31/12/2016

Genève s'est réveillée sous les 23 coups de Canon

Genève s'est réveillée sous les 23 coups de Canon

DEM_0758.jpg

DEM_0598.jpg

DEM_0618.jpg

DEM_0627.jpg

DEM_0633.jpg

DEM_0670.jpg

DEM_0676.jpg

DEM_0724.jpg

DEM_0728.jpg

DEM_0769.jpg

DEM_0773.jpg

DEM_0781.jpg

DEM_0791.jpg

DEM_0821.jpg

DEM_0850.jpg

DEM_0866.jpg

DEM_0881.jpg

DEM_0917.jpg

DEM_0919.jpg

DEM_0927.jpg

DEM_0940.jpg

DEM_0955.jpg

DEM_0960.jpg

DEM_0964.jpg

DEM_0974.jpg

DEM_0988.jpg

DEM_0991.jpg

DEM_0995.jpg

DEM_0998.jpg

DEM_1003.jpg

DEM_1004.jpg

DEM_1011.jpg

DEM_1016.jpg

DEM_1022.jpg

DEM_1027.jpg

DEM_1030.jpg

DEM_1038.jpg

DEM_1053.jpg

La Restauration de la République et Canton de Genève: Vive Genève, vive la Confédération… !!!

Les photos:

http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2016/12/30/la-rest...

 

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

http://www.photographygeneva.com

 

30/12/2016

La Restauration de la République et Canton de Genève: Vive Genève, vive la Confédération… !!!

 

L1000242.jpg

 

Discours de la président du Grand ConseilJean-Marc GUINCHARD

Restauration SMG 30.12.2016 – Treille – 17 heures

Mesdames et Messieurs, en vos titres, qualités, fonctions et grades.

J’ai le plaisir de vous adresser les cordiaux messages et les amicales salutations du Grand Conseil de la République et Canton.

En particulier, je tiens à vous transmettre deux messages : l’un de reconnaissance et d’amitié d’abord, l’autre d’histoire et de mémoire.

Reconnaissance et amitié, et aussi remerciements, à la société militaire, non pas seulement pour cette commémoration, mais aussi pour ce que vous faites, Mesdames et Messieurs les officiers. Par le biais de votre vie associative, vous constituez un relais indispensable entre l’armée, les institutions et la population.

Un message de mémoire et d’histoire ensuite : Paris 1814, Vienne 1815, Turin 1816…

Trois villes, trois dates, trois traités, trois étapes.

Trois étapes qui ont scellé tour à tour :

  • la fin de l’occupation de Genève par les armées napoléoniennes,
  • l’adhésion raisonnée de Genève à la Confédération suisse,
  • la constitution d’un territoire cohérent.

En trois ans, nos ancêtres ont prouvé leur créativité. En trois ans, ils ont forgé l’avenir de Genève qui s’est agrandie ainsi de plus de la moitié de son territoire antérieur. Défis majeurs, paris audacieux, mais réussis.

Réussis, de surcroît, dans un contexte extrêmement difficile : dans une Europe dévastée par les guerres napoléoniennes, 1816 – il faut le rappeler – a été l’année sans été, mais surtout sans le moindre rayon de soleil, sous une pluie constante.

C’est un obscur volcan, le Tambora, en Indonésie en 1815, qui a engendré cette catastrophe. A la suite d’une éruption qui a dû être impressionnante, des milliers de tonnes de cendres et de souffre ont été propulsés en haute altitude, atteignant l’année suivante toute l’Europe de l’Ouest.

Conséquences :

  • des cultures dévastées ou inexistantes,
  • des milliers de morts, de faim ou de froid,
  • une émigration massive de nos concitoyens.

Seul aspect « positif » : des lieux de culte bondés, car la fin du monde était annoncée pour le 18 juillet 1816.

Dans cette situation plus que dramatique – fort bien décrite par Lord Byron dans son ouvrage « Ténèbres » - sont apparus deux éléments importants :

Une nouvelle conception de l’Etat quant à son rôle au service de ses citoyens :

  • aide sanitaire urgente,
  • régulation des prix de denrées de première nécessité,
  • distribution de vivres.

D’autre part, on assiste à un sursaut de créativité dans les domaines socio-sanitaires, littéraires, humanitaires et techniques : je n’en retiens qu’un, anedoctique.

C’est en 1817 que le baron allemand Karl von Drais invente La Draisienne, ce premier vélo, sans pédalier. Son principal objectif, en fait, était de remplacer les chevaux que l’on avait dû manger…

Genève, comme la Suisse d’ailleurs, est alors un pays d’émigration. Genève et la Suisse ont perdu une partie importante de leur population – composée de réfugiés économiques – et qui a trouvé des contrées hospitalières et accueillantes, aux USA, au Brésil, en Amérique du Sud.

Mesdames et Messieurs, en nous rappelant l’histoire, nous forgeons notre avenir. Si aujourd’hui nous sommes un pays d’immigration, nous nous devons d’être à la hauteur et de rendre la pareille.

Osons donc aujourd’hui faire preuve de la même créativité que nos prédécesseurs et de la même générosité que ceux qui les ont aidés et accueillis.

Jean-Marc GUINCHARD

Président du Grand Conseil

L1000243.jpg

L1000234.jpg

L1000228.jpg

L1000227.jpg

L1000220.jpg

L1000216.jpg

L1000208.jpg

L1000206.jpg

L1000201.jpg

L1000194.jpg

L1000191.jpg

L1000188.jpg

L1000184.jpg

L1000183.jpg

L1000180.jpg

L1000177.jpg

L1000176.jpg

L1000172.jpg

L1000171.jpg

L1000162.jpg

L1000159.jpg

L1000157.jpg

L1000147.jpg

L1000142.jpg

L1000141.jpg

L1000139.jpg

L1000137.jpg

L1000120.jpg

L1000117.jpg

L1000111.jpg

L1000109.jpg

L1000108.jpg

L1000106.jpg

L1000104.jpg

L1000102.jpg

L1000098.jpg

L1000096.jpg

L1000248.jpg

L1000252.jpg

L1000256.jpg

L1000281.jpg

L1000290.jpg

L1000286.jpg

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

23/12/2016

Paix, liberté et de justice sociale pour cette nouvelle année 2017

Je  vous souhaite une bonne et heureuse année 2017


Qu’elle soit pleine de joie de liberté, de paix et de justice sociale

carte voeux.jpg

19/12/2016

78ème Coupe de Noël

78è Coupe de Noël au Jardin Anglais à Genève

DEM_9419.jpg

DEM_0014.jpg

DEM_0029.jpg

DEM_0044.jpg

DEM_0046.jpg

DEM_0122.jpg

DEM_0160.jpg

DEM_0177.jpg

DEM_0192.jpg

DEM_0220.jpg

DEM_0232.jpg

DEM_0242.jpg

DEM_0279.jpg

DEM_0322.jpg

DEM_0354.jpg

DEM_0387.jpg

DEM_0421.jpg

DEM_0429.jpg

DEM_0441.jpg

DEM_0474.jpg

DEM_9085.jpg

DEM_9096.jpg

DEM_9102.jpg

DEM_9134.jpg

DEM_9135.jpg

DEM_9150.jpg

DEM_9167.jpg

DEM_9173.jpg

DEM_9177.jpg

DEM_9192.jpg

DEM_9194.jpg

DEM_9201.jpg

DEM_9209.jpg

DEM_9230.jpg

DEM_9261.jpg

DEM_9289.jpg

DEM_9291.jpg

DEM_9297.jpg

DEM_9305.jpg

DEM_9313.jpg

DEM_9352.jpg

DEM_9359.jpg

DEM_9450.jpg

DEM_9461.jpg

DEM_9478.jpg

DEM_9512.jpg

DEM_9525.jpg

DEM_9538.jpg

DEM_9543.jpg

DEM_9553.jpg

DEM_9588.jpg

DEM_9591.jpg

DEM_9620.jpg

DEM_9639.jpg

DEM_9646.jpg

DEM_9651.jpg

DEM_9654.jpg

DEM_9668.jpg

DEM_9677.jpg

DEM_9712.jpg

DEM_9723.jpg

DEM_9734.jpg

DEM_9736.jpg

DEM_9744.jpg

DEM_9765.jpg

DEM_9779.jpg

DEM_9783.jpg

DEM_9794.jpg

DEM_9797.jpg

DEM_9834.jpg

DEM_9840.jpg

DEM_9854.jpg

DEM_9859.jpg

DEM_9888.jpg

DEM_9927.jpg

DEM_9972.jpg

DEM_9991.jpg

DEM_0456.jpg

Pour voir la suit des Photos: 

http://www.photographygeneva.com/gallery/78e-coupe-de-noel/

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

00:56 Publié dans Fête, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18/12/2016

«Des droits pour les animaux»

L’antenne suisse de l'association antispéciste «269Life Libération Animale» a organisé le 17 décembre 2016 devant le palais des Nations unies à Genève un événement «Des droits pour les animaux». L'action s’est déroulée le samedi 17 décembre 2016 de 10h à 13h. Puis elle a mené des actions improvisées devant une enseigne de McDonald, devant une boucherie et une crèche vivante de Noël exposant des agneaux et chevaux dans le quartier de Rive et du Molard à Genève.

L1011060.jpg

L1011063.jpg

Pourquoi ? :

Selon Elisa Keller, porte-parole de l'antenne suisse de 269 Life Libération animale « chaque jour, des milliards d'animaux sont conduits dans les bouveries des abattoirs après toute une vie d’exploitation et d'esclavage. On massacre des êtres sensibles jour et nuit pour garnir les étales des supermarchés et des magasins à cause de notre société spéciste. C'est une injustice à laquelle il est temps de mettre fin ».

Elisa Keller a déclaré : « Les animaux sont des êtres sensibles et sociaux, des êtres qui tiennent à leur vie, auxquels notre société inflige un traitement violent en toute impunité. Ce n'est pas parce que les animaux ne nous ressemblent pas physiquement qu'ils ne méritent pas de vivre. Les animaux ne sont pas des marchandises destinées à notre usage, mais des êtres ressentant des émotions dont les intérêts doivent être respectés. Comme nous, ils sont Terriens, et comme nous, ils sont ici pour des raisons qui leurs sont propres. Leur vie a une importance qui ne se chiffre pas en prix au kilo. Leur vie n'appartient qu'à eux-mêmes, tout comme notre vie nous appartient. Le temps est venu pour notre société de reconnaître le droit à la vie et à la liberté pour tous les êtres sensibles ! »

Quelques mois après la diffusion des enquêtes réalisées par L214 en France et par la fondation Mart en Suisse, l'association 269Life Libération Animale estime qu’il est également essentiel de rendre visibles les endroits qui font commerce de l'exploitation et du meurtre d'êtres sentients et d'informer le public que la consommation des produits animaux ne va pas de soi et ne constitue pas un geste banal sans conséquences. Pour 269Life Libération Animale, association connue pour ses actions choc et son discours sans concessions, il est temps de passer à l'offensive et d'aller au devant des oppresseurs des animaux qui font commerce de la souffrance et réduisent les animaux à des produits destinés à notre usage (leur niant ainsi toute singularité et dignité). Dans ce cadre, Elisa Keller a déclaré ce qui suit : « Regardés comme des êtres déficients, les animaux ne sont perçus que comme matière première. A l’heure actuelle, on sait qu'ils sont des êtres sensibles capables d’émotions, de sentiments et d’intelligence, et il est démontré que la consommation de produits animaux n'est en aucun cas une nécessité. Alors comment peut-on encore justifier l'existence de l'élevage et des abattoirs ? »

Nos arguments.- L’Homme n’aime pas se dire que les animaux sont intelligents ou souffrent car leur exploitation lui poserait un problème moral. A l'heure où chacun prétend aimer les animaux, il est frappant de constater que notre société les traite encore plus négligemment que des objets. Appartenant au mouvement idéologique que l’on nomme l’antispécisme, l'association 269 Life Libération Animale ne revendique pas simplement l’amélioration de leurs conditions d’élevage : c’est l’exploitation elle-même qui est indéfendable et qui doit être abolie. Les animaux sont des êtres sensibles, capables d'émotions, de sentiments, de connaissance, de raison comme les humains mais parce qu’ils ne parlent pas le même langage que nous, parce qu’ils ne poussent pas toujours de cris audibles pour l’oreille humaine, nous ignorons leur souffrance. Il est pourtant temps de procéder à une révolution éthique et d'inclure définitivement l'animal dans notre sphère de considération morale. A travers l’histoire de l’humanité, toutes les atrocités ont été rendues possibles parce que la population détournait le regard d’une réalité trop douloureuse à affronter. Cessons de faire de la différence une inégalité qui nous pousse à considérer les animaux comme des êtres inférieurs.

Les êtres humains n’ont pas besoin de produits d’origine animale pour vivre en bonne santé. L’existence de millions de véganes dans le monde prouve qu’il est possible de se nourrir sainement sans prendre part au carnage.

A propos de 269Life Libération Animale : Ce mouvement international combat le spécisme et l'exploitation des animaux (le fait que ceux-ci soient traités comme nourriture, comme matériaux de laboratoire, comme vêtements ou comme objets de divertissements). 269Life Libération Animale exige la justice pour les victimes animales concernées et appelle à la participation d'un boycott mondial des produits issus de l'exploitation et du meurtre des animaux afin que des milliards d'êtres sensibles soient épargnés.

L1011051.jpg

L1011053.jpg

L1011056.jpg

 

L1011058.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

16/12/2016

Les Genevoises ont "fumé" leur dettes.

