paix - Page 8

  • Graines de paix annonce la paix pour demain

    Imprimer

    A l’occasion de la Journée internationale de la paix une dizaine de personnes se sont données rendez-vous ce soir sur le Pont de la Machine pour une virée dans la bonne humeur. Malgré le froid, l’ambiance  était au rendez-vous.

    Organisée par Graines de Paix, une ONG d’éducation à la paix établit à Genève pour une meilleure compréhension entre toutes les couches sociales et les divers nationalités qui animent notre belle ville cet événement annonce la journée internationale de la paix qui débutera demain dans le monde entier sous l’égide de l’ONU. Voici un petit aperçu en photos de cette virée presque hivernale:
    DSC_4417.JPG
    DSC_4413.JPG
    DSC_4424.JPG
    DSC_4425.JPG
    DSC_4418.JPG
    DSC_4422.JPG
    DSC_4427.JPG
    DSC_4428.JPG










    DSC_4434.JPG
    DSC_4432.JPG

    http://www.graines-de-paix.org/

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 2 commentaires
  • Un samedi militant à Genève

    Imprimer

    Le comité référendaire LASI a lancé sa Campagne "NON à la LASI le 27 novembre" à la Place des Grottes durant l’après-midi d'hier. J'ai demandé à René Longet (Président du Parti Socialiste Genève), à Ueli Leuenberger (Président du Parti Les Verts Suisses), à Carlo Sommaruga (Conseiller national) et à Ester Alder (Conseillère administrative de la ville de Genève) ce qu'ils pensent de cette campagne.

    DSC_3938.jpg

     

    DSC_3940.jpg
    DSC_3950.jpg
    DSC_3958.jpg
    DSC_3960.jpg
    DSC_3968.jpg

    Journée très chargée hier avec mon passage à la Place du Molard puis à la Place des Nations. Mon objectif a mémorisé dans l'ordre, les stands du Parti socialiste et de SolidatritéS venus soutenir leur candidat commun Daniel Devaud à l'élection complémentaire à la cour des comptes et un groupe bizarre habillé tout en noir!

     

    L1003403.jpg

    DSC_3822.jpg

    DSC_3825.jpg
    DSC_3848.jpg
    DSC_3851.jpg
    DSC_3852.jpg
    L1003382.jpg
    L1003387.jpg

    xxxDSC_3837.jpg

    L1003394.jpg

    L1003397.jpg
    L1003416.jpg
    L1003411.jpg
    DSC_3888.jpgL1003421.jpg
    DSC_3905.jpg
    DSC_3907.jpg

    DSC_3922.jpg

    DSC_3930.jpg
    L1003438.jpg

    DSC_3927.jpg

    Sur la place des nations, une après-midi militante avec la Marche mondiale du jasmin pour la liberté du peuple syrien, le comité soutien d'Ashchraf et ses 148 jours de setting et enfin le comité de soutien des prisonniers politiques en Iran.

     

    DSC_3971.jpg
    DSC_3975.jpg
    DSC_3976.jpg
    L1003444.jpg
    DSC_4000.jpg
    DSC_4011.jpg
    DSC_4019.jpg
    DSC_4025.jpg
    DSC_4032.jpg
    DSC_4039.jpg
    DSC_4042.jpg
    DSC_4050.jpg
    L1003490.jpg
    DSC_4075.jpg
    DSC_4080.jpg
    DSC_4082.jpg
    L1003507.jpg
    DSC_4087.jpg
    DSC_4093.jpg
    L1003512.jpg
    DSC_4107.jpg
    DSC_4111.jpg
    DSC_4144.jpg
    DSC_4148.jpg
    DSC_4152.jpg
    DSC_4164.jpg
    DSC_4173.jpg
    DSC_4176.jpg
    DSC_4171.jpg
    DSC_4199.jpg
    DSC_4190.jpg
    L1003542.jpg
    DSC_4206.jpg

    DSC_3989.jpg
    DSC_3997.jpg
    L1003453.jpg
    L1003458.jpg
    DSC_3982.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Une balade à travers les statues de la Haye

    Imprimer

    De retour des Pays-Bas, je tiens à partager avec vous mes coups decoeur. J'ai pris de nombreuses photos pour restituer les meilleurs moments de mon week-end hollandais. Une série de photos restituera l'art urbain dans toute sa splendeur à la Haye et puis s'ensuivra une seconde série sur la diversité des statues dans la même ville, un régal et enfin je terminerais mon voyage hollandais avec une compilation des meilleurs endroits que j'ai visité.

    L1003141.JPG
    L1003142.JPG
    L1003151.JPG
    L1003225.JPG
    L1003186.JPG

     

    L1003178.JPG
    L1003176.JPG
    L1003174.JPG
    L1003170.JPG
    L1003168.JPG
    L1003166.JPG

     

    L1003162.JPG
    L1003160.JPG
    L1003158.JPG

     

    L1003021 - copie.JPG
    DSC_3108.JPG

     

    DSC_3103.JPG
    DSC_2591 - copie.JPG
    L1003041 - copie.JPG
    L1003044 - copie.JPG
    DSC_2555 - copie.JPG

     

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire
  • La Haye et ses graffitis

    Imprimer

    De retour des Pays-Bas, je tiens à partager avec vous mes coups de coeur. J'ai pris de nombreuses photos pour restituer les meilleurs moments de mon week-end hollandais. Une série de photos restituera l'art urbain dans toute sa splendeur à la Haye et puis s'ensuivra une seconde série sur la diversité des statues dans la même ville, un régal et enfin je terminerais mon voyage hollandais avec une compilation des meilleurs endroits que j'ai visité.

     

    DSC_2875.JPG
    DSC_2877.JPG
    DSC_2878.JPG
    DSC_2879.JPG
    DSC_2880.JPG

     

    DSC_2882.JPG
    DSC_2883.JPG
    DSC_2884.JPG
    DSC_2885.JPG
    DSC_2886.JPG
    DSC_2887.JPG
    DSC_2888.JPG
    DSC_2889.JPG

     

    DSC_2891.JPG
    DSC_2896.JPG
    DSC_2897.JPG
    DSC_2899.JPG
    DSC_2900.JPG
    DSC_2930.JPG

     

    DSC_2937.JPG
    DSC_2989.JPG
    DSC_3047.JPG
    DSC_3048.JPG

     

    DSC_3049.JPG
    DSC_3050.JPG
    DSC_3051.JPG
    DSC_3052.JPG
    DSC_3053.JPG

     

    DSC_3054.JPG
    DSC_3056.JPG
    DSC_3057.JPG
    DSC_3058.JPG
    DSC_3059.JPG
    DSC_3061.JPG

     

    L1003133.JPG
    L1003132.JPG
    Lien permanent Catégories : Culture 1 commentaire
  • Conférence-Débat : Comment défendre la cause des kurdes et la communauté kurde au Parlement fédéral

    Imprimer

    Comme vous le savez probablement déjà, l'armée turque ainsi que l'armée iranienne procèdent depuis quelques jours à des opérations militaires soutenues dans la région nord et l'est du Kurdistan irakien. Suite à ces opérations nombreux civils ont été tués.

     

    28af8948-img_9011.jpg

    Ce samedi 10 septembre 2001, une conférence sera donnée par le conseiller national Carlos Sommaruga et le député au Grand Conseil de Bâle Mustafa Atici. Le débat tournera autour de la défense de la cause kurde au Parlement fédéral.

     

    Nous profitons ainsi de cette conférence pour attirer le plus de monde possible et ainsi voir participer toute personne sensible à la cause kurde.


    En espérant vous voir nombreux.

     

    Salutations

     

     

     

    Conférence-Débat

     

    FED07_Photo_passeport.jpg

    CARLO SOMMARUGA

    Conseiller National

    et

     

    Mustafa-Atici.jpg

    MUSTAFA ATICI

    Député au Grand Conseil de Bâle

     

    Le samedi 10 septembre 2011 à 20h00

     

    Maison des asssociations, rue Savoises 15

    Salle  Zazie Sadou

     

    Comment défendre la cause des kurdes et la communauté kurde au Parlement fédéral

    Organisé par : L` Association Culturelle Kurde et l’Association pour les Droits Humains au Kurdistan-Genève

    =========================================

    Soutien: Maison Populaire de Genève www.assmp.org


    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 4 commentaires
  • Stand/action "Sortons du Nucléaire,Election Conseil National et d'un magistrat à la Cour des comptes"

    Imprimer

     

    DSC_1447.JPG
    DSC_1427.JPG
    DSC_1428.JPG
    DSC_1429.JPG
    DSC_1430.JPG
    DSC_1432.jpg
    DSC_1433.JPG
    DSC_1434.JPG
    DSC_1444.JPG
    DSC_1446.JPG
    DSC_1450.JPG
    DSC_1453.JPG
    DSC_1464.JPG

     

    DSC_1469.JPG
    DSC_1471.JPG
    DSC_1472.JPG
    DSC_1478.JPG
    DSC_1482.JPG
    DSC_1483.JPG

     

    DSC_1488.JPG
    DSC_1492.JPG
    DSC_1495.JPG
    DSC_1496.JPG
    DSC_1515.JPG
    L1002855.JPG
    L1002856.JPG
    L1002860.JPG
    L1002863.JPG
    L1002870.JPG

     

    L1002870.JPG
    L1002874.JPG

     

    DSC_1485.JPG

    fruits.jpg

     

    Le 18 septembre, votez DANIEL DEVAUD à la Cour des comptes !

    Le 18 septembre, les Genevois·e·s éliront un nouveau magistrat à la Cour des Comptes.

    Une institution au service des citoyen·ne·s

    La Cour des comptes surveille le fonctionnement des collectivités publiques et garantit au citoyen que l’argent du contribuable est bien employé, conformément aux lois, sans passe-droits ni jeux d’influence.

    Daniel Devaud: intégrité, compétence, indépendance

    Ancien secrétaire-adjoint du Département de l’économie, Daniel Devaud n’a pas hésité à mettre en jeu son poste. Il s’est battu pour le respect de la loi, contre son chef qui prenait des libertés avec la Lex Furgler réglementant les acquisitions d’immeubles par des étrangers.

    Elu magistrat du pouvoir judiciaire en 1996, Daniel Devaud a instruit nombr
    e d’affaires financières complexes et dossiers sensibles de corruption publique : détournement d’avion, sang contaminé, gouvernement d’une république d’Asie Centrale, d’un pays d’Afrique, de la famille Bhutto, etc. Il a aussi mené des enquêtes concernant d’importantes affaires d’escroquerie internationale et a été l’un des premiers magistrats chargé du dossier de la Banque Cantonale Genevoise.

    Un juge impartial pour barrer la route à l’UDC

    Cette élection impose un choix clair. D’un côté, un politicien de la droite dure au profil sectaire, qui affiche sa volonté d’instrumentaliser la Cour des comptes afin de démanteler l’Etat social, avec pour conséquence un renforcement des inégalités. De l’autre côté, Daniel Devaud, actuel juge à la Cour de justice, dont le parcours exemplaire témoigne de son attachement à un Etat efficace, impartial, au service de chacun·e
    .


    Un Etat social pour plus de justice

    Une bonne utilisation des deniers publics permet d’améliorer les prestations de l’Etat. Un démantèlement de celui-ci livre la population à la loi du plus fort et creuse encore les inégalités.

    Face à la crise, il est plus que jamais essentiel de garantir les prestations de l’Etat et des services publics. C’est essentiel pour défendre une vraie égalité des chances pour chacun·e.

    Dans une perspective républicaine, nous soutenons un Etat au service de toutes et de tous, guidé par les valeurs humanistes de responsabilité et de solidarité.

     

    aff_devaud-liste2-sm.jpg

     

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • A Morges hier, le Président des socialistes prédit la victoire à ses troupes!

