24/04/2014

Hommage à Michel CHEVROLET !

Michel, Genève ne t’oubliera jamais!

DSC_1981.jpg

DSC_1991.jpg
DSC_1993.jpg
DSC_1999.jpg
DSC_2005.jpg
DSC_2009.jpg

DSC_2012.jpg

DSC_2015.jpg
DSC_2018.jpg
DSC_2020.jpg
DSC_2022.jpg
DSC_2023.jpg
DSC_2030.jpg
DSC_2032.jpg
DSC_2033.jpg
DSC_2041.jpg

DSC_2045.jpg

DSC_2048.jpg
DSC_2050.jpg
DSC_2056.jpg
DSC_2057.jpg
DSC_2059.jpg
DSC_2060.jpg
DSC_2062.jpg
DSC_2064.jpg

DSC_2065.jpg

DSC_2067.jpg
DSC_2069.jpg
DSC_2070.jpg
DSC_2081.jpg
DSC_2083.jpg
DSC_2084.jpg
DSC_2086.jpg
DSC_2091.jpg
DSC_2092.jpg
DSC_2094.jpg
DSC_2098.jpg
DSC_2099.jpg

DSC_2101.jpg

DSC_2105.jpg
DSC_2109.jpg
DSC_2111.jpg
DSC_2113.jpg
DSC_2117.jpg
DSC_2119.jpg
DSC_2122.jpg
DSC_2123.jpg

DSC_2125.jpg

DSC_2129.jpg
DSC_2130.jpg
DSC_2131.jpg
DSC_2133.jpg
DSC_2135.jpg
DSC_2136.jpg

DSC_2141.jpg

DSC_2142.jpg
DSC_2145.jpg
DSC_2147.jpg

DSC_2148.jpg

DSC_2149.jpg
DSC_2150.jpg
DSC_2151.jpg
DSC_2152.jpg
DSC_2158.jpg
DSC_2162.jpg
DSC_2166.jpg

Adieu Michel CHEVROLET!

 

DSC_2181.jpg

DSC_2188.jpg
DSC_2191.jpg
DSC_2195.jpg
DSC_2196.jpg
DSC_2199.jpg
DSC_2200.jpg

Pourriez-vous expliqué avec une phrase Michel CHEVROLET

DSC_2185.jpg

 

DSC_2184.jpg

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

copyright.jpg

 

14:22 Publié dans Amis - Amies | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

21/08/2012

Ensemble, faisons vivre le Bois de la Bâtie !

 

Ce matin, dans ce magnifique décor de la Rade de Genève, la mascotte du Parc aventure de la Bâtie Koni et l'association "Le respect ça change la vie" se sont donnés rendez-vous sur le bateau "Le Savoie", puis devant l’Horloge fleurie.

Le président du Conseil municipal de la Ville de Genève, Monsieur Jean-Charles Rielle, a également apporté son soutien à ce magnifique projet et à ses initiateurs, les amis du Parc d'aventure du Bois de la Bâtie.

DSC_1770.jpg
DSC_1790.jpg
DSC_1802.jpg
DSC_1804.jpg
DSC_1808.jpg
DSC_1814.jpg
DSC_1829.jpg

 

DSC_1835.jpg
DSC_1848.jpg

 

DSC_1857.jpg
DSC_1870.jpg

 

DSC_1875.jpg
DSC_1883.jpg


Motion du 28 juin 2011(M-978) de MM. Julien Cart, Eric Bertinat, Pascal Spuhler, Mmes Maria Casares, Olga Baranova et Marie Chappuis: «Bâtissons un parc aventure au bois de la Bâtie».


(renvoyée à la commission de la sécurité, du domaine public, de l'information et de
la communication par le Conseil municipal lors de la séance du 22 novembre 2011)

PROJET DE MOTION


Considérant:

– que le bois de la Bâtie est un site chargé d'histoire, qu'il a été offert à la Ville en 1869 par les frères Turrettini afin qu'il reste un parc public, qu'il est situé aux portes de Genève dans un cadre géographique exceptionnel et qu'il est très apprécié des Genevoises et des Genevois;

– qu'il serait particulièrement bienvenu de mettre en valeur ce site à travers la création d'activités récréatives, par exemple un parc aventure (aussi appelé «accrobranche»),qui permettront à la population locale de redécouvrir cet endroit privilégié;

– que des études ont été faites par l'association Les Amis de la Bâtie (M. Monnard) et ont montré que le bois de la Bâtie est le lieu le plus adéquat pour ce genre d'activités en termes d'accessibilité, d'impact sur la nature et d'infrastructures déjà existantes (à savoir des sentiers idéalement disposés, une place de jeux, un parc animalier, etc.);

– que le canton de Genève ne dispose d'aucune activité similaire, contrairement aux cantons romands et à la France voisine; que, dès lors, de nombreuses familles sont contraintes de rechercher toujours plus loin des activités récréatives alors que la Ville de Genève regorge de ressources qui permettraient de leur offrir ces moments de loisirs;

– qu'il existe une forte demande de la population en matière de sport de proximité et d'activités interurbaines;

– que ce genre de concept s'inscrit tout à fait dans les politiques de prévention menées par la Confédération contre la sédentarisation grandissante de nos sociétés, les maladies et les coûts qu'elle induit;

– qu'il s'agit d'une activité ludique qui permet de sensibiliser toutes les générations aux comportements à adopter dans la nature;

– que ce concept d'accrobranche permettra d'améliorer la cohésion sociale et le lien intergénérationnel: pendant que les jeunes passent d'arbre en arbre, les grands-parents peuvent les suivre d'en bas le long du chemin;

– que ces structures sont légères et qu'elles respectent totalement l'environnement, ces installations se mariant totalement à la nature (on ne plante pas de clous) et étant démontables en tout temps;

– qu'il s'agit d'un sport en vogue depuis vingt ans, qui ne demande pas de connaissances complexes une fois la courte formation reçue,

le Conseil municipal demande au Conseil administratif:


– de créer un projet d'étude avec les spécialistes de la Ville dans ce domaine;

– de réaliser un parc aventure au bois de la Bâtie dans les plus brefs délais;

– que l'aventure commence à la Bâtie, en créant ce parc accrobranche pour le bonheur
de nos citoyen-ne-s!


http://img87.xooimage.com/files/2/1/f/m_978_169_objet_1-3...

=========================================

 

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

16:02 Publié dans l'environnement | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

La sud tunisien après la révolution

DSC_1439.jpg

DSC_0974.jpg
DSC_1067.jpg
DSC_1136.jpg
DSC_1141.jpg
DSC_1147.jpg

 

DSC_1150.jpg
DSC_1157.jpg
DSC_1183.jpg
DSC_1205.jpg
DSC_1215.jpg
DSC_1235.jpg
DSC_1248.jpg
DSC_1257.jpg
DSC_1261.jpg
DSC_1277.jpg

 

DSC_1298.jpg
DSC_1299.jpg
DSC_1300.jpg
DSC_1303.jpg
DSC_1305.jpg
DSC_1306.jpg
DSC_1308.jpg
DSC_1310.jpg

 

DSC_1313.jpg
DSC_1316.jpg
DSC_1319.jpg
DSC_1322.jpg
DSC_1323.jpg
DSC_1324.jpg
DSC_1326.jpg
DSC_1327.jpg
DSC_1328.jpg

 

DSC_1329.jpg
DSC_1330.jpg
DSC_1331.jpg
DSC_1332.jpg
DSC_1333.jpg
DSC_1334.jpg
DSC_1335.jpg
DSC_1336.jpg

 

DSC_1337.jpg
DSC_1339.jpg
DSC_1341.jpg
DSC_1343.jpg
DSC_1347.jpg
DSC_1362.jpg
DSC_1372.jpg

 

DSC_1519.jpg
DSC_1533.jpg
DSC_1673.jpg
DSC_1690.jpg
DSC_1700.jpg
DSC_1705.jpg
DSC_1714.jpg
DSC_1718.jpg
DSC_1721.jpg
DSC_1726.jpg
DSC_1729.jpg
DSC_1733.jpg
DSC_1734.jpg
DSC_1689.jpg

 

copyright.jpg

Photos: Demir SÖNMEZ

09:00 Publié dans Voyages | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20/08/2012

Vous avez dit « terroriste » ?

Une seule et courte vidéo peut-elle démentir tous les arguments de l’Etat turc et des pays occidentaux contre le PKK ?  La guérilla kurde dresse chaque jour des barrages pour contrôle d’identité. Cette fois c’est différant.  L’accusation de « terrorisme » et les mensonges officiels s’effondrent devant les yeux. La vidéo confirme la prise de contrôle par la guérilla depuis 23 juillet d’une vaste zone tout près de la ville de Semdinli.

Un accueil chaleureux

Les images tournées par des journalistes qui accompagnaient la délégation montrent l’accueil chaleureux de la foule. Des centaines de personnes descendues des véhicules crient des slogans en faveur du PKK et ils s’embrassent tour à tour, sous l’acclamation.  

« Nous n’avons vu aucune force gouvernementale dans la région » a déclaré Gultan Kisanak, co-présidente du principal parti kurde BDP, affirmant que la délégation s'est arrêtée devant un point de contrôle de la guérilla sur la route du retour après avoir visité quelques villages.

Une vaste zone est sous contrôle du PKK depuis 23 juillet à Semdinli et depuis 4 aout à Cukurca, toujours dans la région de Hakkari. La guérilla a pris le contrôle d’une autre zone près de la ville de Hakkari, après avoir lancé le 16 aout un assaut d’envergure contre plusieurs postes des forces de l’ordre.    

« Nous avons rencontré quatre guérilleros dont une femme sur la route du retour. Ils ont fait de la propagande pour leur cause » a dit de son côté Ertugrul Kurkcu, député du parti kurde BDP de Mersin.

« Selon un responsable local, sept de dix villages situés dans la zone sont vides » a-t-il ajouté, affirmant qu’un millier de villageois ont été forcé par l’armée de quitter leurs maisons.

Député libéré : Ils sont les enfants de ce pays

Quelques jours plutôt, un député avait été arrêté par la guérilla. Il s’agissait du député de parti kémaliste CHP, Huseyin Aygun, arrêté le 12 aout alors qu'il se trouvait dans sa circonscription de Dersim (Tunceli) avant d’être libéré le 14 aout.  

Le député a été arrêté suite aux plaintes des habitants de Dersim, avait affirmé HPG, la branche armée du PKK, ajoutant ajouté que son arrestation était aussi pour but d’attirer l’attention sur les travaux de construction des barrages.

« Ils étaient élégants envers moi (…) ils m’ont demandé d’œuvrer plus pour la paix et de mener une politique indépendante.  Aucune atteinte n’a été porté  à ma vie » a déclaré le député d’origine kurde après sa libération. « Ces jeunes sont les enfants de ce pays.  Ils ont dit qu’ils voulaient donner un message de la paix » a-t-il ajouté.

Le 15 aout, les femmes combattantes  du PKK ont annoncé avoir “placé en garde à vue” un soldat de l’armée turque lors d’un contrôle d’identité entre les villes de Van et de Sirnak. Au moins 81 personnes dont des militaires, des gardians de village, des entrepreneurs, un maire AKP ont été arrêtés par la guérilla entre 1er mai et 13 aout 2012. La plupart ont été libérés après avoir été interrogés par le mouvement qui affirme respecter la Convention de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre, dont il fait partie.

PKK dénonce la déclaration de l’ambassadeur américain

Refusant de voir la réalité du PKK au sein du peuple kurde et de négocier pour une solution politique et pacifique, l’Etat turc et l’Occident continuent d’accuser ce mouvement de « terrorisme », toute en soutenant les « insurgés syriens » accusés de crimes de guerre par l’ONU.

Malgré le silence face à la répression anti-kurde et le soutien total de l’Occident, notamment des États-Unis et de la France, à la Turquie, le mouvement kurde s’impose de plus en plus fort pour l’avenir du Moyen-Orient, en rendant insignifiant les frontière actuelles qui divisent le Kurdistan entre quatre pays.

Le PKK a dénoncé le 16 aout  la déclaration de Franchis Ricciardione, l’ambassadeur américain en Turquie, qui a accusé l’organisation de coopérer le régime Assad. « L’ambassadeur américain doit présenter ses preuves ou nous affirmerons qu’il est un grand menteur et calomniateur » a déclaré le PKK, dans un communiqué.

Vendredi 15 aout, l’ambassadeur américain avait accusé le régime syrien d’avoir armé le PKK. « Le PKK est un mouvement de la liberté et de la démocratie » a ajouté le mouvement kurde, affirmant que la déclaration de Ricciardione fait partie des mensonges du régime AKP, dans le cadre d’une guerre psychologique contre le peuple kurde.

« Nous appelons toutes les forces internationales, notamment les États-Unis, à voir la cause du peuple kurde et à abandonner la politique qui sacrifie les kurdes pour les intérêts économiques et politiques » a dit l’organisation, appelant également les mouvements politiques kurdes et les milieux démocratiques à mener une lutte commune contre la campagne de diffamation et de désinformation véhiculée par le régime AKP.

http://www.actukurde.fr/actualites/313/vous-avez-dit-terr...

