traverse le pont du Mont-Blanc, et s'acheminer gentiment vers la fermeture de l'accès aux voitures dans l'hypercentre. La magistrate Michèle Künzler, a en effet été largement abandonnée par les autres départements. Or un changement aussi radical demandait des soutiens et une reconsidération générale de la politique de la mobilité à Genève. Espérons que la manifestation d'aujourd'hui et celles qui suivront permettront d'aller dans ce sens. ( Julien Cart -  Conseil Municipal ville de Genève )

    DSC_8855.jpg
    DSC_8870.jpg
    DSC_8858.jpg
    DSC_8862.jpg
    DSC_8912.jpg
    DSC_8915.jpg
    DSC_8918.jpg
    DSC_8919.jpg
    DSC_8912.jpgDSC_8924.jpg
    DSC_8929.jpg
    DSC_8944.jpg
    DSC_8947.jpg
    DSC_8954.jpg
    DSC_8957.jpg
    DSC_8964.jpg
    DSC_8974.jpg
    DSC_8976.jpg
    DSC_8974.jpg
    DSC_8975.jpg
    DSC_8980.jpg
    DSC_8989.jpg
    DSC_8996.jpg
    DSC_8984.jpg
    DSC_8987.jpg
    A lire également : Haykel EZZEDDINE : Quand une manifestation fait un flop!

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Arbre en lumière et Illuminations 2011 à Genève: 90 photos!

    Imprimer
    La manifestation Arbres en lumières 2011 à Genève

    Place de la Taconnerie

    DSC_7697.jpg
    DSC_7703.jpg
    DSC_7707.jpg
    DSC_7756.jpg
    DSC_7699.jpg
    DSC_7764.jpg
    DSC_7751.jpg
    DSC_7753.jpg

    Place de la Madeleine
    DSC_7439.jpg
    DSC_7636.jpg
    DSC_7443.jpg

    Place de la Madeleine
    DSC_7462.jpg
    DSC_7614.jpg
    DSC_7616.jpg
    DSC_7638.jpg
    DSC_7664.jpg
    DSC_7668.jpg
    DSC_7669.jpg
    Cour Saint-Pierre
    DSC_7773.jpg
    DSC_7774.jpg
    DSC_7776.jpg
    DSC_7780.jpg
    DSC_7781.jpg
    DSC_7772.jpg
    DSC_7770.jpg
    DSC_7748.jpg
    DSC_7771.jpg
    DSC_7746.jpg
    Rue du Perron
    DSC_7287.jpg
    DSC_7300.jpg
    DSC_7413.jpg
    DSC_7713.jpg
    DSC_7727.jpg
    DSC_7743.jpg
    DSC_7744.jpg
    DSC_7769.jpg
    DSC_7782.jpg
    DSC_7783.jpg
    DSC_7786.jpg
    DSC_7789.jpg
    DSC_7799.jpg
    DSC_7792.jpg
    Place Bémont
    DSC_7802.jpg
    DSC_7807.jpg
    DSC_7804.jpg
    Promenade de la Treille
    DSC_7730.jpg
    DSC_7732.jpg
    DSC_7736.jpg
    DSC_7740.jpg
    DSC_7317.jpg
    DSC_7343.jpg
    Rue de la Fontaine
    DSC_7645.jpg
    DSC_7646.jpg
    DSC_7648.jpg
    DSC_7651.jpg
    DSC_7657.jpg
    DSC_7652.jpg
    DSC_7659.jpg
    DSC_7660.jpg
    Terrasse Agrippa d'Aubigné
    DSC_7670.jpg
    DSC_7662.jpg
    DSC_7673.jpg
    DSC_7675.jpg
    DSC_7678.jpg
    DSC_7680.jpg
    İlluminations de Genève
    Place bourg-de-four
    DSC_7362.jpg
    DSC_7584.jpg
    DSC_7595.jpg
    DSC_7597.jpg
    DSC_7602.jpg
    DSC_7605.jpg
    DSC_7611.jpg
    DSC_7613.jpgPlace du Molard
    DSC_7841.jpg
    DSC_7844.jpg
    DSC_7846.jpg

