paix - Page 6

  • Manifestation anti-WEF pris en otage par la police!

    Imprimer

    DSC_0401.jpg

    DSC_0407.jpg
    DSC_0411.jpg
    DSC_0415.jpg

    DSC_0429.jpg

    DSC_0434.jpg

    DSC_0435.jpg

    DSC_0438.jpg
    DSC_0440.jpg
    DSC_0444.jpg

    DSC_0445.jpg

    DSC_0450.jpg
    DSC_0459.jpg
    DSC_0469.jpg
    DSC_0470.jpg
    DSC_0476.jpg
    DSC_0425.jpg

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • 2012 Rousseau pour tous sur son île rénovée

    Imprimer

    2012 Rousseau pour tous sur son île rénovée

    C’est parti! Aujourd’hui l’île Rousseau a retrouvé ses promeneurs et à la même occasion a connu le début des célébrations du tricentenaire de son illustre philosophe. Dans une cérémonie qui a connu un grand succès et surtout une couverture médiatique très suivie en présence des autorités cantonales et fédérales. Ont pris part aux réjouissances Alain BERSET (conseiller fédéral), Pierre Losio (président du grand conseil), Charles BEER (conseiller d’Etat),  Pierre Maudet (Maire de la ville), sami Kanaan (responsable du département de la culture) et Remy PAGANI (responsable du département de l’aménagement).

    En présence des autorités municipales, cantonales et fédérales, cette cérémonie officielle est l’occasion de rappeler l’importance des commémorations en l’honneur du citoyen de Genève pour notre ville, de présenter les grandes lignes de sa riche programmation qui jalonnera l’année 2012 et de donner les principaux aspects de rénovation de l’Ile Rousseau. Celle-ci a retrouvé sa configuration d’origine avec entre autres la statue de Jean-Jacques Rousseau retournée selon sa première orientation et le pavillon selon sa silhouette initiale.

    DSC_0004.jpg
    DSC_023.jpg
    DSC_0062.jpg
    DSC_0076.jpg
    DSC_0081.jpg
    DSC_0091.jpg
    DSC_0095.jpg
    DSC_095.jpg
    DSC_0097.jpg
    DSC_0108.jpg
    DSC_0114.jpg
    DSC_0122.jpg
    DSC_0123.jpg
    DSC_0125.jpg
    DSC_0129.jpg
    DSC_0132.jpg
    DSC_0133.jpg
    DSC_0139.jpg
    DSC_0141.jpg
    DSC_0145.jpg
    DSC_0146.jpg
    DSC_0150.jpg
    DSC_0151.jpg
    DSC_0158.jpg
    DSC_0165.jpg
    DSC_0166.jpg
    DSC_0195.jpg
    DSC_0236.jpg
    DSC_0259.jpg
    DSC_0244.jpg
    DSC_0293.jpg
    DSC_0296.jpg
    DSC_0298.jpg
    DSC_0301.jpg
    DSC_0315.jpg
    DSC_0340.jpg
    DSC_0342.jpg
    DSC_0346.jpg
    DSC_0347.jpg
    DSC_9984.jpg
    DSC_0154.jpg
    DSC_0160.jpg
    DSC_9973.jpg
    DSC_047.jpg
    DSC_0143.jpg

    DSC_0366.jpg

    Photos : Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • LETTRE OUVERT AUX AUTORITES DE SUÈDE, POLAND, DEPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPEEN,

    Imprimer


    Non à l’extradition de Monsieur Musa DOGAN à la Turquie

    LETTRE OUVERT
    AUX

    AUTORITES DE SUÈDE, POLAND, DEPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPEEN,

    ORGANISATIONS INTERNATIONALES, DEFENSEURS DES DROITS DE

    L’HOMME

    ET

    AUX MEDIAS DU MONDE !


    Genève le, 10 Janvier 2012

    Madame, Monsieur,

    Nous avons été informés de l’arrestation de Monsieur Musa Doğan par la police polonaise à Rzedzow  ce mardi 3 janvier 2012, suite à un mandat d’arrêt international lancé par les autorités turques auprès d’Interpol. Musa Doğan est actuellement placée en détention et risque d’être extradée vers la Turquie. Son épouse, Mme Anna Kupiszewska, nous à lancé un vibrant appel à l’aide pour sauver son mari.

    Depuis 2007, M. Doğan dispose, en vertu de la Convention de Genève de 1951, du statut de réfugié politique. D’abord résidant en Suède –où il a obtenu son statut- il a déposé une demande pour pouvoir s’installer en Pologne. C’est en effet dans ce pays que réside son épouse, qu’il a rencontré lors d’une visite à sa propre famille. Le couple, marié depuis un an, se baladait en ville de Rzedzow , quant Monsieur Musa Doğan a été interpellé par la police.

    M. Doğan a été condamné en Turquie à une peine de réclusion à perpétuité, en raison de son appartenance politique au TKP-ML (parti communiste de Turquie, marxiste-léniniste). De mars 1993 à septembre 2003, M. Doğan a été détenu dans différentes prisons turques. Ses conditions de détention ont été éprouvantes et il a entamé, de manière répétée, des grèves de la faim. Celles-ci correspondent à un total de trois ans sur 10 de sa détention. Suite à sa dernière grève de la faim -qui a duré 126 jours pour protester contre les cellules d’isolement-, un conseil de médecins a diagnostiqué chez M. Doğan le syndrome de "Wernicke-Korsakof" (pertes de mémoire, invalidités diverses et troubles comportementaux) ; il a alors pu bénéficier de la liberté conditionnelle pendant six mois pour recevoir des traitements médicaux. C’est lors de cette période que M. Doğan a fui la Turquie pour se réfugier en Suède.

    Par la présente, nous appelons à la solidarité avec M. Doğan qui risque la mort en cas d’extradition. En effet, l’état physique et psychologique de M. Doğan est critique ; ses proches et amis sont très inquiets.

    Il y a 3 ans notre association lançait déjà un appel pour libérer M. Doğan: déjà le mandat illégitime lancé par la Turquie à son encontre l’avait fait arrêter ; déjà les autorités –suédoises- s’étaient laissé tromper par les autorités turques.

    L’Etat turc est bien connu pour pratiquer la torture à grande échelle. Or, nous vous rappelons que l’article 33 alinéa 1 de la Convention de 1951 (et son protocole de 1967) - dont l’application est universelle pour les Etats qui l’ont ratifié et n’admet aucune réserve - stipule qu’« aucun des Etats contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. »

    Il en est de même pour l’article 3 alinéa 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984) qui dispose qu’« aucun Etat n’expulsera, ne refoulera, ni n’extradera une personne vers un autre Etat où il y a des motifs sérieux de croire qu’elle risque d’être soumise à la torture. »

    A noter que la Pologne est partie à ces Conventions. Le gouvernement polonais doit donc assumer pleinement sa responsabilité internationale et humanitaire : l’extradition de M. Doğan en Turquie signerait son arrêt de mort et violerait gravement les Conventions internationales précitées.

    Au vu de ce qui précède, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes afin d’empêcher l’extradition de M. Doğan vers un pays où l’attend la prison et vraisemblablement la torture.

    En vous remerciant d’avance de votre compréhension et de l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Madame et Monsieur, nos salutations distinguées.

     

     

    Pour la Maison populaire de Genève
    Demir SÖNMEZ (Président)


    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    Téléphone: + (41) 79 256 30 11
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • TaPiGé, Alors les TPG ça marche?

    Imprimer

    Les genevoises et genevois étaient près d'une centaine cet après-midi pour dire leur mécontentement envers le nouveau réseau TPG. Les manifestant-e-s ont récolté des signatures à travers une pétition qui critique avant tout le concept de transbordement à Plainpalais et à Bel-Air et demande le retour des lignes 13 et 16. Surtout, c'est une volonté des citoyennes et citoyens d'être dorénavant associé-e-s par le biais d’associations notamment, aux nouveautés qui les concernent en premier lieu. Cette demande semble pertinente, lorsqu'on sait que les changements ont été fait par des techniciens, au nom de critères économiques qui permettent d'améliorer pour les TPG leur niveau d'exploitation, mais laisse de côté les préoccupations pourtant centrales des usagères et usagers. Augmenter l'offre à tout prix ne sert donc finalement pas les intérêts des TPG, qui devront à l'avenir faire primer le confort des usagers sur les intérêts économiques et la rentabilité. Par ailleurs, Genève doit clairement mettre l'accent sur la fluidité des transports publics. En effet, il ne suffit pas de construire une ligne de tram puis de décréter que Cornavin est désormais à 18 minutes de Bernex pour que l'efficacité suive (il faut non seulement le double de temps, mais en plus 1 tram sur deux fait marche arrière...). Dès lors il faut pour Genève une vraie politique qui mette en 1er lieu l'accent sur l'accès en voie propre des trams, la création d'une ligne qui traverse le pont du Mont-Blanc, et s'acheminer gentiment vers la fermeture de l'accès aux voitures dans l'hypercentre. La magistrate Michèle Künzler, a en effet été largement abandonnée par les autres départements. Or un changement aussi radical demandait des soutiens et une reconsidération générale de la politique de la mobilité à Genève. Espérons que la manifestation d'aujourd'hui et celles qui suivront permettront d'aller dans ce sens. ( Julien Cart -  Conseil Municipal ville de Genève )

    DSC_8855.jpg
    DSC_8870.jpg
    DSC_8858.jpg
    DSC_8862.jpg
    DSC_8912.jpg
    DSC_8915.jpg
    DSC_8918.jpg
    DSC_8919.jpg
    DSC_8912.jpgDSC_8924.jpg
    DSC_8929.jpg
    DSC_8944.jpg
    DSC_8947.jpg
    DSC_8954.jpg
    DSC_8957.jpg
    DSC_8964.jpg
    DSC_8974.jpg
    DSC_8976.jpg
    DSC_8974.jpg
    DSC_8975.jpg
    DSC_8980.jpg
    DSC_8989.jpg
    DSC_8996.jpg
    DSC_8984.jpg
    DSC_8987.jpg
    A lire également : Haykel EZZEDDINE : Quand une manifestation fait un flop!

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • L’arrestation de l’ex-chef de l'armée turque: une opération de dissimulation du massacre?

    Imprimer

    L’arrestation de l’ex-chef de l'armée turque: une opération de dissimulation du massacre?


    Rien n'indique que le gouvernement Erdogan rende la justice, même en emprisonnant un ex-chef de l'armée. Le régime AKP qui a déjà pris le contrôle de l'armée a emprisonné un ancien chef d'état-major au moment où il était accusé de dissimuler le massacre de 35 kurdes tués dans le raid du 28 décembre. La guerre du pouvoir menée par le gouvernement Erdogan n'est pas une lutte pour la démocratie.

    Il n'est pas étonnant pour les kurdes de voir une telle opération quand le gouvernement est sous le feu des critiques. C'est une logique des gouvernements répressifs. L'emprisonnement de ces généraux qui devaient être jugés depuis longtemps n'est en aucun cas un avancement vers la démocratie, mais la poursuite de la guerre du pouvoir.  Le but de ces arrestations n'a jamais été de rendre la justice ou de consolider la démocratie.

    Le 5 décembre, l'ex-chef d'état-major des armées turques, le général à la retraite Ilker Basbug, a été placé en détention préventive sous l'accusation d'avoir voulu renverser le gouvernement. Le gouvernement Recep Tayyip Erdogan et son allié fort, la confrérie de Fethullah Gulen, avaient déjà pris le contrôle de l'armée, comme dans la police, les services secrets et au sein de la justice.

    Erdogan créé sa propre structure profonde

    Malgré l'arrestation de quelque 250 officiers accusés d'avoir conspiré contre les islamo-conservateurs, le pays n'est toujours pas dans la bonne direction. Aucun de ces officiers n'est jugé pour des crimes contre les kurdes, au contraire ce peuple continue d'être massacré par l'armée qui a changé de main.

    L'emprisonnement de Basbug intervient au moment où le gouvernement est sous le feu des critiques pour  le massacre des civils kurdes dont 19 enfant dans les bombardement du 28 décembre contre un village kurde de la région de Sirnak. C'est un « massacre collectif » et « délibéré » pour les associations des droits de l'homme et des ONG, « un massacre planifié depuis Ankara » selon le principal parti kurde BDP.  Le silence, les tentatives de dissimulations, le refus du gouvernement de s'excuser et de rendre des comptes confirment ces jugements. Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan et ses ministres ont accusé le BDP et les journalistes, au lieu d'ordonner une enquête transparente et approfondie.

    « Ce n'est pas un événement ordinaire. Tous ceux qui commettent des crimes, quel que soit leurs fonctions, doivent être jugés équitablement.  Mais tout cela ne peut pas être utilisé pour les intérêts politiques du pouvoir. Le pouvoir en place demande des comptes aux structures profondes d'une part, il instaure sa propre structure profonde d'autre part » a déclaré Selahattin Demirtas, le co-président du BDP.  Il a appelé les procureurs qui ont préparé le réquisitoire  à entendre aussi des villageois kurdes qui ont vu leurs villages détruits par les militaires et des familles de disparus.

    Tentative de dissimuler le massacre

    Pour Kemal Kilicdaroglu, chef du Parti républicain du peuple (CHP), les tribunaux disposant de compétences spéciales ne sont pas des tribunaux qui rendent la justice mais qui entérinent des décisions prises par l'autorité politique. Affirmant qu'il est « claire que c'est pour masquer » le massacre de 35 kurdes, il a déclaré que lorsque le gouvernement se trouve sous le feu des critiques, il mène de telles opérations pour changer la page.

