Syndicale

  • Le personnel de la Ville de Genève se fait entendre !

    Imprimer

    Plus de 300 employé-e-s de la Ville de Genève se sont rassemblé-e-s devant le Conseil municipal pour exiger que le Statut du personnel et le partenariat social soient respectés et maintenus, et que les montants nécessaires soient octroyés dans le cadre du budget 2016 de la Ville.

    A l’occasion de la séance extraordinaire du Conseil municipal consacrée au budget 2016, le personnel de la Ville de Genève a tenu à manifester son inquiétude et son mécontentement. Plus de 300 salariés, provenant de services très différents, ont participé au rassemblement. Cette diversité démontre que l’inquiétude est globale. Une lettre ouverte a été distribuée aux conseillers municipaux pour leur transmettre la position du personnel et sa détermination à défendre les conditions de travail et les prestations.

    Les manifestants dénoncent les injonctions de la droite élargie du Conseil municipal visant la péjoration du Statut du personnel en proposant notamment: une augmentation du salaire des cadres, la possibilité d’engagement en contrat de droit privé et non pas de droit public, la suppression de l'enquête administrative dans le but de faciliter les licenciements. Ils dénoncent aussi la menace de suppression de certains services ou prestations sous prétexte d'économies (comme la transformation de la Gérance immobilière municipale en Fondation).

    Ils demandent le respect du Statut, qui a été négocié avec les organisations représentatives du personnel et qui est entré en vigueur il y a moins de cinq ans, ainsi que la poursuite des négociations avec le Conseil administratif sur les dispositions transitoires, qui ne sont toujours pas finalisées.

    Le personnel demande également au Conseil municipal d'intégrer au budget 2016 le montant permettant d’appliquer l'accord conclu le 5 mars dernier avec le Conseil administratif. Cet accord porte sur un plan de prévoyance pour les personnes non affiliées à CAP-Prévoyance et sur la prolongation de la durée de la couverture en cas de maladie/accident de 180 à 720 jours pour les auxiliaires et les apprentis

     

    Communiqué aux médias

    Genève, le 26 novembre 2015

    DSC_0871-2.jpg

    DSC_0874-2.jpg

    DSC_0881-2.jpg

    DSC_0887-2.jpg

    DSC_0891-2.jpg

    DSC_0893-2.jpg

    DSC_0902-2.jpg

    DSC_0910-2.jpg

    DSC_0917-2.jpg

    DSC_0925-2.jpg

    DSC_0929-2.jpg

    DSC_0934-2.jpg

    DSC_0941-2.jpg

    DSC_0944-2.jpg

    DSC_0949-2.jpg

    DSC_0954-2.jpg

    DSC_0959-2.jpg

    DSC_0964-2.jpg

    DSC_0981-2.jpg

    DSC_0973-2.jpg

    DSC_0984-2.jpg

    DSC_0996-2.jpg

    <Pour voir la suite des photos >

    http://www.photographygeneva.com/gallery/rassemblement-du-personnel-de-la-ville-de-geneve/

    Vous pouvez commander les photos de votre choix dans les albums de mon site internet
    ©Photography Geneva by Demir SÖNMEZ
    Tous droits réservés
    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.

    Pour toute demande, merci de me contacter.

    DSC_1002-2.jpg

    Lien permanent Catégories : Syndicale 0 commentaire
  • 4000 maçons en colère descendent dans la rue

    Imprimer

     

    DSC_1610.JPG
    DSC_1617.JPG

    DSC_1621.jpg

    DSC_1627.jpg

    DSC_1628.jpg
    DSC_1634.jpg
    DSC_1640.jpg
    DSC_1650.jpg
    DSC_1660.jpg
    DSC_1677.jpg

    DSC_1698.jpg

    DSC_1707.jpg
    DSC_1709.jpg
    DSC_1712.jpg
    DSC_1714.jpg
    DSC_1718.jpg
    DSC_1720.jpg

    DSC_1734.jpg

    DSC_1739.jpg
    DSC_1744.jpg
    DSC_1745.jpg
    DSC_1749.jpg
    DSC_1754.jpg
    DSC_1757.jpg

    DSC_1758.jpg

    DSC_1760.jpg
    DSC_1770.jpg
    DSC_1771.jpg
    DSC_1791.jpg
    DSC_1792.jpg

    DSC_1821.jpg

    DSC_1830.jpg
    DSC_1834.jpg
    DSC_1841.jpg
    DSC_1846.jpg

    DSC_1848.jpg

    DSC_1849.jpg
    DSC_1856.jpg
    DSC_1861.jpg
    DSC_1862.jpg
    DSC_1866.jpg

    DSC_1869.jpg

    DSC_1873.jpg
    DSC_1876.jpg
    DSC_1889.jpg
    DSC_1903.jpg

    DSC_1907.jpg

    DSC_1908.jpg
    DSC_1913.jpg
    DSC_1920.jpg
    DSC_1929.jpg

     

    DSC_1942.jpg
    DSC_1947.jpg
    DSC_1973.jpg
    DSC_1982.jpg
    DSC_1987.jpg
    DSC_1996.jpg

    DSC_2003.jpg

    DSC_2014.jpg
    DSC_2015.jpg
    DSC_2024.jpg
    DSC_2031.jpg
    DSC_2034.jpg

    DSC_2044.jpg

    DSC_2068.jpg
    DSC_2075.jpg
    DSC_2079.jpg
    DSC_2082.jpg

    DSC_2098.jpg

    DSC_2093.jpg
    DSC_2110.jpg
    DSC_2111.jpg
    DSC_2112.jpg
    DSC_2118.jpg
    DSC_2119.jpg
    DSC_2130.jpg

     

     


    La manifestation des maçons bloque la ville de Genève!


    Reportage sur le blog de notre ami Haykel EZZEDDINE



    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Photos : Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Syndicale 2 commentaires
  • Manifestation de la construction: Une meilleure protection, Unis, nous sommes forts!

    Imprimer

    Les syndicats Unia, Syna et SIT ont organisé le 24 septembre à Berne une manifestation de travailleurs de la construction, à laquelle 12'000 personnes ont participé.

     

     

     

    Très combatives, elles ont démontré leur volonté de voir renouvelée leur convention collective de travail, avec des améliorations salariales, une meilleure protection contre les licenciements, contre les licenciements de militants syndicaux, contre les accidents de travail, contre les maladies professionnelles, contre la sous-enchère sociale et salariale et contre la précarisation imposée par les entrepreneurs.

    _________________________________________________________________________________

    Jacques ROBERT, secrétaire national du syndicat Unia et candidat socialiste de Genève à l’élection du Conseil national, le 23 octobre prochain, y a prononcé un discours.

    DSC_5575.jpg

    Camarades, Vous êtes là !

    Les travailleuses et les travailleurs de la construction sont revenus sur la place fédérale !

    Vous montrez une nouvelle fois, que vous savez vous battre, savez lutter pour améliorer vos conditions de vie et de travail, savez répondre « présent » lorsque l’égoïsme et la cupidité du patronat s’exprime, lorsque la soif de profits non partagés devrait dégrader vos conditions de travail !

    Bravo et merci à vous, travailleuses et travailleurs de la construction, et à vous toutes et tous qui êtes ici pour les appuyer, pour soutenir leur combat, qui est aussi, c’est vrai, celui des salariées et des salariés des autres branches.

    Bonne en Suisse, la situation économique est rendue incertaine, ici et ailleurs, par les comportements irresponsables des spéculateurs, et de tous ceux qui, à droite, les appuient, les soutiennent et les encouragent.

    Les bas salaires stagnent, alors que les plus hauts explosent, sous l’effet de la confiscation des fruits de notre travail par les managers, par les chefs d’entreprises. Et cette injustice, si elle rend la vie difficile à un nombre de plus en plus élevé de familles de travailleurs, a aussi pour effet d’aggraver les crises, en privant de pouvoir d’achat la très grande majorité de la population et en concentrant la fortune dans un très petit nombre de mains privilégiées, qui spéculent.

    Ces faits créent de plus des incertitudes, qui sont mises à profit, ici, dans la construction, par la SSE, pour s’en prendre aux conditions de travail des maçons. La situation économique de la branche est pourtant prospère, avec plutôt trop de travail, et de bonnes perspectives.

    Ce qui n’empêche pas les entrepreneurs, qu’aucun argument ne rebute, même les plus saugrenus, de prétendre ne pas avoir de marge !

    C’est évidemment faux ! Et si un semblant de vérité devait néanmoins exister, il serait dû

    -      à la concurrence à laquelle ils se livrent entre eux. Mais ils sont de très fervents partisans de cette concurrence,
    -      à la pression sur les prix exercée par les promoteurs et les spéculateurs immobiliers. Mais ils sont les meilleurs amis de ces promoteurs et de ces spéculateurs, qu’ils sont d’ailleurs souvent eux-mêmes
    -      aux salaires qu’ils se prennent, avant de calculer la marge, et qui expliquent des niveaux de vie dont aucun de leurs salariés ne peut seulement rêver…

    Il faut donc, et c’est pour ça que nous sommes ici, résister avec détermination contre la volonté de la SSE d’affaiblir la convention collective. Et aussi lutter pour améliorer les conditions de travail et de salaire,

    -      parce que vous en avez besoin
    -      parce que vous le méritez
    -      et parce que c’est possible

    Nous voulons davantage de protection, contre les licenciements, contre les licenciements de militants syndicaux, contre les accidents de travail, contre les maladies professionnelles, contre la sous-enchère sociale et salariale, contre la précarisation imposée par les entrepreneurs, qui de plus en plus cherchent à faire supporter le risque d’entreprise par les salariés, au moment même où ils prélèvent des revenus de plus en plus élevés.

    Nous voulons de meilleurs salaires, pour que celles et ceux qui construisent vraiment ne soient plus les parents pauvres d’un secteur où se réalisent des fortunes considérables.

    Vive la lutte de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs 

     

    Pour une meilleure protection, Unis, nous sommes forts

    -------------------------------------------------------------------------------------------

    Discours Filipa Fazendeiro-Chinarro, secrétaire syndicale à Genève et responsable de la construction

    DSC_5532.jpg

    Chères et chers Camarades,

    Le chanteur José Afonso avait raison : ce qu’il manque, c’est de donner de l’élan au peuple.
    Depuis des années, les chantiers tournent à plein régime : vous savez à quelle heure vous commencez le travail mais jamais quand il se terminera. Autrement dit, les bénéfices des entrepreneurs ne cessent d’augmenter.

    Les travailleurs de la construction ont toujours plus de stress, avec des rythmes effrénés générant des accidents trop souvent invalidants quand ils ne sont pas mortels. Ils doivent travailler par tous les temps, même quand leur santé est en péril. Voilà pourquoi vos revendications sont justes : IL FAUT PLUS DE PROTECTION !

    Et qu’est-ce que les patrons veulent donner aux travailleurs ? RIEN ! Ils s’en prennent même aux salaires minimums : celui qui ne court pas assez vite n’aurait plus droit au salaire minimum !
    Les patrons veulent même démanteler la protection contre le licenciement en cas de maladie ou d’accident. Et ils remettent même en question la retraite à 60 ans ! ÇA NE VA PAS !

    Vous construisez la Suisse, vous construisez les maisons, les ponts, les routes, les écoles de nos enfants avec des métiers pénibles et difficiles : Voilà pourquoi vous avez besoin de meilleures conditions de travail !

    Nous luttons ensemble dans ce but.

    Aujourd’hui sur la Place Fédérale. Et si nécessaire, demain sur les chantiers.

    José Afonso avait raison Camarades, il avait raison hier et il a encore plus raison aujourd’hui : ce qu’il manque, c’est de donner de l’élan au peuple et aujourd’hui, cet élan est là et il mobilisera le peuple !

    La lutte continue !

    _____________________________________________

    Discours Pierre-Alain Grosjean Syndicat Syna Responsable du secteur de la construction Pour la Suisse romande
    syna.JPG

    Camarades,

    Au nom du syndicat Syna je vous souhaite la bienvenue et vous remercie d’avoir fait le déplacement à Berne
    Après 10 rondes de négociations nous n’avons pas obtenu le moindre résultat positif, ni même un signe de bonne volonté, aucun signal positif de la part de la SSE

    La SSE semble se contenter du statu quo et de prolonger la CN de quelques mois ceci afin de gagner du temps c’est tout simplement incompréhensible.

    La conjoncture actuelle est favorable à la branche de la construction, le secteur de la construction ne connaît pas de crise depuis des années et n’est pas touché par la chute de l’Euro.

    Nous devons nous battre pour le non démantèlement de la convention nationale, il en va de la survie du secteur de la construction et de son avenir.

    Nous sommes déçus de l’attitude de la SSE qui tergiverse afin de gagner du temps au lieu de faire preuve de bonne volonté. Il en va de l’avenir de la  Convention nationale du secteur principal de la construction.

    -       Nous voulons une CONVENTION NATIONALE forte en 2012 et pour les années suivantes.

    -       Nous voulons une CONVENTION NATIONALE  digne pour tous les professionnels
    de la construction


    -       Nous voulons une CONVENTION NATIONALE  qui respecte les droits de travailleurs.

    -       Nous voulons une CONVENTION NATIONALE  qui protège les travailleurs.

    Nous ne voulons pas d’une CONVENTION NATIONALE vide de toute substance

    Vous méritez une convention de travail qui protège tous les travailleurs et non une convention de travail qui fait la part belle aux entreprises qui ne respectent rien.

    Sans une convention nationale forte l’ouverture des marchés à des margoulins ne respectant aucunes règles définies dans la convention nationale est à notre porte.
    Des conséquences désastreuses et graves pour le secteur de la construction sont à redouter  en particulier en matière de salaires, de temps de travail et de protection des travailleurs, il en va de votre profession.

    Nous demandons à la Société des entrepreneurs de bien vouloir nous soumettre des propositions qui vont dans le sens d’une convention nationale renforcée et non le contraire c'est-à-dire faire porter le risque sur les travailleurs du secteur principal de la construction et de ne pas sortir certaines professions liées au secteur principale de cette convention.

    L’avenir du secteur de la construction est en jeu, une bonne convention nationale est égale à une bonne attractivité pour les jeunes et par la même de l’avenir de la branche, les entrepreneurs de la construction doivent en être conscients. Il ne suffit pas de faire de la publicité pour attirer les jeunes, mais il faut leur garantir de bonnes conditions de travail et de bonnes conditions salariales avec une convention nationale solide.

    L’Etat doit également veiller à ce que la convention nationale soit de force obligatoire et sanctionner les auteurs de dumping salarial

    Nous vous remercions d’avoir fait le déplacement à Berne aussi nombreux, c’est la preuve que vous tenez à des conditions de travail dignes et à une convention nationale forte.

    Je vous remercie de votre attention.
    L1003673.JPG
    DSC_5180.jpg
    DSC_5198.jpg
    DSC_5203.jpg
    DSC_5211.jpg
    DSC_5207.jpg
    DSC_5168.jpg
    DSC_5175.jpg
    DSC_5189.jpg
    DSC_5223.jpg
    DSC_5232.jpg
    L1003681.JPG
    L1003684.JPG
    L1003686.JPG
    L1003689.JPG
    L1003691.JPG
    L1003693.JPG
    L1003694.JPG
    L1003695.JPG
    L1003697.JPG
    L1003700.JPG
    L1003701.JPG
    L1003708.JPG
    L1003706.JPG
    L1003709.JPG
    L1003710.JPG
    L1003712.JPG
    L1003714.JPG
    L1003715.JPG

    L1003721.JPG

    L1003733.JPG
    L1003741.JPG
    DSC_5256.jpg
    DSC_5260.jpg
    DSC_5264.jpg
    L1003754.JPG
    DSC_5298.jpg
    DSC_5301.jpg
    DSC_5310.jpg
    DSC_5330.jpg
    DSC_5335.jpg
    DSC_5342.jpg
    DSC_5344.jpg
    DSC_5346.jpg
    DSC_5272.jpg
    DSC_5266.jpg
    DSC_5351.jpg
    DSC_5358.jpg
    DSC_5362.jpg
    DSC_5364.jpg
    DSC_5370.jpg
    DSC_5371.jpg
    L1003764.JPG
    L1003771.JPG
    L1003774.JPG
    L1003816.JPG
    L1003781.JPG
    L1003794.JPG
    L1003810.JPG
    DSC_5396.jpg
    DSC_5412.jpg
    DSC_5438.jpg
    DSC_5449.jpg
    DSC_5464.jpg
    DSC_5472.jpg
    DSC_5476.jpg
    DSC_5482.jpg
    DSC_5486.jpg
    DSC_5499.jpg
    DSC_5500.jpg
    DSC_5520.jpg
    DSC_5521.jpg
    DSC_5525.jpg
    DSC_5532.jpg
    L1003848.JPG
    L1003855.JPG
    L1003859.JPG
    L1003862.JPG
    L1003868.JPG
    L1003905.JPG
    DSC_5566.jpg
    DSC_5558.jpg
    DSC_5613.jpg
    DSC_5629.jpg
    L1003911.JPG
    L1003916.JPG
    L1003922.JPG
    DSC_5696.jpg
    L1003932.JPG
    DSC_5704.jpg
    L1003949.JPG
    L1003950.JPG
    L1003954.JPG
    DSC_5540.jpg
    DSC_5748.jpg
    DSC_5750.jpg


    Lien permanent Catégories : Syndicale 0 commentaire