    DSC_7239.jpg

    Place de la Fusterie

    DSC_7531.jpg
    DSC_7821.jpg
    DSC_7830.jpg

    Rues Basses

    DSC_7495.jpgDSC_7853.jpg

    DSC_7835.jpg
    DSC_7863.jpg
    DSC_7868.jpg
    DSC_7491.jpg
    DSC_7831.jpg
    DSC_7560.jpg
    DSC_7563.jpg
    DSC_7568.jpg
    DSC_7878.jpg
    DSC_7557.jpg
    DSC_7875.jpg
    DSC_7877.jpg©Demir SÖNMEZ
    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Pour la démission du directeur des TPG!

    Imprimer

    Tout Genève fait la fête à son nouveau réseau de tram mais au deuxième jour de la réorganisation des lignes TPG, les usagers balancent entre l'incompréhension, la colère et la résignation.

    Ce matin à 06H53 je suis à l’arrêt du tram Quidort (Petit-Lancy), Quatre trams sont arrivés direction P+R Bernex et seul un tram en direction de la ville et ce après 13 minutes d’attente! Horaire normal du tram 14 : à partir de 06H00 chaque 7-8 minutes et à partir de 07H00 chaque 5-6 minutes!

    Ce soir,  je suis sorti du travail a 17h00, j’ai pris le tram 12 direction Bel-Air et je suis descendu pour changer de tram et prendre le 14 mais il avait 20 minutes de retard. Puis je suis arrivé à l'arrêt du tram de stand, j’ai regardé l’heure sur ma montre il était 17h47.

    Mieux vaut se déplacer à pied dans ces conditions! Si on ajoute la disparition de la connexion directe entre Carouge et la Gare Cornavin, Bernex et Onex avec Moillesulaz, la coupe est pleine!

    Finalement les usagers ne sont pas contents avec ces nouvelles réorganisations car ils perdent plus de temps!  La fête du nouveau réseau de tram tourne au cauchemar.

    Avec les TPG la déception est grande. Les usagers qui commencent déjà la journée avec le stress du transport de peur d’arriver en retard sur le lieu de leur travail n’apprécient nullement ces changements qui sont sensés nous apporter confort et rapidité. Je lance un appel au directeur des Transports publics genevois qui doit être à l’écoute des usagers. Ou bien il trouve une solution à ce petchi ou qu’il démissionne! A bon entendeur!

     

    Capture d’écran 2011-12-13 à 22.51.09.png

     

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • "Vive Genève et Vive le Tram"

    Imprimer

    L'INAUGURATION DU TRAM CORNAVIN-ONEX-CONFIGNON-BERNEX

    Le samedi 10 décembre 2011, la ligne du tram Cornavin-Onex-Confignon-Bernex a été inaugurée en présence des magistrats du Canton et de la Ville de Genève (voir les photos). Si cette inauguration a attiré une foule enthousiaste, elle suscite également des inquiétudes chez une partie de la population étant donnée que l'arrivée du tram à Bernex rime avec une urbanisation effrénée de cette région (voir vidéo et info)

    DSC_4001.jpg

    DSC_4016.jpg
    DSC_4022.jpg

    DSC_4024.jpg

    DSC_4028.jpg
    DSC_4035.jpg
    DSC_4697.JPG
    DSC_4699.JPG
    DSC_4700.JPG
    DSC_4701.JPG
    DSC_4702.JPG
    DSC_4093.jpg
    DSC_4100.jpg
    DSC_4105.jpg
    DSC_4110.jpg
    DSC_4112.jpg

    DSC_4127.jpg

    DSC_4132.jpg
    DSC_4143.jpg
    DSC_4151.jpg
    DSC_4162.jpg
    DSC_4182.jpg
    DSC_4183.JPG

     