    La loi n'est pas la même pour tous

    Un gouvernement qui a pu garder le silence pendant 15 heures après le massacre et qui a pu réussir aussi à faire taire les medias « mainstream » pendant ce temps ne sera pas convaincant dans ses actions « soi-disant » pour consolider la démocratie, même en arrêtant des généraux criminels.

    Un premier ministre qui a fait sa première déclaration sur le massacre 27 heures plus tard, non pas pour s'excuser ou rendre des comptes mais pour féliciter son armée, ne saura pas s'avancer vers la démocratie. Dans un pays où les tribunaux spéciaux se comportent pire que les anciennes cours militaires, on peut ne pas avoir la confiance en la justice quand le président turc Abdullah Gul dit que «la loi est la même pour tous ». Où est la loi quand on bombarde des civils innocents, exécute en pleine rue des manifestants, utilise des armes chimiques, violent les femmes, commet des crimes d'honneur ou des crimes contre l'humanité et quand on tue des enfants ?

    Vers où se dirige la Turquie ?

    Vers où s'avance-elle la Turquie ? Pour avoir une idée, il faut se rappeler de ces paroles d'Erdogan, tenues en décembre 2002 en Russie : « La question kurde n'existe pas si tu n'en pense pas ».

    Lorsqu'on enferme 96 journalistes, 500 étudiants, 36 avocats, près de 40 syndicalistes, au moins 15 défenseurs des droits de l'homme, des centaines d'élus dont 18 maires et huit députés et des centaines d'enfants et des femmes politiques, ce n'est surement pas pour la démocratie, mais peut-être pour créer une société qui ne pense pas, une société sans opposition, sans réaction, un société où des citoyens devenus adeptes et partisans, sinon pourquoi autant d'agressivités et de pratiques fascisantes contre tous ceux qui critiquent ?  Reste à savoir s'il peut réussir pour la survie de son hégémonie.  Le seul obstacle c'est l'opposition kurde, qui ne pliera jamais le genou devant ce gouvernement. Mais quand le mouvement de la liberté et de la démocratie kurde réussie à rester debout malgré le "terrorisme" d'Etat, les autres tombent...

    « Nous ne reculerons pas. Nous avons payé le prix jusqu'aujourd'hui. Ce n'est pas le jour de la peur et de prendre du recul. Aucune armée n'est plus forte que la force du peuple. Nous ne perdrons pas ! » dit le BDP.  (Egalement publié sur l'ActuKurde)

     

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/070112/l-arrestation-de-l-ex-chef-de-larmee-turque-une-operation-de-dissimula

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Stop au bain de sang commis par le pouvoir militaro-islamiste en Turquie !

    Imprimer

    Stop au bain de sang commis par le pouvoir militaro-islamiste en Turquie!

    images.jpegC’en est assez.

    Assez des manipulations et des machinations du pouvoir militaro-islamiste qui, tout en donnant des leçons de démocratie aux pays arabes, continue sans cesse de massacrer les enfants des civilisations plus anciennes de la Mésopotamie !


    Après les Arméniens et les Assyriens il y a un siècle, Ankara continue aujourd’hui la persécution des Kurde
    s.

    Trente-cinq villageois kurdes ont été tués mercredi soir à la frontière turco-irakienne par l’armée turque lors de raids aériens à Ulude
    re.

    60180.jpg


    "Ils nous ont délibérément massacrés. Pourquoi tout ce sang a été versé ? Ils doivent nous répondre" : les larmes aux yeux, Kitan Encu, qui a perdu onze parents durant les bombardements près de son village kurde orchestré par l’armée aérienne turque, ne cache pas sa révolte.

    Selahattin Demirtas, co-président du BDP, principale formation pro-kurde de Turquie, a dénoncé un “carnage”, assurant que l’ensemble des victimes étaient des civils.

    C’en est assez.

    Il ne s’agit pas d’une simple bavure. C’est un nouvel épisode des opérations meurtrières déclenchées par le chef islamiste Tayyip Erdogan et par ses généraux qui siègent au Conseil de la sûreté nationale.

    Sous ce nouveau régime militaro-islamiste, des milliers de dirigeants kurdes, des centaines de journalistes et juristes vont célébrer le nouvel an derrière les barreaux simplement pour avoir revendiqué les droits et les libertés du peuple kurde ainsi que des minorités nationales et religieuses d’Anatolie à l’instar des pays européens dont la Belgique.

    Les intellectuels, écrivains, éditeurs brillants du pays croupissent actuellement dans les prisons turques.

    En guise de contrecarrer un projet de loi relatif à la pénalisation du négationnisme en France, tous les partis politiques turcs confirment leur opposition honteuse à la reconnaissance du génocide des Arméniens perpét
    ué en 1915.

    La plupart des médias écrits et audio-visuels turcs, sous le contrôle du régime, continuent d’accuser les opposants de haute trahison à la patrie et à la suprématie turco-islamique tout en ignorant les violations des droits de l’Homme.

    C’en est assez.

    Ses crimes de longue date n’empêchent pas le pouvoir militaro-islamiste de donner des leçons de démocratie à la Syrie en la sommant d’engager des réformes démocratiques et à mettre fin à la répression.

    Assez de l’hypocrisie des dirigeants des puissances occidentales qui se taisent devant les crimes odieux commis sans cesse par l’armée, la police et la justice de leur allié stratégique et géopolitique qu’ils imposent comme un modèle sur mesure aux millions d’opprimés du Moyen-Orient de l’Afrique du nord.

    Quant aux médias occidentaux, ils passent sous silence les crimes perpétuels de ce pouvoir assoiffé de sang ou en parlent dans quelques lignes comme de simples faits divers.

    C’en est assez.

    Il faut mettre fin à cette mascarade et réagir tout de suite face aux crimes commis par le pouvoir militaro-islamiste.

    En tant qu’organisations issues de l’émigration politique et en provenance de Turquie, nous appelons les dirigeants et médias belges et européens à ne plus rester complices d’Ankara et à prendre des positions fermes dans toutes les instances gouvernementales et parlementaires contre les atrocités et violations des droits de l’Homme commis dans ce pays candidat à l’Union européenne.

    L’Association des Arméniens Démocrates de Belgique

    L’Institut Assyrien de Belgique

    L’Institut Kurde de Bruxelles

    La Fondation Info-Türk

    collectif1971@scarlet.be

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 3 commentaires
  • Cher-e-s lecteurs-trices, treize mille huit cent nonante six fois merci!

    Imprimer

    Cher-e-s lecteurs-trices, treize  mille huit cent nonante six  fois merci!
    Depuis novembre 2008, j’anime ce blog en relatant et/ou relayant, de mon mieux, autant les évènements locaux et nationaux qu’internationaux. Aujourd’hui, le nombre de visiteurs mensuel de mon blog a atteint 13’896 (treize  mille huit cent nonante six ) personnes. C’est une reconnaissance et un témoignage magnifique pour mes efforts en cette veille d’une nouvelle année. C’est aussi une immense satisfaction  personnelle, d’autant plus que, comme certain-e-s d’entre vous le savent, je suis confronté tous les jours à des difficultés techniques et dois surmonter multiples obstacles pour ce travail que j’accomplis à titre purement bénévole. C’est une manière pour moi d’assumer ma responsabilité citoyenne.
    UN GRAND MERCI A TOUTES ET A TOUS
    demir_.jpg
    Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Lettres 2 commentaires
  • 23 Coups de Canons pour les 23 Cantons Suisse !

    Imprimer

    Commémoration de la Restauration de la République


    En 1798, occupée militairement, Genève est annexée à la France et devient chef-lieu et préfecture du département du Léman. Suite aux défaites de l'armée napoléonienne, les troupes françaises se retirent de la ville le matin du 30 décembre 1813. Les troupes autrichiennes arrivent à Genève dans l'après-midi, annonçant la restauration de l'ordre ancien. Le 31 décembre, une proclamation d'indépendance est préparée et un gouvernement provisoire est constitué. Genève retrouve son statut de République indépendante.

     

    DSC_8038.jpg
    DSC_8050.jpg
    DSC_8041.jpg
    DSC_8524.jpg
    DSC_8057.jpg
    DSC_8053.jpg
    DSC_8063.jpg
    DSC_8077.jpg
    DSC_8089.jpg
    DSC_8100.jpg
    DSC_8104.jpg
    DSC_8117.jpg
    DSC_8105.jpg
    DSC_8122.jpg
    DSC_8138.jpg
    DSC_8130.jpg
    DSC_8149.jpg
    DSC_8155.jpg
    DSC_8156.jpg
    DSC_8162.jpg
    DSC_8165.jpg
    DSC_8169.jpg
    DSC_8181.jpg
    DSC_8190.jpg
    DSC_8251.jpg
    DSC_8280.jpg
    DSC_8299.jpg
    DSC_8328.jpg
    DSC_8337.jpg
    DSC_8339.jpg
    DSC_8369.jpg
    DSC_8375.jpg
    DSC_8382.jpg
    DSC_8424.jpg
    DSC_8445.jpg
    DSC_8471.jpg
    DSC_8478.jpg
    DSC_8484.jpg
    DSC_8488.jpg
    DSC_8517.jpg
    DSC_8510.jpg
    DSC_8364.jpg

    Je vous souhaite une bonne et

    heureuse année 2008

    Qu’elle soit pleine de joie de liberté, de paix et de justice sociale

    Demir SÖNMEZ

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire 1 commentaire
  • Des femmes et hommes de Genève soutiennent les femmes engagées dans le monde!

    Imprimer

    A Genève, se sont rassemblés des femmes et des hommes pour exprimer leur colère face aux humiliations infligées aux femmes par les organes officiels d’Etat. Ce rassemblement a aussi été organisé aussi pour annoncer le mouvement BASTABASSE « contre la répression faite aux femmes engagées» avec l’encouragement de la ligue suisse des droits humains (LSDH)

    Ce mouvement se veut sans couleur politique particulière, même si à ce stade n’était présente qu’une frange représentative (Les Verts et Solidarité). A l’avenir seront mobilisées toutes les forces représentant la société civile (personnalités diverses, artistes, sportifs, philosophes) diverses associations et tendances politiques.

    C’est d’abord Jacqueline Roiz, initiatrice du mouvement et députée au Grand Conseil genevois qui s’est exprimée, ensuite Mme Maria Casares, conseillère municipale et Lucia Dahlab, enseignante à Vernier (GE), musulmane féministe.

    Ont entre autre participé Ueli Leuenberger, conseiller national, Pierre Losio, Président du Grand Conseil de Genève, Julien Cart, Alfonso Gomez et Anne Moratti , conseillers municipaux en Ville de Genève et la ligue suisse des droits humains.

    En 2012 sera élaborée une pétition adressée au Conseil Fédéral et à l’ONU afin que cesse ces attaques ciblées contre des femmes pendant les manifestations et après... Ainsi que pour maintenir leur visibilité dans les actions politiques et sociales.

    DSC_7956.JPG
    DSC_7992.JPG
    DSC_7969.JPG
    DSC_7999.JPG
    DSC_7982.JPG
    DSC_7965.JPG
    DSC_7986.JPG
    DSC_7980.JPG
    DSC_7971.JPG



    BASTABAS ! BASTABAS ! Basta de tabasser les femmes !

    Femmes et hommes indignés par la répression et la violence d’Etat, réagissez !

    Les images et les témoignages qui nous sont parvenus de Biélorussie et d’Egypte, nous montrent des femmes agressées, humiliées dans leur féminité et,  le comble, par des structures officielles d’Etat.

    Viols, tortures et humiliations infligées aux femmes font depuis longtemps partie du « kit de guerre » des autorités et des forces armées, soit pour atteindre une population dans ce qu’elle a de plus sacré, comme la famille, soit pour opprimer l’action civique. Nous l’avons constaté par exemple au Rouanda, en ex-Yougoslavie, au Sri-Lanka, en République démocratique du Congo.

    Nous constatons une répression brutale des manifestations pacifiques dans différents pays. Cette répression par des Organismes d’Etat passe par une violence impitoyable et qui vise spécifiquement les femmes. Les femmes qui luttent et s’engagent pour la démocratie prennent les risques d'être blessées au même titre que les hommes lorsqu’elles s'emparent, avec eux, de la place publique. Mais elles n’ont pas à payer un prix en plus parce qu’elles sont femmes !

    Il faut stopper la répression sauvage de l'armée et de la police contre les femmes et les hommes manifestant pacifiquement et voulant un changement pour leur propre pays. Les libertés démocratiques, le droit de manifester doivent être respectés.

    Nous, femmes et hommes de Genève et d’ailleurs sommes solidaires avec les femmes d’Egypte, les femmes de Biélorussie et toutes celles qui se mobilisent pour un avenir meilleur.

    La communauté internationale a la responsabilité de leur garantir la possibilité d’être présentes et visibles dans les processus de changements sociaux et politiques. Afin de défendre des valeurs communes à tous et toutes : les droits humains et la dignité.

    Les actes d’humiliations faites spécifiquement aux femmes risquent de les retirer de l’espace public et de les cantonner à des rôles spécifiques, déterminés par une organisation patriarcale qui oppresse les femmes et les empêchent de s’exprimer. La société et le monde ne doivent pas perdre cette ressource de stabilité !

    La violence faite aux citoyennes du monde est inacceptable et doit être condamnée.

    Nous demandons une réaction diplomatique de nos autorités fédérales condamnant ces pratiques. Nous demandons également à l’ONU de faire cesser par tous les moyens la répression faites aux femmes par les organismes d’Etat.