13:46 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

11/08/2012

Le tournoi des entreprises de Beach Rugby, la remise des prix

Le tournoi des entreprises de Beach Rugby, la remise des prix vendredi soir, les équipes des entreprises Merck Sereno, Sert, Swiss-Marine, JPTW, Ochner sport, Team des pres, Leman Blue et Holmes place ont joué. les résultats du tournois: Première Swiss-Marine, deuxième place SERT, troisième Merck SERENO, quatrième place JPTW, cinquième place Ochner SPORT, sixième place Team des Pres, septième  Leman Blue et huitième place Holmes Place.

DSC_0530.JPG

DSC_0537.JPG
DSC_0542.JPG
DSC_0549.JPG
DSC_0577.JPG
DSC_0598.JPG
DSC_0602.JPG

 

DSC_0614.JPG
DSC_0627.JPG
DSC_0653.JPG
DSC_0656.JPG
DSC_0671.JPG
DSC_0675.JPG
DSC_0678.JPG
DSC_0692.JPG

 

DSC_0721.JPG
DSC_0727.JPG
DSC_0757.JPG
DSC_0764.JPG
DSC_0789.JPG
DSC_0805.JPG

 

DSC_0825.JPG
DSC_0831.JPG
DSC_0860.JPG

 

Première place: Swiss-Marine

DSC_0868.JPG

Deuxième place: SERT
DSC_0873.JPG

photos: Demir SÖNMEZ

08:37 Publié dans Sports | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

10/08/2012

Plus de 550 enfants tués par les forces de l’ordre turques

Les enfants kurdes continuent d’être victimes de l’État turc. Plus de 550 enfants ont été tués par les forces de l’ordre en 24 ans, dont quatre entre le 4 et le 7 aout. Deux enfants touchés à la tête et deux autres victimes des explosifs militaires.   

Le quotidien britannique "The Guardian" a publié dans son édition du 7 aout un article sur les enfants kurdes tués par les forces de l’ordre turques, prenant le cas du petit Mazlum.

Mazlum_Akay_2.jpg

Mazlum, touché à la tête

Mazlum Akay, un enfant kurde âgé de 11 ans, a succombé le 4 aout à ses blessures dans un hôpital d’Adana, après avoir été touché à la tête par une grenade de gaz lacrymogène tiré par un policier du régime AKP en Turquie, suite à une manifestation organisée le 29 juillet par un groupe de jeunes kurdes.

Mazlum a été le 501e enfant tué par les forces de sécurité turques depuis 1988, selon les organisations des droits de l'humain, cité par le quotidien britannique. Mais le nombre serait encore plus élevé.

Dans un rapport publié en juin 2012, l’association des droits de l’homme (IHD) affirmait que 552 enfants ont été tués par les forces de l’ordre au cours des 24 dernières années, dont au moins 171 depuis 2002, l’arrivé au pouvoir de l’AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdogan.  Au moins 27 enfants kurdes ont été tués au cours de l’année 2011, ajoute de son coté l’association YAKAY-DER.

Le 5 aout à Adana où vit une importante communauté kurde, des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de Mazlum, criant des slogans tels que « Erdogan assassin! », « PKK est le peuple et le peuple est là », « Kurdistan sera le tombeau du fascisme ».

Seray avait 8 ans…

Au lendemain des funérailles, Seray Yavuz, une petite fille kurde âgée de 8 ans, a été tuée par l’explosion d’un objet qu’elle avait trouvé, vraisemblablement une bombe non-explosée de l’armée turque. Le drame est survenu à Senyayla, dans la région de Mus.

Le 7 aout, c’était au tour de Fuat Sak, un jeune kurde âgé de 18 ans, originaire d’Uludere où 34 personnes dont 19 enfants avaient été massacrées fin décembre 2011 par l’aviation turque. Le jeune Fuat a été tué par l’explosion d’un obus de mortier non-explosé qu’il avait trouvé dans le village de Yekmal, sur la frontière avec l’Irak.  L’armée turque bombarde intensivement la région depuis plusieurs semaines.

Veysi a été tué et enterré secrètement

Veysi_Demir.jpg


Le même jour à 5 heures du matin, l’État turc commet un autre crime, dans le village de Toprakseven à Caldiran, dans la région de Van, sur la frontière avec l’Iran. L’enfant kurde Veysi Demir, âgé de 13 ans, a été tué par des tirs de soldats turcs. Touché à la tête, le corps de l’enfant a ensuite été amené par des soldats jusqu'à l’intérieur de la frontière iranienne avant d’être enterré secrètement, a révélé l’agence de presse kurde DIHA, publiant les images de cette atrocité. Sur les images, on voyait le corps sans vie de l’enfant à moitié enterré.

En outre, au moins 2.225 enfants sont en prison, selon le Ministère de la Justice.


http://www.guardian.co.uk/world/2012/aug/07/turkish-secur...

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde

info Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

 

10:07 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

09/08/2012

Le tournoi des élus de Beach Rugby: Vaincu

Le tournoi des élus de Beach Rugby, la remise des prix ce soir, les équipes des élus PLR (Parti Libéral - Radical), Les élus (municipaux et Cantonal), Fête de Genève et Coherans ont joué. les résultats du tournois: Première place Fête de Genève, deuxième place Coherans, troisième place PLR et quatrième place Les élus.

DSC_0143.jpg
DSC_0154.jpg
DSC_0158.jpg
DSC_0162.jpg
DSC_0170.jpg
DSC_0175.jpg
DSC_0183.jpg
DSC_0191.jpg
DSC_0193.jpg
DSC_0202.jpg
DSC_0214.jpg
DSC_0219.jpg
DSC_0226.jpg
DSC_0233.jpg
DSC_0243.jpg
DSC_0244.jpg
DSC_0247.jpg
DSC_0253.jpg
DSC_0266.jpg
DSC_0269.jpg
DSC_0281.jpg
DSC_0292.jpg
DSC_0298.jpg
DSC_0302.jpg
DSC_0308.jpg
DSC_0310.jpg
DSC_0329.jpg
DSC_0340.jpg
DSC_0370.jpg
DSC_0371.jpg
DSC_0374.jpg
DSC_0383.jpg
DSC_0394.jpg
DSC_0395.jpg
DSC_0397.jpg
DSC_0401.jpg
DSC_0404.jpg
DSC_0410.jpg
DSC_0416.jpg
DSC_0419.jpg
DSC_0455.jpg
DSC_0425.jpg
DSC_0431.jpg
DSC_0439.jpg
DSC_0454.jpg
DSC_0448.jpg
Photos: Demir SÖNMEZ
copyright.jpg

 

09:17 Publié dans Sports | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

07/08/2012

Turquie : 2 824 étudiants et lycéens en prison

Au moins 2 824 étudiants et lycéens étaient incarcérés fin janvier 2012, dont 1 778 placés en détention préventive et 1 046 condamnés sous l’accusation d’appartenance à une organisation « terroriste », annonce le ministre de la Justice turc, en réponse à une question d’un député du CHP, parti de l’opposition kémaliste.

La Turquie est aujourd’hui la plus grande prison du monde pour les étudiants. Parmi ces étudiants incarcérés, la franco-kurde Sevil Sevimli a été libérée lundi 6 aout avec trois autres camarades par la justice turque, a déclaré à l’ActuKurde Sinem Elmas, membre du comité de soutien pour Sevil Sevimli.

Agé de 19 ans, Sevil avait été arrêtée le 10 mai pour avoir participé à la manifestation du 1e mai. Sa libération fait suite à une campagne médiatique. Son procès aura lieu le 26 septembre.

Elle est accusée d’être membre d’une organisation « terroriste », sans aucune preuve comme les autres étudiants.  Près la totalité de ces étudiants sont kurdes. Des objets comme des affiches, pancartes, livres, photos, keffieh, parapluies, citrons, œufs, confisqués lors des raids organisés au domicile des étudiants à la suite d’écoutes téléphoniques et de poursuites techniques sont présentés comme des preuves « d'appartenance à une organisation terroriste. »

Une campagne de signature est lancée sur Awaaz pour la libération des étudiants.

http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/070812/turqui...


12:08 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

06/08/2012

La remise des prix du tournoi de Geneva beach Rugby

 

Le tournoi de Geneva beach rugby, la remise des prix Aujourd'hui, les équipes séniors, petite finale: Barberince battu 5 – 1 par Aureiys et finale Hermance battu 5- 2 par LUC (Lausanne université club) finale féminine Kriek gagne 4 – 0  contre Valkyries.
DSC_9323.jpg
DSC_9346.jpg
DSC_9352.jpg
DSC_9355.jpg
DSC_9371.jpg
DSC_9378.jpg
DSC_9388.jpg
DSC_9412.jpg
DSC_9429.jpg
DSC_9447.jpg
DSC_9469.jpg
DSC_9482.jpg
DSC_9537.jpg
DSC_9594.jpg
DSC_9678.jpg
DSC_9682.jpg
DSC_9709.jpg
DSC_9712.jpg
DSC_9733.jpg
DSC_9767.jpg
DSC_9931.jpg
DSC_9941.jpg
DSC_9932.jpg
DSC_9807.jpg
DSC_9911.jpg
DSC_0001.jpg
DSC_0002.jpg
DSC_0038.jpg
DSC_0053.jpg
DSC_0058.jpg
DSC_0068.jpg
DSC_0074.jpg
DSC_0076.jpg
DSC_0082.jpg
Le primaire place l’équipe Kriek  (féminin)
DSC_0094.jpg

l’équipe Barberince (petit finaliste)

DSC_0103.jpg

Le primaire place l’équipe d’Hermance

 

copyright.jpg


00:05 Publié dans Fête | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

04/08/2012

Le Geneva Festival Beach Rugby

Le Geneva Festival Beach Rugby  prendra ses quartiers à la place du Rhône et à débutais se vendredi après midi à partir de 18h00, avec le tournoi des entreprises avec les équipes du comité des fêtes de Genève, GHI, Léman Bleu, OneFm, et "Merck Serono se Rebif". Merck sereno se rebif est arrivé vainqueur de la manche d’aujourd’hui.


Se festival c’est passé avec une bonne ambiance et musique, animations, restauration et dans étais au rendez-vous, le tournoi continu jusqu’au dimanche 12 aout 2012
DSC_8733.jpg
DSC_7906.jpg
DSC_7913.jpg
DSC_7918.jpg
DSC_7922.jpg
DSC_7924.jpg
DSC_7929.jpg

 

DSC_7933.jpg
DSC_7940.jpg
DSC_7859.jpg
DSC_7874.jpg
DSC_7890.jpg
DSC_7902.jpg
DSC_7951.jpg
DSC_7960.jpg
DSC_7973.jpg
DSC_7985.jpg

 

DSC_7989.jpg
DSC_7992.jpg
DSC_7997.jpg
DSC_7998.jpg
DSC_8018.jpg
DSC_8024.jpg
DSC_8035.jpg
DSC_8041.jpg

 

DSC_8060.jpg
DSC_8062.jpg
DSC_8066.jpg
DSC_8071.jpg
DSC_8073.jpg
DSC_8082.jpg
DSC_8086.jpg

 

DSC_8102.jpg
DSC_8132.jpg
DSC_8135.jpg
DSC_8163.jpg
DSC_8166.jpg
DSC_8167.jpg
DSC_8178.jpg
DSC_8186.jpg
DSC_8197.jpg

 

DSC_8202.jpg
DSC_8231.jpg
DSC_8245.jpg
DSC_8328.jpg
DSC_8378.jpg
DSC_8428.jpg
DSC_8435.jpg
DSC_8499.jpg

 

DSC_8508.jpg
DSC_8512.jpg
DSC_8520.jpg
DSC_8581.jpg
DSC_8735.jpg

Photos: Demir SÖNMEZ

 

01:18 Publié dans Sports | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

02/08/2012

Les Genevois ont fêté leur 1er Août !

DSC_7665.jpg

Discours de Monsieur Rémy Pagani, Maire de Genève, à l’occasion de la célébration de la Fête nationale suisse, Plaine de Plainpalais, 1er août 2012

 

Monsieur le Syndic de la Ville de Nyon, hôte d'honneur du 1er août,

Mesdames et Messieurs les représentant-e-s des autorités genevoises,

Mesdames et Messieurs les représentant-e-s de la Genève internationale,

du monde politique et du monde associatif,

Mesdames et Messieurs,

Chers Ami-e-s,

 

Au nom des Autorités de la Ville de Genève, j'ai le plaisir de vous souhaiter à toutes et à tous une très cordiale bienvenue sur la plaine de Plainpalais enfin rénovée, à l'occasion de la célébration de la Fête nationale suisse.

Chaque année, c'est au Maire de Genève que revient l'honneur de prendre la parole en ce jour symbolique, qui nous donne l'occasion de nous interroger sur la signification que l'on veut attribuer à la Fête nationale et sur ce qu'elle représente aujourd'hui dans une ville comme Genève, multiculturelle et internationale, mais aussi profondément attachée à ses traditions telles que, par exemple, l'Escalade.

 

Je crois pour ma part que dans la commémoration d'une Suisse originelle plus ou moins mythique, il y a une volonté d'inscrire dans notre mémoire collective les fondements de la Suisse que nous voulons Pour ma part, je retiens d'abord à ce titre l'expression de la volonté de vivre et d'avancer ensemble.

 

Vous le savez, la Suisse est parvenue à se forger, au fil du temps et de l'histoire et des conflits, une identité, et ce malgré - ou peut être justement grâce - aux populations, aux cultures et aux mentalités très diverses qui la composent. Elle a su prouver ainsi qu'on pouvait parfaitement tirer avantage de ces différences et que la diversité ne constituait en aucun cas un obstacle, mais qu'elle était au contraire un atout.

 

Commémorer le pacte de 1291, c'est se souvenir aussi que notre pays a mis des centaines d'années à devenir ce qu'il est aujourd'hui. Depuis plus de 700 ans, la Suisse s'est construite en adhérant à et en assimilant des valeurs universelles, celles qu'il est aujourd'hui impératif de défendre contre l'intolérance, l'indifférence et la barbarie.

 

Je pense d'abord à l'ouverture au monde. La Suisse a su, à nombre de reprises au cours de l'histoire, ouvrir ses portes. Cette tradition de terre d'asile remonte loin dans le temps. A une époque où l’intransigeance était souvent la règle, la Suisse a été porteuse de tolérance, de paix et d'ouverture au monde, fière d'en partager les espoirs, les souffrances, les défis.

 

Depuis qu'elle a accueilli au début du 20e siècle les tous premiers efforts entrepris pour créer une communauté internationale responsable et solidaire, notre ville est devenue le siège européen des Nations Unies et le lieu d'accueil de dizaines d'institutions spécialisées. Genève est une terre d'accueil privilégiée pour les rencontres internationales, favorisant ainsi le dialogue entre les nations.

 

Avec une population composée de près de 50% de personnes venant d'horizons divers, elle est la preuve vivante que différentes cultures peuvent vivre ensemble, en basant leurs relations sur le respect et sur une volonté d'ouverture vers l'autre. La Suisse se doit d'inscrire ainsi son action dans le monde qui l’entoure et faire preuve de solidarité.

 

« Un pour tous, tous pour un !». N'est-ce pas la devise gravée sur la coupole du Palais fédéral à Berne, qui symbolise l'esprit de solidarité dans que revendique la Suisse comme fondement de sa construction? Je suis profondément convaincu que cette valeur de solidarité doit en effet devenir encore plus et plus concrètement un des fondements de notre société.

 

Ce moment de partage et de souvenir doit en effet aussi nous permettre de nous projeter vers l'avenir en nous interrogeant sur ce que nous sommes et sur ce que nous voulons devenir. Les enjeux qui sont ceux du 21e siècle sont nombreux. Ils passent notamment par le renforcement des droits sociaux, la diminution de l'écart qui sépare aujourd'hui encore les pays du Nord de ceux du Sud, la tentative d'éradiquer la pauvreté dans le monde et aussi, bien sûr, par une juste répartition des richesses produites par l'ensemble de la  société. L’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de grandir, ici, dans notre région. Ceci, est intolérable.

 

L'amélioration de la qualité de vie de chacune et de chacun - dans la durée - est donc une priorité. ll est donc indispensable de prendre un ensemble des mesures pour répondre à la crise écologique et climatique et pouvoir léguer aux générations futures un monde plus sain, plus convivial, plus vivable. J'ai voulu donner, dans cette Fête du 1er août, une place aux employés et employées de Merk-Serono qui luttent depuis plusieurs mois déjà contre la catastrophe industrielle qu'ils subissent et que nous partageons.

 

Alors que leur ancien propriétaire a vendu son entreprise en faisant un bénéfice de16 milliard et que des dividendes ont été grassement octroyés aux actionnaires il y a peu, ces employé-e-s sont réduits à se battre pour des indemnités de licenciement dérisoires. Tous les habitants et habitantes de la région devraient être à leurs côtés. Ils-Elles sont là, je vous propose de les applaudir.

 

Mesdames et Messieurs, la Suisse est vraiment un singulier pluriel. Elle n'est finalement que le résultat de 26 histoires cantonales et d'innombrables histoires locales. Elle est profondément enracinée dans son terroir et ouverte sur le monde traversée par les courants internationaux...

 

C'est la raison pour laquelle j'ai voulu que cette Fête nationale soit le symbole de son ouverture au monde, mais aussi de son ancrage dans la tradition. Voilà pourquoi j'ai souhaité que, pour la première fois à Genève, le public puisse assister à l'une des manifestations les plus typiques de notre pays que sont les combats de reines.

 

Ces vaches de la race d'Hérens sont uniques en leur genre. Elles sont la fierté de tout un canton et je suis ravi que Genève ait pu - exceptionnellement - servir de vitrine à cette magnifique tradition. Ces vaches ne sont pas des bêtes de cirque, mais sont nos invitées, venues en compagnie de leurs propriétaires, paysans de montagnes. Elles ne combattent que si elles le veulent.

 

Je vous invite par ailleurs à prendre connaissance des conditions de vie des paysans de montagne et à constater qu'ils ont subi et qu'ils vont encore subir une réduction très importante de leur revenu, pourtant garanti par une votation fédérale d'aide et de soutien.

 

Ce soir, vous pourrez aussi assister, également pour la première fois à Genève, à un concert des bluesmen touareg du groupe Tinariwen, qui chantent depuis 30 ans le désir de liberté qui étreint leur peuple.

 

Ils se produiront avec le trompettiste de jazz Erik Truffaz. Car la célébration de la Fête nationale, c'est bien sûr aussi l’occasion de se retrouver ensemble pour partager un moment de joie, de plaisir et de fête jusque tard dans cette nuit d'été.

 

Je vous remercie de votre attention et, au nom des Autorités de la Ville de Genève, je vous souhaite à toutes et à tous un magnifique 1er août.

 

Vive la République, Vive Genève, Vive la Suisse.

Rémy Pagani, Maire de Genève – 1er août 2012


DSC_6959.jpg
DSC_6963.jpg
DSC_6995.jpg
DSC_7001.jpg
DSC_7037.jpg
DSC_7040.jpg
DSC_7068.jpg
DSC_7087.jpg
DSC_7088.jpg
DSC_7089.jpg
DSC_7092.jpg
DSC_7131.jpg
DSC_7140.jpg
DSC_7146.jpg
DSC_7177.jpg
DSC_7178.jpg
DSC_7194.jpg
DSC_7196.jpg
DSC_7197.jpg
DSC_7212.jpg
DSC_7270.jpg
DSC_7273.jpg
DSC_7283.jpg
DSC_7287.jpg
DSC_7293.jpg
DSC_7315.jpg
DSC_7317.jpg
DSC_7318.jpg
DSC_7329.jpg
DSC_7375.jpg
DSC_7336.jpg
DSC_7347.jpg
DSC_7351.jpg
DSC_7375.jpg
DSC_7378.jpg
DSC_7388.jpg
DSC_7408.jpg
DSC_7416.jpg
DSC_7422.jpg
DSC_7435.jpg
DSC_7444.jpg
DSC_7459.jpg
DSC_7465.jpg
DSC_7477.jpg
DSC_7483.jpg
DSC_7500.jpg
DSC_7507.jpg
DSC_7512.jpg
DSC_7526.jpg
DSC_7532.jpg
DSC_7534.jpg
DSC_7539.jpg
DSC_7540.jpg
DSC_7545.jpg
DSC_7560.jpg
DSC_7562.jpg
DSC_7570.jpg
DSC_7572.jpg


Je vous souhaite à toutes et à tous un heureux 1er Août
dans le respect de la diversité et de la solidarité!

"Invité par le Bureau des 3 églises pour la célébration
oecuménique du 1er Août 2012 à 18 heures à la Cathédrale
Saint-Pierre,je m'y suis rendu le coeur léger et l'esprit
enchanté ce 13éme jour du mois de Ramadan de l'année de
l'Hégire 1433.

Dans cette immense Cathédrale pleine d'une belle
assemblée, nous étions assis les uns à côté des autres
toutes religions, tous partis politiques et tous
représentants de la société civile confondus, tous
humains, tous semblables.

Le pasteur Patrick Baud de l'Eglise protestante de
Genève, l'Abbé Daniel Brocca de l'Eglise catholique romaine
et le curé Jean-Claude Mokry de l'Eglise catholique
chrétienne nous ont accueilli et salué.

Accompagnés par l'excellent organiste Monsieur Vincent
Thévenaz nous chantâmes avec l'assemblée la "Prière
patriotique",des paroles merveilleuses qui parlent à
chacune et chacun de nous car c'est du Seigneur de tous
dont il s'agit, une prière inter religieuse et
universelle, jugez par vous-mêmes:

1. Seigneur accorde ton secours
    Au beau pays que mon coeur aime,
    Celui que j'aimerai toujours
    Celui que j'aimerai quand même.
    Tu m'as dit d'aimer: j'obéis,
    Mon Dieu protège mon pays(bis)
    (...)

Du haut de sa chaire, le pasteur Patrick Baud nous a
rappelé que cette année 2012 est marquée Genève, par la
fin des travaux de la Constituante. Ce groupe de 80
personnes, élus en 2008, a terminé son mandat et nous aurons
à voter pour ou contre cette nouvelle constitutionnel 14
octobre prochain.
Cette nouvelle Constitution commence par le préambule:
Le peuple de Genève ,reconnaissant de son héritage
humaniste, spirituel, culturel et scientifique, ainsi que de
son appartenance à la Confédération suisse, convaincu de la
richesse que constituent les apports successifs et la
diversité de ses membres, résolu à renouveler son contrat
social afin de préserver la justice et la paix, et à
assurer le bien-être des générations actuelles et
futures,(...).

Ceci dit, debout nous entonnâmes à l'unisson le chant du
Cantique suisse, celui qui commence par:
"Sur nos monts quand le soleil..." et finit par "Dieu nous
bénira du haut des cieux."

Quelques instants après je suis retrouvé sur la terrasse
de l'Uni Dufour pour écouter le discours de Monsieur
Pagani et des paroles encourageantes sur le grand Genève
de la part de Monsieur "Paléo" qui était l'invité
d'honneur de la ville.
Je n'ai pas pu rester pour la suite des festivités, il
était pas loin de 20 heures, juste le temps de rentrer chez
moi pour rompre le jeûne car ce 1er Août 2012 ou ce 13
Ramadan 1433 le coucher du soleil qui s'était voilé devait
avoir lieu à 21:08.
Je vous souhaite à toutes et à tous un heureux 1er Août
dans la célébration de la diversité, de la confiance, de la
solidarité et de la sécurité."
Hafid Ouardiri
Fondation pour l'Entre- connaissance.


Fondation pour l'Entre- Connaissance
14 rue du Môle
1201 Genève

T.+4122 7320137 | N.+4179 3320055

 


fec@worldcom.ch | www.fec-geneve.ch

DSC_7582.jpg
DSC_7585.jpg
DSC_7586.jpg
DSC_7605.jpg
DSC_7610.jpg
DSC_7614.jpg
DSC_7617.jpg
DSC_7629.jpg
DSC_7633.jpg
DSC_7638.jpg
DSC_7647.jpg
DSC_7652.jpg
DSC_7665.jpg
DSC_7671.jpg
L1007332.jpg
L1007334.jpg
L1007394.jpg
L1007409.jpg
L1007432.jpg

DSC_7681.jpg
DSC_7687.jpg

DSC_7699.jpg
DSC_7705.jpg
DSC_7715.jpg
DSC_7731.jpg
L1007474.jpg

DSC_7739.jpg
DSC_7824.jpg

 

14:23 Publié dans Fête | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

31/07/2012

Turquie : les Alévis tirent la sonnette d'alarme.

Le désespoir envahit les Alevis face à la recrudescence de l'islamisation de la Turquie. Sous leur étiquette de pays "laïc", le gouvernement turc mène une politique de propagande, à l'encontre de la laïcité, avec comme seul objectif d'instaurer un nouveau modèle idéologique "une race, une religion, une langue".
La Fédération de l'union des Alévis de France (FUAF) fait partie de la dynamique croissante du mouvement Alévi en Europe représenté par notre Confédération Européenne qui regroupe plus d'un million d'adhérents dans 14 pays différents. Ainsi les 200 000 Alévis de tout l'hexagone, de Bordeaux à Strasbourg, se battent pour la liberté d'expression et de croyance de leurs proches. En effet, près de 25 millions d'Alévis vivent en Turquie. Ils ont même fait appel à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour demander la suppression des cours obligatoires religieux chez les enfants et la suppression de la mention religieuse sur la carte d'identité. La justice turque a délibérément ignoré la décision du 9 octobre 2007 de la Cour Européenne des Droits de l'Homme donnant raison à un plaignant alévi.

