• Deux avocats en prison sont en jeûne de la mort en Turquie !

    Imprimer

    Cet après-midi, des dizaines de manifestants se sont rassemblées sur la Place des Nations à Genève pour soutenir Ebru Timtik en jeûne de la mort depuis 209 jours, et Aytaç Unsal, dans le même état depuis 178 jours. Les deux sont renfermés depuis 2017 dans la prison de haute sécurité de Silivri, à la périphérie d’Istanbul, parce qu’ils avaient défendu leur droit à un procès équitable.

    Aussi, ils avaient protesté contre l’interdiction du Groupe Yorum de tenir des concerts et dont les membres avaient été arrêtés préalablement. Les deux avocats avaient réclamé la libération des membres incarcérés de Yorum.

    DSC_7556.jpg

    DSC_7565.jpg

    DSC_7570.jpg

    NOUS VOULONS LA JUSTIE !

    17 avocats de l’association des avocats contemporain (“ÇHD”) dont Ebru Timtik et Aytaç Unsal ont été mis en garde à vue le 12 septembre 2017 ensuite en détention préventive le 20 septembre 2017. Le jugement a commencé seulement une année après et ils ont tous été libéré après 5 jours de procès. Le refus de la libération du ministère public a été accepté le week-end. Seulement 8 heures après leurs libération une demande d’arrestation a été déclaré. Devant le bâtiment du barreau d’İstanbul, 4 avocats dont Aytaç Ünsal ont été mis en garde à vue et arrêté une deuxième fois.

    La commission de la 37ème cour d’assise d’İstanbul qui s’occupait du procès a été changé et le procès a continué avec un nouveau comité. Après deux jours de procès, cette nouvelle commission a condamné les avocats à 159 ans de prison dont Ebru Timtik a été condamné à 13 ans et 6 mois de prison et Aytaç Unsal a été condamné 10 ans et 6 mois.

    Les avocats Ebru Timtik et Aytaç Unsal ont entamé la grève de la faim et converti en jeûne de la mort afin de réclamer le droit à un procès équitable ainsi que pour stopper cette injustice. Leur revendication est simple et la question est facile à résoudre : « Droit à un jugement équitable »

    DSC_7594.jpg

    Ebru Timtik est en jeûne de la mort depuis 209 jours et Aytaç Unsal depuis 178 jours.  Leur situation est critique et les conditions de prisons sont très difficiles. Compte tenu des conditions ainsi que leur état de santé, leurs avocats demandent leur libération immédiate. Le tribunal a demandé un rapport à ce sujet à l’institution des médecins légistes.

    Si les médecins légistes confirment qu’ils ne peuvent pas rester en prison, ils pourront être libérés. Toutefois, après plusieurs jours d’étude du dossier, la cour de cassation n’a encore pas donné son verdict quant à l’annulation des condamnations des 159 ans.

    Özgür KARAKAYA a également été condamné à 7 ans et 6 mois de prisons suite à des calomnies d’un faux témoins comme dans le dossier des avocats. Il demande également un jugement équitable et pour cela il est en jeûne de la mort depuis 162 jours.

    Didem AKMAN a été condamnée à la prison à perpétuité. En 2016 elle a été transportée de la prison de Sincan – Ankara à Sakran - Izmir. Depuis 4 ans, elle est maintenue dans une cellule ou un condamné peut rester au maximum 20 jours suite à une sanction. Cette cellule ne fait pas plus de 10 mètres. Ce qui veut dire que s’il y a un lit, une table, lavabo et toilette, il ne restera plus qu’une espace pour 2-3 pas.

    Il n’y a pas de porte qui amène à une aération. Pour pourvoir s’aérer, elle est emmenée dans un autre endroit et lors de l’aération la porte est fermée sur elle. Ce qui veut dire qu’au moments de l’aération si elle veut boire de l’eau elle ne peut pas boire, si elle veut aller aux toilettes elle ne peut pas y aller ou s’il pleut elle ne peut pas s’échapper. Pour faire tout cela, elle doit appeler un officier.

    Le droit de s’aérer est que d’une heure par jour dans un endroit ou le ciel est très peu visible. Les 23 heures restantes, elle le passe dans une cellule ou elle ne peut pas faire plus que 2-3 pas.

    Didem Akman malgré son droit, elle ne peut pas voir plusieurs personnes de sa famille en même temps. S’il y a plusieurs membres de sa famille présente et qu’elle a 45 minutes elle est obligée de diviser son temps afin de pouvoir les voir. Selon la décision de la haute cour de justice, un prisonnier qui a été condamné à perpétuité peut recevoir plus d’une personne en tant que visiteur. Toutefois, la prison de Sakran-Izmir refuse d’appliquer cette décision.

    DSC_7578.jpg

    Didem Akman demande qu’on renonce à des condamnations à perpétuité et que les personnes condamnées à perpétuité ne soient pas confrontées à de telles pratiques dans les prisons. Elle demande que le temps d’aération soit augmenté et elle souhaite avoir le droit de voir plus d’une personne à la fois comme le prévoit la haute cour de justice. Pour cela, elle est en jeûne de la mort depuis 162 jours. Elle souhaite avoir des conditions humaines, pouvoir profiter du soleil ainsi que de l’air propre et veut que la décision de la haute cour de justice soit appliquée.

    Grup Yorum est un groupe de musique qui a été créé en 1985. Jusqu’à aujourd’hui ils ont sorti 23 albums et ont fait des milliers de concerts. En 2010, au stadium d’Istanbul, ils ont donné un concert pour plus de 55 milles personnes. Après cela, en plus des concerts et festivals, ils ont organisé des concerts dits « concerts pour le peuple gratuit ».

    DSC_7612.jpg

    Des millions de personnes ont assistés aux concerts en 2015, pour leur 30èmeanniversaire à Adana, Izmir, Ankara et Istanbul. Depuis 1985, il y a eu plusieurs interdictions de concerts, leurs enregistrements mitraillés et les membres emprisonnés. Mais après les concerts de 2015 les attaques ont augmenté, les concerts ont commencé à être interdit, les membres ont été arrêtés, leur centre culturel a été attaqué de nombreuses fois et saccagés, leurs instruments cassés et leur archives confisqués. Il n’y a pas eu de résultat concret malgré tous les recours fait contre ces arrestations. Aujourd’hui 4 membres du Grup Yorum se trouvent toujours derrière les barreaux.

     Afin de lever les interdictions sur les concerts de Grup Yorum et de libérer les membres qui se trouvent en prison, les deux musiciens de Grup Yorum, Helin Bölek et Ibrahim Gökçek ont entamé une grève de la faim et l’ont transformé en jeûne de la mort. Helin Bölek a perdu la vie au 288ème jours de son jeûne de la mort et Ibrahim Gökçek au 323ème jours.

     Grup Yorum a demandé d’organiser un concert le 9 août 2020 à la place de Yenikapi à Istanbul. Mais la préfecture d’Istanbul a interdit le concert. Un la courte contestation a été faite auprès du tribunal et à ce jour il n’a pas encore donné un verdict.

    Les demandes des avocats Ebru Timtik et Aytaç Unsal ainsi que Didem Akman et Ozgür Karakaya devraient être acceptées afin d’empêcher des conséquences graves !

    Les interdictions de concerts sur Grup Yorum devraient être levées et leurs membres libérés.

    Le droit d’être jugé équitablement est un droit !

    Les demandes devraient être acceptées. Ebru, Aytac et Ozgur devraient vivre !

    Liberté à Grup Yorum.

    Grup Yorum est le peuple et il ne sera pas réduit en silence !

    Liberté aux avocats du peuple !

    DSC_7582.jpg

    DSC_7585.jpg

    DSC_7588.jpg

    DSC_7602.jpg

    DSC_7605.jpg

    Tous droits réservés

    Aucune image ne peut être reproduite ou transmise, même partiellement, sous aucune forme, y compris l’illustration de pages web, sans avoir eu préalablement l’autorisation écrite de l’auteur. Toute violation pourra être poursuivie.
    Pour toute demande, merci de me contacter.

    www.photographygeneva.com  

    Lien permanent 0 commentaire
  • Deux dates marquantes de 24 juillet ; le Traité de Lausanne et l'église Sainte-Sophie

    Imprimer

    Deux dates marquantes de 24 juillet ;

    Le 24 juillet 1923, les terres du Kurdistan sont divisées en 4 parties par le Traité de Lausanne et occupées par les colonialistes. 

    L'occupation se poursuit depuis 98 ans avec le soutien des puissances internationales. 

    DSC_6971.jpg

    Le 24 juillet 2020, le fasciste islamique Erdogan a transformé l'héritage sacré du monde chrétien en mosquée et son président des affaires religieuses Dr. Ali Erbaş a lu le sermon religieux de vendredi avec une épée à la main à la même manière que celle du chef de l'Etat Islamique Bagdadi.

    Rappelons que le chef de l'Etat Islamique Bagdadi avait lui aussi déclaré l'Etat Islamique avec une épée à la main et des prières.

    Le message est des plus clair ;

    Aujourd'hui, l'Etat Islamique a été déclaré dans l'église Sainte-Sophie et le monde chrétien a été menacé par l'épée.