     

    Mouvement pour une protection des femmes engagées.
    Rassemblement place des Nations du 29 décembre 2011.
    Discours de Lucia Dahlab, enseignante, citoyenne et musulmane,

    Les femmes ont toujours participé aux changements de société, elles ont été actives dans les périodes de crises, mais ensuite, non seulement leur rôle est oublié, mais en plus on leur demande de rentrer chez elle reprendre la place que les sociétés patriarcales leur assignent,  loin du pouvoir et des instances de décisions.

    Avec les soulèvements des pays arabes, nous avons pu voir des femmes participer activement, présentent dans la rue, dans les manifestations,  dans les débats et dans les médias, tout particulièrement en Tunisie, en Egypte et en Syrie.
    Pour les femmes musulmanes féministes, ce fut un signe d’espoir et la preuve que les femmes dans les sociétés à majorité musulmane souhaitent  aussi jouer un rôle dans la construction de leur société. Elles désirent agir concrètement, apporter leurs contributions à travers leur travail associatif, politique, économique et social.

    Dans de nombreuses sociétés traditionnelles,  la conception des rôles et de la place de chacun et chacune est encore très stéréotypée. Pour cette raison, la présence des femmes dans la rue, qui représente l’espace public,  est un double défi : celui de la contestation du pouvoir et celui de la contestation d’un système patriarcal  qui l’enferment dans un rôle qu’elle rejette de plus en plus fort.  

    En Egypte, alors que la contestation se poursuit, l’armée n’ayant pas encore lâcher une once de son pouvoir, on constate la volonté de rappeler au femmes que la rue n’est pas leur place, et de leur faire payer le prix de cette présence par une atteinte à leur dignité et à leur féminité; ceci à  travers une domination violente de leur corps, reprise du pouvoir de l’homme sur la femme. Ainsi, déshabillage et viol deviennent le moyen de répression à leur encontre.

    En temps que féministe musulmane, nous sommes également très inquiètes de la possibilité d’instrumentaliser la religion pour justifier un retour des femmes à la maison.  Rappelons-le fort, les femmes musulmanes doivent prendre leur place au niveau sociale, politique, économique et associatif,  et rien ne s’y oppose dans la religion. Les stéréotypes de genre sont une construction sociale basée sur des traditions culturelles.  La femme musulmanes peut sans problème être présente et visible dans la société.  

    Si l’armée est impliquée, c’est également tout l’appareil judiciaire qui soutient cette répression en ne donnant pas suite aux plaintes pour viol. Cette impunité est insoutenable.

    Que ce soit en Biélorussie, en Egypte, en Syrie ou dans tout autre endroit du monde, les femmes doivent pouvoir s’exprimer et être protégées par les organismes d’Etat, ce qui est aujourd’hui l’inverse dans bien des pays.

    Par notre présence, nous affirmons que les femmes qui revendiquent pacifiquement des changements de société pour un monde meilleur doivent être protégées.

    Bastabas : basta de tabasser les femmes.

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 1 commentaire
  • Bombardement turc : plus de 35 villageois kurdes massacrés

    Imprimer

    Bombardement turc : plus de 35 villageois kurdes massacrés


    L’armée turque a massacré dans la nuit de mercredi à jeudi plus de 35 villageois kurdes dans un raid de l’aviation contre un village dans la province de Sirnak.

    Au moins 35 villageois dont en majorité des lycéens ont été tué dans le bombardement, selon l’agence de presse kurde Firat qui a publié les photos du massacre.

     

    uludere1.jpg



    17 autres personnes sont portées disparues, a affirmé Selahattin Demirtas, le co-président du principal parti kurde BDP.

    Selon des témoins, les avions de chasse du type F-16 ont bombardé le 28 décembre aux alentours de 21h20 le village de Ortasu (Roboski en kurde) à Uludere, dans la province de Sirnak, voisine de l’Irak.

    Les corps étaient brulés ou mutilés, a-t-on appris de sources kurdes. Parmi les personnes tuées figurent au moins 13 jeunes âgés de 12 à 18 ans, affirment les mêmes sources.


    uludere3.jpg
    uludere5.jpg
    uludere6.jpg
    uludere8.jpg



    http://www.actukurde.fr/actualites/kurdistan/577-bombardement-turc-plus-de-30-villageois-kurdes-massacrés.html

     

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 3 commentaires
  • Arbre en lumière et Illuminations 2011 à Genève: 90 photos!

    Imprimer
    La manifestation Arbres en lumières 2011 à Genève

    Place de la Taconnerie

    DSC_7697.jpg
    DSC_7703.jpg
    DSC_7707.jpg
    DSC_7756.jpg
    DSC_7699.jpg
    DSC_7764.jpg
    DSC_7751.jpg
    DSC_7753.jpg

    Place de la Madeleine
    DSC_7439.jpg
    DSC_7636.jpg
    DSC_7443.jpg

    Place de la Madeleine
    DSC_7462.jpg
    DSC_7614.jpg
    DSC_7616.jpg
    DSC_7638.jpg
    DSC_7664.jpg
    DSC_7668.jpg
    DSC_7669.jpg
    Cour Saint-Pierre
    DSC_7773.jpg
    DSC_7774.jpg
    DSC_7776.jpg
    DSC_7780.jpg
    DSC_7781.jpg
    DSC_7772.jpg
    DSC_7770.jpg
    DSC_7748.jpg
    DSC_7771.jpg
    DSC_7746.jpg
    Rue du Perron
    DSC_7287.jpg
    DSC_7300.jpg
    DSC_7413.jpg
    DSC_7713.jpg
    DSC_7727.jpg
    DSC_7743.jpg
    DSC_7744.jpg
    DSC_7769.jpg
    DSC_7782.jpg
    DSC_7783.jpg
    DSC_7786.jpg
    DSC_7789.jpg
    DSC_7799.jpg
    DSC_7792.jpg
    Place Bémont
    DSC_7802.jpg
    DSC_7807.jpg
    DSC_7804.jpg
    Promenade de la Treille
    DSC_7730.jpg
    DSC_7732.jpg
    DSC_7736.jpg
    DSC_7740.jpg
    DSC_7317.jpg
    DSC_7343.jpg
    Rue de la Fontaine
    DSC_7645.jpg
    DSC_7646.jpg
    DSC_7648.jpg
    DSC_7651.jpg
    DSC_7657.jpg
    DSC_7652.jpg
    DSC_7659.jpg
    DSC_7660.jpg
    Terrasse Agrippa d'Aubigné
    DSC_7670.jpg
    DSC_7662.jpg
    DSC_7673.jpg
    DSC_7675.jpg
    DSC_7678.jpg
    DSC_7680.jpg
    İlluminations de Genève
    Place bourg-de-four
    DSC_7362.jpg
    DSC_7584.jpg
    DSC_7595.jpg
    DSC_7597.jpg
    DSC_7602.jpg
    DSC_7605.jpg
    DSC_7611.jpg
    DSC_7613.jpgPlace du Molard
    DSC_7841.jpg
    DSC_7844.jpg
    DSC_7846.jpg

    DSC_7239.jpg

    Place de la Fusterie

    DSC_7531.jpg
    DSC_7821.jpg
    DSC_7830.jpg

    Rues Basses

    DSC_7495.jpgDSC_7853.jpg

    DSC_7835.jpg
    DSC_7863.jpg
    DSC_7868.jpg
    DSC_7491.jpg
    DSC_7831.jpg
    DSC_7560.jpg
    DSC_7563.jpg
    DSC_7568.jpg
    DSC_7878.jpg
    DSC_7557.jpg
    DSC_7875.jpg
    DSC_7877.jpg©Demir SÖNMEZ
    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Noël: A chacun son Cadeau!

    Imprimer

     

    JOYEUX NOEL A TOUS LE MONDE !!!

    DSC_6188.jpg
    DSC_6189.jpg
    DSC_6249.jpg
    DSC_6259.jpg
    DSC_6262.jpg

    DSC_6266.jpg

    DSC_6270.jpg
    DSC_6284.jpg
    DSC_6286.jpg
    DSC_6292.jpg
    DSC_6295.jpg
    DSC_6297.jpg

     

    DSC_6300.jpg
    DSC_6302.jpg
    DSC_6304.jpg
    DSC_6308.jpg
    DSC_6309.jpg
    DSC_6311.jpg
    DSC_6327.jpg
    DSC_6329.jpg

    DSC_6331.jpg

    DSC_6336.jpg
    DSC_6338.jpg
    DSC_6342.jpg
    DSC_6346.jpg
    DSC_6348.jpg
    DSC_6353.jpg
    DSC_6354.jpg
    DSC_6356.jpg

    DSC_6358.jpg

    DSC_6364.jpg
    DSC_6367.jpg
    DSC_6369.jpg
    DSC_6370.jpg
    DSC_6374.jpg
    DSC_6379.jpg

     

    DSC_6380.jpg
    DSC_6383.jpg
    DSC_6387.jpg
    DSC_6389.jpg
    DSC_6390.jpg
    DSC_6394.jpg
    DSC_6396.jpg
    DSC_6399.jpg

    DSC_6402.jpg

    DSC_6405.jpg
    DSC_6407.jpg
    DSC_6408.jpg
    DSC_6430.jpg
    DSC_6432.jpg
    DSC_6434.jpg

    DSC_6436.jpg

    DSC_6439.jpg
    DSC_6441.jpg
    DSC_6443.jpg

    DSC_6451.jpg

    DSC_6473.jpg
    DSC_6486.jpg
    DSC_6487.jpg
    DSC_6500.jpg

    DSC_6505.jpg

    DSC_6518.jpg
    DSC_6524.jpg
    DSC_6530.jpg
    DSC_6531.jpg

    DSC_6747.jpg

    DSC_6773.jpg
    DSC_6273.jpg

    DSC_6278.jpg

    DSC_6318.jpg
    DSC_6319.jpg

    DSC_6423.jpg

    DSC_6515.jpg

    DSC_6511.jpg

    DSC_6467.jpg
    DSC_6496.jpg
    DSC_6497.jpg
    DSC_6513.jpg

     

    DSC_6766.jpg

    DSC_6736.jpg

    DSC_6456.jpg

    DSC_6717.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • Que 2012 soit l'année des libertés

    Imprimer

    message nouvelle année.jpg

    La lutte pour la liberté continue partout dans le monde.

    Que 2012 soit l'année des libertés.

    Maison Populaire de Genève

    Demir SÖNMEZ

    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Société - People 0 commentaire
  • « Chasse aux sorcières en Turquie : Une nouvelle vague d’arrestations frappe la presse »

    Imprimer

    « Chasse aux sorcières en Turquie : Une nouvelle vague d’arrestations frappe la presse »

    « Aujourd’hui 20 décembre 2011 une vague d’arrestations a touché la presse kurde, la presse progressiste et la presse socialiste, dans le cadre de l’ « opération KCK » qui est en réalité une opération de répression massive. »

    Communiqué de presse du bureau stambouliote de la Ligue des Droits de l’Homme - Insan Hakları Dernegi – IHD

    « Les arrestations se sont déroulées à Istanbul, Diyarbakır, Van, Ankara, Adana et Izmir et ont visé l’Agence de presse Dicle (Dicle Haber Ajansı - DIHA), le quotidien Özgür Gündem, la revue Demokratik Modernite, l’agence Etik et l’imprimerie Gün ; les personnes visées ont été arrêtées simultanément, à leur bureau ou à leur domicile. Des employés de l’Agence de presse Etkin (ETHA) et du journal Evrensel ont été également arrêtés. »

     

    ozgur_basin.jpg

     

    « On apprend que parmi les personnes arrêtées figurent Mustafa Özer (photographe de presse, AFP), et Çagdas Ulus (Vatan). Quarante personnes seraient actuellement sous les verrous. »

    « Au lieu de rechercher une solution au conflit, l’Etat a adopté une politique anti-démocratique ; il piétine les droits de l’homme, néglige le Droit, renforce et aggrave l’injustice en utilisant la violence. »

    « Nous appelons ceux et celles qui veulent la démocratie, le respect des droits de l’homme, la mise en application des libertés fondamentales et la fin de cette chasse aux sorcières à se mobiliser partout et à faire bloc ! »

    La Ligue des Droits de l’homme, section d’Istanbul (IHD) -

    www.ihdist.org - E-mail : ihdist@superonline.com

    20 décembre 2011

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Rafle contre les médias kurdes en Turquie : 38 arrestations!

    Imprimer

    Rafle contre les médias kurdes en Turquie : 38 arrestations!

    Le régime AKP a arrêté mardi 20 décembre au moins 38 journalistes et collaborateurs des médias, procédant à des perquisitions simultanées dans les locaux des médias kurdes et socialistes.

    goza9.jpg

    Sur ordre du Parquet d'Istanbul, la police a perquisitionné les locaux de l'agence kurde DIHA, du quotidien kurde Özgür Gündem, de l'agence Etik, de l'imprimerie Gün, de la revue Demokratik Modernite et les dommiciles des correspondants de l'agence de presse Firat (ANF) à Istanbul, Ankara, Adana, Diyarbakir, Izmir et  à Van.

    Au moins 38 journalistes et collaborateurs des médias personnes ont été arrêtés lors de ces opérations simultanées lancées tôt le matin, visant tous les médias kurdes et les journalistes qui collaboraient avec ces médias, dans le cadre de l'affaire KCK, considérée par les autorités comme la branche politique du PKK.  Parmi les personnes arrêtées figurent onze journalistes de DIHA et six du journal Özgür Gündem.