    DSC_4188.jpg
    DSC_4195.jpg
    DSC_4206.jpg
    DSC_4207.jpg

    DSC_4214.jpg

    DSC_4216.jpg
    DSC_4218.jpg
    DSC_4236.jpg
    DSC_4245.jpg
    DSC_4271.jpg
    DSC_4278.jpg
    DSC_4293.jpg
    DSC_4307.jpg
    DSC_4308.jpg
    DSC_4314.jpg
    DSC_4327.jpg
    DSC_4334.jpg
    DSC_4335.jpg
    DSC_4337.jpg
    DSC_4348.jpg
    DSC_4366.jpg
    DSC_4370.jpg
    DSC_4378.jpg
    DSC_4386.jpg
    DSC_4393.jpg
    DSC_4396.jpg
    DSC_4401.jpg
    DSC_4403.jpg
    DSC_4413.jpg
    DSC_4418.jpg
    DSC_4433.jpg
    DSC_4449.jpg
    DSC_4457.jpg
    DSC_4472.jpg
    DSC_4515.jpg
    DSC_4536.jpg
    DSC_4544.jpg
    DSC_4560.jpg
    DSC_4563.jpg
    DSC_4566.jpg
    DSC_4572.jpg
    DSC_4578.jpg
    DSC_4590.jpg
    DSC_4597.jpg
    DSC_4611.jpg
    DSC_4613.jpg
    DSC_4688.jpg
    DSC_4637.jpg
    DSC_4641.jpg
    DSC_4645.jpg
    DSC_4647.jpg

     

    ARRIVEE DU TRAM PLAN DIRECTEUR CANTONAL 2030

    QUEL AVENIR POUR NOTRE REGION ?

    L’arrivée du tram sur la route de Chancy va changer à jamais le paysage et le caractère rural de notre région en faisant d’elle un point stratégique et en induisant une urbanisation massive. Ainsi, la densification exagérée prévue dans le plan directeur cantonal 2030 aboutirait à un bassin de population de 53'000 habitants regroupant les communes d’Onex, Bernex et Confignon, ce qui correspondrait à la taille d’une ville comme celle de Neuchâtel.

    Le caractère rural et villageois de Confignon sera bel et bien amené à disparaître !

    Un développement est nécessaire, mais il doit rester raisonnable. L’explosion de

    constructions dans un cadre traditionnellement villageois ne peut amener qu’à :

    • Dégradation de la qualité de vie
    • Déclassements de zones agricoles et villas
    • Augmentation de la dépendance alimentaire
    • Disparition des zones vertes et atteinte à la nature
    • Surcharge du trafic, bouchons, pollution
    • Déstructuration du tissu social existant
    • Difficultés d’intégration
    • Délinquance, criminalité, insécurité
    • Densité démesurée sur un territoire exigu
    • Contradiction avec la nouvelle politique énergétique
    • Charges financières insupportables pour les communes

    Le plan directeur cantonal 2030

    N’APPORTE PAS DE VRAIES REPONSES A LA CRISE DU LOGEMENT !

    L` Association de Sauvegarde de Confignon (ASC) est prête à monter au combat contre les

    projets d’urbanisation à outrance de notre région.

    Si vous vous sentez concernés par l’avenir de notre région, soutenez l’action de l’ASC !

    ASC - Association pour la Sauvegarde de Confignon

    Créée en 1971 pour protéger le village de Confignon, le Val d’Aire et la presqu’île de Loëx contre les nuisances de la future autoroute de contournement, l’Association pour la Sauvegarde de Confignon renaît aujourd’hui pour défendre une nouvelle cause. Ses objectifs sont de lutter contre le projet d’urbanisation excessive prévue dans le Plan Directeur Cantonal 2030, avec pour conséquence la destruction, le déclassement, la densification et le bétonnage exagérés de la région de Confignon, Onex, Bernex. Pour sauvegarder la qualité de vie des habitants de cette zone, l’ASC aura à coeur de:


    PRESERVER le caractère villageois, rural et résidentiel du village de Confignon et du
    Val d’Aire.

    PROTEGER le patrimoine rural, les espaces verts naturels, la diversité biologique
    représentée par la renaturation de l’Aire.

    MAINTENIR la césure verte du Rhône à l’Aire.