A l'appel de l’artiste plasticienne Elena Montesinos, les genevoises se sont rassemblés devant le Crédit Suisse de Bel-Air du passage de la Monnaie, pour défiler jusqu’à la Pointe de la Plaine de Plainpalais où ils ont mis feu à leurs documents; amendes, actes de poursuite, rappels… Un véritable «bûcher des endettés»

DEM_8960.jpg

DEM_9067.jpg

DEM_8838.jpg

DEM_8840.jpg

DEM_8845.jpg

DEM_8853.jpg

DEM_8869.jpg

DEM_8890.jpg

DEM_8912.jpg

DEM_8916.jpg

DEM_8920.jpg

DEM_8925.jpg

DEM_8944.jpg

DEM_8971.jpg

DEM_9006.jpg

DEM_9047.jpg

DEM_9055.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

12/12/2016

Grand cortège historique de l’Escalade: La vie quotidienne à Genève au début du XVIIe siècle

Grand cortège historique de l’Escalade: La vie quotidienne à Genève au début du XVIIe siècle

DEM_7976.jpg

DEM_7761.jpg

DEM_7454.jpg

DEM_7472.jpg

DEM_7485.jpg

DEM_7486.jpg

DEM_7501.jpg

DEM_7511.jpg

DEM_7529.jpg

DEM_7532.jpg

DEM_7578.jpg

DEM_7610.jpg

DEM_7616.jpg

DEM_7610.jpg

DEM_7625.jpg

DEM_7642.jpg

DEM_7650.jpg

DEM_7714.jpg

DEM_7731.jpg

DEM_7732.jpg

DEM_7740.jpg

DEM_7744.jpg

DEM_7755.jpg

DEM_7777.jpg

DEM_7827.jpg

DEM_7784.jpg

DEM_7838.jpg

DEM_7810.jpg

DEM_7855.jpg

DEM_7868.jpg

DEM_7884.jpg

DEM_7906.jpg

DEM_7924.jpg

DEM_7936.jpg

DEM_7937.jpg

DEM_7959.jpg

DEM_7972.jpg

DEM_7995.jpg

DEM_7997.jpg

DEM_8015.jpg

DEM_8035.jpg

DEM_8053.jpg

DEM_8084.jpg

DEM_8156.jpg

DEM_8180.jpg

DEM_8207.jpg

DEM_8220.jpg

DEM_8241.jpg

DEM_8265.jpg

DEM_8328.jpg

DEM_8370.jpg

DEM_8392.jpg

DEM_8403.jpg

DEM_8417.jpg

DEM_8430.jpg

DEM_8433.jpg

DEM_8458.jpg

DEM_8463.jpg

DEM_8490.jpg

DEM_8503.jpg

DEM_8518.jpg

DEM_8524.jpg

DEM_8533.jpg

DEM_8551.jpg

DEM_8542.jpg

DEM_8550.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

11/12/2016

Manifestation à Genève : « Non à la dictature d'Erdogan ! »

A l'appel de plusieurs partis politiques et organisations de la société civile (suisses, kurdes et turques), plus de 200 personnes ont manifesté à Genève contre « la dictature d'Erdogan ». Rassemblées à la place Neuve, les manifestants ont marché jusqu'à la place des Nations, en scandant « Erdogan assassin », « Liberté aux parlementaires du HDP », etc. On pouvait lire sur une des bandroles : « Stop Erdogan » ! Les personnalités suivantes ont pris part à la manifestations : Mme Laurence Fehlmann Rielle, Conseillère nationale socialiste, Mme Anne Mahrer, ancienne Conseillère nationale membres des Verts, Mme Frédérique Perler, députée la vert au Grand Conseil M. Jean-Charles Rielle, député socialiste au Grand Conseil Genevois, M. Pierre Vanek, député au Grand Conseil Genevois, membre de la solidarité, M. Albert Rodrick, ancien député socialiste au Grand Conseil Genevois.

Lors de cette manifestation, les personnalités suivantes ont pris la parole : M. Ueli Leuenberger, ancien Président des Verts suisses et ancien Conseiller national, M. Carlo Sommaruga, Conseiller national socialiste, M. Jean Batou, député au Grand Conseil Genevois et membre de solidaritéS, Mme Marianne Ebel, représentante de la Marche Mondiale des Femmes et M. Jean Ziegler. Ils ont tous condamné le régime dictatorial d'Erdogan et exigé la libération des prisonniers politiques, dont les parlementaires incarcérés, tout en demandant l'intervention du gouvernement suisse et institutions internationales (Conseil de l'Europe, ONU, etc.).

DEM_7365.jpg

DEM_7116.jpg

DEM_7117.jpg

DEM_7128.jpg

DEM_7151.jpg

intervention, au nom de la Marche mondiale des femmes /Marianne Ebel

En Turquie les droits des femmes et des peuples sont aujourd’hui purement et simplement supprimés.

Suite à la tentative du coup d’État manqué, nous assistons à une vague de répression sans précédent en Turquie. Maisons d’édition, chaînes de télévisions, stations de radios et journaux d’oposition interdits. Arrestation et emprisonnement de journalistes, d’intellectuel-le-s, de député-e-s du HDP.

STOP ! STOP ERDOGAN !

STOP à cette escalade de la répression aux portes de l’Europe.

Depuis le 11 septembre, 37 co-maires de municipalités kurdes ont été arrêté-e-s et des administrateurs non-élus ont été nommés dans 35 municipalités.

Les femmes sont les premières cibles

Les centres pour femmes de toutes ces municipalités ont tous été fermés et les femmes qui travaillaient dans ces centres ont été licenciées. Des documents contenant des informations confidentielles sur 2.000 victimes de violences ont été saisis par les administrateurs. L’autodétermination et l’autonomie des femmes sont attaquées, les réalisations historiques du mouvement de femmes sont détruites.

Plus de 100 ‘ 000 fonctionnaires ont ainsi été limogés ou mis à pied au sein des services de santé, d’éducation et de justice. Ces purges massives du secteur public affectent les femmes au premier plan, comme travailleuses dans ces secteurs, mais aussi comme bénéficiaires des services fournis par les professionnel-le-s de la santé et de l’éducation.

Le 11 novembre 2016, le Ministère de l’intérieur a annoncé, au nom de la loi de l’état d’urgence, la suspension des activités de 370 ONG, dans 39 provinces. Suite à cette annonce, les bureaux d’associations de femmes combattant toutes sortes de violences contre les femmes et les mariages d’enfants ont été scellés sans préavis.

Parmi les ONG mises sous scellées, on trouve le KJA (Congrès des femmes libres) et l’Association des Femmes Arc-en-ciel sont des membres actives de la MMF ; mais aussi VAKAD (association de femmes de Van), l’Association des Femmes de Selis, le Toit des femmes de Muş, l’Association de Solidarité des Femmes Bursa Panayir, l’association Vie de femmes Adiyaman et l’Association de femmes Ceren sont des organisations féministes bien connues pour leur lutte contre les discriminations liées au genre et les violences sexuelles. La suspension des activités des organisations de femmes est une attaque directe contre les femmes qui luttent contre la violence, et contre toute tentative des femmes de s’organiser en tant que pouvoir.

L’Association Progressiste des Avocats et l’Association des Avocats pour la Liberté, qui représentent des victimes de tortures et discriminations ont également été fermées, alors que la torture et les mauvais traitements en prison ne font qu’empirer.

Toutes ces arrestations arbitraires violent les droits à la liberté d’expression et d’association garantis par des conventions internationales ratifiées par la Turquie. L’état d’urgence outrepasse les obligations de la Turquie face au droit international et jette aux orties des libertés et des droits chèrement acquis.

 

Dans les prisons turques, la répression a franchi un seuil supplémentaire, intolérable, depuis le coup d’Etat manqué et la mise en place de l’état d’urgence.

Torture -physique et morale-, harcèlement, fouilles à nu, sont imposés aux prisonniers et prisonnières politiques. Des rapports médico-légistes attestent des violences extrêmes dans plusieurs prisons pour femmes. Cette recrudescence de la violence à l’intérieur des prisons contre les prisonniers et prisonnières politiques n’est pas le fait isolé de gardiens ou de responsables locaux. Cette politique répressive est “justifiée” d’en haut, et validée par l’idéologie qui préside à l’état d’urgence « mater l’ennemi intérieur ». En ce qui concerne les dangers qui pèsent principalement sur les femmes et sur les LGBTI, une vigilance particulière s’impose, afin que la dénonciation d’agressions et de violences sexuelles soit immédiate et trouve ses retentissements en Europe.

Il faut tisser des liens au travers des barreaux, si possible pas seulement avec quelques personnalités, même si cela permet de parler de toutes et tous.

La Marche mondiale des femmes en Suisse soutient les appels lancés par les familles et ami-e-s des prisonniers et prisonnières politiques en Turquie. Développons des échanges, des parrainages, prenons des initiatives telles que celles qui sont proposées pour Zehra Dogan’a journaliste emprisonnée qui vient d’être provisoirement libérée, mais qui sera rejugée début 2017, ou pour l’écrivaine Asli Erdogan, dont le dernier livre « Le Bâtiment de pierre » est lu jour après jour dans de nombreuses librairies en Suisse romande entre le 1er et le 24 décembre. « Lire pour qu’elle soit libre » ! Lire, écrire, manifester pour que ce régime totalitaire ne puisse pas se mettre en place aux portes de l’Europe dans l’indifférence et un silence complice.

Nous, la Marche Mondiale des Femmes, appelons toutes les femmes à faire preuve de solidarité et sororité face à ce régime d’horreur, patriarcal, coercitif et opprimant qu’est la Turquie d’aujourd’hui.

Le Comité international de la Marche mondiale des femmes lance un appel pour que partout les femmes

* mobilisent les lobbies internationaux à travers des instruments internationaux tels que ONU FEMMES, la convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations, le Lobby Européen des Femmes,

* organisent des délégations internationales pour rendre visite aux femmes prisonnières ainsi qu’aux organisations de femmes illégalement scellées ;

* organisent toute forme d’action, qu’elle soit virtuelle ou dans la rue en utilisant tous les moyens de communication possibles.

 

En Suisse, nous appelons le Conseil fédéral, le Conseil de l’Europe, l’OSCE et les Nations unies à mettre fin à ce coup d’Etat politique. Le gouvernement turc doit

  • relâcher et réintégrer dans leurs fonctions tous/tes les co-maires démocratiquement élu-e-s ; libérer tous les prisonniers et prisonnières politiques arrêté-es illégalement pour leurs idées ;
  • mettre fin aux suspensions arbitraires des activités des ONG ;
  • respecter les valeurs démocratiques et la liberté des syndicats
  • respecter et protéger les droits et les libertés ;
  • mettre fin immédiatement à l’état d’urgence ainsi qu’aux décrets exécutifs en tant qu’outils de répression des mouvements de protestation.

TANT que toutes les femmes ne sont pas libres, nous serons en marche !

DEM_7165.jpg

DEM_7175.jpg

DEM_7178.jpg

Discours d’Ueli Leuenberger, ancien Conseiller national, ancien président des Verts suisse

DEM_7184.jpg

Nous sommes le 10 décembre, journée internationale des droits de l’Homme. Ces droits fondamentaux fixés dans la déclaration universelle de 1948 sont violés d’une manière grave dans de nombreux pays sur notre planète. Avant de parler de la Turquie, j’ai une pensée particulière pour l’horreur qui continue à Alep et dans d’autres endroits de la région, en criant haut et fort que l’horreur doit cesser immédiatement.

Nous sommes rassemblés aujourd’hui en solidarité avec toutes celles et ceux qui luttent contre la dictature et pour le rétablissement de la démocratie en Turquie.

D’autres intervenants vont parler plus en détail de l’inventaire des violations des droits de l’Homme, des horreurs envers les démocrates, peu importe s’ils appartiennent à des minorités ou non. Dans la Turquie d’aujourd’hui, dans la Turquie du dictateur Erdogan on fait la chasse aux femmes, hommes, associations, organisations et partis politiques qui s’appuient dans leur engagement sur les droits universels des droits de l’Homme. On enferme, on torture, on ferme des rédactions et enferme les journalistes, on enferme des députés démocratiquement élu par le peuple. C’est ça la réalité du pays qui est candidat pour devenir membre de l’Union Européenne.

J’appelle à la mobilisation de toutes les forces démocratiques en Suisse, à une mobilisation au coté et avec nos concitoyennes et concitoyens originaire de Turquie qui vivent et travaillent chez nous, pour que le Conseil fédéral prenne enfin clairement position, en condamnent vigoureusement les violations des droits de l’homme en exigeant l’arrêt de la répression et le respect des droits démocratiques et des droits de l’Homme.

Pour le Conseil fédéral et certains milieux politiques les intérêts économiques de certaines entreprises suisses pèsent malheureusement depuis longtemps plus lourdement que les droits de l’Homme. Depuis des années, le Conseil fédéral, comme de nombreux autres gouvernements européens fait des courbettes et reste silencieux devant les dirigeants turcs quand il s’agit des droits des Kurdes, des Arméniens. Tout cela pour ne pas les hérisser semble-t-il ! La Suisse, siège de l’ONU, du Haut-commissariat des droits de l’Homme et garante de la Convention de Genève doit enfin assumer ses responsabilités face à la Turquie !

Le Conseil fédéral dit souhaiter le dialogue avec la Turquie, dit être préoccupé etc. etc.

Quel dialogue? De la part du gouvernement turc, il n'y a pas la moindre volonté de dialogue détectable. Que le Conseil fédéral dise enfin clairement qu’il exige la libération de tous les élus – nationaux et locaux et le rétablissement dans leurs fonctions de ces derniers, le respect de la séparation des pouvoirs et de tous les droits démocratiques, l'interdiction de la torture.

Une attitude claire et ferme de la part du gouvernement et aussi de notre part, représentants d’organisations politiques, syndicales, humanitaires est d’autant plus urgent comme message clair comme un signal pour la communauté turque chez nous. Je suis inquiet de voir, à quel point de nombreux travailleurs d’origine turcs vivant chez nous se laissent empoisonner par la propagande d’Erdogan et de ses agents.

Les droits de l’homme ne sont pas à géométrie variable. Ils sont valables pour toutes les femmes, pour tous les hommes. Ici, en Turquie et par tout dans le monde !