    Dans la province de Van, frappé en octobre et novembre par des tremblements de terre, les policiers ont perquisitionné une tente sous laquelle travaillaient les journalistes de l'agence DIHA privés de locaux depuis la catastrophe.

    Les journalistes arrêtés : Fatma Kocak (rédactrice en chef de DIHA), Zuhal Tekiner (responsable de DIHA), Ramazan Peköz, Çağdaş Kaplan, Ömer Çelik, Sadık Topaloğlu, Kenan Kırkaya, Semiha Alankuş, Ertuş Bozkurt,  Güneş Ünsal, Evrim Kepenek.

    Les journalistes d'Ozgür Gündem: Ziya Çiçek (responsable du journal), Nevin Erdemir, Nurettin Fırat, Ayşe Oyman,  Yüksel Genç, Hatice Bozkurt,

    Les journalistes de Demokratik Modernite: membre du conseil éditorial Nahide Ermiş et Berxwedan Yaruk,

    Le reporter-photographe de l'AFP, Mustafa Özer,

    Correspondant du journal turc Vatan, Çağdaş Ulus

    Journaliste de l'agence de presse ETHA (gauche), Arzu Demir, qui travaillait pour les médias kurdes.

    Onze autres journalistes qui travaillaient pour les medias kurdes : Sevinc Tuncelli, Ismail Yildiz et Zeynep Kuray, Dilek Demirel, Hüseyin Deniz, Sibel Gürel, Çiğdem Aslan, Cihan Albay, Eylem Sürmeli, Murat Eroglu,Oktay Candemir

    Directeur de l'agence Etik, Davut Uçar

    Travailleur de la société de distribution de journaux "Fırat", Ertuş Bozkurt, et deux anciens travailleurs de cette société, Şeref Sümeli et Haydar Tekin,

    Travailleur de l'imprimerie Gün, Hamza Sürmeli

    goza2.jpg

    44 journalistes kurdes en prison

    Un autre correspondant de DIHA, Abullah Cetin, arrêté le 16 décembre à Kurtalan, dans la région de Siirt, avec 18 autres personnes, a été mardi 20 décembre placé en détention.

    En neuf ans, le gouvernement AKP du premier ministre Recep Tayyip Edogan a transformé le pays en plus grande prison du monde pour les journalistes et les opposants. Au moins 71 journalistes sont actuellement en prison, selon l'association des droits de l'homme (IHD). 44 d'entre eux sont des journalistes kurdes, dont 12 correspondants de DİHA et 13 journalistes d'Azadiya Welat, le seul quotidien en langue kurde.

     

    goza4.jpg

     

    Mise en garde de l'OSCE

    Coup de filet contre les journalistes kurdes ont déclenché de vives réactions, notamment parmi les kurdes et les partis opposants, tandis que les médias turcs ont continué de se taire comme si rien ne s'etait passé.

    L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a mis en garde contre les arrestations des journalistes  et a demandé des explications à Ankara. "Bien que les gouvernements aient le droit incontestable de lutter contre le terrorisme, cette lutte doit se faire sans museler la presse et limiter le droit du public à être informé. Ce droit inclut celui d'enquêter sur des sujets sensibles, tels que le terrorisme", a déclaré Dunja Mijatovic, représentante pour la liberté des médias de l'OSCE, dans un communiqué.

    Elle a affirmé qu'il est « important de savoir pourquoi exactement ces professionnels des médias ont été arrêtés ».  Rappelant « qu'avant même les événements de ce jour (mardi) le nombre de journalistes emprisonnés en Turquie est sans précédent dans la zone de l'OSCE », elle a dénoncé « l'ampleur de l'opération de ce jour contre les journalistes ». La représentante de l'OSCE a averti que ce type d'arrestations « menace de manière générale la situation de la liberté de la presse dans le pays, en menant à l'auto-censure".

    RSF: la criminalisation du journalisme doit prendre fin

    « Les opérations de police en Turquie se suivent et se ressemblent : les perquisitions sont menées au mépris complet de la protection des sources journalistiques, les interpellations sont massives, ordinateurs et articles sont saisis comme autant de ‘preuves'. La question kurde ne sera pas résolue par la répression des opinions dissidentes au nom de la ‘lutte antiterroriste'. La criminalisation du journalisme, engagé ou non, doit impérativement prendre fin », a déclaré Reporters sans frontières.

    « Le premier ministre doit savoir qu'on ne peut réduire au silence la vérité » a dit le principal parti kurde BDP.

    « Nous sommes face à une dictatoriat de l'AKP » a dénoncé Ridvan Turan, le dirigent du Parti de la démocratie socialiste (SPD), appelant à la résistance contre ce régime.

    Le député BDP Ertugrul Kurkcu a affirmé que ces opérations ont été planifiées par le gouvernement : « Il s'agit d'une attaque totale du gouvernement. C'est un plan du gouvernement. »

    Eren Keskin, défenseure des droits de l'homme et la directrice de la publication du journal Özgür Gündem,  a condamné les arrestations et a dit : « Ce n'est pas la première fois qu'on mène des opérations contre la presse libre. Ces répressions ne pourront jamais réduire au silence la presse libre. »

    La journaliste Nuray Mert, qui est aussi dans la ligne de mire du gouvernement, a dit que la répression d'aujourd'hui est pire que celle d'avant et a appelé tous les milieux démocratiques et organisations civiles à réagir fortement.

    Les journalistes et responsables des partis politiques de gauche ont manifesté devant le bâtiment du journal Özgür Gündem, appelant le gouvernement à mettre fin à cette répression d'intimidation.

    La liste des arrestations préparée au bureau du premier ministre

    « Ce n'est pas une surprise pour nous » a dit Filiz Kocali, la co-vice-président du BDP, lors du rassemblement, rappelant la déclaration du vice premier ministre Besir Atalay sur les opérations KCK. Ce dernier avait dit le 18 décembre sur une chaine privée  que les opérations dans le cadre de KCK ont été coordonnées et planifiées par le gouvernement.

    « La liste des arrestations sont préparés au bureau du premier ministre » a souligné Filiz Kocali.

    Manifestation

    Dans la soirée de mardi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté sur la place de Taksim à İstanbul pour dénoncer la vague d’arrestations.  Marchant jusqu’au Lycée de Galatasaray, les journalistes et collaborateurs des medias ont crié des slogans tels que « la presse libre ne se taira pas », « Nous sommes tous kurdes, nous sommes tous KCK », « L’AKP retire ta main de la presse libre », « nous toucherons même si ça nous brule » (Avec ActuKurde)

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/201211/rafle-contre-les-medias-kurdes-en-turquie-38-arrestations

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 1 commentaire
  • Opposant Kurde risque d’être renvoyé de la Suisse vers l’Iran, deuxième Etat au monde (après la Chine) pratiquant le plus la peine de mort

    Imprimer

    Opposant Kurde risque d’être renvoyé de la Suisse vers l’Iran, deuxième Etat au monde (après la Chine) pratiquant le plus la peine de mort

    LETTRE OUVERTE

    AUX AUTORITÉS SUISSE ;

    AUX DÉPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPÉEN ;

    DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ;

    DES DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME, ET AUX MÉDIAS.


    peine de mort d'iran.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Madame, Monsieur,

     

    La « Maison Populaire de Genève »  et le « Centre Zagros pour la Démocratie et les Droits de l’Homme - Genève»  ont été alertés par l’information faisant état l’arrestation et une  éventuelle expulsion vers l’Iran d’un demandeur d’asile d’origine kurde.

    Monsieur il s’agit de Taimoor ELIASSE SARZALI, né le 21.03.1974 au Kurdistan d’Iran,  vit en Suisse depuis 2005.(N° Dossier: 474675 Adresse: Suisse, Zug – Rothusstrasse 1-6331 Hünenberg)

    M. ELIASSE SARZALI a déposé une demande d’asile en Suisse en 2005. Par une décision en 2006, l’Office fédéral des migrations (ODM) a rejeté sa demande. M. ELIASSE a interjeté un recours contre cette décision. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a rejeté celui-ci par un arrêt en 2010 (E-130/2007). Entre-temps, il avait fait valoir des motifs postérieurs à la fuite qui aurait justifié l’octroi d’asile.

    Actuellement, il est placé en détention (selon nos informations, il a été transféré vers une prison dans le canton d’Aarau) et risquerait d’être extradé vers l’Iran.

    Avant son arrivé en Suisse, M. ELIASSE SARZALI a été actif au sein du Parti Démocratique du Kurdistan d’Iran. Depuis qu’il est en Suisse, il a continué ses activités en faveur des droits de l’homme, en participant activement à l’organisation des dizaines de rassemblements, y compris devant le siège des Nations Unies à Genève, participant aux sessions du Conseil des droits de l’homme etc., pour dénoncer des violations des droits de l’homme en Iran et au Kurdistan d’Iran.

    M. ELIASSE SARZALI, vivant depuis des années l’angoisse et la peur d’être envoyé vers l’Iran, il a du être suivi pour son état psychologique de plus en plus fragile.
    Nous considérons que sa situation correspond pleinement aux critères déterminant l’obtention du statut de réfugié politique. Il convient de réexaminer attentivement son dossier.

    Par conséquent, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités compétentes Susse, afin d’empêcher l’extradition de Monsieur vers l’Iran où il risquerait sa vie.
    En vous remerciant par avance pour votre compréhension et pour l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

    Au nom du « Centre Zagros pour la Démocratie et les Droits de l’Homme Genève »

    Baban Eliassi Président :  babaneliassi@gmail.com

    Siamak Heydary     eliassi4@etu.unige.ch

    Au nom du Maison Populaire de Genève

    Demir SÖNMEZ (Président)

     

     

    Genève, le 19 décembre 2011

     

    Actions : Nous vous prions de bien vouloir écrire aux instances onusiennes et aux autorités Suisse :

    Office fédéral des migrations
    Quellenweg 6
    CH-3003 Berne-Wabern
    T +41 31 325 11 11, F +41 31 325 93 79

    http://www.bfm.admin.ch/bfm/fr/misc/conform.0187.html ?pageToMail=/content/bfm/fr/tools/kontakte <http://www.bfm.admin.ch/bfm/fr/misc/conform.0187.html?pageToMail=/content/bfm/fr/tools/kontakte>

    Département fédéral de justice et police
    Service d’information
    Palais fédéral ouest
    CH-3003 Berne
    T +41 31 322 21 11, F +41 31 322 40 82

     

    http://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/misc/conform.0005.html ?pageToMail=/content/ejpd/fr/home <http://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/misc/conform.0005.html?pageToMail=/content/ejpd/fr/home>

    United Nations High Commissioner for Human Rights :

    urgent-action@ohchr.org <mailto:urgent-action@ohchr.org>

    United Nations High Commissioner for Refugees :

    1503@ohchr.org <mailto:1503@ohchr.org>




    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    Téléphone: + (41) 79 256 30 11
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Inscription / désinscription
    listes Maison Populaire de Genève
    http://www.assmp.org/mail_listes/listes.html

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 1 commentaire
  • Occupy WTO in Geneva

    Imprimer

    Stop OMC !

    Du 15 au 17 décembre, la 8ème Conférence Ministérielle de l’OMC  se tiens à Genève dans le contexte d’une crise mondiale sans précédent, crise que les politiques de l’OMC ont grandement contribué à provoquer. Il est temps de rebrousser chemin ! Mais les Etats-Unis, au contraire, proposent un « nouvel » agenda... pour rajouter encore une couche de « libéralisation » et d’ouverture des marchés au profit des transnationales !

    Les négociations à l’OMC sont bloquées depuis dix ans – et c’est tant mieux - mais les transnationales reviennent à la charge. De plus, ce « nouvel agenda » oublie les maigres concessions en faveur des pays en développement que le « round de Doha » faisait miroiter.

    Des représentants des mouvements sociaux du monde entier viennent à Genève pour demander au contraire un virage à 180 degrés. Les échanges commerciaux ne sont pas un but en soi. On constate les effets néfastes des accord actuels. Il faut changer radicalement de cap!

    • Partout, la crise aggrave le chômage. Les Etats doivent pouvoir mener une politique de création d’emplois. Pour cela il ne faut pas encore réduire, mais au contraire restaurer leur droit de protéger les industries nationales de la concurrence déloyale des transnationales. Les accords (AGCS) qui, de fait, imposent les privatisations et bloquent les nationalisations doivent être abrogés.


    • Les connaissances sont un bien commun de l’humanité. Les accords sur la propriété intellectuelle (ADPIC), qui organisent leur accaparement par les monopoles, doivent être remis en question. En particulier, pour que les pays pauvres aient accès aux médicaments et aux techniques de lutte contre le changement climatique. Le piratage des connaissances traditionnelles et le brevetage de la vie doivent être bannis !


    • Les accords agricoles actuels détruisent la souveraineté alimentaire. Ils ruinent les paysans, tout en laissant la spéculation affamer les peuples en période de pénurie. Chaque pays doit pouvoir protéger sa paysannerie et sa souveraineté alimentaire, notamment contre la concurrence déloyale des produits agroindustriels subventionnés des pays développés. Les subventions aux agrocarburants doivent être interdites, car elles sont des facteurs majeurs de dégradation écologique, d’accaparement de terres et de famines. Il faut une régulation du prix des matières premières pour réduire leur volatilité et interdire la spéculation sur ces marchés.