    Rien n'a changé depuis 1453

    C'est contre cette barbarie que les kurdes, les yézidis, les syriaques et assyriens résistent et luttent depuis 100 ans. 

    kilic 24.07-1-780x470.jpg

    Hier, 24 juillet 2020 à Genève, plus deux cents manifestants kurdes et ses amies se sont rassemblées sur place de Navigations et ont défilé à la place Neuve contre le Traité de Lausanne conclu le 24 juillet 1923, les attaques turques sur le nord de la Syrie et demandant le jugement et la condamnation de la Turquie pour crimes de guerre.

    DSC_6857.jpg

    DSC_6865.jpg

    DSC_6875.jpg

    DSC_6887.jpg

    DSC_6896.jpg

    DSC_6938.jpg

    DSC_6954.jpg

    DSC_6967.jpg

    DSC_6987.jpg

    DSC_7014.jpg

    Traité de Lausanne !

    Cessez d'être complice du génocide kurde !

    Lausanne est le lieu où l'un des accords dès plus injuste et dès plus abominables a été conclu contre un peuple qui est traditionnellement considéré comme "n'ayant pour amis que les montagnes". Signé le 24 juillet 1923, le traité de Lausanne a divisé le Kurdistan entre quatre États du Moyen-Orient, la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie, chacun d'entre eux étant intransigeant sur l'assimilation culturelle et l'asservissement politique de la population kurde.  La partition du Kurdistan ne résulte pas d'un phénomène normal et est totalement sans précédent dans l'histoire humaine. Aucun peuple n'a été divisé de la sorte au cours de l'histoire.  Cependant, aucun autre peuple ne s'est non plus montré aussi résolu à résister à une partition aussi injuste et inhumaine. 

    Le peuple kurde, qui compte aujourd'hui plus de 40 millions de personnes, a résisté sans relâche pour se libérer d'un colonialisme régional qui souffre d'une non-reconnaissance continue de la part des acteurs mêmes qui l'ont engendré.  

    Le traité a accordé la plus grande partie du Kurdistan à l'État turc, ce qui, dès le début, s'est opposé à toute manifestation de l'identité et du patrimoine culturel kurdes.  Il a poursuivi l'une des formes les plus violentes d'assimilation culturelle et d'asservissement politique à l'encontre de la population kurde. Non seulement les autorités turques ont interdit l'utilisation de la langue kurde, mais elles ont également réprimé violemment les groupes et partis politiques qui défendaient les droits nationaux.  Par la suite, profitant de son armée largement supérieure, l'État turc a écrasé les révoltes nationales kurdes de 1925, 1927 et 1938.  Durant ces révoltes, des centaines de milliers de Kurdes ont été massacrés tandis que leurs villes et villages ont été détruits.  Dans le cadre de sa campagne d'assimilation, l'État turc a déporté des centaines de milliers de Kurdes du Kurdistan vers les régions turques, tout en installant à leur place des milliers de familles turques, en leur fournissant des structures d'installations et des services avancés comme encouragement pour les motiver à s'implanter.

    L'Iran est sorti du traité comme le deuxième plus grand usurpateur du Kurdistan.  Même si sa politique n'était pas aussi sévère que celle de l'État turc, sa stratégie reposait sur une assimilation culturelle progressive et sur un asservissement politique pur et simple si le peuple kurde venait à revendiquer ses droits nationaux. C'est ainsi que l'armée iranienne a écrasé la révolte de Simko en 1920, la République du Kurdistan en 1946 et la rébellion de 1979.  Suite au soulèvement du peuple syrien et à l'émergence du Rojava en 2012, l'État clérical iranien a mobilisé toutes ses ressources pour que le peuple kurde de ce pays n'obtienne rien, alors qu'il a sacrifié des milliers de vies et qu'il a présenté la solution la plus viable à la crise du Moyen-Orient.

    L'État irakien nouvellement créée est devenu le troisième plus grand occupant du Kurdistan. Les Kurdes de cette partie du Kurdistan ont également refusé de se soumettre aux dirigeants étrangers et, de ce fait, se sont révoltés d'abord contre la domination britannique en 1921, puis contre les gouvernements irakiens qui ont suivi en 1931, 1943, 1961, 1976 et 1991.  Même s'ils ont réussi à obtenir un statut autonome reconnu après l'éviction de Saddam Hussein en 2003, c'est probablement dans cette partie du Kurdistan que le peuple kurde a le plus souffert, avec la tristement célèbre campagne Anfal des années 1980, lancée par le gouvernement de Saddam, au cours de laquelle 182 000 Kurdes civils ont péri.  Les images de l'attaque chimique de Helebce (Halabja) en 1988, au cours de laquelle 5.000 civils ont été tués instantanément, sont encore fraîches dans l'esprit de beaucoup.

    Même si la Syrie est devenue l'État qui a occupé la partie mineure du Kurdistan, elle a poursuivi l'une des politiques d'assimilation les plus dures à appliquer au XXe siècle. C'est en 1962, par exemple, que le gouvernement syrien a dépouillé plus de 120 000 Kurdes de leur citoyenneté syrienne, les classant comme "ajanib", ce qui signifie étrangers.  Ils ont donc été dépossédés de leurs terres et des milliers de familles arabes ont été installées sur place. Plus tard, en 1973, le gouvernement syrien est allé encore plus loin en créant un "cordon arabe" le long de la frontière syro-turque, d'une profondeur de 5 à 10 kilomètres, où il a procédé à un nettoyage ethnique de la population kurde et a installé à leur place les Arabes bédouins.

    La stratégie notoire de nettoyage ethnique est maintenant menée contre le peuple kurde dans le nord-est de la Syrie (Rojava) par un autre État occupant du Kurdistan, la Turquie.  Le nettoyage ethnique est un crime de guerre et un crime contre l'humanité lorsqu'un État le commet contre son propre (soi-disant) peuple, comme l'a fait le gouvernement syrien dans les années 1970.  Il est bien plus atroce lorsqu'il est perpétré par une puissance étrangère contre le peuple d'un autre pays, comme l'État turc essaie maintenant de le faire au Rojava.  Depuis le 9 octobre, l'État turc et ses groupes djihadistes alliés attaquent, par voie aérienne et terrestre, le Rojava et l'occupent partiellement.  Durant ces attaques, les avions turcs ont ciblé des zones civiles, notamment des écoles et des hôpitaux, tandis que les groupes djihadistes ont poursuivi leurs pillages et commis des crimes de guerre.  Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé la première phase de son programme de réinstallation de 3 millions de réfugiés arabes, y compris les familles des groupes djihadistes à sa solde.

    Tout cela, l'État turc l'a fait sous les yeux la communauté internationale qui, bien que s'étant prononcée y être opposée, n'a pas encore pris de mesures concrètes pour y mettre fin.  Il ne faut pas oublier que le peuple kurde s'est sérieusement battu contre la force la plus obscurantiste de tous les temps, l'ISIS (l'État islamique en Irak et en Syrie) au prix de 11 000 martyrs et 22 000 blessés en Syrie, tandis que 2 000 autres personnes sont tombées martyrs en Irak.  Mais notons qu'ils n'ont pas seulement combattu, comme le présentent les médias internationaux.  Ainsi, contre toute attente lors cette guerre sanglante, ils ont réussi à établir au Rojava une société démocratique, égalitaire et multiculturelle où tous les groupes ethniques et religieux du nord-est de la Syrie ont participé activement.  Malgré tout cela, ils ont été exclus du Comité Constitutionnel syrien qui a été récemment organisé par les Nations Unies pour rédiger une constitution pour la Syrie.

    La marche de Lausanne et de Genève condamne non seulement le Traité de Lausanne pour son exceptionnelle partition d'un peuple, l'exposant aux plus atroces schémas d'assujettissement et aux opérations génocidaires, mais elle condamne également les Nations Unies pour leur exclusion d'une nation de 40 millions de personnes de leurs institutions, projets et délibérations. Cette manifestation met en évidence une fois de plus à quel point le terme "Nations unies" est mal choisi. Elle prouve encore une fois qu'il s'agit d'une Union d'États plutôt que de nations.  En outre, notre manifestation met en avant les revendications suivantes : 

    - Un retrait inconditionnel et immédiat de toutes les forces turques et de leurs alliés jihadistes du nord-est de la Syrie, y compris de l'Afrique.

    - L'établissement d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus du nord-est de la Syrie, ou la fermeture de son espace aérien, afin de neutraliser l'avantage de l'armée turque sur les forces démocratiques syriennes.

    - Une reconnaissance officielle de l'administration autonome du nord-est de la Syrie et son inclusion dans la commission constitutionnelle syrienne organisée par les Nations unies.

    - Le jugement et la condamnation de Turquie pour crime de guerre et crime contre l'humanité.

    • La reconnaissance inconditionnelle des droits du peuple kurde en Turquie et dans les autres états.

    Centre Société Démocratique Kurde de Genève

     

    DSC_7019.jpg

    DSC_7035.jpg

    Lien permanent 2 commentaires