    ENCOURAGER un développement raisonnable d’un village, d’une région, d’un canton
    avec une véritable politique de mobilité douce.

    DEFENDRE les habitants concernés, fragilisés par une densification croissante afin de
    maintenir leur qualité de vie sur la façade ouest du canton.

    RALENTIR OU S’OPPOSER au développement d’axes routiers encourageant la
    voiture et perturbant l’écosystème du Val d’Aire.

    DÉFENDEZ VOTRE QUALITÉ DE VIE ET VOTRE VILLAGE EN DEVENANT

    MEMBRE DE L’ASC !

     

    DSC_4655.jpg

    Un logement pour mes enfants

    Un récent courrier des lecteurs a fait mention de la nécessité de construire des logements afin d’en détendre le marché. Cette affirmation est répétée sans cesse tant par les autorités que par les milieux immobiliers sans être remise en cause. Pourtant, les exemples des mégapoles ou plus simplement de nos villes suisses démontrent que la construction ne permet en rien de détendre les taux de vacance mais au contraire diminue le nombre de logements libres. Genève en est un bon exemple avec un taux de vacance d’environ 0.23 soit meilleur qu’en 1985 mais nettement moins bon qu’en 1990 où il est monté à 1,6 en raison de la crise économique. Cet assèchement du marché, par la construction, est attendu car il est peu concevable d’interdire à nos enfants d’avoir eux aussi des enfants ou de créer de l’emploi. Ainsi, la croissance est exponentielle et, paradoxalement, la construction de logements ne va qu’assécher encore plus le marché. C’est l’effet boule de neige. En analysant les données en Suisse, il est facile de démontrer que seul l’essor économique est le déterminant de la cherté des logements et de leur carence. De plus, la prospérité économique est dépendante non pas du taux de construction comme en témoigne le développement remarquable de Genève mais des conditions cadres telles la fiscalité, la qualité de vie et les moyens de communication. Par pitié, pour que mes trois enfants aient demain un toit et un travail, persuadez vos autorités communales de s’opposer au projet de plan directeur cantonal 2030 qui n’est qu’une fuite en avant !
    B. Jacot Des CombesASC – Association pour la Sauvegarde de Confignon
    www.asconfignon.ch

    DSC_4666.jpg

    DSC_4681.jpg

    DSC_4680.jpg

    Maison Populaire de Genève

    www.assmp.org

    ©Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Bush, Israël et les militants à Genève!

    Imprimer

    180502_1577402447097_1596716979_31381250_1666722_n.jpgNormalement ce samedi 12 février, George W. Bush, ex-président des Etats-Unies aurait fait le voyage à Genève pour participer à un gala de récolte de fonds en faveur de l’Etat d’Israël. Face à la compagne d’hostilité dont il a fait objet, ce gala luxueux a eu lieu sans sa présence mais avec la participation d’une centaine de militants qui ont fait le pied de grue devant l’Hôtel Wilson qui a abrité les lieux des réjouissances. Il y a même eu des arrestations pour le confort de ce gala au bénéfice de l’Etat hébreux.

     

    168000_1577401487073_1596716979_31381246_3916918_n.jpg
    180085_1577401047062_1596716979_31381245_578774_n.jpg
    168043_1577415207416_1596716979_31381276_1146007_n.jpg
    180085_1577403207116_1596716979_31381253_8179001_n.jpg
    180318_1577402007086_1596716979_31381249_956053_n.jpg
    169063_1577411367320_1596716979_31381263_2752540_n.jpg
    180493_1577413447372_1596716979_31381268_2926171_n.jpg
    180565_1577403767130_1596716979_31381256_4907548_n.jpg
    180597_1577405687178_1596716979_31381262_7810777_n.jpg
    180902_1577402767105_1596716979_31381251_8035822_n.jpg
    179801_1577415487423_1596716979_31381277_8008080_n.jpg
    180970_1577405447172_1596716979_31381261_5788930_n.jpg
    181528_1577413647377_1596716979_31381269_312476_n.jpg
    181600_1577403527124_1596716979_31381254_4320842_n.jpg
    181620_1577412047337_1596716979_31381264_2070666_n.jpg
    181695_1577402967110_1596716979_31381252_7333864_n.jpg
    181770_1577404247142_1596716979_31381257_140668_n.jpg
    182243_1577404847157_1596716979_31381259_3885516_n.jpg
    182842_1577400887058_1596716979_31381244_5027549_n.jpg
    182601_1577414207391_1596716979_31381271_7485208_n.jpg
    180941_1577414887408_1596716979_31381274_7663414_n.jpg
    168965_1577414487398_1596716979_31381272_1128124_n.jpg
  • L’agresseur court toujours!