    • Les Etats-Unis et d’autres pays proposent que le changement climatique soit « traité » à l’OMC. Mais l’OMC, fait partie du problème ! En effet, tous ses accords visent explicitement d’augmenter le commerce international, lequel est justement une des sources majeures des gaz à effet de serre !


    • La dérégulation et la libéralisation imposées par l’OMC dans le secteur de la finance et ailleurs ont beaucoup contribué au désastre actuel. A présent, même le G20 et le FMI ont dû admettre la nécessité d’une re-régulation (sans pour autant agir...), mais les règles actuelles de l’OMC s’y opposent. Pire, on veut imposer de nouvelles dérégulations, un nouveau tour de vis de ce « libre »-échange qui ne profite qu’aux transnationales et aux financiers!

     

    OMC = Organisation Maximisant la Crise ? OMC, marche arrière !

     

     

    Statement of Our World Is Not for Sale (OWINFS) on the de Schutter-WTO Debate

    WTO Turnaround: Food, Jobs and Sustainable Development First

     

    Appel à l'action! - 8e Ministérielle à Genève, 2011

    DSC_5869.jpg
    DSC_5828.jpg
    DSC_5810.jpg
    DSC_5831.jpg
    DSC_5834.jpg
    DSC_5841.jpg
    DSC_5838.jpg
    DSC_5851.jpg
    DSC_5861.jpg
    DSC_5872.jpg
    DSC_5873.jpg
    DSC_5876.jpg
    DSC_5878.jpg
    DSC_5880.jpg
    DSC_5882.jpg
    DSC_5888.jpg
    DSC_5891.jpg
    DSC_5899.jpg
    DSC_5911.jpg
    DSC_5916.jpg
    DSC_5923.jpg

    DSC_5926.jpg

    DSC_5928.jpg

     

    DSC_5936.jpg

     

    DSC_5944.jpg
    DSC_5992.jpg
    DSC_5994.jpg
    DSC_5977.jpg
    DSC_6012.jpg

     

    DSC_5999.jpg

     

    DSC_5969.jpg
    DSC_5961.jpg
    DSC_5981.jpg
    DSC_6017.jpg

     

    Maison populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Les fonctionnaires en colère descendent dans la rue!

    Imprimer

    Cette après midi a l’appel du Cartel intersyndical de la fonction publique (ADP/EPM - AGEEP - FAPCEGM/HEM - FAMCO - SIT - SPG - SPJ - UCESG - UFAC), près de 1000 employés de l’Etat ont manifesté à partir 16 h 30 devant l’Hôtel de Ville. Ils protestaient contre plan financier quadriennal 2012-2015 : attaques contre les mécanismes salariaux, coupes dans les prestations et subventions plan financier quadriennal 2012-2015 : attaques contre les mécanismes salariaux, coupes dans les prestations et subventions

    Déposé en septembre dernier, le projet de budget 2012 prévoyait un déficit structurel de 120 millions, le Conseil d’Etat vient d’annoncer les mesures d’économie qu’il compte prendre pour y répondre :

    dès 2012, l’annuité (augmentation annuelle) sera réduite de moitié ;

    dès 2012, l’indexation ne sera plus versée ;

    dès 2012, des coupes dans les prestations et les subventions seront effectuées jusqu’à hauteur de 2%.

    C’est une attaque inacceptable contre le personnel !

    Alors que, depuis de nombreuses années le personnel de l’administration cantonale et du secteur subventionné est mis sous pression par les restrictions budgétaires, alors qu’il paie encore aujourd’hui le prix du blocage des mécanismes salariaux des années 90 et 2000, et qu’il va devoir largement contribuer à l’assainissement de ses caisses de pension, on lui demande de passer à nouveau à la caisse durant 4 années, pour un montant total d’au moins 100 millions.

    C’est un non-sens économique !

    En matière de politique économique, s’attaquer au pouvoir d’achat de plus de 30’000 salarié-e-s (personnel soignant, enseignant-e-s, secrétaires, assistant-e-s sociaux-ales, éducateurs-trices, nettoyeurs-euses, etc.) est un non-sens en période de crise économique. Plus d’emplois, moins de précarité, voilà une véritable manière de relancer l’économie et de renflouer les finances publiques.

    C’est la poursuite du démantèlement social !

    Alors que les besoins de la population vont augmentant, notamment en raison de cette même crise économique, pour y répondre le PFQ ne prévoit d’autre solution qu’une diminution moyenne de 2% des charges du personnel, des dépenses générales et des subventions accordées aux institutions parapubliques ! De nouveaux efforts d’ « efficience » attendus ? Pourtant M. Hiler lui-même n’a-t-il pas avoué que l’on était arrivé au bout de ce qui était possible ?

    Après le régime sec auquel ont été soumises les institutions sous l’ère du « ninisme », ces nouveaux efforts (dont le détail reste encore inconnu) menacent directement tant les prestations à la population que les conditions de travail par des diminutions sectorielles de postes, par des menaces sur l’emploi et sur les conventions collectives (CCT) de certains secteurs.

    Le Cartel intersyndical dénonce ces mesures et appelle le personnel de la fonction publique et des secteurs subventionnés à se mobiliser contre cette énième attaque contre les prestations publiques et les conditions de travail.

    Augmentation d’impôts : on parle enfin de nouvelles recettes !

    Le Conseil d’Etat propose également de suspendre temporairement le bouclier fiscal qui protège les hauts revenus, et de mettre fin aux privilèges récemment accordés aux indépendants-tes, aux propriétaires immobiliers, et aux détenteurs-trices de collections artistiques et scientifiques. Une augmentation des centimes additionnels sur les personnes physiques est également envisagée.

    Le Cartel intersyndical relève que la question des finances de l’Etat est enfin traitée sous l’angle de ses revenus également, et non plus uniquement sous l’angle des dépenses. Mais l’exercice est à peine esquissé : il convient de rappeler que le budget de l’Etat paie aujourd’hui (et demain encore) les réductions massives d’impôts de ces dernières années, diminutions qui ont profité aux plus fortuné-e-s du Canton. Les mesures proposées par le PFQ ont le mérite d’exister mais sont loin de compenser le manque de recettes induit par la légèreté des décisions prises auparavant en matière fiscale.

    La limitation des mécanismes salariaux annoncée s’inscrit par ailleurs dans un contexte de refonte complète du système salarial de l’Etat et des secteurs subventionnés appliquant les mêmes règles. Au début de l’année, le Conseil d’Etat a initié le projet SCORE (système compétences, rémunération, évaluation), projet destiné à revoir les critères et la méthode d’évaluation des fonctions, et à replacer l’ensemble de ces dernières dans une nouvelle grille salariale. Le Cartel exige d’avoir son mot à dire sur ce projet dont le coût est estimé entre 50 et 80 millions ; il est hors de question qu’une réforme d’une telle ampleur soit menée sans négociations.

    Le Cartel appelle le personnel à se mobiliser pour défendre les principes auxquels nous tenons :

    Une politique salariale transparente, garantissant l’égalité de traitement, -* Des écarts de salaire raisonnables entre les basses classes et les classes plus élevées,

    Une politique salariale exempte de discriminations, directes ou indirectes, entre hommes et femmes,

    Des augmentations annuelles automatiques, fondées sur les années d’expérience,

    Une pleine indexation année après année, en fonction du coût de la vie,

    Le maintien au moins de tous les salaires, en particuliers pour les classes les plus basses.

    A l’heure où le Conseil d’Etat annonce de nouvelles mesures d’économie sur le dos de la fonction publique, le personnel doit se mobiliser pour la défense des principes ci-dessus.

    S’appuyant sur ce projet, le Conseil d’Etat a décidé unilatéralement, fin 2010, de suspendre à cette date toute réévaluation collective ou sectorielle, et ceci jusqu’à l’entrée en vigueur de SCORE (en 2013).

    Attaque contre le PLEND

    Le Conseil d’Etat s’apprête également à déposer un projet de loi modifiant le Plend. A prestations égales, soit l’équivalant de la rente maximale AVS, le Plend sera réduit de 5 à 3 ans, sauf pour les fonctions à pénibilité physique, pour lesquelles la durée du Plend est maintenue à 5 ans. En revanche, le poste libéré par le-la préretraité-e pourra être repourvu sans plus attendre le délai de 6 mois en vigueur jusque-là.

    A l’heure où le personnel doit déjà consentir à d’énormes sacrifices pour préserver l’essentiel de son système de retraite (fusion des caisses CIA et CEH), cette nouvelle attaque est inadmissible.

    Le Cartel exige la reprise sans délai des réévaluations de fonction collectives et sectorielles ainsi que l’entrée en vigueur immédiate des dossiers en cours. Il en va de l’égalité de traitement et du droit à la reconnaissance de la valeur du travail de chacun-e.

    Pour faire face à ces attaques contre le service public, contre celles-ceux qui ont porté l’essentiel des efforts d’économie de ces dernières années, le Cartel intersyndical invite le personnel à répondre présent aux appels à la mobilisation qui seront lancés ces prochains jours.

    DSC_5477.jpg
    DSC_5484.jpg
    DSC_5486.jpg
    DSC_5487.jpg
    DSC_5494.jpg
    DSC_5495.jpg
    DSC_5501.jpg
    DSC_5503.jpg
    DSC_5508.jpg
    DSC_5515.jpg
    DSC_5510.jpg
    DSC_5517.jpg
    DSC_5518.jpg
    DSC_5520.jpg
    DSC_5526.jpg
    DSC_5531.jpg
    DSC_5528.jpg
    DSC_5533.jpg
    DSC_5535.jpg
    DSC_5537.jpg
    DSC_5539.jpg
    DSC_5543.jpg
    DSC_5576.jpg
    DSC_5585.jpg
    DSC_5599.jpg
    DSC_5602.jpg
    DSC_5606.jpg
    DSC_5620.jpg

    DSC_5612.jpg

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Pour la démission du directeur des TPG!

    Imprimer

    Tout Genève fait la fête à son nouveau réseau de tram mais au deuxième jour de la réorganisation des lignes TPG, les usagers balancent entre l'incompréhension, la colère et la résignation.

    Ce matin à 06H53 je suis à l’arrêt du tram Quidort (Petit-Lancy), Quatre trams sont arrivés direction P+R Bernex et seul un tram en direction de la ville et ce après 13 minutes d’attente! Horaire normal du tram 14 : à partir de 06H00 chaque 7-8 minutes et à partir de 07H00 chaque 5-6 minutes!

    Ce soir,  je suis sorti du travail a 17h00, j’ai pris le tram 12 direction Bel-Air et je suis descendu pour changer de tram et prendre le 14 mais il avait 20 minutes de retard. Puis je suis arrivé à l'arrêt du tram de stand, j’ai regardé l’heure sur ma montre il était 17h47.

    Mieux vaut se déplacer à pied dans ces conditions! Si on ajoute la disparition de la connexion directe entre Carouge et la Gare Cornavin, Bernex et Onex avec Moillesulaz, la coupe est pleine!

    Finalement les usagers ne sont pas contents avec ces nouvelles réorganisations car ils perdent plus de temps!  La fête du nouveau réseau de tram tourne au cauchemar.

    Avec les TPG la déception est grande. Les usagers qui commencent déjà la journée avec le stress du transport de peur d’arriver en retard sur le lieu de leur travail n’apprécient nullement ces changements qui sont sensés nous apporter confort et rapidité. Je lance un appel au directeur des Transports publics genevois qui doit être à l’écoute des usagers. Ou bien il trouve une solution à ce petchi ou qu’il démissionne! A bon entendeur!

     

    Capture d’écran 2011-12-13 à 22.51.09.png

     

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • Le cortège de l'Escalade: 95 PHOTOS

    Imprimer

    DSC_4738.jpg

    DSC_4773.jpg
    DSC_4774.jpg
    DSC_4776.jpg
    DSC_4778.jpg
    DSC_4788.jpg
    DSC_4800.jpg

     

    DSC_4802.jpg
    DSC_4805.jpg
    DSC_4807.jpg
    DSC_4809.jpg
    DSC_4814.jpg
    DSC_4819.jpg
    DSC_4822.jpg
    DSC_4824.jpg
    DSC_4833.jpg

     

    DSC_4835.jpg
    DSC_4841.jpg
    DSC_4844.jpg
    DSC_4856.jpg

     

    DSC_4858.jpg
    DSC_4860.jpg
    DSC_4862.jpg
    DSC_4864.jpg
    DSC_4866.jpg
    DSC_4872.jpg

     

    DSC_4889.jpg
    DSC_4891.jpg
    DSC_4902.jpg
    DSC_4895.jpg
    DSC_4903.jpg
    DSC_4906.jpg
    DSC_4914.jpg
    DSC_4915.jpg
    DSC_4919.jpg
    DSC_4922.jpg
    DSC_4923.jpg
    DSC_4926.jpg
    DSC_4928.jpg
    DSC_4934.jpg
    DSC_4895.jpg

     

    DSC_4933.jpg
    DSC_4940.jpg

     

    DSC_4942.jpg
    DSC_4944.jpg
    DSC_4947.jpg
    DSC_4948.jpg
    DSC_4949.jpg
    DSC_4952.jpg

     

    DSC_4957.jpg
    DSC_4974.jpg
    DSC_4976.jpg
    DSC_4979.jpg
    DSC_4986.jpg
    DSC_4994.jpg
    DSC_5002.jpg
    DSC_5004.jpg
    DSC_5010.jpg

     

    DSC_5012.jpg
    DSC_5015.jpg
    DSC_5023.jpg
    DSC_5036.jpg
    DSC_5040.jpg

     

    DSC_5042.jpg
    DSC_5051.jpg
    DSC_5055.jpg
    DSC_5064.jpg
    DSC_5076.jpg
    DSC_5077.jpg

     

    DSC_5078.jpg
    DSC_5080.jpg
    DSC_5086.jpg
    DSC_5091.jpg
    DSC_5092.jpg
    DSC_5108.jpg
    DSC_5110.jpg

     

    DSC_5113.jpg
    DSC_5115.jpg
    DSC_5117.jpg
    DSC_5123.jpg

     

    DSC_5124.jpg
    DSC_5125.jpg
    DSC_5126.jpg
    DSC_5133.jpg
    DSC_5138.jpg

     

    DSC_5146.jpg
    DSC_5151.jpg
    DSC_5153.jpg
    DSC_5162.jpg
    DSC_5188.jpg
    DSC_5191.jpg
    DSC_5194.jpg

     

    DSC_5202.jpg
    DSC_5206.jpg

    ©Demir SÖNMEZ

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Histoire 0 commentaire
  • "Vive Genève et Vive le Tram"

    Imprimer

    L'INAUGURATION DU TRAM CORNAVIN-ONEX-CONFIGNON-BERNEX

    Le samedi 10 décembre 2011, la ligne du tram Cornavin-Onex-Confignon-Bernex a été inaugurée en présence des magistrats du Canton et de la Ville de Genève (voir les photos). Si cette inauguration a attiré une foule enthousiaste, elle suscite également des inquiétudes chez une partie de la population étant donnée que l'arrivée du tram à Bernex rime avec une urbanisation effrénée de cette région (voir vidéo et info)

    DSC_4001.jpg

    DSC_4016.jpg
    DSC_4022.jpg

    DSC_4024.jpg

    DSC_4028.jpg
    DSC_4035.jpg
    DSC_4697.JPG
    DSC_4699.JPG
    DSC_4700.JPG
    DSC_4701.JPG
    DSC_4702.JPG
    DSC_4093.jpg
    DSC_4100.jpg
    DSC_4105.jpg
    DSC_4110.jpg
    DSC_4112.jpg

    DSC_4127.jpg

    DSC_4132.jpg
    DSC_4143.jpg
    DSC_4151.jpg
    DSC_4162.jpg
    DSC_4182.jpg
    DSC_4183.JPG

     

    DSC_4188.jpg
    DSC_4195.jpg
    DSC_4206.jpg
    DSC_4207.jpg

    DSC_4214.jpg

    DSC_4216.jpg
    DSC_4218.jpg
    DSC_4236.jpg
    DSC_4245.jpg
    DSC_4271.jpg
    DSC_4278.jpg
    DSC_4293.jpg
    DSC_4307.jpg
    DSC_4308.jpg
    DSC_4314.jpg
    DSC_4327.jpg
    DSC_4334.jpg
    DSC_4335.jpg
    DSC_4337.jpg
    DSC_4348.jpg
    DSC_4366.jpg
    DSC_4370.jpg
    DSC_4378.jpg
    DSC_4386.jpg
    DSC_4393.jpg
    DSC_4396.jpg
    DSC_4401.jpg
    DSC_4403.jpg
    DSC_4413.jpg
    DSC_4418.jpg
    DSC_4433.jpg
    DSC_4449.jpg
    DSC_4457.jpg
    DSC_4472.jpg
    DSC_4515.jpg
    DSC_4536.jpg
    DSC_4544.jpg
    DSC_4560.jpg
    DSC_4563.jpg
    DSC_4566.jpg
    DSC_4572.jpg
    DSC_4578.jpg
    DSC_4590.jpg
    DSC_4597.jpg
    DSC_4611.jpg
    DSC_4613.jpg
    DSC_4688.jpg
    DSC_4637.jpg
    DSC_4641.jpg
    DSC_4645.jpg
    DSC_4647.jpg

     

    ARRIVEE DU TRAM PLAN DIRECTEUR CANTONAL 2030

    QUEL AVENIR POUR NOTRE REGION ?

    L’arrivée du tram sur la route de Chancy va changer à jamais le paysage et le caractère rural de notre région en faisant d’elle un point stratégique et en induisant une urbanisation massive. Ainsi, la densification exagérée prévue dans le plan directeur cantonal 2030 aboutirait à un bassin de population de 53'000 habitants regroupant les communes d’Onex, Bernex et Confignon, ce qui correspondrait à la taille d’une ville comme celle de Neuchâtel.

    Le caractère rural et villageois de Confignon sera bel et bien amené à disparaître !

    Un développement est nécessaire, mais il doit rester raisonnable. L’explosion de

    constructions dans un cadre traditionnellement villageois ne peut amener qu’à :

    • Dégradation de la qualité de vie
    • Déclassements de zones agricoles et villas
    • Augmentation de la dépendance alimentaire
    • Disparition des zones vertes et atteinte à la nature
    • Surcharge du trafic, bouchons, pollution
    • Déstructuration du tissu social existant
    • Difficultés d’intégration
    • Délinquance, criminalité, insécurité
    • Densité démesurée sur un territoire exigu
    • Contradiction avec la nouvelle politique énergétique
    • Charges financières insupportables pour les communes

    Le plan directeur cantonal 2030

    N’APPORTE PAS DE VRAIES REPONSES A LA CRISE DU LOGEMENT !

    L` Association de Sauvegarde de Confignon (ASC) est prête à monter au combat contre les

    projets d’urbanisation à outrance de notre région.

    Si vous vous sentez concernés par l’avenir de notre région, soutenez l’action de l’ASC !

    ASC - Association pour la Sauvegarde de Confignon

    Créée en 1971 pour protéger le village de Confignon, le Val d’Aire et la presqu’île de Loëx contre les nuisances de la future autoroute de contournement, l’Association pour la Sauvegarde de Confignon renaît aujourd’hui pour défendre une nouvelle cause. Ses objectifs sont de lutter contre le projet d’urbanisation excessive prévue dans le Plan Directeur Cantonal 2030, avec pour conséquence la destruction, le déclassement, la densification et le bétonnage exagérés de la région de Confignon, Onex, Bernex. Pour sauvegarder la qualité de vie des habitants de cette zone, l’ASC aura à coeur de:


    PRESERVER le caractère villageois, rural et résidentiel du village de Confignon et du
    Val d’Aire.

    PROTEGER le patrimoine rural, les espaces verts naturels, la diversité biologique
    représentée par la renaturation de l’Aire.

    MAINTENIR la césure verte du Rhône à l’Aire.

    ENCOURAGER un développement raisonnable d’un village, d’une région, d’un canton
    avec une véritable politique de mobilité douce.

    DEFENDRE les habitants concernés, fragilisés par une densification croissante afin de
    maintenir leur qualité de vie sur la façade ouest du canton.

    RALENTIR OU S’OPPOSER au développement d’axes routiers encourageant la
    voiture et perturbant l’écosystème du Val d’Aire.

    DÉFENDEZ VOTRE QUALITÉ DE VIE ET VOTRE VILLAGE EN DEVENANT

    MEMBRE DE L’ASC !

     

    DSC_4655.jpg

    Un logement pour mes enfants

    Un récent courrier des lecteurs a fait mention de la nécessité de construire des logements afin d’en détendre le marché. Cette affirmation est répétée sans cesse tant par les autorités que par les milieux immobiliers sans être remise en cause. Pourtant, les exemples des mégapoles ou plus simplement de nos villes suisses démontrent que la construction ne permet en rien de détendre les taux de vacance mais au contraire diminue le nombre de logements libres. Genève en est un bon exemple avec un taux de vacance d’environ 0.23 soit meilleur qu’en 1985 mais nettement moins bon qu’en 1990 où il est monté à 1,6 en raison de la crise économique. Cet assèchement du marché, par la construction, est attendu car il est peu concevable d’interdire à nos enfants d’avoir eux aussi des enfants ou de créer de l’emploi. Ainsi, la croissance est exponentielle et, paradoxalement, la construction de logements ne va qu’assécher encore plus le marché. C’est l’effet boule de neige. En analysant les données en Suisse, il est facile de démontrer que seul l’essor économique est le déterminant de la cherté des logements et de leur carence. De plus, la prospérité économique est dépendante non pas du taux de construction comme en témoigne le développement remarquable de Genève mais des conditions cadres telles la fiscalité, la qualité de vie et les moyens de communication. Par pitié, pour que mes trois enfants aient demain un toit et un travail, persuadez vos autorités communales de s’opposer au projet de plan directeur cantonal 2030 qui n’est qu’une fuite en avant !
    B. Jacot Des CombesASC – Association pour la Sauvegarde de Confignon
    www.asconfignon.ch

    DSC_4666.jpg

    DSC_4681.jpg

    DSC_4680.jpg

    Maison Populaire de Genève

    www.assmp.org

    ©Demir SÖNMEZ

     

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Des femmes Kurdes crient leur colère dans les rues de Genève

    Imprimer

    Des femmes Kurdes crient leur colère

    dans les rues de Genève!

     

    DSC_3552.jpg

    DSC_3561.jpg

     

    DSC_3564.jpg

     

    DSC_3566.jpg
    DSC_3568.jpg
    DSC_3570.jpg

     

    DSC_3571.jpg
    DSC_3583.jpg
    DSC_3586.jpg
    DSC_3588.jpg
    DSC_3593.jpg
    DSC_3595.jpg
    DSC_3597.jpg
    DSC_3599.jpg
    DSC_3607.jpg
    DSC_3611.jpg
    DSC_3613.jpg
    DSC_3614.jpg
    DSC_3623.jpg
    DSC_3639.jpg
    DSC_3644.jpg
    DSC_3652.jpg
    DSC_3655.jpg
    DSC_3660.jpg
    DSC_3679.jpg
    DSC_3683.jpg
    DSC_3687.jpg
    DSC_3694.jpg
    DSC_3702.jpg
    DSC_3708.jpg
    DSC_3712.jpg
    DSC_3717.jpg
    DSC_3741.jpg
    DSC_3763.jpg
    DSC_3783.jpg
    DSC_3786.jpg
    DSC_3800.jpg

    DSC_3690.jpg

     

    Pour plus d'information sur la manifestation, se rendre sur Haykel EZZEDDINE

     


    Maison du peuple de Genève
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Les femmes kurdes marchent pour la liberté à Genève

    Imprimer
    APPEL A LA PRESSE ET AUX JOURNALISTES

    Manifestation des femmes kurdes d'Europe à Genève

    Mercredi 7 décembre 2011
    11h00 Place Neuve à Genève



    Prendront parole à cette occasion à Place des Nations à 14h30:

    Monsieur Carlo Sommaruga, Conseiller national socialiste

     

    Madame Fabienne Bugnon, ex-Présidente des Verts genevois et ancienne conseillère nationale

    Madame Nursel Aydogan, Députée au Parlement de Turquie, membre du Parti de la Démocratie et de la Paix (BDP)

    liberté pour oclana.jpg

     

     

     

    Les femmes kurdes organisent une marche qui débutera le mercredi 7 décembre à 11 heures sur la Place Neuve à Genève et qui se terminera par un meeting à la Place des Nations. Par ailleurs, afin de faire mieux connaître leurs revendications, elles vont organiser deux journées de sit-in entre les 8 et 9 décembre sur la Place des Nations de 8 à 18 heures.

     

    Elles souhaitent que les Nations-Unies dépêchent sur place un Représentant spécial pour servir de médiateur à la résolution de la question kurde en Turquie et pour s'assurer de la bonne santé, de la sécurité et de la libre mobilité d'Abdullah Öcalan. Elles attendent en outre des Nations-Unies que soit mise en place un Comité spécial pour la résolution de la question kurde sur la base du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, principe fondateur de cette organisation.

     

    Comme l’Association Maison Populaire de Genève, nous soutenons cette manifestation et aimerions attirer votre attention, vous les journalistes et les membres de la presse Suisse Romande afin que ce rassemblement trouve un écho dans opinion publique Suisse et internationale.

     

    Dans l’attente de vous voir, nous restons à votre disposition pour plus d’informations.

     

    Veuillez nous vous prions de recevoir nos meilleurs salutations les meilleurs.

     

    Genève, le 2 décembre 2011

    Maison Populaire de Genève

     

    ======================================================================================

     

     

    Appel

     

    NON A L'ISOLEMENT ! LIBERTE A OCALAN-PAIX AU KURDISTAN !

     

    La violence mise en œuvre par le gouvernement de l'AKP contre les Kurdes a atteint des proportions sociales et politiques inacceptables.

     

    L'AKP arrête tous ceux qui osent parler

     

    Tous ceux qui se prononcent pour la résolution de la question kurde se font arrêter. Le nombre de Kurdes aujourd'hui emprisonnés a atteint les 7700. Dernièrement, la surenchère de cette politique de mise sous silence a fini par atteindre des intellectuels turcs qui se prononçaient pour une résolution pacifique de la question kurde, à l'instar la professeure Busra Ersanli et de l'écrivain Ragip Zarakolu. Le cercle des arrestations poursuit son élargissement et a atteint aujourd'hui les avocats.

     

    L'AKP utilise des armes chimiques

     

    Le 22 octobre, sur ordre du Président de la République et membre de l'AKP, Abdullah Gul, l'armée turque a utilisé des armes chimiques proscrites par le droit international et tué 36 combattants de la liberté kurdes.

     

    Une « fatwa » pour l'extermination des Kurdes

     

    Fetullah Gulen, l'idéologue en chef de l'AKP, a publié courant le mois d'octobre dernier une vidéo dans laquelle il lance un « fatwa » par laquelle il demande à ses disciples « d'exterminer les Kurdes par tous les moyens possibles ».