    Imprimer

     

    DSC_1879.JPG
    DSC_1532.JPG
    DSC_1560.JPG
    L1002916.JPG
    DSC_1533.JPG

     

    DSC_1670.JPG
    DSC_1700.JPG
    DSC_1719.JPG
    DSC_1723.JPG
    DSC_1731.JPG
    DSC_1740.JPG
    DSC_1756.JPG
    DSC_1776.JPG
    DSC_1781.JPG

     

    DSC_1789.JPG
    DSC_1812.JPG
    DSC_1823.JPG
    DSC_1844.JPG
    DSC_1862.JPG
    DSC_1895.JPG
    DSC_1900.JPG
    DSC_1907.JPG

     

    DSC_1918.JPG
    DSC_1942.JPG
    DSC_1986.JPG
    DSC_2013.JPG
    DSC_2038.JPG
    DSC_2059.JPG

     

    DSC_2196.JPG
    DSC_2163.JPG
    DSC_2170.JPG
    DSC_2183.JPG
    DSC_2203.JPG

     

    DSC_2206.JPG
    DSC_2212.JPG
    DSC_2242.JPG
    DSC_2246.JPG
    DSC_2214.JPG

     

    DSC_2222.JPG
    DSC_2224.JPG
    DSC_2229.JPG
    DSC_2233.JPG

     

    DSC_2257.JPG
    DSC_2253.JPG

    DSC_1987.JPG

     

     

    Pour plus informations : http://christianbrunier.blog.tdg.ch/archive/2011/09/04/les-socialistes-romand-e-s-mobilise-e-s-contre-la-hausse-des.html <http://christianbrunier.blog.tdg.ch/archive/2011/09/04/les-socialistes-romand-e-s-mobilise-e-s-contre-la-hausse-des.html>

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Droits des minorités : La Turquie fait profil bas.

    Imprimer

    Ne nous y trompons pas. Si la Turquie envisage de restituer des biens ayant appartenus aux minorités, ce n’est pas par un brusque désir de justice mais sur injonction de la Cour européenne des Droits de l’Homme et à la demande du Congrès américain.

    La restitution ne porte que sur les confiscations effectuées après 1936. Concernant plus particulièrement les Arméniens, au lendemain du génocide, d’abord l’empire ottoman puis la république turque qui lui a succédé, ont confisqué les biens et les propriétés des victimes, déportées et massacrées.

    Atatürk avait mis en place tout un ensemble de mesures et de lois concernant les Arméniens, lesquelles sont toujours en vigueur. Celles-ci interdisaient aux réfugiés arméniens originaires de Turquie de retourner dans leur village ou leur ville d’origine.

    - La loi du 20 avril 1922 prévoit la confiscation en Cilicie de tous les biens appartenant aux personnes qui avaient ‘quitté’ la région ;


    - La loi du 25 avril 1923 étend la confiscation à tous les Arméniens, quels que soient les motifs ou la date de leur départ du pays ;

    - La loi de septembre 1923, article 2, interdit le retour des Arméniens en Cilicie et dans les provinces de l’Est (Arménie Occidentale) ;


    - La loi du 23 mai 1927 exclue de la nationalité turque tous ceux qui, lors de la guerre de l’indépendance, n’y ont pas pris part ou qui sont restés à l’étranger entre le 24 juillet 1923 (Traité de Lausanne) et la date de la promulgation de cette loi.

    Si l’on ajoute à ces lois scélérates, les obligations de la Turquie envers ses minorités non musulmanes, souvent non respectées, il est clair que le geste d’Erdogan n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des réparations dues au peuple arménien.

    ***

    "Si la Turquie aspire à avoir ‘zéro problème avec les voisins’, comme a déclaré le ministre des Affaires étrangères, ne doit-elle pas suivre une politique similaire sur le plan intérieur ? Après des changements extraordinaires dans la dernière décennie, il y a des signes indiquant que la Turquie pourrait aller dans ce sens."

    "Dans une étape qui commence à annuler des décennies de discrimination, Ankara envisage de restituer des centaines d’écoles, d’hôpitaux, d’orphelinats et d’autres propriétés saisies aux minorités depuis 1936. Certains de ces confiscations ont été de peu d’importance, mais d’autres faisaient partie de campagnes orchestrées contre les communautés minoritaires, grecque, arménienne et juive. Beaucoup plus que l’utilité pour ces communautés, c’est le symbolisme qui est inestimable," lit-on dans l’éditorial du ‘The National’.

    Erdogan40_mediumSelon un décret publié au Journal officiel turc ce week-end, le gouvernement turc va restituer les biens confisqués depuis 1936, aux Arméniens et aux autres minorités religieuses, en réponse aux préoccupations de l’Union européenne sur le traitement des minorités dans le pays candidat à l’UE.

    La décision a été annoncée par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan aux représentants des communautés chrétienne et juive à Istanbul dimanche soir, au diner célébrant la fin du Ramadan : "L’époque où l’un de nos citoyens était opprimé à cause de sa religion, de son origine ethnique ou de son mode de vie, est finie," a déclaré Erdogan.

    "Les mots seuls ne pourront pas guérir les blessures ethniques et religieuses de la Turquie, mais c’est un début. L’histoire de la Turquie est remplie de crimes contre les groupes minoritaires, réprimés par les gouvernements laïc par peur du sectarisme. Les litiges sur les propriétés étaient juste un chapitre qui devait être fermé, en grande partie à cause de la pression de l’UE. Mais toute discussion sur les communautés minoritaires de Turquie doit désormais impliquer les Kurdes, qui représentent près de 20% de la population. Lorsque la république a été fondée, une loi interdisait tout ce qui avait trait aux Kurdes : langue, vêtements ou culture – des méthodes absurdement répressives qui n’ont été que partiellement assouplies ces dernières années," poursuit l’article.

    Et d’indiquer que tout l’honneur en revient à M. Erdogan qui a reconnu la maltraitance historique des Kurdes, qui prône la détente avec l’Etat kurde d’Irak et a assoupli les restrictions sur les émissions en langue kurde et les règles d’éducation.

    "On a besoin de plus. Il y a eu une recrudescence de la violence entre les forces de sécurité et les groupes rebelles du PKK, provoquant des appels renouvelés pour une répression contre les partis politiques et la société civile kurdes. Des pourparlers secrets entre Ankara et le leader emprisonné du PKK Abdullah Ocalan, ont produit peu d’effets. Sur certaines promesses, M. Erdogan a fait marche arrière. Même Ocalan semble avoir réalisé que les militants du PKK ne pourront jamais représenter les 14 millions de Kurdes. Il est grand temps que le terrorisme soit traité séparément des droits des minorités. Pour les minorités historiquement marginalisées, la restauration légitime de leur propriété n’est qu’une étape. Attendons de voir ce qui vient après," conclut l’article.

    La Turquie a confisqué pour des milliards de dollars des biens appartenant à des fondations arméniennes et grecques. La Cour européenne des Droits de l’Homme a jugé que ces saisies étaient illégales.

    Certaines des propriétés saisies étaient des hôpitaux, des écoles et des cimetières. Dans le cas des propriétés qui ont été vendues à des tiers, les fondations religieuses seront payées à la valeur marchande, par le Trésor turc.

    Les experts pensent que sur les 2.000 églises de la communauté arménienne avant 1915, moins de 40 sont en activité aujourd’hui.

    La plupart des chrétiens avaient fui la Turquie lors de la Première Guerre mondiale et de la Guerre d’Indépendance qui a suivi. 1,5 millions d’Arméniens ont péri dans le premier génocide du XX siècle, et autant de Grecs furent déplacés dans le cadre d’un échange de population.

    Le traité de Lausanne de 1923 avec les puissances occidentales permet en principe aux communautés non musulmanes d’Istanbul de conserver certains droits spécifiques comme l’éducation ou la propriété.

    Le président de l’ANCA, Ken Hachikian a déclaré : "Le décret de M. Erdogan, est clairement motivé par la décision du Congrès sur la répression de la Turquie envers de sa minorité chrétienne et celle de la Cour européenne des droits de l’homme. Moins de 1% des églises et des propriétés de l’église confisquées pendant le génocide arménien et les décennies qui ont suivi, seront restituées. Quatre-vingt seize ans après le génocide perpétré contre les Arméniens, les Grecs et les Syriaques, ce décret est un écran de fumée pour échapper aux conséquences beaucoup plus large de ces actes brutaux. L’ANCA va s’assurer auprès des institutions américaines que le gouvernement turc se réconcilie effectivement avec son passé brutal, respecte la liberté religieuse des survivants des communautés chrétiennes et restitue le fruit de son crime

     

    Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

    http://eafjd.eu/spip.php?breve2890

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 12 commentaires
  • Si je suis réélue au Conseil des Etats...par Mme Liliane Maury Pasquier

    Imprimer


    La candidate socialiste  Liliane Maury Pasquier répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :

    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

    photo Liliane_flyer_[1].jpg

     

    Réponse de Liliane Maury Pasquier :

    Si je suis réélue au Conseil des Etats, je poursuivrai mon action pour défendre les personnes touchées par le chômage et/ou la pauvreté et pour prévenir ces phénomènes.

    · CHÔMAGE

    Au cours de cette législature, je me suis engagée pour une assurance-chômage solide, qui offre aux personnes perdant leur emploi une vraie protection sociale et qui leur ouvre un vrai chemin vers la réinsertion. Au sein de la commission de la sécurité sociale, j’ai tenté de modifier la nouvelle Loi sur l’assurance-chômage, en prônant une hausse des recettes plutôt que des coupes aveugles sur le dos des personnes les plus touchées par le chômage. Je continuerai, entre autres, de m’engager pour le déplafonnement des cotisations à l’assurance-chômage. A l’heure actuelle, en effet, la part  de salaire au-dessus de 126'000 francs est exemptée de cotisation ! Sans ce plafond, l’assurance aurait 600 millions de recettes en plus. Un chiffre qui correspond aux économies faites sur le dos des personnes au chômage dans la dernière révision…

    Le partage du travail (notamment grâce à une diminution du temps de travail, comme celle demandée par l’initiative « six semaines de vacances pour tous », que j’ai soutenue aux Etats), la création d’emplois (dans laquelle l’Etat a un rôle actif à jouer, par exemple en soutenant le développement des technologies vertes) et l’amélioration de la protection des salarié-e-s (notamment des femmes enceintes) font aussi partie de mes combats. Par ailleurs, en tant que membre de la commission de la formation, je travaille et continuerai de travailler pour que la formation soit dotée d’assez de moyens et se donne pour objectif de réaliser l’égalité des chances, comme je l’ai fait dans le cadre de la loi sur l’aide aux hautes écoles.


    · PAUVRETE

    Je soutiendrai la revendication d’une augmentation des salaires bas et moyens, l’exigence d’un salaire minimum et celle d’une certaine équité salariale (grâce, notamment, à l’initiative 1 :12). J’ai eu l’occasion d’interpeller le Conseil fédéral sur la situation des indépendant-e-s non médecins : leurs tarifs immobiles depuis 15 ans ne suffisent souvent plus à leur garantir un revenu suffisant.


    Pour soutenir le pouvoir d’achat, il faut bien sûr freiner la hausse des primes d’assurance-maladie et des autres formes de participation financière des assuré-e-s. C’est dans ce sens que je travaille à la commission de la santé. Je suis intervenue à plusieurs reprises au Conseil des Etats pour que les réserves excessives des assureurs-maladie soient entièrement redistribuées aux assuré-e-s de cantons comme Genève. La situation n’étant pas réglée de façon satisfaisante, il faudra revenir à la charge. J’ai aussi demandé la fixation d’un seuil maximal pour les réserves des caisses et davantage de transparence dans leur comptabilité. Je soutiendrai bien sûr l’initiative populaire pour la transparence de l’assurance-maladie et celle pour la caisse publique, qui permettent toutes deux d’affecter les primes aux prestations de l’assurance de base avec, à la clé, des primes plus justes et plus supportables. Je suis aussi intervenue, et j’interviendrai encore pour que les primes d’assurance-maladie des familles soient allégées.

    A la commission de la sécurité sociale, j’ai œuvré pour que les allocations familiales soient octroyées à tous les enfants qui y ont droit, donc aussi aux enfants d’indépendant-e-s. J’ai aussi demandé qu’elles soient toujours versées aux personnes qui vivent avec l’enfant, dans l’intérêt bien compris des familles monoparentales. Je soutiendrai toute proposition de renforcement de ces allocations et d’augmentation de leur montant minimal. Sans oublier les prestations complémentaires pour familles dans le besoin et toute autre mesure en faveur d’une vraie politique familiale.

    Comme le chômage, les risques de l’existence (l’âge, le handicap, la maladie) ne doivent pas entraîner, comme une double peine, la précarité. C’est pourquoi je me suis battue et me battrai encore :

    -      pour une retraite flexible et sociale, et pour que des moyens d’existence suffisants soient assurés aux couples dont l’un-e des partenaires vit en EMS ;

    -      contre le démantèlement de l’AI (dont le second volet de la 6ème révision reste à traiter) ;

    -      pour qu’un congé rémunéré d’une durée suffisante soit accordé aux parents d’enfants gravement malades ou de nouveau-nés hospitalisés.


    Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats

     

    image001[1].jpg

    Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats

    http://www.maurypasquier.ch/index.php

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Apéro de la rentrée: Les socialistes se mobilisent pour une société pour toutes et tous, sans privilèges!

    Imprimer

    Dans un lieu particulièrement chaleureux, l'Espace solidaire aux Pâquis, les membres du PS genevois se sont réunis pour fêter la rentrée et le début de la campagne pour les élections fédérales 2011. Après un verre de l'amitié, nous avons écouté les interventions de René Longet qui nous a rappelé l'importance de mouiller sa chemise pour faire avancer la société dans le sens où on le souhaite. Nous avons aussi pu profiter de la recette aux cinq ingrédients pour une campagne réussie donnée par Christian Brunier et Liliane Maury Pasquier a rappelé la juste place que devait occuper l'argent dans nos vies. Après cette partie "officielle" et un bon repas, les membres ont poursuivi la fête en dansant grâce au talent de Sébastien et Sylvie.



    Voilà de quoi recharger les batteries après les élections municipales et se lancer en campagne avec nos candidat-e-s Liliane Maury Pasquier, Carlo Sommaruga, Maria Roth-Bernasconi, Manuel Tornare, Valérie Boillat, Loly Bolay, Jacques Robert, Christine Serdaly-Morgan, Eric Peytremann et Françoise Joliat pour militer pour une société pour toutes et tous, sans privilèges! Comme nous le défendons dans nos initiatives sur la caisse maladie publique et le salaire minimum.

    304870_1956547285481_1596716979_31823864_7985798_n.jpg
    307188_1956563445885_1596716979_31823898_2126448_n.jpg
    307960_1956547565488_1596716979_31823865_5937234_n.jpg

    304194_1956562445860_1596716979_31823896_4086848_n.jpg

    321191_1956565405934_1596716979_31823905_5794071_n.jpg
    320172_1956548965523_1596716979_31823869_3046141_n.jpg
    319240_1956546365458_1596716979_31823861_7779526_n.jpg
    carlo_n.jpg
    316330_1956545605439_1596716979_31823859_1187779_n.jpg312311_1956548645515_1596716979_31823868_3089048_n.jpg
    315663_1956550125552_1596716979_31823872_4547972_n.jpg
    310471_1956543125377_1596716979_31823853_7606941_n.jpg
    311024_1956564525912_1596716979_31823902_1418670_n.jpg310052_1956564165903_1596716979_31823901_4101692_n.jpg
    306978_1956557325732_1596716979_31823886_4042226_n.jpg
    305066_1956544045400_1596716979_31823855_855856_n.jpg
    304247_1956544725417_1596716979_31823857_6797423_n.jpg
    304610_1956544485411_1596716979_31823856_1411233_n.jpg
    300954_1956551165578_1596716979_31823874_1327661_n.jpg
    299377_1956558165753_1596716979_31823888_2263762_n.jpg

     

    297098_1956565125927_1596716979_31823904_3412698_n.jpg296432_1956543645390_1596716979_31823854_2234402_n.jpg
    295770_1956546045450_1596716979_31823860_907502_n.jpg
    294123_1956549645540_1596716979_31823871_8265949_n.jpg293242_1956552285606_1596716979_31823877_4810244_n.jpg
    205902_1956547125477_1596716979_31823863_2340331_n.jpg297934_1956560045800_1596716979_31823892_2671473_n.jpg
    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Si je suis élue au Conseil national...par Mme Maria Roth-Bernasconi

    Imprimer

    Si je suis élue au Conseil national...par Mme Maria Roth-Bernasconi


    La candidate socialiste  Maria Roth-Bernasconi répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :


    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

    maria roth.jpg

     

    Réponse de Maria Roth-Bernasconi :

    Si je suis réélue au Conseil national, je continuerai d’agir contre le chômage et la pauvreté en Suisse en soutenant la régulation de l’économie, le développement de la formation pour toutes et tous et le renforcement de la sécurité sociale. Etant donné que le taux de chômage et le risque de pauvreté sont tous deux plus élevés chez les femmes, je continuerai de mettre l’accent, dans chacun de ces domaines, sur l’égalité entre femmes et hommes.

    ECONOMIE. Il nous faut réformer en profondeur un système néolibéral qui chosifie le « capital humain », l’exploite et le jette au besoin, générant ainsi l’exclusion et des inégalités croissantes. En tant que présidente de la commission de gestion du Conseil national, j’ai chapeauté l’enquête sur l’affaire UBS et la crise financière, une crise qui a prouvé la folie et l’inaptitude du système. Au lieu de voler au secours des « big » banques à grand renfort de deniers des contribuables et sans aucune contrepartie, l’Etat doit imposer de vraies règles au monde financier (taxation de la spéculation, notamment) et économique. C’est ainsi qu’en 2008, j’ai proposé d’instaurer un quota de 30% de femmes (ou d’hommes) dans les conseils d’administration des entreprises cotées en bourse et de celles dont la Confédération détient des parts. Car les études le prouvent : les femmes ont une approche plus durable du maniement financier.

    Dans le champ de l’activité économique, je me suis engagée et continuerai de le faire pour favoriser
    la réduction du temps de travail et encourager le temps partiel (sans discrimination sociale et y compris pour les hautes cadres) : une façon de partager le travail, qui doit aller de pair avec de meilleurs salaires (sauf pour les hauts managers, cf. initiative 1 :12 !). Les gains de productivité réalisés ces dernières décennies y donnent largement droit ! Je soutiens donc l’instauration d’un salaire minimum, qui concerne particulièrement les femmes : en Suisse, une femme sur 5 qui travaille à plein temps gagne à peine 3000 francs par mois. Dans le contexte de la crise actuelle, la Confédération doit aider les seules entreprises qui s’engagent à ne pas licencier et à ne pas baisser les salaires, et soutenir particulièrement des secteurs créateurs d’emplois et d’une plus-value collective (économie sociale et solidaire, Cleantech, secteur du « Care »). Je poursuivrai aussi mon action pour concrétiser, enfin, l’égalité salariale, mais aussi pour évaluer et reconnaître la valeur des tâches familiales et domestiques. Enfin, je poursuivrai mon combat contre la discrimination au travail des personnes invalides psychiques (je suis aussi présidente de l’antenne romande de Pro Mente Sana), et continuerai de soutenir tout renforcement de la protection contre le licenciement et des droits syndicaux des travailleurs et travailleuses (j’ai un passé et un avenir professionnel dans le monde syndical !).

    FORMATION. Le manque de formation est la principale cause de chômage et de précarité. Dans le contexte de la révision de la loi sur l’assurance-chômage, qui réduit les prestations accordées aux jeunes de moins de 25 ans, j’ai demandé au Conseil fédéral s’il prévoyait de prendre des mesures pour augmenter le taux de diplômé-e-s du secondaire II, notamment pour encourager la formation des jeunes femmes issues de la migration. Je suis précédemment intervenue en faveur de la promotion de l’apprentissage pour les personnes migrantes, et pour encourager la réflexion sur l’accès des femmes à la formation continue. Je continuerai d’agir pour une école qui offre une vraie égalité des chances (je me suis ainsi opposée au soi-disant « libre » choix entre école privée et publique, et préside l’association Education et accueil pour le développement de l’encadrement parascolaire), pour la promotion de l’apprentissage pour toutes et tous (j’ai été responsable romande du Projet 16+ pour des places d’apprentissage) et pour que de vraies perspectives de formation continue soient offertes aussi aux personnes peu qualifiées. Par exemple, grâce à la création d’un fonds national prenant en charge les coûts de formation et la perte de salaire en cas de formation au long cours, finançable par le déplafonnement des cotisations salariales dans l’assurance-chômage.

    POLITIQUE SOCIALE. Je me suis engagée et continuerai de le faire pour l’harmonisation cantonale des prestations sociales. Partout en Suisse, l’aide sociale devrait être non remboursable –comme à Genève- pour les personnes en fin de droit, et des alternatives à l’aide sociale devraient être prévues. La coordination entre les différents intervenants étatiques et les autres acteurs de la lutte contre la pauvreté devrait être améliorée. Je soutiens aussi la création d’une caisse publique d’assurance-maladie pour des primes plus justes et plus supportables, et donc une augmentation du pouvoir d’achat. Je lutte et lutterai encore pour maintenir une solide assurance invalidité, pour une AVS forte, flexible et sociale sans relèvement de l’âge de la retraite. Et je continuerai de soutenir toutes les mesures de politique familiale qui permettent de lutter contre la pauvreté des femmes et des familles en favorisant la conciliation des vies familiale et professionnelle (développement de l’accueil extrafamilial, des congés parentaux etc.), en leur accordant une aide financière (renforcement des allocations familiales, prestations complémentaires pour familles au niveau fédéral, législation fédérale sur l’avance et le recouvrement des pensions alimentaires pour les familles monoparentales) et en améliorant les conditions cadre (logements abordables, service public fort, fiscalité équitable et plus favorable aux familles).

     

    image001.jpg


    Maria Roth-Bernasconi, conseillère nationale

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Recep Tayyip Erdoğan reste fidèle aux méthodes sinistres de ses prédécesseurs: massacres des civiles kurdes

    Imprimer

    Communiqué de presse

    Recep Tayyip Erdoğan reste fidèle aux méthodes sinistres de ses prédécesseurs: massacres des civiles kurdes



    Malgré aux apparences, la Turquie vit en ce moment une des pages la plus noire de son histoire: les violations massives des droits de l’homme, les pratiques anti-démocratiques dont la censure des médias et l’incarcération de dizaines de journalistes, la répression menée à l’égard du peuple kurde à tous les niveaux, y compris l’emprisonnement des enfants par centaines, accusés d’être membre et/ou d’avoir créé (sic) une organisation terroriste.

    Le Premier ministre turc, M. Recep Tayyip Erdoğan, a déclaré la guerre totale à l’égard de toute personne qui ne pense pas comme lui. Pour ce faire, il a commencé à mettre au pas les médias d’opposition avec des censures, amendes très elévées, arrestations et condamnations des journalistes et dirigeants de ces dernières.

    Actuellement, 57 journalistes dont 11 rédacteurs en chef ou directeurs de publication sont incarcérés. Ainsi, la Turquie tient le triste record du monde dans l’incarcération des journalistes. Aujourd’hui, seules les médias qui se font la porte parole du gouvernement ne sont pas inquiétées en Turquie.

    Les prisons turques sont devenues une cimetière. Selon les données officielles, en 2010, 161 détenus sont décédés en raison de manque de soins et 38 autres se seraient suicidés. A l’heure actuelle, 385 prisonniers malades, dont l’état de santé de 122 d’entre eux nécessite un traitement urgent, attendent toujours d’être soignés. Faut-il le rappeler, on compte près de 7’000 prisonniers politiques dans les géoles turques et des milliers d’arrestations arbitraires chaque année (plus de 7’000 en 2010) qui indiquent le degré des politiques anti-démocratiques et répressives du gouvernement turc.


    Toujours en 2010, 6 personnes ont été tuées sous la torture en garde à vue et 1349 personnes se sont plaintes d’avoir été torturées ou subis des mauvais traitements dans des lieux de détention.

    L’aide humanitaire à la Somalie, des bombes pour les villages Kurdes

    Le Premier Ministre turc s’est récemment rendu à Mogadischo, accompagnées de quelques vedettes de showbizz et d’un groupe de journalistes turcs, pour apporter de l’aide humanitaire aux affamés du corne de l’Afrique.

    Au même moment, les chasseurs turcs, en concertation avec l’armée iranienne, bombardaient les villages kurdes en Irak faisant 7 victimes parmi les civiles, dont 4 enfants et 1 femme, et détruisant totalement 126 villages.

     

     

    Kandil de katledilen aile.jpg

    Famille kurde irakienne décimée lors des bombardements de l’armée turque


    Il semblerait que le Premier Ministre turc n’a pas digéré la victoire électorale du parti BDP (pro-kurde) qui a obtenu 36 sièges au parlement turc lors des élections législatives du 12 juin 2011. Et ce, malgré une répresion féroce contre les élus, cadres et dirigeants de ce parti (1600 d’entre eux ont été incarcérés avant les élections avec des accusations fallacieuses) et une loi électorale défavorable aux minorités. D’ailleurs, 6 d’entre eux, élus au parlement lors des élections précitées, n’ont toujours pas été libérés. De plus, le gouvernement turc a fait annulé l’élection d’un des parlementaires kurdes emprisonnés (M. Hatip Dicle) en le remplaçant par un membre du parti de M. Erdogan, AKP. Ces exemples indiquent que les autorités turques, malgré leur discours officiel, n’ont aucune volonté politique de reconnaître les droits fondamentaux de ce peuple. Seule solution envisagée pour elles reste, comme depuis près d’un siècle, l’option militaire et le terrorisme d’Etat à l’égard du peuple kurde.