Malgré notre combat acharné et une résistance continue, la Turquie continue d'appliquer une politique d'ignorance, d'injustice et avance progressivement vers une guerre civile par le biais d'une politique d'assimilation et de neutralisation par l'oppression. L'Anatolie, terre des richesses et des cultures, se transforme sous nos yeux en un lieu de haine et d'obscurantisme.

Le responsable du gouvernement des affaires religieuses et du culte a refusé toutes les propositions avancées par les Alévis jusqu'à ce jour. Ainsi nos doléances telles que la prise en considération des besoins d'autres religions dans les projets de cette structure ont été rejetées. Le rôle de cet organisme, qui se nourrit de l'impôt de l'ensemble de la population, est de financer les besoins des structures islamiques tels que les imams, les cours religieux et les mosquées. Nos demandes concernant la suppression des cours religieux obligatoires dans le secondaire ou la reconnaissance et la construction de nos lieux de cultes "cemevi" ont malheureusement été en vain.

L'atteinte des libertés fondamentales ne s'arrête pas là. La Turquie démontre une ferme volonté de créer des mosquées dans les universités, d'instaurer l'éducation religieuse dans le primaire et même d'interdire l'avortement.

Que dire de la libération des coupables de l'incendie de Sivas sous le prétexte d'expiration du délai de prescription ? Doit-on encore, au XXIe siècle être brûlé vif pour que l'Europe voie la réalité en face ? Nous, les Alévis, peuple pacifiste et humaniste, demandons votre soutien afin d'éviter l'irréparable.

Erdal Kilickaya, président de la FUAF

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/30/turquie-le...


10:19 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

29/07/2012

Un dimanche à Yvoire

47 photos d'Yvoire

DSC_6885.jpg
DSC_6678.jpg
DSC_6683.jpg
DSC_6686.jpg

 

DSC_6689.jpg
DSC_6690.jpg
DSC_6693.jpg
DSC_6701.jpg
DSC_6707.jpg
DSC_6713.jpg
DSC_6730.jpg
DSC_6731.jpg
DSC_6732.jpg

 

DSC_6741.jpg
DSC_6743.jpg
DSC_6748.jpg
DSC_6752.jpg
DSC_6755.jpg
DSC_6756.jpg
DSC_6758.jpg
DSC_6765.jpg

 

DSC_6769.jpg
DSC_6770.jpg
DSC_6776.jpg
DSC_6778.jpg
DSC_6783.jpg
DSC_6793.jpg
DSC_6794.jpg
DSC_6796.jpg
DSC_6798.jpg

 

DSC_6804.jpg
DSC_6808.jpg
DSC_6817.jpg
DSC_6818.jpg
DSC_6829.jpg
DSC_6836.jpg
DSC_6849.jpg
DSC_6852.jpg

 

DSC_6861.jpg
DSC_6866.jpg
DSC_6870.jpg
DSC_6877.jpg
DSC_6891.jpg
DSC_6894.jpg
DSC_6910.jpg
DSC_6912.jpg
DSC_6924.jpg

 

copyright.jpg

Photos: Demir SÖNMEZ

 

23:36 Publié dans France | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

27/07/2012

Démocratie en danger en Roumanie

“Démocratie en danger en Roumanie”

Cette après  à 17 heures sur la Place des nations une trentaines manifestent se sont rassemblés pour la défense de l’Etat de droit en Roumanie. Manifestation organisée par mouvement de la diaspora roumaine né spontanément sur Facebook

COMMUNIQUE DE PRESSE - Démocratie en danger en Roumanie


Le 27 juillet 2012 – Place des Nations à 17:00 avais eu lieu une manifestation organisée par « L’ACTION pour la défense de l’Etat de droit en Roumanie », mouvement de la diaspora roumaine né spontanément sur Facebook.

Cette manifestation, organisée deux jours avant le référendum qui doit ratifier la destitution du président roumain Traian Basescu, est une réaction à la dérive autoritaire du gouvernement Ponta qui s’est livré à un véritable coup de force institutionnel depuis son arrivée au pouvoir au mois de mai.

La Roumanie se trouve aujourd’hui face à une crise politique sans précédent, la démocratie et l’Etat de droit sont remis en question. En seulement quelques semaines, le pays a vécu la destitution de l’Avocat du Peuple (l’ombudsman roumain), celle des présidents des deux chambres du Parlement et du président de la Roumanie. Le gouvernement a torpillé les institutions susceptibles de freiner son appétit anti-démocratique « à la Hongroise ». Notamment la justice et la Cour Constitutionnelle qui ont vu leurs pouvoirs réduits.

La Roumanie vit un véritable « coup d’état légal ».

Nous sommes inquiets de l’évolution des évènements et surtout de l’ambiance délétère qui règne dans le pays. Ce retour en arrière est inadmissible et dangereux pour un pays membre de l’Union Européenne. Nous refusons le chantage politique d’un référendum illégitime qui propose de choisir entre la peste et le choléra.

La « chasse aux sorcières » lancée par l’actuel gouvernement, l’épuration politique qui rappelle les années 50, les actions en force (ordonnances d’urgences, décrets qui contournent le vote du Parlement), l'arbitraire et l’esprit de vengeance envers les partisans du président Basescu, détruisent les acquis de la Révolution roumaine : liberté d’expression, démocratie, la séparation des pouvoirs, le respect des lois et de la Constitution.

 

DSC_6547.jpg
DSC_6554.jpg
DSC_6557.jpg
DSC_6562.jpg
DSC_6563.jpg
DSC_6566.jpg
DSC_6567.jpg
DSC_6576.jpg
DSC_6577.jpg
DSC_6581.jpg
DSC_6582.jpg
DSC_6583.jpg
DSC_6584.jpg
DSC_6586.jpg
DSC_6593.jpg
DSC_6596.jpg
DSC_6603.jpg
DSC_6604.jpg
DSC_6608.jpg
DSC_6611.jpg
DSC_6618.jpg
DSC_6620.jpg
Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

20:34 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | | |

26/07/2012

Un opposant turque risque d’être renvoyé de la Suisse vers la Turquie: SOLIDARITE !

LETTRE OUVERTE
AUX AUTORITÉS SUISSES ;
AUX DÉPUTE-É-S DU PARLEMENT EUROPÉEN ;
AUX ORGANISATIONS INTERNATIONALES ;
AUX DÉFENSEUR-E-S DES DROITS HUMAINS ET AUX MÉDIAS.

prisonnier.jpgMadame, Monsieur,

Il s'agit de l’arrestation et d'une éventuelle expulsion vers la Turquie d’un demandeur d’asile d’origine turque en Suisse.

Il s’agit de Monsieur Levent Capa, un camarade turc que beaucoup ont vu dans le mouvement à Paris, notamment au collectif des mal logés du 18e sans frontière, dans les assemblées du 20ème contre les expulsions et au bâtiment occupé du 260 rue des Pyrénées.

En 2011, après 11 ans de prison pour ses activités dans  Devrimci-Sol (la gauche révolutionnaire) il se rend en Europe pour fuir la pression d’Etat et le risque d’avoir de nouveau un procès et une longue peine.
Une fois en Suisse en 2011, il connaît son premier contrôle de police et est contraint de donner ses empreintes à la police et dans la foulée  M.Capa dépose une demande d’asile en Suisse.
Il doit ensuite se rendre en France où nous l'avons connu. Il cherche encore une fois à régulariser sa situation et  lors d’un rendez vous  à la préfecture de police de Clignancourt, on lui fait part d’une convocation en Suisse. Avant de s'y rendre, il  va au consulat suisse pour comprendre sa situation. Au consulat, il est rassuré : on lui affirme qu'il va pouvoir bénéficier de l'asile mais qu'il faut retourner en Suisse. Ce qu'il fait immédiatement afin de régulariser sa situation.

Deux jours après son arrivé, il se fait arrêter et enfermer en détention administrative au sein de la prison régionale de Berne. Levent apprend alors que sa demande d'asile a été rejetée par l'Office fédéral des migrations (OFM). Il ne connaissait pas ce refus sinon, il ne se serait jamais rendu en Suisse. Par ailleurs ce refus semble antérieur à sa convocation car il est déjà trop tard pour faire recours.

Les autorités suisses ont-elles tendu un piège à M. Levent  Capa?  Il est encore temps d'honorer sa promesse d'accord d'asile politique.

Depuis le début de sa détention, M. Levent Capa a entamé une grève de la faim malgré ses problèmes de santé.
Au vu de l'engagement politique de M. Capa, nous considérons que sa situation correspond pleinement aux critères déterminant l’obtention du statut de réfugié politique. Il convient de réexaminer attentivement son dossier.

Par conséquent, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes suisses, afin d’empêcher l’extradition de M. Capa  vers la Turquie où il risque d’être torturé et persécuté.

A toutes fins utiles, nous vous rappelons que l’Etat turc est bien connu pour pratiquer la torture à grande échelle, ce malgré les pressions internationales et les condamnations continues de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Amnesty International, l’Organisation Mondiale contre la Torture, Human Right Watch ont clairement et explicitement dénoncé la pratique systématique de la torture en Turquie.

De plus, l’article 33 alinéa 1 de la Convention de 1951 (et son protocole de 1967) - dont l’application est universelle pour les Etats qui l’ont ratifiée et n’admet aucune réserve - stipule qu’« aucun des Etats contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. » Il en est de même pour l’article 3 alinéa 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984), dont la Suisse est signataire, qui dispose qu’« aucun Etat n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre

Etat où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture. »

Nous sommes persuadés que, comme nous, vous refuserez d’assumer la responsabilité du renvoi d’un ressortissant turc dans un Etat antidémocratique, violent et criminel.

En vous remerciant d’avance de l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Comité de solidarité avec Levent CAPA à Paris



Contact : libertepourlevent@gmail.com


Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux instances onusiennes et aux autorités suisse :
Office fédéral des migrations
Quellenweg 6
CH-3003 Berne-Wabern
T +41 31 325 11 11, F +41 31 325 93 79
http://www.ejpd.admin.ch/content/ejpd/fr/misc/conform.html


Département fédéral de justice et police
Service d’information
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
T +41 31 322 21 11 <file://localhost/tel/%252B41%252031%2520322%252021%252011> , F +41 31 322 40 82 <file://localhost/tel/%252B41%252031%2520322%252040%252082>
http://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/misc/conform.0005.html


United Nations High Commissioner for Human Rights :
urgent-action@ohchr.org

United Nations High Commissioner for Refugees :
1503@ohchr.org

=======================================================================

info Maison Populaire de Genève
Case postale 1141
Téléphone: + (41) 79 256 30 11
1211 Genève
www.assmp.org

Inscription / désinscription
listes Maison Populaire de Genève
http://www.assmp.org/mail_listes/listes.html

20:54 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

25/07/2012

Le comité de soutien aux employé-e-s de Merck Serono: La lutte continue!

Le Comité de soutien était présent pour manifester sa solidarité avec les travailleuses et travailleurs de Merck Serono.

DSC_6455.jpg
DSC_6460.jpg
DSC_6461.jpg
DSC_6468.jpg
DSC_6473.jpg
DSC_6485.jpg
DSC_6486.jpg
DSC_6487.jpg
DSC_6491.jpg
DSC_6495.jpg
DSC_6510.jpg
DSC_6513.jpg
DSC_6521.jpg

 

Maison Populaire de Genève

www.assmp.org

10:12 Publié dans Solidarité | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

22/07/2012

Nous sommes tous des Merck Serono !

Fermeture du site Merck Serono

Nous sommes tous des Merck Serono !

image[1].jpgLa fermeture du site genevois de Merck Serono nous concerne tous. Ce sont plus de 1'500 emplois qui seront supprimés d’ici le début de l’année prochaine et beaucoup ont des proches ou de la famille qui y travaillent.

Cependant cette fermeture ne nous concerne pas seulement en raison de son ampleur (c’est le plus grand licenciement collectif de l’histoire de la région !).

Beaucoup d’entreprises profitent de la crise économique pour opérer des restructurations au détriment des employé-e-s (augmentations du temps de travail, diminutions de salaires, réductions des effectifs,…). Elles le font avec une arrogance semblable à celle appliquée par Merck, une entreprise multinationale qui a réalisé l’année dernière près de 750 millions de francs de bénéfice et qui annonçait parallèlement aux licenciements l’augmentation de 20% des dividendes versés aux actionnaires !

Malgré une mobilisation aussi inattendue qu’extraordinaire des employé-e-s pour conserver leur emploi, la direction de Merck Serono est restée inflexible aux revendications de son personnel et n’a concédé que de maigres améliorations au « plan social ».


Cette situation doit nous amener à nous interroger sur l’efficacité d’une politique économique qui attire des entreprises à coups d’avantages fiscaux mais ne prévoit aucune mesure dissuasive contre leur départ (que ce soit au niveau fiscal par un système de pénalités en cas de fermeture ou restructuration d’entreprises réalisant des bénéfices ou que ce soit au niveau de la législation du travail quand l’on sait que la loi ne prévoit aucune obligation de plan social en cas de licenciement collectif !)

La fermeture du site genevois de Merck Serono ne vise qu’à maximiser les rentes des actionnaires de l’entreprise et constitue une destruction de connaissances et d’expériences en matière de biotechnologie sans précédent qui laissera des traces dans toute la région. Cet aspect rend d’autant plus nécessaire l’investissement des pouvoirs publics pour la création d’un pôle de compétences (Biotech center) non seulement à même de préserver quelques centaines d’emplois mais aussi de garder une attractivité de la région en matière de biotechnologie.

Le personnel de Merck Serono a aujourd’hui besoin du soutien de toutes et tous.

Leurs connaissances, leurs savoirs, sont un bien commun. Gardon-le ! Étendons-le !

Aujourd’hui Merck Serono, demain à qui le tour ?

Nous sommes tous des Merck Serono !

 

Invitation


Le Comité de soutien aux employés de Merck Serono, tout nouvellement mis sur pied afin de vous soutenir dans votre lutte a le plaisir de vous inviter à une nouvelle….

Pause

CAFES-CROISSANTS

Mardi 24 juillet 2012

10h00 devant l’entrée principale

 

Ce sera l’occasion de vous présenter toute notre solidarité et de faire connaître notre mécontentement devant la direction du site quant à l’échec des récentes négociations.


Le Comité de soutien : Parti Socialiste Genevois (PSG), Les Verts Genève, SolidaritéS, Mouvement Pour le Socialisme (MPS), Gauche Anticapitaliste, Communauté Genevoise d’Action Syndicale (CGAS), Syndicat des Médias et de la communication (Syndicom), Syndicat des Services Publics (SSP), Syndicat du personnel des transports (SEV), Forum Social Lémanique (FSL), Association Euphoria, Association Maison Populaire de Genève,


Comité de soutien aux employé-e-s Merck Serono
chez : SSP/VPOD - 6, rue des Terreaux du Temple – 1201 Genève
comite-soutien-merck@sspge.ch

12:45 Publié dans Economie | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

21/07/2012

L'hypocrisie de la Turquie au sujet des Droits de l'Homme

akcam.jpg

Le professeur Taner Akçam

 

Cet article a été publié le 19 juillet 2012 dans le New York Times par Taner Akçam, professeur d'histoire à l'Université de Clark (Massachusetts, USA). Le point de vue présenté par ce spécialiste de l'histoire turque contemporaine est rarement entendu dans les grands médias traditionnels. Il est pourtant très pertinent et méritait à ce titre une traduction en français.


Un nouvel ordre politique est en trai
n d'émerger au Proche-Orient et la Turquie aspire à en devenir le leader en se positionnant contre les régimes autoritaires. Au début de cette semaine, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est allé jusqu'à dénoncer les massacres continus de civils par le gouvernement syrien comme une "tentative de génocide".


La volonté turque d'apparaître comme le champion des Droits de l'Homme dans la région constitue une initiative bienvenue mais la condamnation de la Syrie par M. Erdogan est remarquablement hypocrite. Tant que la Turquie continuera à nier les crimes commis contres les populations non-turques au début du 20ème siècle, dans les dernières années de l'Empire ottoman, ses appels en faveur de la liberté, de la justice et des valeurs humanitaires sonneront faux.

Les tentatives effectuées par la Turquie pour cultiver une image de protecteur global des droits des Musulmans sont compromises par sa tradition de nettoyage ethnique et de génocide contre les Chrétiens et de terreur contre les Arabes et les Kurdes. La mémoire de ces crimes est très vivante à travers les anciens territoires ottomans. Et la Turquie ne peut servir de modèle démocratique tant qu'elle ne reconnaîtra pas qu'une politique de violence brutale, de transferts de population et de génocide a constitué le soubassement de l'Etat turc moderne.

A partir de documents issus des archives gouvernementales ottomanes à Istannbul, qui furent naguère classés top secret, j'ai essayé de lever le voile sur un siècle de déni turc. Ces documents démontrent clairement que la politique démographique ottomane menée de 1913 à 1918 fut génocidaire. En fait, l'expression "crime contre l'Humanité" fut établie et utilisée pour la première fois en tant que dénomination juridique le 24 mai 1915, en réponse contre le génocide des Arméniens et des autres civils chrétiens.

La Grande-Bretagne, La France et la Russie avaient initialement défini les atrocités ottomanes comme des "crimes contre la Chrétienté" mais il substituèrent ensuite "Humanité" à "Chrétienté", après avoir pris en compte les réactions qu'un tel terme spécifique aurait pu susciter de la part des Musulmans dans leurs colonies.

Aujourd'hui, M. Erdogan s'essaie à devenir le porte-parole incontesté des valeurs musulmanes. En juin 2011, il a déclaré devant des milliers personnes rassemblées pour célébrer la victoire écrasante de son parti de la Justice et du Développement (AKP): "Sarajevo a gagné aujourd'hui, tout autant qu'Istanbul; Beyrouth autant qu'Izmir; Damas autant qu'Ankara; Ramallah, Naplouse, Jenine, la bande de Gaza, Jérusalem et Gaza autant que Diyarbakir".

Parler au nom des Musulmans opprimés lui a gagné une popularité. Mais si M. Erdogan aspire à défendre la la liberté et la démocratie dans la région, il doit aussi tenir compte des peurs légitimes des Chrétiens du Proche-Orient. Exactement comme les puissances européennes ont opté pour l'universalisme en 1915 en dénoncant les "crimes contre l'Humanité", M. Erdogan doit dépasser sa vision étroite de "crimes contre les Musulmans". Tous les peuples opprimés méritent protection.

Ce n'est pas par coïncidence que beaucoup de Chrétiens et d'autres minorités en Syrie soutiennent le parti Baas de Bachar el-Assad. Ils sont prêts à sacrifier la liberté pour la sécurité. Que la rhétorique turque appelle la majorité musulmane sunnite à exiger la liberté en Syrie n'allège pas l'anxiété des Chrétiens syriens quant à leur futur. Au contraire, les Chrétiens syriens, en entendant M. Erdogan et sa rhétorique négationniste, se rappellent de 1915 ce qui les conduit à percevoir la Turquie surtout une menace quant à leur sécurité.

La confrontation avec la Passé est étroitement liée à la sécurité, la stabilité et la démocratie au Proche-Orient. La négation persistante d'injustices historiques est non seulement un frein à la démocratie mais empêche également des relations stables entre les différents groupes ethniques et religieux.

Cela est particulièrement vrai dans les anciennes possessions ottomanes, où les peuples se voient les uns les autres à travers les masques de leurs ancêtres. En plus des répercussions du génocide arménien, la violence contre les Kurdes et les Arabes en Irak et les tensions entre Chrétiens et Musulmans en Syrie et au Liban continuent à empoisonner la politique contemporaine.

La popularité de l'AKP en Turquie et dans le monde musulman donne à M. Erdogan l'opportunité d'inaugurer une ère de tolérance. En reconnaissant le génocide contre les Chrétiens et les crimes contre d'autres groupes, les Turcs peuvent devenir les leaders en matière de Droits de l'Homme. Mais les efforts de la Turquie pour se dépeindre comme un parangon de liberté et de démocratie echoueront tant que la Turquie refusera d'expier les péchés ottomans.

Les puristes moraux et les réalistes purs et durs croient à tort que la poursuite de la justice et des intérêts nationaux sont mutuellement exclusifs. Mais reconnaître des torts historiques n'est pas un jeu à somme nulle.

Au Proche-Orient, le Passé est le Présent. Et la Vérité et la réconciliation font partie intégrante de l'établissement d'un nouvel ordre régional stable fondée sur le respect des Droits de l'Homme et la dignité. La Turquie devrait montrer l'exemple.

Publié par Laurent Leylekian à l'adresse :
http://eurotopie.leylekian.eu/2012/07/lhypocrisie-de-la-t...

12:06 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

18/07/2012

Le jet d'eau teinté de rouge pour attirer l'attention sur la journée de la Justice internationale et la Syrie!

Hier soir, le jet d'eau est illuminé de rouge à l'occasion de la journée de la justice internationale et la Syrie. Cet événement, lancé à l'initiative de l'association Trial, sera une manière de commémorer l'adoption le 17 juillet 1998 du Statut de la Cour pénale internationale. Cette dernière a fêté récemment ses 10 ans d'activité, elle était née en juillet 2002.
DSC_6205.jpg
DSC_6207.jpg
DSC_6215.jpg
Discours Philip Grand (TRIAL)


Nous commémorons aujourd’hui la Journée de la justice internationale.

Le 17 juillet 1998, à Rome, une longue conférence diplomatique se terminait par l’adoption d’un texte révolutionnaire. Le Statut de la Cour pénale internationale.

Dans les jours précédents, des milliers de personnes étaient sorties dans les rues de Rome, au son du klaxon, pour manifester leur joie. Dans d’autres pays, du Brésil à la France, de la Croatie à l’Argentine, des dizaines de milliers de personnes faisaient part de leur espoir de manière très vocale.

Leur espoir de quoi? Que leur équipe nationale remporte la coupe du monde de football.

De justice internationale, de la création de la première cour permanente à même de juger les auteurs, présidents, ministres ou généraux, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité ou de génocide, il n’en était presque nul part question en cet été 1998.

Et pourtant, l’espoir était aussi au rendez-vous de la justice. Très rapidement, en moins de 4 ans, plus de 60 Etats avaient déjà ratifié le statut de la Cour pénale internationale. Incroyable, inattendu, ce soutien d’une large part de la communauté internationale à la lutte contre l’impunité permettait en juillet 2012 à la Cour d’ouvrir ses portes. Nous fêtons donc cette année son dixième anniversaire. Et 60 Etats supplémentaires ont rejoint depuis la cour, portant à 121 Etats le nombre de membres.

La Cour pénale internationale, vous le savez, fait face à de nombreux défis. Elle vient de rendre son premier jugement, après 10 ans. Historique, car il porte sur l’emploi et le recrutement d’enfants soldats. Mais c’est peu. Plusieurs procès sont en cours. De nombreuses personnes ont été mises en accusation, dans 7 pays différents (RDC, RCA, Soudan, Libye, Côte d’Ivoire, Ouganda, Kenya) et des enquêtes sont en cours dans plusieurs autres, notamment la Colombie ou la Géorgie. Je l’ai dit, c’est tout de même peu. Mais c’est un début. La tâche est gigantesque, et les critiques sont évidemment aisées. Ce que l’on ne pourra jamais quantifé, c’est le nombre de souffrances évitées parce que des tyrans ont la crainte de finir dans le box des accusés.

La CPI, quoi qu’il en soit, ne peut tout faire. Elle ne doit pas tout faire. Le rôle de la CPI n’est que subsidiaire à l’action des juridictions nationales. Ainsi, comme l’affirme le préambule du Statut de Rome, «il est du devoir de chaque Etat de soumettre à sa juridiction criminelle les responsables de crimes internationaux». Les Etats doivent en effet  être en première ligne du combat contre l’impunité: ils doivent se doter d’un arsenal juridique à même de pouvoir efficacement poursuivre les bourreaux, selon le principe de la compétence universelle, qui permet de poursuivre des individus pour des actes commis en dehors du territoire où ceux-ci sont poursuivis. Une fois ces lois adoptées, les Etats doivent se donner les moyens de les appliquer et mener des enquêtes efficaces.

Cela vaut pour la Suisse, comme pour les autres pays.

Regardez autour de vous. Est-il possible qu’aux abords de cette rade si belle et paisible ce soir, un ancien chef de milice, un ancien tortionnaire de commissariat, un ancien haut gradé d’un régime brutal admire le même jet d’eau que nous? Et bien c’est possible. Il n’y a pas de chiffres en Suisse. Mais il y en a à l’étranger.

En Grande-Bretagne, le Home office a récemment indiqué que 700 suspects y auraient trouvé refuge. Les Pays-Bas pour leur part ont indiqué que plusieurs douzaines de suspects rwandais se trouveraient chez eux, sans même parler de ressortissants d’autre pays.
Alors qu’en est-il chez nous?

Il y a douze ans, un bourgmestre rwandais était condamné par la justice suisse à 14 ans de prison pour sa participation au génocide. C’est la seule affaire qui ait donné lieu à une condamnation en Suisse. Est-ce à dire que sur notre territoire, rare, très rares sont les tortionnaires ou les criminels contre l’humanité à trouver refuge ou à y passer leurs vacances? Certainement pas.

Plusieurs exemples, concernant des Rwandais, des Irakiens, des Algériens, des Libyens et d’autres encore viennent démontrer que des auteurs de crimes graves viennent en Suisse, soit temporairement, soit plus durablement.

TRIAL, qui fête également ses 10 ans cet été, effectue un travail qui ne concerne pas prioritairement la Suisse, sur la Bosnie-Herzégovine, le Népal, le Burundi, l’Algérie, la Tunisie, le Kenya, le Mexique, et d’autres. TRIAL garde toutefois un oeil ouvert sur ce qui se passe ici, sur ceux qui passent ici. En 10 ans, ce sont une douzaine de procédures qui ont été enclenchés par l’organisation, aboutissant parfois à des classements honteux de la part des autorités, voire même à des fuites permettant au suspect de s’enfuir. Aboutissant parfois à une renonciation à venir, comme ce fut le cas de George W. Bush l’année passée. Mais aboutissant aussi à des enquêtes, dont certaines sont en cours actuellement.

Et des enquêtes, TRIAL continue à en mener. Certains d’entre nous partent sur le terrain, par ex. en Bosnie, par ex. dans ... hum, dans d’autres pays que ne je peux pas citer, pour récolter des preuves, rencontrer des témoins et des victimes, collaborer avec des avocats ou des organisations sur place. Plusieurs autres affaires sont en cours, qui aboutiront à des plaintes ici en Suisse, mais aussi de plus en plus à l’avenir, dans des pays voisins.

Pour que ces affaires aboutissent, il faut que les autorités judiciaires et politiques soient réceptives, se donnent les moyens d’agir, de collaborer avec les collègues étrangers, mais aussi de collaborer entre services de police, entre procureurs et services d’immigrations. Il y a certainement quelques requérants d’asile qui ont commis des atrocités et qui se retrouvent chez nous. Mais il y a énormément plus de victimes qui trouvent refuge ici. Que fait-on de leurs témoignages, de leurs histoires, lorsqu’elles racontent des atrocités qui pourraient, et cela arrive, déboucher sur des poursuites pénales contre des suspects présents ou de passage en Suisse ou dans des pays tiers. Comment exploiter plus rationnellement ces informations?

Il y a quelques mois, 10’000 personnes demandaient par pétition la création d’une unité spécialisé au sein des autorités fédérales pour traquer et poursuite les auteurs de crimes internationaux. On commence à être entendu, et les choses bougent gentiment à Berne. Il va le falloir, et très rapidement. Regardez du côté de Damas. Le régime vacille, les piliers du pouvoir que sont l’armée et la police vont être amenés à rendre des comptes. Et il parait évident que des centaines ou des milliers de bourreaux vont mettre les voiles, trouver refuge ailleurs et pour certains, peut-être, probablement en Suisse. A ce moment-là, comptez sur TRIAL pour se placer clairement du côté des victimes, contre la barbarie, et pour plus de justice.

Dans quelques minutes, le jet d’eau va s’allumer de rouge. Rouge évidemment comme le sang qui coule à Damas aujourd’hui même, comme il a coulé par le passé à Sarajevo, à Kigali, au Kurdistan, en Birmanie, en Ituri, en Côte d’Ivoire, en Irak, au Darfour ou ailleurs. Mais rouge également comme la colère qui anime les artisans de la justice internationale, que ce soit à l’intérieur des instances internationales, comme la CPI, ou au sein de la société civile, comme chez TRIAL. C’est colère rouge devant la barbarie du monde, mais cette colère saine qui aboutira à l’infamie peu à peu recule devant la force et la puissance du droit.

Bon dixième anniversaire à la CPI, bon dixième anniversaire à TRIAL, et bon courage à tous pour les combats à venir.
DSC_6226.jpg
DSC_6240.jpg
DSC_6240.jpg
DSC_6243.jpg
DSC_6252.jpg
DSC_6257.jpg
DSC_6278.jpg
DSC_6280.jpg
L1007322.jpg
Photos: Demir SÖNMEZ

10:14 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

15/07/2012

La LAKE PARADE: Un autre Genève (2)

Les photos de la Lake Parade 2012 à Genève

DSC_5820.jpg

DSC_5834.jpg
DSC_5841.jpg

15:16 Publié dans Fête | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

La LAKE PARADE: Un autre Genève

 

Les photos de la Lake Parade 2012 à Genève

DSC_5355.jpg
DSC_5366.jpg
DSC_5368.jpg
DSC_5372.jpg
DSC_5374.jpg

 

DSC_5379.jpg
DSC_5384.jpg
DSC_5386.jpg
DSC_5392.jpg
DSC_5395.jpg
DSC_5397.jpg
DSC_5398.jpg
DSC_5399.jpg
DSC_5402.jpg

 

DSC_5408.jpg
DSC_5412.jpg
DSC_5419.jpg
DSC_5420.jpg
DSC_5426.jpg

 

DSC_5427.jpg
DSC_5439.jpg
DSC_5441.jpg
DSC_5443.jpg
DSC_5446.jpg
DSC_5455.jpg

 

DSC_5458.jpg
DSC_5463.jpg
DSC_5465.jpg
DSC_5467.jpg
DSC_5470.jpg

 

DSC_5473.jpg
DSC_5475.jpg
DSC_5479.jpg
DSC_5480.jpg
DSC_5482.jpg

 

DSC_5487.jpg
DSC_5488.jpg
DSC_5499.jpg

 

DSC_5506.jpg
DSC_5508.jpg
DSC_5511.jpg
DSC_5515.jpg
DSC_5517.jpg
DSC_5540.jpg
DSC_5542.jpg

 

DSC_5558.jpg
DSC_5559.jpg
DSC_5562.jpg
DSC_5563.jpg
DSC_5567.jpg
DSC_5568.jpg
DSC_5571.jpg

 

DSC_5575.jpg
DSC_5579.jpg
DSC_5580.jpg
DSC_5581.jpg
DSC_5588.jpg
DSC_5594.jpg
DSC_5595.jpg
DSC_5603.jpg
DSC_5606.jpg

 

DSC_5608.jpg
DSC_5613.jpg
DSC_5617.jpg
DSC_5619.jpg
DSC_5621.jpg
DSC_5626.jpg
DSC_5634.jpg
DSC_5647.jpg

 

DSC_5650.jpg
DSC_5654.jpg
DSC_5663.jpg
DSC_5666.jpg
DSC_5672.jpg
DSC_5674.jpg
DSC_5677.jpg
DSC_5678.jpg
DSC_5685.jpg

 

DSC_5702.jpg
DSC_5706.jpg
DSC_5712.jpg
DSC_5716.jpg
DSC_5721.jpg
DSC_5727.jpg
DSC_5730.jpg
DSC_5742.jpg
DSC_5757.jpg

 

DSC_5766.jpg
DSC_5781.jpg
DSC_5788.jpg
DSC_5793.jpg
DSC_5796.jpg
DSC_5805.jpg
DSC_5814.jpg

 

Suivre: http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2012/07/15/c9a0cc8...

 

copyright.jpg

Photos : Demir SÖNMEZ

 

14:20 Publié dans Fête | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

14/07/2012

La police du régime turc a semé samedi 14 juillet la terreur dans la ville de Diyarbakir

Résistance historique et terreur d'État à Diyarbakir

La police du régime turc a semé samedi 14 juillet la terreur dans la ville de Diyarbakir, blessant des dizaines de personnes dont trois députées et un maire. La ville a connu à la fois une journée de résistance historique et le fascisme d'AKP, parti au pouvoir.

A l’appel du principal parti kurde BDP et du Congrès pour une Société Démocratique (DTK), une plateforme d'associations et mouvements kurdes dont le BDP, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Diyarbakir, défiant l’interdiction des officielle de toute manifestation par les autorités turques.

Protestant contre les conditions de détention du chef du PKK, Abdullah Öcalan, qui n’est pas autorisé à rencontrer ses avocats depuis un an, et contre la répression sans précédente visant les kurdes, ils ont affronté des policiers dans tous les quartiers de cette grande ville.

Des milliers de policiers supplémentaires venus de 18 villes ont été déployés à Diyarbakir, en plus de 5 mille déjà mobilisés. Durant toute la journée, des hélicoptères ont survolé  la ville, pendant que la police fouillait les manifestants venant d’autres villes afin d’empêcher leur entrée à la ville.

A partir de 14.00 (heure locale), plusieurs groupes ont commencé à se diriger vers la place d’Istasyon où la police a dressé des barricades, avant d’intervenir violemment dans tous les quartiers, notamment à Ofis, à Baglar et sur la place d’Istasyon, faisant massivement usage de gaz lacrymogènes.

Trois députées et un maire blessés

Plusieurs barricades de la police ont été brisées par des manifestants, tandis que la police du régime a visé directement les députés BDP sur la place d’Istasyon. Trois députées et le maire de Diyarbakir Osman Baydemir ont été blessés et hospitalisés. La députée Pervin Buldan a reçu une grenade de gaz lacrymogène sur son pied droit.

Des dizaines de personnes dont 3 députés et le maire de Diyarbakir ont été blessées lors des attaques violentes de la police du régime AKP. Les co-présidents du BDP Gultan Kisanak et Selahattin Demirtas, la co-présidente du DTK Aysel Tugluk, les députés Ertugrul Kurkcu, Sirri Surreyya Onder et Ozdal Ucer ont également subi des attaques de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

 

Torture dans la rue

Des dizaines de personnes dont des enfants ont été blessées, subissant à des tortures en pleine rue. Six policiers ont violemment frappé un enfant de 8 ans dans la rue de Sanat, tandis que les policiers ont grièvement blessés trois autres personnes dans le quartier de Sehitlik. Un jeune a été mortellement subi la violence policière sur la place d’Istasyon. Ses vêtements ont été déchirés, avant de recevoir des coups de matraque sur le dos nu.

Deux journalistes arrêtés

En outre, la police a procédé à des dizaines d’arrestations. Parmi les personnes arrêtées figurent deux journalistes de l’agence kurde DIHA.

Malgré l’interdiction le principal parti kurde BDP a réussi à gagner la place d’Istasyon à Diyarbakir.

La police a semé samedi 14 juillet la terreur à Diyarbakir, visant les députés du principal parti kurde BDP:

 

Turquie: la police vise délibérément des manifestants:

 

11.jpg
452913-diyarbakir6.jpg
452928-diyarbakir18.jpg
453137-diyarbakir1.jpg
453142-diyarbakir6.jpg
453143-diyarbakir7.jpg
453150-diyarbakir11.jpg
453305-3.jpg
453306-6.jpg
453307-1.jpg
453308-2.jpg

 

dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale2.jpg
dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale4.jpg
dyb-1407-12-miting-yuruyus-mudahale8.jpg

http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/140712/resistance-historique-et-terreur-detat-diyarbakir


22:42 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

12/07/2012

Safari de la sous enchère : Voyage aux pays des patrons voleurs, fraudeurs et monteurs !

 

Communiqué de presse d’Unia

Safari de la sous enchère :
Voyage aux pays des patrons voleurs, fraudeurs et menteurs !


Madame, Monsieur,

Dans le cadre de la lutte contre la sous-enchère salariale et la détérioration des conditions de travail, le comité du secteur second-œuvre du syndicat Unia région Genève organise jeudi 12 juillet 2012 une action directe contre plusieurs entreprises crasses actives dans le canton de Genève.

L’action se déroulera sous la forme d’un Safari: Autrement dit, nous vous convions pour une partie de « chasse au chacal »  lors de laquelle des travailleurs lésés, soutenus par le syndicat, iront collectivement visiter quelques entreprises crasses, afin d’exiger le versement de leurs salaires et charges sociales impayées.

Toutes ces « sales boites », sont des entreprises genevoises, bien connues sur le marché local par les partenaires sociaux. La plupart est active sur le marché privé où elle travaille principalement avec des régies immobilières. Mais on retrouve aussi les mêmes entreprises sur de nombreux chantiers publics.

Le Safari se concentrera sur sept entreprises genevoises dont nous ne dévoilerons les noms qu’au moment de l’action. Les travailleurs et travailleuses, victimes de ces marchands de misère, seront présents et éclaireront l’action de leurs témoignages.  

Le but de cette action sera donc double :

-d’une part dénoncer publiquement ces entreprises qui profitent des travailleurs, en particulier des plus vulnérables d’entre eux – travailleurs temporaires, travailleurs détachés, travailleurs sans-papiers, etc. – pour maximiser leurs profits.

- d’autre part pointer les raisons objectives qui, selon nous, renforcent la pression à la baisse sur les salaires et favorisent la quasi-impunité dont disposent les employeurs véreux qui pratiquent la fraude aux assurances sociales, les faillites frauduleuses, la sous-traitance abusive,  etc., etc.. Le Safari sera donc aussi l’occasion de réaffirmer les revendications du syndicat et les solutions qu’il propose pour défendre les intérêts des travailleurs: salaire minimum légal, renforcement des contrôles de chantiers, responsabilité solidaire, liste noire des entreprises, ou encore régularisation des travailleurs sans-papiers.

Genève, le 11 juillet 2012

Ebénisterie des Vollandes :

“Voyage au pays merveilleux des patrons voleurs”

REVIM S.A :

Travailleurs sans statut,
L’exploitation continue !

AC Gypserie Peinture :

Assez Castillo !

Mendes – Entreprise générale :

Travail effectué
Travailleurs non – payés,
Droits syndicaux bafoués !

 

DSC_5095.jpg
DSC_5098.jpg
DSC_5099.jpg
DSC_5102.jpg

DSC_5103.jpg

DSC_5105.jpg
DSC_5115.jpg
DSC_5122.jpg
DSC_5126.jpg
DSC_5132.jpg
DSC_5151.jpg
DSC_5157.jpg
DSC_5159.jpg
DSC_5169.jpg

DSC_5174.jpg

DSC_5180.jpg
DSC_5185.jpg
DSC_5189.jpg
DSC_5194.jpg
DSC_5198.jpg
DSC_5200.jpg

 

DSC_5203.jpg
DSC_5206.jpg
DSC_5207.jpg
DSC_5210.jpg
DSC_5220.jpg
DSC_5229.jpg
DSC_5235.jpg
DSC_5238.jpg
DSC_5240.jpg

DSC_5244.jpg

DSC_5261.jpg
DSC_5267.jpg
DSC_5268.jpg
DSC_5280.jpg
DSC_5292.jpg

DSC_5296.jpg

DSC_5298.jpg
DSC_5302.jpg
DSC_5313.jpg
DSC_5317.jpg
DSC_5321.jpg
DSC_5323.jpg
DSC_5329.jpg
DSC_5334.jpg

DSC_5345.jpg

DSC_5348.jpg
DSC_5354.jpg
DSC_5284.jpg
copyright.jpg

 

23:10 Publié dans Economie | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |

08/07/2012

Loten Namling: "One man, one path, free Tibet!"

Cette après midi au place des nations des centaines d’ami du peuple tibétain ont chanté  avec Loten Namling , Franz Tricher, du groupe The Young Gods et d'autres musiciens genevois on soutenu l’homme en donnant un concert avec lui, cette Homme est partie de la place fédérale à Berne le 16 mai à pied pour arrivé à Genève le 8 juillet à 14h, ils ont chanté pour la liberté du peuple tibétain, la paix et l’amour.

LES BUTS

C'est avec une telle action spectaculaire que l'exilé Loten Namling veut attirer l'attention de la Suisse sur la situation de son pays: à mi-mai, il partira du de la Place Fédérale à Berne, à pied, pour se rendre au siège de l'ONU, à Genève, traînant derrière lui un cercueil symbolisant la lente agonie de patrie, marche qui doit durer des semaines.

"L'année passée, pas moins de 35 Tibétains se sont immolés par le feu, mais ces cris de désespoir n'ont pas été entendus", dit Namling. "Mon intention est de renverser cet état de choses. Durant ma longue marche de Berne à Genève, je me prosternerai toutes les 35 minutes en mémoire de ces 35 personnes, observant en cela une vieille tradition tibétaine."


Namling choisira les étapes de son pélerinage au gré des événements. Il lui sera possible de s'arrêter où bon lui semble, car son cercueil contiendra, outre son vieux luth tibétain, des habits, des provisions ainsi qu'une tente qui lui permettra de coucher à la belle étoile. A chaque étape il offrira un petit concert avec des chants patriotiques tibétains.


A quoi bon une marche aussi fastidieuse que pénible? "Pour deux raisons", explique Namling. "Premièrement: jeune homme, mon père quitta son hameau pour atteindre, en pélerin, Lhasa, distante de plus de mille kilomètres. C'était pour y devenir moine. Comme nous le savons, le long parcours du pélerin fait partie de son but. Deuxièmement: traîner un cercueil est, à mes yeux, un symbole de la lutte incroyablement opiniâtre et malheureusement infructueuse de mon peuple pour retrouver sa liberté. Et cela depuis la fin des années cinquante! Ce n'est pas une croix que je porte: c'est un cercueil."

LES OBJECTIFS

"J'en ai cinq", dit-il.

"Un: Je désire que le monde occidental libre tourne enfin son attention sur ce qui se passeau Tibet. Qu'il bouge enfin!

Deux: un appel à la Chine: que son gouvernement accorde enfin au peuple tibétain son droit fondamental, la liberté.

Trois: que tous les prisonniers politiques, dont nombre d'artistes, de musiciens, d'écrivains,soient enfin libérés.

Quatre: je demanderai à l'ONU d'envoyer au Tibet une délégation dans le but de documenter de façon neutre la situation réelle.

Cinq: exilé Tibétain depuis 22 ans en Suisse où j'ai trouvé une nouvelle patrie, je prie le Gouvernement Suisse d'initier un dialogue entre le gouvernement chinois et les représentants du gouvernement tibétain d'exil, d'inviter les deux parties à entamer un dialogue sur territoire neutre."

Et Namling d'ajouter: "Dans le monde entier, la Suisse jouit du renom d'être une démocratie modèle, d'être impartiale et d'oeuvrer pour la paix. Si des pourparlers sont possibles en Suisse, ce seront des pourparlers sérieux." Namling met tout son espoir dans cette réputation, et il espère, pour le soutien de sa cause, trouver un large écho dans toute la population, dans la presse et tout le monde politique.

Sa devise:
"One man, one path, free Tibet!"

 

DSC_4810.jpg
DSC_4819.jpg
DSC_4822.jpg
DSC_4826.jpg
DSC_4830.jpg
DSC_4833.jpg
DSC_4838.jpg
DSC_4850.jpg
DSC_4851.jpg
DSC_4856.jpg
DSC_4858.jpg
DSC_4862.jpg
DSC_4864.jpg
DSC_4867.jpg
DSC_4869.jpg
DSC_4877.jpg
DSC_4888.jpg
DSC_4916.jpg
DSC_4922.jpg
DSC_4927.jpg
DSC_4929.jpg
DSC_4931.jpg
DSC_4938.jpg
DSC_4945.jpg
DSC_4955.jpg
DSC_4967.jpg
DSC_4971.jpg
DSC_4983.jpg
DSC_4990.jpg
DSC_4994.jpg
DSC_4997.jpg
DSC_5002.jpg
DSC_5003.jpg
DSC_5005.jpg
DSC_5019.jpg
DSC_5022.jpg
DSC_5034.jpg
DSC_5036.jpg
DSC_5044.jpg
DSC_5060.jpg
DSC_5077.jpg

 

copyright.jpg

Photos : Demir SÖNMEZ


22:27 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

05/07/2012

Le Monde: Le grand enfermement des libertés en Turquie!

Le journal “Le Monde” a publié un article qui a été signé par 50 chercheurs, écrivains, professeurs et journalistes, cet article montre encore comment les droits de l'homme ont été bafoués en Turquie.

Le Monde: Le grand enfermement des libertés en Turquie!

Alors que la Turquie affiche un taux de croissance qui fait rêver le reste du monde, dû à la longévité du gouvernement issu du parti islamo-conservateur AKP –, l'envers de ce tableau devient alarmant : un pouvoir hégémonique exerce une répression judiciaire toujours accrue sur les universitaires, chercheurs, éditeurs, étudiants et journalistes. Des vagues d'arrestations massives font régner la peur dans tous les milieux démocrates. La justice maintient des mois ou des années les prévenus sur la base d'accusations inexistantes, puis organise comme à Istanbul lundi un immense procès politique (193 accusés) destiné à briser le mouvement kurde civil et ses soutiens intellectuels.

Dans ce contexte, les libertés de recherche et d'enseignement sont particulièrement atteintes. Le cas le plus flagrant est celui de Büsra Ersanli : professeure de science politique à l'Université de Marmara, membre du parti légal kurde BDP qui siège au Parlement, elle a été arrêtée le 28 octobre 2011 et doit être jugée dans le cadre de ce procès (dit "KCK"). Alors qu'elle est accusée de "diriger une organisation terroriste", son acte d'accusation ne fait qu'inventorier les activités ordinaires de n'importe quel chercheur : déplacements scientifiques à l'étranger, conversations téléphoniques avec des journalistes, études comparatives sur différentes constitutions européennes ou articles parus dans des journaux scientifiques.

Ce genre d'accusations kafkaïennes est dirigé contre des milliers d'étudiants au sort également très préoccupant. Selon le récent rapport de l'Initiative de solidarité avec les étudiants détenus en Turquie (TODI), 771 étudiants se trouvent actuellement en détention, dont une large majorité est membre de l'organisation de jeunesse du BDP. Parmi eux, figure une autre Büsra, 22 ans, étudiante en science politique, qui dans ses lettres de prison souligne l'absurdité des accusations dont elle fait l'objet : des chansons en kurde trouvées dans son ordinateur, sa participation aux diverses manifestations et conférences de presse, etc. Comme elle, des centaines de jeunes gens se voient interdire d'étudier, soit qu'ils subissent de longues détentions préventives, soit qu'ils fassent l'objet des enquêtes disciplinaires menant souvent à leur exclusion des universités.

Selon la même logique, des dizaines de journalistes et d'éditeurs sont détenus pour avoir enquêté et publié comme leur profession les y engage. Posséder un ouvrage de sciences sociales devient en soi une preuve dans les actes d'accusation, rappelant les années de la dictature militaire. Comment se fait-il alors que des actes aussi ordinaires puissent être associés au crime de terrorisme ? La modification de la loi anti-terreur en 2006 a banalisé la définition du terrorisme de manière à ce qu'elle couvre la moitié des crimes énumérés dans le code pénal. Ainsi, selon l'Associated Press, un tiers des détenus accusés de terrorisme dans le monde entier se trouve dans les prisons turques. Rien d'étonnant à cela, puisque la nouvelle loi, au lieu d'établir un lien avec l'action armée, permet de criminaliser de simples actes d'expression publique. La participation à la marche des femmes du 8 Mars ou au défilé du 1er Mai devient ainsi une preuve d'affiliation au terrorisme dès lors qu'une organisation illégale a fait appel à y contribuer.

Dans le domaine de la recherche, des menaces systématiques sont exercées sur la liberté des universitaires et des chercheurs. Un rapport du Groupe international de travail sur la liberté de recherche et d'enseignement (GIT Branche Turquie) établit de nombreux cas récents d'étouffement de cette liberté. Selon ce même rapport, les chercheurs qui travaillent sur des sujets et des terrains sensibles font l'objet d'intimidation et peuvent voir leurs activités passer sous le coup de la loi anti-terreur. La mainmise du gouvernement sur la recherche est d'ailleurs attestée par la modification du statut du TUBITAK, l'équivalent du CNRS en Turquie, qui a perdu toute son autonomie – le numéro spécial de la revue de cette institution consacré à Darwin et à l'évolution a été ainsi censuré en 2009.

En découle toute une nouvelle définition de la "terreur", menée sans armes ni violence ni intention. En conséquence, la population carcérale a augmenté de 250 % en huit ans, et sur ce chiffre, la part de la détention préventive s'élève désormais à 40 %. Comme l'ont montré les récentes émeutes carcérales à Urfa, la surpopulation des prisons constitue elle-même une manière de punir les détenus. Et l'Association des droits de l'homme en Turquie a recensé des centaines de cas de torture et de traitements dégradants commis au sein des prisons pour la seule année 2011.

Toutes ces atteintes aux libertés, associées aux décisions judiciaires arbitraires, dévoilent les aspects autoritaires du gouvernement AKP et expliquent les raisons pour lesquelles la société civile turque s'inquiète de son avenir. Les milieux diplomatiques et les médias internationaux qui s'empressent de déclarer que la Turquie du premier ministre Erdogan est un pays modèle pour le Moyen Orient, pour sa stabilité politique et sa croissance économique, ferment les yeux sur le viol des libertés publiques, politiques et intellectuelles. On est loin de la démocratisation dont l'AKP s'était fait le héraut il y a 10 ans. Plutôt que de s'attaquer à l'appareil répressif de l'Etat hérité de la dictature militaire, il l'a repris à son propre compte et le dirige aujourd'hui contre tous les dissidents. Parmi eux, les chercheurs, les journalistes, les étudiants qui paient un lourd tribut au maintien d'un espoir démocratique. La voie de la liberté est de plus en plus étroite en Turquie. L'Europe doit en prendre conscience de toute urgence.