     

    La guerre menée contre les Kurdes se concrétise par l'isolement d'Abdullah Ocalan

     

    42 des avocats du leader kurde, Abdullah Ocalan, ont été arrêtés sous prétexte qu'ils donnaient au KCK des informations le concernant. Pourtant le 29 novembre, lors d'une de ses allocutions le Président du KCK, Murat Karayilan, a annoncé qu'une délégation de l'Etat turc leur a remis en mains propres plus de 10 courriers rédigés par Abdullah Ocalan lui-même.

     

    Voilà plus de 127 jours que l'on est sans nouvelle d'Abdullah Ocalan

     

    Depuis le 27 juillet dernier toutes les entrevues d'Abdullah Ocalan avec ses avocats sont annulées ou empêchées pour des raisons insensées. Le gouvernement de l'AKP ne s'est pas contenté d'arrêter 42 avocats. Il vient de préparer une nouvelle proposition de loi vouée à empêcher définitivement toute entrevue avec Abdullah Ocalan. Elle prévoit tout simplement que toutes les visites d'avocats ou des familles sur l'ïle-prison d'Imrali soient interdites.

     

    L'AKP est un danger pour la Turquie comme pour tout le Moyen-Orient

     

    Pourtant depuis 2006, l'Etat turc dialoguait avec Abdullah Ocalan sur l'Île d'Imrali. Sur la base de ces entretiens trois protocoles d'accord ont été signés entre les parties en juin 2011 et soumis au premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Voici la réponse apportée à ces protocoles par le premier ministre turc lors de sa campagne électorales pour les législatives du 12 juin 2011 : « si j'avais été au gouvernement en 1999, j'aurais fait pendre Abdullah Ocalan ». Cette prise de position était un étalon clair de la politique kurde l'AKP à venir. A la suite de l'importante victoire remportée par le bloc démocrate emmené par le BDP lors des élections du 12 juin, l'AKP a décidé de renforcer sa politique de violence. Aujourd'hui, on peut dire que cette politique de violence s'est transformée en terreur de l'AKP. Cette politique entraîne la Turquie vers une sérieuse instabilité et, de manière plus générale, elle menace tout le Moyen-Orient. Ainsi que chacun le sait, l'AKP cherche au Moyen-Orient à faire renaître de ses cendres l'Empire Ottoman. C'est pourquoi, il menace aussi ouvertement l'Iran et la Syrie alors même que la Turquie est tout sauf un Etat de droit.

     

    L'existence d'Abdullah Ocalan est une condition si ne qua non à la paix au Kurdistan

     

    Le rôle du Président du peuple Kurde, Abdullah Ocalan, est primordial dans la résolution de la question kurde. Lors de ses échanges avec l'Etat turc, il a à chaque fois développé de nouveaux concepts et fait de nouvelles propositions pour la paix. Ayant opté pour une politique de mise au silence d'Abdullah Ocalan le 27 juillet 2011, l'AKP a considérablement fait accroître la violence au Kurdistan. Cette violence contre les Kurdes a pris des proportions telles qu'à la suite du tremblement de terre survenu à Van, l'AKP a adopté une position ouvertement raciste à l'encontre de la population de Van. Le gouvernement a ainsi empêché l'aide humanitaire d'être acheminée à Van. C'est la voie choisie par l'AKP pour punir le peuple de Van qui avait refusé de voter pour lui lors des législatives du 12 juin. A Van, cette tragédie humaine se poursuit aujourd'hui encore.

     

    Appel aux Nations-Unies

     

    L'AKP doit être immédiatement stoppé par des interventions internationales. La sécurité et la santé d'Abdullah Ocalan doivent être assurées pour une parfaite résolution de la question kurde. Afin qu'il puisse oeuvrer aisément à la résolution de cette question, on doit lui permettre d'agir plus librement. L'arrestation des 42 avocats d'Abdullah Ocalan est comprise par les Kurdes comme une véritable déclaration de guerre politique, ce qui en soit laisse présager des demains très dangereux. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire que les Nations-Unies interviennent immédiatement. A l'heure actuelle, le gouvernement de l'AKP ne connaît plus les frontières posées par le droit international et ne prend plus au sérieux les critiques qui lui sont adressées. En fait, pour l'AKP le mutisme des institutions internationales est synonyme d'une acceptation de la politique qu'il mène. Les Nations-Unies sont dotées de nombreux moyens pour intervenir et empêcher les affrontements. L'ONU dispose de moyens politiques, diplomatiques et économiques.

     

    Nos revendications

     

    Nous souhaitons que les Nations-Unies dépêchent sur place un rapporteur spécial pour suivre la résolution de la question kurde en Turquie et contrôler la santé, la sécurité et la libre mobilité d'Abdullah Ocalan. Nous attendons en outre des Nations-Unies que soit mise en place un Comité spécial pour la résolution de la question kurde sur la base du droit des peuples à disposer librement d'eux-mêmes, principe fondateur de cette organisation.

     

    Notre action

     

    Nous, femmes kurdes, organisons une marche qui débutera le 7 décembre à 10 heures sur la Place Neuve de Genève pour se terminer par un meeting. Par ailleurs, afin de voir nos revendications acceptées nous allons organiser deux journées de sit-in, les 8-9 décembre, sur la Place des Nations-Unies de 8 à 18 heures.


    Soutenez-nous !

     

    La politique de terreur de l'AKP touche en priorité les Kurdes, mais elle risque de s'étendre à tous les peuples du Moyen-Orient. Soutenez-nous pour que nous puissions tous ensemble mettre un terme à cette politique de terreur de l'AKP. N'hésitez pas à adresser nos revendications aux Nations-Unies comme étant aussi les vôtres. Nous attendons que tous participiez à notre marche et à nos sit-in.

     

    Mouvement des Femmes Kurdes d'Europe

    c/o Association Culturelle Kurde

    Rue des Savoises 151205 Genève

    Tél.: 022 328 19 84 Natel.: 079 506 74 92

     

    30 novembre 2011

    =============================================================================

     

     

    Maison Populaire de Genève

    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • La 34e course de l'Escalade, 184 photos (2)

    Imprimer

    DSC_3127.jpg

    DSC_3131.jpg
    DSC_3195.jpg
    DSC_3197.jpg
    DSC_3199.jpg
    DSC_3201.jpg
    DSC_3202.jpg
    DSC_3203.jpg
    DSC_3205.jpg
    DSC_3206.jpg

    DSC_3207.jpg

    DSC_3209.jpg
    DSC_3211.jpg
    DSC_3213.jpg
    DSC_3215.jpg
    DSC_3217.jpg
    DSC_3219.jpg
    DSC_3220.jpg

    DSC_3223.jpg

    DSC_3224.jpg
    DSC_3233.jpg
    DSC_3235.jpg
    DSC_3238.jpg
    DSC_3240.jpg
    DSC_3241.jpg
    DSC_3247.jpg
    DSC_3250.jpg
    DSC_3254.jpg

    DSC_3255.jpg

    DSC_3257.jpg
    DSC_3260.jpg
    DSC_3262.jpg
    DSC_3263.jpg
    DSC_3266.jpg
    DSC_3268.jpg
    DSC_3277.jpg
    DSC_3285.jpg
    DSC_3286.jpg
    DSC_3298.jpg
    DSC_3309.jpg
    DSC_3317.jpg
    DSC_3322.jpg
    DSC_3326.jpg
    DSC_3327.jpg
    DSC_3329.jpg
    DSC_3331.jpg
    DSC_3333.jpg
    DSC_3336.jpg
    DSC_3347.jpg
    DSC_3353.jpg
    DSC_3356.jpg
    DSC_3360.jpg
    DSC_3363.jpg
    DSC_3365.jpg
    DSC_3368.jpg
    DSC_3369.jpg
    DSC_3374.jpg
    DSC_3376.jpg
    DSC_3379.jpg
    DSC_3381.jpg
    DSC_3389.jpg
    DSC_3397.jpg
    DSC_3400.jpg
    DSC_3409.jpg
    DSC_3410.jpg
    DSC_3412.jpg
    DSC_3413.jpg
    DSC_3418.jpg
    DSC_3420.jpg
    DSC_3423.jpg
    DSC_3424.jpg
    DSC_3426.jpg
    DSC_3428.jpg
    DSC_3431.jpg
    DSC_3433.jpg
    DSC_3436.jpg
    DSC_3438.jpg
    DSC_3440.jpg

     

    DSC_3446.jpg
    DSC_3447.jpg
    DSC_3449.jpg
    DSC_3451.jpg
    DSC_3456.jpg
    DSC_3457.jpg
    DSC_3460.jpg
    DSC_3463.jpg
    DSC_3470.jpg
    DSC_3478.jpg
    DSC_3488.jpg
    DSC_3501.jpg
    DSC_3515.jpg
    DSC_3518.jpg
    DSC_3522.jpg
    DSC_3525.jpg

     

     

    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    1211 Genève
    www.assmp.org

     

    copyright@demirsönmez

     

    Lien permanent Catégories : Sports 2 commentaires
  • La 34e course de l'Escalade, 184 photos (1)

    Imprimer

    La 34e course de l'Escalade, 184 photos

    DSC_2777.jpg

    DSC_2795.jpg
    DSC_2801.jpg
    DSC_2808.jpg
    DSC_2819.jpg

    DSC_2823.jpg

    DSC_2833.jpg

     

    DSC_2834.jpg
    DSC_2836.jpg
    DSC_2853.jpg
    DSC_2855.jpg
    DSC_2859.jpg
    DSC_2862.jpg
    DSC_2866.jpg
    DSC_2867.jpg
    DSC_2871.jpg

    DSC_2874.jpg

    DSC_2882.jpg
    DSC_2905.jpg
    DSC_2927.jpg
    DSC_2934.jpg
    DSC_2936.jpg

    DSC_2952.jpg

    DSC_2958.jpg
    DSC_2980.jpg
    DSC_2989.jpg
    DSC_2990.jpg
    DSC_2994.jpg
    DSC_3029.jpg
    DSC_3035.jpg

    DSC_3042.jpg

    DSC_3046.jpg
    DSC_3048.jpg
    DSC_3063.jpg
    DSC_3084.jpg
    DSC_3086.jpg
    DSC_3087.jpg

    DSC_3088.jpg

    DSC_3093.jpg
    DSC_3096.jpg
    DSC_3099.jpg
    DSC_3101.jpg
    DSC_3103.jpg
    DSC_3104.jpg
    DSC_3105.jpg
    DSC_3107.jpg

    DSC_3110.jpg

    DSC_3111.jpg
    DSC_3113.jpg
    DSC_3115.jpg
    DSC_3118.jpg
    DSC_3120.jpg
    DSC_3124.jpg
    DSC_3125.jpg
    DSC_3127.jpg

    DSC_3131.jpg

    DSC_3132.jpg
    DSC_3135.jpg
    DSC_3138.jpg
    DSC_3140.jpg
    DSC_3141.jpg
    DSC_3143.jpg
    DSC_3145.jpg
    DSC_3146.jpg
    DSC_3149.jpg

    DSC_3150.jpg

    DSC_3152.jpg
    DSC_3154.jpg
    DSC_3155.jpg
    DSC_3157.jpg
    DSC_3164.jpg
    DSC_3165.jpg
    DSC_3127.jpg
    DSC_3131.jpg
    DSC_3166.jpg

    DSC_3167.jpg

    DSC_3169.jpg
    DSC_3170.jpg
    DSC_3174.jpg
    DSC_3176.jpg
    DSC_3178.jpg
    DSC_3180.jpg
    DSC_3182.jpg
    DSC_3184.jpg
    DSC_3185.jpg

     

    DSC_3185.jpg
    DSC_3186.jpg
    DSC_3187.jpg
    DSC_3188.jpg
    DSC_3192.jpg
    DSC_3193.jpg

    DSC_3194.jpg

     

    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Photos : Demir SÖNMEZ

    copyright@demirsönmez

    Lien permanent Catégories : Sports 0 commentaire
  • Une forte présence policière devant le Victoria-Hall!

    Imprimer

    Ce soir a eu lieu à 19h30 devant le Victoria-Hall où s’est tenu un concert organisé pour le Fonds National Juif KKL un rassemblement de protestation en faveur des victimes palestiniennes, ce peuple silencieux, qu’on ignore superbement.

    De mémoire de militant, je n’ai jamais vu une protection policière aussi soutenue et aussi nerveuse. Au même moment et en ville le maire de Genève Pierre Maudet qui a organisé des inaugurations publiques ce soir n’avait aucune protection. Et si il y’en avait elle était discrète. C’est fou quand on touche à Israël même à Genève c’est la ville qui se transforme en camp retranché!!! On a quelques choses à se reprocher?

    DSC_2690.JPG
    DSC_2692.JPG
    DSC_2696.JPG
    DSC_2706.JPG
    DSC_2724.JPG
    DSC_2730.JPG
    DSC_2734.JPG
    DSC_2700.JPG
    DSC_2701.JPG
    Photos : Demir SÖNMEZDSC_2750.JPG


    Al Araqib, Jérusalem-Est, vallée du Jourdain, ... STOP KKL!

    Halte à la destruction de villages et à l'expulsion de leurs habitants par le KKL

    Rassemblement de protestation lors de la "célébration" du Fonds National Juif (KKL-FNJ) jeudi 1er décembre 2011 à 19h30 à côté du Victoria Hall - Genève


    Le Fonds National Juif (FNJ - KKL) est l'un des principaux instruments de la politique coloniale israélienne. De concert avec l'Etat d'Israël le FNJ mène depuis plusieurs décennies une politique de dépossession des terres et de destruction de villages palestiniens et bédouins ainsi que d'éviction d'habitant-e-s de leurs maisons.