Manifestation de solidarité pour la démocratie en Turquie - 10 décembre 2016

DEM_7202.jpg

DEM_7194.jpg

DEM_7199.jpg

DEM_7205.jpg

DEM_7207.jpgDEM_7223.jpg

DEM_7246.jpg

DEM_7270.jpg

DEM_7281.jpg

DEM_7288.jpg

DEM_7290.jpg

DEM_7318.jpg

DEM_7329.jpg

DEM_7349.jpg

DEM_7355.jpg

DEM_7394.jpg

DEM_7395.jpg

DEM_7429.jpg©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

09/12/2016

Le cortège de l'Escalade des collégiens

Le cortège de l'Escalade des collégiens

DEM_6659.jpg

DEM_6676.jpg

DEM_6686.jpg

DEM_6689.jpg

DEM_6693.jpg

DEM_6699.jpg

DEM_6703.jpg

DEM_6708.jpg

DEM_6711.jpg

DEM_6719.jpg

DEM_6727.jpg

DEM_6735.jpg

DEM_6740.jpg

DEM_6744.jpg

DEM_6758.jpg

DEM_6762.jpg

DEM_6768.jpg

DEM_6773.jpg

DEM_6777.jpg

DEM_6778.jpg

DEM_6786.jpg

DEM_6788.jpg

DEM_6791.jpg

DEM_6797.jpg

DEM_6798.jpg

DEM_6803.jpg

DEM_6817.jpg

DEM_6822.jpg

DEM_6831.jpg

DEM_6862.jpg

DEM_6867.jpg

DEM_6880.jpg

DEM_6896.jpg

DEM_6906.jpg

DEM_6916.jpg

DEM_6922.jpg

DEM_6926.jpg

DEM_6935.jpg

DEM_6940.jpg

DEM_6942.jpg

DEM_6943.jpg

DEM_6951.jpg

DEM_6954.jpg

DEM_6956.jpg

DEM_6959.jpg

DEM_6961.jpg

DEM_6964.jpg

DEM_6968.jpg

DEM_6972.jpg

DEM_6974.jpg

DEM_6981.jpg

DEM_6987.jpg

DEM_6991.jpg

DEM_6995.jpg

DEM_7001.jpg

DEM_7006.jpg

DEM_7015.jpg

DEM_7018.jpg

DEM_7020.jpg

DEM_7023.jpg

DEM_7026.jpg

DEM_7037.jpg

DEM_7039.jpg

DEM_7057.jpg

DEM_7079.jpg

DEM_7080.jpg

DEM_7086.jpg

DEM_7095.jpg

DEM_7097.jpg

DEM_7105.jpg

DEM_7110.jpg

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/le-cortege-de-le...

 

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ 

07/12/2016

APPEL manifestation contre le dictateur ERDOGAN

MANIFESTATION Samedi 10 décembre 2016 · 14h · Pl. Neuve · Genève Journée Internationale des Droits Humains

ErdoganNazi.jpg

Liberté pour tous les députés du HDP  ! — Levée immédiate de l’interdiction qui pèse sur 1490 ONG, notamment les associations de femmes  !

2016-12-10-manif-Turquie-A3.png


Venez nombreuses et nombreux pour dénoncer la répression politique massive contre l’opposition démocratique en Turquie, le mouvement politique kurde, les ONG, dont les associations de femmes, et contre la liberté des médias. Unissons nos voix pour dénoncer le silence de la Suisse et de l’Europe qui contribue à renforcer la dictature d’Erdogan.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre 2016, un coup d’Etat a été commis contre la volonté politique du peuple kurde en Turquie. Un putsch politique a été perpétré lorsque la police turque a forcé les portes des domiciles de 12 députés du HDP (Parti démocratique des Peuples, troisième force politique du pays), parmi lesquels ses co-présidents, et procédé à leur arrestation.

Le 7 novembre, Erdogan a déposé des plaintes pénales contre tous les membres du groupe CHP (Parti républicain du peuple) au Parlement turc avec le prétexte que la plus grande force oppositionnelle du pays l’avait diffamé.

Le 12 novembre 2016, le gouvernement turc a interdit 370 ONG qui luttent pour le respect des droits humains, soutiennent les victimes de violence et s’engagent pour la culture des Kurdes et d’autres minorités. Entre autres, toujours sous prétexte de l’Etat d’urgence, ce sont toutes les associations de femmes qui ont été interdites en Turquie. Les forces de sécurité de l’Etat turc ont posé des scellés et fermé les locaux du KJA (Congrès des femmes libres) à Diyarbakir. C’est une atteinte directe aux droits des femmes et une grave remise en question des acquis et du travail mené par les mouvements autonomes des droits des femmes .

Mi-novembre, les autorités judiciaires ont licencié 203 juges et procureurs, invoquant leurs lines supposés avec l’organisation de l’imam turc Fetullah Gülen. Les univtersités sont également privées de leurs compétnces d’élire leurs propres recteurs.

«  Une fois de plus, le principe selon lequel «  la souveraineté appartient sans exception au peuple  », inscrit en grosses lettres sur la façade de l’Assemblée nationale turque, a été piétiné. Dans la Turquie d’aujourd’hui, la souveraineté n’appartient d’aucune manière au peuple, elle a été confisquée par le président turc Recep Tayyip Erdogan, par l’administration de son parti, l’AKP, et par sa police répressive. Le HDP représente le seul obstacle politique réel face au règne du parti et de la pensée uniques en Turquie.  » (Communiqué du HDP concernant l’arrestation de ses député·e·s).

L’administration de l’AKP a profité du coup d’Etat manqué du 15 juillet, qui lui a servi de prétexte pour engager une campagne contre l’opposition démocratique, le mouvement politique kurde, contre les organisations de femmes et contre toutes les voix d’opposition dans les médias et à l’université. La Turquie post-15 juillet n’est plus gouvernée par l’Etat de droit qui a tout simplement été anéanti, mais par des décrets lois (Kanun Hükmünde Kararnameler - KHK) qui sont la «  constitution d’Erdogan  ».

La Turquie est en pleine négociation pour son adhésion à l’Union européenne, mais sa politique totalitaire et liberticide la place sur un chemin effrayant, celui de la guerre civile et des ravages qu’elle engendre. Des parlementaires et des maires représentant la volonté des électeurs•trices sont pris en otage ; des administrateurs désignés par le gouvernement remplacent les maires destitués ; les médias d’opposition, qui sont la voix et l’oreille de la société, sont muselés ; les journalistes et les membres des réseaux associatifs sont arrêtés ; les universitaires et les fonctionnaires sont limogés en masse du jour au lendemain ; la société civile et les organisations féministes et féminines sont réprimées.

En 1994, l’arrestation des membres du mouvement politique kurde avait entraîné un conflit qui a causé la mort de milliers de personnes et le déplacement forcé de millions d’autres. Aujourd’hui, 22 ans après, la répression politique exercée contre le mouvement politique kurde et d’autres forces d’opposition ne fera qu’alimenter la guerre. Dans les années 90, la politique négationniste et guerrière turque avait contraint des centaines de milliers de Kurdes et de Turcs à se réfugier en Europe.

Aujourd’hui, les Etats européens gardent le silence en raison des accords passés avec la Turquie concernant les réfugié·e·s. Cependant, la campagne actuelle de répression pourrait entraîner une vague de migration de millions de Kurdes et de Turcs vers l’Europe.

Pour ces raisons :

Nous appelons le Conseil fédéral, le Conseil de l’Europe, l’OSCE et les Nations unies, à prendre des mesures pour mettre fin à ce coup d’Etat politique en Turquie ;

Nous appelons les autorités suisses à ne pas se limiter à de simples déclarations et à prendre des mesures concrètes et effectives ;

Nous appelons le Conseil fédéral à exiger la libération immédiate des politicien•e•s, des journalistes, des enseignant-e-s et des militant-e-s, retenus prisonniers arbitrairement ;

Nous appelons le Conseil fédéral à exiger la levée immédiate de l’interdiction qui pèse sur les associations féminines et féministes en Turquie ;

Le CICR et le Conseil de l’Europe doivent exiger de pouvoir visiter les prisonniers et prisonnières en attendant leur libération ;

Le Conseil Fédéral doit demander à ce que la mission d’observation planifiée de longue date par l’ONU au sud-est du pays soit finalement acceptée par le gouvernement turc ;

Nous appelons le Conseil Fédéral à donner mandat à l’officier de liaison, récemment nommé auprès de la Turquie, de rassembler les éléments de preuves relatifs aux crimes de guerres et aux atteintes graves aux droits humains perpétrés en Turquie et au Kurdistan ;

La collaboration de la Suisse avec les services secrets turcs doit immédiatement être interrompue, et cela aussi longtemps que les droits humains ne seront pas garantis en Turquie et que l’autodétermination du peuple kurde sera traitée militairement et non politiquement ;

Toute exportation de matériel de guerre et de minutions en provenance de la Suisse doit cesser, comme celle de tout matériel ou licences dont l’utilisation pourrait être détournée. Le Conseil fédéral doit mettre un terme à tout soutien apporté à l’industrie d’armement turque, jusqu’à ce que l’état de droit et la démocratie soient restaurés en Turquie.

Parti Socialiste Suisse

Les Verts Suisse

solidaritéS CH

Mouvement des Femmes Kurdes Suisse Marche Mondiale des Femmes Suisse

Centre Kurde des droits de l’homme

Dem-Kurd / HDK-Suisse

Maison Populaire de Genève

05/12/2016

Manifestation contre l’accord TISA à Genève

Quelque 600 manifestants ont défilé dimanche après-midi dans les rues de Genève pour protester contre l’Accord sur le commerce des services.

Les manifestants ont dénoncé un traité «destructeur et inique». TISA est une attaque contre le bien commun, a déclaré un membre de SolidaritéS. Le député socialiste Roger Deneys a mis en garde contre un démantèlement des acquis sociaux qu’il faut «combattre jour après jour».

Plusieurs orateurs ont aussi critiqué l’opacité des négociations en marge de cet accord. Cinquante Etats, dont la Suisse, souhaitent aboutir à un accord rapidement. Les ONG ont, dès le début des négociations en 2013, dénoncé une grave atteinte des droits démocratiques.

Le Comité Stop TISA Genève a demandé l’arrêt immédiat des négociations et l’abandon définitif du projet TISA. Selon cet organisme, ce traité dit de libre-échange donne aux multinationales les clés du pouvoir et soumet les services publics ou privés à la concurrence.

Forces de l’ordre bien visibles

Sur appel des ONG, des syndicats et de l’ensemble de la gauche, les manifestants se sont rassemblés dans le froid près de la gare Cornavin. Le cortège a défilé sur le Pont du Mont-Blanc, dans la rue du Rhône, aux Pâquis pour terminer devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), tout près de l’ONU.

Les protestataires étaient encadrés par des forces de l’ordre bien visibles. La police avait à l’oeil une vingtaine de jeunes dont certains avaient le visage dissimulé. Quelques fumigènes ont été allumés dans la rue du Rhône. Aucun autre incident n’a perturbé la manifestation. De nombreux chants contre les multinationales ont réchauffé l’ambiance.

Lundi 05 décembre 2016  ATS

DEM_6263.jpg

DEM_6400.jpg

DEM_6132.jpg

APPEL DE LA MANIFESTATION STOP TISA
TiSA est un traité négocié entre 50 pays, en totale opacité, depuis début 2012.
Imaginez un monde où...
...les cantines scolaires appartiennent à des firmes telles que Coca Cola, Starbucks ou McDonald’s.

...Nestlé décide de faire venir des travailleurs de pays à bas salaires pour réduire leurs coûts de production au détriment des travailleurs locaux.

L’objectif de TiSA : libéraliser l’ensemble des services
Cela veut dire les soumettre à la concurrence internationale et les déréglementer au maximum, qu’il s’agisse de services publics, de services subventionnés ou mandatés.
Les prestations fournies seront dès lors considérées comme de la concurrence déloyale par les multinationales.
L’Etat (donc le contribuable) devra alors subventionner à même hauteur un service public et son homologue du secteur privé. Même les acquis sociaux et syndicaux seront attaqués.

La démocratie, un « obstacle au commerce » ?
Certaines politiques publiques, même décidées démocratiquement, dans le domaine des transports, de l’énergie, de l’environnement, de la protection des consommateurs ou encore de la santé et de la formation deviendront inapplicables car considérées comme des « obstacles non nécessaires au commerce », des obstacles aux profits et aux intérêts des multinationales, au détriment des petites et moyennes entreprises locales et des associations.

Activité qui s’étend du commerce à l’administration incluant les services et médias publics, les transports, la gestion de l’eau et de l’énergie, le traitement des déchêts, les activités financières et immobilières, les services aux entreprises et aux particuliers, l’éducation, la santé, l’action sociale, etc.

Des tribunaux d’arbitrage privés
TiSA prévoit, comme les autres traités (CETA, TAFTA...), un organisme de règlement des différends Etat contre Etat, compatible avec celui de l’OMC, c’est-à-dire basé sur un arbitrage privé, avec à la clef des millions d’indemnisations pour les multinationales, si les profits se trouvent être limités par des lois de l’Etat « fautif ».

Encore davantage d’austérité
Ce traité renforce les politiques d’austérité, déjà pratiquées actuellement par nos Etats, politiques n’ayant d’autre dessein que de renforcer les privatisations au seul profit des actionnaires. Une fois privatisés, les services deviendront inaccessibles aux plus démunis et appauvriront les classes moyennes.
se déclarer

« Zone hors-TiSA » : une démarche indispensable
Conscientes de la menace qui pèse sur nos droits démocratiques, plusieurs communes se sont déjà déclarées « zones hors TiSA » : Ville de Genève, Carouge, Meyrin, Plan-les-Ouates, Puplinge, Lausanne, Vevey, Renens, Sainte-Croix, Biasca, Le Locle, Berne, Zurich et Bellinzone.

En novembre 2015, le Grand Conseil genevois a approuvé à une écrasante majorité une résolution demandant que le Canton de Genève se déclare « zone hors-TiSA ».
En Europe, 2000 collectivités se sont déclarées contre les accords de « libre-échange ».

CLAUSE CLIQUET
(« RATCHET »)
Système de « crémaillère » qui agit de sorte à ce que l’Etat ne puisse plus revenir sur une décision de libéralisation, c’est-à-dire qu’il ne pourra plus jamais nationaliser ce qui a été privatisé.

CLAUSE GEL
(« Standstill »)
Tout service qui est aujourd’hui privatisé devrait le rester. Avec TiSA, une caisse d’assurance maladie publique ne serait plus jamais possible en Suisse !

Mobilisons-nous !
TiSA est un danger pour les services publics et porte gravement atteinte à nos droits démocratiques. Quant à nous, citoyens, il est urgent et vital de nous informer et surtout de nous mobiliser contre TiSA !
La négociation continue, sa finalisation est prévue pour début 2017 !
Notre revendication : l’arrêt immédiat des négociations !

STOP TISA Genève, Stop-TiSA-VD, Stop-TiSA-Bâle, Acidus, Adetra, AGEEP, Alliance Sud, Les Amis du Monde Diplomatique, Assoc. de Soutien au Peuple Grec, Attac Suisse, Attac France (Officiel), ATTAC Genève, CADTM, Cartel intersyndical du personnel de l'Etat et du secteur subventionné, CGAS, CJP, FAMCO, Les Verts Genevois, MvRC, Parti Du Travail Genève, PRG, PSI - Public Services International, solidaritéS Genève, SEV CGN, SPG, SSP Région Genève, Syndicom Section Genève, Unia Genève, Parti Socialiste, SIT

DEM_6101.jpg

DEM_6106.jpg

DEM_6112.jpg

DEM_6118.jpg

DEM_6121.jpg

DEM_6142.jpg

DEM_6144.jpg

DEM_6155.jpg

DEM_6163.jpg

DEM_6168.jpg

DEM_6188.jpg

DEM_6209.jpg

DEM_6222.jpg

DEM_6226.jpg

DEM_6249.jpg

DEM_6276.jpg

DEM_6301.jpg

DEM_6316.jpg

DEM_6307.jpg

DEM_6326.jpg

DEM_6367.jpg

DEM_6400.jpg

DEM_6372.jpg

DEM_6404.jpg

DEM_6406.jpg

DEM_6416.jpg

DEM_6429.jpg

DEM_6442.jpg

DEM_6468.jpg

DEM_6501.jpg

DEM_6504.jpg

DEM_6515.jpg

DEM_6506.jpg

DEM_6517.jpg

DEM_6526.jpg

DEM_6533.jpg

DEM_6540.jpg

DEM_6549.jpg

DEM_6558.jpg

DEM_6576.jpg

DEM_6595.jpg

DEM_6600.jpg

DEM_6614.jpg

DEM_6622.jpg

DEM_6634.jpg

DEM_6637.jpg

DEM_6639.jpg

DEM_6648.jpg

DEM_6651.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

01/12/2016

Hommage à Fidel Castro, camarade des peuples du monde entier.

Près de 200 personnes se sont rassemblé sur la place des nations pour rendre hommage au plus grand leader du XXe siècle, leader de la révolution cubaine, le camardes des peuples d' Amérique latine et du monde entier.

DEM_3625.jpg

DEM_3489.jpg

Gracias Comandante !

Fidel a été l’incarnation de la révolution, c’est-à-dire, la preuve vivante qu’un petit groupe de jeunes hommes et jeunes femmes déterminés peuvent sortir un peuple entier de la misère et de l’humiliation et lui procurer une existence collective digne, libre, heureuse, juste, à l’abri de l’angoisse du lendemain.
 
Comme la révolution française, la révolution cubaine a été, de ses débuts, universelle, pratiquant une solidarité intransigeante au-delà de ces frontières.

J’ai été pendant 8 ans, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation. Du Bangladesh au Guatemala, de la Mongolie au Niger, j’ai rencontré des médecins cubains, qui gratuitement et avec une extraordinaire compétence, soignaient les plus pauvres, dans les coins les plus reculés de ces pays.
 
L’héroïsme de l’armée cubaine a battu le corps expéditionnaire Sud-Africain à Cuito-Cunene en 1988 initiant la fin du système de l’apartheid et assurant l’indépendance de l’Angola et de la Namibie.

Boukharine dit : « Les révolutionnaires morts sont comme des étoiles éteintes, longtemps après leur disparition leur lumière nous illumine encore »

Fidel, son œuvre, la lumière qui émane de lui, reste aujourd’hui encore l’espérance pour des centaines de millions d’êtres humains dans le monde.

Hasta Siempre Comandante !
Jean Ziegler
Paris, 1er décembre 2016

DEM_3500.jpg

DEM_3523.jpg

DEM_3570.jpg

DEM_3580.jpg

DEM_3606.jpg

DEM_3618.jpg

DEM_3650.jpg

DEM_3656.jpg

DEM_3686.jpg

DEM_3719.jpg

DEM_3721.jpg

DEM_3722.jpg

DEM_3755.jpg

DEM_3757.jpg

http://www.photographygeneva.com

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

28/11/2016

VIVA OPERA!

Le 3 décembre au Victoria Hall de Genève, découvrez les chefs-d'oeuvre de Rossini, Verdi, Puccini, Leoncavallo, Massenet, Bizet, Gounod...

VIVA OPERA, VICTORIA HALL 3 Décembre 2016 à 20H30

Troisième concert de la série VIVA, organisé par l'Association AVETIS, sous la direction de Sergey Ostrovsky, les artistes Varduhi Khachatryan (soprano), Barseg Tumanyan (basse) et Hovhannes Ayvazyan (tenor) interpréteront les œuvres magistrales de plusieurs parmi les plus grands compositeurs de tous les temps.

L'association AVETIS, fondée par Varduhi Khachatryan, a pour objet de susciter diverses formes d'expression artistique, afin de diffuser et faire connaître identité, culture et langue arméniennes, développer, favoriser et réaliser des échanges culturels et artistiques helvético-arméniens. L'association envisage d'organiser des événements culturels à Genève et ailleurs et donner ainsi l'opportunité de créer de nombreux échanges entre artistes arméniens et étrangers

Viva Opera Les Chefs- D'Oeuvrs.jpg

http://billetterie-culture.ville-ge.ch/spectacle?id_spect...

 

www.avetis.ch

17/11/2016

Incendie meurtrier au foyer des Tattes: nous n’oublions pas !

Mercredi soir une cinquantaine de manifestants s’est  réunie devant les bureaux de l'Hospice général à Cours de Rive pour rendre hommage à Fikre Seghid, exprimer son soutien à toutes les victimes, et pour montrer que nous ne laisserons pas l’Etat enterrer cette affaire !

DEM_0552.jpg

DEM_0554.jpg

 
Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2014, un incendie s’est déclaré au foyer des Tattes, le plus grand lieu d’hébergement cantonal de requérant-e-s d’asile de Suisse. Lors de cet incendie, Fikre Seghid, un Erythréen de 29 ans, est mort par intoxication et des dizaines d'habitants ont été gravement blessés. Nombre d'entre eux souffrent à vie des séquelles de cet incident, notamment parmi ceux qui, pris au piège par le feu, ont été contraints de sauter par les fenêtres du bâtiment.

Suite à cet événement tragique, la solidarité de la population avec les victimes traumatisées a été inversement proportionnelle au cynisme et à la mesquinerie dont ont fait preuve l'Etat et l'Hospice général dans la gestion de ce drame. Un large mouvement de soutien s'est indigné face à la surpopulation organisée, aux conditions de vie inhumaines et à la répression qui s'abattent sur les habitant.e.s de ce foyer, victimes d'un système dit « d'aide d'urgence » qui a pour but de leur faire sentir le caractère indésirable de leur présence ici et leur état de « sans-droit ».

Où en est-on aujourd'hui, alors que la justice genevoise déclarait à l'hiver 2014 qu'une enquête était ouverte pour faire « toute la lumière » sur ce drame ? Nulle part. Toujours aucune clarification au sujet d'un probable dysfonctionnement dans le dispositif de sécurité incendie ou dans le dispositif d’évacuation (arrivée tardive des pompiers, portes et fenêtres condamnées, comportement des agents chargés de la sécurité...). De nombreuses victimes ont été contraintes de quitter la Suisse, parfois expulsées. Aucun procès n'a encore eu lieu, aucun responsable n'a été désigné, aucune réparation envisagée. L'Etat et l'Hospice général ont-ils quelque chose à cacher ? Attendent-ils d'avoir pu renvoyer toutes les victimes pour enterrer l'affaire ? Les personnes en exil n'ont-elles même pas le droit au statut de victimes ?

DEM_0545.jpg

DEM_0558.jpg

DEM_0560.jpg

DEM_0588.jpg

DEM_0590.jpg

DEM_0595.jpg

DEM_0601.jpg

http://www.photographygeneva.com

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

14/11/2016

"Pas de fachos dans le 1201"

DEM_0003.jpg

DEM_0141.jpg

Soral n’est pas venu, mais il y en a un autre, Trump, qui a été élu. Les Etats-Unis d’Amérique ont pour nouveau président un milliardaire réactionnaire, autoritaire, nationaliste, raciste, homophobe et misogyne. Ce qui frappe, c’est le parallèle avec les lendemains « gueule de bois » du Brexit, ou celui des Suisses sur l’initiative « contre l’immigration de masse ». Ne sont surpris-e-s du résultat que celles et ceux qui ne voulaient pas voir les cohortes de laisser-pour-comptes du néolibéralisme : ces travailleuses et travailleurs contraint-e-s à la précarité de l’emploi, aux bas salaires, à l’absence ou au démantèlement des protections sociales, au chômage, à l’humiliation quotidienne des mesures « d’activation à l’emploi », qui les font passer au mieux pour des paresseux-ses et au pire pour des profiteurs-euses, comme s’il suffisait de vouloir pour trouver un travail. Ces travailleurs-euses précaires et ces sans-emplois, des zones industrielles anglaises ou américaines sinistrées par les délocalisations, dans les régions périphériques abandonnées de la mondialisation, ou encore dans les arrière-boutiques, les cuisines ou les blanchisseries de nos villes prospères, ce sont eux-elles qui de désespoir cèdent aux sirènes des discours sur le paradis perdu, à la désignation de boucs émissaires comme responsables de tous les maux dont ils-elles souffrent. Et lorsque ce vote désespéré s’additionne à celui des réactionnaires ordinaires - car nul besoin d’être pauvre ou désespéré-e pour voter extrême-droite, c’est le repli identitaire qui triomphe dans les urnes.


L’élection de Donald Trump, c’est aussi la prise de pouvoir d’un milliardaire qui projette d’abaisser ses impôts (pour autant qu’il en paie déjà), ceux de ses richissimes compagnons de classe (sociale), ainsi que ceux des entreprises de 35% à 15%. Le parallèle avec la droite et l’extrême droite européenne et suisse est ici également frappant : un programme de défiscalisation massive, notamment du bénéfice des entreprises, au profit des plus riches et des patrons, et dont les conséquences seront désastreuses pour les services publics et donc l’ensemble des travailleurs-euses. Mais Trump comme Blocher, Berlusconi ou d’autres, ces milliardaires réussissent l’incroyable imposture de faire croire qu’ils défendent « le peuple », les « petites gens », en leur faisant croire qu’ils-elles ont besoin de « sécurité » contre « l’envahisseur » plutôt que de protection contre les exploiteurs.


La victoire de Donald Trump, c’est aussi la défaite de la gauche, le résultat de l’absence d’une forte opposition politique au projet néolibéral. C’est n’est pas un hasard si c’est lors de la même campagne électorale qu’un discours de gauche plus radical, celui de Bernie Sanders, a trouvé un espace et un écho : tous-les les laisser-pour-comptes du néolibéralisme ne se tournent pas vers l’extrême-droite. Ce courant existe aussi en Suisse, mais reste minoritaire, écrasé par la toute-puissance de la machine libérale patronale et l’extrême-droite populiste qui constitue son alliée objective.


Y résister demeure toutefois un impératif. C’est ce que le SIT a toujours fait et continuera toujours de faire, avec les travailleuses et travailleurs, d’où qu’ils-elles viennent et où qu’ils-elles habitent : construire la solidarité qui permet les luttes, nous battre contre l’accaparement des richesses produites par les travailleuses et travailleurs par une infime minorité possédante, lutter contre les politiques patronales d’austérité qui creusent ces inégalités, nous battre pour l’emploi, pour des conditions de travail, une protection sociale, des services publics et des conditions de vie correctes et décentes pour toutes et tous. Nous battre, simplement pour garder ou redonner espoir, pour ne pas sombrer dans les chimères toxiques du repli sur soi, du « les nôtres avant les autres », de la « préférence indigène » et de tous ses avatars nauséabonds. Nous continuons à nous battre, et nous ne nous arrêterons jamais.

Davide De Filippo, SIT

DEM_0157.jpg

DEM_0002.jpg

DEM_0011.jpg

DEM_0065.jpg

DEM_0070.jpg

DEM_0077.jpg

DEM_0126.jpg

DEM_0163.jpg

DEM_0174.jpg

DEM_0198.jpg

DEM_0264.jpg

10/11/2016

Les attaques contre le HDP sont condamnées à Genève

Une manifestation de protestation a été organiser par les kurdes et leurs amis contre la politique fasciste de l’AKP envers les Coprésidents du HDP Selahaddin Demirtaş ve Figen Yüksekdağ qui ont étaient mis en prison.

DEM_9728.jpg

Les kurdes et leurs amis qui s’étaient rassemblé à la place des nations unies portaient des posters de députés du HDP avec à côté des pancartes « mettez fin au silence international au sujet de la barbarie dont le HDP est victime » « la résistance c’est la vie ». Ils scandaient « Erdogan Terroriste », « Erdogan Meurtrier d’Enfants » « Turquie Terroriste »

Lors de ce rassemblement, la député socialiste Laurance Rielle Fehlmann. L’ancien député vert Ueli Leuenberger, le président du centre culturel Alevi Behzat Nergiz et Anis Mansouri au nom du front populaire de Tunisie ont fait un discours et condamné le fascisme de l’AKP et d’Erdogan contre le peuple kurde. Ils ont demandé la fin de cette barbarie et ont fait appel à la solidarité internationale.

Après les discourt, les participant ont marché jusqu’au Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, palais Wilson, pour qu’ensuite une partie d’entre eux se rende à la commémoration organisée à la mémoire des 13 ouvriers massacrés et de centaines d’autres blessés lors d’une fusillade de l’armée suisse et des fascistes alors qu’ils étaient en grève 84 ans auparavant. Sur place, ce massacre contre la classe ouvrière a été condamné par un communiqué du Centre Kurde de la Société Démocratique.

Le meeting organisé par le Centre Kurde de la Société Démocratique était soutenu par Le Centre Culturel Alevi, Maison Populaire de Genève, Atik et le MLKP.