Premiers signataires :

Samim Akgönül, enseignant-chercheur à l'Université de Strasbourg-CNRS ; Salih Akin, maître de conférences à l'Université de Rouen ; Janine Altounian, essayiste, traductrice, membre fondateur d'AIRCRIGE ; Marie-Laure Basilien-Gainche, maître de conférences à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle ; Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS/Sciences-Po Paris ; Annette Becker, professeure à l'Université de Paris Ouest ; Avner Ben-Amos, professeur à l'Université de Tel Aviv ; Faruk Bilici, professeur à l'INALCO ; Matthias Bjornlund, chercheur au Danish Institute for Study Abroad ; Olivier Bouquet, maître de conférences à l'Université de Nice ; Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'EHESS ; Jean-Paul Burdy, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Grenoble ; Lieven De Cauter, professeur au Mediaschool Rits de Bruxelles, Christophe Charle, professeur à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Dominique Colas, professeur à Sciences-Po Paris ; Etienne Copeaux, historien de la Turquie ; Philippe Corcuff, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Lyon ; Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, secrétaire général de l'Association française de science politique ; Gilles Dorronsoro, professeur à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Vincent Duclert, professeur agrégé à l'EHESS et à Columbia University-Paris ; Deborah Dultzin, Universidad Nacional Autonoma de Mexico ; Ragip Ege, professeur à l'université de Strasbourg ; Jean-Louis Fabiani, directeur d'études à l'EHESS ; Sylvie Gangloff, chargée de cours à l'INALCO ; François Georgeon, directeur de recherche au CNRS, ; Catherine Goldstein, directrice de recherche à l'Institut Jussieu ; Nilüfer Göle, directrice d'études à l'EHESS ; Diana Gonzalez, enseignante à Sciences-Po Paris ; Benjamin Gourisse, postdoctorant de l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; André Grelon, directeur d'études à l'EHESS ; Gérard Groc, chercheur associé à l'IREMAN/CNRS ; Erdal Kaynar, postdoctorant de l'EHESS ; Ali Kazancigil, co-directeur de la revue Anatoli ; Raymond Kévorkian, professeur à l'Institut français de Géopolitique ; Hans-Lukas Kieser, professeur à l'Université de Zurich ; Michèle Lardy, maître de conférences à l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne ; Gulçin Erdi Lelandais, Marie Curie Fellow University of Warwick ; Henri Lombardi, CNRS Lab Besançon ; Hélène Piralian-Simonyan, psychanalyste et membre fondateur de l'AIRCRIGE ; Claire Mauss-Copeaux, chargée de recherches au CNRS ; Claire Mouradian, directrice de recherche au CNRS ; Veli Pehlivan, doctorante à l'EHESS ; Jean-François Pérouse, maître de conférences à l'Université de Toulouse-II ; Dalita Roger-Hacyan, maître de conférences à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Monique de Saint Martin, directrice d'études à l'EHESS ; Emine Sarikartal, doctorante à l'université de Paris-Ouest ; Inan Sevinç, doctorant et assistant à l'Université de Strasbourg ; Roger W. Smith, professeur émérite au College of William and Mary (Williamsburg, Virginie), ancien président de l'International Association of Genocide Scholars ; Emmanuel Szurek, doctorant à l'EHESS ; Ferhat Taylan, doctorant à l'université de Bordeaux ; Lucette Valensi, directrice d'études à l'EHESS ; Murat Yildizoglu, professeur à l'université de Bordeaux, signataires de la Déclaration inaugurale du Groupe international de travail "Liberté de recherche et d'enseignement en Turquie" (GIT initiative créé à Paris le 21 novembre 2011).

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/07/04/le-grand-e...

19:00 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

02/07/2012

Pierre Maudet : un début de mandat au gaz Lacrymogène

Suite à l'appel des collectifs de soutien aux sans-papiers, environ 300 manifestant-e-s se sont réuni-e-s PACIFIQUEMENT devant l'aéroport de Genève afin de marcher jusqu'au centre de détention Frambois pour demander la fermeture de celui-ci et protester contre la politique d'asile inhumaine de la Suisse. La police à dressé des barricades devant les manifestant-e-s sur la route de Montfleury. Arrivé-e-s devant les barricades, les manifestant-e-s ont subi une attaque par gaz lacrymogène et spray au poivre, sans raison ni avertissement. Suite à quoi, une dizaine de manifestant-e-s se sont retrouvé-e-s aveuglé-e-s par terre dont une qui a perdu connaissance. Pierre Maudet, le nouveau Conseiller d'Etat en charge de la police commence son mandat au gaz lacrymogène et bafoue violemment la liberté de réunion !

Aucun conseillers d’état ne respectant pas les libertés politiques fondamentales ne devrait rester en place plus de trois jours..


Aucun Conseiller d'Etat ne peut contourner les droits humains et les libertés fondamentales ! is this what democracy looks like? Tout simplement scandaleux et révoltant!

DSC_4694.jpg

DSC_4696.jpg

DSC_4699.jpg
DSC_4701.jpg
DSC_4702.jpg
DSC_4703.jpg
DSC_4705.jpg
DSC_4707.jpg
DSC_4711.jpg
DSC_4717.jpg

DSC_4720.jpg

DSC_4732.jpg

DSC_4748.jpg
DSC_4786.jpg
DSC_4791.jpg

DSC_4796.jpg

DSC_4803.jpg

copyright.jpg

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

20:10 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | | |

01/07/2012

FERMER FRAMBOIS !

FERMER FRAMBOIS !

Volspecial_261-580x386.jpg



Dans le cadre de la marche européenne des sans-papiers et des migrant.e.s, qui tapera du pied contre toutes les formes d’injustice et de discrimination qui écrasent les couches précaires, dont notamment les sans-papiers, nous tenons vivement à agir pour dénoncer une Europe emmurée qui
empeste l’état policier.

Le 2 juillet, encerclons tou.te.s le centre de rétention de Frambois,

lieu par excellence de la violence exercée envers les migrant.e.s, dont le seul "délit" aura été de chercher une vie digne, introuvable chez eux et elles tant le déséquilibre économique mondial divise et hiérarchise. La "Genève internationale" concentre d'ailleurs à elle seule bon nombre des acteurs de cette domination. La marche reliera l’aéroport de Genève à Frambois, inversant le parcours que subissent de force les migrant.e.s renvoyé.e.s par la machine à expulsion.

Nous voulons aller les soutenir là où elles et ils sont enfermé.e.s, jouer de la musique devant leurs barreaux, partager une bouffe et l’espoir que nous serons en mesure de faire tomber ces murs, prisons et frontières comprises.

Nous faisons appel à tous les mouvements sociaux, au syndicalisme de combat, aux organisations politiques non électoralistes, aux milieux de défense des migrant.e.s et des sans-papiers, et on vous
invite à rejoindre notre lutte

 

Frambois2.jpg

 

Le lundi 2 juillet 2012
12h30 à l’aéroport de Genève
(arrêt bus 5 & 10 / sortie de la gare CFF)
Pour une marche jusqu’à Frambois.
Par solidarité, venez sans vos pièces d'identité !


POUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES

POUR L’ARRÊT IMMÉDIAT DES EXPULSIONS

POUR LA FERMETURE DES CENTRES DE RÉTENTION

ET POUR UN MONDE SANS FRONTIÈRES.

DES PAPIERS POUR TOU-TE-S OU PAS DE PAPIERS DU TOUT

http://actionframbois.noblogs.org

http://www.assmp.org/spip.php?article716

 

18:04 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

30/06/2012

Le fascisme à Genève: NO PASARAN!

Ce samedi à 14 heures sur la Plaine de Plainpalais environs 1000 militants Antifascistes se sont rassemblés pour soutenir le chanteur poignardé durant la Fête de la Musique et pour condamner le laxisme des autorités et de la police face à l’extrême-droite.

Après quelques discours, dont celui du père du chanteur, les antifasciste se sont dirigés jusqu’au parc des Cropettes. Aucun incident n’est à signaler.

DSC_4357.jpg
DSC_4359.jpg
DSC_4361.jpg
DSC_4365.jpg
DSC_4367.jpg
DSC_4368.jpg
DSC_4372.jpg
DSC_4375.jpg
DSC_4376.jpg
DSC_4381.jpg
DSC_4383.jpg
DSC_4384.jpg
DSC_4385.jpg
DSC_4389.jpg
DSC_4391.jpg
DSC_4393.jpg
DSC_4399.jpg
DSC_4400.jpg
DSC_4402.jpg
DSC_4407.jpg
DSC_4411.jpg
DSC_4419.jpg
DSC_4422.JPG

DSC_4424.JPG

DSC_4427.jpg
DSC_4440.jpg
DSC_4444.jpg
DSC_4447.jpg
DSC_4459.jpg
DSC_4467.jpg
DSC_4486.jpg
DSC_4490.jpg
DSC_4493.jpg
DSC_4495.jpg
DSC_4505.jpg
DSC_4508.jpg
DSC_4509.jpg
DSC_4510.jpg

DSC_4520.jpg

DSC_4522.jpg

DSC_4530.jpg

 

info Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

Photos : Demir SÖNMEZ


21:43 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

29/06/2012

Genève en Fête! Hans Erni, 103 ans et Tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau!


Genève en Fête! Hans Erni, 103 ans, inaugure la dernière partie de sa fresque onusienne et Tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau!

DSC_3389.jpg

DSC_3390.jpg
DSC_3403.jpg
DSC_3412.jpg
DSC_3421.jpg
L1007152.jpg
DSC_3436.jpg
DSC_3447.jpg
DSC_3451.jpg
DSC_3469.jpg
DSC_3483.jpg
DSC_3487.jpg
DSC_3499.jpg
DSC_3505.jpg
DSC_3518.jpg
DSC_3519.jpg
DSC_3525.jpg
DSC_3530.jpg
DSC_3539.jpg
DSC_3545.jpg
DSC_3558.jpg
DSC_3569.jpg
DSC_3583.jpg
DSC_3586.jpg
DSC_3591.jpg
DSC_3592.jpg
DSC_3593.jpg

 

DSC_3599.jpg
DSC_3603.jpg
DSC_3614.jpg
DSC_3621.jpg

 

DSC_3622.jpg
DSC_3625.jpg
DSC_3639.jpg
DSC_3649.jpg
L1007141.jpg

 

 

 

L1007155.jpg

DSC_3664.jpg

DSC_3889.jpg
DSC_3685.jpg
DSC_3711.jpg
DSC_3712.jpg
DSC_3727.jpg
DSC_3737.jpg
DSC_3741.jpg
DSC_3751.jpg
DSC_3768.jpg
DSC_3793.jpg
DSC_3805.jpg
DSC_3824.jpg
DSC_3838.jpg
DSC_3851.jpg
DSC_3864.jpg
DSC_3878.jpg
DSC_3885.jpg

 

DSC_3903.jpg
DSC_3914.jpg
DSC_3939.jpg
DSC_3952.jpg
DSC_3993.jpg

 

 

DSC_4025.jpg

 

DSC_4031.jpg
DSC_4034.jpg
DSC_4058.jpg

 

DSC_4067.jpg
DSC_4081.jpg
DSC_4092.jpg
DSC_4099.jpg
DSC_4131.jpg
DSC_4157.jpg
DSC_4163.jpg
DSC_4171.jpg
DSC_4187.jpg
DSC_4198.jpg
DSC_4201.jpg
DSC_4203.jpg
DSC_4221.jpg
DSC_4230.jpg
DSC_4236.jpg
DSC_4238.jpg
DSC_4240.jpg
DSC_4254.jpg
DSC_4279.jpg
DSC_4280.jpg
DSC_4283.jpg
DSC_4287.jpg
DSC_4292.jpg
L1007165.jpg
L1007208.jpg
L1007220.jpg
L1007227.jpg

Photos : Demir SÖNMEZ

copyright.jpg

 

Maison Populaire de Genève
www.assmp.org

 

12:31 Publié dans Droits de l'humaine | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

27/06/2012

La CGAS rejette la nouvelle constitution

Réunie en Assemblée des délégué-e-s jeudi 14 juin dernier, la Communauté genevoise d’action syndicale a décidé, à l’unanimité des membres et des fédérations présentes, de rejeter le texte de la nouvelle constitution cantonale. Forte de ses quelques 38’000 membres, la CGAS mènera donc campagne contre un texte insatisfaisant qui n’a pas su répondre aux nécessités exprimées par les travailleuses et les travailleurs du canton.

Le NON prononcé par la CGAS sanctionne tant la forme du processus que le fond d’un document qui ne répond pas aux exigences du monde syndical, exigences d’ailleurs exprimées à plusieurs reprises à grands renforts de documents adressés aux membres de l’Assemblée Constituante, par la faîtière ainsi que par l’une ou l’autre de ses fédérations.

Droits syndicaux et démocratie sur le lieu de travail ; droit à des conditions de travail et à des revenus respectueux de la personne ; droits politiques aux résidents étrangers ; égalité réelle entre femmes et hommes à l’accès aux formations, aux professions et aux fonctions ; réorganisation des rôles et des tâches de l’Etat pour un Etat social garant de libertés, d’égalité et de solidarité ! Voilà les quelques revendications centrales posées par le mouvement syndical, qui n’ont jamais été prises en considération par la majorité des constituant-e-s.

L’arrogance de la droite majoritaire est première responsable de cet échec lamentable. En tant que syndicalistes, habitués des concertations existantes dans la pratique sociale, nous avons été frappés par l’absence de dialogue social qui a marqué les travaux de la constituante. Tout au long du processus de discussion jusqu’aux dernières négociations dites de "convergence", les intérêts de communautés entières ont été sacrifiés sur l’autel de la réussite à tout prix, comme si la nécessité d’avoir une "nouvelle" constitution soit prioritaire sur celle de travailler à une "bonne" constitution, à une constitution progressiste, qui permette à Genève de regarder vers l’avant et en direction des nombreux défis qui l’attendent ! Le regrettable marchandage autour de droits politiques des immigrés témoigne de cet état de fait : une mauvaise décision des suites d’un mauvais accord, avec des conséquences extrêmement mauvaises, notamment en terme de participation et d’intégration.

Les quelques avancées enregistrées ne peuvent donc pas pallier aux trop nombreuses faiblesses du texte qui sera soumis au peuple. Pour les raisons brièvement évoquées dans ce document,
la CGAS invitera ses membres à voter NON le 14 octobre prochain (2012)

http://www.cgas.ch/SPIP/spip.php?article2132

16:30 Publié dans Politique | Tags : paix | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |