Les Kurdes sont en colère contre les attaques de l'armée turque contre le Kurdistan

Imprimer

Les Kurdes et leurs amis à Genève condamnent à l’agression militaire turque contre le Kurdistan

Aujourd'hui, plus d'une centaine de Kurdes et leurs amis se sont rassemblés devant la poste du Mont-Blanc pour protester contre les attaques de l'armée turque au Kurdistan.

Le peuple du Kurdistan a déclaré que ces attaques avaient été menées au su des États-Unis et de l'Union européenne, et que l'opinion publique mondiale restait silencieuse. 

"Les Etats-Unis annoncent qu’il y a un risque élevé d’une action militaire turque contre les Kurdes syriens et le Kurdistan d’Irak dans les prochains jours.

L’annonce a été faite par le consulat général des États-Unis à Erbil (Hewler), capitale du Kurdistan irakien".

Dès l’heure qui a suivi l’attentat sanglant de l’avenue Istiklal à Istanbul du 13 novembre, les autorités turcs ont accusé les Kurdes syriens de l’avoir commandité dans les soucis de justifier une énième attaque visant le Rojava, même si l’attentat semble être le fruit d’une guerre de pouvoir au sein de l’AKP…

Ils ont déclaré que les attaques des manifestants devaient être arrêtées immédiatement, sinon le peuple du Kurdistan continuerait les manifestations dans toute l'Europe, et que les frontières de la sécurité de l'Europe partaient du Rojava.

B0032938.jpg

Communique de Presse de la Société Démocratique des Kurdes en Suisse 

Stop à l’agression militaire turque contre le Kurdistan !

Dans la nuit du 19 au 20 novembre, les avions de guerre turcs ont commencé à bombarder des hôpitaux, des écoles et d’autres cibles civiles dans la zone frontalière du nord de la Syrie. Plusieurs villages situés dans la région de Shehba qui abrite de nombreux déplacés d’Afrin, ainsi que dans les régions de Kobanê et de Dêrîk ont été particulièrement ciblés. Les avions de guerre turcs ont également visé un dépôt de blé dans la zone de Dahir al-Arab, près de Zirgan. Parallèlement, l’armée turque a bombardé des zones dans les monts Qandil et Asos au Sud-Kurdistan (nord de l’Irak). 

L’attaque terroriste de Taksim, à Istanbul, le 13 novembre, a été planifiée et exécutée par le régime islamo-fasciste au pouvoir en Turquie pour fournir un prétexte à ces bombardements meurtriers. Avant même d’ouvrir une enquête, le régime turc a imputé cette attaque aux Unités de protection du peuple et des femmes du Rojava (YPG-YPJ) et au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Bien que les Forces démocratiques syriennes (FDS) et le PKK aient vivement condamné l’attentat et démenti toute implication, le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, connu pour son hostilité féroce envers le peuple kurde, continue de prêcher ce mensonge au nom de l’État turc.

Une fois de plus, l’État turc mène une campagne d’agression contre les Kurdes pour détourner l’attention des crises qui tourmentent la Turquie après deux décennies de règne sans partage de Recep Tayyip Erdogan et de l’AKP. Depuis le 17 avril, le régime d’Erdogan a attaqué à plusieurs reprises les positions des guérilleros kurdes dans le sud du Kurdistan, utilisant plus de 2 700 fois des armes chimiques interdites. Néanmoins, l’État turc n’a rien obtenu avec ces attaques, et les forces turques ont brûlé les corps de leurs propres soldats pour masquer l’ampleur de leurs pertes. Avec la récente attaque sous faux drapeau à Taksim, Erdogan et l’AKP-MHP espèrent détourner davantage l’attention de leur défaite au Sud-Kurdistan et justifier une opération de grande ampleur contre les Kurdes du Rojava.

Le régime émietté d’Erdogan ne pourra rester au pouvoir que s’il parvient à vaincre la résistance historique du peuple kurde à son occupation néo-ottomane du Kurdistan. Avec l’attentat de Taksim, Erdogan espérait présenter la Turquie comme une victime du « terrorisme kurde » afin d’obtenir un feu vert pour une attaque contre le Rojava lors du sommet du G20 à Bali, et il semble y être parvenu, car le régime turc n’aurait pu mener ces attaques sans l’approbation de la Coalition internationale anti-EI, en particulier des États-Unis.

Si la Coalition internationale est contre cette guerre illégale, alors ses membres doivent immédiatement prendre des mesures fortes par le biais de sanctions économiques, politiques, diplomatiques et juridiques pour forcer la Turquie à se conformer au droit international. Dans le cas contraire, ils porteront la responsabilité des conséquences du terrorisme d’État de la Turquie contre le peuple kurde et les autres peuples du nord et de l’est de la Syrie.

Nous appelons donc les Nations unies, la Coalition internationale anti-EI, l’Union européenne, la France et les États-Unis à forcer leur partenaire à se conformer à ses obligations internationales et à mettre fin à ses agressions militaires contre le peuple kurde.

Par ailleurs, nous appelons également les partis politiques, les élus de la confédération les organisations associatives et syndicales à réagir face à ces attaques turques.

Société Démocratique des Kurdes en Suisse

Email: cdkurds@gmail.com

B0032941.jpg

B0032942.jpg

B0032948.jpg

B0032952.jpg

B0032965.jpg

B0032969.jpg

B0032972.jpg

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.