DEM_9672.jpg

DEM_9679.jpg

DEM_9689.jpg

DEM_9693.jpg

DEM_9706.jpg

DEM_9713.jpg

DEM_9734.jpg

DEM_9746.jpg

DEM_9748.jpg

DEM_9752.jpg

DEM_9759.jpg

DEM_9769.jpg

DEM_9772.jpg

DEM_9778.jpg

DEM_9788.jpg

Pour les photos commémoration

du 9 novembre 1932 "Plus jamais ça!"

 

http://www.photographygeneva.com/gallery/plus-jamais-ca-9...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

09/11/2016

Comment travailler pour l’AVS et la fraude

DEM_9406.jpg

Le contexte

La loi sur l’annonce à l’AVS a changé en date du 1er juin 2016 et permet désormais aux employeurs d’annoncer leurs salariés jusqu’à une année après la prise de leur emploi. Cela offre ainsi la possibilité aux employeur de faire travailler les salariés pendant un an sans être annoncés. Pendant ce temps-là, ils échappent aux contrôles, ou s’ils licencient les travailleurs non encore annoncé, les patrons font l’économie du paiement des charges sociales. Bref, le parlement fédéral a offert une année de cotisations sociales aux entreprises, légalisant ainsi la fraude.

L’AVS construit un nouvel immeuble à Genève

HRS entreprise générale a remporté le marché et sous-traité les travaux à différentes entreprises. Pour le Second œuvre, l’un des sous-traitants est BATISA SA, une entreprise de peinture.

HRS a un devoir de diligence, elle doit s’assurer que les entreprises à qui les travaux ont été sous-traités respectent la CCT et le paiement des charges sociales.

Un système de tourniquet a été installé sur le chantier et un badge nominatif a été délivré à chaque travailleur.

Monsieur José (prénom d’emprunt) a travaillé 9 mois sur le chantier AVS. BATISA SA ne l’a payé qu’à 50% du temps, alors qu’il a travaillé à 100%. Une combine qui est malheureusement une pratique courante dans le secteur du Second œuvre.

De ce fait, BATISA SA a économisé 50% du salaire et 50% des charges sociales du travailleur José. Ce dernier a ensuite été licencié à la fin des travaux sur le chantier de la caisse AVS et se trouve au chômage avec une indemnités basée sur un mi-temps alors qu’il a bien travaillé à plein temps.

L’intervention du syndicat

Le syndicat Unia a envoyé plusieurs courriers à BATISA SA en exigeant le paiement de la différence salariale et des charges sociales mais l’entreprise n’y a jamais répondu.

Vu la non-collaboration de BATISA SA, nous sommes intervenus auprès de HRS pour exiger que l’entreprise générale assume ses responsabilités par rapport à son sous-traitant.

Le syndicat Unia lui a demandé quels documents ont été demandés à BATISA SA afin de prouver le respect conventionnel et le paiements des charges sociales. Il a aussi été réclamé le relevé d’heures des passages du travailleur au service de pointage (tourniquet).

A ce jour, HRS ne nous a pas informés sur les contrôles faits, ce qui nous étonne beaucoup car un contrôle sommaire aurait démontré que BATISA SA déclare le personnel à un taux d’activité de 50% d’activité. Alors que le contrôle des entrées et sorties démontrerait combien de temps José a réellement œuvré sur ce chantier.

HRS nous a répondu en nous proposant une convention marchandant le silence du travailleur et du syndicat en échange du paiement des sommes dues.

Le travailleur et le syndicat Unia ont refusé de marchander leur silence et ont exiger le paiement sans contrepartie.

HRS a alors envoyé une lettre signée par BATISA SA affirmant que José n’a travaillé qu’à 50%.

Ceci alors qu’il y a des dizaines de travailleurs sur ce chantiers et que les collègues de José affirment qu’il travaillait toute la journée et effectuait même des heures supplémentaires.

Les syndicat Unia exige que HRS assume ses responsabilités et paye le travailleurs ainsi que les charges sociales.

Il exige que la caisse AVS opère un contrôle sur les charges sociales des travailleurs qui œuvrent sur ses chantiers.

La dénonciation de la CCT

Cette situation est aujourd’hui particulièrement préoccupante, car elle surgit dans un contexte de vide conventionnel annoncé. La dénonciation patronale de la convention du Second œuvre stimulera les entreprises à exploiter les travailleurs et frauder les assurances sociales, avec toujours en ligne de mire la rentabilisation maximale avec la complicité des maitres d’ouvrage, des architectes et des entreprises générales qui ont comme seul objectif la rentabilité.

Pour pouvoir contrôler et éviter ces scandales à répétition, les travailleurs exigent que le patronat retourne à la table des négociations pour signer une CCT améliorant les conditions de travail et la protection des travailleurs.

Pour plus d'informations:

José Sebastiao – Unia, secrétaire responsable du Second-Œuvre,

DEM_9351.jpg

DEM_9367.jpg

DEM_9372.jpg

DEM_9380.jpg

DEM_9384.jpg

DEM_9413.jpg

DEM_9425.jpg

DEM_9452.jpg

DEM_9468.jpg

 

http://www.photographygeneva.com

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

05/11/2016

Lettre aux représentants de la Turquie en Suisse

selahattin_demirtas_figen_yuksekdag.jpg

 

 

Genève, le 4 novembre 2016

Concerne : Libération immédiate de Figen Yuksekdag, députée et de Selahattin Demirtas, député, co-présidents du parti HDP, actuellement détenus arbitrairement, et de tous les élus nationaux, régionaux et locaux actuellement également détenus arbitrairement

Mesdames et Messieurs les représentants de la Turquie en Suisse,

Je vous écris en ma qualité de démocrate convaincu, empreint de la Charte des droits de l’homme qui fonde le socle des valeurs communes à l’ensemble des peuples d’Europe y compris les peuples turc et kurde.

Je vous écris en ma qualité de membre du Parlement suisse, démocratiquement élu, et co-président du Groupe parlementaire droits humains et du Groupe parlementaire pour les relations avec le peuple kurde.

Je vous écris car je suis sidéré, profondément choqué, par le brutal démantèlement par votre Présidence et votre gouvernement des divers piliers de la démocratie dans votre pays prétendument en réaction à la tentative - heureusement échouée - du coup d’Etat militaire.

Je vous écris car la révocation massive, voire l’incarcération, de procureurs, de juges, de policiers, d’enseignants et de fonctionnaires divers, la mise au pas des recteurs d’université et des universités, l’arrestation de très nombreux journalistes, la fermeture d’innombrables médias, dont quasiment la totalité de ceux de la communauté kurde de votre pays, ainsi que la révocation et l’incarcération d’élus locaux et nationaux kurdes pour écraser toute contestation du discours politique majoritaire et l’émergence d’une autre voie politique pour le pays, est tout simplement inacceptable,

Je vous écris car en tant que parlementaire, je ne peux accepter que les élus d’un peuple, ici turc et kurde, qui avaient choisi délibérément la voie politique, plutôt que celle des armes, pour trouver une issue pacifique et politique à un différend culturel, social et politique, vieux de décennies, soient arrêtés pour des motifs manifestement politiques.

Je vous écris pour vous demander la libération immédiate de tous les élus et plus particulièrement de Figen Yuksekdag, députée, et de Selahattin Demirtas, député, coprésidents du parti HDP, qui sont actuellement en prison uniquement pour avoir tenu tête politiquement au Président de votre pays, pour avoir su s’attirer les sympathies électorales du peuple kurde et avoir fait perdre la majorité qualifiée au parlement au parti présidentiel.

Je vous écris pour vous rappeler que la voie militaire pour la résolution du différend culturel, social et politique entre l’Etat turc et la communauté kurde de votre pays est un choix sans issue comme le montre l’histoire récente et qui s’il n’amènera jamais la paix, il générera morts, larmes et douleurs dans les populations civiles et dans les familles des militaires tués au front interne.

Je vous écris car le cycle infernal de la violence ne peut que stimuler la commission d’attentats terroristes sur votre territoire, touchant la population civile, alors que jusqu’à peu, pendant la durée des négociations entre l’Etat turc et M. Abdullah Ocalan, une paix, certes fragile, s’était installée dans la région kurde de Turquie,

Je vous écris car je suis persuadé qu’il est toujours possible dans toutes les situations de confrontation politique ou armée de choisir le chemin de la médiation et de la négociation et d’en sortir grandi.

Je vous écris pour que vous transmettiez ce courrier à votre Président, à votre Premier ministre et au président du Parlement pour qu’il en donne lecture aux députés de votre pays.

Avec mes plus sincères préoccupations pour toutes les victimes civiles, les dizaines de milliers de personnes jetées en prison et l’avenir de la démocratie dans votre pays.

Carlo Sommaruga
Député au Parlement suisse

04/11/2016

Grande manifestation "TOUCHE PAS À MON ÉLU !

Grande manifestation "TOUCHE PAS À MON ÉLU ! " 5 novembre 2016 à 14H00 Helvetia place à Zurich

Les deux coprésidents du HDP.jpg

 

Chèr-e-s ami-e-s,
Nous vous transmettons ci-dessous un communiqué du HDP suite à l'arrestation de 13 de ses Députés. Le HDP lance un appel urgent à la solidarité et invite en particulier des délégations d'élus de France et d'Europe à se rendre à Diyarbakir pour briser le silence de l'Europe à l'égard de la dictature d'Erdogan.


Communiqué de presse suite à l'arrestation de 13 Députés de notre parti, dont ses Coprésidents Selahttin Demirtas et Figen Yuksekdag.


Après avoir ciblé un grand nombre de représentants municipaux kurdes, le régime de l'AKP a commencé une rafle, hier tard dans la nuit, contre les députés du HDP: la police a d'abord fait une descente dans les maisons des co-présidents du HDP Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, et procédé ensuite à l'arrestation des députés Sirri Sureyya Onder, Nursel Aydogan, Ferhat Encu, Gulser Yildirim, Leyla Birlik, Ziya Pir, Abdullah Zeydan, Idris Baluken, et Imam Tascier.


Le gouvernement turc de l'AKP et son président Erdogan sont en train d'imposer un agenda extrêmement autoritaire aux Peuples de la Turquie. En se servant du coup d'Etat du 15 juillet dernier pour consolider son règne, Erdogan s'est fixé comme objectif d'écarter chacune des voix d'opposition dans le pays, et a pris particulièrement comme cible notre formation politique le HDP, qui avait empêché à deux reprises l'AKP de rassembler le nombre de sièges parlementaires nécessaires pour procéder aux changements constitutionnels nécessaires afin d'instaurer un système présidentiel. A présent, l'objectif du gouvernement est de paralyser notre parti afin de l'empêcher de bloquer à nouveau l'adoption du système présidentiel qui pourrait être validé par un référendum ou grâce à des élections anticipées qui peuvent avoir lieu en 2017.


Des milliers de dirigeants de notre parti, de maires élus et de Conseillers municipaux affiliés au HDP et à notre parti frère, le DBP, ont été incarcérés suite à des accusations sans fondements depuis notre victoire électorale du 07 juin 2015 et, particulièrement, depuis le coup d'Etat manqué du 15 juillet dernier.


Avec la mise en application des mesures d'Etat d'urgence post-coup d'Etat, Erdogan a contribué à polariser d'avantage la société et à approfondir les conflits sectaires et ethniques dans le but de consolider la formation de l'alliance entre les réactionnaires ultra-nationalistes de l'extrême droite et les islamistes, alliance projetée immédiatement après le coup d'Etat manqué et considérée comme la garantie la plus fiable pour atteindre l'objectif du « Système présidentiel à la turque », ou de dictature totale. Ce système nuirait non seulement aux minorités, aux femmes et aux classes défavorisées, mais déstabiliserait en plus la région, particulièrement l'Irak et la Syrie, et provoquerait de grands défis sur les plans sécuritaire et économique.


Il n'existe plus de liberté d'expression ni de la presse, pas de liberté académique, ni de système judiciaire équitable et indépendant dans le pays. Avec les décrets gouvernementaux, plus de 170 agences de presses critiques envers le gouvernement ont été interdits. Les médias kurdes et alévis ont été anéantis, 30 maires kurdes démocratiquement élus se trouvent actuellement en prison et 70 d'entre eux ont été destitués jusqu'à présent. Plus de 130 journalistes sont en prison, dont des intellectuels et auteurs de renommée internationale, des dizaines de milliers de professeurs et académiciens ont été suspendus, plus de 80000 fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions, et 40000 personnes sont toujours en prison.


Nous appelons tous les progressistes et démocrates à se mobiliser pour protester contre le génocide politique mené par l'Etat turc et son président Erdogan. Nous estimons qu'il est temps de dénoncer ce crime contre l'humanité commis sous les yeux indifférents du monde et de l'Europe. Le silence de l'Europe est dangereux pour la démocratie et pour les peuples de Turquie.


Nous appelons les Elus de toute l'Europe, qu'ils soient Députés, Maires ou Conseillers, à former des délégations urgentes qui se rendront à Diyarbakir, capitale du Kurdistan de Turquie, afin de manifester leur solidarité avec notre parti et ses élus, et dire STOP à cet attentat contre la démocratie.


La représentation du HDP en Europe

27/10/2016

L’Islamo-Fasciste Erdogan veut massacrer et briser la volonté du peuple kurde

Plus d’une centaine de kurdes s’est rassemblée sur la Place des Nations à Genève pour protester contre l'occupation de l'armée turque au Kurdistan syrien.


Les manifestants ont défilé depuis la place des Nations de Genève jusqu’à devant la gare Cornavin en agitant des drapeaux kurdes. Ils ont défilé avec des banderoles et des pancartes pour demander la liberté pour le peuple kurde, protester contre l'occupation de l'armée turque au Kurdistan syrien et contre la politique du gouvernent turc qui continue de persécuter les kurdes.

DEM_6230.jpg



L’Islamo-Fasciste Erdogan veut massacrer et briser la volonté du peuple kurde

Une guerre impitoyable est déclarée contre l’ensemble du peuple kurde par le régime de l’AKP. Chaque jour de nouveaux massacres sont perpétré contre les kurdes par l’AKP. C’est sans détours que le président islamo fasciste Erdogan affirme sa volonté de s’en prendre à toutes organisation représentative du peuple kurde et de la démocratie.

Ainsi, ne se contentant pas de remplacer les maires de 24 villes kurdes élus démocratiquement par des administrateurs assignés de force le 11 septembre 2016, il s’en est directement pris aux maires de la ville de Diyarbakir Gulten Kisanak et Firat Anli en ordonnant leurs arrestations le 25 septembre 2016.

Depuis un certain temps, il ne cesse de rappeler que tout acquis du peuple kurdes même si c’est dans un autre pays serra considérer comme un danger pour la Turquie et que par conséquent ce pays fera tout pour éliminer cette menace. Ainsi, c’est sans détours qu’il exprime publiquement son hostilité envers toute volonté du peuple kurde de s’auto-organiser et voir même d’exister.

Ses récentes déclarations : “Nous allons combattre jusqu’au bout ceux qui soutiennent l’organisation terroriste séparatiste. Je le dis clairement : là où ils se trouvent, à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières, nous les empêcherons de respirer.

Rien ne nous oblige à endosser le rôle que d’autres ont voulu nous assigner. Nous avons commencé à suivre notre propre plan. “ parlent d’elles même si à cela on ajoute tous les débats qui ont lieu dans la société turque sur le traité de Lausanne et le fait que Mossoul et Kirkuk devrait faire partie de la Turquie.


Ses déclarations ne laissent aucune ambiguïté quant à sa volonté de massacrer le peuple kurde et ainsi fonder la deuxième république. Oui, car si la première république turque fut fondée sur la base du génocide arménien, la deuxième république sera établie sur le génocide du peuple kurde. Telle est la logique et la devise d’Erdogan.

C’est de cette façon que la nostalgie du grand empire ottoman s’exprime et cela alors même qu’une opération de libération de Mossoul est en court sans la participation de la Turquie et malgré toute son insistance.

Notons que c’est dans ce contexte que l’aviation turc a aussi bombarde les villes d’Em Al hoch et Em Al qora et aussi la ville Hsiea, dans la région d’Al shahbaa au nord de Alep ces derniers jours. Ces violents bombardements ont ou pour conséquence des dizaines de civiles morts et il ne se passe pas un jour sans que les forces turques et les troupes islamo-fascistes qui y sont attaché idéologiquement et militairement ne commettent des atrocités au Rojava.

Pour conclure, nous tenons à particulièrement noter qu’en aucun cas Erdogan n’arrivera à briser la volonté du peuple kurde à s’autogérer. Nous condamnons vivement le silence complice des pays et instances internationales. Et une fois de plus nous réitérons notre volonté à l’autodéfense.

Centre de la Société Démocratique Kurde à Genève
27 octobre 2016

DEM_6076.jpg

DEM_6085.jpg

DEM_6159.jpg

DEM_6203.jpg

DEM_6208.jpg

DEM_6236.jpg

DEM_6244.jpg

DEM_6262.jpg

DEM_6275.jpg

DEM_6278.jpg©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

Couleur d'automne 2016 à Genève

Couleur d'automne 2016 à Genève

L1010710.jpg

L1010562.jpg

L1010566.jpg

L1010588.jpg

L1010589.jpg

L1010594.jpg

L1010603.jpg

L1010615.jpg

L1010621.jpg

L1010637.jpg

L1010638.jpg

L1010630.jpg

L1010646.jpg

L1010651.jpg

L1010654.jpg

L1010658.jpg

L1010662.jpg

L1010673.jpg

L1010679.jpg

L1010689.jpg

L1010703.jpg

<Pour voir la suite des photos >

http://www.photographygeneva.com/gallery/couleur-dautomne...
Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

21/10/2016

Hommage à Jean François Duchosal

Hier, la Vieille Ville de Genève (sous l'Ancien Arsenal et ses canons), a honoré le Commandant Jean-François Duchosal qui soufflait ses 80 bougies. Cette Fête, agrémenté de prestations musicales et d'un superbe buffet,  a rassemblé notamment sa famille, ses amis du monde politique, des associations caritatives, ses camarades des missions humanitaires de l'Aide suisse en cas de catastrophe, ses amis des diverses communautés, le Président du Conseil d'Etat François Longchamp et ses collègues Luc Barthassat et Serge dal Busco, le Président du Grand Conseil Jean-Marc Guinchard, les députés Jean-Luc Forni, Jean-Charles Rielle, Alberto Velasco, et l'ancien Président du PDC Sébastien Desfayes, le conseiller aux Etats Robert Cramer, la conseillère nationale Laurence Fehlmann Rielle, les conseiller-ère-s municipaux Ville de Genève et des autres communes, les anciens conseillers d’Etat Carlo Lamprecht et Gérard Ramseyer  et l'ancien conseiller national Ueli Leuenberger, les journalistes Pascal Décaillet,Olivier Francey, Wade Ndoye, ainsi que ses amis et anciens collègues.

DEM_5339.jpg
Chers Amis,   (réels et virtuels)
comme promis, il n'y aura pas de discours mais je tiens tout de même à vous remercier de tout coeur d'avoir répondu Présent à mon "ordre de marche". Ce soir c'est votre fête, car mon anniversaire est le 23 (je ne suis pas balance mais scorpion)
 
L'Amitié est libre, elle n'a pas de frontières, de partis, de réseaux, de barrières, c'est pourquoi de nombreux milieux sont représentés ce soir que je veux saluer chaleureusement :
- Une partie de ma famille et de mes Amis proches venus de Zurich à la Haute Savoie en  passant par Athenaz, Satigny, Vernier, le Grand-Saconnex, le Jura et d'ailleurs...
- Les amis de mon enfance et de ma folle jeunesse !
- Mes amis du milieu professionnel des Services industriels à  l'Aéroport, (je salue au passage mon Directeur Général de l'époque.) et le SSA que j'ai eu l'immense plaisir de commander avec la collaboration de mes collègues pompiers, policiers, samaritains , le groupe hélicoptère  et l'équipe de choc des hôtesses d'accueil.

- Mes amis du déminage (DSD) avec son premier patron des années 70
- Mes amis du monde politique, national, cantonal et communal. (VG et Gd Sac) de gauche comme de droite.
- Mes amis des associations caritatives,  (Coeur des Grottes, Emmaüs, Vires, le Caré, la Croix-Rouge genevoise, le Respect ça change la vie, etc...)
- Mes camarades de missions humanitaires de l'Aide suisse en cas de catastrophe et du HCR, ainsi que mes amis africains
- Mes amis de la communauté  arménienne pour leur fidèle amitié
- Mes amis de Compostelle-Cordoue et de Marmoussa en Syrie  
- Mes amis sportifs (basket, tennis, couse à pied) et l'équipe des pirates du foot en chaise.
- Mes amis militaires  de l' ER 1956 , la bande des 4  - 1. qui a passé de l'autre côté du Chemin                                                          
 
- Mes amis des sociétés  militaires du sdt à l'of. Je pense à la société de carabiniers genevois, la société des of et sof, ainsi qu'aux amicales du 141, du bat aérop 1 et des paras françaissans oublier les cadres et sdts du Rgt inf 3 de Genève que j'ai eu l'Honneur de commander.

- Mes amis pèlerins rencontrés sur mes Chemin (certains sont venus de loin ..Louis de Paris !) et tous les autres avec qui j'ai partagé de beaux moments et c'est pas fini !!! des rêves sont encore à réaliser.

- Mes amis journalistes Merci  à ceux qui ont participé à l'organisation de cette soirée :
 
- Mon épouse (reine de l'intendance),  notre fille Isabelle avec son groupe d'Amies, l'équipe du Père Glözu, les dames du Coeur des Grottes emmenées par Sérafine, l'orchestre de Feet Warmers  et notre chanteuse Heidi.
- la Maison Python sécurité.
- le vin genevois du mandement sort de trois caves : le domaine des Graves de Nicolas Cadoux à Athenaz, le domaine des Abeilles d'or de René Desbaillets à Choully et le domaine desVallières de Satigny de Louis Serex.
 
 Mon souhait ce soir est de vous voir vous rencontrer, de discuter entre vous avec parfois des idées différentes. Par exemple: la gauche avec la droite, l'objecteur avec le militaire, le croyant avec l'athée, le pèlerin avec le randonneur, le jeune avec l'ancien, etc..
 
La vie c'est comme une ficelle d'un mètre, pour moi il y a encore 20 cm comme ce bâton de Ragusa et je vous promets de bien me régaler.
Santé et En Avant la musique.

Jean François Duchosal

DEM_5333.jpg

DEM_5314.jpg

DEM_5351.jpg

DEM_5356.jpg

DEM_5223.jpg

DEM_5224.jpg

DEM_5225.jpg

DEM_5230.jpg

DEM_5232.jpg

DEM_5235.jpg

DEM_5237.jpg

DEM_5242.jpg

DEM_5245.jpg

DEM_5254.jpg

DEM_5256.jpg

DEM_5262.jpg

DEM_5267.jpg

DEM_5270.jpg

DEM_5274.jpg

DEM_5277.jpg

DEM_5280.jpg

DEM_5282.jpg

DEM_5283.jpg

DEM_5285.jpg

DEM_5287.jpg

DEM_5290.jpg

DEM_5295.jpg

DEM_5300.jpg

DEM_5303.jpg

DEM_5304.jpg

DEM_5359.jpg

DEM_5366.jpg

DEM_5368.jpg

DEM_5369.jpg

DEM_5375.jpg

DEM_5378.jpg

DEM_5379.jpg

DEM_5381.jpg

DEM_5384.jpg

DEM_5385.jpg

DEM_5389.jpg

DEM_5395.jpg

DEM_5400.jpg

DEM_5403.jpg

DEM_5406.jpg

DEM_5415.jpg

DEM_5417.jpg

DEM_5418.jpg

DEM_5423.jpg

DEM_5451.jpg

DEM_5463.jpg

DEM_5465.jpg

DEM_5473.jpg

DEM_5478.jpg

DEM_5479.jpg

DEM_5484.jpg

DEM_5498.jpg

DEM_5508.jpg

DEM_5516.jpg

DEM_5521.jpg

DEM_5524.jpg

DEM_5527.jpg

DEM_5532.jpg

DEM_5534.jpg

DEM_5539.jpg

DEM_5511.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

11/10/2016

Charles Aznavour a accueilli les représentants de la communauté internationale

Charles Aznavour a accueilli chaleureusement les ambassades internationales ainsi que les représentants communautaires pour la cérémonie de la 25ème anniversaire de l'indépendance de l'Arménie.

DEM_4522.jpg

DEM_4523.jpg

DEM_4526.jpg

DEM_4527.jpg

DEM_4529.jpg

DEM_4532.jpg

DEM_4542.jpg

DEM_4545.jpg

DEM_4549.jpg

DEM_4556.jpg

DEM_4558.jpg

DEM_4560.jpg

DEM_4562.jpg

DEM_4564.jpg

DEM_4565.jpg

DEM_4566.jpg

DEM_4568.jpg

DEM_4569.jpg

DEM_4571.jpg

DEM_4575.jpg

DEM_4577.jpg

DEM_4581.jpg

DEM_4584.jpg

DEM_4586.jpg

DEM_4589.jpg

DEM_4591.jpg

DEM_4592.jpg

DEM_4594.jpg

DEM_4599.jpg

DEM_4604.jpg

DEM_4606.jpg

DEM_4608.jpg

DEM_4610.jpg

DEM_4613.jpg

DEM_4615.jpg

DEM_4617.jpg

DEM_4619.jpg

DEM_4620.jpg

DEM_4621.jpg

DEM_4622.jpg

DEM_4624.jpg

DEM_4626.jpg

DEM_4627.jpg

DEM_4634.jpg

DEM_4636.jpg

DEM_4637.jpg

DEM_4639.jpg

DEM_4640.jpg

DEM_4641.jpg

DEM_4643.jpg

DEM_4644.jpg

DEM_4647.jpg

DEM_4648.jpg

DEM_4652.jpg

DEM_4653.jpg

DEM_4654.jpg

DEM_4655.jpg

DEM_4657.jpg

DEM_4660.jpg

DEM_4661.jpg

DEM_4663.jpg

DEM_4664.jpg

DEM_4665.jpg

DEM_4666.jpg

DEM_4667.jpg

DEM_4669.jpg

DEM_4671.jpg

DEM_4673.jpg

DEM_4675.jpg

DEM_4677.jpg

DEM_4683.jpg

DEM_4685.jpg

DEM_4688.jpg

DEM_4694.jpg

DEM_4509.jpg

DEM_4714.jpg

DEM_4515.jpg

DEM_4517.jpg

DEM_4721.jpg

DEM_4725.jpg

DEM_4728.jpg

DEM_4731.jpg

DEM_4737.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

09/10/2016

L'association AVETIS fête son 5ème anniversaire

L'association AVETIS fête son 5ème anniversaire et a l'honneur de présenter une célébrité extraordinaire, Khatia Buniatishvili, lors de son premier récital en solo au Victoria Hall.
La virtuose Khatia Buniatishvili brisera le silence du Victoria Hall avec des œuvres de Mussorgsky, Stravinsky, Liszt, Chopin et interprétera pour la première fois des œuvres de grands compositeurs arméniens tels que Babadjanian et Komitas.

Un événement à ne pas manquer!

BILLETTERIE EN LIGNE:

http://billetterie-culture.ville-ge.ch/spectacle?id_spect...


L'association AVETIS, fondée par Varduhi Khachatryan, a pour objet de susciter diverses formes d'expression artistique, afin de diffuser et faire connaître identité, culture et langue arméniennes, développer, favoriser et réaliser des échanges culturels et artistiques helvético-arméniens. L'association envisage d'organiser des événements culturels à Genève et ailleurs et donner ainsi l'opportunité de créer de nombreux échanges entre artistes arméniens et étrangers

http://www.avetis.ch

KHATIA BUNIATISHVILI.jpg

03/10/2016

Mémorial pour la tragédie de Lampedusa!

Deux ans sans nouvelles. Ou sont nos proches kidnappés en Libye ?

L1010497.jpg
Aujourd’hui, lundi 3 octobre 2016 près de 100 érythréens se sont réunis devant les nations unies. Le but de la manifestation était  de marquer une journée amère pour la communauté érythréenne à travers le monde. Cela fait exactement trois ans que la tragédie de Lampedusa s’est produite. Plus de 300 réfugiés érythréens avaient péri ce jour-là sur un bateau de fortune près des côtes italiennes. Parmi eux une femme enceinte qui a donné naissance à son nouveau-né alors qu’elle se noyait dans les eaux profondes de cette mer devenue un tombeau.

Mais la raison au coeur de cette manifestation était de réclamer très fermement à la communauté internationale et au Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés de prendre des mesures très concrètes suite à la disparition des membres de nos familles kidnappés en Libye le 27 juin 2014.

En cette même date du 27 juin 2014, nous avions payé les sordides trafiquants qui étaient en charge de faire traverser nos familles en mer méditerranée. Mais après ce jour, nous n’eûmes plus aucune  nouvelles de nos proches. Les trafiquants nous demandaient de patienter une semaine, deux semaines et un mois entier. Cela semblait de plus en plus évident que nos soeurs, frères, épouses et époux avaient réellement disparus.

Nous frappons à toutes les portes mais aucune ne semble s’ouvrir, pas même celle du Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés qui ignorent platement nos demandes pourtant si légitimes.

Alors que nos coeurs se remettaient du deuil de nos proches, soit deux ans plus tard, une jeune femme s’exprime sur une radio érythréenne et indique que plusieurs de nos membres de familles ont été vendus au Yemen, en Egypte et en Somalie. Nous demandons immédiatement aux propriétaires de ladite radio de nous mettre en lien avec elle afin d’obtenir des renseignements plus détaillés.

Malheureusement, nous n’avons jamais pu établir un contact avec cette jeune femme et nos espoirs ont été anéantis. Cet épisode, parfaitement comparable à des montagnes russes émotionnelles, nous a plongé dans un profond état de déprime. Bien plus pire que celui dans lequel nous nous trouvions pendant les deux années sans nouvelles.

Cette manifestation représentait ainsi le cri de nos coeurs meurtris. Nous restons dans l’attente d’une réponse du Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés qui tout comme la Croix-Rouge a obtenu quelques informations au sujet de nos proches. L’inaction et l’indifférence de ces deux organisations à l’égard de nos plaies sont insupportables.

NOUS DEMANDONS LEUR AIDE, MAINTENANT. NOUS DEMANDONS LEUR AIDE, MAINTENANT.

L1010501.jpg

L1010503.jpg

L1010505.jpg

L1010515.jpg

 

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

http://www.photographygeneva.com

Tous droits réservés

Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

01/10/2016

Des milliers de manifestants dans rue contre les renvois Dublin

Samedi après midi à Lausanne plus de 3000 personnes ont manifesté sous la pluie pour dénoncer la politique d'asile de la Suisse, stop aux renvois Dublin et aux violations des droits humains.

DEM_2050.jpg

Stop aux renvois Dublin, stop aux violations des droits humains

Le règlement Dublin tend à se substituer à un véritable droit d’asile : il est utilisé pour restreindre l’accès des personnes en fuite à une procédure en Suisse.

Les autorités doivent faire usage de la clause de souveraineté et traiter sur le territoire suisse toutes les demandes d’asile qui y sont déposées
.

Cette politique d’asile toujours plus restrictive devient une machine à fabriquer des sans-papiers. Exclus de l’asile parce qu’ils fuient la pauvreté ou parce que leurs motifs de fuite ne sont pas reconnus, ils vivent dans la peur permanente d’une expulsion. Pourtant, leurs droits fondamentaux doivent également être respectés.

L’accès des sans-papiers aux assurances sociales et aux tribunaux doit être garanti, sans risque d’expulsion. L’obtention d’un permis de séjour ou de travail doit être facilitée.

Plutôt qu’un lieu sûr pour les personnes qui recherchent une protection, l’Europe est devenue une forteresse aux murs infranchissables. Avec leur agence Frontex et son opération Triton qui vise avant tout la traque aux passeurs et non pas le traçage et sauvetage de personnes en difficulté en haute mer, l’UE et la Suisse, préfèrent causer des milliers de morts en Méditerranée plutôt que de mettre en place des voies légales et sûres pour que les personnes migrantes puissent accéder sans risque au continent européen. Celles qui parviennent néanmoins à franchir les murs et les contrôles se retrouvent bloquées dans les pays situés aux frontières de l’Europe, repoussées systématiquement vers ceux-ci par la mécanique du règlement Dublin.

La Suisse doit réintroduire la possibilité de demander l’asile dans les ambassades, faciliter l’octroi de visas humanitaires et accueillir un contingent d’au moins 50’000 réfugiés.

Pour protéger la forteresse, l’UE a conclu un accord avec la Turquie pour y renvoyer les réfugiés qui arrivent en Grèce. Les autorités suisses négocient en ce moment un accord similaire avec le gouvernement d’Erdogan, alors même que celui-ci renvoie des personnes en quête de protection vers la Syrie, l’Afghanistan et d’autres pays, où ils sont menacés de persécution. Avec plus de 3 millions de réfugiés sur son territoire, la Turquie n’arrive pas non plus à garantir des conditions d’accueil décentes. De plus, ce régime persécute sans pitié ses opposants politiques et se livre à un véritable massacre de la population kurde.

La Turquie n’est pas un pays sûr pour les réfugiés. Les autorités suisses doivent mettre un terme aux négociations avec le gouvernement d’Erdogan.

Alors que le règlement Dublin se fissure au profit de politiques nationalistes et racistes qui ne font que renforcer la forteresse, il est urgent de s’y opposer dans une optique de défense d’un véritable droit d’asile.

Contre le repli identitaire :
pour un véritable
droit d’asile solidaire !

DEM_2081.jpg

DEM_2008.jpg

DEM_2017.jpg

DEM_2141.jpg

DEM_2156.jpg

DEM_2163.jpg

DEM_2165.jpg

DEM_2175.jpg

DEM_2208.jpg

DEM_2222.jpg

DEM_2252.jpg

DEM_2256.jpg

DEM_2272.jpg

DEM_2278.jpg

DEM_2287.jpg

DEM_2324.jpg

DEM_2352.jpg

DEM_2356.jpg

DEM_2383.jpg

DEM_2443.jpg

DEM_2455.jpg

DEM_2464.jpg

DEM_2490.jpgPour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

27/09/2016

Je soutiens la tribune de Genève

L1010322.jpg

Discours de  Laurence Bézaguet, journaliste à la Tribune de Genève.

L'heure est graver pour la Julie, cette institution genevoise fondée en 1879 et pour tous ceux qui le confectionnent avec passion chaque jour, mais aussi- vous en êtes la preuve incarnée – pour tous ceux qui sont attachés à leur cher journal.

Alors d'ores et déjà je vous transmets, au nom de tous les collaborateurs de la tribune de Genève, un GRAND MERCI pour votre présence aujourd'hui et pour votre soutien qui nous fait vraiment chaud au cœur en ces moments particulièrement douloureux. 

Car à l'heure ou je vous parle un véritable tsunami vient de frapper la presse régionale. On s'attendait, depuis quelques semaines à un sérieux nombre de licenciement, la casse humaine est encore bien plus terrible que ce que l'on redoutait !

Nous venons en effet d'apprendre avec consternation la perte de 10.5 postes à la TG et de 14.4 postes à 24h,Au total, 12 personne en moins, dont 8 licenciement sont a déplorer à la TG. Et pas moins de 19 personne en moins dont 16 licenciement à 24h.Soit 31 personnes en moins au total dans les deux titre, quel choque !

Cette restructuration mets en péril la diversité de la presse régionale, et sa viabilité à plus ou moins long terme. Nous exigeons donc l'ouverture de négociation avec Tamedia, afin de défendre la qualité de l'information, pilier de notre démocratie.Des rédactions fortes, dotées d'effectif en suffisance, sont le seul moyen de permettre a la tribune et à 24H de mené la révolution structurelle qui touche tous les médias de presse écrite. Démanteler les rédactions...C'est une mortel fuite en avant assurée.

Même si nous sommes parfaitement conscient des difficultés économique que provoque partout la chute des recettes publicitaire dans les médias traditionnel... Faut-il rappelé que Tamedia à réaliser 330'000 Millions de bénéfice en 2015, qui ont permis a son directeur général Christoph Tonini de toucher 6 millions de revenu.

Et Tamedia serait malgré tous prés à lâcher le secteur qui fait la vitrine du groupe : la presse. Nous refusons même si songé. Tous n'est pas perdu nous nous battrons avec toute notre énergie pour convaincre nos dirigeant de renoncer à leurs vils dessins.

Comme vous pouvez le voir, j'ai d’ailleurs choisi un vêtement en dégradé...Illustrant mon état d'esprit du moment.

Et puis nous pouvons compté sur votre soutien du jour et sur un élan populaire conséquent, via une pétition en ligne qui a déjà récolter plus de 2200 signature. Sans compté toute les personnalité qui ont manifesté nommément leur appui dans un appel à Tamedia. Ses personnalité de tous horizon – politique, économique, social, culturel, sportif – demande a se que le groupe s'engage a fin de maintenir la qualité de l'information en suisse romande plutôt que d'y sacrifié des emplois, démarche d’ailleurs peu cohérente avec la récente élection de Tamedia parmi les meilleurs employeurs de Suisse.

Alors TOUS ENSEMBLE sauvons l'information de demain, NON au restructuration ! NON au sabordage de la presse romande !

_DSC0962.jpg

L1010318.jpg

L1010319.jpg

L1010323.jpg

L1010335.jpg

L1010337.jpg

L1010343.jpg

L1010350.jpg

L1010356.jpg

L1010368.jpg

L1010370.jpg

L1010372.jpg

L1010381.jpg

L1010391.jpg

L1010410.jpg

L1010412.jpg

L1010418.jpg

L1010428.jpg

L1010443.jpg

 

 

L1010446.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

 

26/09/2016

Des Tamouls à Genève contre la violence au Sri Lanka

Plusieurs milliers de Tamouls de différents pays européens se sont rassemblés ce matin au Parc des Cropettes à 13h00, répondant à l’appel de plus de 3000 associations Tamouls de toute l’Europe.

Les manifestants ont défilé depuis la parc Cropettes de Genève jusqu’à la Place des Nations en agitant des drapeaux de l’Eelam Tamoul. Ils ont défilé avec des banderoles et des pancartes pour demander justice et dénoncé le génocide du peuple Tamoul. Parmi les revendications: la libération des détenus politiques et une enquête internationale de l'ONU sur les violences au Sri Lanka.

DEM_1659.jpg

Communique de Presse
Le Gouvernement Sri Lankais a mis fin a la guerre en Mai 2009 en tuant plus de 146 000 personnes, en l’espace de 6 mois (entre Décembre 2008 et Mai 2009). Depuis de 18 mai 2009 et la fin des combats entre les forces gouvernementales et les Tigres Tamouls, la situation au Sri Lanka n'a fait que de s'aggraver. Le peuple Tamoul continue d'être persécuté, exterminer et spolié de ses droits démocratiques les plus élémentaires.
 
Le Swiss Council of Eelam Tamils avec les associations partenaires exige:

  • La reconnaissance du droit à l'autodétermination de la Nation Tamoule, à être une Nation et à posséder leur territoire traditionnel (plébiscité    par le peuple tamoul lors de la Résolution du Vaddukoddai (1976), et des élections de 1977, 2001, 2004 et 2010)
  • L'instauration d'un mécanisme international indépendant d'investigation sur la situation au Sri-Lanka
  • L'arrêt de l'occupation militaire des territoires d'Eelam tamouls et la suppression des camps militaires secrets
  • La libération immédiate des prisonniers politiques et de guerre
  • L'arrêt de la destruction des temples hindouistes
  • L'arrêt du changement des noms des villes tamouls
  • La mise en œuvre de recherches sérieuse concernant l'identification des personnes disparues ou emprisonnées
  • Le retrait de l’armée Sri Lankaise de tous les territoires occupés.
  • L’envoi d’une force de protection internationale sous l’égide des Nations Unis pour protéger le peuple Tamoule victime de grave violation par      les militaires Sri Lankais.
  • Respect de la liberté de presse. Respect du principe de laïcité dans le pays. 
  • Mettre fin à l'impunité dont jouissent les assassins de journalistes tamouls.
  • Cesser les actes de torture, de viols, commis dans le cadre du conflit armé et des enquêtes de police.
  • Des sanctions contre le Gouvernement Sri Lankais tant qu’il bafouera les droits fondamentaux.

DEM_1495.jpg

DEM_1507.jpg

DEM_1518.jpg

DEM_1536.jpg

DEM_1539.jpg

DEM_1542.jpg

DEM_1543.jpg

DEM_1554.jpg

DEM_1566.jpg

DEM_1568.jpg

DEM_1573.jpg

DEM_1574.jpg

DEM_1582.jpg

DEM_1601.jpg

DEM_1606.jpg

DEM_1613.jpg

DEM_1615.jpg

DEM_1620.jpg

DEM_1624.jpg

DEM_1672.jpg

DEM_1685.jpg

DEM_1690.jpg

DEM_1734.jpg

DEM_1737.jpg

DEM_1743.jpg

DEM_1745.jpg

DEM_1750.jpg

DEM_1766.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

 

Les colombiennes manifestent à Genève dans la joie pour la Paix

Dimanche 25 septembre 2016, dans une ambiance festive et colorée, des centaines de colombiens, tous âges confondus se sont assemblés au Parc des Cropettes pour une Marche en faveur de la paix en Colombie. Ils furent rejoints par autant d'amis de la paix, couvrant autant de nationalités que recèle Genève, pour dire "OUI" au référendum du 2 octobre prochain qui devra avaliser l'Accord de paix signé à la Havane par le Gouvernement colombien et les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes -FARC. Le "OUI" à ce référendum, pensent les marcheurs, ouvrira la porte à une nouvelle étape dans le développement politique, économique et socio-culturel de la Colombie. Des personnalités politiques et académiques ont manifesté leur soutien à ce processus de paix et à la Marche de ce dimanche 25 septembre, parmi lesquelles Carlo Sommaruga, Laurence Fiehlmann, Jean Ziegler, Yves Flïkiger, René Longet,Cruz Melchor Eya Nchama, Melik ÖZDEN, et Ramazan Tutar. De nombreux représentants de la société civile ont également exprimé leur soutien à la paix et à la fin des violences contre les femmes (Alliance mondiale contre les mutilations génitales féminines) et le problème de la distribution de la terre et le traitement du monde paysan (CETIM), la liberté d'expression et d'existence des différents ethnies (Mouvement kurde). 

Les organisateurs pensent aussi aux nombreuses difficultés qu'attendent la mise en oeuvre de l'Accord. C'est pourquoi ils ne comptent pas s'arrêter là, avec cette action. Une véritable paix en Colombie ne passera qu'au travers de la solution aux véritables problèmes qui sont à l'origine de la violence et de la polarisation entre colombiens: une véritable démocratie moderne, les problèmes agraires et l'égalité femmes / hommes, la fin des groupes paramilitaires et de leur principale source de financement: le trafic de drogue, la fin de l'impunité et de la corruption,...etc.

DEM_1377.jpg

DEM_1174.jpg

DEM_0995.jpg

DEM_1014.jpg

DEM_1019.jpg

DEM_1021.jpg

DEM_1031.jpg

DEM_1054.jpg

DEM_1055.jpg

DEM_1061.jpg

DEM_1066.jpg

DEM_1076.jpg

DEM_1088.jpg

DEM_1089.jpg

DEM_1091.jpg

DEM_1112.jpg

DEM_1149.jpg

DEM_1152.jpg

DEM_1164.jpg

DEM_1168.jpg

DEM_1177.jpg

DEM_1184.jpg

DEM_1218.jpg

DEM_1254.jpg

DEM_1274.jpg

DEM_1292.jpg

DEM_1296.jpg

DEM_1329.jpg

DEM_1347.jpg

DEM_1359.jpg

DEM_1367.jpg

DEM_1372.jpg

DEM_1380.jpg

DEM_1381.jpg

DEM_1397.jpg

DEM_1449.jpg

Pour les photos Alternatiba 2016

http://www.photographygeneva.com/gallery/festival-alterna...

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ

Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

22/09/2016

Pour le retour de la fratrie Musa !

Aujourd'hui 22 septembre, Solidarité Tattes, Lisa Mazzone et l'Espace solidaire Pâquis ont appelé à un rassemblement devant l'hôtel de ville à 16h30. Une cinquantaine de personnes ont suivi cet appel. Ce rassemblement avait pour objectif de montrer notre soutien aux député.e.s d'Ensemble à Gauche, les Verts, du Parti socialiste, et du Parti démocrate-chrétien qui ont déposé un projet de motion et un projet de résolution "pour une application digne et humaine de la politique d'asile".

Pour le retour de la fratrie Musa!
Pour la fin des renvois Dublin!
Pour une Genève terre d'asile!

La motion invite le Conseil d’Etat à utiliser la marge de manœuvre à sa disposition dans l'application des expulsions et notamment de tenir compte de la situation familiale. D’autre part elle demande de recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugié.e.s, chargée de dialoguer et négocier avec les autorités fédérales; et finalement de se positionner clairement sur la manière dont il entend appliquer la politique d’asile dans notre canton.

La résolution quant à elle s’adresse au Conseil fédéral sous forme d’initiative cantonale et l’invite au respect du droit international et à renoncer aux renvois lorsque la situation familiale l’exige en empêchant ainsi de désunir inutilement les membres d’une famille.

L’arrestation brutale par les forces de l'ordre, puis l'expulsion par vol spécial vers la Croatie d'une partie de la fratrie Musa, ont stupéfait et profondément choqué de nombreuses personnes et un certain nombre de député.e.s qui ont pris des positions publiques contre ces renvois et ont déposé ces deux textes.

Nous nous réjouissons que, par ces textes, le débat sur l’application de la politique d’asile en Suisse et dans notre canton en particulier soit abordé par le parlement cantonal. Toutefois, nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusions sur l’issue de ce débat. Où sont aujourd’hui les conseiller.ère.s d’Etat de l’envergure d’un Dominique Föllmi prenant par la main une petite clandestine et l’accompagnant à l’école pour défendre le droits à la scolarisation pour tous? Aujourd'hui, la police continue à faire irruption au petit matin dans les chambres des foyers où sont entassées des familles et arracher des femmes avec leurs enfants et bébés pour les expulser vers l’Italie, connu pour être dans l’impossibilité matérielle de faire face au nombre colossal de réfugiés qu’il accueille.

Nous sommes convaincus que sur ces questions, les lignes peuvent bouger seulement grâce à l’engagement citoyen.ne et aux actions de désobéissance civile.

Aujourd’hui et demain, car le combat est loin d’être terminé, notre présence active, nos actions en défense du droit d’asile doivent montrer à nos concitoyens et à nos élu.e.s toute l’absurdité de poursuivre dans une politique de l’asile aussi aveugle, inhumaine et peu perspicace pour ne pas dire stupide.

Ce n’est pas parce qu’une loi est légale qu’elle est juste !

Nous continuerons à nous engager à côté des réfugié.e.s !

Nous continuerons à les parrainer !

Nous continuerons à les héberger chez nous !

Nous réaffirmons notre soutien au collectif R qui dénonce les pressions policières subies ces derniers jours !

Communiqué de presse Solidarité Tattes - 22.09.2016

 

 

Pétition à signer en ligne veuillez cliquer sur lien suivant

https://www.change.org/p/solidarit%C3%A9-tattes-stop-%C3%...

DEM_9279.jpg

Je rentre de Zagreb où je suis allée voir la fratrie Musa et les conditions dans lesquelles ils vivent là-bas.

La première chose qu'ils ont tenu à me raconter, c'est les conditions de leur arrestation mardi 6 septembre.

Pour rappel, ils ont été arrêtés brutalement alors qu'ils se rendaient à l'office de la population pour une démarche administrative obligatoire. Une dizaine de policiers en civil ont sauté sur les trois Musa et sur les membres de Solidarité Tattes présents pour les menotter et les embarquer dans une camionnette.

Alors que nous les cherchions partout dans Genève, ils étaient amenés menottés au commissariat du boulevard Carl-Vogt, à la Jonction. Là, ils ont été déshabillés et fouillés, puis laissés sans nouvelles, ni nourriture pendant des heures. Un médecin a observé la main de Walat, écrasée durant l'arrestation. A 15h30, ils ont été amenés à l'aéroport de Genève pour y passer la nuit dans des cellules séparées. Avant cela, Walat a été emmené aux HUG pour y passer une radiographie de la main. Acte charitable semble-t-il mais bien inutile au final puisque, une fois la radio faite, la police a refusé d'attendre qu'un médecin analyse la radio et Walat est reparti sans information, direction les cellules de l'aéroport.

A 4h du matin le mercredi 7 septembre, Walat, Hazna et Slava ont été emmenés menottés dans une camionnette depuis Cointrin jusqu'à l'aéroport de Zurich. Là, ils ont été mis de force dans un vol spécial, Walat toujours attaché, direction Zagreb. Ils n'avaient toujours reçu ni nourriture ni eau. Ce n'est qu'une fois en Croatie qu'ils recevront à boire.

Ce récit démontre la violence d'une réalité qui existe aujourd'hui en 2016, à Genève et en Suisse. A l'heure des excuses et du regret face à l'enfermement des filles-mères et de tous les internés administrativement en Suisse jusque dans les années 80, la pratique continue aujourd'hui encore. On emprisonne des migrants parce qu'ils n'ont pas les bons papiers. Jusqu'à quand l'amnésie et l'aveuglement?

Ce récit prouve aussi l'absurdité d'une telle démarche: le coût d'une radio qui ne sera jamais lue? Le coût d'un avion de ligne utilisé comme vol spécial pour 5 personnes? (A ce sujet, le système commence à se rôder, il faut le souligner: le vol spécial des Musa a servi d’avion de ligne normal au retour, de manière à diviser le coût du renvoi par deux.)

Dans les journaux, M. Maudet nous demande de ne pas médiatiser les renvois. Devrions-nous nous taire face à cette violence et à cette absurdité? Il prétend que nous devons faire confiance au travail de la police. Et bien non, M. Maudet, heureusement nous ne lui faisons pas confiance et pour cause! Et tant que des arrestations et des violences pareilles existeront, nous continuerons à œuvrer pour que cette absurdité soit dénoncée, pour que les renvois cessent! A Lausanne, les parrains du collectif R qui accueillaient des réfugiés, ont subi des perquisitions policières. Nous nous associons à leur indignation face à de telles pratiques. La population ne doit pas recevoir d'intimidations parce qu'elle défend la cause des demandeurs d'asile. Les réfugiés doivent avoir les mêmes droits!

A l'heure actuelle, les Musa vivent dans moins de 12 mètres carrés dans un centre d'accueil prévu pour 200 personnes et qui en accueille à ce jour 550. Ils n'ont aucune perspective d'avenir. Dans une interview, M. Maudet a prétendu qu'une fois obtenu le statut de réfugié en Croatie, ils pourraient se mouvoir en Europe et venir en Suisse. Dans la réalité, obtenir le statut de réfugié en Croatie est un processus qui leur prendra encore des mois. Et s'ils obtiennent (comme c'est le cas de la plupart des Syriens en Suisse) un permis de type F, ils ne pourront pas franchir de frontières croates.

Ce n'est pas une vie,
ce n'est pas de l'asile,
s'établir où bon nous semble est un droit fondamental.
Nous exigeons le retour des Musa, d'Abozar et la fin des renvois Dublin.

DEM_9282.jpg

DEM_9294.jpg

DEM_9303.jpg

Nous sommes ici aujourd’hui afin de soutenir les députés verts, socialistes, d’ensemble à gauche et démocrates-chrétiens qui ont déposé un projet de motion et un projet de résolution « pour une application digne et humaine de la politique d’asile ».

Techniquement la motion invite le Conseil d’Etat à utiliser la marge de manœuvre qu’il a dans l’exécution des expulsions et notamment de tenir compte de la situation familiale. D’autre part elle demande de recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugiés chargée de dialoguer et négocier avec les autorités fédérales. Et finalement demande à ce même Conseil d’Etat de se positionner clairement sur la manière dont il entend appliquer la politique d’asile dans notre canton.

Quant à la résolution, elle s’adresse au Conseil fédéral sous forme d’initiative cantonale et l’invite au respect du droit international et à renoncer aux renvois lorsque la situation familiale l’exige en empêchant ainsi de désunir inutilement les membres d’une famille.
Le dépôt de ces deux textes fait suite à l'action citoyenne menée depuis plusieurs mois pour protéger le droit des requérant-e-s d'asile à rester auprès de leur famille et à s'opposer à leur renvoi vers d'autres pays au nom des accords de Dublin.
L’arrestation brutale par les forces de l'ordre, puis l'expulsion par vol spécial vers la Croatie d'une partie de la fratrie Musa, ont stupéfait et profondément choqué de nombreuses personnes et un certain nombre de députés qui ont pris des positions publiques contre ces renvois et ont déposé ces deux textes.
Nous nous réjouissons que par ces textes le débat sur l’application de la politique d’asile en Suisse et dans notre canton en particulier soit abordé par le parlement cantonal.
 
Toutefois nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusions sur l’issue du débat puisque ce qui règne dans ce parlement c’est le conformisme aux discours sécuritaires et frileux certainement pas à l’ouverture et à l’application courageuse d’idéaux moraux plus hauts que l’application aveugle et inhumaine des lois. En effet où sont aujourd’hui les conseillers d’Etat de l’envergure d’un Dominique Föllmi prenant par la main une petite clandestine et l’accompagnant à l’école pour défendre le droits à la scolarisation pour tous même pour les enfants de clandestins.

Non, le gouvernement genevois n’est pas inspiré par une telle figure ! La police continue à faire irruption au petit matin dans les chambres des foyers où sont entassées des familles et arracher des femmes avec leurs enfants et bébés pour les expulser vers l’Italie. L’Italie pays notoirement connu pour être dans l’impossibilité matérielle de faire face au nombre colossal de réfugiés qu’il accueille.

Nous sommes convaincus que les lignes vont bouger sur ces questions seulement grâce à l’engagement citoyen et aux  actions de désobéissance civile. Un front d’individus motivés par le sens de justice couvrant un large éventail d’origines politiques, socio-économiques, culturelles ou religieuses peut motiver les élus à se battre pour une politique d’asile digne et humaine.

Aujourd’hui et demain, car le combat est loin d’être terminé, notre présence active, nos actions en défense du droit d’asile doivent montrer à nos concitoyens et à nos élus toute l’absurdité de poursuivre dans une politique de l’asile aussi aveugle, inhumaine et peu perspicace pour ne pas dire stupide.
 
Nous devons affirmer haut et fort aux conseillers d’Etat genevois, vaudois et de toute la Suisse qu’il y a une marge de manœuvre politique pour éviter ces renvois brutaux et qu’ils doivent l’utiliser.

Que ce n’est pas parce qu’une loi est légale qu’elle est juste !
Que nous continuerons à nous engager à côté des refugiés
Que nous continuerons à les parrainer.
Que nous continuerons à les héberger chez nous.

Nous invitons les députés genevois à faire preuve de courage politique, à soutenir les textes déposés aujourd’hui et à parrainer des réfugiés contre leur expulsion à l’instar de la conseillère nationale verte Lisa Mazzone à Genève ou du député PDC Manuel Donzé dans le canton Vaud, pour ne citer que deux exemples.

Continuons dans notre mobilisation
Pour le retour de la fratrie Musa !
Pour l’abolition des accords de Dublin et un traitement humain des demandes d’asile !
Pour une Genève terre d’asile !

DEM_9300.jpg

DEM_9306.jpg

DEM_9237.jpg

DEM_9240.jpg

DEM_9242.jpg

DEM_9252.jpg

DEM_9256.jpg

DEM_9258.jpg

DEM_9261.jpg

DEM_9262.jpg

DEM_9307.jpg

DEM_9309.jpg

DEM_9311.jpg

DEM_9316.jpg

©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
Tous droits réservés
Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
Pour toute demande, merci de me contacter.

www.photographygeneva.com