    Pourtant, le PKK a proclamé depuis 1993 plusieurs fois un cessez-le-feu unilatéral. La réponse des autorités turques a été toujours l’intensification des opérations militaires non seulement contre les guérilleros du PKK mais aussi à l’égard des civiles kurdes. Il convient à cet égard de souligner le double langage du gouvernement turc qui, d’un côté, mène depuis plus d’une année des pourparles avec le leader du PKK, M. Abdullah Öcalan, et de l’autre, qualifie officiellement le PKK de groupe terroriste. D’ailleurs, M. Öcalan a déclaré récemment qu’il avait proposé à M. Erdogan de réunir dans un endroit sécurisé tous les guérilleros kurdes. Selon lui, une semaine suffirait à régler la question kurde en Turquie, mais M. Erdogan resterait silencieux à ses appels. M. Öcalan accuse le Premier Ministre turc d’être contre la paix et la solution démocratique alors qu’il déclare avoir accordé au gouvernement turc toutes les facilités pour une solution pacifique.

    L’attitude du gouvernement turc actuel accrédite les propos de M. Öcalan. En effet, toutes les demandes du peuple kurde et de ses dirigeants en faveur de la paix, de la fraternité et d’une cohabitation avec le peuple turc reçoivent comme réponse de la part des autorités turques la guerre, la destruction, les massacres et la négation des droits élémentaires du peuple kurde.

    Pourtant, il est clair qu’en un siècle de guerre, de négation, de destruction et de massacres, l’Etat turc n’a réussi ni éliminé ni assimilé complètement le peuple kurde. Durant ces 28 dernières années, l’armée turque a mené 26 opérations au nord de l’Irak pour massacrer et intimider les Kurdes. La dernière opération lancée le 17 août dernier, en concertation avec les autorités iraniennes, a le même but et se veut une menace contre l’unité d’un peuple écartelé entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie.

    L’Histoire nous enseigne qu’aucune armée, aussi puissante soit-elle, ne peut vaincre ni arrêter un peuple soif de liberté qui lutte pour ses droits fondamentaux.

    La question est de savoir si les Etats-Unis et l’Union européenne continuerons à fermer les yeux sur les violations graves des droits de l’homme voire des crimes contre l’humanité commis par leur allié turc à l’égard du peuple kurde, comme ils l’ont fait avec certains dirigeants arabes ces dernières décennies, ou tireront des leçons de leurs erreurs ?


    Genève, le 25 août 2011

    Maison Populaire de Genève

    Demir SÖNMEZ

    www.assmp.org

     

    Lien permanent Catégories : Politique 8 commentaires
  • Si je suis élu au Conseil national...par Mme Loly Bolay

    Imprimer

    Si je suis élue au Conseil national...par Mme Loly Bolay

    La candidate socialiste Loly Bolay répond à la question que j’ai posée aux candidats des élections du 23 octobre prochain sur le chômage et la pauvreté :

    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

     

    loly bloay.jpg

    Réponse de Loly Bolay :

    Si je suis élue  à Berne au CN, je me battrai pour :

    • Changer la loi sur l'assurance   chômage sur plusieurs aspects :
    C'est en premier lieu, la philosophie même de la loi qu'il faudrait revoir,  car  la loi sur l'assurance chômage est  Inique et Inacceptable.
    Inique et inacceptable,  car elle considère les chômeurs/euses, comme  responsables de leur situation.
    Alors que perdre son emploi est un drame humain avec des conséquences terribles,  pas seulement pour le-la chômeur/euse mais aussi pour tout leur entourage.
    • Revoir l'aspect formation: là aussi, la  loi  sur l'assurance chômage,  ne répond pas à la situation  économique actuelle .
    Aujourd'hui, l'assurance chômage octroie des cours d'appoint, qui dans la grande majorité des cas ne servent à rien, alors que la prise en charge d'une vraie formation,  pourrait aider de nombreuses personnes à s'en sortir.

    • Aider les PMI, PME car ce sont elles qui  créent le plus d'emplois en Suisse.
    Le  Parti socialiste avait déposé un projet de loi, demandant que l'Etat  octroie des déductions fiscales aux entreprises (PMI et PME) qui engageraient des demandeurs d'emploi.
    La majorité de droite au parlement genevois  a refusé cette proposition.
    • Encourager ses entreprises à offrir des  places d'apprentissage, qui restent bien en deçà dans bcp de  domaines.
    • Lutter contre l'exclusion et la pauvreté  doit être une priorité.
    E n 1993 lorsque j'ai crée avec d'autres l' association l es Colis du Cœur, qui vient en aide aux plus démunis, nous avions déjà à l'époque , tiré la sonnette d'alarme par rapport au nombre toujours croissant des personnes se trouvant après plus de deux ans de chômage, dans des situations de détresse profonde.
    Le constat est que la situation est devenue encore plus dramatique.
    Dans ce contexte, il est nécessaire et indispensable de soutenir l'économie sociale et solidaire.
    Par ailleurs, il faut un renforcement du soutien des collectivités publiques aux personnes, aux familles et aux groupes sociaux les plus fragiles et les plus précarisés.

    Outlook.jpg

    CANDIDATURE POUR LES ELECTIONS NATIONALES DE 2011

    Présentation: Candidate   Loly Bolay

    Mariée

     

    • Indépendante, responsable qualité normes ISO, ancienne cadre bancaire,
    • Députée socialiste depuis 2001
    • Présidente du parlement cantonal de Genève en 2008
    • Présidente de la commission ad hoc justice 2011 depuis 2008 à ce jour
    • Présidente de la commission des visiteurs 2009/2010
    • Membre de la commission interparlementaire sur la détention pénale Présidente de la commission des grâces en 2007
    • Présidente de la commission de l’économie en 1998
    • Conseillère municipale 2003/2007
    • Membre de la Commission de Surveillance des Activités Médicales 1995/2005
    • Engagement associatif :
    • Présidente de l’association Fourchette Verte depuis 2005
    • Membre fondateur et présidente des Colis du Cœur 1993/1998
    • Membre des associations : de soutien aux Brigadistes Suisses Les Enfants de l'EspoirA  Nosa Galicia Membre du groupement Pro médiation Diverses associations communales du Gd-Saconnex

     

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Bombardements turcs : sept civils tués et plus de 120 villages désertés

    Imprimer

    Bombardements turcs : sept civils tués et plus de 120 villages désertés

    kandilyolaracmozaikli.jpg



    L’aviation turque a  bombardé dimanche les villages kurdes de la région autonome du Kurdistan irakien, tuant au moins sept personnes, dont une femme et quatre enfants, et forçant des centaines de familles à quitter leurs maisons.

    Les avions de guerre ont pris pour cible les villages du Kurdistan au cinquième jour des bombardements, lancés le 17 aout contre les zones du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), où se trouvent des centaines de villages, loin de la guérilla.

    Un véhicule a été touché dimanche par les bombardements turcs à Kortek, un village de la région de Sengeser à Qandil, tuant au moins six civils qui étaient dans le véhicule, selon des sources kurdes. Il s’agit de deux femmes, deux enfants et deux hommes, habitant du village de Gollê, dans la même région.

    Au moins dix avions ont participé à l’attaque, rapportent les medias kurdes.  Peu avant, le Zap, Metina et Garê, trois régions sous contrôle du PKK, ont été bombardés à 11h30, selon l’agence Firat.

    124 VILLAGES DESERTES

    117 villages d’Amediye, dans la région de Dohuk,  ont été désertés sous les bombardements turcs au cours de ces cinq derniers jours, ainsi que sept autres à Sidekan, à 100 km au nord-est d'Erbil, et à Qandil, écrit le site du journal Rudaw.

    Mais, certaines sources affirment que les 170 villages d’Amediye ciblés par les bombardements seront évacués.

    Un journaliste kurde dans la région, cité par l’agence Firat, a dit que les habitants des villages de Mêrga Çiya, Yekmalê, Hêsê, Xirabe, Şêlaza, Dergelê, Pîrka, Bêşîlê, Bêlîzanê et de Bazê, dans la région de Metina, ont été forcés à quitter leurs maisons. 10 à 15 villages de la région de Haftanin seraient aussi désertés, selon des sources locales.

    Plusieurs villages ont été touchés depuis début de l’opération qui a causé d’importants dégâts matériels.  Un pont a été détruit à Berwari Balan, dans la région d’Amediye, lors des bombardements du 21 aout.

    DES INCURSIONS TERRESTRES ENVISAGEES

    Selon les analystes, la Turquie et l’Iran envisageraient des incursions terrestres après le Ramadan qui se termine fin aout.  Des dizaines de milliers de soldats turcs, dont la plupart sont des forces spéciales, ont été positionnés sur la frontière avec l’Irak.  Le régime iranien, en coordination avec la Turquie, poursuit ses opérations tout au long de la frontière, et bombarde le Kurdistan irakien, depuis 16 juillet.

     

    =================================================================================

    Turkish aircrafts bombed civilian areas in Iraq


    The Ministry of Peshmerga (Kurdish fighters) of the autonomous region of Kurdistan has denounced the bombing of "civilian areas" by the Turkish Air Force since Wednesday, while committed to exercise its right of self-defense in case of attack against the Kurdish region. The Kurds in Turkey tomorrow form a human shield on the border to protest against the bombing.

    "Above all, the bombing of the territory of Kurdistan is illegitimate," said Jabbar Yawar, the Secretary General of the Ministry of Peshmerga, in an interview Friday, August 19 Kurdish Diha to the agency, based in Turkey.

    The Turkish air force and artillery shelling since Aug. 17 areas under the control of the Kurdistan Workers Party (PKK), which are also hundreds of villages far from the positions of the guerrillas.

    AREAS OF THE PKK

    PKK areas extend for hundreds of miles between Turkey, Iran and Iraq, covering seven areas: Qandil, Metin, Zap, Xakurke, Xinere, Haftanin and Zagros. The guerrillas have no fixed camps, and most of PKK fighters are inside the Turkish border.

    Turkey has launched 25 cross-border land operations against the PKK, which premiered in 1983 and the last in February 2008. The goal of each operation was the final liquidation of the PKK, but this armed organization, which is considered a "terrorist" group by many countries, has emerged stronger after each ground, winning the sympathy of millions of Kurds in all parts of Kurdistan and Europe.

    352 GOALS BY ARMY BOMBS

    Turkish planes bombed 28 targets and artillery pounded 96 others in the region during the attacks Thursday, according to the Turkish military authorities, who claim to be "attention to the protection of civilians." The Turkish army said it had struck 60 goals on Wednesday night by aircraft and 168 others by artillery.

    BOMBING OF THE KURDISH VILLAGES

    "There are several villages in the bombed areas and the inhabitants of those villages are civilian," said senior Kurdish. "The attacks result in the destruction of several houses of the villagers, killing their livestock, causing damage on farms and forcing the inhabitants to leave their homes. "

    According to local sources, the bombing on August 19 at 9:30 Qandil area caused the fire in the farms of the village of Kozin, causing extensive damage and depriving people of electricity. During the August 17 bombing against the village of Zargele in the region of Qandil, a house was destroyed.

    Kwestan Ahmed, the head of the region Werte, always Qandil, said homes built far from the villages by the residents were the target of attacks by the Turkish Air Force, agency quoted Kurdish Firat. "It's cruel," he said, saying the attacks have caused extensive damage in the villages.

    THE PROBLEM IS POLITICAL, NOT MILITARY

    The Secretary General of the Ministry of Peshmerga has warned that the Kurdish government undertakes to exercise its right of self defense in case of attack against the Kurdish region. "As a Kurdish government, we consider these attacks as a violation of the rights of our citizens. We believe that this problem will never be solved by airstrikes and artillery. This is a political problem and ultimately it will be resolved through dialogue, according to the federal government of Kurdistan. "

    HUMAN SCHIELD AGAINST BOMBING

    The Kurds of Turkey will form Saturday, 20 August a human shield against the bombing, organizing a march to the border of the autonomous region of Kurdistan. This is the fourth human shield action since 2004. The march will begin Saturday in Hakkari and Sirnak, two border towns.

    PREPARATIONS MILITARISM ON FRONTIRE IRANIAN

    Moreover, the Iranian army deployed reinforcements on the border with Iraq, Kurdish sources said. July 16, the Iranian regime had launched a major operation in coordination with Turkey along the border under the pretext of fighting the PJAK, the Party for a Free Life in Kurdistan, a Kurdish political and military organization that calls for autonomy a democratic confederal system.

    /> Heavy fighting took place for about three weeks that have resulted in the death of such three generals and seven high-ranking military officials in the ranks of the Iranian army. PJAK claimed to have killed over 250 soldiers, rejecting all attempts to cross the Iranian border in the region of Qandil.

    At least three Kurdish civilians, including a ten year old child, were killed by shelling the villages of Iranian Hajj Omran Sidekan and, in the autonomous region of Iraqi Kurdistan. Eleven other civilians were injured, 35 villages and damaged hundreds of people displaced, according to Kurdish authorities. (MAXIME AZADI - ANF, 20 August 2011)

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/210811/bombardements-turcs-six-civils-tues-et-plus-de-120-villages-desertes

    http://www.info-turk.be/396.htm#aircrafts

    Maison Populaire de Genève
    www.assmp.org


    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Si je suis élu au Conseil national...par Ali ÜREGEN

    Imprimer




    Le candidat Parti du Travail Ali ÜREGEN à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

    Réponse de Ali ÜREGEN:

    Vos Question aux candidat-e-s aux élections nationales :
    --------------------------------------------------------------
    Vote pour la liste No: 18

    Parti du Travail + Aînés

    Nous revendiquons pour aujourd’hui…

    Du travail pour toutes et tous

    -l’application de l’égalité entre les salaires des hommes et des femmes

    -l’instauration d’un salaire décent d’au minimum 4000 francs

    -l’instruction de la semaine de 35 heures, sans réduction de salaire et avec engagement de personnel

    -la mise en place d’une protection contre les licenciements

    -application et renforcement des mesures d’accompagnement de la libre circulation avec l’UE

    -la fin du dumping salarial

    Notre But,

    Nous arrivons à la conclusion que pour nous il n’y a rien à améliorer dans le capitalisme. Nous voulons vaincre le système existant et par un travail continuel édifier un ordre vraiment démocratique, un ordre socialiste. Mais nous ne voulons pas nous arrêter à cela. Notre but est une société communiste, ce qui signifie une société sans classe, dans laquelle la vie a un sens pour tous, dans la domination et l’aliénation auront été supprimées et l’équilibre écologique rétabli. Cette société est basée sur les valeurs de l’égalité des droits, du respect mutuel, de la paix et de la libération du contraire.

    Dans ce sens nous sommes un parti révolutionnaire, qui se différencie de tous les autres partis politiques suisse.

    AliSatigny.jpg


    Ali ÜREGEN

    Candidat au conseil national

    Liste No: 18

    Parti du Travail

    Blog FR
    http://uregen.blog.tdg.ch/

    Blog TR
    http://www.uregen.blogcu.com/

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Si je suis élu au Conseil national...par Françoise Joliat

    Imprimer

    Le candidat socialiste Françoise Joliat à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

    franfoise joilet 1.jpg

    Réponse de Françoise Joliat:

    Si j’étais élue au Conseil national, voilà quels seraient les points essentiels sur lesquels je centrerais mon action en ce qui concerne le chômage et la pauvreté :

    Dans notre système économique ultralibéral dont le moteur essentiel est la cupidité et le profit, la pauvreté est liée à toute une série de conditions de vie sur lesquelles il faut agir avec détermination, de manière préventive, pour  limiter au maximum le recours impératif  à l’assistance sociale et à la stigmatisation, la honte et l’exclusion sociale qu’elle peut entraîner :

    1.    Le manque de formation en général, de formation certifiée et de moyens pour acquérir une expérience professionnelle :

    ·     Lutte contre l’échec scolaire et repenser l’école comme un lieu d’acquisition d’autonomie et de compétences pour tous, permettant de penser, de communiquer, de créer et d’agir, de devenir autonome, favorisant la réussite pour tous et non d’une école utilitariste basée sur la sélection sociale, l‘exclusion et la compétition.

    ·     Mesures visant à permettre aux jeunes de se réapproprier un projet de vie et un projet professionnel (mentorat, remise à niveau) Mise en réseau des acteurs politiques, de la formation professionnelle et des milieux économiques)

    ·     Formation professionnelle et certification pour tous avec des mesures incitatives à la création de places d’apprentissage et à l’embauche des jeunes.

    2.   Familles nombreuses, recomposées et monoparentales

    ·     Mises en place de lois cadre exigeant des cantons une réelle politique familiale permettant à la fois le travail des parents et un accueil de qualité des enfants, abaissant le taux de stress

    ·     Promotion d’une culture de l’égalité des sexes à tous les niveaux

    ·     Instauration d’une loi cadre exigeant un congé parental (temps pour créer le lien parents-enfants), un soutien à la parentalité (développement équilibré pour les enfants et prévention de difficultés)

    ·     Politique de logements subventionnés et accessibles à tous

    ·     Politique de redistribution fiscale plus juste (pas de cadeaux aux riches), permettant aux parents d’avoir les moyens d’éduquer leurs enfants .

    3.    Salaires trop bas et endettement :

    ·     Passage par des CCT assurant des salaires permettant de vivre des revenus de son travail

    ·     Exigence d’un salaire minimum en lien avec le coût de la vie


    ·     Réduction de l’écart entre hauts et bas salaires (initiative 1 :12)

    4.   Emploi et chômage :

    ·     En général : Mettre l’action sur une formation de base de qualité, rendre obligatoire et faciliter la formation continue (chèque formation – droit à congés de formation rémunérés, fonds pour apprentis, bourses…)

    ·     Soutenir les entreprises et secteurs économiques créateurs d’emplois, susceptibles d’absorber le chômage tout en développant des activités utiles à la collectivité ou dans de nouveaux domaines (cf. initiative Cleantech).

    ·     Renforcer la protection des travailleurs contre les licenciements abusifs et affermir les droits syndicaux

    ·     Mettre l’accent sur les mesures de prévention pour les personnes à risque, garantir l’intégration des personnes handicapées au marché du travail (subventions aux employeurs – quotas dans les grandes entreprises…)

    ·     Favoriser le partage des emplois et l’égalité des sexes

    ·     Pour les chômeurs : exiger que les cantons agissent positivement sur la qualification des chômeurs pour une politique active et rapide de réinsertion Exiger des mesures incitatives de réemploi (ARE..) et les prolonger pour les personnes de plus de 50 ans.

    ·     Renforcer les prestations de la LCI et la qualification des conseillers pour que les chômeurs ne deviennent pas des clients de l’aide sociale

    ·     Soutenir les organisations syndicales et associatives dans leur combat pour améliorer la protection des travailleurs et des travailleuses.

    5.   Santé défaillante :

    ·     Lutte contre le démantèlement des assurances sociales, l’affaiblissement de la solidarité et de la cohésion sociale, le système de soins à deux vitesses

    ·     Création d’une caisse maladie publique sur le modèle de la SUVA

    6.   L’immigration :

    ·     Mesures permettant une meilleure intégration dans le milieu de travail , à l’école, dans les réseaux sociaux, non limitées à l’apprentissage de la langue d’accueil.

    ·     Augmentation du contrôle des mesures d’accompagnement des accords bilatéraux contre le dumping salarial

    7.    Toxicodépendances (déchéance, désinsertion professionnelle et sociale) :

    ·     Intensification de la politique de prévention et des soins . Financement de programmes nationaux, coordination…

    ·     Soutien accru aux associations actives auprès de ces personnes

    ·     Intensification de la lutte contre le trafic de drogues
    image.jpg

    Françoise Joliat

    20 août 2011

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • si je suis élu au Conseil national...par Soli Pardo

    Imprimer

     

    Cher Monsieur,

    Je fais suite à l'invite contenue dans votre blog, et répond comme suit à vos deux questions :

    1) Contre le chômage

    Une partie importante du chômage en Suisse, et particulièrement à Genève, est due à l'application des accords de libre circulation, qui induisent une sous-enchère salariale, incitant les employeurs à embaucher des travailleurs de l'Union européenne à des conditions inférieures à celles que demandent les résidents suisses. Les mesures d'accompagnement prévues par ces accords bilatéraux n'ont jamais été mises en oeuvre par le Conseil fédéral. Je demanderai donc, si je suis élu à Berne, que le Conseil fédéral prenne ses responsabilités et entreprenne ce qui est nécessaire pour que  ce phénomène soit largement atténué.

    D'autre part, La Suisse et Genève tentent d'attirer des entreprises de l'étranger en les appâtant par des facilités fiscales. Or, ces entreprises créent peu d'emplois adaptés à l'offre de main d'oeuvre locale. Il faut donc trouver des incitations à l'implantation ciblées sur des entreprises dont l'activité répond au marché de local de l'emploi et ont besoin des travailleurs qu'on y trouve.

    2) Contre la pauvreté

    Une des causes importantes de l'extension de la pauvreté en Suisse réside dans la place de plus en plus importante prise par l'assurance maladie de base dans le budget des ménages. Les primes d'assurance maladie ont atteint un tel sommet qu'une famille même de la classe moyenne doit y consacrer une partie colossale de son budget. La création d'une caisse maladie unique est le moyen approprié pour inverser ce phénomène. Une fois l'assurance maladie débarrassée des opacités dont elle souffre et débarrassée des conflits d'intérêts scandaleux entre assurance de base et assurance privée, la caisse unique est à même de réduire ces primes grevant tellement les ménages suisses et particulièrement les plus modestes. La SUVA est l'exemple frappant d'une caisse unique fédérale bien gérée. Alors même qu'elle dépense encore des sommes importantes pour la prévention des accidents (port du casque à vélo et ski, prévention des accidents domestiques et de chantier, etc.), la SUVA a annoncé récemment qu'elle diminuait ses primes de 7 %.

    Voilà donc, en étant bref, deux moyens exemplatifs pour lutter contre le chômage et la pauvreté en Suisse.Ces matières mériteraient sans doute des réponses pus complètes, avec l'exposé de la véritable panoplie de mesures que propose le MCG. Mais, sachant qu'un questionnaire comme le vôtre, dont je vous félicite par ailleurs de l'initiative, est adressé à 110 candidats, il s'impose que les réponses soient le plus synthétique possible.

    Cordialement,

    Soli PARDO.jpg

     

    Soli Pardo
    Candidat MCG au Conseil national 2011-2015

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Le blocus imposé au Camp Al Achraf est inhumain, déjà 1 mort et le pire est à venir!!!

    Imprimer

    Mohsen Ansari, résident d’Achraf, est décédé en raison des obstacles posés aux soins médicaux par les forces de Maliki

     

    • Appel aux Etats-Unis, à l’Europe et à l’ONU pour contraindre l’Irak à lever le blocus ou à transférer les malades et les blessés à l’étranger

     

     CNRI - Mohsen Ansari, Moudjahidine d’Achraf et ancien prisonnier politique sous Khomeiny, est décédé dans la matinée de ce jour, 18 aout après des années de combat contre la sclérose en plaques, en raison des obstacles posés par les forces de Maliki à l’accès aux soins spécialisés et aux moyens médicaux des Achrafiens.

    mohsen-ansari.jpg

    Mohsen Ansari qui avait rejoint il y a 31 ans l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran avait été prisonnier politique trois ans durant au début des années 1980 dans les geôles des mollahs. En 1987, il avait été blessé par les pasdaran à la jambe et cette blessure l’aura fait souffrir jusqu’au bout.

    Au cours des ces deux années et demie, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, et les Achrafiens, ont demandé à maintes reprises l’intervention du gouvernement et des forces des Etats-Unis et celle de l’ONU pour mettre fin au blocus médical inhumain contre Achraf et pour assurer aux habitants un accès libre aux médecins, aux hôpitaux spécialisés et aux moyens médicaux en Irak. Mais le régime iranien et le gouvernement irakien, en privant Achraf des services médicaux, cherchent à faire mourir les malades et les blessés dans une lente agonie. Au moins 6 blessés le 8 avril et 4 malades incurables le mois dernier ont perdu la vie à cause du blocus médical.

    En novembre 2009, les Achrafiens avaient demandé à l’ONU et à la MANUI que Mohsen Ansari et d’autres malades graves soient transférés à l’étranger, en raison du blocus médical du camp. Malgré des requêtes incessantes aucune des 52 personnes figurant sur la liste n’ont pu être transférées hors d’Irak.

    Par ailleurs le CNRI depuis janvier 2010 a demandé plusieurs fois au gouvernement français d’autoriser Mohsen Ansari qui bénéficiait du refuge politique en France, de se faire soigner dans l’hexagone. Mais cette autorisation n’a pas été accordée.

    La Résistance iranienne souligne qu’elle tient le gouvernement irakien et la personne de Nouri Maliki pour responsables de la mort de Mohsen Ansari et des autres blessés et malades d’Achraf. Elle appelle à nouveau l’ONU, le gouvernement américain et l’UE à contraindre le gouvernement irakien à mettre fin au blocus criminel ou à transférer les malades graves et les blessés hors d’Irak.

    Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne


    Le 18 aout 2011
     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 0 commentaire
  • Si je suis élu au Conseil national...par Jacques Robert

    Imprimer

    Le candidat socialiste et syndicaliste Jacques Robert répond à la question que j'ai posée sur le chômage et la pauvreté. Rappel dans une précédente note j'ai posé cette question aux candidats des élections du 23 octobre prochain:

    "Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?"

    Jacques ROBERT 1 MAI.jpg

     

    Réponse de Jacques Robert:

    Je veux faire court, mais il y a au moins trois niveaux de réponses :

    - le système

    Nous vivons dans un système qui engendre la pauvreté, parce qu'il est conçu autour de la performance, de la cupidité et de l'égoïsme avec, de la part des possédants, un mépris des pauvres de plus en plus outrancier (sous couvert de la déification de la responsabilité individuelle, dans ce monde là, on tient les victimes pour responsables de leur sort). En Suisse, c'est l'UDC qui donne le meilleur coup de main aux ultralibéraux, en grossissant, déformant, exploitant les cas d'abus, à des fins électoralistes et pour contribuer au démantèlement social. Toutes nos actions doivent tendre à changer de système économique et à résister au rouleau compresseur ultralibéral, qui vise à écraser les salariés, les prestations sociales, les services publics, la redistribution par l'impôt, au seul bénéfice de la cupidité et de l'égoïsme. Et ce avec des résultats conformes au dogme ultralibéral et à ses attentes : des riches de plus en plus riches, et de plus en plus de pauvres avec, en prime de son imprévoyance, la lente destruction de la planète elle-même !

    - l'activité économique

    En tant que syndicaliste, je ne peux pas me contenter d'oeuvrer à la construction d'un futur monde juste. Je veux et je dois aussi travailler au quotidien à l'amélioration des conditions de vie et de travail de la population modeste, des salariées et des salariés en Suisse et dans le monde. C'est pourquoi je partage la volonté de soutenir l'activité économique et les conditions dans lesquelles celle-ci doit se dérouler ( un emploi intéressant, sûr et bien payé est le meilleur rempart contre la pauvreté...). Quelques-unes de mes priorités du moment :

    - la résistance face à l’offensive menée par la droite contre toutes les assurances sociales (offensive puissamment favorisée par le problème fabriqué de la dette…)

    - l’égalité hommes/femmes

    - la conciliation vie professionnelle/vie familiale

    - la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

    - le renforcement des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes

    - l’initiative pour un salaire minimum légal

    - la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

    -  la caisse maladie unique

    - une meilleure protection contre les licenciements, notamment des militants syndicaux

    - la défense des droits syndicaux, dont la présence syndicale sur le lieu de travail

    - la réorientation de la promotion économique, qui doit renforcer ses efforts vers les entreprises artisanales, locales et actives dans les technologies «vertes »

    - la défense des services publics (dont l’initiative pour une poste forte)

    - la régularisation des sans-papiers

    - l’augmentation de l’aide au développement

    - la construction de logements sociaux

    - l'arrimage du franc suisse à l'euro, à un taux d'environ 1.40

    - la régulation réelle et efficace de l'activité bancaire et spéculative

    - les prestations

    De la même façon qu'une chaîne n'a que la solidité de son maillon le plus faible, pour moi, la qualité d'une société se mesure aux conditions de vie des moins favorisés de ses membres. Je reprends donc en partie ici les propositions figurant ci-dessus qui sont de nature à réduire la pauvreté :


    - maintien et développement des prestations des assurances sociales

    - la défense et le renforcement de la redistribution par l’impôt, contre les  cadeaux fiscaux aux riches et aux entreprises

    - l’initiative pour un salaire minimum légal

    - la limitation des hauts revenus (initiative 1:12)

    -  la caisse maladie unique

    - la défense des services publics, dont un pan important à trait à la lutte

    contre les effets de la pauvreté

    - l’augmentation de l’aide au développement

    - la construction de logements sociaux

    - le maintien et le développement de prestations "type RMCAS"


    -  le droit à l'emploi

    Jacques Robert.jpg

    Bien cordialement

    Jacques ROBERT
    Unia, Le Syndicat.
    Secrétaire national
    Chemin Surinam 5
    Case Postale 288
    1211 Genève 13
    Tél. +41 22 949 12 06
    GSM +41 79 476 59 09
    Fax + 41 22 949 12 45
    jacques.robert@unia.ch <http://admin.blog.tdg.ch/posts/jacques.robert@unia.ch>

     

     

    ======================================================

    Maison Populaire de Genève
    Demir SÖNMEZ
    www.assmp.org

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Question aux candidat-e-s aux élections fédérales :

    Imprimer

    Question aux candidat-e-s aux élections fédérales :

    Que ferez-vous si vous êtes élu-e-s au Conseil national/Conseil des Etats contre le chômage (plus de 165’000 en juin 2011 dont plus de 12’000 à Genève) et contre la pauvreté en Suisse (10 % de la population selon Caritas Suisse) ?

    Vos réponses seront publiées sur mon blog à la Tribune de Genève et sur le site internet de la Maison populaire de Genève afin de les partager avec la population genevoise.

    Mes meilleures salutations

    Demir SÖNMEZ

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Les feux d'artifice des fêtes de Genève

    Imprimer

     

     

    Les photos des feux d'artifice et vidéo 2011 que j’ai partagé avec vous,

    ont été prise, sur place par

    mon fils Boran SÖNMEZ et au balcon par moi.

     

     

    DSC_0003.JPG
    DSC_0008.JPG
    DSC_0022.JPG
    DSC_0044.JPG

     

    DSC_0107.JPG
    DSC_9851.JPG
    DSC_9857.JPG
    DSC_9859.JPG
    DSC_9861.JPG
    DSC_9865.JPG

     

    DSC_9867.JPG

     

    DSC_9868.JPG
    DSC_9869.JPG

     

    DSC_9871.JPG
    DSC_9884.JPG
    DSC_9886.JPG
    DSC_9891.JPG
    DSC_9901.JPG
    DSC_9907.JPG
    DSC_9914.JPG

     

    DSC_9919.JPG
    DSC_9922.JPG
    DSC_9932.JPG
    DSC_9936.JPG
    DSC_9940.JPG
    DSC_9960.JPG
    DSC_9994.JPG
    DSC_9997.JPG

     

    L1002641.JPG
    L1002644.JPG
    L1002645.JPG
    L1002650.JPG
    L1002654.JPG
    L1002655.JPG
    L1002656.JPG
    L1002664.JPG
    L1002665.JPG
    L1002667.JPG
    L1002669.JPG
    L1002678.JPG
    L1002684.JPG
    L1002693.JPG
    L1002695.JPG
    L1002698.JPG
    L1002712.JPG
    L1002713.JPG
    L1002714.JPG
    L1002715.JPG
    L1002678.JPG

     

    Lien permanent Catégories : Fête 1 commentaire
  • NASA: Le trait d’union entre la terre et l’univers

    Imprimer

    NASA: Le trait d’union entre la terre et l’univers

    Kennedy Space Centre de Floride

    DSC_9342.JPG
    DSC_9357.JPG
    DSC_9403.JPG
    DSC_9413.JPG
    DSC_9370.JPG
    DSC_9759.JPG
    L1002509.JPG
    L1002401.JPG
    L1002402.JPG
    DSC_9388.JPG
    DSC_9367.JPG
    DSC_9420.JPG
    DSC_9434.JPG
    DSC_9441.JPG
    L1002429.JPG
    DSC_9511.JPG
    DSC_9549.JPG
    DSC_9560.JPG
    DSC_9562.JPG
    L1002455.JPGDSC_9565.JPG
    DSC_9567.JPG
    DSC_9569.JPG
    DSC_9570.JPG
    DSC_9571.JPG
    DSC_9578.JPG
    DSC_9576.JPG
    DSC_9588.JPG
    DSC_9593.JPG
    DSC_9598.JPG
    DSC_9602.JPG
    DSC_9604.JPG
    DSC_9608.JPG
    DSC_9621.JPG
    DSC_9646.JPG
    DSC_9649.JPG
    DSC_9650.JPG
    DSC_9672.JPG
    DSC_9681.JPG
    DSC_9683.JPG
    DSC_9690.JPG
    DSC_9695.JPG
    DSC_9696.JPG
    DSC_9698.jpg
    DSC_9718.JPG
    DSC_9727.JPG
    DSC_9732.JPG
    DSC_9749.JPG
    DSC_9751.JPG
    DSC_9762.JPG
    L1002483.jpg
    L1002504.JPG
    DSC_9788.JPG
    L1002536.JPG
    L1002549.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Science 2 commentaires
  • Miami et Keys

    Imprimer

     

    Miami et Keys :

    La Culture n'a pas de frontières

    La richesse des cultures. Un exotisme à vivre et a faire vivre. Voici quelques photos a partager.

    L1002280.JPG

    L1002282.JPG

    L1002284.JPG

    L1002289.JPG
    L1002294.JPG
    L1002295.JPG

     

    L1002296.JPG
    L1002300.JPG
    L1002302.JPG
    L1002306.JPG
    L1002308.JPG
    L1002310.JPG

     

    L1002311.JPG
    DSC_9280.JPG
    L1002315.JPG
    L1002316.JPG
    DSC_9125.JPG

     

    DSC_9126.JPG
    DSC_9193.JPG
    DSC_9209.JPG
    DSC_9258.JPG

     

    DSC_9104.JPG

     

    L1002266.JPG
    L1002265.JPGL1002266.JPG
    L1002323.JPG
    L1002332.JPG
    L1002333.JPG
    L1002345.JPG
    L1002348.JPG
    L1002357.JPG
    DSC_9129.JPG
    DSC_9137.jpg
    DSC_9132.JPG
    DSC_9145.JPG
    L1002317.JPG
    DSC_9164.JPG
    DSC_9160.JPG
    DSC_9158.JPG
    DSC_9157.JPG
    L1002272.JPG
    DSC_9166.JPG
    L1002268.JPG
    L1002278.JPG
    DSC_9177.JPG
    Keys
    DSC_8940.JPG
    DSC_8943.JPG
    DSC_8953.JPG
    L1002229.JPGDSC_8955.JPG
    DSC_8956.JPG
    DSC_8963.JPG
    DSC_8970.JPG
    DSC_8971.JPG
    DSC_8986.JPG
    DSC_8990.JPG
    DSC_9002.JPG
    L1002212.JPG
    L1002217.JPG
    L1002232.JPG
    DSC_9018.JPG
    DSC_9023.JPG
    DSC_9025.JPG
    DSC_9026.JPG
    DSC_9081.JPG
    DSC_9065.JPG
    Lien permanent Catégories : Voyages 1 commentaire
  • Washington demande à Ankara de faire pression sur la Syrie

    Imprimer

    Washington demande à Ankara de faire pression sur la Syrie

    La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a demandé dimanche au ministre turc des Affaires étrangères de demander à la Syrie de "renvoyer ses soldats dans leurs casernes".

    Au cours d'un entretien téléphonique avec Ahmet Davutoglu, Mme Clinton a évoqué la situation en Syrie et les appels de la communauté internationale pour que cesse la répression militaire contre les opposants.

    "La secrétaire Clinton a discuté de la position américaine selon laquelle la Syrie doit immédiatement renvoyer ses soldats dans leurs casernes et libérer tous les prisonniers", a déclaré le porte-parole du departement d'Etat Mark Toner.

    "Elle a demandé au ministre des Affaires étrangères de répercuter ces messages au gouvernement syrien. Elle a également réitéré le soutien américain en faveur d'une transition démocratique en Syrie", a-t-il précisé.

    Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé samedi que le chef de la diplomatie Ahmet Davutoglu se rendrait mardi en Syrie pour transmettre "avec détermination" au régime de Damas les "messages" d'Ankara, "à bout de patience" face à la violence de la répression dans ce pays.

    "Nous sommes arrivés à bout de patience et c'est pourquoi j'envoie mardi le ministre des Affaires étrangères en Syrie", a déclaré lors d'un repas de rupture de jeûne du ramadan M. Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie.

    "Il aura des entretiens là-bas au cours desquels il transmettra nos messages avec détermination", a-t-il poursuivi.

    Le Premier ministre a estimé que la Turquie "ne peut pas rester spectatrice" face à des événements survenant dans un pays avec lequel elle partage "une frontière de 850 km, des liens historiques, culturels et familiaux".

    "Nous ne considérons pas les problèmes en Syrie comme une question de politique étrangère mais comme une affaire intérieure", a-t-il estimé. "Nous devons écouter les voix qui viennent de là-bas, nous les écoutons et nous faisons le nécessaire".

    Ankara, dont les liens avec la Syrie se sont resserrés ces dernières années, a appelé le président syrien Bachar al-Assad à entamer des réformes, sans aller toutefois pour l'instant jusqu'à réclamer sa démission.

    En juin, M. Erdogan, a accusé Damas d'avoir commis des "atrocités" à l'encontre des manifestants. Un terme dont la Turquie n'avait jamais usé auparavant pour critiquer la répression en Syrie.

    Depuis le début le 15 mars de la contestation en Syrie, plus de 1.600 civils ont été tués et au moins 12.000 arrêtés, selon des organisations de défense des droits de l'Homme. (AFP, 7 août 2011)

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • "Le risque d'islamisme existe en Turquie"

    Imprimer

    "Le risque d'islamisme existe en Turquie"


    L'armée turque serait-elle sur le point d'être complètement mise en retrait de la vie politique de son pays ? Second régiment le plus important de l'Otan, elle a vu ses principaux dirigeants démissionner vendredi pour protester contre le refus du gouvernement d'accorder une promotion à leurs collègues incarcérés par le régime. C'est donc sous la présidence unique du Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan qu'a débuté lundi la réunion annuelle du Conseil militaire suprême (YAS), un fait sans précédent dans le pays. Nora Seni, directrice de l'Institut français d'études anatoliennes à Istanbul (IFEA), explique au Point.fr dans quelle mesure on peut parler aujourd'hui de "dérive totalitaire" du gouvernement Erdogan.

    Le Point.fr : La démission des généraux de l'armée risque-t-elle de bouleverser le paysage politique turc ?

    Nora Seni : Nous ne pouvons à l'heure actuelle préjuger des conséquences d'un tel acte. Quoi qu'il en soit, celui-ci montre une prise de conscience des militaires hostiles au gouvernement. Ils se rendent compte qu'ils n'ont plus aucun pouvoir aujourd'hui en Turquie. Ils misent sur un bouleversement politique dans le pays en espérant provoquer un coup de tonnerre.


    Quelle est la cause profonde de ce mécontentement de l'armée ?

    Le gouvernement turc, dominé par le parti islamo-conservateur AKP, se montre intraitable envers elle. Il a invalidé la candidature de nombreux généraux pour le prochain remaniement de l'armée en août, ce qui équivaut à une mise à l'écart pure et simple. Deux cents hauts gradés demeurent actuellement en prison pour "conspiration contre l'État", suite à leur implication dans l'affaire Ergenekon (réseau politique informel qui voulait provoquer la chute du parti islamique au pouvoir depuis 2002).

    Quelle est le rôle de l'armée en Turquie ?

    L'institution a toujours possédé une place non négligeable, mais celle-ci n'est pas conforme aux critères occidentaux. On peut ainsi parler d'armée omnipotente. Elle a tout de même été à l'origine de quatre coups d'État en moins d'un demi-siècle, si bien que les différents responsables politiques ont toujours dû prendre en compte son avis.

    N'est-elle pourtant pas considérée comme le garant de la laïcité ?

    Certainement. À ce titre, nous sommes confrontés au risque d'une réécriture de la République kémaliste (basée sur les principes de Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie). De l'autre côté, l'armée a prouvé qu'elle était une institution nationaliste, bancale, et très peu démocratique. Elle n'a de surcroît pas su régler la question des Kurdes de Turquie et a même tiré une certaine légitimité de la persistance du problème.

    Peut-on parler de dérive totalitaire du gouvernement Erdogan ?

    Nous sommes témoins d'une absence quasi totale d'instance d'opposition au gouvernement. L'armée en était la première, puis venait la presse, dont la liberté est contestée. Le pouvoir judiciaire, qui a récemment été réformé en faveur du gouvernement islamique, arrivait ensuite. Cette dégradation des droits n'est pas conforme avec la laïcité prônée par Atatürk.

    Le pays va-t-il sombrer dans l'islamisme ?

    Ce risque existe bel et bien. Mais il ne faut pas oublier que l'AKP a tout de même remporté trois fois d'affilée les élections législatives, avec toujours un nombre de voix supérieur au scrutin précédent. Son score a atteint en juin 50 % des votants. La grande victoire de ce parti, c'est avant tout d'avoir su promouvoir une classe moyenne inférieure grâce à certains signes de reconnaissance. Ces personnes cultivent un mode de vie conservateur et sont fidèles aux préceptes musulmans. Les femmes portent le foulard et les hommes ne boivent pas d'alcool. Ces classes, qui représentent une part non négligeable de la société turque, sont moins humiliées et plus prospères qu'auparavant. Mais il existe de l'autre côté toute une population qui ne veut ni des islamistes ni de l'armée, et qui est en quête d'un espace lui garantissant davantage de démocratie.

    LE POINT.FR

    Lien permanent Catégories : Politique 7 commentaires
  • New york - New york

    Imprimer

     

    Ces différentes séries de photos que je partage avec vous sur mon blog, ont été faites durant mon voyage aux Etat-Unis durant l’été 2011.

    Ma camarade Vally Carter et sa famille, en organisant ce voyage dans leur pays d’origine, nous ont, non seulement ouvert leur maison mais, ils nous ont également ouvert leur grand cœur. Je ne trouverai pas de mots assez forts pour les remercier de leur grand geste.

    Vally et sa famille nous ont montré encore une fois par leur générosité, qu’une des choses les plus importantes dans la vie est le partage humain.

    Chère Vally, je te souhaite de continuer ta vie dans la joie et la bonne humeur qui te caractérisent et j’espère que ton avenir comblera tous tes souhaits et t’apportera de très bonnes surprises !
    Demir SÖNMEZ

    DSC_7821.JPG
    DSC_7834.JPG
    DSC_7836.JPG
    DSC_7838.JPG
    DSC_7879.JPG
    DSC_7909.JPG
    DSC_7915.JPG
    DSC_7916.JPG
    DSC_7921.JPG

     

    DSC_8088.JPG
    DSC_8111.JPG
    DSC_8115.JPG
    DSC_8156.JPG
    DSC_8159.JPG
    ot;>DSC_8160.JPG
    DSC_8161.JPG
    DSC_8162.JPG
    DSC_8165.JPG
    DSC_8171.JPG
    DSC_8178.JPG
    DSC_8187.JPG
    DSC_8729.JPG
    DSC_8730.JPG
    L1001961.JPG
    L1001985.JPG

     

    DSC_2256.JPG

     

    DSC_2257.JPG
    DSC_2259.JPG
    DSC_2263.JPG
    DSC_2264.JPG
    DSC_2265.JPG
    DSC_2267.JPG
    DSC_2268.JPG
    DSC_2271.JPG
    DSC_2299.jpg

    DSC_8213.JPG

     

     

     

    DSC_7930.JPG
    DSC_8225.JPG
    DSC_8235.JPG
    L1002109.JPG
    DSC_8475.JPG
    DSC_8480.JPG
    DSC_8627.JPG
    DSC_8641.JPG
    DSC_8653.JPG
    DSC_8661.JPG
    DSC_8682.JPG
    DSC_8690.JPG
    DSC_8692.JPG
    DSC_8697.JPG
    DSC_8715.JPG
    DSC_8722.JPG
    DSC_8835.JPG
    DSC_8843.JPG
    L1002002.JPG
    DSC_8272.JPG
    DSC_8277.JPG
    DSC_828<mce:script type=

    DSC_8296.JPGDSC_8299.JPG

    DSC_8301.JPG
    DSC_8304.JPG
    DSC_8345.JPG
    DSC_8355.JPG
    DSC_8367.JPG
    DSC_8376.JPG
    DSC_8388.JPG
    L1002021.JPG
    L1002024.JPG
    L1002037.JPG
    L1002040.JPG
    L1002042.JPG
    DSC_8436.JPG
    DSC_2277.JPG
    DSC_7956.JPG

     

    DSC_7952.JPG
    DSC_7945.JPG

     

    L1002093.JPG

    RIGHT IS OF ON SEX, TRUTH OF NO COLOR, GOD IS TE FATHER OF US ALL AND WE ARE ALL BRETHREN

     

    MASTHEAD OF THE NORTH STAR

    DSC_8483.JPG
    L1002102.JPG
    DSC_8488.JPG
    DSC_8491.JPG
    DSC_8495.JPG
    DSC_8496.JPG
    DSC_8500.JPG
    DSC_8504.JPG
    DSC_8507.JPG
    DSC_8511.JPG
    L1002064.JPG
    L1002081.JPG
    L1002068.JPG
    L1002126.JPG
    L1002123.JPG
    DSC_8532.JPG
    DSC_8566.JPG
    DSC_8592.JPG
    DSC_8732.JPG
    DSC_8737.JPG
    L1002119.JPG
    DSC_8743.JPG
    DSC_8745.JPG
    DSC_8746.JPG
    DSC_8748.JPG
    DSC_8750.JPG
    DSC_8752.JPG
    DSC_8756.JPG
    DSC_8758.JPG
    DSC_8760.JPG
    DSC_8804.JPG
    DSC_8783.JPG
    DSC_8787.JPG
    DSC_8788.JPG
    DSC_8791.JPG
    DSC_8814.JPG
    DSC_8829.JPG
    DSC_8836.JPG
    DSC_8623.JPG
    DSC_8594.JPG
    DSC_8603.JPG
    L1002098.JPG
    _DSC4352.jpg
    DSC_8349.JPG
    Madame Vally CARTER
    Lien permanent Catégories : Voyages 5 commentaires
  • Démission collective à la tête de l'armée turque

    Imprimer

    Démission collective à la tête de l'armée turque

    pasalar123.jpg


    Le chef d'état-major turc ainsi que les commandants des armées de terre, air et mer ont démissionné sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur sur la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de conspiration.

    Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a nommé tard vendredi soir le commandant de la gendarmerie, le général Necdet Özel, chef d'état-major des armées en exercice, après la démission de l'actuel chef d'état-major sur fond de grave désaccord avec le gouvernement.

    Le général Özel est par ailleurs nommé chef de l'armée de terre, l'actuel chef de cette armée ayant lui aussi démissionné, avec les chefs de l'armée de l'air et de la marine, a indiqué l'agence de presse turque Anatolie, citant un décret du Premier ministre et du président Abdullah Gül.

    Les deux nouvelles fonctions occupées par le général Özel donnent à penser qu'il sera prochainement nommé comme successeur en titre du chef d'état-major des armées démissionnaire, le général Isik Kosaner, selon la presse turque.

    Le général Kosaner et ses adjoints ont ouvert vendredi une grave crise politico-militaire en Turquie en démissionnant, sur fond de désaccord avec le gouvernement islamo-conservateur à propos de la promotion de militaires de haut rang incarcérés dans des affaires de complot contre le régime.

    L'armée turque, autrefois intouchable et incontournable dans la vie politique, est depuis plusieurs années la cible de critiques et d'accusations, dont celle de complots présumés visant à renverser le gouvernement de M. Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP) est issu de la mouvance islamiste.

    Quarante-deux généraux, soit un sur dix, et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite, sont actuellement incarcérés dans le cadre de ces complots présumés.

    Les chefs de l'armée exigent que les militaires en détention puissent bénéficier de promotions, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, et se heurtent au refus du gouvernement, selon la presse.

    Parmi eux se trouve un général quatre étoiles, qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

    Depuis 1960, l'armée turque a renversé quatre gouvernements, dont celui, en 1997, de l'islamiste Necmettin Erbakan, mentor de l'actuel Premier ministre.

    Plusieurs réunions se sont déroulées ces derniers jours entre le chef d'état-major, le général Isik Kosaner, et M. Erdogan avant une réunion la semaine prochaine du Conseil militaire suprême (YAS) qui décide des nominations dans la hiérarchie militaire.

    Outre le général Kosaner, les commandants des armées de terre, air et mer ont quitté leur poste, ce qui constitue une première en Turquie, pays membre de l'Otan, ont indiqué les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.

    L'agence semi-officielle Anatolie a précisé de son côté que le chef d'état-major et ses commandants avaient demandé un départ anticipé à la retraite.

    Quarante-deux généraux et plusieurs dizaines d'officiers d'active ou à la retraite sont actuellement incarcérés dans le cadre de complots présumés visant à renverser le gouvernement du parti de la justice et du développement (AKP).

    L'armée souhaiterait que ces militaires puissent a priori bénéficier d'une promotion, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, tandis que le gouvernement voudrait qu'ils partent en retraite.

    Parmi eux se trouve un général quatre étoiles qui était censé devenir le prochain commandant de l'aviation.

    La décision des généraux de quitter leur poste est symbolique en Turquie où l'armée a été affaiblie depuis 2007 avec le lancement de plusieurs enquêtes sur des projets de complots qui auraient visé à déstabiliser le gouvernement par le biais d'un coup d'Etat militaire.

    Le général Kosaner avait été nommé pour trois ans en 2010. Les trois autres commandants devaient partir fin août à la retraite.

    L'an dernier, s'appuyant sur l'offensive judiciaire anti-complot, les membres civils du YAS, en particulier le Premier ministre, avaient bousculé la routine habituelle des promotions.

    Ils avaient refusé de promouvoir ceux dentre eux qui sont impliqués dans des affaires de complot, ce qui avait entraîné un retard inhabituel dans la nomination du chef d'état-major actuel.

    L'AKP s'est confronté plusieurs fois à l'armée turque depuis qu'il a pris les rênes du pays dans le but de vouloir réduire son influence dans la vie politique et à chaque fois réussi à remporter la bataille. (AFP, 29 juil 2011)

    3 militaires tués dans une embuscade

    Trois soldats turcs ont été tués dimanche dans le sud-est de la Turquie dans une embuscade tendue par des rebelles kurdes tandis qu'un officier blessé vendredi dans des accrochages a succombé à l'hôpital.

    L'embuscade s'est produite dans une zone rurale près de la petite ville d'Ömerli, dans la province de Mardin, a précisé une source de sécurité locale.

    Par ailleurs, un officier grièvement blessé vendredi dans des heurts avec des rebelles à Semdinli, proche des frontières irakienne et iranienne, est décédé dans une clinique militaire d'Ankara, a annoncé dimanche l'armée sur son site internet.

    Les accrochages entre les forces de sécurité et les rebelles se sont multipliés depuis les élections législatives du 12 juin.

    Le 16 juillet, treize soldats et sept rebelles ont péri dans des combats dans le sud-est de la Turquie, région peuplée en majorité de Kurdes.

    Cet incident, le plus meurtrier pour l'armée turque depuis octobre 2008, a suscité une vive émotion et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a prévenu que l'armée turque allait faire payer "un prix élevé" aux rebelles.

    Les autorités ont depuis décidé de renforcer les forces de sécurité dans les zones de combats par des unités spéciales de la police. (AFP, 24 juil 2011)

    http://www.info-turk.be/395.htm#collective

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison

    Imprimer

    Le meurtrier de Hrant Dink condamné à 22 ans et 10 mois de prison



    Un tribunal d'Istanbul a condamné lundi à près de 23 ans de prison le meurtrier du journaliste turc d'origine arménienne Hrant Dink, dont l'assassinat en 2007 avait bouleversé la Turquie et soulevé une vague de critiques sur l'incapacité de l'Etat à assumer son devoir de protection.

    Le tribunal, une cour d'assises pour enfants, a dans un premier temps condamné Ogün Samast à la prison à vie, puis a réduit sa peine à 21 ans et demi du fait qu'il n'était pas majeur au moment des faits. Mais il l'a aussi condamné à 16 mois de prison supplémentaires pour possession illégale d'arme.

    Chômeur originaire de Trabzon (nord-est), Samast avait 17 ans quand il a abattu Hrant Dink le 19 janvier 2007 devant les locaux de l'hebdomadaire bilingue turco-arménien Agos, que celui-ci dirigeait, à Istanbul.

    Cet attentat avait créé une onde de choc à travers la Turquie, et quelque 100.000 personnes avaient assisté aux obsèques du journaliste, qui plaidait pour la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens au regard de leur passé sanglant.

    Dink était cependant la bête noire des milieux nationalistes, qui lui en voulaient d'avoir employé pour le massacre des Armémiens sous l'Empire ottoman le terme de "génocide", qu'Ankara rejette farouchement.

    Le meurtre avait aussi donné lieu à des accusations contre les services de sécurité, informés des menaces qui pesaient sur Dink mais qui ne sont pas parvenus à assurer sa sécurité.

    Un tribunal a ainsi condamné le mois dernier un colonel de gendarmerie et cinq autres gendarmes de Trabzon à des peines allant de quatre à six mois de prison pour négligence en lien avec le meurtre de Dink.

    A l'issue du procès, les avocats de la partie civile se sont dits satisfaits du verdict.

    "La Cour a rendu un verdict qui est proche de la plus lourde sanction possible", a déclaré Me Fetiye Cetin à des journalistes.

    "Cette punition est importante pour empêcher que de tels actes mettant en danger notre capacité à vivre ensemble se répètent", a-t-elle ajouté.

    Lors de précédentes audiences, Ogün Samast a reconnu avoir abattu Dink parce qu'il était un "ennemi des Turcs".

    Lundi, peu avant que la cour rende son verdict, l'accusé a mis en avant sa mauvaise éducation et a affirmé qu'il avait été manipulé par la presse.

    "Où est-ce que j'ai entendu parler d'Agos ? Où est-ce que j'ai entendu parler de Hrant Dink, le traître à la patrie ? Dans (les journaux) Vatan et Hürriyet !" s'est écrié Ogün Samast.

    Six mois avant sa mort, Dink avait été condamné à six mois de prison pour "insulte à l'identité turque" en raison d'un article sur la mémoire collective des massacres d'Arméniens de 1915-1917. Il avait alors été pris à partie par de nombreux quotidiens.

    Bien que l'accusé ait admis le meurtre, son avocat, Me Levent Yildirim, a demandé en vain l'annulation du procès, arguant que le statut de mineur de son client n'avait pas été reconnu dès le début de la procédure.

    Les poursuites concernant Samast ne sont pas closes, puisque celui-ci est également jugé pour sa participation à une organisation terroriste, avec 18 de ses complices supposés.

    Les proches de Hrant Dink espèrent que ce deuxième procès sera l'occasion de faire la lumière sur le rôle joué par les forces de sécurité et de prouver la détermination de l'Etat turc à faire respecter l'état de droit.

    Les procureurs affirment que la police avait connaissance dès 2006 d'un complot visant à tuer le journaliste, orchestré depuis Trabzon.

    En septembre, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait estimé que les autorités turques n'étaient pas parvenues à prendre les mesures appropriées pour protéger Dink, et prévenir son assassinat. (AFP, 25 juil 2011)

    http://www.info-turk.be/395.htm#meurtrier

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • 85 jours de setting pour les iraniens et 0 couverture médiatique!!!

    Imprimer

    85 jours de setting pour les iraniens et

    0 couverture médiatique!!!


    Environ 250 militants se sont réunis aujourd’hui à Genève pour une manifestation pacifiste contre le régime iranien. Le rendez-vous a été pris à 11h00 samedi devant l’horloge fleurie.  A partir de là les manifestants  ont défilé dans le calme jusqu’au Palais Wilson siège du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) avant de regagner la Place des Nations où ils tiennent depuis 85 jours un setting dans l’indifférence totale. Aucune couverture médiatique. La lutte continue!

    IMG_2766.JPG
    IMG_2773.JPG
    IMG_2776.JPG
    IMG_2800.JPG
    IMG_2803.JPG
    IMG_2821.JPG
    IMG_2845.JPG
    IMG_2853.JPG
    IMG_2863.JPG
    IMG_2865.JPG
    IMG_2889.JPG
    IMG_2898.JPG
    IMG_2923.JPG
    IMG_2936.JPG
    IMG_2937.JPG
    IMG_2939.JPG
    IMG_2943.JPG
    IMG_2968.JPG
    IMG_3027.JPG

     

    A Lire :

     

    Les iraniens sur la Place des Nations,

    30 jours de présence et zéro visibilité!


    Comité Ashraf devant le Palais Wilson

     

    Une vague de soutien depuis la Place des Nations en faveur des luttes des peuples pour la liberté !

     

    Stop à l’occupation d’ACHRAF par les forces irakiennes !

     

    Massacre des résidents d’Achraf en Irak


     

    Lien permanent Catégories : Droits de l'humaine 2 commentaires
  • La Lake Parade of Geneva 2011

    Imprimer

    La lake Parade of Geneva 2011

    DSC_6717.JPG
    DSC_6723.JPG
    DSC_6732.JPG
    DSC_6735.JPG
    DSC_6737.JPG
    DSC_6747.JPG
    DSC_6757.JPG
    DSC_6772.JPG
    DSC_6793.JPG
    DSC_6794.JPG
    DSC_6795.JPG
    DSC_6797.JPG
    DSC_6805.JPG
    DSC_6808.JPG
    DSC_6813.JPG
    DSC_6818.JPG
    DSC_6820.JPG
    DSC_6823.JPG
    DSC_6831.JPG
    DSC_6845.JPG
    DSC_6857.JPG
    DSC_6860.JPG
    DSC_6862.JPG
    DSC_6864.JPG
    DSC_6865.JPG
    DSC_6867.JPG
    DSC_6868.JPG
    DSC_6872.JPG
    DSC_6873.JPG
    DSC_6880.JPG
    DSC_6881.JPG
    DSC_6887.JPG
    DSC_6888.JPG

     

    DSC_6894.JPG
    DSC_6895.JPG
    DSC_6897.JPG
    DSC_6919.JPG
    DSC_6928.JPG

    DSC_6938.JPG

    DSC_6947.JPG
    DSC_6953.JPG
    DSC_6959.JPG
    DSC_6966.JPG
    DSC_7027.JPG
    DSC_7034.JPG
    DSC_7038.JPG
    DSC_7043.JPG
    DSC_7044.JPG
    DSC_7046.JPG
    DSC_7074.JPG
    DSC_7077.JPG
    DSC_7083.JPG
    DSC_7108.JPG
    DSC_7113.JPG
    DSC_7117.JPG
    DSC_7120.JPG
    DSC_7126.JPG
    DSC_7130.JPG
    DSC_7137.JPG
    DSC_7149.JPG
    DSC_7156.JPG
    DSC_7159.JPG
    DSC_7166.JPG
    DSC_7171.JPG
    DSC_7174.JPG
    DSC_7175.JPG
    DSC_7183.JPG
    DSC_7187.JPG
    DSC_7231.JPG
    DSC_7238.JPG
    DSC_7241.JPG
    DSC_7246.JPG
    DSC_7250.JPG
    DSC_7261.JPG
    DSC_7263.JPG
    DSC_7265.JPG
    DSC_7268.JPG
    DSC_7273.JPG
    DSC_7277.JPG
    DSC_7289.JPG
    DSC_7310.JPG
    L1001775.JPG
    L1001778.JPG
    L1001780.JPG
    L1001781.JPG
    L1001788.JPG
    L1001790.JPG
    L1001791.JPG
    L1001792.JPG
    L1001795.JPG
    L1001798.JPG
    L1001803.JPG
    L1001812.JPG
    L1001814.JPG
    L1001819.JPG
    L1001820.JPG
    L1001828.JPG
    L1001836.JPG
    L1001838.JPG
    L1001842.JPG
    L1001843.JPG
    L1001857.JPG
    L1001869.JPG
    L1001870.JPG
    L1001872.JPG
    L1001875.JPG

     

     

    DSC_7319.JPG
    DSC_7320.JPG

    DSC_7325.JPG

    Lien permanent Catégories : Culture 0 commentaire