    Le FNJ est directement impliqué dans des expulsions d'habitant-e-s et de dépossession des terres qui se déroulent ces jours en Israël/Palestine (v. plus bas).

    Le soutien accordé par la Ville de Genève à cette "célébration" est proprement scandaleux parce qu'il cautionne la violation des droits humains des personnes spoliées de leurs terres et de leurs maisons par les actions du FNJ. De plus, les destructions et les expulsions dans la vallée du Jourdain et à Jérusalem-Est constituent des violations des Conventions de Genève!

    C'est pourquoi l'exécutif de la Ville de Genève doit se distancier beaucoup plus fermement de cette cérémonie qu'elle ne l'a fait par les mots du Conseiller administratif Sami Kanaan dans le Courrier du 25 nov. où il affirmait que le soutien accordé par son prédécesseur Patrice Mugny à la célébration du FNJ "est peut-être regrettable mais la Ville doit bien sûr honorer ses engagements".

    Au lieu de soutenir cette célébration, la Ville de Genève doit appeler le FNJ à cesser ses activités de spoliation des terres et des habitations des populations non-juives d'Israël/Palestine.

    Situations où le FNJ est directement impliqué dans des expulsions d'habitants et de dépossession des terres qui se déroulent ces jours:

    •    dans la vallée du Jourdain (à 93% en zone C sous contrôle israélien total, civil, policier et militaire) où la dépossession des terres et de l'eau se produit à grande échelle. Des milliers de Palestiniens ont été déplacés au cours des dernières décennies. Voir la documentation et les photos qui prouvent l'implication du FNJ sur le site stopthejnf.org http://www.stopthejnf.org/ documents/campaignmaterials/stopthejnfcampaignFACTSHEET.pdf

    •    à Jérusalem-Est un ordre d'éxpulsion arrivé à échéance le 28 novembre 2011 menace toujours la famille Sumarin de sa maison dans le quartier de Silwan qu'elle habite depuis plus de 40 ans. Les colons qui comptent s'installer bientôt dans cette maison palestinienne agissent de concert avec la société Himnuta, une filiale appartenant à 100% au FNJ. Les preuves des liens entre les colons, Himnuta et le FNJ sont clairement établies dans la documentation de Peace Now et des Rabbis for human rights, repris aussi dans Haaretz:
    http://settlementwatcheastjerusalem.wordpress.com/2011/11/25/jnf-respons/ http://rhr.org.il/eng/index.php/2011/11/take-action-tell-the-jnf-not-to-evict-palestinians-from-east-jerusalem/ http://www.haaretz.com/print-edition/news/palestinian-family-given-two-weeks-to-vacate-east-jerusalem-home-1.395590

    •    dans le Néguev le village bédouin de Al-Araqib, avec environ 250 habitants est l'un des environ 40 villages non reconnus en Israel. Il a été démoli plusieurs fois ces dernières années afin de laisser la place à une forêt mais les habitants y retournent et reconstruisent le village. Le FNJ gère ce projet de forestation. Amnesty international mène une campagne urgente adressée au président du FNJ pour faire cesser la destruction du village et l'expulsion de ses habitants: http://www.amnesty.org/fr/appeals-for-action/stop-destruction-bedouin-village-and-its-inhabitants%E2%80%99- livelihoods-5 . Le factsheet de stopthejnf.org montre aussi la photo d'un bulldozer portant le drapeau du FNJ en train de raser le village.

    •    Puisque la célébration du FNJ du 1er déc. au Victoria Hall (ainsi que celle, identique, du 30 nov. à Zurich) sert à financer la reforestation du Mont Carmel, il faudrait également mentionner que cette forêt du FNJ a été planté en 1964 sur les ruines de plusieurs villages palestiniens rasés après 1948. En particulier rappeler le cas extraordinaire du village palestinien de Ayn Hawd que les autorités israéliennes ont décidé de ne pas démolir après en avoir expulsé les 650 habitants en 1948. Rebaptisé Ein Hod    en 1954, ce village vieux de 700 ans a été transformé en village d'artistes israéliens. Et dans les environs se trouve un village "non reconnu" où habitent quelques familles palestiniennes originaires d'Ayn Hawd. Tout cela est très bien documenté dans le film "500 dunum on the moon" co-produit par l'Alternative Information Centre dont nous tenons une copie K7 à disposition des intéressé-e-s.

    •    Les démolitions et les expulsions particulièrement dans ces 3 situations sont remarquablement bien documentées avec de très bonnes photos dans le livre consultable en ligne de ICAHD-Activestills "We never finished 1948 - The continuing campaign of internal displacement in Israel/Palestine"    - "Nous n'avons jamais terminé 1948 - La campagne continuelle de déplacement interne en Israël/Palestine" http://activestills.org/sites/default/files/activestills_displacement_web.pdf (ne pas manquer les photos des démolitions d'Al Araqib à partir de la p. 75 ainsi que la photo des soldats israéliens plantant les arbres pour la nouvelle forêt du FNJ à p. 131)

    Collectif Urgence Palestine - Genève    rue des Savoises 15    1205 Genève Email : info@urgencepalestine.ch

    Site : www.urgencepalestine.ch    CCP 17-766771-3

    ============================================================================
    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 17 commentaires
  • Un week-end à Thun

    Imprimer

    DSC_2173.jpg
    DSC_2186.jpg
    DSC_2193.jpg
    DSC_2210.jpg
    DSC_2220.jpg
    DSC_2233.jpg
    DSC_2238.jpg
    DSC_2241.jpg
    DSC_2242.jpg
    DSC_2250.jpg
    DSC_2252.jpg
    DSC_2255.jpg
    DSC_2259.jpg
    DSC_2267.jpg
    DSC_2270.jpg
    DSC_2451.jpg
    DSC_2456.jpg
    DSC_2164.jpg
    DSC_2290.jpg
    DSC_2276.jpg

    Lien permanent Catégories : Nature 0 commentaire
  • La rafle en Turquie rappelle l'Allemagne des années 1930

    Imprimer


    111122100616_police_turkey_304x171_bbc_nocredit.jpg
    La police turque a procédé mardi 22 novembre des perquisitions simultanées dans 52 cabinets d'avocats dans seize villes, arrêtant 47 avocats de Abdullah Ocalan, chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Les  associations des juristes et une association des droits de l'homme ont dénoncé la rafle qui rappelle « l'Allemagne des années 1930 ».

    Des centaines d'avocats et de défenseurs des droits humains ont manifesté  mardi soir sur la place de Galatasaray à Istanbul pour protester contre la politique « fasciste » du gouvernement AKP, le parti au pouvoir du premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

    Plus de cent personnes, dont 47 avocats, ont été arrêtées au cours des opérations simultanées dans le cadre de l'affaire KCK, visant les avocats d'Ocalan, le principal parti kurde BDP et le Congrès pour une Société Démocratique (DTK), une plateforme d'associations et mouvements kurdes.  Dans un premier temps, on avait annoncé l'arrestation de 70 avocats.    

    Une République d'arrestations

    « La Turquie  a été transformé en un État d'arrestations » a dénoncé l'avocat Ercan Kanar, lors de la manifestation. « Il y a un seul procureur et juge des cours d'assises dotés de pouvoirs spéciaux, c'est le premier ministre Recep Tayyip Erdogan » a-t-il affirmé.

    «Les dernières opérations visant le KCK. Personne ne doit s'attendre à ce qu'elles se terminent » avait déclaré le 7 novembre le premier ministre dans sa ville natale de Rize, menaçant de poursuites judiciaires pour les médias et les milieux démocratiques turcs qui dénoncent la répression contre les kurdes.  « Que ce soit dans la presse ou autre part, il faut faire attention à ce que l'on dit sur le KCK, cela revient à soutenir le terrorisme. »

    En octobre, le premier ministre turc avait pointé ouvertement du doigt les avocats du chef du PKK : « Il y a un endroit qui se dit le Bureau Juridique Asrin. Les avocats d'Imrali sont liés à ce bureau (...) ils entretiennent des contacts entre Imrali et Qandil (où se trouvent les combattants du PKK)"

    C'est ce qui nous attend tous demain

    Réunis à l'appel de trois associations, l'Association de Juristes Contemporains (CHD), l'Association des juristes libertaires (OHD) et l'Association des droits de l'homme (IHD), les manifestants ont demandé la fin des arrestations et la libération de tous les prisonniers politiques et d'opinions.

    Selon le Prof. Dr. Gencay Gursoy, ces vagues d'arrestations rappellent « l'Allemagne des années 1930 ». « Ce qui arrive aujourd'hui à nos amis avocats, c'est ce qui nous attend tous demain » a-t-il dit.

    Terreur d'AKP

    L'avocate Sevinc Sarikaya a de son coté affirmé que tous ceux qui dénoncent les attaques contres les kurdes sont visés par « la terreur d'AKP ». Elle poursuit : «Les kurdes sont un peuple qui a des milliers d'avocats et des milliers de personnes qui sont capables de faire de la politique.  Vous ne pouvez pas finir 20 millions de personnes (kurdes)  avec des arrestations et des perquisitions »

    PKK : la Turquie se dirige vers une guerre stratégique

    Le PKK qui lutte contre le régime d'Ankara depuis 30 ans a condamné fermement dans un communiqué l'arrestation des avocats d'Ocalan, affirmant que  l'AKP pousse la Turquie vers une « guerre stratégique » avec ses pratiques « fascisantes ».

    « A partir de cette heure, il ne faut plus être dans l'attente d'un nouveau processus » a souligné l'organisation, appelant toutes les forces démocratiques et qui sont pour la  paix à briser le silence contre les attaques « fascisantes » et « racistes » d'AKP  

    Plus de 8000 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'affaire KCK, lancée en 2009 quelques semaines après le grand succès du parti kurde aux élections municipales. Le gouvernement AKP utilise cette affaire, considérée par le BDP comme un complot politique, pour réduire au silence toute opposition. La dernière grande rafle a été effectuée fin octobre, se soldant par l'arrestation de 50 personnes dont l'éditeur Ragip Zarakolu et professeure respectée Busra Ersanli.

    Présenté comme un modèle de la démocratie pour le monde arabe, la Turquie est aujourd'hui la plus grande prison du monde pour les journalistes avec environ 70, loin devant la Chine et l'Iran, les syndicalistes avec une quarantaine, les étudiants avec 500, les enfants avec des centaines et les élus dont 18 maires et 8 députés.


    www.actukurde.fr


    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/221111/la-rafle-en-turquie-rappelle-lallemagne-des-annees-1930



    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    1211 Genève
    www.assmp.org



    Inscription / désinscription
    listes Maison Populaire de Genève

    http://www.assmp.org/mail_listes/listes.html

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • 4000 maçons en colère descendent dans la rue

    Imprimer

     

    DSC_1610.JPG
    DSC_1617.JPG

    DSC_1621.jpg

    DSC_1627.jpg

    DSC_1628.jpg
    DSC_1634.jpg
    DSC_1640.jpg
    DSC_1650.jpg
    DSC_1660.jpg
    DSC_1677.jpg

    DSC_1698.jpg

    DSC_1707.jpg
    DSC_1709.jpg
    DSC_1712.jpg
    DSC_1714.jpg
    DSC_1718.jpg
    DSC_1720.jpg

    DSC_1734.jpg

    DSC_1739.jpg
    DSC_1744.jpg
    DSC_1745.jpg
    DSC_1749.jpg
    DSC_1754.jpg
    DSC_1757.jpg

    DSC_1758.jpg

    DSC_1760.jpg
    DSC_1770.jpg
    DSC_1771.jpg
    DSC_1791.jpg
    DSC_1792.jpg

    DSC_1821.jpg

    DSC_1830.jpg
    DSC_1834.jpg
    DSC_1841.jpg
    DSC_1846.jpg

    DSC_1848.jpg

    DSC_1849.jpg
    DSC_1856.jpg
    DSC_1861.jpg
    DSC_1862.jpg
    DSC_1866.jpg

    DSC_1869.jpg

    DSC_1873.jpg
    DSC_1876.jpg
    DSC_1889.jpg
    DSC_1903.jpg

    DSC_1907.jpg

    DSC_1908.jpg
    DSC_1913.jpg
    DSC_1920.jpg
    DSC_1929.jpg

     

    DSC_1942.jpg
    DSC_1947.jpg
    DSC_1973.jpg
    DSC_1982.jpg
    DSC_1987.jpg
    DSC_1996.jpg

    DSC_2003.jpg

    DSC_2014.jpg
    DSC_2015.jpg
    DSC_2024.jpg
    DSC_2031.jpg
    DSC_2034.jpg

    DSC_2044.jpg

    DSC_2068.jpg
    DSC_2075.jpg
    DSC_2079.jpg
    DSC_2082.jpg

    DSC_2098.jpg

    DSC_2093.jpg
    DSC_2110.jpg
    DSC_2111.jpg
    DSC_2112.jpg
    DSC_2118.jpg
    DSC_2119.jpg
    DSC_2130.jpg

     

     


    La manifestation des maçons bloque la ville de Genève!


    Reportage sur le blog de notre ami Haykel EZZEDDINE



    Maison Populaire de Genève
    Case postale 1141
    1211 Genève
    www.assmp.org

    Photos : Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Syndicale 2 commentaires