    Imprimer

    965145778.2.jpgAujourd’hui à 13h00 à l’arrêt du Bus de Bel-Air,  j’ai revu l’homme qui m’avait agressé le 13 janvier dernier.  Je me suis retrouvé de nouveau face à mon agresseur. Sa première réaction après m’avoir vu est : « Merde ! », ensuite il est venu vers moi, et pour l’éviter je suis monté dans le bus numéro 1 qui venait d’arriver.  Il m’a suivi et à son tour il est monté par la porte arrière du bus. J’ai eu le réflexe de descendre rapidement avant que le bus ne redémarre. A 13h01 j’ai téléphoné au policier qui  s’est occupé de ma plainte. Je lui ai indiqué la position du bus, sa direction ainsi que le signalement de mon agresseur. Il m’a dit qu’il s’en occupe et qu’il me donnera des nouvelles. A cette heure-ci (22h00) toujours pas de nouvelles de la part de la gendarmerie pourtant les bus disposent de caméras de surveillance pour faciliter le travail des enquêteurs!

    Cette fois encore l’agresseur parle tout seul, mais il était vêtu correctement.

    Le fait qu’il me poursuive présente encore un risque d’agression...

    « Agresseur dans la rue, que fait la police ? »

    Lien permanent Catégories : Genève 8 commentaires
  • Les arbres, les lumières et du lac

    Imprimer

     

    Les arbres, les lumières et du lac

    DSC_0537.JPG
    DSC_0546.JPG
    DSC_0553.JPG

     

    DSC_0559.JPG
    DSC_0569.JPG
    DSC_0570.JPG
    DSC_0596.JPG
    DSC_0551.JPG
    DSC_0566.JPG
    DSC_0587.JPG
    DSC_0590.JPG
    DSC_0669.JPG
    DSC_0670.JPG
    DSC_0671.JPG
    DSC_0672.JPG
    DSC_0682.JPG
    DSC_0601.JPG
    DSC_0602.JPG

     

    DSC_0603.JPG
    DSC_0606.JPG
    DSC_0607.JPG
    DSC_0608.JPG
    DSC_0609.JPG
    DSC_0610.JPG

     

    DSC_0612.JPG< /div>
    DSC_0614.JPG
    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Genève,le lac sous la neige et Je m'appelle Mardi

    Imprimer

     

    Genève, le lac sous la neige et Je m'appelle Mardi ..

     

     

     

    DSC_0096.JPG
    DSC_0100.JPG
    DSC_0102.JPG
    DSC_0104.JPG

     

    DSC_0108.JPG
    DSC_0115.JPG
    DSC_0116.JPG

     

    DSC_0117.JPG
    DSC_0128.JPG
    DSC_0130.JPG
    DSC_0134.JPG
    DSC_0139.JPG
    DSC_0140.JPG
    DSC_0142.JPG

     

    DSC_0153.JPG
    DSC_0154.JPG
    DSC_0181.JPG
    DSC_0182.JPG
    DSC_0186.JPG
    DSC_0192.JPG
    DSC_0193.JPG

     

    DSC_0198.JPG
    DSC_0205.jpg
    DSC_0209.JPG
    DSC_0217.JPG
    DSC_0219.JPG
    DSC_0223.JPG
    DSC_0244.JPG
    DSC_0250.JPG
    DSC_0259.JPG
    DSC_0260.JPG

     

    DSC_0271.JPG
    DSC_0282.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire